Profil de papi-mormès > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par papi-mormès
Classement des meilleurs critiques: 1.333
Votes utiles : 836

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
papi-mormès (gers)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
California Concerts, Vol. 1
California Concerts, Vol. 1
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 22,95

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'importance des premiers concerts. V.1, 19 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : California Concerts, Vol. 1 (CD)
Gerry MULLIGAN extrêmement méticuleux dans ses compositions et arrangements, aura une toute autre attitude en concerts, plus de fraîcheur, plus de spontanéité.

- 1952 - (Cette année là, à Helsinki, Emile Zatopek gagne le marathon puis le 5.000 m. et 10.000 m. devant Alain Mimoun ... On en a rien f... après tout...).
- Donc en 1952 MULLIGAN rencontre Chet BAKER à Hollywood. Ils se produiront au "Haig" (où jouait régulièrement le "Red Norvo Trio"). Le club ne possédait pas de piano, ce qui prive, en temps normal, une formation de son centre harmonique, "c'était préférable ainsi" dira G. MULLIGAN. Le quartette ainsi formé avec Chico HAMILTON à la batterie et Carson SMITH à la contrebasse eut un succès fulgurant avec un impact international grâce aux nombreux enregistrements studio diffusés par le label "Swing".
Ce quatuor d'origine "The Gerry Mulligan Quartet" n'aura vraisemblablement vécu qu'une année
de juin 1952 à 1953 .

- 1954 - (Cette année là le préfet A.L. Dubois interdit l'usage d'avertisseurs sonores à Paris ... On en a rien à f...).
- Donc cette année là, en fin d'année, le quartet remanié donnera une suite de concerts en Californie : le 12 novembre à Stockton et le 14 décembre à San-Diego . C'est l'objet de cette parution titrée , "California Concerts" Volume 1 & 2. On l'affublera d'une appellation erronée, de "premier enregistrement public". L'enregistrement du concert public salle Pleyel à Paris en juin 1954 étant lui répertorié comme "3 ème Salon du Jazz à Pleyel".- Nuance - !. Nuance américaine...

- Objet du volume 1 - Concert de Stockton : Gerry MULLIGAN sax baryton. Chico HAMILTON batterie. Première apparition de Jon EARDLEY qui remplace Chet BAKER à la trompette. On disait de lui qu'il avait dans la sonorité un accent du grand Beiderbecke. Et de Red MITCHEL qui remplace Carson SMITH à la basse. Quelques titres remarquables :"Blues Going Up", "Little Girl Blues", "Piano Blues" (Gerry raconte :"Piano Blues" comme son nom l'indique, un blues au piano, instrument que nous n'utilisions jamais". "Yarbird Suite" de Charlie PARKER, un des thèmes préférés de Gerry.

- Objet du volume 2 - Concert de San Diego : même formation, sauf que Larry BUNKER remplace Chico HAMILTON après l'intermission, tandis que Zoot SIMS, sax ténor et Bob BROOKMEYER, trombone et piano vinrent se joindre à l'ensemble.
- La session débute par "Western Réunion" dont Gerry a écrit un riff très swing pour Zoot SIMS.
- "I Know, Don't Know How" développe une autre qualité de Zoot, une sonorité vibrante et chaude. - "The Red Door", Bob BROOKMEYER s'installe au piano, s'y montre excellent dans l'accompagnement de Zoot et Gerry dans leur duo.
- "The Red Door" est un des classiques de MULLIGAN, c'est une composition de Zoot SIMS qu'ils avaient l'habitude de jouer - alors pauvre et inconnu - à New York au studio le "Don José". La porte de ce studio étant d'un rouge vif !.
Après ce concert le quartet sera dissous. Gerry se consacrant, pendant plus de six mois, à la composition et à la préparation de nouveaux enregistrements.

D'où l'importance de ces deux enregistrements de "California Concerts'" suivant celui de Paris.
Et pour se mettre dans le bain, l'enregistrement studio de San Francisco, même quartet mais avec Chet BAKER, 1952, avec en titres "Cariocia", "Line For Lyons","My Funny Valentine", "Turnstile", "The Lady is a Tramp", "Moonligth in Vermont", "Limeligth", entre autres.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 29, 2010 12:41 AM MEST


Grand Prix du Disque 1954
Grand Prix du Disque 1954
Prix : EUR 20,93

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout n'est peut-être pas perdu ..., 13 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grand Prix du Disque 1954 (CD)
Devons-nous vous parler d'un temps que les moins de XXX ans ne connaissent pas ?.
Eh bien non ! Plutôt si !
La musique n'a pas d'age, seulement des dates.
Il fut un temps où la France était au travail, il fallait rebâtir, la machine tournait à plein, du lundi matin au samedi soir, et les congés payés, trois semaines et ga et ga , je ne radote pas ... C'était comme ça.!
Bref tout ça pour dire, que parait-il, il existait un «Sacrement populaire» : le BAL DU SAMEDI SOIR, il fallait bien se distraire; sortir; la télé ?... peu dans la France ouvrière et peut-être seulement qu'une chaîne ?... Bon ... Revenons au Bal du Samedi soir .
- "Bal petit Bal" si bien chanté par Francis LEMARQUE.
Il y avait les guinguettes du bord de Marne, les grandes salles rive droite, les caves à jazz rive gauche et en Province itou . A la Campagne, une institution, accordéon et buvette ; en Bretagne, le biniou et la bombarde (et les sabots) ... Bon sang les mufflées du samedi !...
Donc pour approvisionner ce monde de ludique insouciance et de légitime détente il y avait flopé d'orchestres, de la fanfare à la grande formation (tendance mambo, cha cha cha...).
Jerry Mengo fut de ceux là. A la frange du jazz, mais après tout à l'origine le jazz était une musique de danse.
- Batteur émérite, il tapait sur tout qui avait une peau couvrant une caisse de résonance, avec un entrain exceptionnel et savait s'entourer des meilleurs musiciens de l'époques à savoir dans ce disque:
Aimé BARELLI et Alex RENARD à la trompette.
Guy PAQUINET au trombone.
Hubert ROSTAING à la clarinette.
Noël CHIBOUTZ et Alix COMBELLE au saxophone.
Emile STERN au piano.

Et qu'il est rassurant d'écouter ce disque en se disant que les gens de l'époque savaient s'amuser, simplement.
Tiens ça me donne envie de danser, de danser une vraie danse ... comme en ce temps béni. .....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (16) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 14, 2009 10:36 PM MEST


Sam/Calvin Russell
Sam/Calvin Russell

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Minstrel - Rock country, envoutant., 20 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sam/Calvin Russell (CD)
SAM - Un hommage à un vieux compagnon de cellule.

SAM- Russel nous explique : "SAM avait 72 ans quand je l'ai connu, déjà 32 ans passé en prison et condamné à vie sans être un criminel, seulement pour de petits délits !".

Aller à un concert de Calvin RUSSEL c'est plonger en apnée dans la frange d'un océan qui se noie sous les falaises. Limpide mais sombre.
Le personnage est convainquant - Bourlingueur errant des chemins en Croix. De geôles Mexicaines en cellules Texanes. De whisky sec en herbes fumantes. Visage déjà trop vieux. Sourire désarmant. Optimisme déroutant. ...

Apparition sur scène, halo persistant, condensation intemporelle. Cela sent déjà la poussière brûlantes des sentes de traverse texanes, la tranche de beef boucanée grésillante en braises. Solitaire. Genre qu'il cultive à merveille ? Ou bien est-ce naturel ?.
Jean élimé. Santiags, percuteurs en érection. Étrange Stetson sans forme, bouffé d'intempéries, brûlé des vents....
Pour tout artifice, sa six cordes acoustique, une vieille chaise de bois et un « drink » qu'il masque au pied d'icelle.
Regard sur l'auditoire. Rapide mais rassurant. Puis le Songwriter Texan replonge dans ses lointaines terres à l'horizon incertain.
Le vieux bougre, aux origines Comanche, nous force, nous contraint, nous pénètre . Nous subissons, heureux, que cela est jouissif.
Voix impossible, accent qui renifle le vieux cuir. Histoires invérifiables de l'Amérique, qu'il nous conte, qu'il nous chante, telle qu'elle est .
Country song, rugueux son du rythm n' blues.
Le voyage commence. Il ne nous lâchera plus. Que tard. Bien après sa prestation, en magicien. Heureux de nous avoir troublé, ému, envoûté.

Résonne, longtemps, bien longtemps après que la fête se fût éteinte, l'angoisse de son incroyable perception d'une réalité qui nous semble inconnue.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (18) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 3, 2009 7:22 PM MEST


Moanin' (RVG Edition)
Moanin' (RVG Edition)
Prix : EUR 9,99

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 inoubliable, 20 août 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Moanin' (RVG Edition) (CD)
C'est la meilleure formation des "Jazz messengers", avec Lee MORGAN à la trompette (qui percute comme Dizzy), Benny GOLSON au sax ténor (venant du même Gillepsie) et principal compositeur dont le célèbre "Blues March" qui fit en grande partie le succès des J.M. et "The drum thunder suite" écrit pour la rythmique, Bobby TIMMONS au piano, Jimie MERRITT à la basse (élève de Blanton et l'égal des Mingus, Petiford, Ray Brown...) et particulièrement pour le percutant et tonique meneur Art BLAKEY qui s'y éclate.
L'enregistrement de 1958 débute avec la composition à la main de Bobby TIMMONS "Moanin", ça swingue à merveille et se prolonge par une autre version de "Moanin" qui n'est pas de la même session du copié-collé mais c'est très bon.
Un tel concentré de musiciens au summum de leur art ne pouvait qu'engendrer un enregistrement accompli et de haut niveau.
Ce fut un déclencheur dans l'arrivée du bop en France (après Gillepsie). Les oreilles s'ouvraient enfin à ce jazz novateur. La première formation singulièrement "audible" ces années là.
Un excellent disque à glisser dans votre discothèque.
Je dois avouer que le même frisson épidermique me revient à chaque écoute.

Indéniablement le style BLAKEY, rythmique omniprésente, n'a pris aucune ride.(il a pourtant 50 ans!!!).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 4, 2009 9:58 AM MEST


La Chaise Longue - La Pelle à tarte Cendrillon
La Chaise Longue - La Pelle à tarte Cendrillon

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'élégance, "raffinement du savoir vivre"., 18 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chaise Longue - La Pelle à tarte Cendrillon (Appareils électroniques)
Voila enfin un ustensile ménager qui a sa place sur les tables les plus raffinées.

Très intrigué par cette chaise longue au design pour le moins révolutionnaire, je m'enquis auprès d'un ami que je sais attiré par toutes les nouveautés au top de la mode.

.- « Peuchère ! Mon ami, réfléchisss bien! (oui mon ami est Oémiste). Attends que je te raconte !
Et devant deux verre de pastis il me conta sa mésaventure :

.- "Profitant de la fête des mères je m'étais dit que pour une fois un petit cadeau à "belle-maman" ne pourrait être que de bon augure pour privilégier certains rapports souvent élastiques, dans le sens détente, et c'est avec un plaisir débordant que j'ai pensé que vu son âge et sa turbulente nature, que de lui offrir une chaise longue, qui plus est sort de l'ordinaire et me semble révolutionnaire, serait lui permettre ces doux moments de farniente qui calment l'esprit et apportent enfin la tranquillité à l'entourage familier, tous ensemble réunis dans la béatitude des conflits apaisés barbotant dans notre pédiluve, l'anisette en main, le chant des cigales en plus, le bonheur quoi !.
Quelle ne fut pas ma stupéfaction en recevant cette "Chaise Longue". Je compris vite mon erreur : j'avais lu (dans ma précipitation et mon euphorie de faire plaisir), 2.20 m de longueur alors qu'en ajustant mes lorgnons il s'agissait bien de 22 cm.! Diable comment m'en sortir !. Un cadeau et toujours un cadeau pensais-je et l'intention ne peut que faire plaisir ? Et puis sur la plage cela peut toujours servir à faire des pâtés ou même des constructions qu'un moyen âge préconisait . C'est pas connaître Belle-maman ! Elle déballa son paquet si amoureusement ligoté par mes soins, regarda longuement l'engin, me lança ce regard en coin qui en dit long sur les rapports que peut avoir une mère à qui on à volé, croit-elle, l'être le plus chère qu'elle ait mis au monde et élevé, j'étais l'usurpateur et qui plus est je l'humiliais devant sa fille par cet instrument, objet de pourtant toute ma tendresse de gendre soumis, allez comprendre quelque chose au BM.!
Bref ce fut rapide, cette merveilleuse Cendrillon me traita de tarte et me retourna une sonore pelle !
Alors mon amis reufleuchis bien ! »

Par contre si vous avez lors d'invitations chez des amis, pas trop proches quand même, cette pelle qui me semble à tarte, de par sa forme originale et son chromage raffiné peut être un excellent cadeau et d'utilité certaine.

Et qui plus est d'un excellent rapport qualité/prix.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 19, 2014 2:41 PM MEST


Chante Apollinaire (La Chanson du Mal-Aimé)
Chante Apollinaire (La Chanson du Mal-Aimé)

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Léo FERRE chante, récite et dirige ..., 17 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chante Apollinaire (La Chanson du Mal-Aimé) (CD)
"Un soir de demi brume à Londres
Un voyou qui ressemblait à
Mon amour vint à ma rencontre
Et le regard qu'il me jeta
Me fit baisser les yeux de honte. ..."

Rien n'est simple avec Léo FERRE.
En 1954 Léo (chante) et dirige, à l'opéra comique de Monaco, l'oratorio qu'il a composé d'après l'oeuvre en sept poèmes de Guillaume APOLLINAIRE, "La Chanson Du Mal Aimé" et ce, pendant cinq semaines. Mais il n'est pas pleinement satisfait. ...

Cela avait mal commencé.
1953 - Il présente son "exercice orchestrale" au comité de la musique à la Radio Française. - Laissons le parler :
"Dans la rue je rejoignais APOLLINAIRE qui n'avait pas voulu monter. On garda mon manuscrit six mois juste le temps de le refuser et de me le rendre. ... Les musiciens (du comité) qui se font jouer à la radio et qui jugent leurs confrères, à l'occasion, tout comme les critiques littéraires ... sont des gens particulièrement dégue.lasses ( du verbe "dégue.ler")".

Un enregistrement serait quand même sorti en 1957 ?.

En 1971/72 - Léo FERRE va rompre d'avec la chanson "commerciale".
- "Il y a 20 ans que je n'écris pas de musique".

Devant le succès de Léo FERRE ("C'est Extra", "At The Nana", "Avec le Temps"), à sa demande, BARCLAY va mettre à sa disposition un orchestre symphonique et des choeurs. L'enregistrement pour Chant, Voix parlé, Choeurs et orchestre trouvera son aboutissement définitif en janvier 1972.
D'expression lyrique que certains trouveront "théâtrale", son oeuvre sert pourtant à merveille ce poème d'APOLLINAIRE de forme onirique à la limite du surréalisme .
. - Avec amertume, dans son style lapidaire Léo écrira en préambule de cette parution :
"Tout ce "Mal Aimé" - Moi - Mes tonnes de papier à quarante portées bien noires, quarante portées à Chemin de Croix, avec parfois des Stations à cigarettes ...".

Encore un bel ouvrage de Léo FERRE, loin des sentiers battus, loin des chemins de la bonne conscience que voulait nous imposer la norme; que voulait nous imposer la volonté médiatique des bons penseurs. La bonne musique est-elle toujours si peu rentable ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 19, 2009 5:09 PM MEST


the Best Of The Capitol Masters : 90th birthday edition
the Best Of The Capitol Masters : 90th birthday edition
Prix : EUR 17,38

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ingénieux virtuose, 14 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : the Best Of The Capitol Masters : 90th birthday edition (CD)
13 Août 2009, Les PAUL meurt à 94 ans. Laconique dépêche ...

William Lester POLFUSS plus connu sous son nom de scène Les PAUL est un personnage qui a porté une énorme contribution quant à la conception de la guitare électrique moderne.
Parcours classique à l'époque pour un musicien : Saint-Louis, Chicago, New York...
Il accompagnera Nat King COLE puis Bing CROSBY.

En 1949 il épousera Collen SUMMERS nom de scène Mary FORD. Période faste des enregistrements Les PAUL&Mary FORD, dont le célèbre « How Higth the Moon »(1951) où il fait preuve d'une remarquable virtuosité. Il emploiera la méthode du re-recording qu'il a mis au point en inventant le magneto multipiste. Collaboration qui durera jusqu'en 1963.

Autre face du personnage, sa participation à l'élaboration pour GIBSON d'un innovante guitare electrique qui portera son nom.

A partir de 1970 il sera en retrait de la scène , d'autres formes de musique ont la faveur du public.
Son dernier concert, une apparition, Séville 1992.

Les PAUL, ingénieux musicien, au revoir !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 3, 2009 12:12 AM MEST


Toi + moi
Toi + moi
Prix : EUR 13,00

3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Quand la mer est démontée je cours gerber, 10 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toi + moi (CD)
Grégoire, Grégoire,
C'est toute une histoire.
J'ai pas encore compris, Je suis dans le noir.
Et j'arrive bien longtemps après la bagarre.
C'est mon côté indolent, j'ai la digestion lente.
J'suis pas un sanguin !.

Grégoire deviendra peut-être une légende vivante de ce que la persuasive notoriété crée et pulsée par les medias a le pouvoir de perforer nos tendres cervelles, coté sensibilité. Blindage inconnu pour certain. De notre adolescente naïveté ce qui nous reste de sensé part en fumée d'euros dans les boites d'édition.
- On a crée. On promeut. On matraque. Vous ne devez qu'aimer. Vous aimerez. Par ici les dollars.
Bien qu'au début ce ne fut pas le cas. "Toi et Moi" une création d'un nouveau concept utilisant internet.
J'avoue, première écoute, cela ne m'a pas déplu, "toi + moi" original, entraînant, gai, sympa ... (ça c'est pour justifier les trois étoiles)....
Je dis bien première écoute. (et les étoiles devinrent filantes).

J'ai réussi à piquer LE cd .
- Quelqu'un avait du l'oublier sur un banc, (Comme on oublie un chien sur le chemin des vacances).
J'ai pris le risque (pour ma chaîne) de l'écouter en entier.
- Ben mes amis c'est pas si mal. J'explique :

- 1) La voix, hum ! je ne m'engagerai pas trop la dessus, j'ai été artilleur et j'ai passé des nuits avec mes copains qui faisaient du freejazzpopmetalogothicteuton, et ce qui me reste de finesse auditive ne me permet pas d'affirmer que .... J'en connais un autre, qui pour d'autres motifs, a également un manque du côté ouissif : Quand on saute hâtivement des paliers de décompression pour rejoindre au plus vite une superbe actrice prénommée Jacqueline depuis "les grands fonds". Oui, je veux parler de celui qui aimait "BISSET" dans la mer ... Un sus nommé Peter Pan dont j'aurais tu le nom s'il n'était si connu !.

- 2) La mélodie, un peu répétitive, un peu bouillon réchauffé, j'ai rien contre le bouillon mais ...

- 3) les titres, quelques uns : "Ta Main", "Rien à Voir", pas très audibles.
-. "ce qu'il reste de toi", pas tout compris mais bien aimé
-. "Donne moi ma Chance" , C'est fait je crois, mais n'y reviens pas.
-. "L'ami intime" bel effort, c'est bien, mais couchez vous de bonne heure.
-. "Prière", rien compris.
-. "Merci", rime avec suffit.
-. "A la Claire fontaine", envie de pleurer, c'est d'une tristesse ! Mais où est passée la claire fontaine de mon enfance ?.

Bref cet enregistrement peut séduire, cela se comprend.
Pour moi première écoute ça va . Deuxième, je shunte, je disjoncte. Troisième, la mer devient mauvaise ... Je grimpe sur le pont ...

Attendons son deuxième disque, cela n'est pas toujours facile, dur métier.

A recommander à tous ceux qui pense que ... penser ne sert à rien. Ce sont eux qui ont peut-être raison ! Ils sont heureux , je les envie.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (13) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 4, 2009 6:29 PM MEST


Plays Bach 50th Anniversary
Plays Bach 50th Anniversary
Prix : EUR 14,39

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Création d'un nouveau style ?, 8 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plays Bach 50th Anniversary (CD)
Le nom de Jacques LOUSSIER reste associé à Play Bach.
Jacques LOUSSIER, pianiste de formation classique, étude au conservatoire de musique de Paris.
Ce qui n'était qu'une "plaisanterie de potache", (faire swinguer un compositeur classique) se révèlera une évidente opportunité à exploiter.
Ses affinités avec la musique de J.S. BACH lui en donnera l'idée.
Il crée en 1959 le premier trio Play Bach avec CH. GARROS et P. MICHELOT. C'est la naissance d'un nouveau "style" musical : adaptation-Improvisation .
Il explique : "BACH développe une idée harmonique, ce qui ouvre le champ à l'improvisation". Et aussi : "L'essentiel est de bien respecter les thèmes tout en exploitant leur variété pour laisser libre cours à l'interprétation" .
Cette nouvelle manière (très originale) de jouer, en interprétant sous une forme jazzy un compositeur classique, eut un succès immédiat et perdurera avec bonheur. (Le nombre d'albums et de concerts est impressionnant: 15 ans de tournée, 6 million de disques vendus).
Toujours en ébullition il "revisitera" Vivaldi, Satie, Ravel, Debussy, Beethoven et Haendel.

Pour le cinquantenaire de la création de Play Bach (1959-2009) il revient à J.S.BACH avec le dernier trio : V. CHARBONNIER à la basse et A. ARPINO à la batterie.

Trio avec des musiciens de grand talent, musique originale, plaisante, swingante, s'avère d'agréable écoute.

PS. Mon enregistrement préféré, « Le Concerto Brandebourgeois n°5 » avec le Royal Philharmonic Orchestra . Datant de 1974.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2009 7:01 PM MEST


Ferré Muet Dirige
Ferré Muet Dirige

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quand Léo FERRE dénonce, 6 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ferré Muet Dirige (CD)
Nous sommes en 1974 : Léo FERRE n'est plus compris par ses éditeurs.
Période difficile pour Léo qui veut sortir de la variété, (le bon filon pour Barclay) . Son esthétique musicale le pousse à écrire ce qui le légitime vraiment : une oeuvre plus lyrique, instrumentale.

- Un moment de révolte !.
En procès avec sa maison d'édition, Léo ne peut plus enregistrer : " Je n'ai plus le droit de chanter mes nouvelles chansons jusqu'au 01/11/76 - Pia COLOMBO - le fait à ma place dans un disque accouplé à celui-ci ".
- (voir le com. De l'excellent GINEPRO).

En riposte il va éditer lui-même cet album instrumental qu'il va diriger en y ajoutant en prime le "Concerto pour main gauche" de M. RAVEL.

"Cette intrusion dans la grande musique n'est pas anodine", elle a valeur de manifeste, de contestation, de dénonciation. La non soumission à la marchandisation des oeuvres artistiques . Un gros pavé dans la cour de Barclay !.

De formation classique léo FERRE nous honore ici d'une oeuvre très éloignée de la chanson formatée que lui impose la "rentabilité commerciale" des maisons d'édition.

Il Dirige le Grand Orchestre Symphonique de Milan pour le "Concerto pour la main gauche" de M. RAVEL et l'Orchestre de Liege avec les choeurs du Théatre Royal de la Monaie pour ses propres compositions : "Requiem", "La Mort des Loups", "Love" et "Muss Es Sein, Es Muss Sein" .

Il nous avait déjà fait part de ses capacités et compétences lyriques en mettant en musique la poésie : Apollinaire, Aragon, Baudelaire, Verlaine - Rimbaud.

LEO, un grand Monsieur !. Ce CD une belle oeuvre !.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (27) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 12, 2009 9:18 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18