Profil de Guy Vachaudez > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Guy Vachaudez
Classement des meilleurs critiques: 107
Votes utiles : 1327

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Guy Vachaudez "Marcheur tranquille" (Bruxelles)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19
pixel
Nights In Rodanthe [Import belge]
Nights In Rodanthe [Import belge]
DVD ~ Richard Gere
Prix : EUR 15,11

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Fermer les volets et...revoir la lumière., 10 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nights In Rodanthe [Import belge] (DVD)
Belle ambiance pour cette histoire. Une maison très typée dans un coin perdu en bordure de mer. Une maison aux recoins et aux niveaux multiples, des balcons, des escaliers qui mènent à des pièces oubliées, un havre de bien-être aux coloris variés. Une vaste et vieille demeure qui semble avoir vécu une vie riche. Un de ces maisons qui font penser à une grand-mère malicieuse et toujours alerte après une existence féconde. Mais il va falloir fermer les volets, une tempête menace...

Elle va accueillir pour quelques jours Paul, Richard Gere, qui vient de vendre sa somptueuse demeure et semble vouloir échapper à un passé difficile. Il y a réservé une chambre pour le week-end. Il sera hébergé par Adrienne, Diane Lane, qui y passe également quelques jours. En fait, c'est la maison de sa meilleure amie qui, absente, lui a demandé de la remplacer comme hôtesse, pour y accueillir ce dernier touriste de fin de saison. Mais dans la vie d'Adrienne, tout comme dans celle de Paul, une tempête menace...

Très bel équilibre dans le découpage. Des retours sur le passé respectif de Paul et d'Adrienne, des scènes intimistes où la confiance mutuelle s'installe au gré des confidences, des scènes en extérieur, d'autres plus conviviales, des rencontres difficiles, des moments de colère, des épisodes sensuels,...

Les deux acteurs principaux forment un duo parfait. Leur complémentarité est totale. Tout sonne juste, tant dans les regards que dans les attitudes. Leur présence à l'autre est telle, qu'on la ressent soi-même.

Une bande musicale de grande qualité qui alterne avec beaucoup de bonheur quelques compositions originales harmonieuses et délicates de Jeanine Tesori, avec des chansons ou des morceaux d'artistes divers.

Parcours inévitable et moins risqué en compagnie de l'autre. La vie qui offre une autre occasion avec un(e) inconnu(e) qui est page blanche. Page blanche qui ne demande qu'à accueillir des souvenirs nouveaux. Des souvenirs isolés, traces exclusives d'une chronologie naissante, sans passé et donc sans reproches...

Une histoire qui commence dans l'ombre où la vie nous plonge parfois.
Mais un jour, quelqu'un paraît, phare immanquable vers lequel on veut marcher.
Et plus on s'en approche, plus l'ombre que l'on traîne rétrécit.
Jusqu'à être inondé de lumière.
Et dans cet éblouissement, parfois le jour suivant n'arrive pas assez vite et parfois, il arrive trop tôt...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 19, 2014 2:40 PM CET


LENFANT ET LE LOUP
LENFANT ET LE LOUP
DVD ~ Steven Taylor
Proposé par BVC 29
Prix : EUR 7,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Entente immémoriale..., 7 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : LENFANT ET LE LOUP (DVD)
Une histoire à regarder en famille. Une histoire sans surprises. Une histoire qui pourrait sortir tout droit d'un recueil de notre enfance ou de la bibliothèque verte.

La suivre, c'est assister au récit attendu de quelques mois de la vie d'Aaron, jeune orphelin pris en charge par son oncle Archie, dernier membre de sa famille, après les obsèques qui laissent le garçon seul... Archie (Burt Reynolds), le frère du papa, accepte sans réserve la responsabilité de l'enfant de son frère qu'il ne voyait plus. D'ailleurs, il ne connaissait même pas Aaron avant l'enterrement. Par contre l'épouse d'Archie, Rebecca (Marthe Keller) est bien plus réticente. Accueillir son jeune neveu ne l'enchante pas le moins du monde.
Il va s'installer dans une région verdoyante dont les habitants sont des gens simples. S'adapter à cette vie rurale très paisible se fera sans peine, mais s'intégrer dans sa nouvelle famille sera plus délicat. Tout n'est pas rose, car il devra composer avec son chagrin tenu secret, avec une tante aigrie et avec une nouvelle école où un élève assez agressif et violent lui cherche des misères. Heureusement, son oncle, en homme très compréhensif lui fait confiance.
Et un soir, des hurlements qu'il entend vont l'attirer vers l'aventure...

Un film très agréable et dépaysant. Il peut être regardé par des adultes non accompagnés d'enfants. L'inverse étant toutefois possible également... Plus sérieusement, ce film semble plus adapté à des jeunes d'une dizaine d'années qu'à des enfants. C'est une histoire à suivre, et non un scénario anecdotique saupoudré de scènes amusantes ou « magiques ».

Très rafraîchissant par l'aspect nature, avec un très (vraiment très) léger côté reportage animalier, des personnages bien typés, une musique judicieuse, ce film pourrait vous faire passer un agréable moment.
Du côté des acteurs, le jeune Devin Drewitz dans le rôle d'Aaron mérite une mention particulière. Burt Reynolds et Marthe Keller, parfaits dans leur personnage respectif, ne lui volent pas la vedette. A noter également, la présence de Jason Priestley en instituteur.

A ranger dans la catégorie chlorophylle, les jeunes y verront à l'œuvre l'amitié et la fidélité face à la bêtise. Les adultes verront en outre comment les blessures du passé perturbent et entravent un présent qui est promesse.
Et les deux, blottis au chaud, ouvriront durant une heure trente une fenêtre lumineuse sur des paysages vastes. De quoi oublier la grisaille et faire résonner, dans le calme de l'hiver, les hurlements d'un loup, les pleurs et les rires d'un enfant.

Entente immémoriale pour qui sait écouter.
Rencontre sans mots.
Langues différentes d'un langage universel...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 16, 2014 9:27 AM CET


Le chien de Noël
Le chien de Noël
DVD ~ Dean Cain
Proposé par BEST_VIDEO
Prix : EUR 6,99

2.0 étoiles sur 5 Attendons pour la suite..., 5 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chien de Noël (DVD)
Le seul souvenir que je garde de ce film, est celui du fou rire qui l'a suivi...
Vous dire ce qui l'a déclenché ? Pourquoi pas ? C'est le moment où nous avons essayé d'évoquer l'histoire en nous demandant ce qui nous avait tenu jusqu'au bout.
L'histoire n'est pas vraiment drôle, les acteurs sont peu expressifs, les personnages sont des caricatures.

Une famille décide d'acheter un chien de garde. Il serait plus exact de dire que ce sont le père et les enfants qui le décident, la mère étant réticente. Finalement, ils vont en adopter un. Mais ce chien, ancienne gloire déchue de la brigade canine, n'est plus que l'ombre de lui-même. Il n'aboie plus, il n'a rien de dissuasif et semble devenu poussif. Sa voix intérieure, que l'on entend, révélera toutes ses difficultés, ses craintes, ses blocages, les blessures de son passé. Mais voilà, ses maîtres, eux, ne l'entendent pas. Et il lui reste très peu de temps pour les convaincre qu'il est le chien qui convient. Quelle meilleure occasion pour le faire, que la visite de deux cambrioleurs très peu dégourdis, qui ont justement repéré la maison...?

Quelques moments d'un humour facile, des bruits intestinaux, un chien bien sympathique, une musique agréable et une maison de rêve ne suffisent pas pour sauver cette production. A mi-chemin entre série B pour grandes personnes et film pour enfants, il ne satisfera peut-être ni les uns ni les autres. Naïf, manquant de rythme et d'émotion(s), mou, ce conte de Noël, compte parmi les contes qu'on devrait s'épargner, car c'est un conte sans beaucoup d'intérêt(s).

Heureusement, le manteau de fou rire dont nous avons, après coup, recouvert, cette histoire tiède, lui a permis conserver la deuxième étoile qui sans cela se serait envolée...

Par contre, nous avons renoncé à regarder dans l'immédiat le « Chien de Noël 2 », la suite de l'histoire. Nous l'avons programmé pour Noël 2025.


Les Voies du destin
Les Voies du destin
DVD ~ Colin Firth
Prix : EUR 17,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le silence, face cachée de la mémoire..., 4 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Voies du destin (DVD)
Après une rencontre fortuite dans un train, Eric Lomax (Colin Firth) va en provoquer une seconde avec Patricia Wallace (Nicole Kidman). Eric, un homme très secret véritablement obsédé par les trains et Patricia, une femme prête à refaire sa vie, vont se marier très rapidement. Mais très vite, elle va découvrir que son mari souffre de blessures psychologiques qui le rendent imprévisible et qui le perturbent au point de lui interdire une existence « normale ».
Elle va interroger un ami qu'il rencontre régulièrement avec d'autres hommes qui semblent liés au même passé, soumis aux mêmes tourments et muselés par un silence qu'ils pensent salvateur. Mais Patricia parviendra à faire parler cet ami. Et l'épouvantable va emplir le récit qu'il lui fera...

Un film à l'atmosphère lourde, suffocante par moments comme peut l'être l'enfermement psychologique. L'atrocité d'un passé si terrifiant que seul le silence peut le confiner... Mais le faire taire ne l'élimine pas.
Un silence qui hurle durant les cauchemars, un silence qui explose au gré d'événements anodins qui lui rappellent ce qu'il ne peut oublier et encore moins effacer.

Le rythme est assez lent, avec de nombreux retours en arrière, des emballements, des moments de vide (voulu), des larmes, des cris, de la peur, de la haine. Certaines scènes dépassent la limite du supportable. Les éclairages sont dosés de manière à entretenir le malaise, le désir de soleil.

Colin Firth est magistral, de même que Jeremy Irvine qui interprète le jeune Eric. Nicole Kidman est parfaite en épouse aimante prête à tout pour libérer son mari de sa souffrance.

La musique de David Hirschfeld est d'une grande qualité. De facture classique elle cadre à la perfection avec le ton général. Jamais stridente, évitant le côté mielleux durant les moments plus détendus, elle survole l'histoire comme le ferait un vol rassurant d'oiseaux lumineux.

Basé sur une histoire vraie, ce film met l'accent sur le cheminement douloureux d'hommes meurtris par la guerre, d'hommes qui ont connu les pires atrocités. Le découpage suit les brusques remontées de l'abject, en restituant la progression erratique des personnages, principalement celle d'Eric.
Peu de moments de bonheur dans cette histoire. Mais il y a le sourire de Patricia, son regard infiniment doux face à la noirceur non voulue de son mari. Il y a l'amour de Patricia pour cet homme qu'elle sait bon.

Et c'est elle, la plus belle "chose" qui lui soit arrivée, qui va lui permettre d'avancer vraiment.
A l'abri, tapie au fond d'une amnésie qu'il a entretenue, la haine d'Eric va se réveiller...
Il va enfin se décider.
Et se dire qu'il a oublié durant trop longtemps...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 7, 2014 9:42 AM CET


Just the Two of Us
Just the Two of Us
Prix : EUR 21,06

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'infini dans une perle de rosée., 9 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Just the Two of Us (CD)
Ecouter un disque de Secret Garden, c'est ouvrir un écrin de lumière, être emporté par des ailes invisibles et dériver dans le froissement soyeux d'un habit de douceur.
Et en découvrir un nouveau, c'est se poser dans l'instant aux confins de l'oubli bienveillant.
Là où réside la veine la plus secrète, celle qui est sans définitions...

Pour celui-ci, Fionnuala Sherry et Rolf Lovland, les deux membres fondateurs du groupe, reviennent à la forme qui leur permet de retrouver leur connexion musicale la plus intime. A chacun de leurs concerts et sur leurs disques, ils sont accompagnés d'un orchestre pour de nombreux morceaux. Mais ils jouent ou enregistrent également toujours l'un ou l'autre morceau en duo. C'est dans cet esprit qu'ils ont abordé « Just the two of us », un titre qui dès lors prend tout son sens.
Ils ont principalement revisité de nombreuses pièces des disques précédents. Sur les 17 morceaux, quatre seulement sont nouveaux. Le dernier, unique doublon éventuel, est une reprise du fabuleux « You raise me up » de l'album « Once in a red moon ». Peu de nouveautés donc...

Les 12 reprises sont évidemment fidèles aux interprétations originales sur le plan de la partition, mais l'économie de moyens, ceux-ci se limitant à un piano et un violon, incitent Fionnuala et Rolf à ciseler encore davantage les thèmes.
Le violon se plaît même à ajouter quelques coquetteries ou enluminures. Et comme à son habitude, la violoniste laisse traîner son archet, joue sur les retards. Une manière de laisser la porte entr'ouverte sur la note suivante qui entrera en se faisant désirer.

L'album ne quittera pas la douceur et la musicalité la plus vibrante.
Une mention spéciale pour "The Promise", un morceau qui compte parmi les plus réussis du groupe. La quintessence de la mélancolie et de la langueur. Ce serait comme se poser dans un passé si lumineux, que l'évoquer suffirait à dissiper la pénombre du présent.
Sans regret, sans manque tant il éblouit encore...

Les mélodies, le sens du chant, l'harmonie baignent l'ensemble, mais on les retrouve également dans chaque cellule, dans chaque note, dans chaque silence. Les paysages sonores sont d'une beauté sans pareille, et chaque pas que l'on y fait révèle une parcelle où la perfection habille le moindre détail. Scintillement capillaire des gouttes de rosée dans un monde où la splendeur s'habille de mélopées à l'intimité bouleversante.

L'enregistrement est d'une qualité superlative avec un piano dont on semble voir les marteaux. On a même l'impression de sentir la texture des étouffoirs. Quel plaisir d'entendre un piano qui s'anime de tous les bruits rassurants de la vie !
Et le violon vient se lover dans ses arabesques, se poser sur ses accords. Il gravit les degrés des arpèges comme on escaladerait un escalier de gouttelettes transparentes. Il chante, s'étire ou danse jusqu'à ne plus être que le frottement de l'archet sur les cordes.

Plus d'une heure de musique pour découvrir un monde d'une beauté inégalée, d'une totale harmonie, d'une musicalité de chaque seconde.
Plus d'une heure d'une grandeur qui laisse sans voix.
Mais une grandeur intime, piégée dans une perle de rosée où se mire l'infini.
Une perle de rosée qui scintille en chacun à l'heure de l'oubli, quand tout devient juste et que les mots se taisent enfin...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (13) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 18, 2014 8:43 AM CET


Lassie
Lassie
DVD ~ Peter O'Toole
Proposé par odyssees-numeriques
Prix : EUR 9,49

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le temps d'un voyage..., 2 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lassie (DVD)
Il pleuvait ce jour-là. Les devoirs étaient terminés. Deux conditions qui mènent souvent les enfants ou les petits-enfants vers le petit écran. Ils avaient choisi « Lassie ».
Après avoir vérifié que le film démarrait bien, j'ai décroché. Mais pas vraiment... Je me surpris à regarder de temps en temps du coin de l'œil, à admirer les paysages, à me laisser emporter par la musique. Mais il est frustrant de suivre un récit en pointillés...
Je pris donc une grande décision : le regarder en entier. Je dus même attendre jusqu'au soir !

Lassie, une bien jolie collie, est l'amie inséparable du petit Joe. Mais dans la Grande-Bretagne d'avant la 2ème Guerre Mondiale et à une époque où les charbonnages ferment, les temps deviennent durs. Et une telle chienne vaut de l'argent... Un monsieur très fortuné et ami des animaux, le Duc de l'endroit va faire aux parents une offre très intéressante. Et Lassie va se retrouver très loin de sa maison et de sa famille. Mais elle est plutôt fugueuse...

Cette histoire, pour petits et grands, ne surprendra pas les aînés. Tout est prévisible. Les méchants ne le sont pas vraiment. Les gentils le sont sans limites. Il suffit dès lors de se laisser aller. A l'heure des effets spéciaux, des décors virtuels démesurés qui sont d'une beauté paradisiaque ou d'une noirceur infernale, des acteurs retouchés sur ordinateur et des musiques aux algorithmes aussi complexes qu'artificiels, ce film fait l'effet d'une dose de chlorophylle dans un monde où l'air n'existerait plus qu'en bouteilles.

La musique d'Adrian Johnston est de facture classique. Tout respire, même les soupirs qui installent le silence dans lequel se découpe la silhouette de vrais musiciens et de vrais instruments. Une partition aux atmosphères multiples. Aucun effet, juste des notes agencées avec un savoir-faire dont l'alphabet est l'harmonie. Splendide !

Les acteurs sont convaincants, les parents en tête. Très belle présence du Duc, un certain Peter O'Toole. Les années ne lui ont d'ailleurs pas enlevé ce regard pénétrant qu'on lui connait. Joe, le petit garçon, a une frimousse bien sympathique, mais il manque peut-être un peu de conviction par moments.

Les paysages sont splendides et remarquablement exploités.

Ode à la simplicité, à la fidélité avec le courage d'un chien pour fil conducteur, ce film pourrait bien arroser en vous les graines de l'enfance. Une centaine de minutes de fraîcheur. Une cure de jouvence où, le temps d'une histoire, devant le petit écran le grand est petit...
Moins cher qu'une crème régénérante, moins compliqué qu'une machine à remonter le temps, ce film vous fera retrouver votre regard d'enfant.
Et le temps de ce voyage, le sourire candide de vos jeunes années éclairera un visage dont les rides auront disparu.
Eclairera un visage, le vôtre....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 23, 2014 3:20 PM CET


La Turbulence des fluides [Import belge]
La Turbulence des fluides [Import belge]
DVD ~ Pascale Bussières
Proposé par laurius
Prix : EUR 13,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Deux heures bien réelles entre conte et... surnaturel !, 22 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Turbulence des fluides [Import belge] (DVD)
Le titre, déjà, est énigmatique.
Il a en tout cas le pouvoir de nous pousser à lire l'arrière de la jaquette. Et après l'avoir fait, on a le regard vague, on interroge le vide en hésitant entre science-fiction, film catastrophe, fantastique et surnaturel sans savoir où on va mettre les pieds...

Alice, Pascale Bussières, travaille comme sismologue au Japon. Un jour, elle est appelée par la direction qui désire l'envoyer au Canada où un phénomène très étrange se passe. La marée s'est tout simplement arrêtée à Baie-Comeau, un petit village de l'estuaire du Saint-Laurent où, entre parenthèses, elle est née. En bonne scientifique, elle va récolter un maximum d'indices. Elle se rendra rapidement compte que cet arrêt des marées a coïncidé avec de drôles d'événements qui semblent n'avoir aucun rapport entre eux...

La musique est de belle facture, juste, discrète et très harmonieuse.

Très belle atmosphère globale. Des endroits vastes et lumineux, des lieux plus confidentiels éclairés de manière chaleureuse, une présence très naturelle des différents acteurs, des Canadairs qui sillonnent le ciel (l'un d'eux jouera d'ailleurs un rôle inattendu...), une communauté de Soeurs un peu fantasques, un restaurant de nuit où les rares clients sont comme chez eux, un pilote séduisant et énigmatique,... On pourrait continuer à entasser les aspects normaux (pour l'endroit) qui nous ancrent dans un réel tout à fait objectif.
Mais en suivant Alice (quelle magnifique composition de Pascale Bussières !) qui sillonne ce village et qui rencontre ces gens, le mystère s'épaissit peu à peu. Les banalités découvertes ne peuvent pas converger vers une évidence, et pourtant elles semblent être reliées...

Est-on face à l'apologie de la synchronicité ? Voit-on les synapses ou les dendrites du monde extérieur à l'oeuvre ? Comment peut-on se perdre en sachant où on est? On pourrait se poser ces questions et bien d'autres en regardant ce film...
Et on le fait, car il accroche immanquablement, aidé en cela par la simplicité de surface, le côté attachant des personnages, la justesse des propos et des situations. Il ne provoque pas de tension ou de crainte sourde, car rien de glauque ou de repoussant n'est montré ni attendu.
Alors, on se laisse emporter et lorsque la fin survient on se dit que l'on a compris. Et c'est là que tout bascule à nouveau, car si vous vous posez ne fut-ce qu'une question, vous risquez fort de ne plus rien comprendre !
Mais il est également possible que vous vous disiez qu'il n'y a rien à comprendre...

Seul film que j'ai vu dans le style. Deux heures (ou presque) de dérive entre conte et surnaturel. Mais sans que l'on puisse y déceler le moindre ingrédient du genre.

Unique !


Before Midnight
Before Midnight
DVD ~ Ethan Hawke
Prix : EUR 16,29

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La dernière jetée..., 21 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Before Midnight (DVD)
! Cette édition (DVD) est en version anglaise sous-titrée en français.

Après Before Sunrise et Before Sunset, voici le troisième et dernier volet de la trilogie.

Après un nouveau bond de 10 ans, nous retrouvons Céline et Ethan. Mais eux, s'étaient déjà retrouvés et décidés dans l'intervalle. Ils passent des vacances en Grèce. Mais le dernier soir de leurs vacances ne va pas se dérouler comme prévu...

Ce troisième opus présente bien des points communs avec les deux précédents, mais également des différences.

D'abord, une économie d'acteurs, quoique... Une partie du film met en scène pas mal de monde, en tout cas si on pense aux premiers films. Ici, d'autres personnages vont jouer les révélateurs, vont provoquer malgré eux certaines réactions, vont être ou ont été « le décor » de leur existence. Un décor qui construit ou détruit...

Les lieux sont plus bucoliques également, avec des paysages lumineux, des chemins poussiéreux, des scintillements sur la mer, des tables conviviales, une jetée où, à la nuit tombée, l'histoire s'achèvera pour le spectateur...
Une photographie aux tons splendides, avec des lumières tour à tour objectives, chaudes ou magiques suivant les ambiances.

La musique, très acoustique et caressante, est plus présente. Habillage léger des moments de partage, elle se taira pendant les orages.

Les dialogues ont gardé ce côté vivant, juste, ce tranchant impitoyable, cet esprit malicieux. Il y a du désenchantement, de la colère, de la tendresse, des attentes avouées, des déceptions avérées,...
Il y a dans ces mots une vigueur rarissime, une authenticité qui légitime les épanchements. Des mots dont certains retrouvent un endroit connu chez nous, un endroit où se loger, un goût de « j'ai-déjà-voulu-dire-ça »...
Mais il y aussi de l'incompréhension, beaucoup d'incompréhension, voire trop et parfois basée sur une mauvaise foi qui trahit un manque de maturité. Dommage, car cela écorne sérieusement l'image d'un des personnages...

La mémoire est un merveilleux instrument. Elle nous ramène parfois le souvenir des jours où la lumière de l'autre nous éclairait et nous illuminait. Mais elle peut nous ramener le souvenir plus difficile des années où cette lumière de l'autre brillait ailleurs, loin du chemin ardu de nos sacrifices et de nos privations, de ces années où nous marchions dans l'ombre...
Alors, on cherche ce tailleur d'habits de lumière, et la mémoire nous guide vers cette dernière jetée...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 23, 2014 3:18 PM CET


Before Sunset
Before Sunset
DVD ~ Ethan Hawke
Prix : EUR 10,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ne pas oublier hier pour pouvoir se souvenir de demain..., 20 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Before Sunset (DVD)
Après cette rencontre magique à Vienne neuf ans plus tôt (Before Sunrise), Jesse et Céline se retrouvent à Paris. Jesse y présente un livre dont il est l'auteur. Céline ne va pas manquer cette occasion... Surprise totale pour ce dernier lorsqu'il la voit... Mais, à nouveau ils sont pressés par le temps. Jesse doit prendre l'avion qui le ramènera chez lui. Ils décident de passer le temps qui lui reste en se baladant dans Paris...

Ce second et avant-dernier volet concerne davantage le spectateur que le premier. D'abord, il est tourné en temps réel, le minutage du film correspondant à celui dont Jesse dispose pour rejoindre l'aéroport. Et puis, il y a la suite de ce coup de foudre... Vont-ils à nouveau tomber amoureux ? A moins qu'ils ne le soient toujours...

Le nombre d'acteurs s'est encore réduit par rapport à « Before sunrise ». Les seconds rôles sont pour ainsi dire inexistants. Seuls Céline et Jesse, seuls dans Paris...

Le rythme est plus lent. On entre en douceur dans les retrouvailles et les paroles entendues et attendues de deux personnes reprenant contact. Mais bien sûr, Céline n'est pas venue par hasard dans cette librairie...

Le ton général est moins léger mais il est tout aussi profond et juste que celui de leur première rencontre. La vie a passé. Les choses vont être révélées par petites touches et du bout des lèvres, surtout celles qui suivent une certaine rencontre manquée... L'apparente décontraction, du début va céder la place aux ombres de la vie, aux responsabilités connues ou non, à la réalité occultée par désir de ne pas trahir celui ou celle que l'autre a connu(e) neuf ans plus tôt.

Un film où on suivra sans musique (ou presque) deux êtres blessés. Deux acteurs tout aussi remarquables et qui vont alterner le sourire feint et la vraie douleur.

Une balade plus courte au terme de laquelle un avion pourrait à nouveau les séparer.

La vie et l'amour qui tentent de comprendre les points de suspension...
Une rencontre courte mais intense, un compte à rebours qui tente de se souvenir de ce que pourrait être demain sans avoir saisi ce qu'était hier...
Un deuxième volet juste et interpellant...
Et pour savoir ce que demain sera... Before Midnight
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 11, 2014 11:46 PM CET


Before Sunrise [Import belge]
Before Sunrise [Import belge]
DVD ~ Julie Delpy
Proposé par ___the_best_on_dvd____
Prix : EUR 12,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une nuit pour la vie.., 20 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Before Sunrise [Import belge] (DVD)
Commencer par la conclusion et annoncer d'emblée que ce film est un petit bijou ? Pourquoi pas ?
Dire alors l'incompréhension qu'il ne soit pas davantage connu ? Bien sûr...
Ajouter qu'il n'est «que» le remarquable premier volet d'une bonne trilogie ? Evidemment, car voilà qui invite à une longue promenade... (Before Sunset Before Midnight)

Céline, Julie Delpy, et Jesse, Ethan Hawke, vont se rencontrer dans un train qui roule vers Paris. Jesse a prévu de descendre à Vienne pour prendre un avion qui le ramènera vers les Etats-Unis. Et Céline retourne vers Paris. Ils vont rapidement se sentir en confiance, ce qui poussera chacun à se livrer à l'autre. Ils vont partager leurs vues sur la vie, leurs espoirs et leurs attentes, leurs peurs, tous ces détails qui rendent unique chaque personne. Et lorsqu'ils approcheront de Vienne, Jesse va proposer à Céline de descendre avec lui pour qu'ils puissent passer la nuit à se découvrir davantage avant qu'il reparte. Il ne cherche pas une rencontre facile d'une nuit...
Et, avec l'honnêteté et la franchise comme cadre, ils vont continuer à parler. Quatorze heures à déambuler dans des rues de plus en plus désertes. Et ensuite...

Nous allons les suivre de lieu en lieu, de rencontre fortuite en rencontre fortuite et à mesure que le temps va passer, que la nuit va pâlir, leurs jeux de la vérité, leurs questions vont nous emmener de plus en plus haut. Les dialogues vont nous ouvrir des espaces de révélations d'une profonde intelligence. Les rapports entre hommes et femmes, la famille, ce qu'est l'amour pour eux, ce qui fait obstacle, ce qui rapproche,...

La mise en scène est d'une fluidité remarquable. Durant les quelque 100 minutes que dure ce film, on ne ressent pas la moindre longueur. On est à des lieues des clichés, des idées creuses, des formules faciles. Avec les pavés et les rues qui défilent comme des feuilles blanches, leurs pas pour seul alphabet et le cœur pour pinceau, ils vont écrire des pages de lumineuse calligraphie. La fraîcheur et la spontanéité de leurs conversations va magnifier des idées qui, chez d'autres, auraient la rigueur et l'austérité pour costume. La philosophie peut manier les lieux communs, les idées toute faites. Elle peut être hermétique. Ici, elle scintille de malice et éclaire le fond de l'âme où se terrent nos vides, nos craintes mais aussi nos espoirs. Et dans une ronde étourdissante, attendris et admiratifs, on retrouve la couleur de nos jours les plus lucides ou les plus euphoriques...

Quelques scènes sont encore au-dessus de cette hauteur générale, comme celle du poète qui attend assis au bord du fleuve ou celle du téléphone factice dans le café. Des moments qui laissent sans voix, tant l'inventivité est grande.

Un film simple par les moyens mis en œuvre et tenu par deux acteurs remarquables. De beaux éclairages et des lieux porteurs. Presque un huis clos. Peu de musique, tout au plus quelques mesures de thèmes classiques pour emporter au loin les confidences susurrées...

Une immédiateté de toutes les minutes, une justesse absolue, la fraîcheur de deux cœurs qui veulent aimer. Mais, deux cœurs qui seront d'abord la lumière qui, superbe, éclaire et dévoile leurs propres secrets.

Une nuit de confiance en un inconnu peut bouleverser à jamais une vie...

Ou pas...

Ils le sauront quand l'eau aura coulé sous les ponts... Before Sunset
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 22, 2014 5:06 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19