undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de He oui c'est moi! > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par He oui c'est moi!
Classement des meilleurs critiques: 2.455
Votes utiles : 472

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
He oui c'est moi! (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Electric Warrior
Electric Warrior
Prix : EUR 9,68

5.0 étoiles sur 5 Un classique, un de plus..., 9 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Electric Warrior (CD)
Pour ceux qui l'ignorent encore(!), T-Rex fût un groupe majeur dans l'univers musical en ce début des années 70! Marc Bolan initia d'ailleurs son petit monde vers ce qu'on appellera le "Glam rock".
Un look plus androgyne, des mélodies imparables et des riffs tranchants, voilà le cahier des charges qu' il à dû s'imposer! Pari réussi car l'année 1971 restera à jamais celle de T-Rex. Trois singles ont trusté le haut des charts britannique, "Hot love" #1 G.B. Mars 71, la célébrissime "Get it on" #1 G.B. Juil.71, et "Jeepster" #2 G.B. Déc.71. La sortie d'"Electric Warrior" est juste venue confirmer le phénomène et propulsa le groupe et surtout son leader au firmament du rock avant q'un certain Ziggy Stardust ne prenne la relève...
Nourri d' une production de qualité, par un certain Tony Visconti, l'album ne se résume pas seulement aux tubes cités ci dessus, "Mambo sun", "Cosmic dancer", "Rip off", "Girl", "The motivator", etc... sont dans le même esprit et tiennent aisément la route.
Mélodieux, rythmé, incisif, émouvant et couillu, voilà ma définition du guerrier électrique!
9/10*


Phrazes For The Young (CD)
Phrazes For The Young (CD)
Prix : EUR 13,20

3.0 étoiles sur 5 En solo!, 28 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Phrazes For The Young (CD) (CD)
Bon c'est vrai qu'aujourd'hui, on a l'impression que les Strokes appartiennent plutôt au passé. Entre les rumeurs de dissolution, leur soi-disant incapacité à se supporter(!) et les projets solo de quasiment tous les membres, dur de croire à un retour fracassant... D'ailleurs leurs derniers albums sont devenus de moins en moins attendus... On ne s'étonnera donc pas que le leader charismatique du groupe ait voulu en faire autant.
Sorti en Octobre 2009, "Phrazes for the young" a eu le mérite de s'éloigner (légèrement) des sentiers battus en y infligeant un retour au eighties parfois maladroitement, qui influencera pourtant les deux derniers albums du groupe de façon plus convaincante.
Si "Out of the blue" et "River of brakelights" ont nature à appartenir sans conteste au registre réussi du quintuor new-yorkais, que dire de "Ludlow St" et "4 chords of the apocalypse" qui ont dû en dérouter plus d'un!
Un album pop, inégal, qui ne doit son salut que par 3-4 titres. Petite déception tout de même!
5,5/10*


Speak And Spell
Speak And Spell
Proposé par inandout_france
Prix : EUR 17,80

4.0 étoiles sur 5 Qui aurait dit..., 16 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Speak And Spell (CD)
Effectivement, après la sortie de leur premier album, difficile de croire que ce groupe de gamins aux attitudes un peu maladroites serait 35 années plus tard respecté mondialement. Et surtout, avoir cette reconnaissance aujourd'hui dont jouissent les plus grands...
Car si en 1981 les Depeche Mode font figure de pionniers de la musique électro, d'autres groupes ont commencé à émerger (Visage, The Human League, Soft Cell,...) ou ont rejoint le mouvement (Japan,...), d'autant que le succès d'un certain Gary Numan outre-manche a dû en motiver plus d'un! On peut même affirmer que le quatuor de Basildon avait tout pour finir rapidement aux oubliettes. Qui plus est lorsque votre compositeur principal quitte le navire rapidement derrière sa sortie...
Non pas que ce "Speak and spell" soit mauvais, mais il était dans l'air du temps avec ses synthés parfois un peu trop "sucrés" ("I sometimes wish I was dead", "Boys say go", "What's your name") et vite consommable.
Mais au delà de ces petits défauts devenus systématiques pour ce genre d'albums, il y a quelques perles disséminées ici et là, à commencer par la plus célèbre "Just can't get enough"( #8 G.B. Oct.81). "Puppets", "Photographic", "Tora!Tora!Tora!", "Shout", "Ice machine" ou encore "Any second now" méritent également une attention particulière.
"Speak and spell" n'est certes pas leur meilleur opus néanmoins gardons avec amusement cette oreille innocente!
7/10*


Démons to Diamonds
Démons to Diamonds
Prix : EUR 13,64

3.0 étoiles sur 5 Finir en demi-teinte malheureusement..., 28 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Démons to Diamonds (CD)
Après le triste décès l'an dernier de son leader Steve Strange et accessoirement figure emblématique du mouvement néo-romantique, Visage a finalement trouvé le moyen de refaire parler de lui une dernière fois.
Avec, ce qui devient coutume maintenant, de nous ressortir les titres rejetés ou bien encore ici les ébauches d'un nouvel album! Sympa de prime abord! Ca fait toujours plaisir d'écouter l'ultime album que l'on espérait pas. Surtout que le dernier en date "Heart and knives" m'avait relativement satisfait...
Bon, il faut savoir tout de même, que si Steve S. a participé à l'écriture, il n'a pu procédé à toutes les étapes, puisque "Demons to diamonds" fût terminé après.
Et le premier accro se trouve être la production! Très faiblarde! Passe encore si les titres étaient tous au niveau, or ça n'est pas toujours le cas. La reprise de D. Bowie "Loving the alien", "Your skin is my sin", et l'instru. "Star city" (avec un clin d'oeil à "Moon over Moscow" restent les points positifs de cet ultime album, et raviront les plus nostalgiques.
Par contre le reste est beaucoup moins plaisant voire anecdotique ("Become", "Days become dark", "Seven deadly sins part three", Never").
Voilà, la boucle est bouclée pour Visage! Souhaitant leur de traverser les époques et que leurs albums (surtout les premiers!) restent en mémoire à jamais.
5/10*


The OMD Singles
The OMD Singles
Prix : EUR 9,68

4.0 étoiles sur 5 New wave pop!, 14 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The OMD Singles (CD)
OMD fait partie de cette génération de groupes qui ont bidouillés leurs synthés les plus basiques pour créer une atmosphère très futuriste à l'époque. Et ils y sont arrivé! Au grand désespoir de certains tout de même...
A l'image d'un Gary Numan qui triomphait au Royaume-uni vers 1979-80, ces derniers lui emboiteront le pas et vivront un début de carrière des plus prometteurs notamment par le succès immédiat de très bons premiers singles. Globalement jusqu'en 1982. Le temps de faire découvrir "Messages" #13 G.B. Juin 80, "Joan of arc" #5 G.B. Nov.81, "Maid of orleans" #4 G.B. Fév.82, et surtout leurs deux tubes européens "Enola gay" #8 G.B. Juin 80, et "Souvenir" #3 G.B. Sept. 81. Les publivores des années 80 s'en souviennent encore...
Malheureusement l'état de grâce ne durera qu'un temps et leur musique s'étiolera gentiment. Ils se feront d'ailleurs rapidement doublé par les Depeche mode, Soft cell, Human league et consort.
Il suffit d'écouter "Tesla girls" ou "Locomotion" (assez horrible!) pourtant composé avec du matériel plus sophistiqué (les samplers sont apparus entre temps offrant de multiples possibilités) , pour se rendre compte qu'elles ont très mal vieilli. En tout cas, beaucoup plus que leurs premiers singles! En règle plus générale, une bonne partie des groupes qui ont traversé les années 80 de A à Z sont dans cette similitude.
Par la suite tout n'est pas à jeter non plus! "So in love", "Live and die", "Pandora's box" ou "Dream of me" restent cependant sympathiques.
Au final, un honnête best of de leurs singles sortis jusqu'en 1996 (ils ont repris du service depuis!), représentatif de leur carrière avec ses hauts et ses bas!
7/10*


The Light in You
The Light in You
Prix : EUR 18,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Retour en demi-teinte., 7 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Light in You (CD)
Après une longue attente (depuis 2008!), Mercury Rev a finalement décidé de revenir à ses amours perdus. Leur dernier en date "Snowflake midnight" très énigmatique et mystique (pour lequel je reconnais avoir été généreux à l'époque) avait fait perdre les derniers amateurs...
Du coup, quoi de mieux que de revenir aux fondamentaux! C'est ce que s'est évertué à faire le duo avec "The light in you".
Autant le dire de suite, la hauteur n'est pas au niveau des espérances!
Si une partie de l'album reprend effectivement la formule gagnante d'antan ( l'excellent "Central park east", "Are you ready" ou encore "Autumn's in the air") et à un degré moindre ("Emotional free fall", "The queen of swans", "You've gone with ..."), la suite reste plus décevante et moins accrocheuse ("Coming up for air", l'horrible "Sunflower", "Amelie", 'Moth light", "Rainy day record").
Ajoutez à cela une production moins inventive (Dave Fridmann manque cruellement) et vous obtenez un album homogène mais assez bancal. Dommage!
Mercury rev a peut-être perdu un peu de sa superbe mais ils ont la capacité de rebondir plus fort. J'y crois!
6/10*


Greatest Hits
Greatest Hits
Prix : EUR 20,04

5.0 étoiles sur 5 Savoureux!, 19 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greatest Hits (CD)
Rose Royce! Ce nom ne vous dit peut-être rien pourtant il s'agit bien d'un des grands groupes "black" de la fin des années 70. Mélangeant soul, funk, disco à l'instar des plus célèbres Earth, wind & fire, ils n'ont pourtant pas connu le même succès planétaire tout en ayant autant de talent...
Du moins jusqu'au départ de la jolie Gwen Dickey en Avril 1980 partie tenter une discrète carrière solo.
Ca tombe bien, ce best of recouvre uniquement cette période (1976-80) où la troupe américaine s'en donne à coeur joie!
Les plus avertis reconnaitrons sans doute leur plus célèbre hit "Car wash"( #1 US, #9 G.B. Fèv.77) où encore "Is it love you're after"(#13 G.B. Janv.80) samplé plus tard pour le thème S-express. D'autres titres ont également fait les beaux jours des charts anglo-saxons ("Whishing on a star" #3 G.B. Mars 78, "Love don't live here anymore" #32 US, #2 G.B. Oct.78, ou "Ooh boy" #46 G.B. Avril 80, ou "I wanna get next to you" #10 US, #14 G.B. Avril 77).
Dansantes ou émouvantes, ces 14 petites perles ne vous laisseront de marbre!
8,5/10*


Brilliant
Brilliant
Prix : EUR 10,34

3.0 étoiles sur 5 "Marty nous sommes revenus en 1985, nom de Zeus!", 7 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brilliant (CD)
La période musicale actuelle est à la nostalgie. Il n'y a qu'à voir le nombre de groupes ou d'artistes qui sont réapparus ces dernières années pour s'en convaincre (Adam Ant, Omd, Visage, Culture club, Magazine, etc...). Et bien sûr Ultravox!
Bon, c'était en Mai 2012 effectivement! Mais si mon engouement pour la new wave est toujours d'actualité, Ultravox ne faisait pas partie de mes groupes favoris. Pour moi il y en avait autant à prendre qu'à jeter. D'ailleurs j'ai toujours préféré la collaboration de Midge Ure et Billy Currie avec Visage ou encore avec Gary Numan pour ce dernier.
C'est vrai que les critiques furent élogieuses concernant "Brilliant", du coup je vais me tacher de tempérer un peu les ardeurs. Album que je trouve assez irrégulier, du Ultravox pur jus finalement! Dès le premier titre "Live", on se croirait revenu 30 ans en arrière, période "Dancing with tears in my eyes" le côté commercial en moins. Si vous aviez des inquiétudes à ce sujet, il n'y en a plus.
On s'emballera sur la beauté de "Change" ou encore "Remembering", on acceptera avec un regard amusant et nostalgique les envolées de Ure ("Live", "Lie", "Satellite", "Brilliant") et l'on s'endormira sur "One", "Hello" et "Contact"!
Dommage, un album un peu surcôté à mon (humble) avis. Seuls les fans purs et durs apprécieront. Ce qui n'est déjà pas si mal!
5/10*


Singles
Singles
Prix : EUR 22,56

5.0 étoiles sur 5 A travers les années 80..., 13 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Singles (CD)
Voici une bonne façon aux non-initiés de découvrir un des groupes les plus énigmatiques voire emblématiques du mouvement post-punk à tendance synthétique.
Séparation rapide d'un des membres fondateurs (Alan Rankine début 1983), potentiel certain, succès commercial les voyant rejoindre le peloton de tête pour finalement s'étioler rapidement et pour finir le suicide du leader Billy McKenzie en Janvier 1997, bref, tous les ingrédients d'un groupe culte!
Best of assez complet (même si l'on peut déplorer l'absence d' "In windows all"), retraçant chronologiquement cette carrière en demi-teinte.
Des débuts synthétiques et minimalistes ("Tell me easter's on friday", "Q quarters", "A", Message oblique speech", "White car in germany", etc...) en passant par leur période couronnée de succès ("Party fears two" #9 G.B. Mars 82, "Club country" #13 G.B. Juin 82, "18 Carat love affair" #21 G.B. Août 82), puis le déclin commercial pourtant non dénué d'intérêt ("Those first impressions" #43 G.B. Juin 84, "Waiting for the loveboat" #53 G.B. Août 84, "Breakfast" #49 G.B. Fév.85, "Take me to the girl" #95 G.B. Nov.85, "Country boy", "Baby", etc...).
Toutes ont par contre cette similitude difficilement niable, à savoir cette voix "blanche" si belle et triste à la fois. Très new wave finalement!
Amateurs de cette période, jetez-vous y sans inquiétude!
8,5/10*


Paper Gods - Édition Limitée
Paper Gods - Édition Limitée
Prix : EUR 22,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Underground?, 3 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paper Gods - Édition Limitée (CD)
Ce qu'il y a de drôle aujourd'hui, tient au fait qu' écouter Duran Duran devient presque un acte de "résistance" envers tous ceux qui nous ont bassiné pendant des années à nous démontrer du non sens de ce groupe et plus généralement de ce qu'il fallait acheter ou non. Ces mêmes qui d'ailleurs n'étaient pas à une contradiction près... Je parle bien sûr d'une certaine presse rock...et pourtant j'en lisais et j'en lis encore, comme quoi...
De toute façon, inutile de polémiquer car la sortie de ce "Paper gods" s"est faite dans une indifférence devenue habituelle! Ca n'est pas plus mal finalement.
Bien évidemment, la critique est tout à fait possible! D'ailleurs à ma première écoute je suis vraiment resté sur ma faim, ensuite au fur et à mesure on apprécie d'avantage ce 14ème opus. L'exemple le plus signifiant est "Pressure off". Single qui ne m'a pas convaincu au début, l'impression de déjà entendu, et puis à la fin, le refrain ne ressort plus de votre tête et vous en redemandez!
Si tout n'est pas parfait ("Last night in the city", "Danceophobia", "Only a dreams"), le reste est bien dans la veine de leurs derniers albums respectifs ("Paper gods", "Face for today", "Sunset garage", "The universe alone", "Butterfly girl", etc...).
Un bon album pop qui ravira les afficionados, et puis... c'est tout! Les autres ne sont même pas au courant...
7/10*
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 13, 2015 12:52 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20