Profil de Thierry > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Thierry
Classement des meilleurs critiques: 9.967
Votes utiles : 104

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Thierry

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Le roi disait que j'étais diable: roman
Le roi disait que j'étais diable: roman
par Clara Dupont-Monod
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Faut-il croire le Roi ?, 16 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le roi disait que j'étais diable: roman (Broché)
Le roman historique de Clara Dumont-Monod suit sans nul doute les événements historiques et c'est d'ailleurs à partir de ce constat qu'il est d'une grande modernité, car les propos "libres" prêtés aux deux personnalités que sont Aliénor d'Aquitaine et le Roi Louis XII permettent des analyses sur le pouvoir d'une grande pertinence. Les réflexions d'Aliénor, non pas sur le pouvoir, mais sur la psychologie des personnes qui doivent l'exercer, sont directes, crues, sans concession et nous renvoient sans doute vers des situations très contemporaines. "La puissance ne se mesure pas aux phrases qu'on prononces mais aux coups qu'on donne". "Les mots, eux sont pour les poètes", tout de même, pour une femme cultivée, entourée d'artistes cette remarque est d'une grande puissance. "S'il espère un avenir radieux, il avoue son impuissance à le fabriquer" ! Amusons nous aussi en pensant à notre actuelle situation : l'Aquitaine, Poitiers, les belles descriptions de ces campagnes du sud ouest que nous en donne C D-B, en contraste avec le nord et ce Roi qui le devient de façon improbable, plus les intrigues, cela ne vous rappelle donc rien ?
Notre Romancière dont j'apprécie personnellement le style direct, sans concession, mais bienveillante avec ses personnages, est aussi journaliste, donc plus en contact avec "nos puissants" que nous.
Merci donc pour ces heures passées avec Aliénor et cette histoire dans l'histoire.


Joë
Joë
par Guillaume Fonclare (de)
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

4.0 étoiles sur 5 Pour une moitié d'homme, 9 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joë (Broché)
Après avoir écouté Guillaume de Fonclare dans le cadre de la Grande Librairie sur France 5 il était impossible de ne pas lire son récit « Joë ».
S’il est difficile de faire la part des choses entre auto biographie et témoignage authentique en la personne de J. Bousquet, ce qui me frappe à la lecture du récit c’est le style sans fioriture ainsi que la concision dans la description des situations, pas d’épanchement voire une rudesse. Les sentiments sont évoqués mais pas d’empathie et tout y est cru.
Pour nous qui sommes en pleine possession de tous nos moyens intellectuels et physiques cette lecture nous ramène vers les fondamentaux même si en l’occurrence l’amour courtois via les écrits peut se situer au dessus de la jouissance physique. Et comment prendre conscience qu’une partie de votre corps ne réponde plus à vos sollicitations.


Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
DVD ~ Christian Clavier
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bon moment, 1 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (DVD)
Au départ une idée, il n'est pas toujours facile de traiter de la tolérance et surtout de l'acceptation de l'altérité dans notre société. D'autres films se sont attaqués au sujet, comme "devine qui vient diner ce soir" lui très en avance sur son époque car toujours d'actualité.
Personnellement j'ai été agréablement surpris par la prestation de C Clavier. Et pour le reste RAS avec un déroulement bien maitrisé, situations et dialogues qui font mouches. Donc un bon moment qui nous installe pendant 1h 30 en parallèle du quotidien. Donc à voir.


A l'encre russe
A l'encre russe
par Tatiana de Rosnay
Edition : Broché
Prix : EUR 7,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 attention au naufrage., 13 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l'encre russe (Broché)
Ayant peu d'apriori sur les livres et les romans de T. de Rosnay, et après avoir lu "son carnet rouge", pourquoi ne pas lire un autre opus ? Si j'ai vu et fortement apprécié le film "elle s'appelait Sarah" tiré du roman éponyme de notre écrivain, j'avais envie de lire autre chose. Et bien je constate que l'histoire de Nicolas pourrai bien être celle de TdR surtout si l'on va du côté, aussi, de ses origines. La transposition est hasardeuse mais pas impossible. Mais en fait peu importe. Par contre, si je me réfère à mes impressions de lecteur, ce qui m'avait un peu agacé dans les 12 nouvelles, c'est confirmé ici.
Les états d'âmes de cet écrivain à succès, ces jugements et observations des personnages qui l'entourent, et surtout ses réflexions intérieures me laissent dubitatif, surtout vers la fin. Je ne rentre pas aussi dans la description du milieu des éditeurs (c'est pareil ailleurs) pour dire avoir eu du mal avec le style d'écriture sans relief particulier, d'autres auteurs contemporains me séduisent beaucoup plus.
Moi aussi je suis déçu, même si je suis allé jusqu'au bout, ce que je fais toujours. Je ne pense pas lire d'autres romans de TdR tout de suite.


La grâce des brigands
La grâce des brigands
par Véronique Ovaldé
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Trop belle écriture, 27 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grâce des brigands (Broché)
Nous sommes totalement dans une très belle création littéraire, le style et l'écriture en étant agréables à lire décrivent des interrogations psychologiques, des doutes, des craintes mais aussi des espoirs avec une rare pertinence. Que les situations soient possibles ou non n'est pas la question. Le personnage "principal" Maria Cristina cristallise une pléiade de personnages, en commençant par ses parents, que Véronique Ovaldé nous livre sans concession mais aussi avec beaucoup de pudeur. Tout le titre évidemment se comprend à la fin du roman, même si cette "triste" fin est pleine d'espoir.


On a failli être amies
On a failli être amies
DVD ~ Anne Le Ny
Prix : EUR 19,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Opus moyen., 12 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : On a failli être amies (DVD)
Un nouvel opus d'Anne Le Ny qui nous emmène encore dans les soucis et les dédales sentimentaux, affectifs et conjugaux. Ici nous avons en plus les petites et grandes vacheries entre femmes le tout étant réalisé par une femme ce qui au niveau des dialogues ne manque pas de sel. Nous retrouvons par ailleurs deux actrices de talent qui déjà officiaient dans ses films précédents, à savoir Emmanuelle Devos dans "Ceux qui restent" et Karin Viard dans "Les invités de mon père". On retrouve donc bien la même signature, mais ici pourtant avec des situations originales, cela ne marche pas aussi bien. J'ai pourtant apprécie l'exercice du métier de notre conseillère d'orientation, le dialogue et l'ambiance juste un zeste caricatural et pour finir l'ordinateur, qui suite au bilan de compétence (truqué ?), donne un résultat totalement improbable (rire assuré !).
On comprend vite la situation et l'évolution de l'histoire, mais le déroulement manque de rythme et nos comédiennes ne sont pas au mieux de leurs qualités respectives et reconnues. Un certain essoufflement sens doute dans l'inspiration d'Anne Le Ny en est-il la cause ? Si on veut gouter au savoir faire de nos trois femmes impliquées ici, autant remonter vers les deux films évoqués précédemment. Opus juste moyen donc.


Elle s'appelait Sarah [Édition Simple]
Elle s'appelait Sarah [Édition Simple]
DVD ~ Kristin Scott Thomas
Prix : EUR 9,99

5.0 étoiles sur 5 Pour nous aider à comprendre, 8 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elle s'appelait Sarah [Édition Simple] (DVD)
Mon commentaire reprend ma réaction suite à celui de LUDI qui est d'une finesse rare. Doit-on romancer un tel événement et si la réponse est oui, comment. Je fais parfaitement la différence entre la valeur ou l'importance du contenue de l'histoire, en l'occurrence la rafle du Vél d'Hiv ainsi que l'holocauste, et la sensibilité avec laquelle toute personne est amenée à la décrire.
Au roman effectivement la beauté des personnages, en l'occurrence Sarah, ne s'identifie pas de la même manière qu'au cinéma. Cette gène je l'ai eu, mais après tout le résultat est la, et l'émotion par l'image est plus instantanée que dans l'écrit. Un libre on peut le fermer, le rythme appartient au lecteur, au cinéma il est imposé par le monteur.
De mon point de vue, le film n'est pas outrancier et il est particulièrement bien construit et bien interprété. Donc, la beauté de Sarah et les doutes de notre journaliste (belle aussi !) nous renvoient vers ces événements, à nous d'y à réfléchir.


Blue Jasmine
Blue Jasmine
DVD ~ Alec Baldwin
Prix : EUR 12,17

3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Mauvais millésime, 5 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blue Jasmine (DVD)
Décidément en me laissant tenter par un W A que je ne connaissais encore pas, je suis de nouveau déçu. Une critique parle de grand cru un peu bouchonné, certes pourquoi pas, mais je trouve qu'il s'agit encore une fois d'un mauvais millésime si l'on compare évidemment le cru à W A.
Cette impression de revoir toujours la même chose, toujours les mêmes situations, toujours la même gesticulation et cette excitation dans des enchainements pour le coup pas toujours lisibles. D'accord pour la performance d'actrice, mais dans ces conditions quel gâchis. Problème de couple avec des protagonistes qui frisent la caricature…. franchement il y a mieux et l'inspiration s'essouffle. Je me suis assoupi pendant 15 minutes, ceci explique cela !


Il faut tuer Birgitt Haas
Il faut tuer Birgitt Haas
DVD ~ Philippe Noiret
Prix : EUR 14,70

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une référence., 26 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Il faut tuer Birgitt Haas (DVD)
Je n'ai plus en tête la date de sortie de ce film mais il nous renvoie vers l'époque des brigades rouges et de la bande à Bader. Nous sommes encore à l'époque d'avant la chute du mur avec bien évidemment les événements des jeux olympiques de Munich.
"Il faut tuer Birgitt Haas" est un film d'espionnage qui n'a rien perdu de sa modernité surtout si on le compare avec ce qui se fait actuellement avec des moyens autrement plus "puissants". La qualité des acteurs est formidable et tous les acteurs sont magnifiquement menés, vraiment une époque. Lisa Kreuzer incarne une B. H. tout en finesse, voilà une terroriste empreinte au doute, sans remord certes, et qui nous donne avec simplicité ce qu'étaient, et sont encore, ses convictions. Elle est perdue, voire paumée, comme le personnage de Jean Rochefort, mais pas pour les mêmes raisons. Lui au contraire n'était rien, elle ne veut plus, ne peut plus être sur le devant de la scène que les services secrets veulent par manipulation lui donner. Quelle beauté, quel regard de Birgitt pendant leur première rencontre "arrangée" lorsqu'ils échangent sur Bertolt Brecht. Jean Rochefort est extraordinaire dans ce film et toute sa sensibilité est au service du personnage. Philippe Noiret dure mais d'une lucidité, rend lui aussi son personnage humain. Vraiment, un film qu'il faut absolument voir ou revoir. Une vraie référence dans le genre film d'espionnage.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 9, 2014 9:31 AM MEST


Mendelssohn : Concertos pour violon - Sonate  pour violon
Mendelssohn : Concertos pour violon - Sonate pour violon
Prix : EUR 7,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand art., 18 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mendelssohn : Concertos pour violon - Sonate pour violon (CD)
Après avoir découvert cette violoniste dans les sonates d'Ysaÿe, je me retrouve avec Mendelssohn ses deux concertos pour violon et la sonate avec piano. Après l'écoute de ce disque, il est possible de dire qu'il existe encore des interprétations nouvelles d'œuvres archis connues comme ce concerto opus 64. Le répertoire des concertos pour les violonistes est d'une grande richesse, il est d'ailleurs vain de les hiérarchiser et de dire que tel ou tel est plus beau que celui-ci ou celui-la sans parler le la maitrise technique. Mais le concerto de Mendelssohn requière une maitrise immédiate du soliste, car sa prise de parole est redoutablement périlleuse pour la justesse et ensuite par sa difficulté digitale. Ici, en plus, il y a une musicalité et une puissance expressive qui dès la première minute donnent le ton. Ensuite le charme est toujours présent, la ligne mélodique est d'une intelligence expressive affirmée avec des tentions et des détentes délicatement construites. Du grand art et un grand bonheur car il y a la soliste certes, mais le dialogue avec l'orchestre (parfois un peu pataud) est digne d'une construction et d'un échange que l'on trouve en musique de chambre.


Page : 1 | 2 | 3 | 4