ARRAY(0xaddce594)
 
Profil de P-henri Thoreux > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par P-henri Thoreux
Classement des meilleurs critiques: 989
Votes utiles : 3999

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
P-henri Thoreux "p-henri.thoreux" (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Jeune & Jolie
Jeune & Jolie
DVD ~ Frédéric Pierrot
Prix : EUR 17,90

2.0 étoiles sur 5 L'éducation sentimentale à Boboland, 5 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeune & Jolie (DVD)
A part les courbes charmantes de l'anatomie de Marine Vacth, parcourues par la caméra concupiscente de François Ozon, il n'y a pas grand chose à retenir de cette morne histoire de dépravation d'une jeune adolescente écervelée. Tout semble artificiel, et la malheureuse actrice n'a que son corps pour convaincre, vu que le réalisateur ne lui laisse aucune latitude pour exprimer le moindre sentiment. Cette incursion presque idyllique dans l'enfer de la prostitution est à la fois pesante, superficielle et trompeuse. Disons pour être bref, qu'elle n'a aucun intérêt, à part peut-être la description complaisante de l'univers insipide et dévoyé des bobos parisiens...


Sugar Man
Sugar Man
DVD ~ Stephen 'Sugar' Segerman
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pâle résurrection, 4 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sugar Man (DVD)
Le truc du chanteur solitaire, poète inspiré mais maudit, qu'on croyait mort de manière dramatique, sans avoir jamais vraiment entendu parler de lui, et qu'on ressort tout à coup comme un miraculé, c'était magique ! Surtout avec cette belle affiche de l'homme aux semelles de vent, au charme latino, buriné par le soleil, guitare sur le dos, cheminant dans la poussière du Sud, au son d'une rengaine accrocheuse : Sugar Man...
L'ennui c'est qu'après avoir vu le vibrant documentaire retraçant le parcours de loser magnifique du dénommé Sixto Rodriguez, on reste sur sa faim.
Il est bien difficile en effet d'adhérer à cette légende un peu trop merveilleuse pour être totalement vraie. Sans doute avant tout parce que les auteurs en font vraiment trop dans le maniement de l'encensoir.
Tout d'abord l'accumulation de témoignages dithyrambiques, au demeurant aussi anonymes que la vedette, attestant que Rodriguez serait un pur génie : « On n'avait jamais entendu ça », « à côté de lui, Bob Dylan paraît léger... » De fait, on comprend leur incompréhension face à l'insuccès de ses disques...
Et quand ce n'est pas l'outrance, ce sont les contradictions qui surgissent, lorsque est évoquée la popularité inattendue de l'artiste en Afrique du Sud ! Songez donc : son premier album Cold Fact y aurait été aussi célèbre que l'Abbey Road des Beatles ou le Bridge Over Trouble Water de Simon et Garfunkel, et bien plus que les productions d'Elvis ou des Rolling Stones ! C'est bien simple, Sixto Rodriguez aurait été là-bas l'idole des jeunes, le chantre de la lutte anti-apartheid et aurait vendu au bas mot 500.000 disques !
Curieuse démesure, alors que les textes de ses ballades, hormis quelques allusions aux paradis artificiels, paraissent bien inoffensifs, et que l'intéressé lui-même avoue n'avoir jamais eu la moindre relation avec l'Afrique du Sud (il ne savait même pas qu'il y avait vendu des disques!). D'ailleurs comment aurait-il pu devenir célèbre alors qu'une affreuse censure interdisait parait-il systématiquement le passage de ses disques à la radio ?
Bref, devant tant d'incohérences, la curiosité pour le phénomène s'émousse assez rapidement, au fil de ce périple plus bavard que musical (on n'y entend pas un morceau en entier). Si on ressent une certaine tendresse pour le personnage, on ne peut s'empêcher d'éprouver également de la pitié. Le chanteur mal aimé, dont la voix chaude et stridulante n'était certes pas désagréable, quoiqu'au service de mélodies plutôt monocordes, a été malheureusement ressuscité un peu tard. Les deux prestations publiques récentes présentées dans les bonus le montrent en effet chancelant, le souffle court et rauque, grattouillant laborieusement quelques accords sur sa guitare. Pas de quoi se taper le cul sur la glace...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 13, 2014 8:08 PM MEST


David Fray Records JS Bach
David Fray Records JS Bach
DVD ~ Jean-Sébastien Bach
Prix : EUR 8,00

5.0 étoiles sur 5 Bach est une fête, 15 février 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : David Fray Records JS Bach (DVD)
Avec ses manières de sale gosse aux faux airs de Tom Cruise, Le jeune pianiste à la mèche rebelle David Fray a de quoi en énerver a priori plus d’un. Mais lorsqu’il s’installe au piano, il faut bien reconnaître qu’il émane de lui quelque chose d’autre qu’une simple allure. A-t-il pour autant l’envergure d’un Glenn Gould qui fut lui aussi, en dépit d’un immense talent, un tantinet cabotin ? C’est une question finalement accessoire, si l’on admet prendre du plaisir à entendre Bach joué par ces doigts juvéniles.
Or le charme opère. Au clavier, le toucher s’avère gracieux, subtil et original, et l’artiste montre qu’il sait s’élever un peu plus haut que son instrument. Grâce à la caméra de Bruno Monsaingeon, qui sait se faire petite souris durant les répétitions, on mesure la capacité du sémillant musicien à concevoir ces fabuleux concertos comme des ensembles cohérents où l’orchestre n’est pas seulement le faire valoir du piano, mais le partenaire à part entière d’un dialogue équilibré (sublime adagio tout en délicats en pizzicati du BWV 1056). Au surplus, on perçoit comment il est possible de trouver dans ces mélodies rebattues, la possibilité de renouveler les phrasés, pour leur garder leur merveilleuse et si prégnante intemporalité...


Le temps de l'aventure
Le temps de l'aventure
DVD ~ Emmanuelle Devos
Prix : EUR 12,44

3.0 étoiles sur 5 Mièvre romance, 15 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le temps de l'aventure (DVD)
Il manque à cette brève aventure amoureuse, à peu près tout ce qui fait le charme des bonnes comédies romantiques : passion, mais aussi légèreté, imprévu, humour, élégance... Tout est ici téléphoné si l’on peut dire. La mise en scène se traîne, les dialogues sont plats, les décors banals et la romance elle-même n’a pas beaucoup de saveur. Tout l’intérêt, ténu, du film réside dans ces quelques moments assez bien vus, où le destin semble pouvoir vaciller et où l’improbable peut tout à coup faire basculer l'existence. Mais pour le reste, on peine à croire à ce coup de foudre entre un beau ténébreux, un peu sur le retour, et une actrice évaporée, fauchée, et vaguement à côté de ses pompes. Aussi, lorsque après bien des hésitations, le dénouement survient enfin, on n’est pas vraiment submergé par l’émotion...


Le Majordome
Le Majordome
DVD ~ Forest Whitaker
Prix : EUR 16,99

Aucun internaute (sur 3) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Chronique amidonnée, 11 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Majordome (DVD)
On aurait pu attendre de cette destinée peu banale de majordome noir au service de la Maison Blanche au moins quelques anecdotes cocasses, quelques petits à-côtés facétieux de la grande Histoire. Au lieu de cela, on a droit à un récit empesé et longuet, passé à l'encaustique du conformisme politique le plus rebattu. La reconstitution de quelques trois décennies d'histoire américaine (d'Eisenhower à Reagan) tourne quasi exclusivement autour des problèmes raciaux. Elle se traîne entre clichés et poncifs maintes fois vus et revus, tournant parfois à la caricature : ça commence dans les champs de coton façon Autant en emporte le vent, les Blancs sont à peu près systématiquement des ordures, à part le gentil Kennedy dont on fait de l'assassinat un abominable crime raciste ! Enfin, point d'orgue final, l'élection de Barack Obama est présentée une fois de plus comme l'avènement du Messie...
Facteur aggravant, si la réalisation est léchée, la mise en scène est molle et inexpressive. Jamais l'émotion ne parvient à transparaître sous l'épais plâtras de maquillage recouvrant le visage des acteurs. Forest Whitaker si touchant d'habitude est quasi pétrifié par la gangue d'un fatum inéluctable. Son rôle entièrement dévolu au service du Protocole ne lui permet certes guère de fantaisie, mais il croit bon d'afficher en toute circonstance un air de chien battu plutôt lassant.
Les présidents américains successifs paraissent quant à eux sortis de chez Tussaud tant ils sont stéréotypés. Seule Jane Fonda parvient très brièvement à tirer son épingle de ce jeu aseptisé en se livrant à une interprétation à contre pied plutôt sympathique de Nancy Reagan... C'est peu pour un film de plus de 2 heures...


Watch Your Back
Watch Your Back
Prix : EUR 19,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Blues survitaminé, 22 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Watch Your Back (CD)
Voilà un Blues qui a une sacrée pêche ! Et pour tout amateur qui ne connaîtrait pas ce gars né au Texas en 1939, c'est vraiment la bonne pêche ! Merci à l'ami Ramone et sa dénicheuse de perles qui ont été chercher au fond des bleuîtés obscures ce trésor presque perdu !
De la musique aromatique comme une tequila caressant les boyaux, et chaude et tonique comme un café tout juste sorti du percolateur. C'est superbement asséné par ce chanteur à la voix d'acier fondu et sa guitare térébrante qui décoche les riffs comme des flèches (les superbes I'm Gonna Leave You, What She Don't Know, ou Let My Guitar Do The Talking aux accents de mojo...). Ça monte dans les aigus en sifflant sur un shuffle du tonnerre. Belle pulsation assurément, bel équilibre et belle homogénéité de l'ensemble. Une production Alligator Records, c'est une garantie...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 23, 2014 10:23 AM CET


Des hommes sans loi
Des hommes sans loi
DVD ~ Shia LaBeouf
Prix : EUR 9,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Des méfaits des lois inutiles..., 18 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes sans loi (DVD)
Angle d'attaque original pour ce retour au funeste temps de la prohibition aux Etats-Unis. Loin des stéréotypes à la Capone, c'est chez les ploucs de Virginie que le récit déroule son fatum mortifère. La prise de vue est excellente, fouillant de manière précise et très crue ces trous perdus au fond de la campagne, où de paisibles distillateurs de whisky, sous l'effet de la rigueur excessive de la Loi, se transformèrent en truands. Les représentants de cette dernière sont montrés de manière un peu caricaturale. Le procureur sadique et inverti Charlie Rakes, a quasi le look d'un petit chef gestapiste. Shia La Beouf, de son côté, se révèle un peu énervant à la longue avec ses airs de nigaud qui veut péter plus haut que son cul, mais Jason Clarke et Tom Hardy dans la peau des deux autres frères Bondurant, sont très crédibles. Et Jessica Chastain instille une touche bienvenue de charme au milieu de ces impitoyables guerres de gangs. Au total, ce polar aux accents de western propose une vraie réflexion sur l'abus des lois et des réglementations. A l'heure où l'on imagine que l'Etat peut imposer en toute circonstance sa prétendue morale, cette fable édifiante, tirée de faits réels devrait faire méditer...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 21, 2014 10:59 AM CET


Oxygen
Oxygen
DVD ~ Maura Tierney
Proposé par BERSERK MEDIA
Prix : EUR 8,99

4.0 étoiles sur 5 Un thriller étouffant, 18 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oxygen (DVD)
Un peu méconnu, ce long métrage qui offrait en 1999 un de ses premiers grands rôles à Adrien Brody, mérite le détour. Très bien construit jusqu'à son terme, sans esbroufe ni effet clinquant, il évite pas mal des artifices racoleurs des fameux « Silence des Agneaux » et « Seven », avec lesquels on le compare souvent. Mettant en scène comme dans le premier, un face-à-face éprouvant entre un assassin psychopathe et une femme policier à la dérive et quelque peu torturée intérieurement, il s'avère presque aussi efficace en matière de suspense. Certes, il y a quelques invraisemblances en matière de situations mais qu'importe, car le film est littéralement porté par les compositions remarquables des deux acteurs principaux.


The Music Lovers (La Symphonie Pathetique)
The Music Lovers (La Symphonie Pathetique)
DVD ~ Ken Russell
Proposé par DVD_EN_STOCK
Prix : EUR 49,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un mariage vraiment raté..., 14 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Music Lovers (La Symphonie Pathetique) (DVD)
A l'image de la musique de Tchaïkovski, ce film à la fois baroque et exubérant, n'évite pas toujours les boursouflures ni les outrances. Avec le recul, puisqu'il date de 1970, c'est dire qu'il a quelque peu vieilli.
Il reste une vision fantasmée et colorée de la destinée tragique du compositeur, des prises de vues assez remarquables, mêlant une certaine grâce romantique à d'horribles effets stylistiques. Les personnages sont dans l'ensemble caricaturaux, et leur jeu empreint de théâtralisme est lassant. Richard Chamberlain, ne semble pas particulièrement à l'aise dans ce rôle de composition, tournant quasi exclusivement autour de l'homosexualité contrariée du musicien. La bande son, monophonique assez désastreuse souligne le caractère très daté de cette oeuvre, qui reste intéressante sans plus. On retiendra cette phrase dans la bouche de Tchaïkovski, tragiquement embarqué dans une aventure contre nature : "Je veux le mariage, sans la femme..."


Crossroads Guitar Festival 2013 [Blu-ray]
Crossroads Guitar Festival 2013 [Blu-ray]
DVD ~ Eric Clapton
Prix : EUR 25,12

4.0 étoiles sur 5 Derrière les aléas techniques, la grâce..., 12 janvier 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crossroads Guitar Festival 2013 [Blu-ray] (Blu-ray)
Le Bluray est décidément un standard bien décevant à certains égards. On ne peut discuter le gain important en qualité d'images qu'il apporte par comparaison avec le DVD. En revanche, il est si protégé, si fermé, si exigeant que cela en devient très pénalisant ! Il est quasi impossible par exemple de lire un bluray sur un ordinateur (PC ou MAC). Aucun système d'exploitation n'intègre les fonctions ad hoc, et les logiciels pilotant les lecteurs sont à peu près tous défaillants !
Sur un lecteur dit de salon, ce n'est guère mieux. L'évolution incessante des normes impose une mise à jour régulière des appareils, et certains manifestent vis à vis de ces galettes un comportement pour le moins aléatoire. D'où sans doute la déception de nombre de commentateurs...
Pourtant, avec un matériel adéquat, ce concert est un vrai régal. On pourra certes récriminer sur l'instabilité de la caméra, mais c'est hélas un défaut très répandu de nos jours chez les cinéastes ! Les gros plans ne sont en revanche pas gênants et l'ensemble de la mise en images s'avère très correct.
Au plan musical, le rendu sonore est très soigné, en stéréo ou en DTS-HD. Ce qui permet d'apprécier à leur juste valeur les nombreuses contributions toutes excellentes qui se succèdent durant près de cinq heures !
Les habitués de ces grands happenings consacrés à la guitare, réalisés sous l'égide d'Eric Clapton depuis 2004 (c'est la quatrième édition) reconnaîtront nombre d'artistes, fidèles aux postes. Pour ma part j'ai été particulièrement sensible à la prestation extatique de Gary Clark Jr (Please Come Home). Bien qu'il fut déjà de la partie en 2010, j'avoue l'avoir vraiment découvert à l'occasion de ce falsetto plutôt troublant. Et à la guitare, il a un beau potentiel. Dans le même registre aérien signalons l'interprétation assez époustouflante de l'hymne irlandais Mna Na Heereann, par Jeff Beck, accompagné d'une délicieuse violoniste dont j'ignore le nom et de sa non moins charmante et efficace bassiste Tal Wilkenfeld. Mention pour Sonny Landreth également dont le slide inimitable fait comme toujours merveille (Next Of Kindred Spirit, Congo Square)
Parmi les autres interventions, mentionnons les instants de fraîcheur apportés par le duo composé de Keb Mo et de Taj Mahal (Walkin' Blues, Diving Duck Blues), et ceux produits par Earl Klugh avec ses cordes nylon, accompagnées d'une contrebasse très acoustique (This Time, Mirabella).
Dans le genre un peu plus tonitruant signalons une superbe reprise du Don't Let Me Down des Beatles par John Mayer et Keith Urban. Voix parfaitement posées, et dialogues guitaristiques ensorcelants... Un autre bon standard, cette fois des Stones, Tumbling Dice, associe efficacement le beau gosse Urban, à Vince Gill et au trop discret Albert Lee.
Un peu moins convaincante est la quincaillerie country des Allman Brothers plus ou moins reconstituée autour du rescapé Greg, avec notamment Warren Haynes en guitariste leader. Je préfère plutôt le groove puissant de Los Lobos, ou bien quelques « battles » associant Robert Cray, BB King, Buddy Guy, Booker T, Derek Trucks, Steve Cropper et bien sûr Eric Clapton, un peu vieilli mais toujours impérial...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20