Profil de Charles Ry > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Charles Ry
Classement des meilleurs critiques: 11.914
Votes utiles : 78

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Charles Ry (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Somebody Outside
Somebody Outside
Prix : EUR 19,29

4.0 étoiles sur 5 Du plaisir, mais un peu court..., 17 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Somebody Outside (CD)
Cet album de la chanteuse guitariste suédoise date d'avant qu'elle s'établisse à New-York. Elle a encore un accent suédois charmant, qu'elle n'a plus vraiment dans The night visitor, mais c'est un détail. C'est du pop-folk, voire un peu jazzifiant, une musique agréable, subtile, avec des mélodies très belles et des arrangements sobres, parfois assez originaux. Je l'écoute encore et encore avec grand plaisir. Dommage qu'il dure moins de quarante minutes...


Pourquoi ma mère me rend folle
Pourquoi ma mère me rend folle
par Françoise Laborde
Edition : Poche
Prix : EUR 4,50

4.0 étoiles sur 5 Les ravages du bégébégisme, 7 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pourquoi ma mère me rend folle (Poche)
C'est surtout le roman de trois filles et de leurs deux parents, avec toutes les « névroses » qu'implique la culture du paraître et du bien comme il faut, dans un milieu social enfermé dans sa cage de bienséance. Les relations entre les trois filles (de l'enfance à l'âge largement adulte) et leurs parents, et entre les parents eux-mêmes, sont finement observées, montrant toutes les souffrances, les difficultés et les rancoeurs d'une famille où l'affection perce tout de même ici où là la glace des conventions sociales.
Ce roman ne peut bien entendu pas être autre chose que le récit d'un vécu, ou de plusieurs vécus. On souffre avec ces personnalités souvent fortes, et on ne peut s'empêcher de penser que la démence de la mère de la narratrice est au moins en partie le résultat de toutes ses émotions refoulées (le diagnostic de maladie d'Alzheimer n'est pas réellement porté, mais ça n'a aucune importance). On pense à Hervé Bazin, ou François Mauriac. Le style est clair, simple et précis. Un petit roman profond qui fait réfléchir sur les relations intrafamiliales.


La Ville dont le prince est un enfant
La Ville dont le prince est un enfant
par Henry de Montherlant
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

3.0 étoiles sur 5 Un intérêt surtout historique, 7 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Ville dont le prince est un enfant (Poche)
Un des prêtres d'un établissement scolaire catholique masculin (bien longtemps avant la généralisation de la mixité) est très épris d'un garçon de 14 ans, lequel a lui-même une amitié particulière (comme on disait alors, une amitié amoureuse pourrait-on dire) avec un autre garçon, de 16 ans, que le prêtre semble considérer comme un rival. Tout cela est bien entendu très platonique, et je ne m'attarderai pas sur les effets inévitables de la quasi absence des femmes dans un monde exclusivement masculin. Il est bien connu que Montherlant a fait une (toute petite) partie de ses études secondaires au début des années 1910 dans "l'institution" qui sert de cadre à la pièce, elle-même écrite plusieurs dizaines d'années plus tard, au début des années 1950. Il se trouve que j'ai moi-même fait la plus grande partie de ma scolarité dans ce "collège" (dans les années 1960-1970, époque où le mot collège recouvrait l'ensemble du secondaire). Et j'ai retrouvé, lors de ma lecture, la même atmosphère, le même langage, jusqu'aux odeurs et aux bruits, qui se sont imposés à ma mémoire. Par contre, je suis surpris par la liberté de langage des élèves vis-à-vis des prêtres qui dirigent l'établissement ; je n'ai en effet jamais entendu un élève se comporter avec ce qu'on aurait considéré alors comme de l'insolence, ou un manque de respect éventuellement punissable, et je doute que cette « distance » se soit accentuée entre les années 1910 et les années 1960, mais il est vrai que Montherlant avait beaucoup de rancoeur vis-à-vis de l'établissement, et les années passant, il pu occulter plus ou moins consciemment cet aspect. De même, je n'ai jamais entendu un prêtre être appelé « Monsieur » ; c'était toujours « Monsieur l'abbé » (et pas encore « mon Père »). Mais peut-être Montherlant avait-il oublié ces détails quand il a écrit la pièce, ou bien a-t-il volontairement choisi de modifier ces postures pour les besoins de celle-ci. Toujours est-il que la pièce est très bien écrite, que les personnalités et les situations sont présentées avec une grande finesse psychologique et dramatique. Mais, si l'oeuvre a eu un grand retentissement lors de sa sortie, elle paraît un peu anecdotique aujourd'hui, surtout dans le contexte des scandales largement relatés par les médias ces dernières années.


Le genie du sexe
Le genie du sexe
par Christine Brusson
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

2.0 étoiles sur 5 Pas génial, 7 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le genie du sexe (Broché)
L'idée mentionnée sur la quatrième de couverture, à savoir une présentation poétique, voire « musicale », de la vie sexuelle de l'auteure, était séduisante et prometteuse. Mais le livre comporte, au milieu de quelques réflexions intéressantes, voire sympathiques, des digressions fréquentes, soudaines et parfois longues, sans grand intérêt. Le style est loin d'être fluide, et dans l'ensemble, le récit m'a paru souvent peu construit. J'ai rapidement trouvé le livre ennuyeux, et je l'ai fini en diagonale. J'ai tenté de le relire un mois plus tard, mais non, décidément, je n'ai pas accroché. Lisez plutôt « La mariée mise à nu » de Nikki Gemmell. Félicitations néanmoins à Christine Brusson pour s'être dévoilée de la sorte...


Live At Celtic Connections
Live At Celtic Connections
DVD ~ The Richard Thompson Band
Proposé par collectorsheaven
Prix : EUR 13,29

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Génial, comme d'habitude, 23 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live At Celtic Connections (DVD)
La première partie est consacrée aux morceaux du CD Dream Attic, et je dois dire que les interprétations sont meilleures ici, dans le DVD. En particulier, RT y chante nettement mieux (c'est le point faible du CD à mon avis), et puis on est "dedans", avec le plaisir visibles des musiciens, et leur complicité. Ils sont tous très bons, et RT est vraiment en grande forme, avec des échanges de bons mots avec la salle (pourtant très grande). Deux petites réserves néanmoins, sur le choix des morceaux de la seconde partie, toujours un peu les mêmes alors qu'il y en a tant qui mériteraient plus d'être au répertoire des concerts, et en second lieu sur le peu de plans sur le jeu de guitare de RT (mais je suis guitariste). En résumé : hautement recommandable, même pour une initiation à ce grand musicien.


Aucun titre disponible

1.0 étoiles sur 5 Nul !, 23 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
L'image est complètement passée, la pellicule a très mal vieilli, et le transfert en numérique est plus que médiocre ; à certains moments, on ne voit que des contours flous, on ne voit même pas ce qui se passe. C'est un érotisme ultra soft (pourquoi pas...), bien qu'une des histoires soit plutôt sordide, mais pas esthétique ni poétique, et complètement désuet (on peut y trouver un intérêt historique éventuellement). Le premier DVD est une sorte de conversation de salon entre pseudo sexologues, devisant en fumant sur l'éducation sexuelle et la communication dans le couple (ce qui est sans doute une bonne chose, mais ce n'est pas pour ça qu'on achète un tel DVD, encore que...). Et il n'y a pas de doublage ni de sous-titres en français (mais des sous-titres en anglais pour le suédois). Bref, à jeter !


Des corps en silence
Des corps en silence
par Valentine Goby
Edition : Poche
Prix : EUR 5,20

2.0 étoiles sur 5 Peu d'émotions, style peu fluide, 21 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des corps en silence (Poche)
Je n'ai pas accroché, style saccadé, peu fluide, pas toujours très clair. Je n'ai pas perçu les émotions que promettait la présentation du livre, dommage...


Les naufragés de l'île Tromelin
Les naufragés de l'île Tromelin
par Irène Frain
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Véridique et émouvant, 21 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les naufragés de l'île Tromelin (Broché)
Ce récit d'un naufrage, et surtout de ce qui s'est passé ensuite, est véritablement passionnant, et effarant. Une histoire vraie racontée avec un souci constant du respect des faits, et beaucoup d'émotions. Les événements relatés illustrent la vanité, la soumission, la paresse, la fatuité, l'hypocrisie, mais aussi le dévouement, l'empathie, le sens de l'honneur, des différents protagonistes. C'est aussi une source de réflexions sur la place des esclaves dans la société française d'avant la révolution, et sur la perception sensible que pouvaient en avoir certains personnages haut placés. Le style est vivant et clair, mais le récit n'est pas exempt de passages un peu nébuleux, finalement peu gênants. Je conseillerais aussi, dans un genre plus terrifiant encore, mais tout aussi véridique, le récit du naufrage du Batavia au début du dix-septième siècle (L'archipel des hérétique, de Mike Dash, ou pour les lecteurs pressés, Les naufragés du Batavia, de Simon Leys).


Assez parlé d'amour
Assez parlé d'amour
par Hervé Le Tellier
Edition : Broché
Prix : EUR 17,30

3.0 étoiles sur 5 Agréable, mais un peu compliqué, 21 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Assez parlé d'amour (Broché)
J'avais déjà tenté de lire ce roman il y a quelques mois, mais je l'avais abandonné au bout de quelques pages, ne comprenant plus rien aux personnages, en raison (en partie du moins) du fait que j'avais sans doute laissé trop de temps entre deux moments de lecture. Je l'ai repris récemment, ayant oublié cette première tentative, mais j'ai rapidement pris conscience qu'il s'agissait de ma seconde tentative, et j'ai donc décidé de le lire vite pour arriver à m'y retrouver dans « qui est qui ». Je pense que ce genre de livre devrait bénéficier d'une notice en première page (comme dans certaines pièces de théâtre), récapitulant les personnages avec leur qualité, notice à laquelle on pourrait se référer quand on a du mal à suivre. L'auteur aurait aussi pu faire comme José Saramago, à savoir désigner les personnages par leur qualité (« l'avocate », « le psychanalyste », ou encore « l'ancienne factrice »...).
Cette fois-ci donc, je l'ai lu en entier. J'ai d'abord pensé au roman de Tonino Benacquista Homo erectus, en lisant les différents portraits psychologiques, évoluant dans une atmosphère très parisienne un peu convenue. Mais le roman va ensuite doucement vers des ambiances plus intimes, plus tendres (sans trop de sensualité), plus tendues aussi parfois, avec des digressions plus ou moins intellectuelles, et quelques longueurs un peu fastidieuses en deuxième partie. En conclusion, un roman agréable à lire, mais assez rapidement (ou alors prenez des notes), avec des portraits attachants et des situations émouvantes.


The Night Visitor
The Night Visitor
Proposé par nagiry
Prix : EUR 13,63

5.0 étoiles sur 5 Belles chansons, beaux arrangements, belle voix, 21 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Night Visitor (CD)
Très belles guitares (dont la sienne), très belle voix, légèrement voilée tout en étant fraîche, d'une grande souplesse et d'une grande justesse. Les compositions sont accrocheuses, l'ambiance sereine, les arrangements subtils. J'ai pensé à l'Anglaise Beth Orton, aux Américaines Mariee Sioux et Suzanne Vega. Il manque peut-être un peu de contrastes ou de morceaux rapides, mais c'est une musique de nuit ! J'ai hâte de découvrir les autres disques...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12