Profil de Bernard Perthuis > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Bernard Perthuis
Classement des meilleurs critiques: 13.736
Votes utiles : 164

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Bernard Perthuis

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Barcarolles, Integrale Theme & Variations Op.76
Barcarolles, Integrale Theme & Variations Op.76
Prix : EUR 12,42

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Je garde le CD bien en vue!, 4 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Barcarolles, Integrale Theme & Variations Op.76 (CD)
Prise de son étonnante (ce qui ne veut pas dire spectaculaire), ce qui est habituel pour le label Aparte.
Elle restitue soigneusement les caractéristiques du piano choisi et du toucher de Giulio Biddau dans ces pièces de Fauré.

Personnellement, je trouve cet enregistrement très réussi. G Biddau (dont c'est le premier disque) emploie un legato admirable qui assoit les différentes couleurs dans des nuances plutôt douces, évitant ainsi le contresens de nuances plus brillantes mais plus clairsemées dans la musique de Fauré. On peut signaler aussi que l'usage de la pédale est modéré et évite le flou harmonique. On a donc une mouvance interne, une palpitation, en plus de la poésie.

C'est vraiment très beau je trouve, et je pense que je ne pourrai plus me passer de cet enregistrement.

A titre de comparaison, je trouve ça bien mieux dans les Barcarolles que la version Crossley, pourtant spécialiste réputé de Fauré.


L'Incomparable Rudolf Serkin
L'Incomparable Rudolf Serkin
Prix : EUR 67,23

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Réédition de l'enregistrement sublime des sonates 30,31 et32 paru en 1989, 1 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Incomparable Rudolf Serkin (CD)
Je place ce commentaire pour dans un premier temps renvoyer aux commentaires rédigés à propos de l'édition de 1989 des trois dernières sonates pour piano de Beethoven exécutées en live en 1987 (DG 427 498-2; Beethoven-Klaviersonaten-Piano sonatas-op.109. op.110. op.111).

Car ici c'est le même enregistrement des sonates pour piano qui est repris, à savoir le concert donné au Konzerthaus de Vienne en octobre 1987. Serkin avait alors 84 ans.

Ce double CD propose en complément d'autres gravures.

Ensuite, c'est pour dire que je partage les commentaires élogieux sur cette version des trois dernières sonates pour piano de Beethoven.

Cet enregistrement est un de mes compagnons fidèles depuis de nombreuses années. On y trouve le résumé indicible de la pensée musicale du compositeur revisitée une ultime fois par le vieux pianiste au bout de la quête de toute une vie.

Absolument bouleversant de tension émotionnelle et spirituelle et au bout de quelques secondes on peut oublier complètement les petits dérapages des doigts et se laisser étreindre.


Joseph Haydn: Concertos for organ and violin
Joseph Haydn: Concertos for organ and violin
Prix : EUR 8,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Belle réussite, 18 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joseph Haydn: Concertos for organ and violin (Téléchargement MP3)
J'ai écouté cet enregistrement sur CD.

Comme presque toujours, Haydn est passionnant dans ces œuvres. Quand on aborde Haydn au disque il faut attendre l'imprévu, la rupture, le vagabondage de l'imagination musicale. Beaucoup plus que chez Mozart. C'est moins fluide, et peut-être moins "génial" mais plus contrasté.

Les interprètes sont volontaires et gracieux tout à la fois, jouant à merveille des timbres savoureux de leurs instruments.

On aurait pu s'interroger sur le mariage des cordes et de l'orgue : ça marche très bien. Une dimension supplémentaire est apportée par l'orgue.

Attention toutefois à la prise de son : sur l'édition CD, il y a trop d'aigus; disposant d'un égaliseur, j'ai dû les baisser afin de retrouver un équilibre plus satisfaisant.


Wagner : Die Meistersinger von Nürnberg
Wagner : Die Meistersinger von Nürnberg
Prix : EUR 31,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 2 prises de rôle originales et réussies, 14 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wagner : Die Meistersinger von Nürnberg (CD)
Enregistré en 1975.

Direction assez solennelle et précise de Jochum, allant bien avec le propos de l'oeuvre. Les Maîtres est un opéra où la musique est je dirais totalement motrice, elle est la substance des personnages (qui ne vivent que pour des concours de chant!!), des situations. On ne pourrait s'y satisfaire d'une direction médiocre.

La distribution est dans l'ensemble solide, et est dominée par deux prises de rôle originales et très réussies.

Tout d'abord, plutôt que de faire chanter Sachs par un grand chanteur de mélodie, à la Hotter, Jochum a choisi Dietrich Fischer-Dieskau qui apporte une intériorité très intéressante pour la dimension du personnage. Il est tour à tour ou à la fois profond et simple, sans oublier une touche de ruse. Il incarne le poids moral sans doute voulu par Wagner.

Ensuite, Placido Domingo, ténor spécialiste du chant italien, n'est pas à contre-emploi pour Walther, c'est même tout le contraire. Il apporte un lyrisme et une fougue bien adaptés au personnage de Walther.


Intégrale De L'Oeuvre Pour Orgue De César Franck
Intégrale De L'Oeuvre Pour Orgue De César Franck

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un peu premier degré, 14 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intégrale De L'Oeuvre Pour Orgue De César Franck (CD)
Jean Langlais a enregistré cette intégrale sur l'orgue de César Franck à Sainte-Clotilde.
Le respect de la partition et des registrations d'origine est très grand, mais on peut le ressentir comme une position intellectuelle, rationnelle, qui tend à évacuer ce que ces partitions peuvent éveiller dans le domaine du mysticisme, de la vie intérieure, voire de la sensualité.
Chaque pièce, jouée en serrant le texte au plus près, semble isolée des autres. Dommage.


Mélodies
Mélodies
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 20,14

4.0 étoiles sur 5 Bel éventail de l'art mélodique de Chausson, 14 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mélodies (CD)
Enregistrement de 1978.
Ernest Chausson (1855-1899): élève de César Franck; son œuvre se distingue par un charme particulier et une harmonie raffinée qui est cousine de l'impressionnisme.

Sans atteindre à la perfection, ces interprétations Souzay/Baldwin offrent un bel éventail de l'art mélodique de Chausson. Articulation nette, intelligence musicale, style affirmé visant sans y parvenir toujours à mettre de côté les langueurs fin de siècle ou certaines insuffisances des poèmes.
Baldwin au piano me semble exemplaire.


Bach: 6 Cello Suites
Bach: 6 Cello Suites
Prix : EUR 18,58

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Placé dans les premiers par le forum Autour de la Musique Classique, 7 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: 6 Cello Suites (CD)
Il s'agit de l'enregistrement de 1960 réalisé en studio.

Je réalise des synthèses démocratiques d'appréciations discographiques des intervenants dans le cadre du forum Autour de la Musique classique.
A partir du sujet consacré aux Suites de Bach, il apparait que cet enregistrement de Pierre Fournier en studio est une des versions les plus appréciées par les membres de ce forum, sinon la version la plus appréciée.

cf. [...] , page 6.

Plus de 30 interprétations sont citées dans le sujet, c'est dire la performance quand un enregistrement parvient à "émerger".

On continuera probablement à parler de ce disque dans 2 siècles......

NB : les versions Queyras 2007 et d'André Navarra ressortent également parmi les meilleures selon les mêmes intervenants dans ce sujet.


Liszt : Concertos pour piano n° 1 et n° 2
Liszt : Concertos pour piano n° 1 et n° 2
Prix : EUR 13,82

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Version plastique, technique, acoustique mais pas romantique, 23 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Liszt : Concertos pour piano n° 1 et n° 2 (CD)
Enregistré en 1976.
Les deux concertos pour piano de Franz Liszt + Venezia e Napoli
Lazar Berman, piano; Wiener Symphoniker
DG 415 839-2

J'ai à peu près tout dit dans le titre du commentaire.
On cherche en vain une expression de grande humanité, mais peut-être ces deux concertos pour piano de Liszt, un peu creux il faut l'avouer, ne sont pas le terrain le plus propice.

Je me rappelle qu'à sa sortie cet enregistrement avait fait grand bruit, et des critiques l'avaient décoré de la médaille de l'enregistrement de référence.
Le piano et l'orchestre sont impériaux, mais ça va jusqu'au sentencieux. Il y a un parti pris de plastique sonore, de technique impeccable, de diction appuyée.
C'est néanmoins du très beau piano et du très bel orchestre, avec un orchestre et un pianiste dans la même approche (et ça c'est un bon point).
La sonorité pianistique de Berman est très intéressante comme toujours, pas des plus variées, mais la pâte sonore est riche.

Au niveau de la prise de son, c'est bien, mais les basses sont un peu gonflées. Il ne faut pas écouter trop fort, sous peine d'entendre des basses gonflées donc détimbrées. A volume réduit, le timbre des basses du piano est somptueux.


Debussy : 24 Préludes
Debussy : 24 Préludes
Prix : EUR 13,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une certaine déception, 12 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Debussy : 24 Préludes (CD)
J'avais tellement aimé le dernier enregistrement de Philippe Bianconi dans Debussy (Estampes, etc..label Lyrinx) que je salivais à l'avance.

D'où provient ma déception, pas totale, mais certaine?

Il faut dire en préambule que le grand nombre d'interprétations disponibles des Préludes pour piano signifie que la barre est maintenant placée très très haut.

Très vite, j'ai ressenti comme une prévisibilité déroutante de ce qui allait arriver au fil des minutes et des plages de ce CD. C'est pratiquement la première fois que j'ai cette impression en écoutant un enregistrement des Préludes de Debussy. C'est la même pâte sonore du début à la fin (assez riche mais monolithique et un peu lourde), je ne trouve pas de mystère, d'indicible qui vous saisirait un détour d'une mesure à l'improviste, ou qui vous chavirerait tout au long d'un voyage dans l'éther.

Une interprétation correcte, mais sans surprise, sans magie, sans indicible. Une sonorité riche mais peu changeante. Un petit manque d'inspiration passager?

La barre est placée très haut, c'est certain, après (mon choix subjectif): Arrau et ses miroitements, ses impulsions; Michelangeli et ses microcosmes éphémères; et le très surprenant Youri Egorov, largement oublié je crois,qui ne touche plus terre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 26, 2013 8:07 PM MEST


Debussy : Pelléas et Mélisande
Debussy : Pelléas et Mélisande
Prix : EUR 25,49

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pour l'orchestre et certains rôles secondaires, 15 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Debussy : Pelléas et Mélisande (CD)
Le son de cet intéressant enregistrement live est typé "voilé".
On peut se demander si c'est par conception en accord avec le chef ou par hasard.
D'une part les micros imposent un voile, et en plus ils abaissent légèrement les aigus.
Pour les auditeurs qui en ont la possibilité, on peut avec bénéfices augmenter de + 1 décibel de 2 khz à 4 khz et ensuite de + 1,5 décibels au-delà. Le voile ne disparaitra pas complètement, mais il régressera.

Haitink dirige de manière "climatique" ce concert. C'est-à-dire qu'il impose un climat, une ambiance, plutôt que de viser la subtilité à toutes les secondes. C'est très intéressant dans Pelleas ou la continuité musicale et dramatique prime. Comme de bien entendu, c'est un climat de mystère oppressant et de compassion qui est recherché, on le décrit comme on peut.

Côté solistes, c'est assez inégal:les 2 protagonistes principaux déçoivent. Otter dans Mélisande n'est pas assez fragile, Holzmair dans Pelleas n'est pas assez distingué. Par contre, Naouri et Vernhes (Golaud, Arkel)sont quasi parfaits et Hanna Schaer dans Geneviève approche le génial.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6