Profil de Eleanor > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Eleanor
Classement des meilleurs critiques: 927.702
Votes utiles : 18

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Eleanor "El" (Paris france)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Ces histoires qui nous gouvernent
Ces histoires qui nous gouvernent
par Christian Salmon
Edition : Broché
Prix : EUR 19,20

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Machiavel au pays des merveilles, 16 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ces histoires qui nous gouvernent (Broché)
Dans ce livre Christian Salmon revient sur ce 'storytelling' qui s'est imposé depuis 2007 à la communication politique.

A la fois metteur en scène et narrateur de soi, Nicolas Sarkozy a porté jusqu'à son accomplissement cet art de la 'théâtrocratie', 'assemblage de fonctions théâtrales, symboliques, narratives, destinées à faire d'un acteur un président'. Avec Sarkozy, nous avons vécu 'l'âge d'or du cabotin', dont la télévision fut la scène primitive, faisant des Pujadas, Ferrari, Field et compagnie les complices obligés, en plus d'une grande partie des journalistes de la presse écrite, coupables selon Daniel Schneidermann d''aveuglement volontaire', 'de conformisme, de terreur et de servilité''

Par-delà la question de la pugnacité ou de la mollesse supposées des journalistes, le système de la grande émission télévisée s'insère dans ce dispositif général d'un 'ordre narratif' qui veut que la vie politique, souligne Salmon, ne soit plus scandée par les débats parlementaires ou par un agenda politique, mais 'obéit désormais à la politique de l'agenda'. Sarkozy l'a imposé durant cinq ans, il continuera de le faire durant les cinq prochaines semaines. Son nouveau 'récit' (j'ai appris à être président, j'ai souffert, j'ai compris la détresse des Français') semble déjà écrit.

'Dire, c'est faire, ou plutôt c'est faire croire', rappelle Salmon. La question reste de savoir si le 'faire croire' de Sarkozy produira encore des effets sur l'opinion gavée de ces shows télé où rien d'important ne se dit autre que l'envie du candidat d'écrire un nouvel épisode de sa propre story.

Jean-Marie Durand


Kate Moss Machine
Kate Moss Machine
par Christian Salmon
Edition : Broché
Prix : EUR 11,20

4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 se réinventer une vie dans de nouvelles performances, 12 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kate Moss Machine (Broché)
Comment expliquer qu'une petite jeune fille issue de la classe moyenne résidant dans la banlieue de Londres, qui ne respectait aucun des critères de la beauté du mannequin, soit devenue l'icône incontestable qu'elle est devenue ? Christian Salmon, celui qui, il y a peu, donnait les clefs du discours politique contemporain dans « Storytelling », l'explique en la replaçant au coeur des quatre révolutions enchevêtrées qui marquent la période récente : dans l'histoire sociale, dans l'histoire de la mode, dans l'histoire du capitalisme et dans l'histoire de la subjectivité. Kate Moss colle à la subjectivité que requiert le nouveau capitalisme : savoir être mobile, flexible, être en mesure de constamment se réinventer une vie dans de nouvelles performances. Dans ce moment où, par manque de grands récits, on ne peut plus inscrire sa petite histoire dans la grande, où il faut donc perpétuellement s'inventer une histoire, la mode descend en quelque sorte de l'estrade. Moi qui suis plutôt Claudia Schiffer, et qui, de par ma génération, ne peut quitter la nostalgie des grands récits, je sais gré à Christian Salmon de m'avoir si bien décrit la condition d'une génération que je voudrais dire « cruelle », tant elle se targue d'aborder crûment la réalité.
FRANCOIS EWALD


Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits
Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits
par Christian Salmon
Edition : Poche
Prix : EUR 9,50

14 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le code de la matrice, 28 novembre 2008
cher néo voici le code de la matrice, 29 janvier 2008
Par Dneoueix "chekdaflo" - Voir tous mes commentaires

Vous trouvez que le champ culturel est envahie par la futilité? Vous vous demandez pourquoi votre manager ne semble pas comprendre ce que vous dites? Vous voulez savoir pourquoi, après toutes ces années, les films racontent toujours la même histoire ou presque? Où sont passées l'éthique? et la politique? Et puis ces deux tours qui tombe quand même...

Ici pas de lapin blanc(voir matrix) mais l'audace(?) d'un écrivain à nous présenter ce qui tiend vraissemblablement lieux de ciment à cette "conscience collective" qu'on avait jusqu'alors du mal à se représenter.

SLAVOJ ZIZEK (subjectivité à venir) s'y est essayé en reprenant LACAN, PAUL WATZLAWICK avec "l'invention de la réalité" nous montrais comment la psychanalise avait renoncé à nous dire qui nous étions vraiement, mais avec CHRISTIAN SALMON l'aphorisme: "le monde est ce que nous en faisons" prend une épaisseure encore plus familière.

Oui nous sommes manipulés et oui il existe bien un pouvoir identifié pour s'en occuper.

Sa lecture nécessite sans aucuns doutes quelques convictions acquises tant phylosophiques que pragmatiques sur le monde dans lequel nous vivons, mais cette synthèse vulgarisée est foudroyante tant elle s'inscrit dans la réflexion présente, à savoir que le présent ne laisse que peut de place à la rélexion, pour exemple SALMON nous dit que Jack Bauer(de la série 24heures ouioui) à été cité par un membre de la cour suprème des états-unis pour légitimer la torture, ou encore que l'industrie cinématogrphique hollywoodienne et l'administration Bush travaillaient ensemble au lendemain des événements du 11 septembre.

Bref au moment ou j'écris ce commentaire je n'ai pas encore fini l'ouvrage mais il synthétise déjà tellement les réflexions que je peux avoir devant un blockbuster américain ou qu'on me dit que le prix du gaz va augmenter qu'il me paraît urgent d'écrire ici qu'il est indispensable d'avoir lu ce livre si l'on veut prétendre vivre le temps présent... tel jack bauer(?) Ah oui une petite ouverture(qui n'en sera pas une) pour le protocole: combien de temps le champ interrelationel social ou culturel souffrira-t-il un tel parasitage avant de perdre tout sens ou de se voir réapproprier?


Page : 1