Profil de Francois Thoreau > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Francois Thoreau
Classement des meilleurs critiques: 37.606
Votes utiles : 54

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Francois Thoreau (Belgique)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Temps des crises
Temps des crises
par Michel Serres
Edition : Broché
Prix : EUR 12,90

3.0 étoiles sur 5 Sympa, parfois génial, parfois banal, et très court en tous cas!, 4 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Temps des crises (Broché)
Ce très bref essai capitalise sur les travaux antérieurs de Michel Serres ; celui-ci tente de faire jouer quelques-uns de ses concepts (principalement celui de Biogée) pour mieux saisir la crise financière. En gros, son hypothèse est que la crise financière de 2008 n’est qu’un épiphénomène d’un bouleversement de bien plus grande ampleur, qu’il tire d’une analyse très rapide d’histoire de longue durée (de la fin du néolithique à nos jours). Forcément, en 75 pages écrit grand et avec de nombreuses répétitions, il ne faut pas s’étonner que le texte file tout droit dans les hautes sphères et paraissent parfois franchement peu en prise avec les problèmes actuels, mais en même temps il contient par moments de vrais traits fulgurants qui nous permettent de prendre de la hauteur sur l'époque.


Tous nos fantasmes sexuels sont dans la nature: Psychanalyse et copulation des insectes
Tous nos fantasmes sexuels sont dans la nature: Psychanalyse et copulation des insectes
par Tobie Nathan
Edition : Poche
Prix : EUR 4,50

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un super petit bouquin, très sérieux, 6 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
L'objet du bouquin est d'envisager les modes de relations psychanalytiques, entre un psy et son patient, comme différents modes de copulation chez les insectes. L'hypothèse peut paraître farfelue ou fanfaronne, mais en fait le bouquin est très sérieux. Tobie Nathan nous demande d'examiner sérieusement l'hypothèse selon laquelle on comprend mieux les uns en se penchant — au sens figuré cette fois — sur les autres. C'est un tour de force dont l'humour ne se révèle qu'au fil du déploiement de la puissance de cette nouvelle manière d'appréhender la relation thérapeutique.


Le père est une mère comme les autres
Le père est une mère comme les autres
par Damien Lorton
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

5.0 étoiles sur 5 Savoureux!!!, 7 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le père est une mère comme les autres (Broché)
Futurs parents, ne vous abstenez surtout pas! C'est d'ailleurs valable pour les déjà-parents, et même pour les non-parents. Lorton est un type bizarre qui a trois filles, dont on suspecte qu'il les raffole, et qui a décidé un beau jour de devenir père au foyer. Un projet familial détonnant, dans une société où, en dépit des beaux discours, ces dames continuent d'exercer une part prépondérante de la fonction parentale. Évidemment, Lorton s'acquitte de sa tâche comme un homme: en plus de changer les couches, choisir les vêtements avec goût et multiplier les trajets pour conduire les petites, Monsieur se permet de jouer au philosophe. C'est évidemment injuste de dire les choses comme ça, par boutade, mais il est amusant de constater qu'un homme soit autorisé, lui, à considérer la parentalité comme un phénomène exceptionnel qui mérite d'être raconté. Il en résulte un récit hilarant, combiné à de très belles et très sérieuses réflexions. Jamais en surplomb, jamais moralisant, et toujours ancré dans la pratique: confronté à tel ou tel choix, comment avons-nous réfléchi, qu'avons-nous fait qui nous semblait adapté à la situation, et pourquoi nous sommes-nous vraisemblablement trompés? Ce livre est d'une modestie qui contraste avec la majorité des ouvrages consacrés à l'enfance. Il est drôle, passionnant, émouvant, et en fin de compte il restitue une incroyable force d'apprentissage de ce que cela peut signifier "devenir parent".


Au temps des catastrophes : Résister à la barbarie qui vient
Au temps des catastrophes : Résister à la barbarie qui vient
par Isabelle Stengers
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Un ouvrage de référence qui refuse la démission de la pensée, 14 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au temps des catastrophes : Résister à la barbarie qui vient (Broché)
Cet ouvrage de Stengers est une formidable invitation à penser les conséquences des "catastrophes" qui s'accumulent. Loin d'être une énième énumération de tous les maux de notre époque, Stengers propose des moyens pour se ré-armer intellectuellement et pour lutter afin de penser ces événements (plutôt que les subir). "Nos responsables" nous apprennent à être impuissants, passifs, à rentrer dans les rôles qu'ils taillent sur mesure pour nous (les consommateurs, les patients, ...). Bref, c'est une approche tout à fait originale et, pour tout dire salutaire, puisqu'au lieu de nous asséner tous les problème de notre temps pour mieux nous écraser, Stengers nous accompagne au long d'une réflexion riche, dense et rigoureuse, sur les façons que nous avons de nous approprier ces problèmes et de continuer à être vivants, malgré tout, malgré l'ambiance de "fin d'époque".

Il est tout à fait frustrant que d'autres lecteurs soient manifestement passés complètement à côté de l'ouvrage et s'en ouvrent de manière aussi lapidaire que peu argumentée dans leurs commentaires, par ailleurs.


Les vertiges de la technoscience
Les vertiges de la technoscience
par Bernadette BENSAUDE-VINCENT
Edition : Broché
Prix : EUR 17,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une synthèse remarquable, pertinente et très bien documentée, 24 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vertiges de la technoscience (Broché)
Le commentaire lapidaire de "Bonastre JBB" ne rend pas justice à l'ouvrage de Bensaude-Vincent. Celui-ci fait insulte en l'ouvrage en y discernant une capacité à alimenter des discussions de type "café du commerce". Car enfin, cet ouvrage n'est pas à propos de "la vraie science objective" qu'il faudrait instruire aux foules ignorantes (par le biais d'une "vulgarisation"). Le problème est d'une toute autre nature en ce qui concerne les nanotechnologies et les technologies émergentes. En effet, elles sont d'abord et avant tout le fruit de programmes politiques, d'une vaste planification de type industriel. Les économies capitalistes avancées cherchent à redéployer leurs économies au travers des nouvelles technologies et de l'innovation. Les autorités publiques, en partenariat avec les milieux industriels, y consacrent des budgets très importants. Des "feuilles de route" sont mises au point, qui prévoient toutes les étapes du développement de ces nouvelles technologies, de leur conception dans le laboratoire à leur mise sur le marché. Or, toutes ces technologies sont appelées à débarquer dans notre société où elles auront toute sorte de conséquences, qui sont complètement ignorées. C'est tout cela, et bien davantage encore, que Bensaude-Vincent propose d'étudier dans cet ouvrage érudit, exhaustif et extrêmement bien documenté. La démarche proposée est extrêmement rigoureuse, et se penche tour à tour sur les programmes concrets de développement des technosciences, sur les dynamiques à l'oeuvre (notamment économique) et les impasses en termes de débat public et de mise en démocratie de ces technologies. La réflexion philosophique proposée colle ainsi toujours au plus près du terrain et y puise sa pertinence. Bref, cet ouvrage est essentiel à qui cherche à comprendre les "nanotechnologies" ou "biotechnologies", car il discerne les grands enjeux philosophiques et politiques que font naître (et qui font naître) ces développements technologiques, et en propose une excellente synthèse.


L'invention des sciences modernes
L'invention des sciences modernes
par Isabelle Stengers
Edition : Poche

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les nouvelles manières de faire science, 3 juillet 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'invention des sciences modernes (Poche)
Ce livre est un livre de philosophie des sciences qui pourrait se lire comme de la philosophie politique, où Stengers développe une vision pragmatique de l'activité scientifique, ni enracinée dans une vertu supérieure (que l'on appellerait Raison ou Science, par exemple), ni baignée dans un relativisme niais où tout se vaudrait. C'est toute la force de l'ouvrage de Stengers, c'est de chercher des voies praticables entre des postures aporétiques, entre la défense désincarnée d'une référence d'ordre transcendantal, et l'ironie facile de celui qui sait et qui se permet de tout brûler d'un ricanement. Il faut bien voir l'exigence de cette démarche ; il est tellement plus facile aujourd'hui d'embrasser sans questionnements une science pourtant discutable (et heureusement!), ou de la critiquer vertement, laissant ouverte la question de ce qu'il convient de faire ensuite. Stengers propose de dépasser cette alternative qui n'en est pas une avec la notion d'humour, qui caractérise l'attachement aux situations, la capacité du scientifique à se situer au milieu des savoirs qu'il produit, dans une "position d'immanence". C'est un plaidoyer pour une science modeste, humble, caractérisée par l'exigence constante que requièrent les attachements aux choses et aux lieux. Bref, c'est une philosophie aussi contraignante que salutaire ; ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'elle connaît actuellement un regain d'intérêt dans les sciences humaines et sociales. Ce livre est donc à conseiller à tous les amateurs de science qui refusent les diktats du prêt-à-penser positiviste et ne veulent se résoudre à disqualifier l'activité scientifique d'un grand geste de dédain.


La fin du monde par la science
La fin du monde par la science
par Bruno Latour
Edition : Broché
Prix : EUR 15,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une plongée dans le XIX° siècle à recommander!, 25 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La fin du monde par la science (Broché)
Comme le dit Latour dans la postface, ce Huzar est un drôle de coco.

Il met en garde ses contemporains; ce qui a été sera. L'humanité vit de cycles qui la conduisent d'effondrements en renouveaux des civilisations. C'est ce qu'annoncent toutes les religions, nous dit Huzar: l'homme a toujours pêché par orgueil en voulant développer une science sans limites, en voulant tout connaître... Plus dure en est la chute.

Huzar rassemble bon nombre d'observations, d'intuitions fulgurantes, et propose un essai vivifiant, mystique, très gai à lire.

Pour ne rien gâcher, La fin du monde par la science est le résultat d'une sélection stricte d'extraits de deux bouquins de Huzar, dont les longueurs sont épargnées au lecteur. Les textes sont en outre très efficacement introduits par un très bon texte de JB Fressoz, auteur de L'apocalypse joyeuse : Une histoire du risque technologique, qui prend un plaisir jubilatoire manifeste à nous faire découvrir Huzar. Son texte est extrêmement érudit tout en étant didactique didactique. Il nous propose des pistes pour "hériter" de Huzar de manière intéressante, c'est-à-dire en évitant de le cantonner à la figure un peu pauvre du prophète de génie, grand incompris de son temps et du nôtre, qu'il faudrait réhabiliter.

Une plongée dans le XIX° siècle à recommander!


Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash
Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash
par Bruno LATOUR
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Latour donne de la chair à son oeuvre, 13 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash (Broché)
La quatrième de couverture annonce une "étape clef dans le projet que poursuit Bruno Latour: faire une anthropologie positive des sociétés occidentales". Et le lecteur n'est pas trompé. Le livre se décompose en deux parties complémentaires: la partie sur les "faitiches", qui donne son titre à l'ouvrage, et celles intitulée "Iconoclash".

Si Latour est très connu comme sociologue, c'est pour avoir entrepris la tâche colossale de produire une anthropologie de la modernité. Pour ce faire, il a fallu en commencer par un travail très minutieux de restitution du fonctionnement de l'institution scientifique La vie de laboratoire : La production des faits scientifiques, prolongée par le développement progressif d'une anthropologie "a-moderne" (Nous n'avons jamais été modernes : Essai d'anthropologie symétrique).

Comme Latour l'annonce lui-même dans son ouvrage, s'il a essentiellement défini jusqu'alors ce que la modernité n'est pas, où ce qu'elle prétend être mais ne respecte pas dans ses pratiques (la grande division Nature / Culture, réalité objective / représentation, science / opinion, etc.), il souhaite maintenant trouver de nouvelles modalités pour donner de la substance à cette a-modernité, et il le fait au travers de la notion de "faitiche", dont il fait "l'opérateur" de son "anthropologie symétrique" (p. 66).

À la grosse louche, les faitiches, ce sont ces objets qui pullulent dans notre quotidien, qui peuplent une réalité bien tangible, et qui sont des passeurs ; des passeurs d'une dimension qui dépasse celui qui les produit, et qui permet de passer de leur construction à leur autonomie - sans croire ni à l'une, ni à l'autre (p. 65). Sans déflorer plus avant la théorie de Latour sur les faitiches, tout au plus faut-il constater que c'est un livre qui redonne espoir, un livre vivant, rythmé, alerte. C'est un remède très efficace à la sinistrose ambiante, et qui ouvre d'importantes perspectives sur comment repeupler notre modernité complètement desséchée, sans en passer par une critique encore plus austère...


XXV Fables des animaux
XXV Fables des animaux
par Estienne Perret
Edition : Relié
Prix : EUR 29,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Superbe édition, très bel objet, 13 avril 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : XXV Fables des animaux (Relié)
Ce fac-similé est un vrai plaisir à tenir entre ses mains. Il plonge le lecteur dans la grande tradition de la fable, où l'on constate la forme très particulière de ce genre littéraire. Certaines histoires sont les mêmes que celles de La Fontaine, mais racontées différemment; les emprunts sont nombreux et l'on voit que les fables, ainsi, circulent d'un auteur à l'autre. Les gravures sont superbes, reproduites avec un grand luxe de détails. Pour ne rien gâcher, l'écriture du texte est parfaitement lisible, moyennant adaptation à quelques caractères, donc ces fables peuvent très bien être racontées à vos petits bouts, s'ils entrent en rebellion contre le sacro-saint La Fontaine!


Du bon usage des catastrophes
Du bon usage des catastrophes
par Régis Debray
Edition : Broché
Prix : EUR 8,05

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Iconoclaste, 6 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Du bon usage des catastrophes (Broché)
Voici un petit essai rafraîchissant sur la notion de "catastrophe", qui connaît un regain d'intérêt ces dernières années dans les sciences sociales. Debray règle (gentiment) leur compte aux prophètes de malheur et entreprend de distinguer soigneusement les "bons usages de la catastrophe" des Cassandres bon marché. Ce qu'il souligne, finalement, c'est que penser la catastrophe, sur un plan métaphysique, peut participer d'une certaine écologie de l'esprit - les sombres augures s'accompagnent toujours de radieux lendemains (c'est une antidote, un des derniers remparts contre le réalisme bureaucratique). Comme toujours avec Debray, c'est vif, c'est iconoclaste, c'est érudit, ça se lit sans faim.


Page : 1 | 2