ARRAY(0xb29180f0)
 
Profil de Veilleur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Veilleur
Classement des meilleurs critiques: 69
Votes utiles : 6086

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Veilleur
(TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Robocop
Robocop
DVD ~ Peter Weller
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 6,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La loi de Murphy, 8 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robocop (DVD)
Avec son titre idiot, que les producteurs du film reconnaissaient volontiers au point d'avoir eu du mal à trouver un réalisateur, Robocop ne fait pas dans la dentelle. Mi-machine, mi-homme 100% flic comme le dit abruptement la phrase accompagnant le film, Robocop est loin d'être aussi simpliste que cela. D'abord, par l’œil du réalisateur, critique sur la société américaine de l'ère Reagan, avec une acuité particulière sur les grands requins du monde des affaires et le capitalisme débridé, sur la violence endémique de certains quartiers, sur le culte de la violence gratuite que l'on peut trouver dans des jeux vidéos, sur la société de consommation. Paul Verhoeven ne fait pas dans la demi-mesure mais assume complètement cet œil cynique et distant, non dénué d'un humour vachard. Amateur d'images fortes et de violence directe, le réalisateur tient à monter au spectateur la conséquence des armes. La critique est acerbe et frappe autant aujourd'hui qu'à l'époque.

Robocop est essentiellement une machine, un produit d'expérience, un produit tout simplement. Dans sa tenue de cyborg, la machine se rebelle, l'être humain reprend sa place et, bien entendu, son nom. Film sur l'appropriation du vivant par la technologie, Robocop offre aussi de belles images sur le travail de mémoire avec ce joli passage de la visite de la maison déserte de Murphy.

Le réalisateur avait en tête deux références de robots pour créer le sien : Maria, de "Metropolis" et Gort du "jour où la Terre s'arrêta". La filiation est évidente et le Robocop n'est pas une pâle copie de ses illustres ainés. Il faut convenir que l’interprétation de Peter Weller est très bonne en donnant ces mouvements saccadés (copiés sur les oiseaux) à son personnage.

Malgré les années qui s'accumulent sur ce film, ce dernier se bonifie avec le temps et je le recommande. Par contre, quelles que soient leurs qualités, les deux opus suivants, mis en image par d'autres cinéastes, n'ont plus cet effet de surprise ni le ton corrosif de ce premier film.


Outland
Outland
DVD ~ Sean Connery
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 6,33

3.0 étoiles sur 5 La métaphore de l'avidité... et de sa sanction, 3 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outland (DVD)
Ce film n'a rien à voir avec de la science-fiction. Il s'agit d'une étude de mœurs sur l'avidité qui surprend les hommes de pouvoir lorsqu'ils sont loin de leurs contrôleurs et qu'ils peuvent organiser comme ils veulent leur domination pour protéger les trafics qui leur font gagner encore plus. Pour autant, si l'on écarte ce quiproquo de la classification, ce film ne démérite absolument pas par la manière dont il est traité : des décors somptueux, à la fois majestueux et très oppressants, un univers masculin plutôt rude, un représentant des forces de l'ordre qui se questionne sur sa propre vie et se demande si ses actions ne s'apparenteraient pas à une mission suicide, un suspens convenu mais efficace.

Le point fort du film tient pour partie à son ambiance sonore, ses décors mais surtout à l'excellente interprétation, au premier rang de laquelle il faut faire figurer Sean Connery dans la peau de ce Shériff un peu désabusé que l'injustice et la cupidité du responsable de la base révolte. Le rôle de justicier solitaire un peu à contre-emploi et à contre cœur lui va comme un gant.


Poisson Electronique Robot Plastique Silicone Vert + Plante Jouet Enfant
Poisson Electronique Robot Plastique Silicone Vert + Plante Jouet Enfant
Proposé par Sunluxy Mall
Prix : EUR 4,49

1.0 étoiles sur 5 Les petits pois sont verts, 1 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Poisson Electronique Robot Plastique Silicone Vert + Plante Jouet Enfant (Jouet)
Bien entendu, ce commentaire n'en est pas forcément un puisque je le fais le 1er avril et qu'en ce jour de poissonnade, je ne peux m'empêcher de penser que les petits pois sont verts et non rouges comme sur ce produit !

A fuir à toutes nageoires !


Space Battleship (l'ultime espoir)
Space Battleship (l'ultime espoir)
DVD ~ Takuya Kimura
Prix : EUR 8,49

3.0 étoiles sur 5 Le sacrifice pour un bien supérieur, 1 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Space Battleship (l'ultime espoir) (DVD)
Parler de science-fiction pour un tel film est sans doute exagéré. Oui, il y a des décors spatiaux, de qualité. Oui, il y a des êtres étranges et des entités qui en veulent aux pauvres terriens. Oui, il y a un beau vaisseau spatial aux allures de croiseur de la seconde guerre mondiale (voulu et assumé). Mais l'essentiel du film n'est pas sur la rencontre avec des êtres étranges, ni même sur la modification de l'espèce humaine, ni même encore sur les conséquences de la science pour les générations futures. Le film parle avant tout de sacrifice et de choix de vie par rapport à un bien commun supérieur qui est la survie de la Terre. A cette aune suprême, comme il il y avait eu le sacrifice des soldats pour défendre la terre sacrée du Japon durant la seconde guerre mondiale, la culture nipponne répond "Présent". D'où cette accumulation de ce que nous pouvons considérer comme des éléments surjoués dans le film : les saluts militaires, la discipline de groupe, le discours martial, la fermeté lorsque la décision du sacrifice est prise, le code d'honneur des militaires ; tout cela pris dans une esthétique de jeu japonaise qui change des standards hollywoodiens ou européens. Le film a été fait d'abord pour des japonais.

Pour ma part, j'ai apprécié les décors, l'histoire de la Terre polluée par des forces destructives, le concept de nouvel espoir avec le croiseur Yamato, la défense d'un bien commun supérieur, l'esprit de camaraderie présent dans le film, mêlé à ce sens profond du respect des aînés qui est une des marques de la culture japonaise.

Ce film n'est pas au panthéon des films de "SF". Rangeons-le dans la catégorie des films de guerre si l'on veut car seul le décors change. Pour autant, c'est un film bien construit qui se laisse regarder.


Nothing Lasts Forever 832384, Baskets mode femme - Bleu (Blau 803), 37 EU
Nothing Lasts Forever 832384, Baskets mode femme - Bleu (Blau 803), 37 EU

5.0 étoiles sur 5 A la mode. Ah ! la mode, 31 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nothing Lasts Forever 832384, Baskets mode femme (Chaussures)
Chaussures prises pour une enfant de douze ans, sensible à la mode et surtout à la couleur de ce modèle, semble-t-il très tendance ! La couleur est effectivement très fidèle à ce qu'il y a sur la photo du site.


Les Tropeziennes par M. Belarbi Hamess, Sandales femme - Argent, 37 EU
Les Tropeziennes par M. Belarbi Hamess, Sandales femme - Argent, 37 EU
Prix : EUR 49,00

5.0 étoiles sur 5 Très bien, 31 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Tropeziennes par M. Belarbi Hamess, Sandales femme (Chaussures)
Bien adaptées et coup de coeur d'un été pour traîner partout. L'indispensable accessoire des beaux jours. il n'y a rien de plus à dire sur ce type de produit.


Le Mur invisible
Le Mur invisible
par Marlen Haushofer
Edition : Poche
Prix : EUR 8,27

4.0 étoiles sur 5 La survie, et rien qu'elle, 31 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Mur invisible (Poche)
Étonnant livre reprenant les codes de la catastrophe et pourtant se déroulant dans une nature limpide et vierge mais sans hommes ni femmes hormis l'héroïne. Étonnante catastrophe qui détruit les êtres vivants, sorte de bombe à neutrons avant l'heure, et qui isole une femme sous une sorte de cloche infranchissable et invisible. Dès lors, dans cet état d'isolement, que valent les personnes coupées de tout lien social, que valent les personnes poussées à bout de leurs ressources et qui ne souhaitent pas tomber dans un état barbare et conserver une dignité d'être humain, trouver des ressources d'ingéniosité pour pouvoir continuer à vivre et ne pas tomber dans la folie. Cette variation sur le thème de l'île déserte et de Robinson Crusoë n'est pas l'occasion de faire des leçons de morale sur une humanité qui n'existe plus. Elle se concentre sur la survie, rien qu'elle, avec la recréation d'un lien social autour d'animaux dont la vie et la mort ponctue le récit.

Marie Haushofer a écrit un récit tragique sur le style d'un journal rédigé dans l'urgence et à destination d'un lecteur potentiel futur dont on ne sait s'il arrivera, ce qui donne forcément des répétitions, et peu d'effets littéraires ou de coups de théâtre. Le récit frappe d'emblée car nous nous posons automatiquement la question de ce que nous aurions fait dans un pareil cas. A lire absolument.


Oscar et la dame rose
Oscar et la dame rose
par Eric-Emmanuel Schmitt
Edition : Poche
Prix : EUR 4,94

4.0 étoiles sur 5 Les mots simples des grandes douleurs, 31 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oscar et la dame rose (Poche)
Le décès des enfants est l'évènement le plus cruel qui soit, qui fait perdre tous les repères, toutes les croyances, tout l'espoir. Il est cruel car il n'est pas dans l'ordre naturel des générations quand des enfants partent avant leurs parents. Il est cruel parce qu'un enfant a une image de bonne santé et de pétulance. Parce qu'un enfant représente l'avenir et que l'avenir semble condamné.

Dès lors, écrire sur ce thème s'apparente à un exercice délicat d’équilibriste que l'auteur réussit avec brio en introduisant un dialogue entre un enfant leucémique et une dame qui travaille à l’hôpital et qui semble être entre un ange et une bonne fée, et qui va apporter des réponses aux questions de l'enfant sur le thème des fins dernières. Ce n'est pas de la philosophie, si ce n'est celle de l'amour et de l'espoir. Le dialogue écrit dans une série de lettres écrites pour l'enfant à destination de Dieu permet de prendre de la distance avec l'évènement tragique de la mort, pour le transformer un moment d'espoir. Il reste que la mort est la mort, cruauté totale de la séparation, mais le dialogue avec l'autre, la dame rose, permet une approche différente. Le style est simple, simpliste diront certains, mais c'est tout un art que de mettre les bons mots, forcément simples, sur les grandes douleurs.


Hunger Games, Tome 3 : La révolte
Hunger Games, Tome 3 : La révolte
par Suzanne COLLINS
Edition : Broché
Prix : EUR 17,24

3.0 étoiles sur 5 La guerre comme horizon, 25 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hunger Games, Tome 3 : La révolte (Broché)
Avec ce dernier tome des Hunger Games s'ouvre une période de guerre intense. Le contraste est très fort avec les deux premiers opus centrés sur l'arène et le système politique de Panem. Dans ce dernier tome, nous retrouvons une Katniss Everdeen très mal à l'aise dans ce rôle que la Rébellion cherche à lui faire prendre. La tentation de Venise est forte, de fuir cet engrenage de la violence dans lequel elle se trouve broyée. Surtout, le lecteur se rend compte que la guerre devient l'unique porte de sortie pour se libérer de Panem. Les pressions sont fortes, y compris psychologiques. Le tome 3 est jonché de violence et de morts sur lesquels la commisération est faible. Le raid sur le Capitole est traité cliniquement par l'auteur, qui fait prendre un ton très impersonnel au compte-rendu de Katniss Everdeen (le récit est à la première personne). L'héroïne se détache de l'action, n'y est plus immergée. Elle construit comme un barrage à ses propres sentiments pour éviter d'être embarquée dans la folie du monde. Comment retrouver une vie normale et simple après des évènements comme ceux qui sont racontés ? L'histoire contée par Suzanne Collins n'est pas un conte de fée, elle s'écrit dans la boue, avec des retournements qui peuvent sembler des trahisons, avec des tourments que l'on aurait souhaité épargner aux protagonistes. Si Happy End il y a, ou un semblant de retour à la "normalité", il est traversé de douleurs fulgurantes et ne retire pas les balafres de la vies. C'est sans doute le mesage que veut faire passer l'auteur.

Un troisième tome que j'ai trouvé assez en décalage avec les deux autres mais qui vaut bien entendu la peine d'être lu, et il se dévore !


2. Hunger Games
2. Hunger Games
par Suzanne COLLINS
Edition : Broché
Prix : EUR 17,24

4.0 étoiles sur 5 Le feu qui couve, 3 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 2. Hunger Games (Broché)
Dans ce tome intermédiaire, le lecteur comprend un peu mieux le système de folie mis en place à Panem, ce pays imaginaire post-apocalyptique, pour maintenir sous la coupe d'une caste de dirigeants des parties entières du pays divisé en districts : spécialisation de la production, obligation de fournir des victimes lors de sacrifices annuels, mémoire bloquée sur des évènements s'étant produits 75 ans auparavant, système dictatorial particulièrement sournois destiné à éradiquer tout risque de rébellion des esprits. Dans ce tome, l'auteur nous explique ainsi que tous les 25 ans, dans une sorte de jubilé, il y a des jeux de l'Expiation à la place des Hunger games habituels. Dans cette épreuve particulière à laquelle est confrontée l'héroïne du roman, ces jeux ressemblent à un cérémonial d'élimination totale puisque ce sont les vainqueurs des éditions précédentes qui doivent s'affronter. L'horreur est donc particulièrement prégnante. Cela donne à l'auteur la possibilité de faire comprendre au lecteur la torture psychologique si forte à laquelle est soumise Katniss Everdeen au terme de la tournée de la victoire au cours de laquelle elle a vu le feu couver sous la cendre et mesuré l'hypocrisie menaçante du pouvoir du Capitole.

Ce tome est donc très tourné vers la psychologie des personnages plus que vers les actions au sein de l'arène. Les coups de théâtre qui se succèdent tiennent le lecteur en haleine. Le style est toujours très simple et ce livre peut être lu par le plus grand nombre. Toutefois, cette série n'est pas réservée qu'aux adolescents, les thématiques abordées étant celle d'un monde d'adulte qui peut faire écho à des situations contemporaines (en partie !!).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20