Profil de Alistair Urbaniak > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Alistair Urbaniak
Classement des meilleurs critiques: 5.130
Votes utiles : 852

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Alistair Urbaniak

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Beyonce
Beyonce
Proposé par Crawley Music
Prix : EUR 13,24

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Je n'imaginais pas, 20 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beyonce (CD)
Je n'imaginais pas, un jour, écrire une critique d'un album de Beyoncé. Mais soyons honnêtes, il est de ces artistes populaires qui ne sont pas populos. Beyoncé en fait partie.

D'abord - et je n'ai pas lu d'autres critiques, j'imagine que ce style qui n'a plus rien à voir avec du R&B doit parfois déranger. Haute trahison! Bah, elle peut bien trahir si c'est pour arriver à un tel résultat.

Certes, Beyoncé ressasse les thèmes du bonheur, de rester comme on est, de l'amour. Rien de bien de nouveau de ce côté. Pourtant, elle semble sincère. Ainsi, sur la première piste, "Pretty hurts", sa voix ne faillit pas, les choeurs envolent la chanson. Et la production, taillée au rasoir, donne une puissance rare à ces messages universels qui, chantés par quelqu'un d'autre, sonneraient faux.

"Haunted", sorte de résonance cauchemardesque, est un pari sur l'auditeur. Le morceau ne respecte pas les structures habituelles des musiques pop: évolution phasée, progression vers les profondeurs au lieu de la lumière. Puis les mélodies sont cassées, des beats sourds et articulés sont ajoutés, et le tout est saupoudré d'une nappe noire et métallique.

Suit "Drunk in Love", où l'on sent la patte de Jay-Z qui ajoute sa face "hip-hop originel" et crédibilise cette Beyoncé surprenante. Encore une fois une production impeccable: propre, efficace, mélodique.

Le reste de l'album est du même acabit. Sorti à la sauvette, et avec des morceaux qui dépassent tranquillement les 6 minutes, "Beyoncé" témoigne que l'artiste se détache des traditions du secteur des superstars. C'est d'autant plus remarquable qu'il devient une occasion donnée aux auditeurs de découvrir d'autres univers musicaux.

Oui, la production de cet album est remarquable. Serait-elle trop ciselée, trop surfaite? En réalité, tous ces sons sont habillés de façon à respecter la sonorité et la personnalité de Beyoncé. Et Beyoncé elle-même est vraie. En découle un album d'une qualité rare à ce niveau de popularité. Du coup, on l'écoute pour chanter, danser, s'émouvoir et se rebeller. Tout est là.


Rival Dealer
Rival Dealer
Prix : EUR 13,85

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un fil jaune, 18 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rival Dealer (Album vinyle)
Rival Dealer est un tournant dans la carrière de Burial. Autant les précédents EP restaient dans le sillon imprimé depuis ses débuts - sans démériter par ailleurs, autant Rival Dealer jette un pavé dans le canard. Cet EP de toute fin 2013 aura certainement droit à des commentaires enflammés ou acides. Ok donc, qu'importe.

Ce qui surprend à l'entame du premier morceau, c'est le changement de sonorité. Les beats secs sont toujours bien là, la voix atone également... Mais? C'est Burial comme s'il était né dans une autre ville, avec un autre regard, dans un univers parallèle. Une basse lourde, des cris industriels en fond, une agressivité déroutante... et une cohésion de l'album inédite. Les pistes longues sont plus homogènes encore que sur le monumental Ashtray Wasp sorti sur Kindred EP l'année dernière.

Hiders consacre le virage opéré par le londonien. Des voix claires et brutes amorcent la piste, envoûtée par un synthétiseur mélancolique, le tout entouré par des ambiances fabuleuses, signature de Burial. Puis tout s'ouvre soudainement. À mi-chemin entre pop et électro. C'est Burial, vous ne rêvez pas. C'est ce qui vous dérangera peut-être.

Come Down To Us, titre intriguant car c'est un des rares de l'artiste à contenir un verbe, reprend la mélancolie de Hiders en y ajoutant une profondeur abyssale. D'où vient-elle?

En 2007, pour l'album Untrue, j'écrivais que Burial prouvait qu'un style ne meurt jamais, qu'il ne fait que se régénérer. Burial démontre qu'il applique ce principe à lui-même. À la fin de Rival Dealer EP, toute la carrière de Burial trouve une nouvelle perspective. Comme si nous, auditeurs, avions été guidés par un fil rouge rassurant: sa sonorité de Londres. Et que maintenant Burial nous disait "il y en a peut-être un jaune quelque part". Rival Dealer est une histoire, une vraie, émotionnelle et sensationnelle, qui dégage une lumière douce comme un espoir qu'on n'attendait plus. Burial nous invite, nous accompagne vers son regard sur un monde dur mais modeste. À nous l'humilité de l'apprécier.

(Mon album de l'année 2013, liste modifiée en dernière minute).


Gigaset C610 IP Téléphone VoiP sans fil avec Eco DECT Noir
Gigaset C610 IP Téléphone VoiP sans fil avec Eco DECT Noir
Prix : EUR 73,88

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bonne qualité d'écoute, 10 novembre 2012
Ce téléphone IP Siemens a de nombreuses qualités:
- Connexion à la fois au réseau analogique et au routeur pour profiter des lignes classiques et de celles transitant par Internet (VoIP).
- Propose de nombreux codecs audio, il est donc possible de définir la qualité VOIP selon la vitesse de votre connexion Internet.
- Importation du répertoire: si vous avez un répertoire (vcard), vous pouvez l'importer dans le téléphone.
- Possibilité de vous connecter au répondeur par une simple touche.
- Possibilité d'ajouter simplement d'autres combinés Siemens à la base, même d'un modèle différent.
- Vous pouvez régler la puissance de la base et du combiné, ce qui réduit les ondes néfastes des téléphones portables de maison (DECT) - parmi les plus mauvaises car sur des basses fréquences.
- Vous pouvez éteindre le combiné. Dans ce cas, la base n'émet plus d'ondes non plus. Lorsque le téléphone est rallumé, il rétablira la connexion automatiquement.
- Vous pouvez diriger les appels d'une ligne vers un combiné, les appels d'une autre ligne vers un autre combiné, ou faire sonner l'ensemble.
- 8 fournisseurs différents possibles en même temps: Gigaset, votre fournisseur classique et 6 fournisseurs VoIP.
- Le téléphone est élégant.

Quelques désavantages:
- Je trouve la batterie assez faiblarde, en éteignant le combiné la nuit le téléphone tient 4 jours au plus. Néanmoins vous pouvez changer les piles (NiMH fournies) pour des plus puissantes.
- Le téléphone est assez gros. En voyant ce qu'il se fait du côté des mobiles, il y a une franche marge d'évolution.

A savoir:
- Le paramétrage VoIP est simple si vous connaissez tous les paramètres de votre fournisseur VoIP.
- Dispose des codecs g711, g722, g726, g729. Le g711 est un codec de qualité similaire à une ligne fixe classique. Le g722 fournit une qualité supérieure (mais nécessite une connexion large). Le g729 est de mauvaise qualité, en-dessous de la ligne fixe classique. Pour bénéficier du meilleur rendu, testez individuellement les codecs en appelant, et n'en retenez qu'un ou deux. Plus le téléphone/fournisseur VoIP est confronté à des codecs différents, moins la qualité des appels est bonne apparemment.

Sinon c'est absolument fantastique de pouvoir appeler ses proches à partir d'un numéro local, alors qu'on habite à des milliers de kilomètres d'eux, sans devoir allumer un ordinateur ou Skype. En plus vous pouvez garder votre numéro où que vous soyez, il suffit d'un routeur pour brancher le téléphone, et c'est parti!


Sony Xperia U 1261-4570 Smartphone Bluetooth Wifi GPS Android 2,3 Noir/Rose
Sony Xperia U 1261-4570 Smartphone Bluetooth Wifi GPS Android 2,3 Noir/Rose

38 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bon téléphone avec quelques défauts cependant, 3 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Globalement le Xperia U est un bon téléphone.

Des points positifs:
- Design élégant, coque permettant une bonne prise en main.
- Finition exemplaire pour un téléphone de cette catégorie.
- Bonne autonomie pour un smartphone (il tient entre 3 et 5 jours pour un usage normal).
- Nombreux accessoires fournis.

Des reproches cependant:
- L'interface est finalement assez peu personnalisable. Sony impose 5 bureaux ("Spaces"), pas moyen d'en avoir plus... ou moins.
- La fluidité est limite. Dès qu'un widget type météo est installé, le téléphone ralenti. J'ai également testé sans widget, l'interface est plus réactive. Mais lorsqu'il s'agit de passer d'une application demandant du contenu qui s'actualise (journal d'appels, sms, emails, calendrier, tâches...), des lenteurs apparaissent (entre 2 et 5 secondes pour charger le journal d'appels ou les sms!). C'est particulièrement frustrant tant ces fonctions sont essentielles à... un téléphone.
- Enfin, j'ai renvoyé le téléphone dans la fenêtre de 30 jours (merci Amazon!) car le GPS ne fonctionnait pas. Si vous souhaitez utiliser cette fonction, testez-là dès réception du téléphone. Dans mon cas, le GPS n'a jamais pu afficher une seule donnée. J'ai testé plusieurs applications, et systématiquement le GPS refusait de fonctionner. Après des recherches sur Internet, il semble que c'est un problème qui touche plusieurs exemplaires de la série Xperia U.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2013 1:58 PM CET


Let England Shake - Edition limitée
Let England Shake - Edition limitée
Prix : EUR 21,66

4 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une noblesse musicale rare, 18 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let England Shake - Edition limitée (CD)
A vrai dire, c'est un des meilleurs albums que j'ai pu écouter. J'écris des chroniques depuis 15 ans, j'en ai parfois assez de chercher des mots cools, des superlatifs, qui finalement ne veulent rien dire. PJ Harvey montre tout simplement sa grandeur, sa vivacité, sa simplicité, son ingéniosité. On la pensait un peu blafarde depuis Stories From The City Stories From The Sea. Elle voguait juste sur un autre méridien, qui sans doute parlait moins au grand public que nous sommes. Alors, ce Let England Shake?

Il en faut, de l'ingéniosité et de la sensibilité pour créer pareille pièce musicale. Let England Shake, c'est une histoire de champs de bataille relatée avec justesse. Les instruments, surprenants quand on connaît l'aridité de PJ Harvey, engagent dans la mélancolie des âmes à mourir, des brumasses aux aurores, mais aussi dans les élans de victoire quelque peu désuets. La voix de PJ Harvey résonne, les paroles tombent comme des ombres chargées. La production suit le mouvement, avec des emballées magnifiques ("On Battleship Hill").

Let England Shake est une chronique à ciel ouvert, et le parallèle avec le chef d'oeuvre d'Hemingway "Pour qui sonne le glas" est juste. Je pense en avoir dit suffisamment, et vous laisse dans cette noblesse musicale rare.


La civilisation celtique
La civilisation celtique
par Françoise Le Roux
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ...à savoir avant d'entamer la lecture, 16 janvier 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La civilisation celtique (Poche)
Le défi que les auteurs se sont lancés était risqué. Face à d'innombrables ouvrages sur les Celtes, aux qualités discutables, ils souhaitaient mettre à plat les idées préconçues et les confronter à l'historiographie. En résulte un livre aride, que les auteurs qualifient eux-mêmes de bibliographie. Pas de place au rêve, loin de là, ou du moins pas dans le sens des rêves que nombre d'entre nous souhaitent alimenter en lisant un livre sur les Celtes. Pourtant, c'est justement dans cet ouvrage que doucement on entrevoit une tout autre réalité, plus crédible et moins idéalisée, de ce qu'étaient nos lointains ancêtres. Un livre rigoureux et passionnant à sa manière, donc, où les faits sont de loin plus fascinants que les mythes qui les entourent.


Un étranger dans le miroir
Un étranger dans le miroir
par Anne Perry
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Presque prévisible, 16 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un étranger dans le miroir (Poche)
C'est un bon livre effectivement, mais si vous avez débuté avec Agatha Christie, tenté de résoudre ses énigmes avec passion, alors les aventures de M. Monk vous paraîtront certainement moins enthousiasmantes. J'ai trouvé les solutions assez rapidement (dans les 100 premières pages d'un livre qui en compte 400), et l'on sent que Anne Perry n'est pas de l'époque dont elle parle. C'est bien documenté, mais il manque de la vraisemblance. J'ai quand même lu le roman assez vite, donc j'étais assez accroché que pour l'abandonner. Au final, on ne se dispute pas avec Anne Perry, car elle ne dupe pas le lecteur, n'use pas d'artifices... c'est une relation assez lisse qui m'a moins remué.


Embryonic
Embryonic
Prix : EUR 11,00

13 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album majeur, 14 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Embryonic (CD)
Les Flaming Lips avaient quelque peu déçu lors du précédent opus, mais « Embryonic » ramène à la vie ce groupe presque mythique. Voici un album majeur.

Dans les premiers moments du disque, « Worm Mountain » sublime le son expérimental, saturé, aux voix en reverbe soulignées par des lignes électriques inquiétantes. Puis soudain la batterie accélère et les chœurs fusent, le chaos prend forme... pour bientôt se dissiper vers l'ombre.

Les interludes jalonnent le parcours et renforcent l'ambiance puissante d'« Embryonic », les tréfonds sauvages de sa musique, juxtaposant avec justesse des lieux différents, harmonie d'une atmosphère singulière éclairée de tonalités en nébuleuse.

Les Flaming Lips chantent de l'antre de leur monde, construisant intelligemment pour l'auditeur la finesse de ses nuances. La durée de chaque piste indique comme une borne l'étape à laquelle on se trouve dans la bulle « Embryonic ». Et ainsi, « Sagittarius Silver Announcement » et « I Can Be A Frog » préparent aux rafales silencieuses de « The Ego's Last Stand » et « Powerless ».

« Powerless », moment épique, progresse à pas de loup sur des rives incertaines, illuminé de lucioles et rassuré par le flot paisible de l'eau fendant la nuit. Puis les chœurs réapparaissent en feutré, hymne aux aléas, et inconsciemment nous préparent à la prochaine escale.

Grésillant vers sa suite, « Embryonic » livre « See the leaves », ajustement vers les origines des Flaming Lips, quoique ses boucles psychédéliques prolongent l'expérience de cet album si particulier. Les deux dernières minutes du morceau frappent de mélancolie les esprits faibles, et étourdissent les esprits solides.

Enfin, par projectiles tamisés venus d'un monde magique, « Aquarius Sabotage » signale le dernier tournant de l'album. Avec ce passage vers les sources claires, les musiciens explorent les merveilles du repos mérité, comme un songe éveillé après une nuit dense.

Et au moment précis où se referme « Embryonic », les Flaming Lips franchissent une montagne vers la postérité.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 24, 2010 2:20 PM MEST


Vapours
Vapours
Proposé par Skyvo Direct
Prix : EUR 20,13

3.0 étoiles sur 5 Beaucoup (trop) à écouter, 12 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vapours (CD)
(Parenthèses pour la petite histoire... Islands débute il y a à peine 3 ans. 3 petites années dans le cirque Rock'N'Indie de Montréal, ville où les groupes s'y défont, s'y fusent et s'y fondent dans une joyeuse profusion créative. Les errances du batteur Jamie Thompson débouchent sur sa participation active à ce troisième d'Islands. Labellisé Anti pour le coup, voici "Vapours".)

Amateurs de l'indie montréalais, vous ne serez pas surpris mais certainement émerveillés. "Switched On" démarre, guitares grasses tamisées, mélodie douce et voix atmosphérique... Arcade Fire plane à quelques encablures. Pourtant, au contraire d'Arcade, Islands témoigne d'une légèreté salvatrice, révélée dès "No You Don't". Le morceau "Vapours" est quelque peu décevant, balade gentillette pas trop convaincante. Puis "Devout" signe la véritable empreinte de cet album: sonorités électroniques, structuration cohérente, et production rondement menée.

Par ici ça crie à la Strokes, par là ça frétille comme Postal Service, la somme donne un mélange de tout cela. "Vapours" est un recueil d'émanations atmosphériques, quelques fois maladroites, pourtant relaxantes.

En fin de compte pourtant, je reste sur ma faim. Islands, comme un groupe qui se cherche, livre ses quelques faiblesses dans "Vapours". Une sensibilité sans conviction, comme égarée dans ses orientations, ayant tellement de choses à dire qu'elle s'en perd. A la recherche d'une simplicité et d'une naïveté qui ne sont plus atteignables - du moins pour le moment.

"Vapours" témoigne qu'un groupe est vivant, qu'il a ses phases, ses hauts, ses bas. Faignant la légèrèté, Islands tente de faire le grand écart entre ses tentations diverses. Faute d'aller à l'essentiel, on se trouve dans un mélange sonore aux formes séduisantes mais au fond perturbé.

Aimer "Vapours", c'est accepter les aléas de la vie musicale d'un groupe. Moins l'apprécier, c'est attendre des jours meilleurs.


Flashmob
Flashmob
Prix : EUR 7,00

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Entre 2, 12 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Flashmob (CD)
On peut maintenant affirmer qu'OK Cowboy est un album historique, car définissant un style à lui seul, parlant aux foules et encensé par de nombreuses critiques. Bref, un pavé jeté dans la mare au moment précis où la musique électronique sombrait dans sa crise cyclique.

Depuis OK Cowboy, daté 2005, le rock a largement reprit l'avantage. Et presque 5 ans après, Pascal Arbez ose risquer un second album, le plus difficile quand une carrière démarre en trombe.

Lecteurs, critiques, qu'attendions-nous de Vitalic? Ce son tellement (a)typique paraît comme un dolmen perdu sur une montagne (!), et en voir un second émerger hypothèque sa singularité. En plus, la musique électronique vit ses plus mauvais moments depuis longtemps.

Tout ça pour introduire "Flashmob", album qu'on n'attendait plus (et débarquant discrètement). A tout seigneur tout honneur: chronique de Vitalic quand même.

Le son ne change pas vraiment, c'est toujours ce rock électronisé. Ce qui change, détail majeur, c'est l'absence de puissance. Alors que le nom Flashmob, tant pour sa référence très contemporaine que pour l'image qu'il renvoie, évoque un mur rigoureux et instantané, la sonorité de l'album est plutôt horizontale. Le morceau "Still" en est la parfaite illustration, tout comme le titre éponyme "Flashmob" (ou la navrante démonstration de cette contradiction).

Nous ne dirons pas que ce disque est lisse, mais plutôt qu'il manque de relief. Et à moins de l'apprécier précisément pour cela, certains seront déçus. Vous vous réjouirez cependant d'écouter "One Above One", et l'imparable solo "Second Lives" (mon morceau préféré du disque).

Vitalic a accompli la tâche difficile du chevalier ayant remporté une grande victoire dans le passé: il est retourné sur le champ de bataille. Il le fait avec discrétion, peut-être conscient de la difficulté de la tâche, moins inspiré mais avec une volonté apparemment intacte. Dans un sens, c'est un bon pari sur le futur.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12