Profil de jailbird13 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par jailbird13
Classement des meilleurs critiques: 1.400.636
Votes utiles : 31

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
"jailbird13"

Afficher :  
Page : 1
pixel
Second Nature
Second Nature
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 132,95

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Experimentation ambiente à l'état brute., 9 août 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Second Nature (CD)
Considérés de par le monde comme de veritables architectes sonore les Young gods reviennent aujourd'hui, par le biais de ce " Second nature", après une absence de 5 ans (Only heaven en 1995). A l'écoute de cet album il faut se rendre à au moins une évidence : s'il existe aujourd'hui de nombreuses etiquettes et dénomination musicales : Electro, hardcore techno, neo metal, industriel, hardstep jungle, psychedeliques, pop…, aucun de ses termes n'arrive à decrire le contenu de " Second Nature ". C'est pour la scene que les 2 premiers morceaux " Lucidogene " et " " semblent avoirs été composés : rythmes tecnhoides, guitares samplées (nous sommes proche de l'exercice de style " Tv-sky ") et cette voix… unique et envoutante. Toujours à la limite de l'experimentation, certaines plages se rapproche presque de la musique de film, mais la structure rock et les rythmes empruntés aussi bien à la jungle, l'ambiant qu'a la drum'n'bass sont omnipresents. Les textes de franz, alternés francais/anglais me paraissent toujours emprunt d'une touche pseudo-poetique apreciable et originale. Pas si éloigné que ça de "Only heaven", mais plus fouillé... Difficile de trouver les mots justes pour parler de cette œuvre. Un groupe atypique, une musique atypique, un album d'une profondeur écrasante qui devrait plaire autant aux fans de Ministry et autres Mdfmk ,aux personnes avides de musique ambiantes, qu'aux férus d'experimentations.


Liquid
Liquid

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 EXPERIENCE du rêve liquide, 9 août 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Liquid (CD)
Alan Wilder est un génie, un maître, ... Un Dieu du son.
Suite à son départ de Depeche Mode, on ne donnait pas très chere de sa carrière solo. Pourtant, en 1996, son premier opus "Unsound Methods" annoçait déjà les prémices d'une expérimentation entre la Trip Hop, le sombre et les sons déjantés. "LIQUID" confirme cette tendance, qui s'accroit, et l'expérimentation s'affirme : les rythmiques sont quelque peu épurées, les mélodies plus fines, les sons cachés, et la technique du "spoken word", prépondérante au chant, donne à la musique un aspect mécanique, en totale cohérence avec la froide esthétique qui se dégage de l'écriture de Wilder. L'aspect a priori linéaire et hypnotique de "Liquid" est trompeur : les subtilités instrumentales donnent à cet album toute sa profondeur, telle qu'illustrée par "Want" ou "Chrome".
Riche en surprises (le blues se fait électronique sur "Jezebel") plus encore qu'en invités (Diamanda Galas et Nicole Blackman aux vocaux), "Liquid" confirme le talent d'Alan Wilder, très loin de la cold pop de son ancien groupe, très près des cieux.
A écouter de toute urgence !


Pandemonium
Pandemonium

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le MEILLEUR de Killing Joke, 9 août 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pandemonium (CD)
"Pandemonium" est un univers à lui tout seul. En plein avenement des Ministry, Peace Love, et autres Treponem Pal (pour ne citer qu'eux), KILLING JOKE frappe avec ce nouveau EP un grand coup de butoir dans tout les préjugés et les 'on-dits' sur ce qu'est le metal-industriel.
Certes, "Pandemonium" est dressée de guitares lourdes, de mélodies sombres, de textures techno et indus omniprésentes qui tissent leur toile et multiplient les épaisseurs, les matériaux, murs de sons, des boucles répétitives, technoïdes et hypnotisantes lors de morceaux de pur martelage sophistiqués (Exorcism, Whiteout, Mathematics), qui mène le tout jusqu'à une symbiose parfaite hantée par la voix tour à tour humaine ou titanesque du seigneur Coleman. Et le tout industriel est saupoudré de violons, percussions, flûtes et harmonies orientales que le très cultivé et passionné Jaz a ramenés de ses voyages musicologiques en Egypte. Coleman donne tout ce qu'il a dans ses trippes.
Un son énorme, maitrisé et lourd, combiné à la légèreté orientale, Le maître KILLING JOKE est le pécurseur de ce qu'est aujourd'hui, par exemple, Prodigy.
Invocations ("Jana"), prières, hurlements, lignes droites, lours et mid-tempo à souhait, se permet même la cérémonie sacrificielle avec "Communion".
Du métal lourd, très arrangé et orchestré de «n°1 Pandemonium» jusqu’à la techno-indus-noisy purement transe de «n°10 Mathematics of chaos», cet album est une très grande réussite. Une multitude d’influences, une expérience, une carrière, une approche, une passion et à l’arrivée une seule vision grandiose et chaotique du son et du noir : "Pandemonium" restera un très grand album de l'époque indus des années 90, si ce n'est le plus remarquable et encore d'actualité.


Page : 1