Profil de Marie Pierre Bernet > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Marie Pierre B...
Classement des meilleurs critiques: 625
Votes utiles : 312

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Marie Pierre Bernet "Bigmammy" (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Rosy & John
Rosy & John
par Pierre Lemaitre
Edition : Poche
Prix : EUR 5,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Court, mais dense ..., 30 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rosy & John (Poche)
L’ennui avec les excellents auteurs, c’est qu’on lit leurs livres bien plus rapidement qu’ils ne les écrivent. Et donc, avec ce troisième-et-demi opus de la trilogie du Commandant Camille Verhoeven, j’aurai à présent dévoré tout l’œuvre de Pierre Lemaître disponible à ce jour. Car cette trilogie, comme les trois mousquetaires, comporte quatre épisodes.
Et c’est ici, une fois de plus, du lourd. Une écriture dense, intense, dans ce style chirurgical qui tient en haleine d’un bout à l’autre de cette histoire à la fois improbable et banale, d’amour et de mort, de responsabilité et de désespoir.
Chronologiquement, l’enquête qui vient d’être confiée à Camille Verhoeven si situe après son retour à la brigade – il a connu une profonde dépression à la suite de l’affaire « Alex » - et avant « Sacrifices ». Anne, la nouvelle compagne de Camille, n’y intervient que par SMS. L'auteur l'a écrite alors qu'il conduisait déjà le chantier de son dernier roman "Au revoir Là-haut" avec lequel elle entretient quelques correspondances : les tranchées, les explosions ...
Paris est la cible d’un poseur de bombes. La première n’a par miracle causé aucun décès, mais il s’agit d’un chantage : un obus récupéré de la Grande Guerre doit exploser au cours de chacun des 6 prochains jours, la prochaine bombe est enfouie sous une école maternelle …. Sauf si l’ignoble chantage mené par Jean (ou John) réussit à faire libérer Rosy.
Les personnages sont à la fois obtus et complexes, bien plus compliqués qu’à première vue. Tout le monde est mis à contribution pour débrouiller l’écheveau de froide résolution et de haine de ce criminel stupide et renfermé en lui-même. Et tout le monde se plante, même les cadors de l’Anti-Terrorrisme, face à Jean. Sauf Camille, avec l’active collaboration de Louis, toujours aussi brillant. Ici encore, l’auteur montre avec réalisme comment se mobilisent toutes les ressources de la police, des spécialistes, de l’Administration, jusqu’au Premier Ministre lui-même réveillé en pleine nuit. Car en cas d’explosion, le scandale sera politique et les dégâts ne seront pas seulement matériels.
La brièveté de l’œuvre n’enlève rien à sa valeur … On sort de cette lecture totalement …explosé !


Cesare T09
Cesare T09
par Fuyumi Soryo
Edition : Broché
Prix : EUR 7,90

5.0 étoiles sur 5 Apprendre, encore et encore !, 20 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cesare T09 (Broché)
Suite des précédents épisodes : toujours aussi palpitant et d'une beauté formelle fantastique. L'histoire de la Florence de la Renaisssance est décrite par les trahisons et les secrets de cour.


La véridique histoire de la fée Melusine
La véridique histoire de la fée Melusine
par Michèle Perret
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Partons sur les ailes de la femme-serpent, 20 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La véridique histoire de la fée Melusine (Broché)
L’histoire fantasmagorique de Mélisande de Lusignan-Parthenay, amoureuse à laquelle une terrible malédiction est attachée, mère modèle, bâtisseuse infatigable et femme-serpent seulement le samedi m’a rapidement captivée, et pourtant j’ai largement plus de 13 ans (puisque l'éditeur précise que ce livre est plus spécialement destiné à ce type de public !!!)!
D’abord parce qu’elle se déroule dans une région que je connais bien pour l’avoir traversée : l’abbaye de Maillezais, Melle, Vouvant, Mervent, les tours de La Rochelle, Talmont ... Ensuite, parce que cette biographie légendaire écrite pour Jean de Berry (celui des Très Riches Heures) par Jean d’Arras semble tout droit issue des scénarios appréciés des jeunes de notre temps avec vampires, fées et sorcières, où les effets spéciaux et les monstres en tous genres fourmillent. J’admire combien les hommes du XIVème siècle ont pu influencer les graphistes d’aujourd’hui, d’Harry Potter et ses Hippogriffes, serpents ou chiens à plusieurs têtes à certaines scènes de Monty Python : Sacré Graal (1975) comme celle du chevalier noir auquel le roi Arthur coupe successivement un, puis deux bras, puis une, puis deux jambes et enfin la tête, comme dans le combat de Geoffroy avec le géant Gardon …
Et puis, grâce aux précisions données par l’auteur à destination du jeune public, on apprend plein de choses.
J’ignorais que les naissances multiples n’étaient pas bien vues au Moyen-Âge parce qu’elles rapprochent l’homme de l’animal, j’ai apprécié la réécriture de l’histoire avec des raccourcis pour expliquer le rôle (et la fortune) de la famille Lusignan en Europe et au Moyen-Orient, la bienveillance avec laquelle on considère, finalement, le terrible Geoffroy qui se repent.
Donc, à toutes les mamies qui désirent faire plaisir à une jeune fille tout en la transportant dans un décor digne de la tapisserie de la dame à la Licorne, ou parmi les enluminures bleues des riches Heures du Duc de Berry, je conseille vivement ce livre joliment illustré, qui ferait une excellente trame de film fantastique …Je suis étonnée que l'univers des mangas ne se soit pas encore appropriée cette légende occidentale ...


Le chemin des Dames
Le chemin des Dames
par Pierre Miquel
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Chronique d'un carnage annoncé, 7 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chemin des Dames (Poche)
On aurait pu tout aussi bien sous-titrer cet ouvrage « Chronique d’un carnage annoncé. » Une terrible histoire, celle d’un massacre mal préparé, retardé par des atermoiements et des pressions politiques, des luttes de pouvoir, des haines irréductibles, la négligence de facteurs pourtant essentiels au succès, l’acharnement dans l’erreur, la persistance d’idées largement dépassées. En quelques mots, toujours valables aujourd’hui : le « Mal » français.
L’offensive du Chemin des Dames fut la grande opération du front occidental, décidée à la fin de 1916 et lancée le 16 avril 1917 par Robert Nivelle, nouveau général en chef qui vient de remplacer Joffre. La ligne de front est alors située à l’est de Soissons et jusqu’au nord de Reims, une courbe culminant à Craonne.
L’idée est de lancer une bataille de rupture du front avant que les Allemands ne puissent rapatrier des troupes venues de Russie, alors que les Britanniques souhaitent aussi lancer une offensive dans les Flandres pour libérer la côte et cherchent donc à gagner du temps.
Malgré les réserves de Lyautey, Pétain et Painlevé et l’extrême difficulté du terrain, mais fort de sa science du nouveau combat d’infanterie, de sa connaissance des moyens de l’artillerie, de sa passion pour les armes nouvelles et la logistique, Nivelle prétend dominer la situation et s’imposer à l’ennemi à la fois par la supériorité des effectifs et celle de la technique de guerre.
Il ne tient pas compte que, du 16 au 19 mars, les Allemands ont considérablement réduit leur ligne de front (opération Alberich) en se retirant sur la ligne Siegfried puissamment fortifiée et en détruisant systématiquement le terrain abandonné : maisons, puits, arbres fruitiers …
L’allié russe s’effondre, les généraux se disputent, la zone charnière entre britanniques et armée française n’est pas assurée. Rien n’entame pourtant la détermination du général Nivelle. Car la surprise n’est pas là où on l’attendait : trop de mouvements de concentration de troupes (360 000 hommes) observés par l’ennemi, pas de repérages possibles des batteries adverses du fait de la météo, des nids de mitrailleuses sous abris indétectables et indestructibles, infanterie allemande embusquée dans des caves crayeuses – les creutes – dominant un terrain particulièrement escarpé. L’attaque de la première journée est un échec cuisant mais Nivelle décide de poursuivre l’offensive le lendemain qui deviendra un désastre.
Nivelle est alors lâché par les politiques, les généraux ne s’entendent plus entre eux. Il va passer du sommet de la puissance à l’indignité et au désaveu. Les tenants de la guerre défensive triomphent. Le 5 mai, Pétain est nommé général en chef. Un dernier assaut sera encore donné à cette date, aussi héroïque qu’inefficace.
Dès le 29 mai, on relève dans le secteur de Craonne et dans certaines unités particulièrement éprouvées les premières mutineries. Les pertes sont plus élevées que pour la bataille de la Somme. Les officiers sont tombés en masse. L’action de Pétain en faveur d’une régulation des temps de repos, des permissions, la modération relative des tribunaux contre les mutins contribuent à l’apaisement. A la fin du mois de juin, le temps des mutineries est clos.
Une commission d’enquête est instituée le 17 juillet non pour proposer des sanctions mais pour juger des conditions dans lesquelles s’est préparée et effectuée l’offensive Nivelle : pas de témoins, seulement des rapports, pas de publicité. Clemenceau, nouveau Président du Conseil, ne condamne pas Nivelle mais le nomme à Alger.
On continua à se battre au Chemin des Dames jusqu’au 2 novembre 1918.
Pierre Miquel livre un ouvrage de référence, très documenté mais d’accès cependant facile. On y mesure les difficultés des politiques comme des militaires à maîtriser un ennemi coriace, la carence du renseignement et des transmissions, l’erreur de choisir un terrain absolument inaccessible et de poursuivre une offensive préparée de longue date malgré les modifications tactiques intervenues entre-temps et des conditions atmosphériques déplorables, l’émergence encore faible des armes nouvelles : chars et tracteurs à chenilles encore mal adaptés aux pentes et au terrain saturé de boue, l’inefficacité des canons de 155 contre le bétonnage systématique des nids de mitrailleuses.
Des difficultés de gouvernance encore tellement présentes aujourd’hui dans notre pays …


Le collier rouge
Le collier rouge
par Jean-Christophe Rufin
Edition : Broché
Prix : EUR 15,90

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Juste et plein d'émotion, 4 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le collier rouge (Broché)
Il est bien rare que j’éclate en sanglots à la lecture d’un roman … c’est pourtant ce qui m’est arrivé en refermant ce court livre, tellement l’émotion de cette histoire, vraie à l’origine, m’a saisie.
Nous sommes en août 1919 , dans une petite ville du Berry, par cet été de canicule. Un bâtiment provisoirement converti en prison militaire abrite un seul et unique prisonnier, gardé par son geôlier. Devant la prison, son chien l’attend, depuis qu’il a été enfermé, le jour du 14 juillet. Et, sans trève, jour et nuit, ce chien tout couturé, maigre à faire peur, aboie. Jusqu’à en tomber d’inanition.
Jacques Morlac est revenu sain et sauf de la Grande Guerre. C’est un héros, décoré. Il a défendu la Nation mais, en même temps, il la vomissait. Son juge militaire, Hugues Lantier du Grez, va tenter d’analyser les raisons profondes du geste fou qui a conduit ce soldat à risquer une grave condamnation.
Car l’ambiance n’est plus aux accents guerriers. Les principes vacillent. Trop d’hommes ont été fauchés dans leur prime jeunesse. On a besoin de tous les bras pour reconstruire. Ce sera l’œuvre du commandant : comprendre, convaincre malgré lui l’homme qu’il interroge, de son erreur. Car ce livre, qui ferait une magnifique pièce de théâtre, est fondé sur l’apparence des choses, la distorsion, la fausse appréciation, l’orgueil, le malentendu, la solitude.
Et le personnage central de cette histoire, c’est Guillaume, le chien. Ce chien qui a accompagné Jacques Morlac jusque sur le front de l’Armée d’Orient, dans la tranchée, avec les Russes et contre les Bulgares. Ce chien courageux, loyal et fidèle, comme le chien Jacquot qui a reçu la Croix de Guerre en 1918 et dont la photographie figure sur le bandeau de présentation du livre.
Un court ouvrage, certes, mais écrit avec la simplicité de la grâce. Une sorte de conte, un hommage aussi. Une merveille finement ciselée qui se lit trop vite !


Les dernières enquêtes de Monsieur Lecoq
Les dernières enquêtes de Monsieur Lecoq
par Emile GABORIAU
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

5.0 étoiles sur 5 Le père de roman policier nous étonne toujours, 10 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les dernières enquêtes de Monsieur Lecoq (Broché)
Tout a fait étonnant et allant au-delà de mon attente. Et de plus, cette compilation permet de suivre l'évolution de l'écrivain et de ses personnages.


Sacrifices
Sacrifices
par Pierre Lemaitre
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

5.0 étoiles sur 5 Du sang et des larmes, 10 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sacrifices (Poche)
J’avoue n’avoir jamais entendu parler de Pierre Lemaitre avant que ne lui soit décerné le dernier Prix Goncourt … Alors, j’ai craqué pour ce thriller, qui narre une tranche de vie du Commandant de Police Camille Verhoeven. Je le sens, ce personnage attachant va rejoindre mon panthéon de policiers préférés !

Un drôle de type (on n’arrête pas d’insister sur sa caractéristique physique la plus évidente, il ne mesure que 1,45 m), calme, extraordinaire dessinateur et sans doute hypermnésique, un peu triste car il a vécu déjà bien des malheurs. Mais là, il n’en demandait pas tant : la femme qui partage sa vie depuis quelques mois – une aubaine car elle est jolie, jeune, intelligente, se fait tabasser au cours du braquage violent d’une bijouterie. Défigurée, on se demande par quel miracle elle a échappé aux balles de l’agresseur, un cruel, un vrai carnassier…

Contre tout principe déontologique – et on connait bien la procédure après avoir visionné autant de séries policières que moi – il obtient d’être chargé de l’enquête … qui va s’avérer pleine de contradictions et de surprises. Camille Verhoeven va risquer sa peau, son honneur, sa carrière. Mais certaines circonstances imposent des sacrifices.

L’écriture de ce polar - et en particulier les premières scènes carrément époustoufflantes - s’apparente à la coupe au laser. J’y retrouve le charme des romans de J-C Izzo. Le style est acéré, efficace, percutant. C’est le cas de le dire tant les descriptions de coups donnés et reçus sont réalistes. Pour l’auteur, le visage d’une femme battue provoque sa déchéance, porte atteinte à son intégrité comme l’ablation d’un sein. Il y a aussi l’ambiance, celle de la vie des commissariats, les fraternités qui se nouent entre collègues, le cadre sordide de la grande misère des sans-papiers, populations arrivées sans autre solution que de passer par la case « délinquance », une certaine tradition dans notre histoire (voir les travaux de Madeleine Leveau-Fernandez).

J’ai une petite tendresse aussi pour le beau Louis, un policier en tous points exceptionnel : c’est le seul flic de la Criminelle à porter sur lui en vêtements de luxe le montant de son salaire annuel, et il aurait naguère réussi le concours d’entrée à l’ENA mais lui aurait préféré Sciences Pô. Un double fantasme d’écrivain car cette dernière circonstance est rigoureusement improbable puisqu’on doit faire Sciences Pô avant de présenter le concours d’entrée à l’ENA.

Broutilles, me direz-vous, et vous aurez raison. Le roman est noir, mais haletant, voici un écrivain qui a un fantastique talent … Il me reste à lire les deux premiers opus de la trilogie. En attendant la prochaine enquête de Camille Verhoeven … qui, après cette enquête menée hors des clous, ne sera sans doute plus commandant !


Deux veuves pour un testament
Deux veuves pour un testament
par Donna Leon
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Confidences mortelles, 2 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deux veuves pour un testament (Broché)
La vingtième enquête du Commissaire Brunetti nous introduit à pas feutrés dans le monde silencieux de la vieillesse et du bénévolat. Qu’est-ce qui fait « tiquer » Guido après avoir été appelé auprès d’une sexagénaire aisée, dont tout indique qu’elle est morte d’une crise cardiaque ? Enseignante retraitée, Costanza Altavilla avait choisi de passer beaucoup de son temps libre auprès des personnes recluses dans une maison de retraite religieuse. Elle les écoutait. Sa voisine l’a retrouvée sans vie chez elle, dans une petite flaque de sang, près du radiateur … Le médecin légiste Rizzardi certifie que sa mort est consécutive à un arrêt du cœur, une fibrillation … Brunetti est tenté de laisser tomber. Cependant, il a remarqué deux étranges indices : dans la commode de la chambre d’amis sont rangés des sous-vêtements féminins encore sous emballage, de qualité basique, en trois tailles différentes … Et, sur les murs, il y a des clous « orphelins » de leurs tableaux … La vieille dame aurait-elle reçu chez elle des personnes malveillantes, qui l’auraient molestée ?
Aidé de la toujours aussi habile Signora Elettra, le commissaire remonte les fils des personnes qui ont eu contact avec la morte. En particulier dans la maison de retraite où elle exerçait ses activités bénévoles. En vain, il rencontrera à deux reprises la mère supérieure, un monument de discrétion, comme on la pratique dans le Sud, parce qu’on sait que parler peut amener de sévères représailles. Les résultats de l’enquête ne seront pas spectaculaires. Mais le chemin de déduction mène vers un territoire peu souvent exploré : la vieillesse extrême, l’abus de faiblesse, le détournement de volontés, les faux témoignages achetés, le remords, les victimes qui deviennent des bourreaux, parfois involontaires. Vérité, discrétion, bienveillance bafouée, justice immanente … chaque vie recèle des secrets, mais Guido Brunetti – toujours aussi amoureux de Paola - a une longue expérience et une excellente mémoire.
Par petites touches, qui miroitent comme les reflets changeants du soleil sur les eaux du Grand Canal ou éblouissent comme des éclats fulgurants sur les coupoles de la Basilique San Marco, Donna Leon livre un de ses meilleurs livres, avec toujours en toile de fond la critique acerbe de la complexité italienne, de ses mœurs administratives corrompues … mais moins que dans de précédentes histoires. Ici, ce genre de situation pourrait se dérouler tout aussi bien en France ou ailleurs … mais ce qui en exalte le charme, c’est Venise !


Cesare T07
Cesare T07
par Fuyumi Soryo
Edition : Broché
Prix : EUR 7,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une plongée dans les luttes politiques de la Renaissance, 27 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cesare T07 (Broché)
Cet épisode constitue une respiration dans la saga consacrée à Cesare Borgia.
C'est la nuit de Noël. Cesare, paré comme une châsse sur les instructions de Rodrigo son cardinal de père, s'apprête à concélébrer la messe de Noël avec Giovanni de Medicis, trois pas derrière l'archevêque de Pise. A cette occasion, il veut approfondir ses connaissances, déjà très étendues, sur l'histoire mouvementée de la Toscane, région charnière de l'Italie.
Voici une brillante explication de l'origine de la rivalité entre Guelfes et Gibelins, la lutte implacable pour la suprématie en Europe entre l'Empire et la Papauté, la querelle des investitures, l'humiliation de Canossa en 1077 devant le Pape Grégoire VII. Et la vie de l'Empereur Henri IV, dont l'étrange tombeau aux 11 apôtres est sculpté dans le choeur de la cathédrale.
Je ne sais pas ce que les Japonais peuvent comprendre de ce pan de l'histoire européenne si embrouillé qui nous est si difficile à appréhender, nous Européens, mais les illustrations de cet ouvrage sont absolument fantastiques. Avec une exégèse passionnante de La Divine Comédie de Dante en prime. Bref, un livre à conserver et à emmener en guise de guide historique en cas de visite de Pise.
Aussi vrai que la réalité historique est plus riche en événements que le meilleur des scénarios, c'est encore une fois un carton plein pour la créatrice de la série, Fuyumi Soryo, merveilleuse graphiste et scénariste et son compère universitaire qui l'épaule avec talent, Motohaki Hara.


Introduction à l'histoire de la langue française
Introduction à l'histoire de la langue française
par Michèle Perret
Edition : Broché
Prix : EUR 18,80

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ouvrage savant, mais pas trop !, 27 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Introduction à l'histoire de la langue française (Broché)
Loin de moi la prétention d'écrire la critique d'un ouvrage universitaire portant sur une matière que je ne maîtrise absolument pas. Simplement, j'ai eu envie de lire ce manuel parce que l'évolution raisonnée de ma langue maternelle m'intéresse passionnément. Le français recèle tant de curiosités dans la manière de prononcer ou d'écrire qu'un tel livre vous ouvre des portes insoupçonnées.

"Le français est une langue issue du latin adoptée par des colonisés d'origine celtique. Cette population gallo-romaine a ensuite subi des invasions germaniques, qui ont aussi influencé la langue française."

Tout le monde sait ça peu ou prou.

Mais avec Michèle Perret, les mutations lexicales et phonétiques deviennent compréhensibles. On y apprend une foule de choses et on profite de son humour : surtout ne pas rater les encadrés !

Dans l'histoire de notre langue, quelques jalons : Ou premier texte écrit en langue "vulgaire" date de 842, "Les serments de Strasbourg" constituent un pacte de non-agression entre les trois frères qui se partagent le territoire, en 1539 l'ordonnance de Villers-Cotterêts qui prescrit que les actes de procédures soient rédigés en français, Colbert qui crée une chaire de droit français dispensé .... en français, l'institution Saint-Cyr pour jeunes filles qui donne l'enseignement en français ...

L'histoire est donc faite d'ajustements successifs, avec une recherche de simplification, de chasse aux homonymes prêtant à confusion, de trucs de transcription par les scribes, avec, à partir du XVIIIème siècle, un long combat contre le latin et les dialectes.

Cependant aujourd'hui, la langue française est devenue la plus normative du monde. Il semble qu'aucune simplification ne soit de nouveau admise. Depuis qu'existe l'enseignement primaire obligatoire, que la guerre de Quatorze a imposé le seul français pour la transmission des ordres, et l'omniprésence de la télévision, les dialectes ont disparu, l'orthographe ne s'améliore plus ... J'ajouterais que sa maîtrise est devenue un fort marquage social.

Dommage, car les facteurs de créativité de la langue, ainsi décrits par H. Frey (La grammaire des fautes), demeurent : ils sont destinés à satisfaire cinq besoins souvent contradictoires : assimilation, invariabilité, clarté, briéveté et expressivité. Un seul petit exemple qui m'a bien fait sourire : le mot "choucroute" ... à l'origine, le terme germanique de "sauerkraut" où "sauer" signifie acide et "kraut" chou. Par glissement et assimilation, on en est venu à substituer chou en tête de mot, quant à croute ????

Un manuel destiné aux cycles L et M de sciences du langage et de lettres, pourtant relativement accessible au néophyte, surtout s'il a étudié le latin et le grec ... une pont entre tradition et modernité. Une façon, en s'accrochant, d'accroître sa culture générale !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6