Profil de Reader Accro baT-Man (RATM) > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Reader Accro b...
Classement des meilleurs critiques: 20.480
Votes utiles : 428

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Reader Accro baT-Man (RATM) "Bombtracker" (Fance, M&Moselle)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
Chiens de sang
Chiens de sang
par Karine Giebel
Edition : Poche
Prix : EUR 6,20

15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Débauche de facilité, 17 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chiens de sang (Poche)
Encore dévasté par la lecture de son "meurtres pour rédemption", je me suis mis à lire ce livre plus récent de Karine GIEBEL, en espérant effleurer à nouveau le nirvana littéraire... quelle déception !

Ce livre ne m'a pas du tout emballé, d'abord l'histoire ; ou plutôt les histoires, car bizarrerie ou plutôt rafistolage, ce roman suit deux héros immergés chacun dans leur propre histoire.

Deux histoires tellement parallèles qu'elles ne se rejoignent jamais. A la fin on ne peut qu'être déçu de constater qu'on a bêtement et péniblement suivi deux pistes qui ne convergent jamais...

Le premier réçit manque un peu d'envergure ? On vous en donne le double, pour le même prix, c'est du hard discount de frissons bas de gamme. Ajoutons que la deuxième histoire n'apporte absolument rien à la première, dont elle n'est qu'une copie (deux chasses à l'homme en fait)...et vice et versa.

Certes, on reconnait le style de l'auteur (efficace et concis), mais que voulez vous qu'elle se fatigue à construire 2 vraies histoires, avec des vrais personnages, des ambiances, du vécu, du sentiment ?

Trop compliqué ! On est dans le quantitatif, on déverse. On a pas le temps de "soigner l'histoire", se serait fastidueux ! Alors Karine GIEBLE se cantonne à nous faire haleter, le seul fil conducteur c'est de courir derrière nos héros poursuivis, de se demander quand est-ce qu'ils vont se faire chopper. Bref, c'est tuant. Si en plus les histoires étaient un tant soit peu crédibles... mais là le style TGV ne s'attarde même pas à essayer.

A la fin, pour bien nous écoeurer d'une telle débauche d'hystérie, elle "finalise" les héros en les tuant bêtement. Même un happy-end, ou une quelconque nuance, c'est trop compliqué voyez vous.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 23, 2013 8:47 PM MEST


Peter Ilyich Tchaikovsky: Violin Concerto in D, Op. 35 [Hybrid SACD]
Peter Ilyich Tchaikovsky: Violin Concerto in D, Op. 35 [Hybrid SACD]
Prix : EUR 20,91

17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Cruauté des anges inatteignables, 19 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peter Ilyich Tchaikovsky: Violin Concerto in D, Op. 35 [Hybrid SACD] (CD)
Quelle version ! Au premier abord on est subjugué par la beauté de la chose, du violon d'abord, qui exhale des sonorités superbes (amateurs de haute fidélité, salut...), notament dans les passages lents et nuancés ; du "geste" ensuite, impeccable, facile, même dans les passages rapides, jamais brouillon, jamais démonstratif non plus, comme pénétré par je ne sais quelle candeur ; puis par l'orchestre enfin, juste à son emplacement, pas trop devant , pas trop derrière. Bref, un ensemble parfaitement équilibré, parfaitement dosé, maitrisé...

Mais justement, c'est là que quelquechose d'indéfinissable vient me tarauder le tympan... tout ceci est tellement maitrisé et si impeccablement déroulé, que cela en devient déroutant. On se méprend à attendre l'emballement(comme dans les dernières mesures du 1er mouvement), on voudrait un "je ne sais quoi" de folie ou d'effronterie qui propulserait cette version au firmament musical.

Plus le morceau s'étire et plus ce sentiment de trop grande perfection prends le dessus ; alors on s'agace de la facilité indéfectible de cette Julia, on ressent que l'orchestre lui même est comme subjugué, par le charme hermétique de cette beauté de 23 ans, qu'il n'ose pas l'éffaroucher, qu'il n'ose pas l'égratigner, elle qui est si parfaite, qui en plus ne le montre tellement pas, qui n'en joue tellement pas, qu'elle en devient intouchable, qu'elle en devient insolante à force d'inacessibilité ...

Julia, trop parfaite pour s'épancher, comme les femmes trop belles pour oser paraître, trop orgeuilleuses pour ne serait-ce qu'imaginer s'exhiber, qui s'angoissent à toujours réfréner et refouler toute résurgence narcissique qu'elles méprisent, finit par se rendre fade, lisse et utilitaire. On la voudrait moins protégée, plus livrée, on voudrait un Chef qui lui "casse la gueule", qui lui rentre dedans, car ce concerto c'est une lutte, c'est un défi - l'orchestre contre le violon - c'est cela au fond qui manque, c'est trop angélique, trop "vénéré".

Si mon ressenti n'est pas assez parlant (j'ai du mal à l'expliquer) je vous renvoie aux versions d'Issac Stern (avec le Philharmonqiue de New York et l'effronterie de Bernstein, ou bien le merveilleux Philadelphie d'Eugen Ormandy) ou encore mieux, à la version d' Itzakh Perlman avec le Boston de E. Leinsdorf (1967 - chez RCA red seal) sur les braises (pour moi la meilleure de la discographie), où l'OP 35 prends littéralement une dimension hors norme.

Voyez et jugez. Elle est belle cependant cette version (et Julia aussi, mais c'est froid, un peu).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 12, 2013 11:33 PM MEST


Trésors du violon (Coffret 4 CD)
Trésors du violon (Coffret 4 CD)
Prix : EUR 13,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Merveille à prix discount, 28 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trésors du violon (Coffret 4 CD) (CD)
Magnifique coffret de 4 disques, qui se propose de faire découvrir les plus belles pages du violon classique (tous styles et époques confondues).

Bien que l'exercice soit toujours difficile (comment équilibrer un ensemble allant du baroque au moderne, de la musique de chambre à la musique orchestrale...), bien qu'on fera toujours la fine bouche en cherchant désespérément des pointures qui n'ont pas signé chez RCA et qui donc n'y figurent pas (HEFETZ, STERN, etc...), ni même l'avant garde (H.HAHN, V. MULLOVA, V. REPIN, etc...), il faut reconnaitre que ce coffret est sublime et s'adresse à tous, novices comme aficionados.

C'est un de mes disques préférés dans ma pléthorique collection classique, un des trésors qui m'ont ouvert à cette musique, il y a maintenant quelques années.

Pour n'en citer que deux, voir la magnifique interprétation de la Chaconne de Bach (Sigiswald Kuijken, sur un nuage) et surtout la version du concerto pour violon op 35 de Tchaikovski par Eirich LEINSDORF avec son Boston chauffé à blanc (y a qu'à voir comment l'orchestre entre en action dès le 1er mouvement...) et un Itzhak PERLMAN ahurissant de virtuosité et d'émotion. Pour moi, la plus belle version de la discographie.

Même si certains enregistrements datent des années 70, voire 60, ils sont dans l'ensemble de très bonne facture.

Bref un must à petit prix.


Tchaïkovski : Concerto pour violon
Tchaïkovski : Concerto pour violon
Prix : EUR 18,00

33 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le bon son ne fait pas tout !, 26 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tchaïkovski : Concerto pour violon (CD)
C'est vrai que cette version bénéficie de la beauté des couleurs de l'orchestre et de l'application d'A.S. MUTTER à extraire la quintescence des timbres de son violon, mais cela ne fait pas tout !

S'il y a un concerto ou le violon et l'orchestre se défient, c'est bien dans cet opus 35 ! Or cette interprétation c'est plutôt une belle viole qui tisse avec un bel orchestre en arrière plan. Quelle apathie notament dans le premier mouvement : il suffit d'écouter les interstices ou l'orchestre joue seul : c'est lent, léthargique, ennuyeux... le deuxième mouvement (lent) s'en tire un peu mieux mais toujours dans la même veine... il n'y a guère que le troisième mouvement pour relever un peu l'ensemble.

Concernant cette oeuvre, je pense qu'il faut plutôt se tourner vers d'autres interprétations comme celles magnifiques d'Isaac STERN (avec le Philadephie d'Eugen Ormandy ou le New York de Bernstein), plus précis, plus engagé, et si beau ou bien la version de J. HEFFETZ, ou encore celle de V. MULLOVA (avec le Boston de S. Ozawa).

Enfin si vous voulez mon avis, la version de référence est pour moi l'inatteignable version de Itzahk PERLMAN avec le BOSTON chauffé à blanc par Eirich LEINSDORF (1967), disponible dans le coffret ("les trésors du violon" de RCA).Il suffit d'écouter les premières mesures et la montée dans les tours de l'orchestre pour comprendre que l'on est à des années lumières de cette version de "gala".
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 15, 2013 8:01 PM MEST


Concerto pour violon (coll. The Royal Edition)
Concerto pour violon (coll. The Royal Edition)
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 29,85

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une version inégale, 22 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Concerto pour violon (coll. The Royal Edition) (CD)
Berstein et son modus opérandi très caractéristique (ampleur, volupté et parfois sauvagerie), un peu toujours dans l'exaltation, plus que dans la précision... (ce qui parfois fait des miracles voir son interprétation de la 7ième de Shostakovitch, ou encore ses nombreux et excellents opus Malhériens).

Sur ce concerto, malgré l'excellence d'Isaac STERN (métronymique, précis comme une horloge suisse), la beauté de l'orchestre (merci aussi la prise de son, fabuleuses comme pour chaque disque de la collection "Royal Edition"), l'interprétation est inégale, trop langoureuse à mon goût dans le premier mouvement (lancé par l'orchestre), magnifique de volupté dans la canzonetta et furieuse dans la finale (lancé par le violoniste !).

Bref, je préfère l'interprétation du même Issac STERN avec le Philadelphie d'Eugen Ormandy (chez Sony aussi), beaucoup plus équilibrée. C'est tout de même un belle version à avoir dans sa discographie. Pour ceux qui ne jureraient que par cette version-ci, faites un détour du côté de Eirich LEINSDORF avec Itzhak PERLMAN et le CSO (1967) chez RCA (red seal) : la version totalement inatteignable de l'op 35 de Tchaikovski.


Tchaikovsky : Concerto pour violon en ré majeur op. 35 / Sibelius : Concerto pour violon en ré mineur op. 47
Tchaikovsky : Concerto pour violon en ré majeur op. 35 / Sibelius : Concerto pour violon en ré mineur op. 47
Prix : EUR 11,13

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellente version, 22 avril 2010
Merveilleux disque que celui ci, avec deux des plus grands concertos romantiques du répertoire classique desservis par un orchestre saturés de couleurs, emmené par un excellent chef et Isaac STERN qui fait une vraie performance au violon. Son jeu est plein de précision et d'engagement et son violon a des sonorités magnifiques. Le point fort du disque est le Concerto de Tchaikovski même si celui de Sibelius est aussi de très bonne facture. En prime une prise de son de très bonne tenue. Bref un excellent disque à à avoir dans sa discographie aux côtés des interprétations monumentales de J. HEFETZ (F. REINER - CSO), A.S. MUTTER (KARAJAN - Philharmonique de Vienne) et surtout de l'inatteignable version de E. LEINSDORF (Boston - 1967) avec un Itzhak PERLMAN en état de grâce.


La Peur des barbares : Au-delà du choc des civilisations
La Peur des barbares : Au-delà du choc des civilisations
par Tzvetan Todorov
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent livre de circonstance, 24 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peur des barbares : Au-delà du choc des civilisations (Poche)
Ce livre se veut comme une sorte de contre feux vis à vis des thèses actuelles du choc des civilisations, d'affrontement entre les modèles occidental, autoproclamé démocratique et bienfaisant contre les obscurantismes du moyen orient.

Il décripte bien l'escalade de violence qui résulte de cette opposition fallacieuse, et offre des perspectives interessantes sur ce que sont les identitées collectives, et les rapports des hommes à leurs cultures.

Bien documenté, mais parfois assez dense, nécessite de s'accrocher par moment. Toutefois, il reste accessible et se permet même d'illustrer son propos en disséquant des exemples précis d'"embrasements" (l'affaire des caricatures de Mahomet, etc...). Il finit par une vision qui nous reconcilie avec l'idéal européen, ce qui est plutôt rare ces temps ci.

Bref un très bon livre qui ouvre l'esprit et défend des principes d'humanité, qui se font bien rares dans le monde bélliqueux et ségrégationnniste d'aujourd'hui.


Seul dans le Noir
Seul dans le Noir
par Paul Auster
Edition : Broché
Prix : EUR 19,80

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Déçu ..., 19 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seul dans le Noir (Broché)
Encore une fois (son précédent Roman "dans le scriptorium" tombait déja dans ces errements là) Paul auster va décevoir bon nombres de ses fidèles lecteurs de la première heure, avec ce récit abscon et alambiqué qui met en scène l'auteur et ses sujets (ses personnages) dans un méli mélo ennuyeux et franchement très en dessous ce qu'il a pu produire avec des pépites comme la trilogie new-yorkaise ou le voyage d'Anna Blume.

Je ne comprends pas l'obsession de ce romanicer talentueux à enchevétrer des bribes d'histoires mélant réalité et fiction et en cherchant à réinventer le roman dans le roman, par le roman, pour le roman... Très déçu, car toujours émerveillé par ses premières oeuvres si envoûtantes... J'attendrai le prochain, comme d'habitude !


AU-DELÀ DU MAL
AU-DELÀ DU MAL
par Shane Stevens
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du grand art, 18 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : AU-DELÀ DU MAL (Broché)
Voila un livre qui est envoutant de la première à la dernière page. En matière de polar, les références ne manquent pourtant pas, de James Ellroy à Thomas Harris rien ne nous a été épargné sur la nature profonde d'un sérial killer, et de l'aéropage qui va avec : le flic inusable, le "profiler" tourmenté, la ou les victimes insouciantes...

Ne cherchez pas la force du roman dans l'invention d'un énième monstre qui dominerait la bibliographie par son insurpassable génie maléfique ou son réalisme étourdissant. Pas plus que dans une intrigue bien ficelée et méandreuse à souhait... là n'est pas le génie de ce livre.

La force du roman, est de ne pas trop en faire pour se mettre "dans la peau de"... Et du coup, ça va vite : pas d'infusion dans les lobes rachidiens du tueur en série ou dans les dédales cérébraux du flic tourmenté, on vit les évènements dans leur immédiateté, la trajectoire compte plus que les origines et l'action plus que l'introspection.

Le tueur est comme un bille de flipper : dans sa course folle, il interagit dans la société entière, de la mafia au journaliste en passant par le politique ou l'universitaire... Chaque ressort de l'intrigue est mû par ces composantes de la société. Car ce qui est bousculé par le tueur, ce sont les concepts de bien et de mal, autrement dit les fondements de cette société là. Les contorsions du corps social dans son ensemble à ces agressions, voilà l'angle audacieux et si bien rendu dans ce livre.

C'est l'inexorable emballement généralisé de ce flipper qui tient en haleine le lecteur jusqu'au dénouement aussi tragique que prévisible. Du grand art.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 6, 2012 4:07 AM CET


4 mois, 3 semaines, 2 jours
4 mois, 3 semaines, 2 jours
DVD ~ Anamaria Marinca
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 6,35

13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un très bon film (actrices remarquables), 27 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mois, 3 semaines, 2 jours (DVD)
Voila un film très poignant. Il met en scène deux jeunes étudiantes dans la roumanie de la fin des années 80. Une d'elle est enceinte... et choisit d'avorter, en toute illégalité (l'avortement est punissable à cet époque en Roumanie), en recourant aux services d'un avorteur pervers qui profite de la situation.

Ce qui est bien rendu, c'est la lutte farouche des deux héroïnes pour s'en sortir ; bien que cernées, acculées entre l'hostilité des parents, celle de la société et le chantage ignoble de l'avorteur. Magnifique jeu des actrices (quel malaise elles portent en elles !) et suspens bien rendu. Manque la 5ième étoile car la fin aurait mérité mieux, tellement on est captivé depuis le début.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5