undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Michou > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Michou
Classement des meilleurs critiques: 441
Votes utiles : 533

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Michou
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Winter people
Winter people
par Jennifer MCMAHON
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 un roman prenant, 8 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Winter people (Broché)
Je suis étonnée de ne pas le voir plus circuler sur la blogosphère livresque car ce roman est tout simplement génial !

Passionnant, dérangeant, effrayant... voici tous les adjectifs, parmi tant d'autres, qui pourraient convenir à cette histoire.
Une histoire qui nous est racontée de différentes manières, par plusieurs personnes, et à des époques différentes.
Plusieurs récits mais qui finissent d'une façon ou d'une autre par se retrouver, par faire écho les uns aux autres.

On ne s'ennuie pas pendant notre lecture. Les chapitres sont assez courts et alternent les voix. Ils sont placés de façon à ce que les histoires trouvent une résonance, voire une explication à ce que l'on vient de lire, ou même une conséquence. Ils se terminent sur un élément révélateur, intrigant, nous donnant envie de continuer notre lecture. Les années séparent peut-être ces récits, mais on devine très vite que tout est lié.

La tension, le désespoir, l'horreur, l'incompréhension, le doute, la peur... on passe par toutes ces émotions en suivant ces personnages. On s'attache très vite à eux, ils ont un petit quelque chose qui fait qu'à chaque fois on les trouve particuliers, et souvent, on partage leur douleur, on la comprend.
Il y a Sara, le fil conducteur de ce récit, qui a vécu déjà tant de souffrance dans sa vie, une souffrance qui va inévitablement la conduire vers la folie. Mais lorsqu'on perd un enfant, et qu'on est prêt à tout pour le revoir, peut-on parler de folie ?
La douleur est insoutenable, si forte qu'elle nous ronge et peut nous faire sombrer dans l'inconcevable, pour quelques heures de plus avec l'être aimé... Que seriez-vous prêt à faire ?
Il y a aussi son mari, qui aime Sara et leur fille d'un amour si grand, qu'il ferait tout pour elles. C'est ce qu'il a fait toute sa vie, depuis ce fameux jour où il a offert sa plus belle bille à Sara et qu'elle lui a alors dit qu'elle l'épouserait. Depuis, il n'a eut de cesse de se tuer à la tâche, au quotidien, pour l'amour de sa vie. Il supportera beaucoup de choses pour elle, jusqu'à sa folie...
Il y a Ruthie, cette jeune fille de 19 ans qui vit malgré elle une vie de recluse, loin de la modernité, protégée par sa mère un peu loufoque. Quand cette dernière disparait, elle va devoir prendre ses responsabilités, et s'occuper notamment de sa petite soeur. Ce qu'elle ne savait pas à ce moment-là, c'est jusqu'où l'aventure la mènerait, et quelles responsabilités elle devrait assumer. Quelles vérités elle devrait affronter. Aussi horribles soient-elles.
Sa petite soeur, Fawn, est spéciale. Avec sa poupée qui lui parle, son amie imaginaire, elle est souvent troublante, voire effrayante. Elle sait des choses qu'on se demande bien comment elle peut les savoir, et on en vient à croire que sa poupée pourrait bien être plus qu'une poupée... brrr j'en ai des frissons !
Et enfin il y a cette ville, et cette Main du diable, ses légendes, ses histoires de fantômes, ses disparitions, ses offrandes à des revenants, et cette terre où plus rien ne pousse...

J'ai dévoré ce roman, la plume de l'auteur m'a immédiatement emportée. J'ai trouvé l'histoire passionnante. Terrible, mais passionnante. Et j'ai eu peur. Déjà que les placards me font peur depuis que je suis petite, je peux vous dire que c'est encore pire maintenant. Le thème en lui-même est fort et prenant, mais c'est raconté d'une telle façon que ça en devient flippant. Les grattements derrière la porte du placard... oh my god !
Les disparitions dans la forêt, les apparitions fantomatiques et cette indienne qui pratique une sorte de sorcellerie et dont tout le monde a peur...

Construit comme un thriller, on participe d'une certaine façon à une enquête. Qu'est-il arrivé à Alice ? Quels sont donc ces cauchemars, comme des souvenirs d'une vie passée, que fait Ruthie chaque nuit ? Où sont passées les dernières feuilles manquantes du journal de Sara, celles où elle raconterait ce qu'il s'est vraiment passé ? et comment elle a été assassinée ?

En bref, un roman prenant, qui nous confronte à un thème qui peut être dévastateur et effrayant : la perte de l'être aimé et jusqu'où la douleur peut nous mener...


Aetherna : L'Emissaire de l'Au-delà
Aetherna : L'Emissaire de l'Au-delà
par Guilhem Méric
Edition : Poche
Prix : EUR 14,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 un roman original, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aetherna : L'Emissaire de l'Au-delà (Poche)
Voilà une histoire mystérieuse et assez originale. Une histoire qui dans l'ensemble m'a plu.

Dès le début, et forcément en se fiant à la couverture, on comprend que les abeilles auront un rôle primordial dans ce récit.
J'ai peur des insectes volants, et en particulier des abeilles. Ce qui m'aura donné pas mal de frissons au cours de cette histoire. Mais les abeilles ne sont pas là uniquement pour faire peur. Elles sont une sorte de point de départ puis de fil conducteur à cette histoire.
On sait tous que si les abeilles venaient à disparaitre complètement de la surface de la Terre, ce serait le début de la fin. Ici, l'auteur nous propose une raison surnaturelle à ces disparitions que l'on a pu commencer à observer dans le monde.
Et à travers cette hypothèse, l'auteur nous emporte dans sa vision de l'au-delà.
J'ai trouvé cela super intéressant et pas du tout farfelu, au contraire, ça tient super bien la route et on arrive même à se dire que ça pourrait en effet être l'une des raisons de ces disparitions.

Nous faisons la connaissance de Chayton, enfant (j'avoue avoir eu du mal avec ce prénom ^^). On devine dès les premières ligne un drame terrible, qui marquera à jamais son être, qui façonnera la personne qu'il va devenir.
Adulte, il consacre sa vie à aider les malades, surtout ceux en fin de vie. Ce choix de carrière est influencé par ce drame survenu dans son enfance, sans l'ombre d'un doute. Il est torturé, se contente d'être dans cette vie, une vie droite et sans folie. Comme s'il se punissait de quelque chose, comme si il s'interdisait de vivre réellement.

L'histoire m'a intéressée dès le début. J'ai trouvé que ça changeait de ce qu'on pouvait lire, c'était frais et agréable.
La plume de l'auteur est d'ailleurs entrainante et imagée, sans descriptions longues et interminables, il nous donne l'essentiel et laisse vivre ses personnages.
Et on prend plaisir à les suivre, découvrant en même temps qu'eux ce nouveau monde.

J'ai bien aimé Juliet. Par des côtés, elle me fait penser à ces fortes têtes qu'on peut rencontrer dans la Bit-Lit. Elle est solide en apparence, cash dans sa façon de vivre et de parler, parfois brutale, mais tout ça c'est pour se protéger, s'endurcir et rajouter des couches à la carapace qu'elle s'est construite depuis des années.
D'ailleurs, ses échanges un peu spéciaux avec un certain fantôme étaient vraiment drôles et intéressants !
Chayton est un personnage complexe. Même si c'est le personnage central du roman, l'auteur laisse planer des zones d'ombres sur lui, nous donnant au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire les informations concernant ce drame.
Ce serait l'un des points que j'ai regretté : je n'ai pas réussi à me sentir proche de Chayton. J'étais trop en retrait pour ressentir une quelconque empathie pour lui.

L'autre point que je regrette est cette fin. Quelque part, c'est une belle fin, l'acte de Chayton est noble et rempli d'amour, mais ensuite, j'ai ressenti un malaise qui m'aura suivi jusqu'à la toute dernière ligne.

Mais finalement, ça rajoute encore de l'impatience à avoir une suite à cette histoire, surtout que ce monde de l'au-delà que nous propose l'auteur, on sent bien qu'il y a des tas de choses à en dire et à nous montrer !

En bref, un roman original et qui m'aura embarqué dans cette histoire d'abeilles et d'au-delà sans difficulté, je lirai la suite sans hésiter !


La Chute du Gouverneur (The Walking Dead Tome 3, Volume 2)
La Chute du Gouverneur (The Walking Dead Tome 3, Volume 2)
par Robert Kirkman
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

5.0 étoiles sur 5 C'est violent, intense, profond et tellement prenant !, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute du Gouverneur (The Walking Dead Tome 3, Volume 2) (Poche)
Au cas où vous ne l'auriez pas encore compris, je suis fan de l'univers The Walking Dead. Et le Gouverneur est un de ces personnages complexes, qu'on aime détester et qu'on déteste aimer.

Dans la première partie de ce troisième volume, nous avions quitté le Gouverneur dans un état critique.
Je pensais que jamais il ne s'en sortirait, et même que c'était mieux comme ça, tellement il était mutilé. Mais c'était sans compter sur cette grande qualité qu'à le Gouverneur : la ténacité.
Pour être tenace, il l'est ! Et sa soif de vengeance sera le moteur de ce nouveau récit. Une vengeance qui va prendre une ampleur inimaginable. Nous démontrant jusqu'où la folie d'un seul homme peut entrainer des dizaines et des dizaines d'autres dans son sillage, pour peu que cet homme sache quels mots utiliser.
Et le Gouverneur manie parfaitement les mots. Il sait où toucher ses semblables, il décèle les cordes sensibles des gens, et il les utilise.
Nous retrouvons Lilly, celle qui avait essayer de faire chuter le Gouverneur et sa tyrannie dans le tome précédent. Mais Lilly n'est plus seule, elle a d'autres vies à défendre et elle voit en ce Gouverneur quelque chose qu'elle ne voyait pas avant, et décide de se battre à ses côtés. De se battre contre ceux qui ont mutilé le Gouverneur, comme des sauvages, ceux que nous aimons suivre dans la série Tv et que nous adorons, Glenn, Michonne, Rick et sa bande, qui ont trouvé refuge à la prison.

C'était étrange et amusant, pour une fois, d'être de l'autre côté. On suit les ennemis des gentils, mais est-ce que cela fait d'eux des méchants ? Difficile à dire. Nous avons les deux côtés de l'histoire, mais pas eux. Lilly et les habitants de Woodburry n'ont que la version du Gouverneur. Ils ont peur de lui, mais voient en lui un chef, quelqu'un qui sera prêt à tout pour qu'ils puissent vivre au mieux dans leur petite ville. Mais leur semblant de sécurité justifie-t-il la folie et les débordements de cet homme ? Il est plus facile de fermer les yeux, de tourner la tête que d'affronter, de se rebeller.
Tout comme les zombies sont plus dangereux quand ils sont nombreux, nous allons découvrir que la folie d'un seul homme n'est rien face à la folie de dizaine. Folie destructrice, violente et malsaine, qui va engendrer l'attaque de la prison, une longue, sanglante et pénible attaque. Les hommes ne se battent plus contre les zombies, mais contre eux-mêmes, livrant une bataille sans merci entre eux.

Jusqu'où la folie d'un seul homme peut-elle porter ? C'est ce que nous découvrons au cours de ces pages. La folie, tout comme le virus, est contagieuse et ne pardonne pas, et mène jusqu'à une fin inévitable, la destruction de l'humanité.
J'ai adoré du début à la fin, je l'ai dévoré (sans mauvais jeu de mots ^^).

Il y a une nouvelle à la suite du récit, que j'ai trouvé très importante. Elle nous aide à comprendre le Gouverneur, mais surtout, à voir ce que tous ont vu en lui. Un meneur, qui ne recule devant rien, qui n'a peur de rien. Et on se dit que finalement, dans ce monde, c'est peut-être bien tout ce qu'il faut.

En bref, je suis fan !! C'est violent, intense, profond et tellement prenant !


Le Sang de l'Alliance
Le Sang de l'Alliance
par Rebecca CANTRELL
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une histoire qui nous captive jusqu'à la toute dernière page, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Sang de l'Alliance (Broché)
Merci à Louve et le forum Mort Sûre, ainsi qu'aux éditions Fleuve noir pour cette superbe découverte ! J'ai adoré du début à la fin, chaque passage, un vrai coup de coeur !

Au début, j'espérais vraiment que ça allait me plaire juste assez pour pouvoir ingurgiter ces presque 600 pages ^^ Et en fin de compte, je ne les ai pas vu passer !

On est de suite dans l'histoire, on s'attache tellement vite aux personnages qu'on a l'impression de les connaitre depuis longtemps, de les retrouver.
Je ne pourrais pas vous dire pour qui va ma préférence entre Erin l'archéologue, Rhun le prêtre, ou le sergent Stone. Ils ont chacun un petit quelque chose qui nous séduit immédiatement.
Ces trois êtres à la vie totalement opposée, aux croyances et cultures différentes, ont pourtant quelque chose en commun : un passé qui les a marqués à jamais et qui fait d'eux ce qu'ils sont aujourd'hui.
Je ne vous dévoilerais pas par quoi ils sont passés car on découvre au fil de l'intrigue leur vie, et c'est aussi ce qui fait la force de ce récit, le mystère qui plane au-dessus de nos personnages principaux, et la découverte de leur passé. Comment ils en sont arrivés là, et pourquoi ils pensent comme ça.

J'ai adoré Erin et je me suis retrouvée en elle pour plusieurs raisons, la plus importante étant son côté rationnel, son scepticisme et surtout le regard qu'elle porte sur les religions. J'ai aimé l'affrontement entre elle et le prêtre, lui qui a une foi qui va au-delà de la croyance, j'ai aimé les arguments d'Erin. Surtout quand on sait par quoi elle est passée, on comprend d'autant mieux sa façon de penser, et on la trouve encore plus courageuse d'oser affronter le prêtre et sa si grande foi.

Le sergent Stone est le genre de gars avec qui on se sent en sécurité. Il n'a que les côtés positifs d'un militaire, la bravoure, la loyauté, le dévouement à l'humanité. Il se relève toujours, peu importe contre qui ou quoi il doit se battre, peu importe ses blessures. Il est drôle et apporte une fraicheur bienvenue à l'histoire. Il a une façon de protéger Erin qui est touchante et qui donne envie. La romance qui s'installe entre eux apporte un côté encore plus addictif au récit. Car bien sûr, le prêtre n'est pas insensible au charme de la dame, et il plane une sorte de jalousie et de tension tout le long.

Ce prêtre, Rhun, nous apparait au début comme quelqu'un de froid et de distant. Et puis on comprend qui il est (Waouh je n'avais pas vu ça venir !! D'ailleurs le résumé ne dit rien à ce sujet, et même si j'étais plus que surprise, j'ai adoré !!) et d'où il vient, et là, on le voit sous un nouveau jour. Cela nous le rend encore plus attachant, on souffre pour lui. Une chose est sûre, Erin est bien entourée avec ces deux-là, et on prend un vrai plaisir à les suivre.

Le style est fluide et très agréable. Accessible à tous, on n'est pas perdu dans des descriptions sans fin, ou dans des explications interminables. C'est clair et précis, et on ne s'ennuie jamais. Il se passe toujours quelque chose d'intéressant, que ce soit de l'action (ça castagne souvent et ça ne fait pas semblant), des découvertes sur les personnages, de nouveaux éléments pour retrouver ce livre, l'apparition de nouveaux personnages tout aussi intéressants, certains même historiques, il n'y a pas de temps mort.
Les chapitres sont courts et les points de vue changent très souvent, parfois même dans le même chapitre. Et malgré cela, on se sent de suite très proche des personnages. Notre lecture n'est pas alourdie, et on tourne rapidement les pages, tant c'est passionnant et fluide à lire.

L'intrigue mise en place est captivante et nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.. C'est l'autre grande force du récit. Les éléments nous sont dévoilés savamment, certains à la toute fin et surprenants.
Avec ce soupçon de Da Vinci Code, mais avec un côté encore plus fantastique, j'ai tout simplement adoré ! Et le pire, c'est qu'on se dit que tout ça peut parfaitement être vrai, ça n'est pas si farfelu que ça, au contraire ! Et on se demande même à un moment, tout comme Erin d'ailleurs, comment se fait-il que personne ne s'en soit rendu compte avant ? Je ne sais plus le nombre de fois où je me suis dit "Mais c'est dingue !".

En bref, des personnages forts et attachants qui forment un trio qu'on ne veut plus quitter, et qu'on suit dans cette histoire qui nous captive jusqu'à la toute dernière page.


Treize
Treize
par Seth Patrick
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du très bon !, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Treize (Broché)
Treize est ma seconde lecture de chez Super 8, et ce ne sera certainement pas la dernière ! Tout comme Déchirés, ce récit post-apocalyptique que j'avais dévoré, on se retrouve très vite embarqué dans cette nouvelle histoire pour le moins étonnante, mais surtout, passionnante.

L'existence des Revivers a été révélé au monde. Ces hommes et ces femmes capables d'entrer en contact avec l'âme des morts récents, apportent une toute nouvelle vision du monde et de la spiritualité. Et une toute nouvelle façon de faire son deuil, mais surtout, un moyen inhabituel de traquer les meurtriers.
Dès les premières lignes, on entre dans le vif du sujet aux côté d'un reviver, et pas n'importe lequel, Jonah, l'un des plus puissants revivers. Et très vite, on est face à son pouvoir, et même si on voit le côté pratique, salutaire et judiciaire de ces revivers, un certain malaise nous titille. Mais on n'a pas le temps de vraiment y réfléchir car les évènements s'accélèrent et on ne peut que suivre le mouvement. Jusqu'à cette fameuse voix que Jonah va entendre, et là, je peux vous dire, qu'on n'en mène pas large ^^

Les pages se tournent rapidement, même si les chapitres sont un peu longs parfois, ils sont scindés en plusieurs parties, et assez rythmés. Je n'ai jamais ressenti de longueur, au contraire. Quand au style de l'auteur, il m'a bien plu, je l'ai trouvé efficace. Il nous dévoile ce qu'est les revivers au travers de Jonah, nous donnant au fur et à mesure des détails sur cette révélation au monde et ce qu'il en a résulté.

Jonah est un personnage attachant. On devine en lui une vraie volonté de servir son prochain avec son don, d'apaiser les souffrances, à sa manière, des familles des défunts. C'est peut-être l'un des plus puissants revivers, pourtant, il est d'une fragilité étonnante, et c'est aussi ce qu'il m'a plu chez lui. Il est à fleur de peau, torturé par son passé et ce don qui ne lui laisse que peu de répit. Car la ressuscitation n'est pas de tout repos : le reviver revit la mort puis la vie de la personne tuée, et là, l'auteur parvient à nous décrire le processus avec beaucoup de minutie et de talent.
On souffre avec Jonah qui subit tout ça. Ses peurs deviennent les nôtres, ses émotions nous attrapent au coeur. On a envie de le protéger, de le sauver de tout ça.
Jusqu'à ce qu'il s'affirme enfin, malgré ses peurs les plus sombres. Il ne subit plus, il devient l'acteur.

J'avoue que j'ai ressenti de la peur en le lisant. L'auteur réussit de façon subtile à introduire une sorte de doute dans notre esprit, à faire planer une ambiance oppressante et macabre. Tout comme Jonah, on se perd dans ces doutes, on ne sait plus qui ou quoi croire, on sait juste que ce qui est là fait peur, peu importe ce que c'est.

Il y a d'autres personnages que j'ai beaucoup aimé, comme Never, le meilleur ami de Jonah. Avec son rôle protecteur de grand frère, il est attendrissant avec Jonah. Mais aussi très drôle, et apporte une vraie fraicheur à l'histoire.
Il y a aussi la fille de Daniel, Annabelle. Sa force de caractère et son entêtement la rendent attachante. On espère une romance entre elle et Jonah, romance qui pourrait le débarrasser de Tess, cette reviver que très vite, je n'ai pas apprécié ^^
Et puis il y a Daniel. Sa souffrance fait écho en nous, et on espère de tout coeur connaitre les raisons de sa mort, qui serait comme une délivrance, pour lui comme pour nous.

En bref, un excellent premier tome ! Le thème de la vie après la mort est passionnant, et effrayant, et ça marche du tonnerre ici !


L'élite, tome 1 : Résilience
L'élite, tome 1 : Résilience
par Joëlle Charbonneau
Edition : Broché
Prix : EUR 13,90

5.0 étoiles sur 5 Intense, prenant..., 26 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'élite, tome 1 : Résilience (Broché)
Vous allez dire, encore une dystopie ? Oui, mais même si on y retrouve quelques ingrédients qui sont propres à ce genre-là, une fois qu'on est dans l'histoire, on oublie très vite toutes celles qu'on a pu déjà lire.
Ce premier tome est passionnant, intense et prenant !

Très vite, on entre dans l'histoire, l'auteur nous distillant à droite à gauche, pendant la mise en place de l'intrigue, tous les éléments dont nous avons besoin pour comprendre. Pas de longues explications donc, mais des petits détails, juste assez d'information, que nous donne Cia, pour nous expliquer la situation.
Cia est une jeune fille très attachante. Sûre d'elle, de ses capacités et de son intelligence, on prend plaisir à la suivre dans cette aventure. Elle est forte, réfléchie, prête à tout pour sa survie, pour atteindre son but, mais plus que tout, elle est prête à tout pour sauver sa famille, et ses proches.
Depuis toute petite, elle rêve de passer ce fameux test, celui qui lui permettra peut-être d'intégrer l'université qui façonne les dirigeants de ce nouveau monde.
Mais quand elle est sélectionnée, c'est la douche froide. Son père, qui a lui-même passé le test, la met en garde : elle ne devra faire confiance à personne.
Et là, une vraie parano s'installe : elle observe tout, étudie les autres, se méfie... Ses suspicions vont très vite s'avérer utile, et elle va découvrir que ceux qui font passer les test n'en ont rien à faire de ces jeunes. Au contraire. Et qu'ils ont une manière bien spéciale pour les départager.

On discerne deux parties dans le récit.
La première, la découverte des lieux du test, des autres candidats et les 3 premiers tests. C'est passionnant. Même si techniquement ces tests ne sont pas dangereux, on comprend vite que le danger peut venir de partout, et on tremble pour notre héroïne. Des amitiés naissent, avec toujours cette suspicion, cette arrière pensée qui nous dit qu'on ne peut faire confiance à personne.
Et à juste titre. Des candidats commencent à disparaitre, d'autres tentent d'en éliminer d'autres. Mais c'est toujours sous-entendu, rien n'est vraiment fait directement. C'est ce qui rend cette première partie intense et tendue.

Et la seconde partie, qui concerne le dernier test.
C'est la survie en territoire hostile. Mais pas que. Car à la fin, il ne peut en rester qu'une poignée sur les dizaines en lice. Les candidats sont armés. Et très vite, les affrontements vont commencer.
Cette seconde partie est encore plus intense que la première. On sait maintenant que les candidats peuvent et vont s'entretuer. Mais on comprend aussi très vite que le danger est partout. Des bêtes sauvages, des pièges, le manque d'eau et de nourriture... la menace est partout.
Notre héroïne va faire équipe avec Tomas, un garçon de sa communauté et qui semble avoir le béguin pour elle depuis longtemps. Mais peut-elle vraiment lui faire confiance ? N'est-il pas comme les autres, prêt à tout pour arriver à ses fins ?

J'ai adoré ce roman du début à la fin. L'auteur parvient à nous intéresser à ce monde reconstruit qu'elle a imaginé. La tension nous rend dingue par moment, et les scènes d'action sont suffisamment présentes pour nous faire monter le rythme cardiaque. Les scènes plus calmes nous permettent de faire le point avec l'héroïne, de souffler un peu, mais même pendant ces moments-là, on a du mal à relâcher la surveillance, comme notre héroïne. Et enfin, la romance entre Cia et Tomas apporte un peu de douceur dans ce monde cruel, et rajoute de la tension à tout ça, surtout quand on sait qu'à la fin du test, il ne restera pas beaucoup de candidats et que leur mémoire sera effacée.

En bref, un premier tome tellement prenant qu'on a du mal à le lâcher, c'est intense, dangereux et on passe par tout un tas d'émotion avec notre héroïne, jusqu'à la dernière page, avec cette fin qui nous promet un second tome tout aussi fort !


Babylone Dream
Babylone Dream
par Nadine MONFILS
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un style direct et percutant !, 24 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Babylone Dream (Poche)
Pour être percutant, c'est percutant.
Très rapidement, on entre dans le vif du sujet. L'auteure ne se perd pas en descriptions et explications interminables, elle va à l'essentiel, et en fin de compte, c'est ce qui rend cette histoire encore plus effrayante. Nadine Monfils nous livre les meurtres comme ça, sans fioritures autour, crus et sanglants, tels qu'ils sont, et on se les prend dans la tronche.
J'ai lu pas mal de thriller, de policiers, de livres zombies, j'ai l'habitude de l'horreur dans mes lectures, et pourtant, ici, j'ai été touchée plus que d'habitude, à avoir l'estomac un peu malmené.

L'univers de Nadine Monfils est étonnant. Nous voilà dans une petite ville imaginaire, Pandore, avec des us et des coutumes particuliers, voire parfois folkloriques. Et c'est dans cette petite ville à l'apparence tranquille, qu'un tueur en série va sévir.
Un tueur qui semble vouer une haine féroce aux jeunes mariés, les tuant avec un rituel bien précis, et là, la couverture du livre prend tout son sens, statue sans bras, bombe... je vous laisse méditer...

Les chapitres sont courts et alternent les points de vue entre plusieurs personnages. Ainsi, nous suivons les deux policiers chargés de l'enquête, une médium qui travaille avec eux, une prostituée... Ce qui fait qu'on est un peu aux premières loges, et qu'on a rapidement des cartes en main, sans pour autant avoir tout compris. On fait quelques rapprochements, on en déduit des choses, et on regarde, totalement impuissant, nos deux policiers pédaler dans la mélasse, incapables de se sortir de ce bourbier. Là aussi l'auteure se montre intelligente, car elle nous distille de temps en temps des petits indices, juste de quoi nous faire croire qu'on a compris, nous faire croire qu'on est plus intelligent que les personnages.

Ce qui est clair, c'est que ces deux policiers ne sont pas de grosses lumières, de ceux qu'on peut voir dans les séries tv policières et qui résolvent rapidement les énigmes et sauvent les jeunes femmes en détresse. Et quand en plus le dialogue entre eux est difficile, on se dit qu'ils ne vont jamais y arriver.
Et l'histoire avance, sans qu'on puisse la lâcher d'ailleurs (j'ai failli le lire en 1 fois) et on réalise que Nadine Monfils ne va rien nous épargner jusqu'à la fin.

Heureusement, l'humour est présent du début à la fin, avec des répliques et des dialogues incroyables de justesse et de drôlerie. De quoi faire passer la pilule plus facilement, surtout quand on a compris que l'auteure nous réserve une chute à la hauteur de tout ce qu'on vient de lire.
Que ce soit dans l'humour ou dans les meurtres, l'auteure est directe, avec un style percutant et efficace. Elle vient nous chercher directement, elle ne se fatigue pas à essayer de nous amadouer, de nous séduire, elle nous expose tout comme ça, et c'est ce qui fait que ça marche du tonnerre.

Les personnages sont travaillés, on le sent, et là aussi, l'auteure nous livre l'essentiel, juste ce qu'on a besoin de savoir pour les comprendre et les aimer, ou pas.

Si j'avais compris certains points de l'intrigue, en revanche, je dois vous dire que la chute, je ne l'avais absolument pas vu venir. D'ailleurs, même une fois mise devant le fait accompli, il m'a fallu un temps pour comprendre et là, je n'en revenais pas de m'être fait avoir comme ça ^^

En bref, un style direct, incisif et percutant, sans concessions, une intrigue déroutante et bien menée du début à la fin, le tout saupoudré d'humour noir décalé tout aussi percutant, on obtient un petit bijou de roman policier qu'il vous faut absolument découvrir !


La nuit a dévoré le monde
La nuit a dévoré le monde
par Martin Page
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

5.0 étoiles sur 5 une lecture prenante du début à la fin, 21 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit a dévoré le monde (Poche)
Je me suis régalée, bien que les zombies, en fin de compte, on ne les voit pas tant que ça. Mais ça n'a pas gêné ma lecture, au contraire. J'ai aimé plonger dans la tête de notre héros, j'ai aimé comprendre son raisonnement, ses questionnements, et de quelle façon il se construit cette nouvelle vie, mais surtout, comment il va se sentir plus épanoui dans celle-ci que dans la précédente.

Un peu sous une forme de journal, le héros, nous livre sans pudeur ses réflexions sur la vie en général, sur l'humanité, ou encore sur cette nouvelle vie, en faisant le parallèle avec l'ancienne.
Seul face à ce monde rongé par les zombies, comment va-t-il s'en sortir ? comment va-t-il gérer cette situation ?

C'est ce qu'on n'arrête pas de se demander tout au long de notre lecture. On s'attache à cet homme, qui quelque part, nous ressemble un peu, son amour de la littérature, des poèmes et son côté marginal, forcément, font écho en nous... mais aussi sa peur de ces monstres. Il n'est pas du genre à foncer tête baissée, au contraire. Il sait de quoi il n'est pas capable, et affronter les zombies, en fait partie.

Malgré que le sujet soit sombre et fort, une vraie réflexion, pas que sur la survie, mais sur la vie dans une société qui peut parfois être cruelle et fausse, il y a beaucoup d'humour, et plus d'une fois j'ai souri.

J'ai eu peur aussi, peur pour ce héros qui peut vite devenir son pire ennemi, car il est seul en fin de compte, seul face à lui-même. Il s'installe dans une routine, qui peut aussi devenir dangereuse.
Sans aucun contact avec d'autres êtres vivants, comment ne pas devenir fou ? comment ne pas tenter des choses impensables pour simplement ressentir et surtout savoir qu'on existe vraiment ?

En bref, c'est intelligent, c'est passionnant à lire, parfois drôle et effrayant, un bon roman qui traite bien plus que du zombie, une lecture prenante du début à la fin !


Une vie plus belle
Une vie plus belle
par Diane Chamberlain
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 un livre intense sur la dureté de la vie, 21 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une vie plus belle (Broché)
J'ai passé un intense moment de lecture avec ce roman qui est une belle réussite !

Ce sont trois personnages que nous suivons, aux histoires différentes mais au combien similaires par leur dureté de vie. Des histoires qui se sont pour certaines croisées dans le passé, et qui vont finir par s'entrechoquer.

Il y a le père de famille, Travis, qui est un peu l'élément central de cette histoire. C'est un bon père pour sa fille, un père totalement dévoué et capable de tout pour son enfant. Mais voilà, la vie est dure, même envers les gens bien, et une succession d’événements vont le pousser à franchir une ligne, une ligne qui pourtant il s'était promis de ne jamais franchir.
J'ai frissonné pour ce père, qui enchaîne galère sur galère, alors qu'il a tellement bon cœur, et plein de bonne volonté. Plus d'une fois je me suis dit que si un jour je croisais le chemin d'un papa comme lui, j'aimerais être capable de lui tendre la main, car des fois, un simple petit coup de pouce, un simple geste, peut tout changer...
J'ai eu le cœur serré pour lui, souhaitant qu'il sorte enfin de ces galères. J'ai été émue par sa force, par l'amour inconditionnel pour sa fille, et par son courage.

Il y a Robin, qui fut liée par le passé à Travis. Amoureux lorsqu'ils étaient jeunes, la vie, ou plutôt une personne et une maladie, les ont séparé.
Elle s'est construite une nouvelle vie, mettant carrément un voile sur l'ancienne. Mais elle va apprendre qu'on ne peut pas oublier le passé aussi facilement, que ce dernier ne se laisse pas faire et est capable sans que vous vous en rendiez compte, de ressurgir dans votre vie.
Sa vie actuelle, elle va également réaliser qu'elle est fausse, et à mille lieux de la personne qu'elle est réellement. Aura-t-elle la force de tourner le dos à cette vie facile et de faire face à ses anciens démons ?

Et puis il y a Erin. J'avoue que j'ai pleuré plus d'une fois au cours de cette lecture, rien que d'y repenser, j'en ai la chair de poule. J'imagine qu'il n'y a rien de pire au monde que la perte de son enfant. C'est ce drame qui a détruit la vie d'Erin. Une vie qu'elle tente de se réapproprier, mais elle a du mal à aller de l'avant sans avoir le sentiment de trahir son enfant. Elle ne comprend pas comment son mari peut aussi vite tourner la page, et elle lui en veut.
C'est dans cet état d'esprit qu'elle fait la rencontre de Travis et de sa fille.
Alors que Travis a besoin d'Erin, il n'imagine pas une seule seconde qu'il va lui venir aussi en aide...
Il faut parfois passer par de terribles chemins pour y arriver...
Et ceux de nos héros sont semés d'obstacles et de danger.

En bref, un livre intense sur la dureté de la vie, la perte d'un enfant, le vide laissé derrière. C'est triste mais aussi plein d'espoir, l'espoir d'une vie meilleure malgré tout.


Amoureuse et un peu plus
Amoureuse et un peu plus
par Pamela Morsi
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Super mais..., 21 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Amoureuse et un peu plus (Poche)
C'est totalement le genre de bouquin que j'adore lire parfois, sans prise de tête, léger et qui fait du bien au moral ! J'ai adoré, mais alors, la fin m'empêche de mettre une note plus élevée, j'ai même cru qu'il me manquait des pages, pour vous dire !

On s'attache très vite à nos deux héros, et encore plus à la petite ville où notre bibliothécaire pose ses valises. Le genre de petite ville typique des États-Unis, enfin comme on se l'imagine, vous voyez, du genre où tout le monde connaît tout le monde et s'occupe de tout sauf de ses propres affaires, le genre de petite ville à la Gilmore Girls. J'adore cette ambiance, ça me fait sourire, ça me rend nostalgique, ça me donne envie moi aussi de sympathiser comme ça avec mes voisins...

J'ai aimé suivre cette histoire, découvrir comment D.J allait se sortir de tout ça, comment elle allait réussir à apprivoiser les employés de la bibliothèque, comment elle allait gérer cette logeuse un peu trop envahissante et surtout, comment elle allait gérer le beau Scott.
J'ai de suite été emportée dans cette histoire et j'ai aimé tous les personnages qu'on y rencontre. D'ailleurs, j'aurais bien voulu une suite pour les retrouver et prendre de leurs nouvelles.

J'ai beaucoup ri, il y a souvent des situations drôles, mais j'ai aussi pleuré. Malgré le ton léger et l'humour qui se dégage de cette histoire, il est aussi question de sujets plus graves et plus fort, tels que le suicide, le handicap et le deuil. Des sujets traités avec beaucoup de justesse et de pudeur, et qui n'alourdissent pas l'ambiance générale du récit.

C'est vraiment dommage, car ce roman avait tout pour lui, si ce n'est cette fin. Alors que tout le long du récit on attend LA (oui LA en majuscule) confrontation entre D.J et Scott, celle où enfin il va réaliser qui elle est vraiment, et que ça y est, on y est, et bien PAF (oui PAF en majuscules encore) on se retrouve 8 ans plus tard, sans la scène qu'on attendait depuis le début. Je le redis, mais j'ai trouvé ça décevant.

Malgré cette fin qui nous laisse sur notre faim (hihi), j'ai adoré cette histoire, et je ne regrette pas du tout ma lecture, au contraire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20