ARRAY(0xba5df39c)
 
Profil de Y. Jezequel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Y. Jezequel
Classement des meilleurs critiques: 12.112
Votes utiles : 206

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Y. Jezequel
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
IRON MAIDEN L'épopée des killers
IRON MAIDEN L'épopée des killers
par Mick Wall
Edition : Broché
Prix : EUR 30,40

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 une biographie très intéressante mais un peu trop centrée sur la musique, 25 août 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : IRON MAIDEN L'épopée des killers (Broché)
Je n'ai jamais été fan de heavy metal, Iron Maiden n'a donc jamais été mon "truc", meme si je reconnais le savoir faire du groupe, sa compétence et un très grand professionnalisme (ce groupe reste à mon avis la référence en la matière). le Hard Rock m'a toujours apporté beaucoup plus de frissons musicalement parlant (AC DC - the référence, QUEEN - the voice, LED ZEP - le précurseur, AEROSMITH, VAN HALEN...). En outre, j'ai toujours préféré le 1er chanteur (Paul Di Anno - plus rock) à Bruce Dickinson, trop grandiloquent à mon gout.
Quoi qu'il en soit cette bio est très intéressante et très agréable à lire (hormis une "coquille" phénoménale à la page 277 quand l'auteur présente Janick Gers et sa première "vraie guitare", une gibson fender stratocaster!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ou c'est une gibson, ou c'est une fender mon gars!!!!!!!!!!).
En matière de bio, mes maitres-étalons restent les bio de François BON (sur les STONES et LED ZEP) et celle de Marc DUFAUD (sur SPRINGSTEEN - jusqu'à aujourd'hui la plus fouillée et tout simplement la meilleure à mon avis), mais celle sur MAIDEN n'est pas mal du tout.
Certes, on sent le fan derrière, mais sur le strict plan musical, on est très bien renseigné sur la carrière du groupe, les changements de musiciens, la volonté de "fer" de Steve Harris (et son intransigeance - à n'en pas douter, outre le fondateur du groupe, il en est le cerveau), les compétences de chacun...
j'aurais aimé - pour ma part - en apprendre plus sur les à-côtés du groupe (la vie ordinaire quand le groupe était lancé, des détails sur les tournées en fonction des années et des albums, les "rentrées" financières, les attitudes à l'égard de la "sainte" trinité : "sex, drugs and rock'n'roll"...), bref, ce qui fait la vie quotidienne des rock-stars (du moins à l'époque) n'en déplaise à certains.
Ceci étant, c'est une bio très chouette, bien plus intéressante que celle des GUNS'N'ROSES ou celle de MOTLEY CRUE (The Dirt), trop focalisée à mon sens sur les "à-côtés").


Enterre mon coeur à Wounded Knee - Une histoire américaine (1860-1890)
Enterre mon coeur à Wounded Knee - Une histoire américaine (1860-1890)
par Dee Brown
Edition : Broché
Prix : EUR 23,28

3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une référence en la matière mais..., 11 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Enterre mon coeur à Wounded Knee - Une histoire américaine (1860-1890) (Broché)
Ce livre est important et je pense incontournable car racontant la "conquête de l'ouest" du point de vue indien, au travers de diverses épopées très bien documentées (guerres contre les cheyennes, les sioux, les comanches et les kiowas...).
Mais en parcourant les divers commentaires, je tombe sur les termes génocide, shoah... et là je m'interroge : ces termes sont-ils justifiés ? A mon sens non.
La conquête de l'ouest par les blancs et donc les guerres qui en découlèrent ne furent pas un génocide.
Les guerres indiennes - si on se réfère à la période la plus communément admise, soit de 1854 (affaire Gratan) à 1890 (massacre de Wounded Knee) - firent moins de vingt mille morts chez les indiens contre à peu près 6 à 7000 du côté blanc.
Ce qui tua les indiens en (très) grand nombre furent les maladies importées - involontairement - par les blancs (après une épidémie de variole, la tribu des Mandans tomba à 30 individus !).
Le massacre des bisons fut lui un véritable écocide, entrainant de fait la disparition du moyen de subsistance naturelle des indiens des plaines, lesquels n'eurent dès lors pas d'autre alternative que de gagner les réserves.
A ce propos, si les blancs avaient voulu exterminer les indiens et s'ils s'étaient réellement engagés dans une telle démarche, le système des réserves n'aurait tout simplement pas vu le jour...
Il est vrai que de nombreux blancs aussi bien militaires (je pense notamment aux généraux Sherman et Sheridan) que civils (les colons) ont pu appeler à l'extermination de la "vermine rouge", mais l'ont-ils vraiment fait ?
Ceux sont les maladies, le temps, le nombre, la soif d'expansion, l'équipement militaire et la disparition progressive des bisons qui entama puis réduisit à néant la résistance indienne. Ce fut un choc de culture impitoyable et sans merci et à ce jeu, le plus fort gagne toujours.
Bien sur les blancs ont perpétrés des massacres abominables et - pour la plupart - injustifiables (ce fut le cas notamment à Sand Creek en 1864, Marias River en 1870 et Wounded Knee en 1890), mais que penser des massacres du Minnesota pendant l'été 1862 par les sioux Santees, que penser des colons abominablement massacrés et mutilés en 1867 et 1868 au Kansas, au Colorado et au Texas par les Cheyennes et les Comanches...?
On pourra rétorquer que les indiens se vengeaient des humiliations subies, des traités bafoués et du massacre des bisons, mais la cruauté gratuite fut également le fait des indiens (ce qui pour eux d'ailleurs n'était pas de la cruauté), et bon nombre de récits en témoignent.
Les blancs ont voulu éradiquer la culture et le mode de vie indien - et sur ce plan ils ont réussi - mais il n'y a pas eu de plan concerté pour éradiquer les indiens.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 13, 2014 1:29 AM CET


La Chute de la Maison Blanche
La Chute de la Maison Blanche
DVD ~ Gerard Butler
Prix : EUR 6,63

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Très bon film d'action mais une fin énervante !!!!, 11 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chute de la Maison Blanche (DVD)
Franchement le film est scotchant et on en prend plein les yeux (l'attaque de la Maison Blanche !!!) - Bruce Willis peut aller se rhabiller avec le dernier Die Hard (vraiment pas top).
Mais la fin m'énerve (le drapeau, la patrie et j'en passe...). Un peu trop récurrent chez nos amis américains.
Quoi qu'il en soit on passe un moment très sympa.


Die Hard : Belle journée pour mourir
Die Hard : Belle journée pour mourir
DVD ~ Bruce Willis
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 7,53

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Déçu..., 30 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die Hard : Belle journée pour mourir (DVD)
jusque là j'ai accroché aux Die Hard - le 1er : une référence, et la suite n'a globalement pas déçu.
Mais là... un scénario alambiqué, un John Mac Lane aux abonnés absents, son fils très moyen, un méchant mi figue mi raisin... bref pas vraiment emballant. Reste la poursuite en voiture du début plutôt sympa, histoire d'élever le débat !
Il est peut être temps que le flic de choc prenne sa retraite...


Address The Nation
Address The Nation
Prix : EUR 13,09

1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Les ficelles sont un peu grosses..., 2 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Address The Nation (CD)
Encore un album de hard fm américain... Compos banales, pas mal de clichés et un David Coverdale du pauvre (période 1987 évidemment). C'est le genre de truc qui marchait très fort dans les années 80, mais maintenant c'est assez indigeste (dans le genre, Jack Blades a fait mieux avec son dernier album - ce qui entre nous n'est pas difficile - même si son album à lui est également assez "clichesque").


Break The Silence
Break The Silence
Prix : EUR 8,56

3.0 étoiles sur 5 Un style et des compos plus mainstream., 2 août 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Break The Silence (CD)
J'ai découvert ce groupe il y a quelques années avec leur premier album "Taking on the World", sorti en 1989.
Un gros rock punchy et mélodique à souhait contenant déjà quelques pépites (Better Days, Shame on You...).
J'ai suivi avec "Swagger" sorti en 94; là encore un rock carré et très efficace, fleurtant allègrement avec le hard rock (mais pas le heavy !). A mon avis, l'une des forces du groupe, outre leurs compos et les riffs de Giulano Gizzi, était leur chanteur Mark Rankin avec sa voix légèrement voilée mais très puissante.
Leur nouvel opus montre un style légèrement différent, plus mainstream (et donc moins rock) avec nettement moins de solis de guitare. En outre le chanteur est maintenant celui qui tenait la basse - Dante Gizzi (celui-là même qui officiait au sein de El Presidente - le side project des frères Gizzi). Vocalement, il est loin d'avoir la puissance de Mark Rankin et je trouve que cela affaiblit certains titres (sa voix convenant mieux au style plus "coloré" de El Presidente). Reste quelques bons titres (Butcher Man, 14 Stations, Running out of Time...) et un tube en puissance (Break the Silence); honnêtement le reste est moins bon, parfois poussif, parfois peu inspiré.


Le territoire des Loups
Le territoire des Loups
DVD ~ Liam Neeson
Prix : EUR 9,99

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Nature hostile et meute de loups contre humains : devinez qui gagne?, 30 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le territoire des Loups (DVD)
Rescapés d'un crash d'avion, Liam Neeson et quelques autres se retrouvent perdus en ALASKA (en plein hiver évidemment) et doivent faire face à une nature franchement hostile et à une meute de loups (l'avion s'est crashé sur leur "territoire"...).
Un survival intéressant et prenant, une histoire crédible et un dénouement prévisible.
Ce film n'est pas un chef d'oeuvre, loin de là, mais il se regarde avec plaisir; Liam Neeson est juste dans le rôle du type au bout du rouleau (il a perdu sa femme, manifestement il déteste son job...) qui essaie simplement de sauver sa peau, et celle de ses compagnons d'infortune accessoirement.


Soldat bleu
Soldat bleu
DVD ~ Candice Bergen
Prix : EUR 11,70

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 TRISTE REALITE..., 26 février 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soldat bleu (DVD)
L'histoire relatée par Soldat Bleu est connue de tout le monde ou presque : la tragédie survenue en Novembre 1864 dans le Colorado lorsque les soldats du colonel Chivington attaquèrent et massacrèrent en grande partie le camp de Black Keettle, chef Cheyenne du Sud, installé sur les rives de la Sand Creek.
Ce film - très dur dans sa seconde partie - montre la férocité et le zèle dont firent preuve les soldats américains lors de ce massacre. La révolte du "Soldat Bleu" Honus n'y changera évidemment rien et il finira même enchainé.
Sur la plan technique, je trouve que le film a vieilli (je ne sais pas s'il a fait l'objet d'une remasterisation), les acteurs jouent justes et bien, sans être extraordinaires, et certains dialogues paraissent caricaturaux. L'histoire entre ces les deux acteurs principaux est néanmoins intéressante, et de plus en plus touchante au fur et à mesure que le film progresse.
Sur le plan historique, je ne partage pas complètement les précédents commentaires.
Si Sand Creek fut effectivement un abominable massacre, il ne fut pas perpétré par la cavalerie américaine mais par une milice recrutée pour cent jours par le colonel Chivington et le gouverneur Evans (cette troupe avait cent jours pour accomplir sa mission, à savoir traquer et tuer les indiens). Dire alors que la cavalerie américaine "en prit pour son grade" avec ce film est un raccourci rapide et facile.
Ce film a été réalisé à l'époque de la guerre du Vietnam (comme Little Big Man), époque qui a vu divers courants progressistes prendrent fait et cause pour les indiens. Ces deux films dénoncent le sort fait aux indiens durant la période dite des "guerres indiennes"; et si Little Big Man a tout faux sur le plan historique, Soldat Bleu montre avec un réalisme cru ce que fut Sand Creek, sauf que...le colonel qui y figure ressemble (encore une fois) un peu trop au général Custer (et pas du tout au vrai colonel Chivington).
Il serait temps d'en finir avec cette vision rousseauiste de l'indien défendant ses valeurs et coutumes ancestrales en pleine adéquation avec la nature (cette vision est surtout présente dans Little Big Man), et luttant contre l'envahisseur blanc.
Il ne faut pas oublier la haine qu'éprouvait chaque camp l'un envers l'autre, avec des valeurs et des traditions complètement opposées; les objectifs recherchés étant diamétralement opposés, cela ne pouvait conduire qu'à une guerre sans pitié, et les guerres des plaines furent cela de 1862 à Woundeed Knee en 1890.
Des blancs se conduisirent bel et bien comme des bêtes féroces (massacres de Sand Creek, Bear River, Woundeed Knee pour les plus marquants), mais les indiens aussi (les massacres du Minnesota en 1862 par exemple firent quelques 1400 victimes parmi les blancs, sans oublier les massacre de familles entières de colons dans les plaines du Kansas et du Colorado entre 1865 et 1868).
A mon sens, rien n'est excusable des deux côtés, une attaque entrainait des représailles et ainsi de suite et à ce jeu, le plus fort gagne toujours.
Soldat Bleu montre un aspect des choses - encore une fois véridique et abominable - La Prisonnière du Désert de John Ford en montre un autre (les colons massacrés par des Cheyennes au début du film).
L'objectivité est nécessaire.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 19, 2012 11:24 PM MEST


Treblinka : La révolte d'un camp d'extermination
Treblinka : La révolte d'un camp d'extermination
par Jean-François Steiner
Edition : Broché
Prix : EUR 22,23

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Aller et revenir de l'Enfer., 28 janvier 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Treblinka : La révolte d'un camp d'extermination (Broché)
Le livre de Jean François STEINER relate le quotidien des déportés à TREBLINKA - du moins ceux qui étaient gardés en vie pour faire "tourner" le camp - de son entrée en fonction jusqu'à la révolte d'Aout 43.
Ce quotidien c'est le choc de l'arrivée, les violences, les brimades, les exécutions, la survie organisée, l'entraide, la délation, le machiavélisme des nazis et bien sur la mort, omniprésente et omnipotente.
Ce n'est pas une historiographie, c'est un roman sur un fait historique écrit à partir des conversations et témoignages recueillis auprès de survivants; et qui dit roman dit une certaine forme d'imaginaire, voire d'invention. C'est l'un des reproches fait à ce livre qui, à sa sortie, a soulevé autant d'enthousiasme que de critiques.
Pour ma part, et après avoir lu bon nombre d'ouvrages et articles sur le sujet, je pense qu'il montre avec force et réalisme ce que fut l'enfer de ce type de camp.
Il peut surprendre néanmoins à certains égards (relevant pratiquement du détail en comparaison de l'histoire évoquée dans ce livre); ainsi il n'est pratiquement pas question du commandant STANGL (le commandant du camp de fin Aout 42 à fin Aout 43) - considéré au passage par HIMMLER comme le meilleur commandant de camp - au bénéfice du tout premier commandant Irmfried EBERL (commandant pendant 1 mois !) qui provoqua un tel chaos dans les premières semaines "d'activités" du camp qu'il fut relevé de ses fonctions.
Je suis assez perplexe quand je lis que diverses réalisations, et non des moindres, sont l'oeuvre de FRANZ; certes il était un personnage important dans le fonctionnement du camp, mais de là à pratiquement tout organiser...
Par ailleurs, le SS KUTTNER (KIWE) est appelé l'Ange de la Mort alors que cette "dénomination" revient - dans l'histoire du camp - à August MIETE. En outre, cette même histoire ne dit pas que KUTTNER et POTZINGER trouvèrent la mort durant la révolte...
Si l'on peut discuter éventuellement de ces points, ils n'enlèvent en rien à la qualité du livre.
Cette histoire aurait très bien pu être celle de SOBIBOR, ou de BELZEC (la révolte en moins), montrant le gouffre dans lequel les nazis voulaient précipiter le peuple juif (la conférence de WANNSEE en comptabilisa 11 millions à travers l'Europe) et, en face, les ressources que certains trouvèrent pour résister, puis pour se révolter.
Bien sur dans l'histoire de la SHOAH, on ne retient que 3 cas de révolte armée des Juifs contre les nazis : VARSOVIE (Avril 1943), TREBLINKA et SOBIBOR (14 Octobre 1943), d'où la tentation affichée de dire que ce peuple fut complice de son extermination en se laissant conduire à l'abattoir, et ceci d'autant plus que la SHOAH débuta en Juillet 41 pour se terminer en Novembre 44 quand les krematoriums de BIRKENAU furent arrêtés.
C'est oublier l'imagination et la détermination dont firent preuve HITLER et ses sbires dans leur tentative d'anéantissement de ce peuple, qu'il s'agisse de la SHOAH par balles en 1941, ou de la mise en oeuvre des camps d'extermination à partir de Décembre 1941 (CHELMNO fut le premier "centre" de mise à mort).
Il est difficile, voire impossible, de résister quant on est nu, dans un groupe composé pour beaucoup de femmes, d'enfants et de vieillards, et que l'on croit être dirigé vers un camp de travail, face à des hommes armés, faisant feu à la moindre velléité.
Et puis tout simplement comment croire à une telle chose ?
Maintenant cette horreur est connue - depuis longtemps - du grand public mais en 1966 (année de sa sortie), ce livre fut une sorte de révélation. Il montre que si plusieurs centaines de milliers d'êtres humains allèrent en enfer, un certain nombre en revint et put témoigner.


I Spit on Your Grave
I Spit on Your Grave
DVD ~ Sarah Butler
Prix : EUR 11,70

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 OEIL POUR OEIL..., 22 janvier 2012
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : I Spit on Your Grave (DVD)
Dans le genre, je trouve que c'est plutôt un bon film - évidemment à ne pas mettre sous tous les yeux.
La trame est "banale" : une jeune femme, agressée et violée, se venge de ses tortionnaires. Là où, à mon sens, le film tranche par rapport à d'autres du même genre c'est dans l'imagination que "l'héroïne" met dans sa vengeance (elle est écrivain, ça peut aider...) en retournant contre eux leur propre perversion, et cela aboutit à des actes d'une violence inouïe. En outre les agresseurs n'ont pas a priori le profil de "l'emploi" - on n'est pas dans Vendredi 13, ni dans la Colline a des Yeux, ni même dans Eden Lake (où l'on sent très vite la méchanceté gratuite des adolescents livrés à eux-même); ici, les types sont certes bourrins et machos mais pas dangereux.
Certains commentaires reprochent au film un manque de profondeur des personnages, notamment si on le compare à l'original; je n'ai pas vu l'original mais je pense que ce n'est pas le propos de ce film. On reste ici au stade de l'émotion et de la pulsion : les agresseurs ne se posent pas de question - ils veulent "profiter" de la situation - et n'ont pas de remords (sauf quant ils sont à la merci de Jennifer HILLS, et encore...), et celle-ci ne pense qu'à se venger (même la loi ne l'aide pas, bien au contraire - le rôle du shériff). Alors bien sur l'histoire n'est pas forcément crédible et les personnages surjouent peut-être mais le film, dans son genre, est efficace et particulièrement percutant.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6