Profil de Maniac Lecteur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Maniac Lecteur
Classement des meilleurs critiques: 1.284
Votes utiles : 413

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Maniac Lecteur "M Lit" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
The Mentalist - Saisons 1 à 3
The Mentalist - Saisons 1 à 3
DVD ~ Simon Baker
Proposé par 1ptitange
Prix : EUR 29,99

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bricolage cinématographique, 13 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Mentalist - Saisons 1 à 3 (DVD)
Voilà le style de série hollywoodienne qu'un équipe de scénaristes fabrique au fur et à mesure des réactions du public.

C'est le type de cinéma où même les scénaristes ne savent pas encore qui est l'assassin. Et comme on ne connaît jamais le résultât de l'audience on étirera l'histoire ou on la raccourcira en conséquence.

Je trouve que c'est trop facile de présenter un assassin en fin de saison, qui a tous les traits d'un assassin, touts les arguments, toutes les démonstrations, tous les faits, touts les aveux et toutes les preuves démontrant qu'il est l'assassin, et que dans la saison suivante, comme il faut prolonger le business, on vous dit "Vous savez quoi ? Ce n'était pas lui l'assassin".

Une telle ambiguïté permet tous les bricolages, formule intelligente certes, mais minable du point de vue cinématographique.

On lui pardonne les maladresses, les invraisemblances et les malentendus dont un film a besoin pour être plus ou moins intéressant. Le cinéma hollywoodien a toujours eu besoin de ça pour fonctionner. Ça passe, mais hormis la présence de bons comédiens, de rôles sympathiques et de certaines répliques ayant une bonne repartie, (c'est déjà ça), j'ai abandonné le visionnage de cette série à la fin de la troisième saison.

Trop c'est trop. Il ne faut pas prendre le public pour des imbéciles.


Dans mes yeux
Dans mes yeux
par Johnny HALLYDAY
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

9 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 On n'arrête pas de taper sur Johnny, 13 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans mes yeux (Broché)
Vous exagérez tous. Vous êtes tous excessifs vis à vis de ce livre.

Pourquoi dit on que Johnny règle ses comptes avec tout le monde dans ce livre ? Il est plein de tendresse vis à vis de ceux qu'il aime. Et ils sont nombreux. Eddy Mitchel, Charles Aznavour, Catherine Deneuve, Line Renaud, Michel Polnaref, Bruno Coquatrix, Jim Henrix, Carlos et bien d'autres, avec une simplicité souvent émouvante.

Je ne suis pas forcement fan de Johnny, j'aime sa musique sans en être emballé. Mais j’apprécie surtout l'être humain, le symbole, le bon vivant, le passionné, l'écorché vif, le battant, bref, tout ce que la vie fait d'un homme avec ces bonheurs et ses revers et qui la rend digne d'être vécue.

Il est de ce type d'artiste qui traverse les époques et les paradigmes de l'histoire que la culture populaire appelle inoxydable, indémodable et qu'on croirait immortel.

Je ne suis pas d'accord qu'il tape sur tout le monde, à peine quelques uns. Johhny Stark qui certainent il ne loupe pas, et c'est le seul. Le reste ce sont des critiques plutôt mitigées à pas grand monde. Michel Sardou envers qui la critique est surtout un reproche. Edith Piaf, qui ne nierait pas elle même son attirance pour les jeunes hommes mais envers laquelle Johnny fini par déclarer son admiration. Claude François à à qui il fait des reproches qu'on peut faire à un pote dont il reconnaît la capacité de travail. Les reproches à son fils David sont ceux que n'importe quel père peut faire à son fils, il n'y pas de quoi se scandaliser, et à qui il fini par lui exprimer son admiration et déclarer que c'est un génie. C'est tout ! Où sont les calomnies ? A part ça on a une galerie d'une vingtaine de personnages à qui Johnny lance de véritables déclarations d'amour, souvent émouvantes.

On aurait pourtant aimé qu'il s'exprime sur les qualités musicales d'Eddy Mitchel et pas qu'il s'arrête à ces qualités morales : "un bon pote", ce n'est pas un éloge pour un complice de carrière de toute la vie. Silence que le noble Eddy a dû encaisser avec la classe et la grandeur qui le caractérisent. Mais enfin, on ne peut pas reprocher à Johnny d'avoir un nombril.

Je trouve que les critiques sont exagérées. On n'a jamais arrêté de taper sur Johnny. Il a toujours répondu avec le silence. Ou plutôt en chantant. Il était temps qu'il parle.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 11, 2013 2:47 AM CET


L'Art de la répartie
L'Art de la répartie
par Matthias Nölke
Edition : Broché
Prix : EUR 11,90

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 L'art de l'ennui, 12 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Art de la répartie (Broché)
En voilà le type de livre commandé par un éditeur à un écrivain à la chaîne qui maîtrise l'écriture, qui a un peu entendu parler du sujet mais qui se débrouille pour faire de l'écriture au kilomètre.

Ce livre ne nous apprend rien. Les sujets sont connus par toute personne ayant un peu de bon sens. Les exemples son niais et dépourvus d'imagination. On s'attend au moins que le livre soit un peu amusant, mais il est profondément ennuyeux.

Écrit sans la moindre recherche, ni réflexion ni expérience. L’auteur donne trop d'importance au fait de s'en sortir d'une façon "souveraine" et n'axe la repartie que sur les situations de conflit. Alors qu'il y a des situations où il faut savoir concilier, faire profil bas, séduire ou pourquoi pas, faire plaisir à l’interlocuteur. Et tout ça exige de la repartie pour être efficace. C'est de tout ça que sont faites les relations humaines, le monde n'est pas peuplé que d'adversaires.

A cet égard, rien n'égale le classique, longtemps décrié "Comment se faire des amis" de Dale Carnegie, un livre plein de bienveillance et de sagesse, où tout a été dit, depuis des decennies.


L'art d'aimer
L'art d'aimer
par Erich Fromm
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La réponse à la question oubliée, 2 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'art d'aimer (Broché)
Pendant plus de quarante ans, les lecteurs qui ont aimé "L'art d'aimer" ont été privés de la question dont ce livre est la réponse.

En effet, son prédécesseur "La peur de la liberté" qui posait le problème de la déchirure provoquée par la solitude de l'homme libre a été ignoré des maisons d'édition pendant tout ce temps.

Pourtant, pour comprendre la pensée de l'auteur, il est important de savoir que l'un ne marche pas sans l'autre.

En bref, pour Fromm, la liberté est de se faire soi même et d'exister par soi, indépendamment de toute soumission à des structures protectrices, et la seule solution au problème de la solitude de l'homme libre est l'amour...

... toujours !


Télécommande de minuterie JJC TM-M pour Nikon D90 (s), D600, D3100, D3200, D5000, D5100, D5200, D7000
Télécommande de minuterie JJC TM-M pour Nikon D90 (s), D600, D3100, D3200, D5000, D5100, D5200, D7000
Proposé par Pro-Photoshop.France
Prix : EUR 34,90

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très bon accéssoire pour élargir sa créativité photographique, 1 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce qui n'existe pas dans la plupart d'appareils, le JJC TM le pourvoit et à un prix insignifiant par rapport à ce qu'il apporte.

Accompagné d'une notice en anglais, pourtant très claire, sommaire mais complète, une fois qu'on a compris son fonctionnement on aperçoit toutes ses applications. Cependant, un .pdf en français bien traduit existe sur le web.

- Retardateur d'une seconde à plusieurs heures,
- Intervallomètre, idéal pour créer des laps times dans la limite de l'autonomie de la batterie de l’appareil photo.
- Déclencheur par câble, même éteint, pour éviter les flous de mouvement à basses vitesses, comme dans le bon vieux temps des appareils argentiques à soufflet.

C'est un complément idéal pour mon Nikon D3200 qui n'est pas très bien pensé à cet égard.

-Permet des prises de vue d'une seconde à plusieurs heures, alors que le D3200 est limité à 30". Idéal pour des photos astronomiques, photos à la lumière des étoiles, pour photographier la coupole céleste ou pour aller à la chasse aux étoiles filantes, si monté sur une monture équatoriale motorisée.

Et on n'a pas besoin de le reprogrammer pour répéter la fonction utilisée. Il suffit de ne pas l’éteindre.


Nikon D3200 Appareil photo numérique réflex 24,2 Mpix Kit Objectif AF-S DX 18-55 mm
Nikon D3200 Appareil photo numérique réflex 24,2 Mpix Kit Objectif AF-S DX 18-55 mm
Proposé par DUKE FOTOGRAFÍA
Prix : EUR 447,99

12 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un bijou technologique, pour le meilleur et pour le pire, 24 janvier 2013
Pour moi, qui viens de l'époque du numérique avec le tout manuel, où il fallait régler la distance de mise à point au pif et le couple vitesse ouverture de diaphragme en consultant un abaque (Graphique permettant de donner la solution d'un calcul), le tout devant être développé en chambre noire, et qui garde encore le souvenir nostalgique de l'odeur de l'hydroquinone dans les mains, en utilisant cet appareil je me rend compte du chemin parcouru par la technologie.

Je me sens comme un pilote de l'époque des as dans le cockpit d'un Rafale.

Le nouvel amateur n'a pas le soucis d'apprendre la technique photographique, mais il doit apprendre à gérer les automatismes. Ce qui pour certains aspects complique les choses au lieu de les simplifier.

Tenez, par rapport à la mise au point, l’appareil propose quatre modes de réglage, trois angles de capteur et trois modes de mémorisation, ce qui donne trente-six combinaisons. Tout ça pour s'affranchir de la bague qui vous permet de régler en toute liberté la profondeur de champ, tout simplement en choisissant la zone de netteté. Heureusement, la façon existe de revenir à la préhistoire pour faire une mise à point simplement en regardant à travers le viseur et en tournant une bague.

Sans parler des onze collimateurs qui échangent des informations en fonction de la position du sujet et son fond en plus d’une soi disant sécurité qui empêche l’appareil de se déclencher si la mise à point n’est pas correcte (le pilote du Rafale interdit d’éjection en cas de panne parce que le système lui indique que c’est dangereux de sauter sur une mer en pleine tempête). Le pilote infantilisé par les automatismes perd sa vie et le photographe perd la prise photo de sa vie, un OVNI, un accident, un exploit sportif, ou simplement, son chien qui fait une bêtise digne d’être immortalisée, même si c’était un peu flou, la postérité vous l’aurait pardonné.

Heureusement qu'un switch sur l'objectif permet de se passer des avances technologiques et revenir un demi siècle en arrière. La postérité vous sera reconnaissante, de même votre agence de presse, si vous en avez une, et en plus votre créativité prendra un nouvel élan.

Tout ça pour dire que je considère la mise au point automatique comme un faux confort. La mise au point manuelle traditionnelle à travers le viseur est plus rapide, plus sûre et surtout, elle permet de mieux "sentir" le sujet photographié. Je suis certain que l'évolution de l'industrie finira pour exclure cette surcharge de technologie qui alourdit, plus que soulage, le travail du photographe.

Pour prouver encore que le progrès n’a pas que des avantages, le mode vidéo est bridé à des prises maximales de 20 minutes, sans quoi l’appareil serait assimilé à un caméscope et on serait obligé de payer une taxe. Mais qui a dit qu’on ne veut pas payer la taxe ? En plus le robot refuse toute batterie ne portant pas la marque Nikon, ce que vous fera une bonne blague quand vous ne trouverez plus de batteries et que vous devrez jeter l’appareil devenu inutilisable. Mais on sait très bien que vous ne le regretterez pas, car le moment venu, les fabricants auront trouvé une nouvelle astuce pour vous donner envie de vous débarrasser d'un objet devenu obsolète.

Le temporisateur est trop sommaire. A chaque fois qu'on veut faire une prise en auto-declencheur, il faut repasser par le menu pour le réactiver. Même un appareil bas de gamme a un bouton qui permet de garder l'appareil en mode auto-declencheur. A ce égard un accessoire idéal est l'intervallomètre JJC TM à moins de 40 € qui augmente énormément les possibilités de l'appareil. Il sert aussi de déclencheur par câble, même éteint, pour éviter de toucher à l'appareil pendant les prises lentes. Et pour les longues séquences qui dépassent l'autonomie de la batterie, il existe les adaptateurs secteur EH-5B ou EP 5A.

AMBIGUÏTÉS :

Certaines ambigüités existent par rapport à la conservation des réglages en passant d'un mode à l'autre. (ex de mode : Paysage, portrait, etc)

Certains paramètres, une fois réglés, restent invariables pour tous les modes, même si on éteint l'appareil.

D'autres paramètres restent invariables pour un groupe de modes, mais changent en changeant de mode.

Ex groupe de modes :
- Un groupe = Automatique, Manuel, priorité à la vitesse, etc.
- Autre groupe = Scènes = Portrait, paysage, premier plan, etc.

Détail troublant, certains reglages restent programmés en changeant de mode, d'autres reviennent à leur valeur par défaut. Je ne sais pas si c'est possible et comment, de régler la valeur par défaut.

Malheureusement, la complexité est telle que ni le manuel d'utilisation ni aucun ouvrage consulté ne parle pas de cet aspect assez déconcertant et qui exige une longue expérience pour savoir ce qui reste réglé, ce qui passe à sa valeur par défaut et ce qui reste ou pas selon que ça a été réglé sur un menu, sur un bouton ou sous un autre mode.

MON EXPÉRIENCE

- Je préférè la mise au point manuelle à travers le viseur, ça va plus vite et plus sûr et on "sent" mieux le sujet ; sauf si je dois "canarder" rapidement à droite et à gauche différents sujets documentaires. Çà me permet en plus de régler la netteté du viseur à ma vue, m'affranchissant de mes lunettes.

- Je fais la mise à point avec le zoom au maximum pour approcher le sujet, elle est plus précise, et je reviens ensuite à la focale choisie pour mon cadrage.

- Je déclenche la prise toujours à travers le viseur. Ça me permet d'appuyer l'appareil contre le visage m'apportant un troisième point d'appui pour mieux l'immobiliser.

- Je ne suis pas rigoureux sur les reglages de luminosité. Dans certains limites, on peut toujours corriger en post traitement. Mêmes considérations à propos du cadrage. -

-Seul le flou est irréversible. Que ce soit par la mis au point ou par le mouvement. Je leur apporte la plus grande attention.

- Je ne suis pas mon plus strict sur la protection de l'objectif. J'utilise un filtre UV pour le protéger et je garde le bouchon dans la poche jusqu'à la fin de vla séance.

- Jamais, au grand jamais je n’amène l'appareil à la plage. Un grain de sable finit toujours par s'infiltrer et peut faire des dégâts.

Conclusion, une fois les gestes maîtrisés, le D3200 est très amusant à utiliser. Les photos que je réalise avec lui, dépassent mes rêves les plus fous de l'époque glorieuse.


Mantona Orange Line Sacoche pour Appareil Photo
Mantona Orange Line Sacoche pour Appareil Photo

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Correcte pour l'amateur moyen, 22 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mantona Orange Line Sacoche pour Appareil Photo (Accessoire)
Cette sacoche est correcte car elle possède des astuces qui permettent de remplacer d'autres bagages comme un sac à main pour en faire un seul.

Elle possède des compartiments spacieux et modulables pour ranger un gros appareil photo, un caméscope moyen, ou les deux, leurs objectifs et leurs accessoires, sans en abuser.

Une grande quantité de poches internes et externes permettent de placer d'autres objets plats comme papiers et documents, ainsi que quelques poches secrètes qui risqueraient de faire sourciller les services de sécurité, dont une au fond qui permet de libérer une housse imperméable pour protéger l'ensemble de la pluie.

La matière sans être luxurieuse est usuelle pour ce type de matériel, ce qui permet un poids agréable.

Étant un peu volumineuse, elle ne passe pas inaperçue dans les quartiers louches d'un pays dangereux où l'on voudrait rester discret pour éviter des agressions, mais on ne peut pas lui reprocher d'avoir le défaut de ses qualités.

Détail inconfortable, la boucle de fermeture est libre des deux côtés, ce qui exige l'utilisation des deux mains pour la fermer, ce dont on ce serait affranchi si l'une des deux était solidaire avec le corps.

Encore plus délicat, les prises en plastique de ma bandoulière n'inspirent pas confiance et peuvent se briser avec la fatigue du matériel ou même se détacher en fonction des mouvements (ça m'est déjà arrivé) ce qui peut être très risqué en promenade en montagne ou à vélo. La bandoulière cousue directement à la sacoche serait plus sûre. Une visite à l'atelier de retouches textiles du quartier pourrait y remédier.


Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner
Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner
par Collectif
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un ouvrage qui se détache du lot, 12 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Votre cerveau n'a pas fini de vous étonner (Broché)
Un bon choix d'experts interrogés et des thèmes très bien choisis.

J’apprécie particulièrement que le sujet du "Moi" et de la "Conscience du moi", souvent méconnu ou négligé par les spécialistes, car difficilement saisissable, est pour la première fois traité avec clarté.


Return to Castle Wolfenstein : Tides of War
Return to Castle Wolfenstein : Tides of War

5.0 étoiles sur 5 Une rare qualité qui perdure dans le temps., 11 janvier 2013
Amusant:5.0 étoiles sur 5 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Return to Castle Wolfenstein : Tides of War (Jeu vidéo)
Malgré le temps passé depuis son lancement, ce jeu reste toujours charmant, non seulement par sa jouabilité, mais aussi par la variation de ses tableaux, son rythme, et surtout par l’ambiance à la fois guerrière et mystérieuse de son esthétique vintage.

Sans oublier le principal, la musique, épique et envoutante, qui plonge le joueur dans l'ambiance pendant des heures d'intense plaisir, ainsi que les excellent doublages des voix françaises par des acteurs de qualité.


Return to castle wolfenstein
Return to castle wolfenstein

4.0 étoiles sur 5 Une rare qualité qui perdure dans le temps., 10 janvier 2013
Amusant:5.0 étoiles sur 5 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Return to castle wolfenstein (Jeu informatique)
Malgré le temps passé depuis son lancement, ce jeu reste toujours charmant, non seulement par sa jouabilité, mais aussi par la variation de ses tableaux, son rythme, et surtout par l’ambiance à la fois guerrière et mystérieuse de son esthétique vintage.

Sans oublier le principal, la musique, épique et envoutante, qui plonge le joueur dans l'ambiance pendant des heures d'intense plaisir, ainsi que les excellent doublages des voix françaises par des acteurs de qualité.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10