undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Fnitter "Addict à la sf" > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fnitter "A...
Votes utiles : 1926

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fnitter "Addict à la sf" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Une seconde après
Une seconde après
par William R. Forstchen
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon petit roman post-apo sans prétention., 2 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une seconde après (Poche)
Tout adepte de sf, ou d'histoire militaire ou qui s'intéresse un tant soit peu à la chose connaît l'IEM. Pour les autres (qui devraient être peu nombreux à lire cette critique, du coup) : Impulsion électromagnétique. Dans ce roman issue de l'explosion d'une explosion nucléaire en haute altitude (IEM-HA). Effet désiré et recherché : Griller tous les équipements électriques et électroniques.
Résultat : Pour une société occidentale mondialisée, ultra dépendante à la technologie et à l'électricité : Retour à l'âge de pierre.

Nous sommes à Black Mountain en Caroline du Nord, chez les sudistes. Petite ville campagne-montagne. Notre héros est un jeune veuf, colonel à la retraite et prof d'histoire.
Vous la voyez venir là, l'histoire quand l'événement survient ?
Petite organisation de survie après panique, loi martiale, famine et bandes armées hystérico-cannibalo-typiquement américaines.
Un style, une histoire très accessible, qui se lit très facilement, tout s'enchaîne, sans grosse surprise mais sans déplaisir.

Un roman de divertissement post-apocalyptique spécial j'en ai marre des zombies, mais c'est presque pareil.


Déluge
Déluge
par Stephen BAXTER
Edition : Poche
Prix : EUR 11,40

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'eau, ça mouille..., 27 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Déluge (Poche)
Premier tome d'un diptyque qui avec Arche compose le cycle catastrophe.

Un petit groupe hétéroclite vient juste d'être libéré d'une détention à titre d'otage, par un groupe extrémiste. Il constate qu'en 5 ans, le monde a changé, nous sommes en 2016, il pleut tout le temps, le niveau de la mer aurait monté, mais tout va bien, le gouvernement, la tête dans le sable, veille. Vraiment ? Au fil de l'histoire, sur plusieurs dizaines d'années, le niveau monte. 5 mètres, 100 mètres ? 1000 mètres ? Plus ?
Pris en charge par un visionnaire milliardaire, l'équipe va assister, en tant que spectateur ou en tant qu'auteur à l'inexorable montée des eaux et aux actions de notre milliardaire, et d'autres, pour survivre à ce qui pourrait être l'extinction de toute l'espèce humaine. Survivre en hauteur, construire une arche ? Mais de quelle nature ?
Et pendant ce temps, l'humanité part en exode, se meurt, se bat pour sa survie.

Le bon vieux ressort scénaristique du groupe brusquement projeté dans un environnement non familier et hostile (enlèvement, amnésie, coma, cochez la bonne case) permet à l'auteur de poser son histoire et nous expliquer ou faire expliquer les ressorts de cette dégradation (doux euphémisme) des conditions climatiques et de la montée de eaux.
Scientifiquement parlant, c'est assez light, mais l'auteur s'appuie néanmoins sur des théories scientifiques plausibles et déjà publiées. de toute façon, Baxter n'est pas réputé pour sa fantaisie extrême en matière de hard science. Tout reste plausible et assez intéressant à lire.
Les personnages sont bien mis en valeur, avec un background fouillé et une personnalité plus que correctement développée. C'est toujours un plus dans ces histoires où l'incursion du merveilleux, de la surprise est plus limitée que dans la fantasy ou la SF d'aventure.
On pourra regretter quelques longueurs malgré un récit assez rythmé, qui passe d'une situation à une autre, où on investigue avec les chercheurs, où l'on vit avec des réfugiés dans les hauteurs, où l'on marche avec des villes en exode, où l'on navigue avec quelques privilégiés.

Un livre très prenant, qu'on a du mal à lâcher.
C'est du Baxter, pur jus, pas d'humour, un sérieux qui fait froid dans le dos parfois, c'est sombre, triste, mais l'espoir est toujours là et puis, une suite appelée Arche, si ça ce n'est pas de l'espoir...

Pas besoin de zombies pour que le monde sombre dans le chaos. un peu (beaucoup) d'eau suffit.


Le survivant
Le survivant
par Marcus Luttrell
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Seals au combat, 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le survivant (Broché)
Marcus Luttrell est un héros de guerre. Dans le sens où son histoire a été médiatisée. Donc, un film, un livre que voici.
Mais comme Marcus est un soldat, et un vrai de vrai, il n'a pas fait carrière dans la littérature. Donc on lui adjoint un co-auteur : Patrick Robinson, lui connu pour ses best sellers sur la marine américaine et notamment une biographie de l'Amiral Woodward (non traduite en français).
Au moins Luttrel n'a pas eu la prétention de dire qu'il avait tout fait tout seul en prenant un nègre.

Des épreuves de sélections à l'une des armes les plus sélectives du monde que sont les Navy SEALs à son déploiement en Afghanistan. De son combat héroïque à 4 contre plusieurs centaines à son sauvetage miraculeux par tout un village afghans. De sa récupération par l'armée américaine à sa tournée des popottes pour remercier tout le monde.

Dans la première partie, j'ai souffert avec les postulants aux SEALS.
Dans la seconde partie, j'ai combattu les afghans avec l'équipe Seals.
Mais nous voici à peine au 2/3 du livre, et je me suis bien ennuyé avec la convalescence moyenâgeuse de Luttrell, caché dans le village afghans.

Il n'en reste pas moins que nous avons un point de vue extrêmement intéressant d'un vrai militaire (américain) sur la guerre et ses règles d'engagement qui sont plus là pour protéger le petit cul des politiques qui décident que celle des soldats.
On ressent bien le désarroi, la haine, l'incompréhension des combattants vis à vis des médias prêts à crucifier les soldats parce que la guerre a fait un mort civil. Les bombardements, c'est impersonnel, quelques milliers de morts dans les dégâts collatéraux c'est normal, mais ne vous avisez pas de tirer par erreur sur un montagnard armé jusqu'aux dents, prêt à bondir, mais qui n'a pas encore rafalé tout le contenu de sa kalach sur vous ou vos frères d'armes, sinon vous serez jugé pour meurtre et crucifié sur l'autel des bons sentiments des guerriers de salon.

Le style est très direct, simple mais restituant bien la souffrance et la violence des actions.
On en apprend un peu plus sur l'organisation des Talibans, des villages Pachtounes et surtout sur le Lokhay, loi, coutume pachtoune à laquelle Marcus Luttrell doit sa survie.
Devant chaque chapitre, il y a un extrait. Fausse bonne idée car on a l'impression d'énormes redites tout au long de la lecture, une fin trop lente mais au final un agréable moment de lecture.

Cerise sur le gâteau, le livre a été adapté en film sous le titre de « du sang et des larmes », qui passe très allègrement sur l'entraînement seals et transforme la longue convalescence de plusieurs semaines de Marcus en 2 ou 3 jours. Mais bon, intéressant à voir.


Le survivant
Le survivant
par Marcus Luttrell
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Seals au combat., 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le survivant (Broché)
Marcus Luttrell est un héros de guerre. Dans le sens où son histoire a été médiatisée. Donc, un film, un livre que voici.
Mais comme Marcus est un soldat, et un vrai de vrai, il n'a pas fait carrière dans la littérature. Donc on lui adjoint un co-auteur : Patrick Robinson, lui connu pour ses best sellers sur la marine américaine et notamment une biographie de l'Amiral Woodward (non traduite en français).
Au moins Luttrel n'a pas eu la prétention de dire qu'il avait tout fait tout seul en prenant un nègre.

Des épreuves de sélections à l'une des armes les plus sélectives du monde que sont les Navy SEALs à son déploiement en Afghanistan. De son combat héroïque à 4 contre plusieurs centaines à son sauvetage miraculeux par tout un village afghans. De sa récupération par l'armée américaine à sa tournée des popottes pour remercier tout le monde.

Dans la première partie, j'ai souffert avec les postulants aux SEALS.
Dans la seconde partie, j'ai combattu les afghans avec l'équipe Seals.
Mais nous voici à peine au 2/3 du livre, et je me suis bien ennuyé avec la convalescence moyenâgeuse de Luttrell, caché dans le village afghans.

Il n'en reste pas moins que nous avons un point de vue extrêmement intéressant d'un vrai militaire (américain) sur la guerre et ses règles d'engagement qui sont plus là pour protéger le petit cul des politiques qui décident que celle des soldats.
On ressent bien le désarroi, la haine, l'incompréhension des combattants vis à vis des médias prêts à crucifier les soldats parce que la guerre a fait un mort civil. Les bombardements, c'est impersonnel, quelques milliers de morts dans les dégâts collatéraux c'est normal, mais ne vous avisez pas de tirer par erreur sur un montagnard armé jusqu'aux dents, prêt à bondir, mais qui n'a pas encore rafalé tout le contenu de sa kalach sur vous ou vos frères d'armes, sinon vous serez jugé pour meurtre et crucifié sur l'autel des bons sentiments des guerriers de salon.

Le style est très direct, simple mais restituant bien la souffrance et la violence des actions.
On en apprend un peu plus sur l'organisation des Talibans, des villages Pachtounes et surtout sur le Lokhay, loi, coutume pachtoune à laquelle Marcus Luttrell doit sa survie.
Devant chaque chapitre, il y a un extrait. Fausse bonne idée car on a l'impression d'énormes redites tout au long de la lecture, une fin trop lente mais au final un agréable moment de lecture.

Cerise sur le gâteau, le livre a été adapté en film sous le titre de « du sang et des larmes », qui passe très allègrement sur l'entraînement seals et transforme la longue convalescence de plusieurs semaines de Marcus en 2 ou 3 jours. Mais bon, intéressant à voir.


L'épopée de Gengis Khan
L'épopée de Gengis Khan
par Conn IGGULDEN
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Encore meilleur que le premier, 16 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'épopée de Gengis Khan (Poche)
Second tome de la trilogie consacrée à l'un des plus puissants guerriers de ce monde.

Gengis khan a désormais uni toutes les tribus mongoles et s'apprête à déferler sur la dynastie Jin, pour assouvir sa vengeance. Au passage il abattra un petit royaume annexe, les Xixia.

Nous avons fait un saut dans le futur de 7 ans. Ce n'est en rien rédhibitoire puisque on tenait presque pour acquis à la fin du tome 1 cette réunification qui est désormais effective.
On pourra néanmoins regretter un saut de 2 ou 3 ans entre les campagnes de Xixia et Jin où Gengis va se familiariser avec les engins de siège. Quelques chapitres auraient pu nous montrer cette intégration de nouvelles techniques bien étrangères aux tactiques des Mongols.
En dehors de cette petite critique, rien à redire. Une histoire menée tambour battant, sans ennui.
Des récits de batailles enlevés, des personnages bien travaillés, y compris les secondaires qui donnent au roman son côté plus aventures que livre d'histoire.

S'instruire sur la vie et l'oeuvre de Gengis khan tout en se distrayant par une lecture passionnante. Que demander de mieux ?


La treizième génération
La treizième génération
par Paul-Jean Hérault
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 P.J je vous aime..., 7 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La treizième génération (Broché)
Compilation d'un petit diptyque fleuve noir, publié en 1990, Ross et Berkel, qui avec le second opus, Pédric et Bo, forment la treizième génération.

A une époque où l'humanité a détruit l'environnement de la terre et vit enterrée, des gens sont déportés pour une colonisation forcée de planètes à découvrir. Ross et Berkel, s'organisent pour biaiser le système et partir avec le maximum de cartes en main. Quatre siècles plus tard, dans une société utopico-idéale, les terriens, technologiquement plus avancés, débarquent et semblent vouloir s'approprier la planète.

Vous vouliez avoir l'histoire de la déportation et de la constitution de la nouvelle société ? Raté, cela ne constitue que le prologue du livre, l'essentiel étant constitué des faits se situant quatre siècles plus tard. (Le titre de la première partie est en lui-même une forme d'arnaque, car les héros sont bien Pédric et Bo dès le premier tome).
C'est le mythe du contact revisité à la sauce Hérault. Un background allègrement survolé mais parfois un luxe de détails inutiles sur une situation particulière. Et si vous connaissez l'auteur, devinez de quoi parle-t-on encore à grands renforts de moyens ? D'aviation bien sûr. L'auteur nous passe des pans entiers de son histoire pour rentrer dans le format 200 pages fleuve noir, mais est capable de nous en faire 30 sur un crash d'avion. Du PJ Hérault tout crashé, euh craché...
Mais l'histoire est tellement rafraîchissante, avec sa petite rencontre amoureuse tellement fleur bleue, avec son style tellement linéaire et agréable à lire. PJ, je vous aime...

La seconde partie du diptyque :
Les terriens sont arrivés et ont envoyé des observateurs en "immersion", dont un chez Pédric. Pourquoi sont-ils là ? C'est tout l'enjeu de ce tome et l'on verra à travers quelques voyages, en ULM bien sûr, de beaux paysages et quelques conversations intéressantes.

Une occasion pour découvrir un peu mieux le fonctionnement politique et économique de notre société idéalisée (en surface, on est sur du Fleuve Noir de 200 pages, n'oublions pas).
On passera allègrement sur les raisons assez ridicules de la présence des Terriens ainsi que sur le « happy end » attendu, tout aussi peu crédible. On s'intéresse plus à la façon dont est raconté l'histoire, aux anecdotes annexes et la mignonne histoire d'amour, du Hérault pur jus, qu'au scénario bancal mal ficelé.

Idéal pour un petit voyage en train ou en avion.


L'Examen médical (Bio Super Élite : les Aspirantes t. 1)
L'Examen médical (Bio Super Élite : les Aspirantes t. 1)
Prix : EUR 0,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Science-Fiction érotique ?, 6 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Examen médical (Bio Super Élite : les Aspirantes t. 1) (Format Kindle)
Stella veut intégrer l'escadron Bio Super Elite, devenir pilote de machines indéterminées pour combattre des abominations hantant notamment les champs de Maïs. Et pour piloter ces machines, il faut visiblement accepter de se servir de tous ses orifices naturels.
La voilà donc soumise à un examen médical très particulier avec introduction d'objets divers pour tester ses « compétences ».

Ce n'est pas un roman, c'est un premier chapitre, 33 pages. Degré zéro de la science-fiction à ce stade de l'histoire. Stella est métisse (poils verts et peau supportant mal le soleil) de quoi ? Qui sont les ennemis ? Qu'est devenu le monde ? Ces questions resteront pour l'instant sans réponse.
Mlle Dessin a-t-elle réussi à nous appâter avec son introduction ? Question science-fiction, non, une étoile assurément.
Mais la SF n'est qu'un prétexte, basculons donc du côté érotique de l'histoire. L'auteure possède un style assez visuel, il faut l'avouer. Plus que lire un premier chapitre, on a l'impression d'être plongé dans un hentai des plus classique (du moins l'idée que je m'en fait) avec héroïne aux seins défiant l'imagination prise par tous les trous par un monstre extraterrestre aux multiples appendices. Où la honte éprouvée par l'héroïne est pour elle un puissant aphrodisiaque.
Un léger frétillement ? Allez, avouons-le, oui ! Mais léger alors' Trois étoiles.

Vais-je attaquer le second chapitre ? Il faut bien savoir dans quel monde l'auteur veut nous projeter'


Expédition à l'île Maurice
Expédition à l'île Maurice
par Patrick O'Brian
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Y prendrions-nous goût ?, 2 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Expédition à l'île Maurice (Broché)
Quatrième tome de la série qui en compte vingt quand même.

Jack Aubrey se languit à terre, même s'il ne veut pas se l'avouer. La terre ferme, jardin des délices d'un marin en mer, résiste mal à la réalité de ce que Maturin pourrait qualifier d'enfer domestique. Ça tombe bien, il vient lui proposer le commandement de la Boadicea, une frégate non-dénuée d'intérêt et surtout, surtout, un possible guidon de Commodore. Sa mission, la réunion et l'île Maurice à reprendre aux Français. Il est loin le temps du Seul maître à bord, il va devoir composer entres les ordres de mission trop vagues (la victoire et la gloire pour le supérieur en cas de succès, l'opprobre et la honte pour lui en cas d'échec, un grand classique) et les personnalités de capitaines placés sous son autorité. Et il faudra en plus composer avec l'armée de Terre...

Dans sa préface l'auteur le dit : Tout est vrai. Bravo. En effet, la réalité historique est suffisamment vague pour y insérer les actions de notre Capitaine Aubrey. Nous sommes en 1810 et comme ses confrères H. Hornblower et R. Bolitho, Aubrey sera le sauveur de l'Angleterre, le seul capitaine compétent dans toute cette masse d'arrivistes de généraux et d'amiraux bien roublards, juste là pour priver les vrais héros de l'Histoire (avec un grand H) de la gloire qui leur est due.
De la même veine que le tome 3, l'action est au rendez-vous, même si parfois la lecture paraît un peu impersonnelle. Comme je l'ai déjà dit dans les critiques précédentes de la série, le style est plus littéraire que celui de A. Kent et force et de constater que O'brian n'est pas aussi à l'aise, ou en tout cas, aussi doué que l'auteur de Bolitho pour décrire la fureur des combats et nous restituer cette ambiance noire sanglante, parfois désespérée et ô combien épique.
Néanmoins la lecture reste agréable et prenante. Les digressions de Maturin, en faux candide, sont toujours un plaisir, parfois sadique, mais un plaisir.

Conclusion, quand j'aurais fini la série de Bolitho, je me mettrais sérieusement à Aubrey la chance...


Dexter dans de beaux draps
Dexter dans de beaux draps
par Jeff Lindsay
Edition : Poche
Prix : EUR 7,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Meilleur que le précédent., 26 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dexter dans de beaux draps (Poche)
Quatrième tome de la série.
Dexter est désormais marié à Rita et Deb est au courant de ses activité nocturnes. Tout comme Cody et Astor que Dex continue de former avec le code de Harry.
Le passager noir est de retour. Tout va bien ? Hélas Dexter a commis une imprudence et se trouve maintenant confronté à une vidéo de lui en pleine action et un maître chanteur bien particulier.

Ce quatrième tome est tout à fait quelconque. On retrouve ce qui avait fait la réussite des deux premiers tomes, un humour bien noir. Dexter s'humanise, il aime ses enfants et nous on l'aime d'autant plus mais il est redevenu sûr de lui. Quelconque. Alors pourquoi m'a-t-il été impossible de lâcher ce bouquin ? Une fascination morbide ? Un goût immodéré pour l'humour décalé ? une intrigue bien ficelée (même pas). Allez savoir.

Un format court, rapide, concis. Très distrayant. Finalement c'est tout ce qu'on demande.


Le trésor de Sharpe
Le trésor de Sharpe
par Bernard Cornwell
Edition : Broché
Prix : EUR 19,77

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Toujours excellent., 21 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le trésor de Sharpe (Broché)
Second tome (dans l'ordre chronologique) des aventures de Sharpe.

Pour la petite note historique. Nous sommes en 1810. Durant la troisième tentative d'invasion du Portugal, 65000 français vont affronter les 50000 hommes de Wellington. Sans compter les guérilleros espagnols, véritable plaie pour les français.
Ce qui semble être le dernier rempart : La forteresse d'Almeida.
Mais Wellington a d'autres idées en tête et charge Sharpe d'une mission cruciale, vitale même pour la suite de la guerre, récupérer un trésor. 16 000 pièces d'or abandonnées par les espagnols. Sharpe doit réussir à tout prix. A tout prix. Et ce prix risque d'être élevé.

Dès le début, Sharpe se met à dos la prévauté. Il ne faudrait pas que cette mission soit trop facile. 50 contre 800, si en plus on ne s'invente pas quelques ennemis en plus, ce serait du gâteau. Mais non, au final, ils ne viendront pas gêner le désormais Capitaine Sharpe dans sa mission.
Sans peur et sans reproche, sans états d'âme ou presque. Notre héros droit dans ses bottes, adoré de ses hommes, un exemple à suivre ? (n’exagérons rien, c'est un soldat au dix-neuvième siècle).
Un second tome plein d'action de combats de fureur et de sang.
Allez seul bémol. Je ne sais pas si c'est Sharpe ou B.Cornwell himself qui fantasme, mais il lui faut une nana bien roulée à chaque épisode. Peu importe qu'elle apporte quelque chose au récit ou pas. Et évidemment, Sharpe le beau gosse... vous m'avez compris.

Définitivement conquis par la série, en route pour le tome 3. Quelle tristesse que Nimrod semble avoir abandonné la traduction.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20