Profil de Nagar > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Nagar
Classement des meilleurs critiques: 1.640.332
Votes utiles : 272

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Nagar

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE (LA° [Édition Spéciale]
CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE (LA° [Édition Spéciale]
DVD ~ Randolph Scott
Prix : EUR 9,10

4.0 étoiles sur 5 Excellent film, 26 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE (LA° [Édition Spéciale] (DVD)
Avant dernier western de la collaboration de Bud Boetticher et Randolph Scott, la Chevauchée de la vengeance ne déçoit guère. Randolph Scott, toujours aussi remarquable, joue le même type de personnage, calme et déterminé, et très courtois avec les dames. Avec son impassibilité (il a très peu de répliques) et sa gestuelle, il semble une fois encore annoncer ‘l'homme sans nom’ de Sergio Leone et Clint Eastwood. La mise en scène est toujours aussi efficace et le reste du casting est d'excellente qualité. Le scénario est très habile : on est plongé dès le tout début dans l'action qui oppose 2 hommes, sans connaître véritablement le mobile, et petit à petit, l'histoire de Ben Brigade, interprété par Randolph Scott, va être révélée ; le suspens est maintenu jusqu'à la fin et ce n'est que dans les dernières minutes que l'on comprendra les mobiles de Ben Brigade. La fin offre par ailleurs une bonne surprise. Points faibles du film : une musique peu variée qui se répète un peu trop souvent et les rôles que tiennent Lee Van Cleef et Karen Steele auraient mérité d'être plus approfondies.


Les TRIPLETTES de BELLEVILLE
Les TRIPLETTES de BELLEVILLE
DVD ~ Jean-Claude Donda
Proposé par Idstock
Prix : EUR 5,99

1.0 étoiles sur 5 Un dessin animé hideux et mou, 26 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les TRIPLETTES de BELLEVILLE (DVD)
Y en a qui aiment, mais moi personnellement je n'ai pas aimé du tout. Les graphismes, les personnages, l'animation... tout le film est moche, immonde, irregardable en plus d'être particulièrement ennuyeux. Quant à l'humour, j'avoue ne pas avoir ri une seule seconde durant tout le film. Un sous-produit de l'animation. On a encore du chemin à faire nous les français pour faire des dessins animés aussi beaux et poétique que les américains ou les japonais.


Le Petit Poucet
Le Petit Poucet
DVD ~ Nils Hugon

4.0 étoiles sur 5 un vrai conte de fée, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Poucet (DVD)
Ces temps-ci, les contes de fées sont modernisés pour être tantôt de vulgaires comédies indigestes tantôt des films d'heroic fantasy. Le Petit Poucet (adapté par le célèbre cinéaste Olivier Dahan) se situe à la fois entre le côté féerique des adaptations du genre Peau d'âne et le côté sombre que reflètent plus ou moins bien certaines adaptations modernes tout en restant parfaitement fidèle à l'esprit du conte original. L'Ogre ici est absolument terrifiant. On remarque toutefois que les frères de Petit Poucet (très bien interprété), sont au nombre de 4 et non de 7 comme dans le conte.
Le film marque un point (et un gros !) en ce qui est les décors et les jeux de lumière. On a ici un film visuellement très beau jouant avec les ombres, le contraste des couleurs et les effets de lumière. Une trouvaille merveilleusement adaptée aux adaptions cinématographiques de contes de fées, mais hélas peu exploitée.

Parmi les acteurs, tous jouent de manière convaincantes. On en retrouve quelques-uns qui sont très connus, même si la plupart n'ont qu'un faible rôle. On retrouve Romane Bohringer en mère du Petit Poucet. La magnifique Catherine Deneuve se retrouve à nouveau dans le monde du conte de fée en jouant la Reine. Romain Duris et Jean Paul Rouve font aussi une petite apparition, l'un en garde amenant Petit Poucet, l'autre en cavalier maladroit. Citons aussi la belle chanson finale chantée par Vanessa Paradis.

Le Petit Poucet est à ce jour, avec le film de 1972, la meilleure adaptation du conte de Perrault. Une bouffée d'oxygène parmi les pénibles adaptions proto-arts martials/films d'horreur/comédies ringardes que nous balance Hollywood. Il complète également de ce fait la trilogie des contes féériques de France commencé par la Belle et la Bête de Jean Cocteau et le Peau d'Âne de Jacques Demy.


Les Âmes vagabondes
Les Âmes vagabondes
DVD ~ Saoirse Ronan
Prix : EUR 9,83

5.0 étoiles sur 5 Un film de science fiction très romantique, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Âmes vagabondes (DVD)
Décidement, l'univers de Stephanie Meyer ne cessera de me plaire. Après m'avoir emballé avec Twilight, voilà que je me prend d'intérêt pour son incursion dans la science-fiction.
Je suis allé voir le film et je l'ai vraiment aimé à tel point que je suis revenus le voir. Bien sûr, c'est un univers éloigné de Twilight, mais quand on regarde le film, on ne peut pas s'empêcher de songer à la mythique saga vampirique. Les acteurs sont très bons, l'héroïne et l'antagoniste (la sublime Diane Kruger) remarquablement bien interprétées. L'amour ici est toujours aussi bien montré que dans Twilight : émouvant, romantique et doux (on note beaucoup de baisers !). L'histoire a son charme et est plus intéressante qu'il n'y paraît (il ne faut pas voir cela comme une reprise romantique de la science-fiction, mais comme une oeuvre à face cachée même si pour cela mieux vaut se tourner vers le roman). La fin m'a également bien plu.

Je conseille ce film à tous ceux qui ont adoré Twilight. Il me donne envie de lire le roman, ce que je ne vais pas tarder à faire. Stephanie Meyer a encore de nombreuses merveilles à nous conter dans les temps futures...


Hercule contre les vampires
Hercule contre les vampires
DVD ~ Reg Park

4.0 étoiles sur 5 Une belle réussite de Mario Bava, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hercule contre les vampires (DVD)
Un an après avoir réalisé le Masque du Démon, véritable chef d'oeuvre de l'épouvante gothique, Mario Bava est appelé à la réalisation d'un péplum sur Hercule. S'étant déjà frotté à ce genre en participant à la réalisation de la Bataille du Marathon et en faisant la photographie des Travaux d'Hercule et de Hercule et la Reine de Lydie, il réalise une oeuvre tranchant ici avec le style classique des péplums italiens de l'époque. C'est un spectacle flamboyant qui nous est offert pour une réussite essentiellement visuelle. Peu intéressé par le genre péplum, Bava réoriente progressivement le film vers l'épouvante gothique pour un mélange à la fois improbable et réussi.

De par son ingéniosité visuelle, sa maîtrise des éclairages et son sens du cadrage, il parvient à créer un environnement foisonnant et onirique, un univers souterrain et macabre hanté de créatures étranges. Les grands moments expressionnistes et débordant de couleur, dont l'influence sera retrouvée dans certains films comme la Déesse des Sables, ne manquent pas comme l'arrivée en bâteau dans le jardin des Hespérides dans une lumière rougeoyante sous un ciel se modifiant à coup de filtre ou encore la traversée d'un lac de lave. Le tout nous apparait évidemment factice mais foisonnant et cauchemardesque car renforçant l'aspect irréel et la tonalité fantastique du film. Certains décors demeurent sacrément impressionnant aujourd'hui encore comme l'arbre abritant la pomme d'or ou les extérieurs du palais de Christopher Lee, par ailleurs parfaitement menaçant en méchant.
Mieux encore, Mario Bava réutilise, avec intelligence, des éléments sortis tout droit du cinéma d'épouvante gothique : le début où Dejanire se dresse hors de son cercueil, les apparitions furtives de Christopher Lee dans les pièces du palais tel un certain Dracula échappé des studios de la Hammer, et surtout l'affrontement final où Hercule est assailli par une horde de spectres qu'il démolie à coup de rochers. Les entrevues surréalistes avec la Sybille entretiennent largement l'ambiance oppressante qui à de rares exceptions est essentiellement nocturnes.

Malgré son scénario guère riche mais qui comporte une trouvaille intéressante à savoir l'amour impossible entre Thesus et Prosperine , Hercule contre les vampires (à noter le côté mensonger du titre, car il n'y a aucun vrai vampire dans le film, les traducteurs opportunistes se sont laissé inspiré par la notoriété célèbre de Christopher Lee après le Cauchemar de Dracula pour laisser croire à l'apparition de vampires) demeure un péplum atypique, une épopée obscure doublée d'un conte aux grands au coeur d'enfant, rejoignant cette lignée de films fantastiques se laissant visionner avec une sensation de rêve et/ou de cauchemar. Un petit chef d'oeuvre du péplum de série B et l'un des plus belles réussites de Mario Bava.


La Belle et la Bête
La Belle et la Bête
DVD ~ Vincent Cassel
Prix : EUR 8,06

3.0 étoiles sur 5 Un film visuellement très beau mais peu convainquant niveau scénario, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Belle et la Bête (DVD)
La bande annonce du film avait éveillé mon intérêt et comme je garde en moi un certain amour pour les contes de fées, je suis allé voir ce film.

Tout d'abord, je trouve lamentable le choix de Lea Seydoux pour jouer Belle. Elle ne colle guère, voire pas du tout au personnage, trop froide, rigide, faussement gentille et faussement douce bien que nous faisant oublier les indigences de la vie d'Adèle. Vincent Cassel quant à lui, malgré son charisme, est plutôt trop vieux pour ce rôle. En revanche, André Dussolier est parfait dans le rôle du père et les autres soeurs de Belles jouent bien et apportent une touche d'humour au film.
On reconnait que le film sur le plan esthétique est très beau, plein de couleurs. Cette palette de ton est magnifique, mais on a l'impression qu'ils ont voulu trop jouer la dessus. Les petits créatures (anciens toutous de la Bête) sont mignonnes, mais elles ne servent quasiment à rien dans le film, là où les personnages de Disney aidaient a animer l'espace et servaient d'intermediaire aux deux héros pour exprimer leur sentiment. Là il n'y a que vide et long silence , des promenade dans le chateau sans grand danger et sans surprise. La caméra est trop rapide et ne nous laisse pas le temps de contempler ce chateau et ses facades, on reste bouche bée devant la splendeur et l'effrayante beauté des lieux , les ralenties sont tellement beau a voir (tel la scene sur le lac gelé ). Mais en ce qui est la relation naissante entre la Belle et la Bete, où est elle ? Elle est réduite à une peau de chagrin. Jamais elle ne l'aimera , c'est ce qu'on l'entend hurler a chaque fois qu'ils se parlent , ils ne se regardent pas mais se survolent, lui ne voit que sa fiancée d'antan a travers elle tant elles se ressemblent, elle n'y voit qu'un gros chat. Même la scène où ils dansent est à cent lieues du romantisme de celle du film Disney qui va d'ailleurs plus loin dans le traitement du caractère sombre et tourmenté de la Bête lequel devient ici presque un second rôle. Et puis ce maquillage à partir d'images de synthèses... celui de Jean Marais apportait bien plus de poésie.
En ce qui me concerne, cette histoire n'est-elle pas sensée nous révéler que l'amour du coeur est plus fort et peut voir plus loin que voient les yeux ( ooh ce que c'est beau ); cette morale est brisée par les fameux "flashback" . pourquoi?! eh bien parce que c'est de la triche tout betement ! car plutot que de decouvrir elle même la valeur et la beauté de cet homme , Belle peut les voir de ses yeux (d'accord en rêve mais bon c'est pareil) . elle decouvre cet homme et son histoire , et ca toucherait n'importe qu'elle femme. donc je trouve pour cela que l'histoire est mal retranscrite et que l'essence meme de ce conte est bafouée. la relation amoureuse n'est donc pas flagrante et c'est ce qui nous fait douter de la fin de l'histoire/ou du script peut etre. L'histoire de la femme nymphe et de son pere dieu de la foret est originale, mais franchement je préfère l'histoire du prince puni pour son égoïsme et sa vanité. Ici, il n'est qu'un pauvre type qui a menti à sa femme et qui est puni juste pour son erreur.

Pour conclure, je n'ai pas été totalement déçu (beaucoup moins en tout cas qu'avec le Monde fantastique d'Oz, beaucoup trop conventionnel).
Est-ce le mauvais film que la critique s'accorde à nommer ? Non pas réellement, mais vraiment l'auteur a loupé l'occasion de faire un grand film en oubliant la force du conte original qu'avait su retranscrire le film de Cocteau et l'oeuvre de Disney. Ah, Christopher Gans affirme ne guère aimer la version Disney, mais cette dernière version est mille fois plus abouti que la sienne.
Si cette reprise du conte s'avère plus jolie et beaucoup plus intéressante que d'autres versions américaines qui pêchent par leur modernité outrancière, on est en revanche, de par son manque d'émotion et de réelle poésie, bien loin du chef d'oeuvre (du 7ème art) de Jean Cocteau qui, lui, avait tout compris du conte.


Scarface [Blu-ray]
Scarface [Blu-ray]
DVD ~ Al Pacino
Prix : EUR 13,59

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Trop dur, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scarface [Blu-ray] (Blu-ray)
Un grand film pour plusieurs, une succession de violence et de vulgarité gratuite et inutile pour moi. Au lieu de saluer la violence physique et verbale de ce tableau pervers, on ferait mieux de reprocher à Oliver Stone son habituel sens du mauvais goût. Reste une mise en scène de qualité et un Al Pacino crédible pour ce film.


Conan le barbare [Blu-ray]
Conan le barbare [Blu-ray]
DVD ~ Arnold Schwarzenegger
Proposé par BIKIN
Prix : EUR 11,00

5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Conan le barbare [Blu-ray] (Blu-ray)
S'il y a un film qui représente l'Heroic Fantasy à lui tout seul, il s'agit inévitablement de Conan le Barbare. Les années ont beau avoir passé, le film a conservé tout sa force et son souffle épique. Arnold Schwarzenegger nous offre ici le rôle de sa vie avec celui de Terminator. Rarement il a été aussi magistral. La mise en scène est l'oeuvre d'un maître et l'histoire se prolonge sans que l'on tombe dans l'ennui. Et la musique est d'une puissance peu égalée. Basil Poledouris nous livre l'une des B.O les plus formidable de tous les temps. Sans la musique, le film aurait sa qualité réduit de moitié (j'insiste bien l'importance que peut avoir la musique dans un film.

Au final, John Milius nous livre un film immense, captivant, intense et solide comme l'acier, un chef d'oeuvre épique à la dimension wagnérienne. Rien à voir avec les imitations grotesques qui ont suivis après sa sortie ou qui continuent de sortir de nos jours. Les critiques peuvent dire ce qu'elles veulent, Conan le Barbare reste le plus grand film d'Heroic Fantasy de tous les temps.


HOMME DE L'ARIZONA (L') [Édition Spéciale]
HOMME DE L'ARIZONA (L') [Édition Spéciale]
DVD ~ Randolph Scott
Prix : EUR 8,74

4.0 étoiles sur 5 Pas mal, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : HOMME DE L'ARIZONA (L') [Édition Spéciale] (DVD)
Le film commence de manière relativement banal et tranquille, jusqu'à ce que les méchants font leur apparition. A cet instant, le film se transforme en huis clos tragique, âpre et dépouillé dans le cadre écrasant d'un désert de rocs. Comme Lee Marvin dans Sept Hommes à abattre, c'est le méchant qui est le coeur du film. Richard Boone incarne un méchant assez relatif puisque indulgent avec le héros, méprisant visiblement la brutalité de ses hommes et se montre même attentionné avec son otage. Cependant, la relation entre lui et le héros n'est pas assez fouillé. Autres points posant problème le film avance trop lentement et ne décolle vraiment qu'après plus d'une heure (!), en plus la fin est trop rapide. Un bon western bien construit mais qui ennuie un peu.


La Mort était au rendez-vous
La Mort était au rendez-vous
DVD ~ Lee Van Cleef
Prix : EUR 11,60

4.0 étoiles sur 5 Excellent film, 19 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Mort était au rendez-vous (DVD)
Le film certes rappelle un peu Et pour quelques dollars de plus, il n'en demeure pas moins bien fichu niveau scénario. Le duo Lee Van Cleef/John Philip Law fonctionne à merveille (détail amusant, la voix fr de Law, Jacques Deschamps, n'est autre que celle de Clint Eastwood dans la Trilogie du dollar). Concernant les méchants, Luigi Pistilli est ignoble à souhait. La mise en scène est efficace et la musique de Ennio Morricone colle bien à l'atmosphère du film.

Une des rares grandes réussites du western spaguetti en dehors de Leone et Corbucci. A voir.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20