Profil de Adrian Rodriguez > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Adrian Rodriguez
Classement des meilleurs critiques: 72.247
Votes utiles : 42

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Adrian Rodriguez
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Peter Gabriel 1 [Car]
Peter Gabriel 1 [Car]
Prix : EUR 16,27

4.0 étoiles sur 5 Solsbury hill mais pas que, 29 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peter Gabriel 1 [Car] (CD)
Bien sur il y a Solsbury Hill, tube somptueux qui exposa brutalement Peter Gabriel à l'écoute grand public, le séparant définitivement du vaisseau Genesis et dont la plupart des gens ignoraient qu'il en fût le maître timonier. Mais cette vallée est l'arbre qui cache la forêt. Il existe dans ce 1er album un morceau d'aspect anodin et qui se dévoile être d'une incroyable intensité, je veux parler de «Humdrum ». Il suffit d'écouter. Cela démarre comme un léger murmure aux accents argentins habillé par un simple bandonéon, puis au milieu de parcours Peter Gabriel transforme sa voix de manière profonde et quasi solennelle, soutenue par une nappe de synthé derrière laquelle virevoltent des notes de guitares acoustique. Le dernier arpège qui ponctue ce final vous fiche la chair de poule. C'est poignant à souhait, alors dépoussiérez cet album et (ré)(ré) écoutez « Humdrum « , la grande émotion se cache là.


Nil Recurring
Nil Recurring
Prix : EUR 12,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Galette désarroi, 20 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nil Recurring (CD)
Déception.
Mon cher Steve Wilson, tu as certes un talent immense mais à force de le diluer dans de trop nombreux projets, cela aboutit par la force des choses à nous livrer une boisson sans saveur.
On s'ennuie ferme tout le long du sillon à tel point que l'écoute d'un morceau se traduit par l'agaçante envie de passer au suivant et ceci jusqu'à la fin du CD qui heureusement arrive vite.
Allons Steve, l'heure n'est pas encore venue de racler tes fonds de tiroirs pour nous bâcler un truc insipide (écoute ton CD et tu verras !) , il faudra attendre comme tous les grands, la gloire posthume et Porcupine Tree n'en est pas encore à ce stade, alors fais une pause, remets toi devant ta planche à dessin et ponds nous une oeuvre en la signant du nom que tu voudras (Album solo, Porcupine, BlackField, No-man,...) mais pourvu qu'elle soit forte et inspirée.
Galette à ne pas acheter, juste à oublier.


Dark Side Of The Moon
Dark Side Of The Moon
Proposé par Dvd Overstocks UK
Prix : EUR 17,54

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ...et la musique fut., 22 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Side Of The Moon (CD)
A 13ans, l'oreille collée au Hit Parade, j'avais fini par admettre que les Rubettes dans leurs beaux costumes british étaient des dignes représentants de la musique rebelle de l'époque, jusqu'au jour où un de mes potes m'a fait découvrir Dark Side Of The Moon. Je suis resté scotché debout quand le solo de guitare de « Time » a emplit tout mon espace sonore. J'ai regardé incrédule la pochette du vinyle et j'ai compris que ce prisme tel le monolithe de 2001 venait d'opérer une profonde et irréversible métamorphose dans la tête du primate que j'étais : un petit pas pour l`humanité mais un bond de géant pour moi.
J'ignorais à l'époque que ce solo magistral au son spatial était interprété par le plus grand guitariste de l'univers connu. (Vous l'aurez compris, j'ai une admiration intégrale pour David Gilmour. )
La photo intérieure des pyramides de Gizeh est là pour nous rappeler que cet album a été conçu pour l'éternité et qu'il faut l'inscrire au patrimoine culturel immatériel mondial.
Aujourd'hui Pink Floyd n'est plus, mais son Prisme n'a rien perdu de son éclat et continue d'éclairer le chemin sous sa lumière arc en ciel.


Laws Of Illusion
Laws Of Illusion
Prix : EUR 10,71

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 McLachlan au Canada, 28 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Laws Of Illusion (CD)
Alors que l'on nous bassine tous les jours avec le réchauffement climatique, moi je me réchauffe les oreilles en écoutant Sarah McLachlan. Cette canadienne possède une voix à faire fondre toute la banquise d'un seul coup, et nous laisser nous, pauvres pingouins, aussi démunis qu'un bâton d'esquimau en fin de navet. Mais la voix n'est pas le seul instrument à cordes que Sarah McLachlan maitrise, elle excelle aussi au piano et à la guitare. Ses compositions alternent folk électrique et piano intimiste et ouvrent grand les portes aux émotions et au plaisir d'écoute. Révélée à mes oreilles en 93 par la regrettée revue RockStyle lors de la sortie de l'album «Fumbling Towards Ecstasy », (à posséder absolument) elle n'a pas depuis, cessé de m'enchanter et cet album ne fait que confirmer la règle. Alors procurez vous ce CD, vous n'effectuerai pas un simple achat mais un investissement car le gros avantage de la Musique, c'est que les grandes oeuvres sont au même prix que les grosses daubes radio-matraquées.
A écouter sans modération et à ranger soigneusement à coté des grandes Kate, Tori, Sinead, Emiliana, ...


Strange Cargo III
Strange Cargo III
Prix : EUR 11,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 OGM, 20 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strange Cargo III (CD)
William Orbit est un Grand Maitre des Sons. Ses oeuvres sont des mosaïques musicales, composées de savants assemblages superposés de textures sonores électroniques qui restituent lors d'une écoute attentive un ensemble mélodique cohérent aux ambiances allant de la Dance « Water From A Vine Leaf », « Into The Paradise » à des atmosphères plus angoissantes « The Monkey King » ou bien encore techno-planantes comme le superbe « Gringatcho Demento» portée par une profonde mélodie de base qui fera ronronner vos enceintes.
Bien sur c'est de la musique inclassable mais pour faire plaisir à celles qui aiment bien ranger leurs affaires, on va dire que c'est de la New Age Post Moderne ascendance Electro Pop avec des zestes d'Ambient a écouter seul dans une cathédrale. Le mieux c'est d'en décourir des extraits sur ce site...
Si vous ne connaissez pas William Orbit, je vous conseille chaudement cet album qui fait partie de l'excellente série « Strange Cargo ».
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 25, 2010 11:03 AM CET


Pipedreams-Davy Spillane TA3026
Pipedreams-Davy Spillane TA3026
Proposé par inandout_france
Prix : EUR 17,39

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Antidote, 13 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pipedreams-Davy Spillane TA3026 (CD)
Dans le microcosme des joueurs de cornemuse irlandaise (Uilleann Pipe), il y a Davy Spillane et il y a les autres. C'est surement très réducteur comme formule, surtout ne connaissant pas tous les joueurs de cornemuse, mais c'est pour montrer l'admiration que j'ai pour ce musicien. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Davy Spillane n'a pas choisi le plus facile des instruments pour démontrer son grand talent d'interprète et de compositeur. Pour l'avoir vu évoluer dans plusieurs concerts, le maniement de cet instrument est plutôt physique. Ça ce joue assis et on fait respirer la bête en actionnant un soufflet à l'aide du coude (Uilleann en Gaëlique). Ça, c'est pour la partie mécanique.
Pour ce qui est de la partie artistique, ce n'est pas seulement l'éloge de ce magnifique album que je voudrais rédiger, mais surtout saluer ce musicien d'exception et ses nombreuses contributions. On ne peut pas rester insensible a l'écoute de son intro qui illumine « Holy Ground » de l'album « Far From Home » de Traffic ou encore son interprétation si poignante de « Caoineadh Cú Chulainn » sur River Dance.
Sur cet album « Pipe Dreams », il s'agit bien sûr de Musique Celtique, mais à la sauce contemporaine (basse, synthés, guitare,...), rien a voir avec les Chieftains donc.
Sur le Jig « Undertow », vous ne résisterez pas à faire virevolter votre dulcinée dans une danse endiablée tels deux héros hollywoodiens, entourés par un bateau titanesque prêt à couler dans les eaux glacées de l'Atlantique. Sur le très Zen « Call Across the Canyon », il vous suffira de fermer les yeux et vous planerez au dessus du mont Ayers Rock.
Si vous avez des aprioris allergiques sur la musique celtique, David Spillane en est l'Antidote, écoutez ce CD et vous en serez convaincus.


1st
1st
Proposé par actionrecordsfr
Prix : EUR 12,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ne fond ni dans la bouche ni dans les mains, 5 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1st (CD)
A en lire le nombre restreint de commentaires, l'album de Streets est resté confidentiel. Pourtant le 1er morceau au standard Rock FM « If Love Shoud Go » aurait pu connaître un succès planétaire à la manière d'un « More Than a Feeling » de Boston. Le rock joué ici est très loin de la musique sophistiquée de Kansas qui a si bien su émouvoir les mélomanes. Mais à défaut de faire battre le coeur, Streets sait faire battre du pied. Steve Walsh est bien sur très présent par sa voix hors normes mais c'est le guitariste qui donne par sa rythmique et ses solos, tout le gros son propulseur.
Sur l'apocalyptique « Fire », cette guitare, telle une tronçonneuse canadienne retournée à l'état sauvage, nous découpe les mesures à coups de riffs tranchants à en faire retourner au vestiaire la casquette d'Angus Young d'AC/DC, le tout porté par la voix puissante et désespérée de Steve Walsh. Bref dans le genre rock sobre et bien charpenté cet album est une réussite, le suivant (et dernier) le sera nettement moins.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 25, 2010 11:05 AM CET


Rubycon [Definitive Edition]
Rubycon [Definitive Edition]
Prix : EUR 9,70

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un reve en couleur, 22 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rubycon [Definitive Edition] (CD)
Comme beaucoup, j'ai découvert Tangerine Dream grâce à l'émission « L'avenir du Futur » dont la musique du générique était extraite de cet album. (Ne cherchez pas l'heure de diffusion dans votre Télé 7 Poche, cette émission n'existe plus !) La brève introduction du générique suffisait à nous mettre en condition pour le film de SF qui allait suivre. Lorsque j'ai écouté l'album dans son intégralité, j'ai compris que je venais de découvrir un nouveau monde musical que j'explore encore aujourd'hui avec d'autres artistes.
Rubycon est une fontaine d'images sensorielles destinée à ceux qui le soir tombé, lèvent les yeux vers le noir étoilé et échafaudent des histoires fantastiques. Elle reste et restera définitivement fermée et incompréhensible aux intelligences horizontales qui la trouveront répétitive et ennuyeuse mais pour nous les rêveurs, ces deux longues plages musicales nous transportent dans des univers imaginaires. L'atmosphère angoissante du début s'effiloche peu à peu et fait place à des sons qui se fondent puis se percutent. Les mélodies s'amorcent, s'estompent et finissent par s'échouer sur une plage où bouche bée je fixe médusé une statue de La Liberté chancelante et rouillée.
Rubycon est une oeuvre majeure qui ne supporte pas les écoutes conscientes.
Bon Voyage.


Old Loves die Hard
Old Loves die Hard
Prix : EUR 10,18

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pour les parties instrumentales, 14 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Old Loves die Hard (CD)
Triumvirat est comme son nom ne l'indique pas, l'oeuvre d'un seul homme et joueur de claviers infatigable: Hans Jürgen Fritz. Il est certes entouré de musiciens dans ses albums, mais c'est lui qui compose pratiquement tout. On a souvent comparé Triumvirat au groupe E.L.P. à cause de l'envahissante présence de claviers un peu pompeux sans présence de guitares (sauf dans l'album Russian Roulette). Ici, les parties chantées sont confiées à Barry Palmer (que l'on retrouve dans Discovery de Mike Oldfield) et ne méritent pas plus de 3 étoiles, mais ce qui gratifie la 4éme à cet album ce sont les 2 instrumentaux : A Day in a Life avec un magnifique final et surtout l'ébouriffant Panic on Fifth Avenue. Ce morceau, après 2 entrées agressives jouées à l'orgue, se termine par un somptueux et long solo de synthétiseur aux effets sonores étourdissants. Il y a bien un bref passage où Jürgen va boire sa bière méritée, laissant toute sa machinerie livrée à elle-même mais dès qu'il reprend les commandes, c'est à nouveau le feu d'artifice sans aucun répit.
Une manière originale de découvrir du rock progressif version allemande.


Correlations
Correlations

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Guitare planante, 12 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Correlations (CD)
Ashra : Derrière ce nom se cache le guitariste - multi- instrumentiste Manuel Göttsching fondateur dans les années 70 du groupe Ash Ra Temple, nom qu'il raccourcit par la suite en Ashra. Il est un des grands représentants de musique électronique d'avant garde allemande avec Klaus Schulze, Tangerine Dream, Amon Duul II et d'autres. Sur cet album il nous démontre tout le talent de guitariste rythmique et surtout soliste qu'il développe sur des mélodies répétitives parfois aux parfums exotiques (oasis). L'exemple le plus démonstratif est le sublime morceau « phantasus » construit comme un boléro où a chaque phase le solo de guitare évolue et fini par s'envoler et nous avec. Il est accompagné à la batterie par un dénommé Harald Grosskopf qui ne donne pas dans la dentelle mais dont le style est adapté à ce type de musique. Quant à la photo de la pochette elle montre de manière originale et suggérée un système... aqueux.


Page : 1 | 2