undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Mr. Benedetto Fabrice > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Mr. Benedetto ...
Classement des meilleurs critiques: 1.492
Votes utiles : 596

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Mr. Benedetto Fabrice (France)

Afficher :  
Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17
pixel
SNUFF
SNUFF
par Collectif
Edition : Broché
Prix : EUR 16,50

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Crade, malsain, plaisant..., 6 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : SNUFF (Broché)
Intrigue inexistante, répétitif, dénouement attendu?
Je ne suis pas un fan de Chuck Palahniuk (entendez par là que je n'ai pas lu ses autres oeuvres), alors peut être que les habitués ont été déçus, mais ce n'est pas du tout mon cas.
J'ai adoré l'atmosphère crade, étouffante de cette antichambre de la débauche, le détachement avec lequel les scènes de cul sont décrites, l'avancée pas à pas de l'intrigue dans la tête des 4 personnages... par ailleurs, quelles références cinématographiques ;-)
Bref, si ce n'est pas un grand Chuck, alors j'ai hâte de lire les autres...


La Neuvième porte
La Neuvième porte
DVD ~ Johnny Depp
Proposé par AAWATA59
Prix : EUR 19,98

5 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Presque un nanard...., 27 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Neuvième porte (DVD)
A deux doigts du nanard, je le redis!
Johnny Depp / Dean Corso l'affirme dès le début: « Je crois à mon pourcentage! ». Et donc pas au diable. (Il semble d'ailleurs que Mme Paradis croie elle aussi beaucoup au pourcentage, c'est dingue comme on s'assemble quand on se ressemble...hé hé, quelle mauvaise langue je fais...). Expert/chasseur/marchand de livres rares et anciens aux méthodes discutables, sans beaucoup de scrupules, il se voit confier, par le sieur Balkan, un livre d'une valeur estimée à un petit million de dollars, c'est pas rien. Et que fait-il, avec ses lunettes et sa barbiche qui lui donnent un air de poète maudit du XIXe (siècle hein, pas arrondissement)? Eh bien il le tripote avec ses mains non-gantées, il fume dessus, IL BOIT DU VIN ROUGE sur le bouquin ouvert sur sa table!, il le laisse sans surveillance sur une table de bibliothèque (pour mater une gonzesse qui lui paraît un peu étrange, « Oui, tiens, j'ai un bouquin qui sent le souffre, qui vaut un paquet de pognon, il y a une meuf qui semble me suivre et qui a l 'air plus que suspect... qu'est ce que je fais? Tiens, je vais laisser mon bouquin sans surveillance quelques minutes! Ca c'est futé! Heureusement que je suis un pro! »). Durant tout le film, le livre fort onéreux est trimbalé dans une besace informe, secoué dans tous les sens. Dans l'hôtel, Johnny appuie bien fort sur la tranche pour le photocopier... pas de souci, c'est juste un bouquin dont il ne reste que trois exemplaires au monde! Son employeur intérimaire lui offre apparemment un bon paquet de pognon pour mener à bien sa mission, mais le brave Johnny n'en profite pas pour mettre le bouquin en lieu sûr, dans un coffre, non, surtout pas... il le planque vite fait dans sa chambre d'hôtel naturellement...
Plus tard, après des péripéties dignes d' « Indiana Jones contre Gutenberg » (on se demande comment il tient le coup, lui qui évolue plutôt dans l'univers feutrés des bibliothèques mais bon, passons), il échappe de peu à la mort lors d'une cérémonie satanique au château de Saint Martin (ma femme m'a d'ailleurs fait remarqué que les satanistes en question auraient pu être tout de même un peu plus discrets: et que ch'te fous des flammes tout le long de l'allée devant le château, c'est tout juste s'il n'y a pas un panneau indicateur « POUR LA CEREMONIE SATANISTE ALLEZ AU BOUT DE L 'ALLEE MERCI », ch'te jure, ces satanistes alors....). Il échappe de peu à la mort, donc, et -alors que son employeur (qui s'avère être un super méga méchant – remarquez, on s'en doute dès le début, il a pas l'air très catholique. Ni très orthodoxe non plus d'ailleurs.) lui dit de se barrer, que son gros gros chèque l'attend et que, je le répète, Johnny a dit au début du film qu'il croyait à son pourcentage et uniquement à son pourcentage! - , eh bien il décide de poursuivre le méchant! Pas de souci, j'adore échapper de justesse à la mort, j'en n'ai pas eu assez... (je précise que Johnny est protégé le début par une gonzesse inconnue. Qui est elle? Pourquoi est elle là? Mais oui, c'est bien sûr, c'est Miss Seigner! On comprend mieux... Sacré Roman, il est fort!). Une fois qu'il a abandonné la Rolls dans la rivière, il parvient à regagner un bistrot en ville, et grâce au sympathique cafetier qui passe naturellement un petit air d'accordéon dans son troquet -on est France, tout de même- , il découvre l'endroit où se tapit le méchant (son employeur, vous suivez toujours?). Il y va, en stop (apparemment il a claqué tout le fric), dans un semi-remorque, puis dans une camionnette avec des chèvres, puis à pied, et il arrive enfin au vieux château. A quel moment? Je vous le donne en mille! Pile poil quand le méchant débute son inquiétant sabbat! Le méchant a une voiture puissante, il connaît le coin, il meurt d'envie de faire ses petites affaires maléfiques; Johnny n'a plus de bagnole, il est en territoire inconnu et c'est comme si ils s'étaient donné rendez-vous au début de la cérémonie! Ils sont forts, ces scénaristes!
Puis le méchant meurt, le château brûle et à la fin, c'est magnifique, Johnny et Emmanuelle Seigner (pourquoi? comment? on s'en fout... c'est la copine de Roman, je vous dis!) font l'amour sur fond d'immenses flammes démoniaques (c'est dingue comme ça brûle vite un vieux château, je ne me rendais pas compte...), ils transpirent, elle fait parfois des grimaces, c'est magnifiquement ridicule et gratuit.
Du coup on est vite allé se coucher avant la fin du générique, ma femme et moi.

Ah oui, j'allais oublier: Johnny et Emmanuelle arrivent au château de Saint Martin (celui de la première cérémonie sataniste) la nuit à peine tombée et ils en repartent au petit matin alors que les évènements qui se déroulent pendant ce laps de temps ne peuvent représenter, tout au plus, que deux heures, et encore je suis large. Roman, si tu me lis, merci de résoudre ce paradoxe temporel. Je compte sur toi.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 11, 2013 1:48 PM MEST


Scoubidou : Scoubidou et le monstre du Loch Ness
Scoubidou : Scoubidou et le monstre du Loch Ness
DVD ~ Casey Kasem
Proposé par cinebox
Prix : EUR 7,68

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Vraiment très sympa, 25 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scoubidou : Scoubidou et le monstre du Loch Ness (DVD)
Courses poursuites folles, Sammy et Scoubi (oui, moi j'écris à la française!) toujours aussi complices, EXCELLENTE musique, tout y est, et même l'indispensable exclamation de l'équipe, les yeux exorbités bien sûr, et comme d'habitude en choeur, en découvrant le coupable à la fin!
Mes gamins adorent!

moi aussi..


The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011)
The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011)
DVD ~ Brad Pitt
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 8,06

5 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 bon sang!!, 23 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tree of life (Palme d'or - Cannes 2011) (DVD)
Hein, quoi, ça y est, c'est fini...? Oh punaise, je viens de me réveiller... Combien de temps j'ai pu dormir dans cette salle de ciné, moi? On est le combien, quel mois? Hein.. 2012????


Destination finale - Édition Prestige [Édition Prestige]
Destination finale - Édition Prestige [Édition Prestige]
DVD ~ Devon Sawa
Prix : EUR 14,94

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un futur classique du 7ème art, peut être un peu trop ambitieux..., 10 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Destination finale - Édition Prestige [Édition Prestige] (DVD)
Contrairement aux apparences (belle maison, père et mère aimants…), Alex est un jeune inadapté social, handicapé acoustique: durant les dix premières minutes de l’œuvre, il ne cesse d’entendre des musiques flippantes, inquiétantes (un peu comme dans un film d’horreur, quoi…) quoiqu’il fasse et où qu’il se trouve: en regardant la pluie, en descendant les escaliers, en rangeant sa chambre… Finalement, on comprend qu’il fasse un peu la gueule et qu’il ait l’air d’un chien battu, tout tristounet pendant une heure et demie. Ceci dit, son père fait tout pour qu’il se sente à l’aise; la preuve, pour que le spectateur comprenne bien, il résume gentiment la situation: « tu en as de la chance, partir une semaine en France en avion avec tes copains, à à peine 17 ans…". Des fois qu'on aurait pas compris, en voyant les guides touristiques traîner partout dans la chambre de l'ado tristounet.
Les ados insupportables sont donc enfin dans l'avion quand CATASTROPHE! le bougre fait un rêve prémonitoire où l'avion se crashe! Il panique et, immédiatement, le méchant Carter/sous James Dean veut lui casser la gueule, du coup ils sortent de l'avion à 5 avec une accompagnatrice, Mlle Lewton (avec une fille qui n'a pas beaucoup d'amis et qui est différente, ça se voit d'ailleurs, un peu avant ELLE LIT UN LIVRE!, c'est dire si elle est différente; même qu'un peu plus tard, on voit que c'est une ARTISTE SCULPTEUSE! bref, une véritable outlaw parmi tous ces demeurés)... et naturellement, l'avion se crashe effectivement. Du coup, comme Alex le triste leur a sauvé la vie, involontairement certes, ils le détestent et le voilà victime d'ostracisme -ou plutôt de tristracisme- , le pauvre. Heureusement qu'il y a le brave Tod... et l'outlaw (on sent bien qu'elle a un peu le béguin, la coquinette!) pour lui faire un peu la conversation.
Tod... Sacré Tod! C'est le seul qui est victime d'une mort surnaturelle: un liquide étrange coule des ses toilettes et se répand dans sa salle de bain, se rapproche de ses pieds NUS (c'est important), alors que le sympathique ado se rase (on se demande ce qu'il veut raser, il n'a pas un début de commencement de barbe) avec un rasoir tout droit sorti des années 50... ça fait vachement peur, on croit qu'il va glisser et se trancher la gorge mais non, il se coupe juste un peu maladroitement (avec un engin pareil, tu m'étonnes!); puis il décide, tout de go, de se couper les poils du nez aux ciseaux, en petit minet qu'il est. Là, ma femme a eu les ch'tons, déjà qu'elle avait un bouton dans le nez qui lui faisait vachement mal, elle s'est couvert les yeux, MAIS NON! Tod ne glisse pas en s'enfonçant le couteau dans le crâne jusqu'à la cervelle. Mais je vous rassure, il meurt juste après, attaqué par une corde à linge, qui fait au moins 25 fois le tour de son cou, en glissant dans la baignoire, les pieds nus couverts de substance poisseuse... qui l'empêche donc de se redresser, trop forts les scénaristes. Ensuite la substance assassine rentre bien gentiment dans la tuyauterie, laissant le sol tout propre, bien pratique pour les enquêteurs tiens!
A propos d'enquêteurs, ceux ci ne tardent pas à venir, attirés qu'ils sont pas les rêves étranges du garçon triste et la mort de son copain séducteur, et, il faut le voir pour le croire: l'un d'entre eux s'appelle Shrek! Déjà que l'un des copains qui a échappé au crash est Stifler, le playboy abruti de "Américan Pie"... mais apparemment, ça ne choque personne.... moi, dès le début, j'ai trouvé ça bizarre.
Presque aussi bizarre que la suite, dans la morgue, où Alex Lajoie et l'artiste alternative décident de s'introduire, par le toit, nuitamment, pour voir une dernière fois le corps de Tod le minet: un noir étrange, PAS DU TOUT ETONNE PAR LEUR INTRUSION ILLEGALE, fait rien qu'à leur faire peur avec des histoires de plan macabre dans lequel ils auraient tous leur place, le vilain...
Ensuite, c'est au tout de Mlle Lewton, qui déteste Alex, je le rappelle, de se faire assassiner par le feu, l'alcool et pour finir des couteaux; couteaux qui finissent, comme dans tout chef d'oeuvre qui se respecte, dans les mains du bougrillon triste, qui s'enfuit, juste avant l'explosion, SOUS LES YEUX DE STIFLER D'AMERICAN PIE ! , qui fait du bi-cross en pleine nuit. Bien sûr Alex-gai-comme-un-pinson ne lui explique rien et fait exprès d'avoir un comportement de coupable, bien pratique pour la suite et pour Shrek...
Devenu à son tour un outlaw recherché par le FBI, et après quelques épisodes que je n'ai pu voir (je pleurais d'émotion), le méchant Carter/sous James Dean (d'ailleurs c'est le seul à avoir une voiture... la fureur de vivre, tout ça...), Claire l'artiste, Stifler d'American Pie et notre Droppy héroïque se retrouvent dans une voiture coincée sur des rails, et, vous n'allez pas le croire: juste au moment où un train arrive!!!!! Carter/sous James Dean fait le malin (je veux choisir ma mort, c'est pas elle qui choisira pour moi, je suis LIIIIIBRE, bordel!), mais à la fin il a les chocottes alors il veut sortir de sa bagnole MAIS IL RESTE COINCE A L'INTERIEUR (la fureur de vivre, la course de voiture, tout ça...), mais notre brave Droopy le sauve finalement in extremimimimimimis tellement c'est à la dernière seconde, j'vous explique pas comme j'ai eu peur dans mon canapé! (Ma femme, épuisée par une trop plein émotionnel, était partie se coucher depuis longtemps). Ouf, ils ont sauvé Carter, qui était le prochain sur la liste, mais manque de bol, Stiller d'Américan Pie se fait décapiter par un bout de tôle resté sur la voie, le couillon! Pas plus affectés que ça, nos trois pieds nickelés poursuivent leurs aventures... puis, après une nuit passée (seul bien sûr) dans une cabane (isolée évidemment) au fond des bois (ben voyons!), Gai-Luron va enfin pouvoir accomplir l'acmé de sa mission: sauver la meuf!
Il faut préciser ici que la belle en question habite une maison avec un jardinet conçus et aménagés par une équipe efficace de psycho-socio-nevropathes à tendance sadique aigüe: des trucs pointus qui tombent de partout, des câbles électriques gros comme de bras de catcheurs, des étendoirs à linge complètement fou, des prises qui pètent en projetant des étincelles, bref, c'est pire que la maison hantée à la foire du Trône! Résultat: la donzelle se retrouve prisonnière de sa voiture, qui HEUREUSEMENT! fait cage de Faraday (mais ça le héros ne le dit pas clairement, il faut pas déconner quand même, on n'est pas dans C'est Pas Sorcier)... mais pas de bol, de l'essence (j'allais oublier que le garage de la Miss contient des tas de substances dangereuses, inflammables, dans de bidons mal rangés, mal fermés...) va faire flamber sa voiture! On atteint un sommet de suspense, mais finalement tout se passe bien et ils se retrouvent, six mois plus tard, à trois à Paris: eh oui, Carter/James Dean est devenu leur copain et maintenant c'est un véritable ménage à trois dans les rues de la capitale française! Cocorico! Ils sont mignons, c'est la nuit, visiblement tard le soir, ils sont à la terrasse d'un bistrot, une 2CV passe (ben voyons), un mec à béret basque (BEN VOYONS!) joue de la musique, Edith Piaf passe avec une baguette (non, là je déconne...), un MEC DECHARGE DES DEMI-BOEUFS D'UN CAMION FRIGO! Mais OU SE TROUVENT ILS et à quelle heure? A Rungis ou dans le quartier latin???
Puis ensuite l'ancien méchant devenu gentil-mais-on-n'y-croit-pas-trop meurt et laisse nos deux héros peinards à deux, et on imagine qu'ils vont ensuite faire des courses sur les Champs Elysées.
Un chef d'oeuvre, je vous dis!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 18, 2012 4:36 PM CET


Wilt 2
Wilt 2
par Tom SHARPE
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

3.0 étoiles sur 5 Pas de doute, il est moins bon que le premier..., 22 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wilt 2 (Poche)
Je ne ferai que confirmer le ton général des autres critiques: ce deuxième opus est moins bon que le premier: situation vraiment trop invraisemblable, et attitude des protagonistes beaucoup trop loin de ce que l'on pourrait attendre d'anglais "normaux", ce que sont après tout les Wilt... c'est très dommage.
Cependant ne boudons pas notre plaisir, c'est quand même amusant et très correctement écrit.
Le troisième tome revient au niveau du premier, je vous rassure!


Wilt 3
Wilt 3
par Tom Sharpe
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Aussi bon que le tome 1., 22 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wilt 3 (Poche)
Après la (très légère) déception à la lecture du tome 2, la découverte de ce troisième opus a été un vrai régal.
On retrouve ici le niveau du tome 1, des situations invraisemblables, le flegme habituel de Wilt face à ces situations, une Emma au top de sa forme... et ne parlons pas des quadruplées...
Bref, un très bon Wilt, tout simplement.


The Human Centipede
The Human Centipede
DVD ~ Dieter Laser
Proposé par Video screen
Prix : EUR 7,99

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Extraordinairement malsain et efficace., 10 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Human Centipede (DVD)
Certains commentateurs regrettent que le film ne soit pas "gore". C'est leur droit, mais il n'empêche que c'est justement cette absence de gore qui rend le film aussi efficace. Voir des litres et des litres de sang, des cervelles éclatées et autres joyeusetés qui en deviennent rigolotes tellement elles sont outrancières, permet de se détacher très rapidement de ce qu'on découvre à l'écran, de se dire "relax, c'est que du cinoche".
Là, l'absence total d'humour et de second degré met franchement mal à l'aise.
Plutôt bon client, je me suis laissé aller aux joies de l'identification avec les personnages, et franchement, j'ai eu beaucoup de mal à m'endormir ensuite. Ca faisait des années et des années que cela ne m'était pas arrivé... Visiblement, ça ne marche pas avec tout le monde, mais je pense que ce film vaut le coup d'être vu.


Antifa
Antifa
par Oskar Freysinger
Edition : Broché
Prix : EUR 5,00

30 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 100% efficace!, 9 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Antifa (Broché)
Bravo!
Quelle efficacité remarquable! En une bonne cinquantaine de pages, faciles et rapides à lire (le temps d'un bain), l'auteur se moque avec un réel talent, et un sens de l'humour évident, des antifascistes (TM) d'opérette qui tiennent le haut du pavé médiatico-politique, en Suisse comme en France apparemment.
Pas de références philosophiques, historiques ou sociologiques, pas d'auteurs cités, juste de l'ironie grinçante et du cynisme salutaire.
Mais combien liront cet ouvrage?


Dallas Barr, tome 1 : Immortalité à vendre
Dallas Barr, tome 1 : Immortalité à vendre
par Marvano
Edition : Album

2.0 étoiles sur 5 Oui, plat..., 9 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dallas Barr, tome 1 : Immortalité à vendre (Album)
Moi qui connaissais Mavano et Haldeman pour l'excellent "la guerre éternelle", j'ai été très déçu par cette historiette, dont l'idée de départ est séduisante, mais qui lasse vite.
Même commentaire pour le tome 2 de la série et je n'ai pas lu les autres.
A éviter pour se concentrer à fond sur "la guerre éternelle", qui mérite, elle, 6 étoiles!


Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17