Profil de Mr. Benedetto Fabrice > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Mr. Benedetto ...
Classement des meilleurs critiques: 1.428
Votes utiles : 525

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Mr. Benedetto Fabrice (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14
pixel
La Cage suivi de La construction de la cage
La Cage suivi de La construction de la cage
par Martin Vaughn-James
Edition : Album
Prix : EUR 19,50

4.0 étoiles sur 5 Fascinant..., 29 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Cage suivi de La construction de la cage (Album)
C'est une oeuvre à lire plusieurs fois pour y découvrir tout ce qu'y a mis l'auteur.
Une BD(?) comme je n'en avais jamais lue auparavant, sans personnage apparent (mais on sent que quelqu'un est passé par là..). Une violence latente, cachée et puissante, des lieux effrayants par leur banalité et leur froideur, un noeud dans la gorge qui naît parfois au détour d'une page.
On peut détester, trouver ça snob, ou bien adhérer complètement.

A noter: une très intéressante analyse en fin de livre.

Lu, et à relire encore pour ma part.


L'île des chasseurs d'oiseaux
L'île des chasseurs d'oiseaux
par Peter May
Edition : Broché
Prix : EUR 9,70

4.0 étoiles sur 5 Une ambiance prenante, un livre dévoré., 29 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'île des chasseurs d'oiseaux (Broché)
Livre dévoré en quelques jours.
On sent l'odeur de l'océan et le vent glacial lorsque l'on parcourt ces pages, les pieds dans la tourbe; autant roman policier que guide de voyage que livre de sociologie sur les Hébrides, "l'île des chasseurs d'oiseaux" est un roman dépaysant, à l'ambiance envoûtante autant que, parfois, malsaine. La beauté et la rudesse de la géographie le dispute à la rugosité des humains, Fin McLeod est un personnage intéressant, fouillé, brisé, un anti-héros que je retrouverai avec plaisir dans "l'homme de Lewis"... et j'ai de plus en plus envie de me faire un fish and chips au Butt de Lewis après cette lecture.
Je recommande!


The Big Over Easy: Nursery Crime Adventures 1
The Big Over Easy: Nursery Crime Adventures 1
par Jasper Fforde
Edition : Broché
Prix : EUR 10,63

4.0 étoiles sur 5 Je suis de nouveau copain avec Jasper Fforde...., 23 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Big Over Easy: Nursery Crime Adventures 1 (Broché)
.. après que l'on s'est brouillé à cause du "Mystère du hareng saur", et ça fait du bien!
La Nursery Crime Division, comme son nom l'indique, intervient dans le domaine des comptes pour enfants, donc on est encore, comme dans le série des "Thursday Next", entre la réalité et la fiction. Mais ici, pas de "portail de la prose" ou de communication par NDBDP (note de bas de page": les héros sont au beau milieu de nous, l'oeuf/humain Humpty Dumpty, comme les trois petits cochons et d'autres.
Mais "The big over easy" est avant tout une enquête policière, avec rebondissement, suspense et tout et tout, rondement menée par un Jack Spratt que l'on ne peut qu'aimer tant il nous paraît sympathique. Ses gamins, sa mère, son chef, sa collègue, cet en***ré de Friedland Chymes..., tout l'entourage est intéressant, y compris son locataire.
Bref, c'est très sympa, pas trop difficile à lire pour moi (anglais de base), prenant et amusant. (à quand une traduction en français??)
Je conseille!


Attack the Block [Blu-ray]
Attack the Block [Blu-ray]
DVD ~ Nick Frost
Prix : EUR 14,29

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Wesh, yo, lé aliens y nik leur mère!!, 11 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Attack the Block [Blu-ray] (Blu-ray)
Je ne vais pas dire que j'ai détesté, puisque j'ai tenu tout de même presque une heure...
L'idée n'est pas mal: aliens + banlieue avec racailles "issues de la diversité", pourquoi pas? On a bien eu des aliens et des cow boys!
Les effets spéciaux sont tout à fait satisfaisants: pas de grand-guignol, pas de gars cachés dans des costumes ridicules à la "spectroman" (ouh, là, " Spectroman", on sent que je n'ai plus 20 ans, moi...). C'est bien fait, on sursaute plusieurs fois, et en plus, l'infirmière (la maman dans "Broadchurch") est plutôt sympa. Mais alors...

Mais alors, c'est l'effet "Entre les murs" qui s'est fait sentir chez moi... trop, c'est trop... Marre, de cet insupportable "parler banlieue" wesh, M'dame, tu fais iech', suce ma teub.... et j'en passe et des meilleures.
C'est tout simplement insupportable pour moi, qui en vois bien trop à longueur de journées pour éprouver de la sympathie envers des racailles devant passer pour des héros sauveurs de leur "block"... Il y a des limites à mon identification avec les personnages...
Je sais, je sais, je n'avais qu'à mieux lire le résumé, j'aurais tout compris avant, mais je le signale tout de même...
Maintenant, si vous êtes fan de lascars de banlieue, de rap' et que vous keuni la police, et qu'en même temps vous savez lire (on peut toujours rêver..), vous adorerez certainement...

Ou alors au x-ième degré, là d'accord; ok, admettons....

A mon humble avis....


Bas en Caoutchouc Moulé
Bas en Caoutchouc Moulé
Proposé par Honour Clothing

5.0 étoiles sur 5 Rien à redire., 19 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bas en Caoutchouc Moulé (Vêtements)
Taille standard pour demoiselles standard, c'est sûr. Les bas sont suffisamment solides pour être portés avec des porte-jarretelles à pinces (et non avec les autres, prévus pour du nylon ou de la soie, attention!). Ils brillent durablement s'ils sont recouverts du bon produit. Bref, bons bas en latex, et pas chers, n'hésitez pas!

Photo ci-dessous pour vous faire une idée.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire | Permalien


Sharknado
Sharknado
DVD ~ Tara Reid
Prix : EUR 16,46

5.0 étoiles sur 5 Intéressante réinterprétation du mythe d'Ulysse..., 16 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sharknado (DVD)
« Encore un film de r'quins! » me dit ma femme, en soupirant...
Et pourtant, pourtant... l'audacieux Anthony Ferrante, habile r'quin (hollywoodien!) lui-même, se sert des codes archi-connus du film catastrophe option « requinneries mesquines » pour déconstruire-reconstruire le mythe d'Ulysse dans une perspective Deleuzienne, eh oui, rien que ça les gars... C'est fou ce qu'un réalisateur peut faire passer comme message sans même s'en apercevoir!
Prenons le héros: Ian Ziering, dans le rôle de Fin Shepard. Rien que le fait d'avoir choisit Ian « 90210 Beverly Hills » Ziering est un signe: revenu de toutes les turpitudes, de toutes les compromissions et les renoncements qu'impose le star-system US, il incarne, la quarantaine flamboyante, un loser magnifique, gérant d'un petit bouge rouge au bout d'un beau ponton ton sur ton, secondé par Nova, sa serveuse, cicatrisée à la cuisse.
Surfeur hors-paire (Hors-paire/ hors-père (il est séparé de sa femme et de ses enfants)/hors-repères/hor(s-p)aire =horreur (phonétiquement), on voit que le symbolisme prend sa place dès le début), il assiste, accompagné de son ami Baz (Baz = base = fondations = racines) à l'arrivée des premiers squales, affamés naturellement!
« Sortez de l'eau! » hurle t-il, s'époumonant -mais lui-même ne sort pas de l'eau tout de suite, certainement à cause d' un traumatisme durant l'enfance, traumatisme dont la nature nous reste inconnue. Et paf, les bestioles se jetent sur les californiens, et ça claque des mâchoires- gnap gnap gnap-, et ça frétille de la queue, il y en a partout, parce qu'ils sont soulevés par la tempête (un peu comme la vache dans Twister, on connaît tous ça!). Et c'est vraiment la tempête du siècle, on a vachement peur: Ian/Fin flippe comme une gonzesse pour sa femme et ses gosses qui sont à 30 km du rivage, vous imaginez? Fukushima, à côté, c'est un truc de femmelettes!
Donc, tel Ulysse rentrant chez lui après un long voyage (voyage représenté par sa gestion de bistrot moyennement famé avec mec habitué à son tabouret, qui pelote la serveuse, franchement, c'est pas vraiment la classe tout ça...), Ian/Fin vit plein d'aventures toutes plus émouvantes les unes que les autres:
- passage de l'autoroute: l'autoroute est remplie de véhicules dans tous les sens, fuyant l'invasion requinesque, et notre héros et ses accolytes font les malins et sortant pour faire un peu les chefs de chantiers « faites ci, faites pas ça, gna gna gna, c'est moi qui sais faire! ». Soudain, toutes les voitures disparaissent et ils peuvent rouler peinards. Astuce scénaristique, flemme des réalisateurs, grève des figurants? tout est possible et notre intellect est stimulé comme jamais!
- tous les passages dans le 4x4: quand la caméra est à l'extérieur, on voit les passagers (pratique!), mais quand la caméra est à l'intérieur, on ne voit que du blanc dehors: mystère de la post-production ou, plus vraissemblablement, mise en perspective de l'isolement de nos héros, dénonciation courageuse du Patriot Act (on peut les voir dans un espace personnel, mais eux ne voient rien)? Qui sait?
- passage de la maison d'April/Pénélope: Sur les hauteurs, Ulysse rejoint sa Pénélope de femme et sa fille. Après avoir évité de justesse un r'quin qui sort d'un collecteur d'eaux usées, lui, se famille et sa troupe se retrouvent gros Jean comme devant, coincés dans la barraque dont le rez de chaussée est inondé et, évidemment, requinné à mort! Quand ils sortent enfin après quelques bravades envers la gent aquatique, on note, estomaqué, que l'extérieur de la maison n'est pas du tout inondé, d'où la question: d'où vient cette maudite eau? Robinet? non, car la réglementation californienne interdit le passage des r'quins dans les tuyauteries des particuliers, de l'extérieur alors? ben non, puisque l'expérieur est sec... mystère mystère... Ne reste que l'hypothèse la plus probable: l'intervention extraterrestre qui ne fait aucun doute. Inutile de le préciser: l'extirpation de notre troupe hors des eaux de la maison est une somptueuse parabole de l'accouchement, du rôle maternel... Et pan pour la législation californienne relative au mariage et à l'adoption de-qui-vous-savez! Ferrante y va fort et bien!
- passage du bus, le plus grandiose du film: Ian/Fin/Ulysse roule près d'un bus scolaire (là, bizarrement, ON NE VOIT PAS L'INTERIEUR DEPUIS L'EXTERIEUR...) et toute la symbolique du film éclate au grand jour. Attiré par le chant des sirènes qu'est pour lui le désir de se rendre utile, à quoi s'ajoute l'environnement aquatique et la présence des bestiaux de forme, somme toute, vaguement sirénienne que sont les r'quins, il ne peut résister et -au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité, et, en même temps, dans la plus pure tradition du film catastrophe avec un abruti pour héros – il décide, une fois encore, de faire le malin et d'aller voir si y'a pas des gamins à sauver! Il file sur le pont au-dessus du bus, bus lui-même immobilisé dans l'eau grouillante de r'quins (remarquons que l'eau ne grouille QUE de r'quins: pas l'ombre d'une autre poiscaille ou quoi que ce soit d'autre. Epure, magnifique épure, on se croirait dans un film de Robert Bresson...). Amusante remarque: sur certains plans, on voit que le bus est dans l'eau jusqu'à, grosso modo, mi-jantes (disons 35 cm), et sur d'autres, censés nous faire voir ce qui se passe sous l'eau, on constate qu'il y a au moins 3 mètres de profondeur, comme quoi l'humour peut ne pas être absent d'un mythe grec revisité, c'est clair. Ulysse, sur le pont, SUR LEQUEL LES VOITURES CIRCULENT TOUT A FAIT CALMEMENT ALORS QUE C'EST L'APOCALYPSE EN CALIFORNIE, je vous le rappelle, sort son matos d'escalade (normal, m'argumenterez-vous, c'est le gérant d'un troquet sur la plage) et descend pour sauver les écoliers (eh oui, le bus était farci de loupiots!). Scène homérique: les gamins sont sanglés par notre héros, resté dans le bus, et c'est son aminche Baz sur le pont, qui, seul et à la force des bras, remonte la vingtaine de gosses un par un! Les greluches qui l'accompagnent se contentent d'hurler « plus vite, plus vite », et croyez-vous que les gosses déjà remontés lui fileraient le moindre coup de main, à Baz? Que dalle! Apprécions ensemble, s'il vous plaît, la mise en pièce de la famille américaine et son enfant-roi. Après, tous les gamins rentrent dans une ambulance américaine, visiblement équipée pour accueillir une classe au complet ils sont forts ces west-coasts! Ensuite, Baz n'a pas l'air plus fatigué que ça d'avoir soulevé environ une tonne tout seul et leurs aventures recommencent! (Baz/Oreste et Ian/Ulysse/Fin/Pylade, bien sûr, on est en plein drame grec, diable!).
- la fin, dont je ne vous dis rien parce que, épuisé que j'étais par un trop plein émotionnel, je pleurais sur mon canapé en m'accoudant sur l'oeuvre d'Homère.
Bref, 5 étoiles amplement méritées, croyez-moi!


Cache
Cache
DVD ~ Daniel Auteuil

1.0 étoiles sur 5 Ron psssssshhh... ron psssssshh.., 14 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cache (DVD)
Hein, quoi? C'est fini? Quelle heure il est déjà ? Mais non ma chérie, j'ai pas dormi, j'te jure hein....


Calypso watches - K5577/2 - Montre Garçons - Quartz - Digitale - Alarme/Chronomètre/Eclairage - Bracelet Caoutchouc Noir
Calypso watches - K5577/2 - Montre Garçons - Quartz - Digitale - Alarme/Chronomètre/Eclairage - Bracelet Caoutchouc Noir
Proposé par Markenuhren-billiger
Prix : EUR 29,00

5.0 étoiles sur 5 Mon gosse adore..., 13 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
... donc c'est 5 étoiles. Tout lui convient (il a 12 ans).

Et j'ajoute cette phrase pour atteindre le minimum de mots.


IL
IL
par Derek VAN ARMAN
Edition : Broché
Prix : EUR 9,10

2.0 étoiles sur 5 Trop long..., 13 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : IL (Broché)
Comme le disent tous les autres: c'est pas mal, mais c'est beaucoup trop long et beaucoup trop classique à mon goût.
Ne vous laissez pas abuser par la mention de la "mise en examen de l'auteur par le FBI", c'est vrai que ça fait classe, que ça impressionne, mais ça ne veut rien dire d'autre que le roman est (certainement) une bonne description des méthodes du FBI, et certainement pas que c'est un roman palpitant.
Voilà, roman classique et long, mais pas mal tout de même, hein, mais faut aimer les trucs ultra-classiques.


Nikon Objectif 18-140mm f/3.5-5.6G AF-S DX ED VR
Nikon Objectif 18-140mm f/3.5-5.6G AF-S DX ED VR
Prix : EUR 384,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très bon zoom polyvalent., 10 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nikon Objectif 18-140mm f/3.5-5.6G AF-S DX ED VR (Appareils électroniques)
J'avais jusqu'à présent, en zoom, uniquement le 18/55 non VR (oui, oui, vous avez bien lu, NON VR). Autant vous dire que le saut a été important.
Alors, certes, il ne s'agit pas ici d'un zoom pro ouvrant à 2.8, et, par construction, il ne permet pas de faire ce que l'on fait avec une optique fixe ouvrant à 1.8 (comme le 35 ou le 50, que je possède aussi), mais tout de même, quel plaisir et quelle facilité!
La bague de zoom est ferme, et je trouve cela agréable à l'usage.
Pour moi, les 140 en fin de course sont largement suffisants (je ne fais pas de photo animalière, je précise) pour me rapprocher sans bouger les pieds et voler mes images, et le rendu en portrait est pour moi tout à fait satisfaisant aux focales intermédiaires, même avec l'ouverture somme toute limitée.
La stabilisation est un vrai plus, pas uniquement un outil marketing.
Il est plus lourd que mon ancien zoom, c'est vrai, mais j'aime bien avoir un peu de poids entre les mains, alors cela ne me dérange pas.
Je précise qu'il est monté avec un D7000, que je m'en sers parfois avec un SB 700, que je fais essentiellement du portrait, des photos posées, des enfants.
Test en paysage dans quelques mois après quoi je peaufinerai mon avis.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14