Profil de johannphilipp > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par johannphilipp
Classement des meilleurs critiques: 8.278
Votes utiles : 189

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
johannphilipp "Johann-Philipp"

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Noir rivage
Noir rivage
par Jean-Paul Demure
Edition : Poche
Prix : EUR 8,15

4.0 étoiles sur 5 Lugubre, 27 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Noir rivage (Poche)
Les âmes sensibles s’abstiendront de lire ce roman. L’atmosphère en est pesante, les personnages emportés par un destin qu’ils ne maîtrisent pas. L’auteur se plaît à décrire les situations et les lieux les plus sordides. Le lecteur en a la respiration coupée. De même qu’à force de voir les différents personnages s’adonner aux boissons alcoolisées les plus infâmes, il en a l’estomac qui se noue. Oui, c’est à en avoir la nausée et c’est l’effet recherché. Pourquoi la jeune fille, Aurélie, que l’on imagine séduisante, s’acoquine-t-elle délibérément avec un clochard au bout du rouleau, pour tenter, en sa compagnie, d’élucider le mystère du meurtre de son père ? Même si l’on est en droit d’imaginer qu’elle s’est rendue compte de longue date que ce dernier n’était en rien une personne au-dessus de tout soupçon, même si elle a tout à redouter d’une enquête policière approfondie, même si elle a réellement besoin d’aide, il n’empêche, se dit-on, qu’elle aurait pu trouver quelqu’un d’autre. Le dénouement montrera qu’en effet elle est loin d’avoir choisi le collaborateur le plus efficace.


Les yeux en bandouliere
Les yeux en bandouliere
par Carr-J.d
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Une réimpression serait la bienvenue, 27 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les yeux en bandouliere (Poche)
Un problème typique de la chambre close, encore que la solution nous montre que, comme dans un autre roman du même Dickson Carr, On n’en croit pas ses yeux, le meurtrier (ou la meurtrière) a dû momentanément quitter la pièce. Mais comment même a-t-il (ou elle) pu agir, sans se faire remarquer des témoins, alors même que le chef de famille (l’oncle Marcus qui va être assassiné ) propose à leur attention une petite scène dans laquelle il va mettre à contribution leur sens de l’observation ? La clé de l’énigme, comme toujours dans ce genre de roman, est bien sûr tirée par les cheveux. Quelle subtilité! et quelle chance a eue le meurtrier de ne pas se faire prendre d’entrée ! Et comme l’on soupire de soulagement lorsque le coupable est démasqué! Car il s’agit ici du moins sympathique des protagonistes de ce roman! La personne qui, tout au long du récit, a été la victime de ses intrigues, sera débarrassée de sa présence funeste.


L'Inquiétante dame en noir
L'Inquiétante dame en noir
DVD ~ Kim Novak
Proposé par kikidevarennes
Prix : EUR 5,99

5.0 étoiles sur 5 Un film à géométrie variable, 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Inquiétante dame en noir (DVD)
Excellent film, que l’on peut voir plusieurs fois. Il commence comme un film noir, avec une Kim Novak, étrange et au comportement suspect, et se termine comme une comédie burlesque. À noter, la présence de Fred Astaire, employé un peu à contre-emploi, mais qui s’en sort très bien. Jack Lemmon est fidèle à lui-même et joue toujours juste.


René Girard, un allumé qui se prend pour un phare
René Girard, un allumé qui se prend pour un phare
par René Pommier
Edition : Broché
Prix : EUR 17,30

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Oeuvre de salubrité publique, 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : René Girard, un allumé qui se prend pour un phare (Broché)
Il y a un proverbe chinois sur différentes classes de seigneurs : les seigneurs de la parole, les seigneurs de l’esprit, etc. Ce proverbe est cité, si mes souvenirs sont bons, à la fin de « La cloche tibétaine » sur la Croisière jaune. René Girard est, semble-t-il, plutôt un seigneur (doit-on dire « saigneur »?) de la parole, et de la parole plutôt vide. En s’appuyant sur des citations le plus souvent tronquées d’ouvrages littéraires, il nous bâtit une théorie qu’il voudrait scientifique et universelle : celle du mimétisme, selon laquelle nos propres désirs seraient commandés par la rivalité que nous entretenons avec une tierce instance (une personne ou un ensemble de personnes), en l’absence de laquelle nous ne connaîtrions jamais ce désir.
Cette théorie est mise à terre ici par la remarquable analyse de M. René Pommier, qui se livre à une exégèse assez serrée des travaux biaisés, trop superficiels, pour ne pas dire intellectuellement malhonnêtes de René Girard. Ce dernier déforme et truque les passages des auteurs qu’il aime à citer, qu’il prétend à l’appui des ses propres élucubrations.
Ce faisant, il nous montre comment les prétentions de René de Girard sont ridicules et prêteraient à rire, comme celles d’un nouveau Diafoirus ou d’un nouveau Trissotin, si elles n’étaient défendues en même temps avec la plus grande fatuité.
Laissons aux laboratoires de psychologie cognitive le soin de décider ce qu’il en est du désir par mimétisme, laissons à la psychologie politique le soin de démêler ce qui en une personne qui agit ou émet une opinion exprime l’influence d’éventuels apports venus de l’extérieur. Mais ne tordons pas des textes littéraires pour leur faire dire ce qu’ils ne nous disent pas.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 18, 2015 6:16 PM MEST


Rire et colère d'un incroyant
Rire et colère d'un incroyant
par René Pommier
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Livre salutaire, amusant et limpide, 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rire et colère d'un incroyant (Broché)
Ce qu’il ya toujours de bien dans tout ce qu’a écrit M. René Pommier, c’est son extrême lisibilité, quelque effort que par ailleurs lui ait coûté l’élaboration de ses travaux. Je pense, en particulier, à ce qu’il devait nous apprendre d’un certain Roland Barthes et à ce qu’il a pu trouver de pernicieux chez ce dernier. J’ai relu naguère « Le plaisir du texte » et je dois m’avouer que la grille d’évaluation que nous propose M. Pommier s’applique tout à fait à cet essai quasiment illisible, car mal composé.
Je souscris entièrement aux propos tenus ici sur la religion. Ils rejoignent les idées de Russell sur ce même thème, ou celles de Hitchens.


Contes cruels et fantastiques
Contes cruels et fantastiques
par Guy de Maupassant
Edition : Poche
Prix : EUR 20,30

5.0 étoiles sur 5 Edition recommandable, 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Contes cruels et fantastiques (Poche)
Il serait fastidieux d’inventorier toutes les éditions des nouvelles de Maupassant. Pour en avoir testé quelques-unes, j’affirmerai que l’édition Pochothèque en trois volumes (ou quatre, si l’on compte les chroniques) est excellente aussi bien pour le choix retenu que pour le travail éditorial et critique : ce qui compte, s’agissant de Maupassant, c’est le plaisir de la lecture et de la relecture, sans qu’il soit nécessaire de se livrer à des efforts d’interprétation harassants.


Vies et aventures de Salavin
Vies et aventures de Salavin
par Georges Duhamel
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Une écriture fluide et sans aspérité, 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vies et aventures de Salavin (Broché)
Au moins, pour les romans de Georges Duhamel, on gagnerait beaucoup à ce qu’ils soient toujours disponibles dans le commerce : il semblerait que les éditions Omnibus des œuvres de G. Duhamel ne le soient plus, à ce jour (j’écris en janvier 2015).
C’est grand dommage. Sous l’apparence d’une écriture un peu bonhomme, très et trop soignée grammaticalement, sans aucune affectation, sans aucun effet de style, mais qui pour autant ne tombe jamais dans le simplisme qui serait celui d’un lointain épigone des naturalistes, l’œuvre de Duhamel peut et doit être encore lue : elle ne cesse d’être actuelle, car ce que cet auteur nous propose n’est rien d’autre que la peinture de caractères intemporels, à la manière d’un La Bruyère ou d’un Molière, même si les personnages eux-mêmes évoluent selon les aléas de leur existence. C’est en cela que réside si l’on peut dire le classicisme humaniste de Georges Duhamel.


Naissance De La France
Naissance De La France
par F Lot
Edition : Relié

2.0 étoiles sur 5 Un passage curieux ... et bouleversant., 27 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naissance De La France (Relié)
Shocking !

Un ouvrage bien sous tous rapports, très clair, bien argumenté et bien documenté, ne tombant pas dans la relation irraisonnée de faits controversés : pour preuve, il n’est pas fait mention du fameux vase de Soissons. D’autres légendes sont également passées au crible de la critique historique (recensement, évaluation et confrontation des rares sources, par exemple). C’est un livre écrit par un éminent chartiste, jusqu’à ce que l’on tombe sur :

«De nos jours, les manichéens seraient relégués dans un camp de concentration ou fusillés et cela dans n’importe quel Etat, quelle que soit sa structure politique. »
(Page 675)
[Dans le chapitre « réapparition du manichéisme », pages 674 – 675)]

Je suis tombé des nues! Jugement de valeur, approche délirante d’un phénomène historique, déplacement pour le mieux condamner dans une époque qui n’est pas la sienne … Et pas n’importe quelle époque : le livre de Ferdinand Lot date de 1948 et il y a peut-être des éditions ou impressions antérieures. Evaluer un fait historique à l’aune des années quarante du XXe siècle n’est pas anodin. Un historien expliquera peut-être ce dérapage…


Le grand Meaulnes
Le grand Meaulnes
DVD ~ Nicolas Duvauchelle
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 15,90

4.0 étoiles sur 5 Quand des acteurs balbutient ..., 27 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le grand Meaulnes (DVD)
Résolument infidèle au roman, aussi bien sur le plan narratif que sur le plan de l’atmosphère générale qui plane sur l’œuvre d’Alain-Fournier, cette version cinématographique ne peut cependant pas être condamnée pour ce motif. On peut reprocher le gommage de la deuxième partie du roman qui se déroule à Sainte-Agathe jusqu’au départ pour Paris du personnage central et donc l’absence de la représentation que donnent les deux bohémiens au cirque installé sur la place du village : d’autant que c’est à ce moment que Franz se fait reconnaître de Meaulnes. On peut également reprocher le choix des saisons : lors de la fête étrange et donc lors de la première rencontre avec Yvonne de Galais, la scène devrait se dérouler peu avant Noël et non en été.
De tout cela, peu importe. Laissons à M. Verhaegue, ainsi qu’à tout réalisateur et à tout scénariste futurs la liberté d’adapter comme ils l’entendent cette œuvre.
Ce qui, pour ma part, m’a le plus chagriné, dans ce film, c’est la piètre performance des acteurs principaux : je n’ai pas compris le quart de ce qu’ils disaient : n’est-on pas en droit d’attendre de leur part une articulation, une émission de voix irréprochables ? Heureusement, MM. Marielle, Dumas, Torreton sont hors de cause, comme le sont également Mmes Valérie Stroh et Florence Thomassin : tous parfaits dans leur rôle. D’autres également dans des rôles tout à fait secondaires. Je passe sur l’actrice qui joue Yvonne de Galais, qui, soulignons-le, a certainement, un rôle un peu ingrat en ce sens que la Yvonne de Galais du film n’est pas celle du livre. Il semble que Mme Clémence Poésy s’en tire avec les honneurs. Mais alors, le reste ! Nous avons droit à un narrateur qui, tout le long du film, nous empoisonne avec des leçons d’histoire piteusement récitées comme un candidat au défunt certificat d’études avec un timbre de voix irritant. Il ne joue pas, il récite en avalant la moitié de ses mots. D’aucuns diront peut-être que c’est délibéré, mais ce n’est pas du goût de tout le monde. L’acteur qui joue Meaulnes a également une diction défectueuse. Par ailleurs, je n’ai jamais trouvé ce personnage sympathique : toujours prompt à s’emporter, méprisant, voire pervers avec Valentine au moins dans le roman : il n’empêche que l’on voudrait que ce qu’il dit soit clair, et ce n’est pas le cas…
On a le droit de démythifier une œuvre littéraire ; encore faut-il choisir de monter un film avec des acteurs plus convaincants. L’image est néanmoins ravissante ; je souhaiterais rester sur cette impression positive.


Oeuvres complètes de Corneille
Oeuvres complètes de Corneille
par Pierre Corneille
Edition : Relié

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très bel ouvrage sur le plan matériel surtout, 8 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oeuvres complètes de Corneille (Relié)
Notons d'abord que par "Oeuvres complètes", on entend ici "Théâtre complet"; ce livre ne comporte ni l'Imitation de Jésus Christ, ni les Discours sur l'art dramatique, ni même de façon plus anecdotique les stances à Marquise,autant d'oeuvres qu'il est possible de trouver dans la Pléiade, ou dans l'édition maintenant épuisée de Lebègue. Corneille oeuvres completes
Il semblerait en l'absence de précisions éditoriales que cet ouvrage est une reproduction en fac-simile de l'édition Laplace de 1869, laquelle est conforme, à l'orthographe près, à celle parue du vivant de Corneille en 1682. Voir à ce sujet la notice numéro 30271305 du Catalogue de la BNF. Les illustrations seraient dues sauf erreur grossière de ma part à un certain Edmond Geffroy, originaire du département de l'Oise, né en 1804 et décédé en 1895, et qui fut sociétaire de la Comédie Française. Ces données biographiques sont par ailleurs consultables sur le site internet de Maignelay-Montigny.
Encore une fois, le seul vrai défaut de cet ouvrage remarquable est qu'il manque cruellement de tout travail bibliographique et éditorial. L'excellent Monsieur Brunel qui a rédigé ici une trop succincte introduction nous avait habitués à mieux ! Son travail a consisté essentiellement à présenter la réception qu'ont eue certaines pièces sur quelques écrivains de renom, dont la trop discutable tragédie "Polyeucte".


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6