Profil de Jordan "Wandering-World" > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jordan "Wa...
Classement des meilleurs critiques: 453
Votes utiles : 795

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jordan "Wandering-World"
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Pour un an avec toi
Pour un an avec toi
par Gayle Forman
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 « POUR UN AN AVEC TOI est un roman qui me laisse un peu sur ma faim, une lecture assez mitigée, je dois le reconnaître. », 24 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pour un an avec toi (Broché)
POUR UN AN AVEC TOI est un roman qui me laisse un peu sur ma faim, une lecture assez mitigée, je dois le reconnaître. Si j’avais véritablement adoré l’histoire d’Allyson, « Loulou », dans POUR UN JOUR AVEC TOI, le récit de Willem ne m’a malheureusement pas autant touché. J’ai eu du mal à m’attacher à lui et à m’adapter à sa voix. A l’inverse, Gayle Forman nous livre, comme à son habitude, de nombreuses leçons de vie et une histoire pleine de lumière et d’espoir, dans laquelle volonté et destin s’affrontent et s’entrechoquent sans arrêt. Son roman est à la fois brut et réaliste, émouvant et profondément humain. Je ressors donc de ma lecture moyennement conquis et frustré, chose à laquelle je ne m’étais absolument pas préparé.
L’élément qui m’a le plus freiné au sein de l’histoire est le point de vue de Willem. Il a beau être charmant et craquant et irrésistiblement attirant lorsqu’Allyson nous le décrit, être dans sa tête nous permet d’avoir une autre vision de lui… Une vision assez décevante pour être franc. Willem est un héros très humain et bien approfondi, c’est indéniable. Ses mots, ses émotions et ses pensées sont vraiment légitimes. On sent bien qu’il est en pleine évolution et qu’il apprend à gérer sa rencontre avec « Loulou ». Sa Loulou, la jeune femme qui l’a marqué. Malheureusement, cette « acceptation » prend énormément de temps. Willem est lent, hésitant et se laisse porter par le vent. Cela aurait pu être mignon, mais ça devient très rapidement ennuyant. Je me suis senti assez loin de lui la plupart du temps. Il doute beaucoup, ce qui n’aide pas particulièrement à se laisser aller. Il ne m’a pas totalement convaincu. En comparaison, Allyson était beaucoup plus adorable et beaucoup plus « réelle ». Sa façon de percevoir le monde et son évolution étaient bien plus crédibles. C’est dommage, car comment voulez-vous pleinement apprécier un roman si vous n’accrochez pas spécialement avec son héros principal ?
De plus, le récit entier est un reflet de cheminement intérieur de Willem : tout est plutôt lent et sans grande surprise. On voyage, certes, mais j’ai trouvé que cela était un prétexte pour rallonger l’histoire. Willem n’a qu’Allyson en tête, on sait pertinemment comment va se terminer le roman, mais tout s’étire encore et encore. A la longue, ça devient agaçant. Gayle Forman joue la montre, en quelque sorte. Elle fait durer un suspense qui n’a pas lieu d’être et qui s’avère être mal maîtrisé au final. L’auteure nous laisse anxieux et impatients de lire la fin. On passe pratiquement l’intégralité de notre lecture à avancer sans vraiment se soucier de ce qui advient de Willem tant on veut en savoir plus Willem ET Allyson. Sur ce qu’il leur arrive à eux. Sauf que les réponses à nos questions mettent beaucoup (trop) de temps à nous parvenir.
Cependant, si le récit s’avère avancer lentement, je dois bien avouer que la plume de l’auteure m’a, une nouvelle fois, complètement conquis et subjugué. Gayle Forman nous livre de magnifiques de leçons de vie, d’espoir et d’ouverture. POUR UN AN AVEC TOI, c’est une histoire d’amour, mais aussi une histoire d’êtres humains qui se perdent et se trouvent, qui aiment vivre et qui aiment aimer. La myriade de protagonistes secondaires que nous découvrons m’a juste ébloui. Tous les personnages sont réalistes au possible. Ils possèdent tous « le truc », cette petite étincelle qui leur confère une vraie identité. J’ai énormément aimé cet aspect du livre. Tous les héros sont parfaitement bien construits. On n’a aucun mal à croire à leurs histoires, à leurs expériences et leurs souvenirs. C’est comme retrouver des amis qu’on a perdu de vue depuis des années et qui nous narrent les pans de leurs existences que nous avons loupé. C’est assez intense comme impression, et j’ai adoré ça.
La conclusion du livre est le point sur lequel je misais beaucoup. J’attendais énormément de choses de la fin de ce diptyque romantique. Malheureusement, l’auteure a fait, à mes yeux, un hors-sujet total. L’épilogue n’est pas satisfaisant du tout. On n’apprend rien de plus. Rien. Nada. Nothing. On aurait pu se contenter de l’histoire d’Allyson, en fait. On traverse 400 pages dans l’attente d’une explosion, d’une scène hyper romantique et qui déborde de sentiments… Mais non. Rien ne vient. Rien de plus que ce que nous savions déjà. C’est ULTRA énervant, sincèrement. J’ai besoin d’un vrai épilogue, de la fin renversante et parfaite que je mettais représenté pour Willem et Allyson. La fin qu’ils méritent. Gayle Forman m’a déçu sur ce point, et ça me fait mal au cœur de le reconnaître. Je suis très embêté d’achever cette duologie sur une telle note.
En résumé, POUR UN AN AVEC TOI n’est pas la suite que j’espérais. Willem n’est pas aussi attachant qu’Allyson, sa voix n’est pas aussi fracassante et son histoire est loin d’être aussi passionnante. Quand je repense à ce récit, c’est le mot « lenteur » qui me vient immédiatement. On tourne un peu en rond, on lit sans vrai plaisir mais plus pour voir si nos prédictions vont devenir réalité. A contrario, Gayle Forman dépeint toujours aussi brillamment le monde qui nous entoure, avec ses personnes brisées mais qui espèrent, ses êtres égarés et déterminés, ses émotions à la fois fortes et délicates. La fin n’apporte pas grand-chose de plus à la trame générale des deux romans, et je dois bien avouer que c’est cet élément qui me gêne le plus. Nous méritions mieux ; Loulou et Willem également. Une lecture frustrante et trop engourdie, de laquelle je ressors légèrement déçu.


Imposteur, tome 1
Imposteur, tome 1
par Susanne WINNACKER
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

4.0 étoiles sur 5 « IMPOSTEUR est un récit relativement simple mais très efficace ! », 19 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Imposteur, tome 1 (Broché)
IMPOSTEUR est un récit relativement simple mais très efficace, qui se dévore pratiquement d'une traite. Les protagonistes sont attachants, l'action est omniprésente d'un bout à l'autre du roman et l'écriture de l'auteure – extrêmement fluide et visuelle – confère à l'histoire un aspect ultra prenant et palpitant. Tout est tellement réaliste qu'on a l'impression d'être au cinéma. Le rythme ne faiblit jamais et Suzanne Winnacker sait exactement quand et où piquer notre curiosité. IMPOSTEUR est une lecture qui m'a charmé et satisfait, et dont l'attente avant de posséder le second volet va réellement être insupportable !
Dès le départ, je me suis senti très proche de l'héroïne, Tessa. C'est un personnage fort et émouvant, auquel on s'identifie vraiment rapidement. Tessa est loin d'être niaise et immature, bien au contraire. Elle sait garder son calme mais est impulsive et déterminée quand il le faut. Elle est à la fois très forte et extrêmement fragile, ce qui ne fait que la rendre plus humaine et plus adorable. Certains éléments de son passé ont beau rester un peu trop flous et opaques à mon goût, cela n'enlève rien à son charme et au fait qu'on veut toujours la prendre dans nos bras pour la rassurer. Ses réflexions, ses pensées et ses sentiments m'ont tous semblé hyper cohérents et hyper légitimes. C'est toujours ultra agréable de découvrir des personnages qui possèdent un minimum de bon sens et d'intelligence, et Tessa m'a conforté dans cette idée. Vivre cette aventure à ses côtés a été une très belle expérience que j'ai terriblement hâte de renouveler !
A l'inverse, j'ai trouvé que l'auteure avait accordé moins d'importance aux protagonistes secondaires qui, pour quelques-uns, m'ont semblé être sous-développés. Alec, Devon, Holly ou encore Ana ont beau avoir des rôles très importants dans le roman, ils ne sont présents que de façon épisodique ou ne nous sont décrits que « partiellement », si je peux m'exprimer ainsi. Il nous manque des pans de leurs histoires personnelles. Ce n'est pas dérangeant du tout, mais j'aime avoir quelques précisions sur chaque héros que je suis et ce n'est pas totalement le cas ici. Je parie tout de même que la suite nous permettra d'en apprendre plus sur tous ces personnages et que ce « bémol » (qui n'en est pas vraiment un) sera réglé prochainement.
La relation Alec/Tessa est vraiment intense et passionnante. On veut toujours en savoir plus et voir lequel de ces deux personnages craquera le premier. Malheureusement, Suzanne Winnacker joue avec nos nerfs et étire (un peu trop) le suspense jusqu'à la toute fin du livre. J'en attendais un peu plus de la romance et du lien entre nos deux tourtereaux, mais je dois avouer que tout le reste du récit est tellement génial que je suis passé au-dessus du manque que j'ai pu ressentir concernant leur histoire d'amour.
En effet, les rebondissements sont, eux, carrément époustouflants. On se prend au jeu de la première à la dernière page, c'est vraiment fou. Le rythme du roman est extrêmement haletant. Le côté thriller et policier est vraiment très bien maîtrisé. Ajoutez à cela une bonne dose de fantastique avec les dons des Variants et les explications sur ces derniers et vous comprenez pourquoi ce livre est aussi génial et surprenant. Tout est vraiment décrit à la perfection : c'est simple et sobre, mais ça fonctionne très, très bien. On veut sans cesse en savoir plus. Les chapitres étant courts et la plume de l'auteure prenante, on ne peut pas s'empêcher de tourner les pages de façon frénétique. Tout s'enchaîne logiquement et sans aucun temps mort. Nous n'avons réellement aucune seconde de répit et c'est vraiment bon !
La conclusion du livre m'a beaucoup plu. Certaines des ultimes révélations ne nous éblouissent pas plus que ça tandis que d'autres nous retournent l'estomac. Suzanne Winnacker dissémine quelques indices ici et là qui, si on lit entre les lignes, nous guident vers des vérités qui sont exposées à la fin du roman. On pourrait penser que cet aspect assez prévisible de l'histoire est dérangeant, mais pas du tout ! Au contraire, si nous sommes mis au courant de certaines choses, d'autres nous fascinent et nous troublent jusqu'à la toute dernière page ! Les ultimes chapitres sont d'ailleurs extrêmement émouvants et très prometteurs pour la suite. Je veux le tome 2 immédiatement !
En résumé, IMPOSTEUR est une lecture très agréable et vraiment sympathique. Tessa est une héroïne qui m'a captivé et que j'ai hâte de retrouver. Si la romance est un peu mise de côté et que le passé de certains personnages reste assez flou, l'omniprésence des coups de théâtre et la plume ultra saisissante de l'auteure rattrapent le tout. La fin du roman m'a pris aux tripes et m'a renversé, ne faisant que rendre ce premier opus encore plus palpitant et intense. Je suis terriblement excité de découvrir ce qui attend Tessa et les autres Variants dans DÉSERTEUR qui, je le répète, n'arrivera jamais assez rapidement entre mes mains !


Ténébreuse Faérie
Ténébreuse Faérie
par Julie Kagawa
Edition : Relié
Prix : EUR 14,50

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 « TÉNÉBREUSE FAÉRIE est une excellente suite à L’HÉRITIER OUBLIÉ. », 4 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ténébreuse Faérie (Relié)
TÉNÉBREUSE FAÉRIE est une très bonne lecture, dans la même veine que les volets précédents de la saga LES ROYAUMES INVISIBLES. L’univers est enchanteur, les personnages sont adorables au possible, l’écriture de Julie Kagawa est toujours aussi magique et les rebondissements ne cessent de nous couper le souffle. TÉNÉBREUSE FAÉRIE mérite bien son titre : dans cet opus, tout est encore plus noir. On sent bien que les enjeux sont de plus en plus élevés et qu’une sorte de course contre la montre se met en place. Le roman déborde de retournements de situation qui m’ont énormément plu et qui permettent à la trame globale de la série d’avancer, élément que j’ai beaucoup apprécié. La fin du roman est extrêmement frustrante, mais c’est tellement bon ! Les ultimes chapitres sont vraiment haletants, et il me tarde désormais de découvrir le troisième et dernier volet de cette trilogie !
La force de ce récit réside très certainement dans ses personnages, et surtout dans celui d’Ethan. Ethan m’a complètement charmé, c’est aussi simple que ça. Il est intelligent, mature, sait faire preuve de sang-froid et s’avère être ultra adorable. Son caractère est hyper touchant, sincèrement. Julie Kagawa est parvenue à lui conférer beaucoup de profondeur et de réalisme, c’est juste génial ! Kenzie est, elle aussi, tout aussi émouvante et attachante. J’ai de nouveau craqué pour elle et son côté rebelle. Elle est courageuse et déterminée, tout ce que j’aime chez une héroïne. Le couple qu’ils forment m’a mis plein d’étoiles dans les yeux. Ils sont tellement, tellement mignons ! Leur histoire d’amour évolue dans ce roman, et c’est loin de nous déplaire. Leur idylle est juste ultra réaliste et vraiment craquant. Ces deux-là, je les adore ! A contrario, j’ai trouvé Keirran agaçant au possible. S’il peut nous tirer un peu de compassion de temps en temps, le fait qu’il prenne pratiquement constamment de mauvaises décisions ne m’a pas beaucoup aidé à me lier à lui. Il est tellement stupide parfois, c’est juste horriblement frustrant ! Par ailleurs, j’ai trouvé que Puck et Grim (voire même Ash et Meghan) étaient beaucoup mis en retrait par rapport au précédent tome. D’accord, cette trilogie n’est pas destinée à nous livrer la suite de leur histoire, mais Julie Kagawa ne les utilise que partiellement. Soit elle les insère durablement dans son récit, soit pas du tout. Là, j’ai trouvé que l’auteure les faisait apparaître pour se simplifier la vie. Un peu trop facile à mon goût, si vous voulez tout savoir. Cependant, ceci n’est vraiment qu’un minuscule bémol. Ethan, Kenzie, Annwy, Keirran et Rasoir (qui est tellement mignon) nous font passer un magnifique moment au cœur de la Faérie.
Haaaa, la Faérie… Parlons-en, justement. Julie Kagawa est parvenue, une fois encore, à créer un monde captivant et merveilleux. J’aime tellement retrouver cet univers féérique et mystérieux qui déborde de secrets et de dangers, c’est juste de la folie. Pénétrer dans ces royaumes à la fois inquiétants et tellement éblouissants est une expérience sensationnelle à chaque fois ! De plus, les rebondissements sont tellement nombreux et les épreuves que doivent affronter Ethan et sa bande tellement saisissantes que poser ce roman est pratiquement impossible. TÉNÉBREUSE FAÉRIE se dévore, ce n’est pas plus compliqué. Tout s’enchaîne, tout s’intensifie au fur et à mesure qu’on avance dans le récit. C’est juste éblouissant. Les protagonistes que nous suivons en voient véritablement de toutes les couleurs, et Julie Kagawa en profite pour pulvériser nos sentiments par la même occasion. On est tellement attachés au héros que la moindre embuche (et il y en a beaucoup) nous serre le cœur. C’est juste extraordinaire comme sensation ! Nous sommes littéralement transportés dans un autre monde pendant notre lecture. L’auteure nous dépeint avec justesse et fluidité le moindre paysage, et c‘est juste excellent. Sa plume est douce et enchanteresse. On vit vraiment l’histoire plus qu’on ne la lit. C’est extrêmement sensoriel et visuel comme récit. Merci Julie Kagawa pour cette lecture ♥
La conclusion du livre arrive bien trop rapidement et, oh mon dieu, qu’elle est impressionnante. Je m’attendais à beaucoup de choses, mais absolument pas à ça ! L’auteure nous livre un ultime coup de théâtre juste dévastateur, qui m’a laissé bouche bée. COMMENT VAIS-JE FAIRE POUR ATTENDRE LA SUITE ? Les toutes dernières pages sont juste parfaites : émouvantes, éprouvantes, passionnantes et haletantes au possible. C’est tellement dingue ! Cette fin m’a totalement pris au dépourvu. Le dernier opus n’arrivera JAMAIS assez rapidement entre mes mains !
En résumé, TÉNÉBREUSE FAÉRIE est une excellente suite à L’HÉRITIER OUBLIÉ. Les héros sont toujours aussi touchants et adorables (bien que Keirran puisse se montrer très, très énervant), le rythme – hyper prenant – ne redescend jamais, et l’univers dans lequel nous sommes plongés est aussi bien maîtrisé et reversant qu’habituellement. Les protagonistes gagnent en profondeur, les choses s’intensifient et Julie Kagawa dote son récit d’une pointe de noirceur qui est vraiment la bienvenue. La fin du roman est terriblement palpitante et nos émotions font un dernier tour de montagnes russes duquel je vais mettre beaucoup de temps à reprendre mon souffle. TÉNÉBREUSE FAÉRIE est donc un roman fascinant et remarquable, une suite qui m’a conquis de la première à la dernière page, que je vous recommande très chaudement !


3. La Fournaise : La Métamorphose
3. La Fournaise : La Métamorphose
par Alexander GORDON SMITH
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

4.0 étoiles sur 5 « LA MÉTAMORPHOSE est un troisième volet à la saga LA FOURNAISE qui m’a complètement coupé le souffle. », 1 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 3. La Fournaise : La Métamorphose (Broché)
A ma grande surprise, LA MÉTAMORPHOSE est un troisième volet à la saga LA FOURNAISE qui m’a complètement coupé le souffle. L’auteur prend un virage à 180 degrés, et c’est juste monstrueusement bon. J’avais moyennement apprécié les deux premiers opus de cette série et je dois bien reconnaître que j’avais peur que LA MÉTAMORPHOSE reste dans la même veine. Sauf que là, tout, absolument tout, change. Alexander Gordon Smith m’a laissé bouche bée, c’est rien de le dire. Les héros m’ont dévasté, l’action – omniprésente et oppressante – m’a totalement conquis, les révélations m’ont déboussolé et la fin du roman est juste palpitante au possible ! Ce troisième volet est un pur concentré d’adrénaline. C’est explosif, jouissif et dévastateur.
Premier fait qui m’a, dès le départ, complètement séduit : le changement de personnalité d’Alex, le héros de la saga. Si j’avais déjà réussi à m’attacher à lui grâce au tome 2, cette suite n’a fait qu’amplifier mon ressenti le concernant. De plus, avec LA MÉTAMORPHOSE, l’auteur en profite pour le transformer… Comment dire… En profondeur. Ce n’est plus du tout le Alex que nous avons rencontré au début de la saga. La part obscure qui sommeille en lui commence à être libérée, et c’est aussi excitant qu’éprouvant pour nous. Alex devient juste ultra intrigant. On veut toujours voir jusqu’où Alexander Gordon Smith va torturer son personnage. On en veut constamment plus. Toutes les émotions d’Alex sont complètement légitimes. Sa folie, le chaos dans son esprit, sa rage, sa haine, son désespoir, tous ses sentiments nous touchent et nous électrifient. Tout est brut, violent, ardent. Ce tome est définitivement beaucoup plus sombre, beaucoup plus sinueux, beaucoup plus tordu. C’est TELLEMENT épatant et fascinant. J’ai trouvé que les protagonistes secondaires étaient moins approfondis, cette fois. Ils restent néanmoins importants mais l’auteur se focalise presqu’exclusivement sur les pensées d’Alex. Il y a énormément de descriptions dans ce récit. Ce n’est pas vraiment gênant étant donné que notre héros est véritablement passionnant, mais j’aurais aimé qu’Alexander Gordon Smith s’arrête un peu plus sur les amis d’Alex.
Côté action, c’est l’explosion, tout simplement. Nous avons le droit à quelques révélations et éclaircissements sur la Fournaise et ses habitants, et j’ai trouvé ça juste génial. Les explications m’ont laissé bouche bée. C’est tellement inattendu et tellement brillant ! Bien évidemment, il nous manque encore énormément d’éléments pour avoir toutes les clés afin de comprendre totalement l’univers dans lequel nous sommes plongés mais, pour l’instant, je suis très satisfait ! Les retournements de situation s’enchaînent et le roman ne possède véritablement aucun temps mort, ce qui permet de conférer au récit un climat irrémédiablement haletant et palpitant. Nous n’avons aucun moment de répit, les coups de théâtre – tous plus énormes et saisissants les uns que les autres – s’entrechoquent sans cesse. LA MÉTAMORPHOSE permet à la trame globale de la saga d’avancer réellement. Tout s’accélère et s’intensifie pour nos héros. Le rythme est effréné, prenant et passionnant. C’était tellement bon !
Jusqu’à la conclusion du livre, tout se déroule à une vitesse folle. Alex et sa bande en voient de toutes les couleurs et nous font traverser une foultitude de sensations fortes par la même occasion. La fin de LA MÉTAMORPHOSE est juste parfaite. C’est un énorme cliffhanger qui nous promet une suite encore meilleure. Si les ultimes chapitres des deux derniers volets étaient déjà hyper frappants, ceux de LA MÉTAMORPHOSE m’ont juste coupé le souffle. Haaaaaaa, JE VEUX LA SUITE ! L’auteur nous laisse sur un final tellement surprenant et porteur d’énormément de possibilités qu’attendre la sortie du tome 4 va me tuer ! Cette fin quoi !
En résumé, LA MÉTAMORPHOSE est un troisième opus qui m’a beaucoup plus séduit que ses prédécesseurs. L’ambiance est beaucoup noire, beaucoup plus attirante, beaucoup mieux maîtrisée et beaucoup plus chaotique. L’univers en lui-même se dévoile un peu plus, les héros – et essentiellement Alex ici – laissent percevoir d’autres aspects, totalement inattendus et irrémédiablement captivants, de leurs personnalités. L’omniprésence de l’action et des révélations est juste jouissive. On en veut toujours plus. LA MÉTAMORPHOSE est une très bonne lecture que je n’avais pas vu venir, sincèrement. La nouvelle voie dans laquelle l’auteur s’est immiscé pour sa saga m’a totalement conquis, et je suis désormais extrêmement excité à l’idée d’avoir le quatrième volet entre mes mains !


La Sélection, tome 3
La Sélection, tome 3
par Kiera CASS
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 « L'ÉLUE est une lecture ultra rafraîchissante et passionnante ! », 29 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection, tome 3 (Broché)
L'ÉLUE est une lecture ultra rafraîchissante et passionnante, un ultime tome dans la même veine que ses prédécesseurs, à la fois émouvant, touchant et irrésistible. Kiera Cass est parvenue à nous délivrer un final parfait, qui me permet de qualifier sa trilogie de solide et d’inoubliable. L’auteure n’a fait aucun faux-pas. Tout est fluide, charmant et prodigieusement remarquable. LA SÉLECTION est une trilogie qui m’aura envoûté du premier au dernier volet. Les personnages, l’ambiance, la romance, l’univers ou encore l’écriture sont autant d’éléments qui vont terriblement me manquer.
Exactement comme ce fût le cas dans les deux précédents tomes, je suis tombé amoureux, pour la troisième et dernière fois, complètement amoureux d’America et de sa personnalité. Sincèrement, c’est une héroïne en or, comme on en voit rarement lors de nos lectures habituelles. Elle est drôle, adorable, sincère, déterminée, passionnée, douce, forte, humaine… A mes yeux, America n’est qu’une suite de qualités. Depuis LA SÉLECTION son caractère m’a ensorcelé, et L’ÉLUE n’a fait que me conforter dans l’idée que cette héroïne est juste magnifique. Si, dans L’ÉLITE, j’avais trouvé qu’elle se posait un peu trop de questions pour rien, tout cela appartient désormais au passé. America sait où elle veut aller et murit. Elle devient adulte. A la fois plus courageuse et un poil plus rebelle qu’auparavant, elle n’en devient que plus fascinante et attachante. America va réellement beaucoup me manquer. Ses réflexions, ses émotions toujours justifiées, ses choix et ses aventures m’ont ébloui et captivé du début à la conclusion de cette trilogie. Merci Kiera Cass d’avoir créé un personnage aussi époustouflant. America ♥
Au niveau des autres protagonistes, tout est également parfait. L’ÉLUE nous permet de nous identifier encore plus à Maxon et à Aspen, qui font chavirer nos cœurs en même temps que celui d’America. On se pose encore mille questions concernant la décision de notre héroïne et au sujet de ce qu’elle ressent. Par ailleurs, le fait que les deux jeunes hommes se dévoilent encore plus et nous coupent le souffle ne fait que rendre le choix de notre héroïne encore plus cornélien. J’ai adoré pouvoir en apprendre plus sur Maxon et Aspen. Au même titre qu’America, ils sont humains et terriblement touchants. On sent bien que l’auteure a tout fait pour leur conférer une certaine profondeur, ce petit truc qui rend des protagonistes réalistes et qui va faire qu’ils vont nous manquer. Et ça fonctionne. Ça fonctionne même très bien.
S’il y a autre chose concernant les personnages de ce récit que j’ai adoré, c’est le fait qu’Elise, Kriss et Céleste ne soient pas du tout exclues du récit. Bien au contraire, l’auteure profite de cet ultime roman pour nous délivrer de nouveaux aspects de leurs personnalités et faire en sorte que nous nous attachions complètement à elles. C’est un pari réussi haut la main puisque je me suis senti proche de chacune d’entre elles. J’ai été complètement subjugué par les liens qui se créent ou s’intensifient entre America et ses « concurrentes ». C’est un très joli virage qu’a choisi de prendre Kiera Cass ici, je trouve.
Côté romance, tout est éblouissant. L’auteure ne nous ménage pas et nous fait vivre les montagnes russes émotionnelles grâce à America et à ses sentiments. On doute, on panique, on s’interroge, et c’est tellement, tellement bon. Le truc qui m’a carrément fait craquer, c’est quand même le fait que Kiera Cass soit parvenue à faire avancer l’histoire d’amour de la trilogie naturellement et avec fluidité tout en nous livrant de nombreuses révélations sur l’univers dystopique de la saga. Tout est TELLEMENT bien maîtrisé que je me devais de souligner ce point. Nous avons le droit à une foultitude d’états d’âme et d’émotions, c’est indéniable, mais nous nous retrouvons également confrontés à un enchaînement de coups de théâtre et de surprises qui m’ont tout simplement coupé le souffle. C’était PARFAIT. L’auteure a totalement su trouver un équilibre entre romance et action. J’ai été ensorcelé par ces deux aspects, chose remarquable en elle-même. Tout est juste renversant, ce n’est pas plus compliqué.
On arrive à la conclusion du roman bien trop rapidement. Les pages défilent et on sent que notre temps en compagnie des héros est compté. Les derniers chapitres m’ont juste achevé. L’auteure en profite pour nous torturer un peu et nous assaillir de retournements de situation hyper haletants. Tout s’accélère une nouvelle fois, tout s’enchaîne, tout s’intensifie. La fin de L’ÉLUE est un concentré de chaos et de folie. D’une ligne à l’autre, nos sentiments sont pulvérisés, dévastés, brisés. On ressort de ces ultimes chapitres complètement vidés et choqués. Les derniers retournements de situation sont tellement surprenants et tellement bien écrits que je n’ai pu qu’adorer cette fin. L’épilogue est parfait également : chargé en émotions, plein de promesses et extrêmement cohérent. Merveilleux.
En résumé, L’ÉLUE, tout comme la trilogie LA SÉLECTION, est un roman qui m’a totalement conquis. C’est un point final extraordinaire et parfait à une saga qui l’est tout autant. Les héros, ainsi que leurs histoires et leurs états d’âme, vont énormément me manquer. Je suis très triste de quitter cet univers mais à la fois tellement, tellement heureux de connaître la fin de cette sublime trilogie. Kiera Cass est indéniablement une auteure à suivre. Sa saga m’a captivé de la première à la dernière page. L’ÉLUE est donc un roman que je vous recommande très chaudement, à l’instar de la trilogie en général qui, au final, s’avère être épatante et formidable.


Love Letters to the Dead
Love Letters to the Dead
par Ava Dellaira
Edition : Relié
Prix : EUR 15,21

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 « Un récit à la fois perturbateur et puissant, inspirateur et poétique, qui me poursuivra encore longtemps. », 19 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love Letters to the Dead (Relié)
LOVE LETTERS TO THE DEAD est un récit magnifique et époustouflant. Je ressors de ma lecture conquis et bouleversé comme rarement j’ai pu l’être en terminant un roman. Avant d’entamer cette histoire, j’avais un peu peur d’être déçu et perturbé par le fait qu’elle soit exclusivement composée de lettres. Sauf que, à ma (très) grande surprise, ce système de narration m’a envoûté au plus haut point. Je me suis attaché aux personnages d’une manière indescriptible. J’ai été renversé, pulvérisé et déchiré par chaque mot et chaque message de l’auteure et j’ai été happé par l’ambiance enivrante et hyper hypnotique du roman. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à attribuer un note au livre. Habituellement, les critères sont pratiquement les mêmes. Mais, là, tout est différent. Il n’y a pas vraiment d’action, pas vraiment de rebondissements, pas vraiment d’énormes surprises qui nous coupent le souffle. Pourtant, ça ne m’a empêché d’adorer cette histoire. Et vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que la plume d’Ava Dellaira m’a profondément, profondément touché. Genre, vraiment. L’auteure possède ce genre d’écritures, vous savez, celui qui vous donne envie d’écrire un livre et de laisser s’échapper les mots qui implosent en vous. Grâce à LOVE LETTERS TO THE DEAD, je me suis souvenu qu’un livre, ce n’était pas seulement un concentré d’action ou de retournements de situation. J'avais oublié à quel point les mots pouvaient être coupants, profonds ou libérateurs. LOVE LETTERS TO THE DEAD m’a permis de m’en rappeler. Et, rien que pour ça, ce roman mérite toute mon admiration.
LOVE LETTERS TO THE DEAD, c’est avant tout l’histoire de Laurel, adolescente qui s’apprête à rentrer au lycée. Laurel est une héroïne qui m’a ému, qui m’a fait rire, qui m’a fait frissonner et qui m’a retourné l’estomac. Face à la mort de sa sœur, May, elle nous livre à travers ses lettres de magnifiques leçons de vie et de courage, de détermination et d’espoir, de passion et d’amour. Il y a quelque chose dans ce roman de très à fleur de peau, d’hypersensible. Laurel éprouve tellement de sentiments différents que nous vivons, nous aussi lecteurs, de véritables montagnes russes émotionnelles. Laurel est entière, humaine comme rarement nous voyons des personnages de roman l’être, douce, attendrissante, fragile, délicate et pleine de ténèbres à la fois. Elle est nous. Nous sommes elle. Nous sommes ses mots, ses lettres, ses peurs enfouies, ses espoirs secrets, ses désirs inavoués, ses craintes, ses peines, ses joies, ses rires et ses désillusions. Laurel est tellement, tellement parfaite. L’auteure la dépeint de façon à ce qu’elle paraisse réelle, et ça fonctionne à cent pour cent. L’héroïne m’a touché aux larmes, m’a donné des frissons et m’a permis de prendre conscience d’énormément de choses. Laurel est juste extraordinaire, sincèrement. La voir évoluer, grandir, changer, murir a été une expérience merveilleuse.
Les protagonistes secondaires sont, eux aussi, juste exceptionnels. On pourrait même dire que le roman n’est constitué que de héros qui passent au premier-plan, en fait, tant les personnages qui gravitent autour de Laurel sont aussi renversants et captivants qu’elle. J’ai adoré Hannah, Natalie, Tristan, Kristen, Sky et, d’une certaine manière, May. Tous les héros auxquels nous nous retrouvons confrontés sont parfaitement bien décrits. Ils sont là, avec nous, au même titre que Laurel. Leurs histoires deviennent nos histoires. Je n’ai eu véritablement aucun mal à m’identifier ou m’attacher à chacun d’entre eux, à me lier à leurs émotions, leurs impressions, leurs découvertes sur la vie. Tout est brut dans ce récit. Brut et brillant. C’est sensationnel. Tous les protagonistes de cette histoire vont sérieusement me manquer.
Bien évidemment, et je répète ce que je disais au début de ma chronique, si je me suis autant laissé emporter par ce roman, c’est essentiellement grâce à l’écriture magistrale et prodigieuse de l’auteure. Ouaw. Juste ouaw ♥ Je n’avais pas été autant dévasté par des mots depuis fort longtemps. Tout, absolument tout, ce qui émeut les héros nous touche nous aussi. Ça peut sembler logique et banal dit comme ça, mais c’est justement très différent d’habituellement. LOVE LETTERS TO THE DEAD possède une ambiance qui lui est vraiment propre… C’est quelque chose d’un peu engourdissant, vous voyez ? On se laisse piéger dans une sorte de brouillard hyper, hyper agréable. On se laisse perdre. Le récit déborde de paragraphes qui m’ont coupé le souffle. Ava Dellaira sait écrire, c’est indéniable. Son roman est plein de vérités, d’humanité, de propos réalistes qui s’imposent à nous sans aucun détournement ni faux-semblants. Les nombreux thèmes qui sont abordés dans le livre sont extrêmement bien approfondis et nous sont livrés avec douceur et émotion, comme une caresse. Alors on fonce. On tourne les pages, encore et encore. J’ai beaucoup de mal à retranscrire tout ce que j’ai ressenti, en fait. A parvenir à vraiment mettre des mots sur tout ce que cette histoire m’a procuré. Il y a véritablement toute une atmosphère qui se dégage de LOVE LETTERS TO THE DEAD. Je pense que cette atmosphère fait partie de ces émotions que vous ne ressentez qu’en les expérimentant. Sincèrement, c’est indescriptible. Indescriptible mais puissant. Puissant, rarissime et remarquable. Le ton reste le même jusqu’à la conclusion du roman. De la première à la dernière ligne, Ava Dellaira nous tient en haleine. Les ultimes révélations m’ont beaucoup plu et m’ont semblé logiques. Tout s’assemble. C’est… Brillant.
En résumé, LOVE LETTERS TO THE DEAD est un roman lumineux et passionnant. J’ai été complètement séduit par chacune des lettres de Laurel, par sa personnalité, son humanité, ses pensées intimes et sa manière de grandir et d’appréhender les choses autrement. Ava Dellaira nous permet de rencontrer des personnages secondaires extrêmement touchants et adorables et, par-dessus tout, d’être comme consumés et obsédés par chaque mot et chaque prise de conscience qu’elle nous livre. Je vais mettre beaucoup de temps à me remettre de la plume de l’auteure, je pense. LOVE LETTERS TO THE DEAD est une magnifique histoire de courage, d’espoir, de pardon et d’amour. Un récit à la fois perturbateur et puissant, inspirateur et poétique, qui me poursuivra encore longtemps.


La vengeance des Immortels
La vengeance des Immortels
par Aimée Carter
Edition : Relié
Prix : EUR 15,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 « LA VENGEANCE DES IMMORTELS est une très très bonne conclusion ! », 17 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La vengeance des Immortels (Relié)
Haaaaaaaa ! THE GODDESS INHERITANCE est une très très bonne conclusion ! Je ressors de ma lecture complètement conquis, ému, charmé et extrêmement heureux de connaître la fin de cette trilogie !

Contrairement au tome 2, ce volet est un pur concentré d’action et de retournements de situation. Ce n’est pas compliqué, j’ai dévoré THE GODDESS INHERITANCE en une journée tant le rythme est prenant et palpitant. Il y a des complots, des secrets, des jalousies et des trahisons à gogo qui nous font perdre la tête. C’est enivrant, ensorcelant, captivant. On veut toujours en savoir plus et voir jusqu’où l’auteure est prête à pousser le vice.

Aimée Carter n’y va pas non plus de main morte avec ses personnages. Ils en voient tous de toutes les couleurs, et nos petits cœurs de lecteurs peinent à suivre le mouvement. Kate m’a ému aux larmes dans ce final. Elle devient encore plus forte et plus adulte, c’est juste dingue. Son évolution depuis le premier opus est phénoménale ! Elle semble si réelle, si humaine, si profonde… Elle va terriblement me manquer !

Henry est beaucoup présent qu’auparavant, et j’ai adoré ça ! Les protagonistes secondaires m’ont conquis une nouvelle fois, et me dire que je les ai définitivement quittés est assez étrange. Ava, James, Perséphone, Ingrid ou encore la mère de Kate s’avèrent être des héros extrêmement attachants et adorables dans lesquels on ne peut que se reconnaître.

Aimée Carter nous livre ici une conclusion dévastatrice grâce à ses choix judicieux et pertinents, mais également grâce à sa plume qui m’a juste bouleversé. Ce troisième tome, tout comme la trilogie en général, est ultra rafraîchissant et extrêmement bien écrit. Certains dialogues entre Kate et Henry m’ont coupé le souffle. Les ultimes chapitres sont intenses et passionnants ; ils nous serrent le cœur et l’estomac.

La fin de THE GODDESS INHERITANCE est parfaite. On souffre, on pleure, on panique, on sent que tout est sur le point d’être renversé et, en même temps, l’espoir et l’amour restent omniprésents. Il y a quelque chose de très fort et très puissant qui réside dans ce final époustouflant.

En résumé, THE GODDESS INHERITANCE m’a envoûté de la première à la dernière page. Aimée Carter nous livre une excellente conclusion à sa trilogie hyper divertissante et vraiment sympathique, que je vous recommande de découvrir !


La reine des Immortels
La reine des Immortels
par Aimée Carter
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

3.0 étoiles sur 5 « J'ai passé un très agréable moment pendant ma lecture de LA REINE DES IMMORTELS ! », 16 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La reine des Immortels (Broché)
A ma plus grande surprise, j'ai passé un très agréable moment pendant ma lecture de GODDESS INTERRUPTED ! Bien que le récit possède quelques bémols, l’intrigue reste super divertissante, essentiellement grâce aux héros qui la composent. J’ai adoré Kate dans cet opus. Elle est mature, déterminée, courageuse, prête à tout pour ceux qu’elle aime et vraiment, vraiment touchante. J’ai été convaincu par toutes les émotions qu’elle vivait au fur et à mesure que l’intrigue avançait. Elle prend son nouveau rôle au sein des Immortels très au sérieux, et j’ai été complètement satisfait de son évolution. Elle grandit, devient plus adulte, plus humaine, plus fragile et forte à la fois… Bref, Kate m’a totalement charmé !

Côté personnages secondaires, l’absence d’Henry m’a déplu. Il est pourtant un des éléments déterminants de la saga et s’avère n'être présent que de temps en temps. C’est dommage. A l’inverse, j’ai beaucoup aimé retrouver Ava et James et faire la connaissance d’Ingrid et de Perséphone. Ces deux dernières m’ont d’ailleurs énormément surpris ! Je ne m’attendais pas à que Perséphone soit aussi attachante. Ingrid m’a plu du départ, et j’ai terriblement hâte de la retrouver !

Malgré tout, si la plupart des protagonistes sont bien utilisés et vraiment adorables, le manque d’action m’a un peu pris au dépourvu. On pourrait résumer tout ce qui se passe dans ce second volet de la trilogie en seulement quelques lignes. Je m’attendais à plus d’intensité et à plus de rebondissements vu l’ampleur des difficultés auxquelles les héros se retrouvent confrontés. Aimée Carter a pris une direction qui m’a laissé perplexe concernant un gros coup de théâtre en plus, donc bon… A voir par la suite.

La fin, elle, est juste ÉNORME ! L’ultime révélation m’a achevé ! Cette conclusion est un véritable cliffhanger. Heureusement que j’ai le tome 3 sous la main, jamais je n’aurais pu attendre pour découvrir la suite de l’histoire de Kate !

En résumé, GODDESS INTERRUPTED est un bon second tome. S’il manque un peu d’action, les héros rattrapent ce faux-pas, tout comme l’univers, l’ambiance et l’écriture de l’auteure. La fin est véritablement saisissante, et je suis surexcité à l’idée de découvrir ce qui m’attend dans la suite !


Qu'importe l'éternité T.3 (ex : Die for me)
Qu'importe l'éternité T.3 (ex : Die for me)
par Amy Huntington
Edition : Relié
Prix : EUR 15,50

3.0 étoiles sur 5 « IF I SHOULD DIE est une lecture moyenne et pas entièrement satisfaisante. », 12 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Qu'importe l'éternité T.3 (ex : Die for me) (Relié)
Beaucoup plus d'action dans ce troisième et dernier volet en comparaison avec le tome 2 ! J'ai adoré avoir la boule en ventre de la première à la dernière page. Aucun moment de répit ne nous est accordé, et ça j'ai juste adoré !

Malheureusement, j'ai vu arriver tous les gros rebondissements et la plupart des révélations. L'auteure emprunte encore trop souvent la voie de la simplicité. Les choses se règlent trop facilement dans absolument tous les cas. J'ai souvent levé les yeux au ciel en voyant à quel point les "coïncidences" se manifestaient EXACTEMENT au bon moment. Tout est tellement simpliste, c'est blasant.

J'ai beaucoup aimé le couple Kate/Vincent, plus que dans le précédent roman. Je n'ai ni vibré ni eu des papillons dans le ventre, mais ces deux personnages m'ont un minimum touché. J'ai d'ailleurs été très agréablement surpris par Kate. Sa nouvelle force et sa détermination sont extrêmement les bienvenues, elles apportent un nouveau souffle à l'intrigue.

La conclusion du roman est, à l'instar de ce tome et de la trilogie, beaucoup trop mignonne et dégoulinante de bons sentiments à mon goût. Je voulais plus de douleur, plus d'intensité, plus de réalisme. Là, tout se passe comme si de rien n'était, comme si rien n'avait d'importance. Ok, il y a de la tension, mais jamais jusqu'au point où on se sentirait oppressés et obsédés par cette histoire. Ça manque de profondeur, d'émotion, de passion. De plus, trop peu de sacrifices voient le jour. Mon côté sadique ressort, mais j'aurais aimé qu'il y ait plus de morts. La bataille finale n'est ni extraordinaire ni époustouflante. C'est plat, mou, insipide. Merci mais non merci. Néanmoins, l'ultime scène entre Kate et Vincent m'a beaucoup plu.

En résumé, IF I SHOULD DIE est une lecture moyenne et pas entièrement satisfaisante, mais toujours plus convaincante et touchante qu'UNTIL I DIE. DIE FOR ME restera donc mon tome préféré.
En bref, une trilogie loin d'être inoubliable.


Flyaway
Flyaway
par Lucy Christopher
Edition : Broché
Prix : EUR 9,28

2.0 étoiles sur 5 « Une lecture moyenne et qui provoque peu de sentiments en nous, c'est dommage. », 10 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Flyaway (Broché)
J'aurais aimé accrocher plus, mais malheureusement l'histoire de FLYAWAY ne m'a pas plus ému et renversé que ça. Je suis peut-être un peu sadique, mais j'aurais aimé découvrir plus d'intensité, plus de dureté, plus de souffrance. Là, c'est un peu le pays des bisounours. Ok, le roman est chargé d'espoir, mais TROP d'espoir tue l'espoir. J'avais besoin d'être pulvérisé et achevé, pas de simplement être transporté par un récit tout doux et (beaucoup trop) simpliste.

Les héros (qu'il s'agisse d'Isla, Jack, leur parent, leur grand-père ou Harry) sont humains et paraissent réalistes. J'ai beaucoup aimé voir toutes les relations entre eux évoluer et voir à quel point tous ces protagonistes étaient capables de changer face aux catastrophes à laquelle ils assistent.

Le milieu médical est HYPER bien représenté. Tout est très bien décrit. L'écriture de l'auteure est ultra fluide. Les mots s'enchaînent sans qu'on puisse réellement s'en apercevoir.

Malgré tout, il manque à FLYAWAY une bonne dose de tristesse et de véritable émotion pour parvenir à profondément nous marquer. C'est trop facile, trop prévisible. La métaphore du cygne aurait pu être plus poussée et plus approfondie. Ça manque de quelque chose, en fait. FLYAWAY ne possède pas l'étincelle, le "truc" qui rend une lecture inoubliable et c'est fort regrettable car les bases étaient pourtant là.

Une lecture moyenne et qui provoque peu de sentiments en nous, c'est dommage.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20