Profil de Jordan "Wandering-World" > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jordan "Wa...
Classement des meilleurs critiques: 482
Votes utiles : 841

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jordan "Wandering-World"
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Finale
Finale
par Becca Fitzpatrick
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 « FINALE est l'opus de trop. », 23 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Finale (Broché)
A mes yeux, FINALE est l'opus de trop. Ce quatrième tome n'apporte pas grand-chose à la trame globale de la saga. J'ai trouvé Nora trop peu sûre d'elle face à son rôle (énorme, je le reconnais, mais j'aurais aimé que l'auteure la rende un minimum plus mature par rapport aux autres tomes). Patch, Vee, Marcie, Scott ou encore Dabria m'ont semblé mal exploités et être beaucoup trop éloignés de l'histoire en comparaison avec HUSH, HUSH, CRESCENDO ou SILENCE. Il n'y a aucun gros rebondissement, et la fin se manifeste un peu d'un seul coup et me semble beaucoup trop simple. Bref, le premier volet restera le meilleur à mes yeux (et le second n'est pas très loin derrière). Je suis extrêmement frustré de ne pas avoir retrouvé l'ambiance noire, hyper palpitante et ultra obsédante de HUSH, HUSH dans FINALE.
Comme dit à l'instant, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Nora. Alors que dans les deux premiers romans j'ai complètement craqué pour elle, elle enchaîne, ici, les faux-pas et les mauvaises décisions. Ok, son rôle au sein des nephilims est déterminant et je comprends qu'elle puisse connaître des moments de remise en question, mais aligner les erreurs de la manière dont elle le fait et être aussi bête, c'est juste incompréhensible. Elle ment à Patch, elle sait qu'elle va droit dans le mur mais elle fonce tête baissée, elle s'emporte pour rien et perd de vue les personnes les plus importantes pour elle. En fait, je n'ai rien ressenti pour Nora. Du début à la fin, je suis resté très détaché de l'héroïne et de ce qu'elle pouvait éprouver. Je suis énormément attristé de voir à quel point mon ressenti vers elle a changé. Becca Fitzpatrick m'a un peu perdu à cause de la manière dont elle a fait évoluer Nora. Elle est niaise et agaçante. C'est dommage.
Heureusement Patch rattrape le tout. Haaaaa, Patch... Il m'aura fait craquer du premier au dernier volet de la saga. Sa personnalité hyper renversante, son amour pour Nora, son désir de la protéger, son charisme et ses mots auront, une fois de plus, eu raison de moi et de mon petit cœur de lecteur. C'est lui qui porte toute la série depuis SILENCE, sincèrement. Malheureusement, je l'ai trouvé beaucoup trop mis de côté. Il n'apparaît que de temps en temps. On se concentre exclusivement sur Nora et son petit monde, chose qui n'a fait que m'énerver encore plus. Patch m'a manqué, c'est indéniable. Il en va de même avec Vee, d'ailleurs. Vee, ce personnage qui m'a tellement fait rire et qui apportait un vent de fraîcheur à chacune de ses interventions, est pratiquement inexistante dans FINALE. Elle apparaît un peu par-ci et un peu par-là, comme si l'auteure se remémorait subitement qu'elle devait l'utiliser. Quelle déception ! De toute manière, j'ai trouvé que tous les protagonistes secondaires étaient sous-exploités. Qu'il s'agisse de Basso, Dabria, Marcie, Scott, Dante ou encore Pepper, toutes leurs apparitions m'ont paru peu naturelles... C'est comme s'ils étaient là « parce qu'ils » devaient être là et non pas parce que c'était « naturel » et utile à l'histoire, vous voyez ce que je veux dire ? Tout est trop abrupte. C'est tellement dommage !
Côté romance, ce n'est guère mieux. Alors que le duo Nora/Patch faisait des étincelles auparavant, il ne reste pas grand-chose de leur passion dans FINALE. Le frisson et l'éblouissement que m'inspirait leur relation a malheureusement bel et bien disparu. Nora et Patch n'ont pratiquement aucune interaction dans ce roman, d'où m'a frustration. Il n'y a que vers la fin que Becca Fitzpatrick nous décrit (ENFIN) quelques passages où ils se retrouvent et durant lesquels Patch (haaaa, Patch) se livre et nous touche. A part cela, on repassera.
L'action est pratiquement absente tout au long de l'intrigue. C'est simple : FINALE c'est, jusqu'aux 50 dernières pages, une suite de conflits sans queue ni tête entre anges déchus et nephilims qui menacent de se battre sans jamais rien faire. Alors ils parlent. Et ils parlent. Et ils parlent. Puis, parfois, il y a une petite surprise, mais elle ne dure jamais bien longtemps. Alors ils parlent encore. C'est long, c'est mou, c'est ennuyant. De plus, l'auteure va vraiment très loin concernant certaines révélations. « Très loin » dans le sens « c'est tellement grotesque et stupide que je me demande si je dois rire ou pleurer là ». Certaines découvertes sur Vee ou l'inspecteur Basso sont tellement tirées par les cheveux que je ne peux pas m'empêcher de penser que Becca Fitzpatrick voulait juste en terminer avec son roman le plus rapidement possible. Cohérence ou incohérence, ça, on s'en fiche. Je suis tellement, tellement déçu !
La conclusion en elle-même rattrape un peu le tout bien que le « final » de FINALE ne soit ni inoubliable ni époustouflant. Le suspense est absent, la tension redescend aussi vite qu'elle est montée et les choses se règlent beaucoup trop facilement. Je n'ai pas vibré, je n'ai pas été scotché, je n'ai pas eu les larmes aux yeux, je n'ai pas été touché... Bref, je suis resté de marbre face à la fin du livre et de la saga et ça, ÇA, c'est HYPER embêtant.
En résumé, FINALE s'avère être un ultime tome plus frustrant et agaçant qu'autre chose. L'opus de trop, en vérité. On perd ici tout ce qui faisait le charme de cette magnifique saga (jusqu'au tome 3) et c'est vraiment dommage. Nora m'a tapé sur le système, Patch reste toujours aussi parfait mais est mis de côté, les personnages secondaires sont inutiles et certaines révélations sur eux sont complètement insensées. Les coups de théâtre mettent énormément de temps à arriver et ne parviennent pas à nous satisfaire. Bref, tout va de travers. Je regrette sincèrement certains choix de l'auteure et je suis peiné de voir à quel point la saga, si extraordinaire au départ, est devenue aussi peu prenante. Malgré tout, l'univers dans lequel nous sommes plongés (du moins dans les 2 premiers volets) est hyper palpitant et Patch (♥) est un héros dont tout le monde doit faire la connaissance. Néanmoins, FINALE est une lecture qui ne pas conquit du tout et une conclusion à la fois décevante et attristante à la saga HUSH, HUSH.


La Trilogie de braises et de ronces, tome 3
La Trilogie de braises et de ronces, tome 3
par Rae CARSON
Edition : Broché
Prix : EUR 18,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 « LE ROYAUME DES LARMES est un bon roman mais dont l’action est trop peu présente pour nous satisfaire entièrement. », 19 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie de braises et de ronces, tome 3 (Broché)
LE ROYAUME DES LARMES est un ultime opus prenant et très sympathique à lire, qui m’a tenu en haleine de la première à la dernière page. Malheureusement, si l’univers, les héros et la romance sont parvenus à rendre ma lecture hyper saisissante et vraiment palpitante, ce récit possède quelques défauts qui me laissent complètement mitigé. LE ROYAUME DES LARMES, c’est surtout et pratiquement exclusivement l’histoire d’un (long, très long) voyage, et je n’apprécie pas spécialement ce genre de livres. De plus, il n’y a que deux ou trois rebondissements majeurs qui viennent nous prendre aux tripes, sinon il n’y a pas grand-chose de réellement captivant. Malgré tout, j’ai dévoré ce roman en une journée, ce qui prouve bien que Rae Carson sait comment nous fasciner et nous éblouir grâce à ses mots et l’univers hyper rafraîchissant qu’elle a créé.
S’il y a bien un point sur lequel je n’ai absolument rien à redire, c’est celui concernant les personnages du roman. Tous, absolument tous, sont décrits de manière à ce qu’on ne peine pas une seule seconde à croire à leur profondeur, à leurs réactions et à leur humanité. Elisa est tellement parfaite, c’est juste de la folie. C’est typiquement le genre d’héroïnes que j’adore et qui manquent à la plupart de mes lectures. Elle est forte, déterminée, mature au plus haut point, courageuse, émouvante, attachante, adorable… Bref, elle est vraiment extraordinaire. Son évolution depuis le tome 1 est juste époustouflante. L’auteure a su lui conférer un caractère ultra réaliste : toutes ses émotions nous paraissent légitimes, tout est extrêmement logique et cohérent. Elisa prend son rôle de reine très au sérieux et on sent bien qu’elle est en train de changer : elle grandit, devient sûre d’elle et prend conscience des pouvoirs qu’elle possède. Voir Elisa devenir adulte m’a juste conquis du premier au dernier volet de cette trilogie. Rae Carson est parvenue à dépeindre une héroïne qui va sincèrement me manquer maintenant que la saga est achevée. Elisa est juste magnifique, ce n’est pas plus compliqué ça.
Côté protagonistes secondaires, c’est pratiquement la même chose. J’ai ADORÉ retrouver Belén, Mara, Storm (gros coup de cœur pour lui, d’ailleurs) et Hector. Nous découvrons également de nouveaux personnages (telle que Mula, notamment, que j’ai beaucoup apprécié) qui m’ont tous semblé importants et qui apportent quelque chose au récit. On sent bien que l’auteure maîtrise toutes les ficelles de son histoire. Tout est vraiment hyper cohérent, tout se recoupe. Les relations entre Mara, Belén, Hector, Storm et Mula m’ont juste coupé le souffle. J’ai succombé pour chacun de ces héros. J’ai ri, j’ai frissonné, j’ai paniqué avec eux et je me suis très fortement attaché au groupe qu’ils formaient. Le fait qu’Elisa soit autant entourée et que les personnages soient aussi différents les uns des autres m’a énormément plu. Sincèrement, il n’y a rien qui va de travers concernant les héros, et, ça, c’est juste génial ! LE ROYAUME DES LARMES nous permet d’ailleurs de nous concentrer un peu plus sur la relation Elisa/Hector, et je dois bien avouer que la romance entre deux-là m’a juste enchanté. Ils sont tellement mignons et respectueux l’un envers l’autre que j’ai eu du mal à ne pas être enivré par leurs échanges. De plus, ce roman nous permet de découvrir le point de vue d’Hector à plusieurs reprises, ce qui ne fait que rendre leur relation encore plus renversante. Leur duo apporte vraiment un énorme plus au récit. Si la plupart du temps les histoires d’amour tendent à s’épanouir trop rapidement, ici tout se fait logiquement, avec tendresse et patience. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect du livre.
Cependant, si j’ai été réellement conquis par les héros qui peuplent cette intrigue, j’ai été un peu déçu par les rebondissements et les explications (ou le manque d’explication, en fait) qui nous sont offertes dans LE ROYAUME DES LARMES. En effet, comme dit plus haut, j’ai surtout eu l’impression que c’était la description d’un long périple à travers plusieurs paysages et zones plus ou moins dangereuses à traverser, mais c’est tout. Il n’y a que deux ou trois gros retournements de situation qui sont intéressants, mais ça ne va pas plus loin. J’ai eu la sensation que l’auteure faisait durer son histoire au maximum en étirant le plus possible les moments entre chaque coup de théâtre. Sauf qu’à la longue, on s’ennuie un peu. Par ailleurs, les choses se résolvent un peu trop facilement, exactement comme je l’avais déjà ressenti en lisant le tome 2. Il n’y a pas de gros sacrifices ni d’énormes embûches. D’accord, il y a certains moments où la tension est quand même pas mal oppressante et, oui, il y a quelques morts un peu inattendues, mais je n’ai absolument pas été satisfait. J’aurais aimé avoir plus d’intensité de côté-là, plus de noirceur et que l’action soit présente de manière plus constante, en fait. En plus, Rae Carson nous livre certaines explications qui m’ont juste laissé sur les fesses, mais pas dans le bon sens. Il y a des détails sur la Pierre Sacrée d’Elisa qui m’ont semblé grotesques au possible. LE ROYAUME DES LARMES nous permet enfin de comprendre l’importance et la signification des pouvoirs de l’héroïne, et autant vous dire que l’ultime révélation sur ceux-ci m’a fait sourire tant elle est stupide. C’est sans queue ni tête, tout simplement. Surtout que ça manque de précisions et d’explications. Je suis énormément frustré, pour tout vous dire. J’ai l’impression qu’il manque une partie du récit. Il reste certains mystères à éclaircir alors qu’ils au cœur de la trilogie depuis le premier volet. C’est du grand n’importe quoi. Néanmoins, j’ai énormément apprécié l’univers dans lequel nous nous retrouvons immergés. Le monde mis en place par l’auteure a quelque chose d’hyper rafraîchissant et d’hyper passionnant. Malgré tout, si on a justement autant de temps pour le découvrir, c’est parce que Rae Carson nous en fait de nombreuses descriptions afin de faire durer son histoire. Donc bon, je suis complètement mitigé.
La conclusion du livre rattrape un peu le tout sans être explosive. Tout s’accélère un peu, il y a de nouvelles surprises (dont quelques-unes qui m’ont réellement fait paniquer) mais, une fois de plus, tout se termine bien trop facilement. C’est dommage, d’ailleurs. Je pense que j’aurais été bien plus touché si tout avait été plus approfondi concernant les rebondissements. Je suis peut-être un peu sadique, mais j’aurais aimé être confronté à un peu plus de douleur et de souffrance. Là, les enjeux ont beau être énormes, l’auteure résout le tout comme si de rien n’était. C’est bien trop simple à mon goût.
En résumé, LE ROYAUME DES LARMES est une lecture saisissante et hyper agréable, mais ça s’arrête là. Il n’y a pas de grandes révélations, ça manque d’explication, certains détails sont juste ahurissants de par leur inutilité et j’ai trouvé que la trame générale se résolvait avec beaucoup trop de simplicité. Cependant, l’univers de LA TRILOGIE BRAISES ET DE RONCES est toujours aussi obsédant et palpitant. Elisa, Hector, Mara, Storm, Belén et Mula nous en mettent plein la vue dans cette histoire, et on ne peut que craquer et se laisser séduire par leurs personnalités et tous les liens qui les unissent. En résumé, LE ROYAUME DES LARMES est un bon roman mais dont l’action est trop peu présente pour nous satisfaire entièrement. Cette saga s’avère quand même être extrêmement haletante et prenante et est une vraie bouffée d’air frais (avec ses défauts, certes) que je vous recommande de découvrir.


Endlessly
Endlessly
par Kiersten White
Edition : Relié
Prix : EUR 16,93

4.0 étoiles sur 5 « Un final juste magnifique et hyper palpitant qui m'a complètement séduit. », 16 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Endlessly (Relié)
Un final juste magnifique et hyper palpitant qui m'a complètement séduit.

ENDLESSLY est mon tome préféré de la trilogie. J'ai ri, j'ai eu les larmes aux yeux, j'ai frissonné, j'ai eu peur, j'ai eu le souffle coupé... On passe véritablement par toutes les palettes d'émotions possibles avec ce roman.

L'histoire est parfaitement maîtrisée : les rebondissements sont cohérents et HYPER saisissants, l'écriture et fluide et prenante, et les héros sont tellement, TELLEMENT, émouvants. Evie m'a profondément bouleversé. Ce troisième opus pousse tous les protagonistes dans leurs derniers retranchements, tout s'accélère, tout devient ultra intense. J'ai été conquis d'un bout à l'autre de l'histoire, ce n'est pas plus compliqué que ça.

La conclusion du livre est superbe : captivante, dévastatrice et éprouvante. On en voit de toutes les couleurs dans les 50 dernières pages, c'est juste de la folie.

PARANORMALCY est une très bonne trilogie que je vous recommande (très) chaudement si vous recherchez de la fraîcheur et de la nouveauté. Avec les trois récits qui la compose, on ne s'ennuie pas une seule seconde !


The Offering: A Pledge Novel
The Offering: A Pledge Novel
par Kimberly Derting
Edition : Relié
Prix : EUR 16,98

3.0 étoiles sur 5 Un bon final mais qui n'est pas spectaculaire., 13 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Offering: A Pledge Novel (Relié)
Un final où tout s'accélère, où on s'attache de plus en plus à tous les héros et où les sacrifices ne cessent de s'enchaîner. L'action est omniprésente d'un bout à l'autre du roman et l'ambiance est à la fois hyper lourde, hyper oppressante et hyper prenante.

La conclusion en elle-même est un peu facile mais je n'ai pas pu m'empêcher d'être captivé et vraiment pris par l'intrigue. Nous avons enfin toutes les réponses à nos questions, et l'épilogue m'a énormément plu !

Même si tout n'est pas parfait (l'héroïne prend encore beaucoup de décisions stupides et agit sans réfléchir, la romance est un peu trop mise de côté, les solutions se manifestent soudainement), une chose est sûre : Charlie, Max, Xander, Brooke, Angelina et Aron vont me manquer !

THE PLEDGE est une trilogie sympathique et agréable, loin d'être un coup de cœur ou époustouflante, mais qui se lit malgré tout toute seule et nous fait passer un bon moment ! :)


Le Dernier Royaume Acte II Le roi du sang
Le Dernier Royaume Acte II Le roi du sang
par Morgan Rhodes
Edition : Broché
Prix : EUR 15,95

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « LE ROI DU SANG est un opus encore meilleur et plus incroyable que son prédécesseur ! », 12 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Dernier Royaume Acte II Le roi du sang (Broché)
OH MY GOD OH MY GOD OH MY GOD ! LE ROI DU SANG, c’est juste une pure bombe. Si, si, je vous assure. Ma lecture m’a laissé complètement ébloui et fasciné une fois la dernière page refermée. Exactement comme avec le tome 1, LES CENDRES D’AURANOS, tout est mis en place pour que nous ayons le souffle coupé d’un bout à l’autre du roman. J’ai ri, j’ai eu les larmes aux yeux, j’ai été dévasté par certains évènements et j’ai eu le cœur juste pulvérisé devant tous les rebondissements plus fous et bouleversants qui ne cessent de s’entrechoquer dans cette histoire. De plus, retrouver Magnus, Cléo, Jonas, Lucia et toute la multitude de personnages secondaires qui parsèment ce roman a été un immense plaisir. LE ROI DU SANG est un second volet à la saga LE DERNIER ROYAUME à la fois époustouflant et dévastateur, qui m’a captivé et passionné du début à la fin, ce n’est pas plus compliqué que ça.
En entamant LE ROI DU SANG, je dois bien reconnaître que j’avais un peu oublié à quel point les quatre protagonistes principaux étaient profonds et touchants. Qu’il s’agisse de Jonas, Cléo, Lucia ou Magnus, chacun possède sa propre identité bien définie. On en adore certains et on prend un plaisir malsain à en détester d’autres, mais c’est TELLEMENT jouissif. Surtout qu’ici, Morgan Rhodes ne nous livre pas des héros tout blancs ou tout noirs, loin de là. Avec LE ROI DU SANG, les quatre héros nous livrent de nouvelles facettes de leur personnalité. Je suis resté tout simplement pantois devant le don de l’auteure pour dépeindre des personnages aussi réalistes. Ils sont profonds, imparfaits, mauvais, fragiles, capable d’élan de compassion, d’amour, de joie, alors qu’on pourrait les croire incapables de ressentir de telles choses. On croit sans aucune peine à leur colère, leur passion, leurs désirs de revanche ou leurs moments d’abandon. C’est simple : j’ai craqué pour chacun des quatre protagonistes. Par ailleurs, Morgan Rhodes entremêlent leurs vies et leurs destins avec brio et perfection. Tout est tellement logique dans cette série que ça en devient juste admirable. De plus, la foultitude de personnages secondaires est juste divinement bien menée. Alors qu’habituellement j’ai du mal à me repérer lorsqu’il y a trop de personnes dans une histoire, là tout est PARFAIT. Chaque personnalité possède un rôle bien défini qui la rend d’autant plus légitime au sein de l’intrigue. Tout est vraiment maîtrisé, rien n’est laissé au hasard. J’ai tellement adoré ça ! Ajoutez à cela une variation des points de vue qui m’a complètement envoûté et vous comprenez enfin pourquoi j’ai été séduit par cette histoire. Morgan Rhodes, en nous livrant son intrigue derrière les yeux d’une dizaine de personnages, nous permet de vivre l’aventure sous tous les angles possibles, ce qui la rend encore plus obsédante. Haaaaa, il y a trop de perfection dans ce roman ♥
Et encore, je n’ai pas encore abordé la question des retournements de situation ! HOULALALALALALA !!! J’ai été complètement anéanti, choqué, détruit, consumé, troublé, envoûté, achevé par l’abondance de rebondissements tous plus énormes et inattendus et époustouflants les uns que les autres qui me sont tombés dessus. L’auteure n’y va vraiment pas de main morte et n’épargne personne. Il y a énormément de morts, de batailles, de trahisons, de révélations, de secrets et de découvertes qui prennent place dans ce roman. A chaque fois, j’ai eu le souffle coupé par ce qui se passait. A CHAQUE FOIS. LE ROI DU SANG marque un tournant (déjà !) dans la saga. Entre les tensions qui implosent, les clans qui explosent, la guerre pour la magie qui fait rage et la conquête violente du pouvoir, tout, vraiment tout, nous passionne et nous prend aux tripes. On veut sans cesse en avoir plus, sans cesse repousser le moment où on devra poser le roman, sans cesse ralentir notre cadence pour ne pas terminer ce récit. Tout est tellement intense, ardent, palpitant… C’est limite dingue, sincèrement. Morgan Rhodes fait s’entrechoquer tant de personnages, de vies, de destinées, de routes et de coups de théâtre qu’on est comme intoxiqués par l’ambiance terriblement enivrante de cette histoire. C’est formidable, c’est fabuleux, c’est renversant.
Jusqu’à la conclusion du roman, LE ROI DU SANG nous émerveille. Les choses s’accélèrent, les morts se multiplient, les sacrifices deviennent de plus en plus ardus et nos sentiments font de véritables montagnes russes. On pleure, on panique, on reprend notre souffle et c’est reparti. Cléo, Jonas, Magnus et Lucia nous offrent une final ULTRA prometteur pour la suite. JE VEUX LE TOME 3 MAINTENANT ! La fin du roman est parfaite, à la fois ouverte et horriblement saisissante. On en redemande, on en veut encore plus et on veut retourner dans cet univers à la fois ravageur et enchanteur qui nous en a fait voir de toutes les couleurs. Ouaw, quoi ♥
En résumé, LE ROI DU SANG est un opus encore meilleur et plus incroyable que son prédécesseur (que j’avais déjà énormément aimé). Morgan Rhodes va plus loin à tous les niveaux : ses héros sont renversants et bouleversants, les retournements de situation sont justes perturbateurs au possible et elle maîtrise sa plume et son récit à merveille. Ce roman nous achève et nous ensorcelle et c’est tellement, TELLEMENT, génial. Une chose est désormais sûre : la saga LE DERNIER ROYAUME est à surveiller de très (très) près et est en train de s’ajouter à ma liste de séries dont il ne faut absolument pas passer à côté !


The Essence: A Pledge Novel
The Essence: A Pledge Novel
par Kimberly Derting
Edition : Relié
Prix : EUR 16,00

3.0 étoiles sur 5 Un second tome prenant mais possédant quelques bémols., 7 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Essence: A Pledge Novel (Relié)
Une suite intrigante et vraiment haletante, dans laquelle les rebondissements s'enchaînent sans cesse. Il y a toujours un retournement de situation qui nous tombe dessus et qui nous empêche de poser le roman. J'ai beaucoup aimé retrouver l'univers si particulier et vraiment prenant qu'a créé Kimberly Derting.

Malgré tout, je ne me suis pas plus attaché que ça à Charlie, et j'ai trouvé que certains personnages secondaires très importants (et que j'avais beaucoup aimé dans le tome 1) étaient trop mis de côté.

La fin est hyper saisissante, tout s'accélère, et j'ai terriblement envie de connaître le dernier mot de cette trilogie !


Supernaturally
Supernaturally
par Kiersten White
Edition : Relié
Prix : EUR 17,45

3.0 étoiles sur 5 Un deuxième opus moins convaincant., 6 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Supernaturally (Relié)
Un second tome plutôt prenant mais Evie m'a tapé sur le système plusieurs fois.
La plume de l'auteure est toujours aussi fluide et agréable à découvrir, puis les nombreuses touches d'humour sont vraiment distillées là où il faut.
Il n'y a pas de gros rebondissements, on se concentre surtout sur les sentiments de l’héroïne et sur ses problèmes (dont la plupart n'ont malheureusement pas lieu d'être, ce qui retire beaucoup de charme à Evie).

La fin rattrape un peu le tout de ce côté-là, étant donné qu'il y a un énorme coup de théâtre que je n'avais absolument pas vu venir. Mention spéciale pour la toute page où l'échange entre Lend et Evie m'a carrément donné des frissons ♥

J'ai hâte de retrouver leur couple et l'univers toujours aussi intrigant qu'a créé Kiersten White, malgré tous les bémols qui y sont parsemés.


Enshadowed: A Nevermore Book
Enshadowed: A Nevermore Book
par Kelly Creagh
Edition : Relié
Prix : EUR 16,93

4.0 étoiles sur 5 « C'est officiel : je suis fan de la trilogie NEVERMORE. », 6 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Enshadowed: A Nevermore Book (Relié)
Haaaaaaaaaaa ! C'est officiel : je suis fan de la trilogie NEVERMORE.

Le premier tome m'avait énormément plu, j'avais adoré les personnages, l'ambiance, l'écriture de l'auteure... Tout, absolument tout, m'avait charmé. J'avais un peu peur d'être déçu par ENSHADOWED, sauf que j'ai ressenti EXACTEMENT les mêmes émotions que lors de ma lecture du premier volet.

Tout est obsédant avec cette intrigue : l'ambiance est noire et prenante au possible, Isobel est touchante et adorable, Gwen est hilarante et ultra attachante, puis toutes les références à Poe et la plume de Kelly Creagh nous coupent le souffle. J'ai juste été enchanté, transporté et captivé de la première à la dernière page du livre.
La fin me laisse complètement haletant. Genre, vraiment. Je me la repasse en boucle tant elle est horriblement ouverte. Je veux la suiiiiiiiiiiiiiite ! OBLIVION ne pourra jamais arriver assez vite dans ma PAL pour calmer mon impatience.

Une saga que je recommande ultra chaudement pour le moment et dont j'espère que l'ultime opus me confortera dans l'idée que cette trilogie est à surveiller de très très près !

NEVERMORE ♥ ENSHADOWED ♥


10. La Maison de la Nuit : Cachée
10. La Maison de la Nuit : Cachée
par Kristin CAST
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 « CACHÉE est un opus très moyen, qui résonne comme un essoufflement dans la saga LA MAISON DE LA NUIT », 23 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 10. La Maison de la Nuit : Cachée (Broché)
CACHÉE, le dixième tome de la saga LA MAISON DE LA NUIT, s’avère être un opus vraiment moyen qui me conforte un peu dans l’idée qu’il est temps que cette saga touche à sa fin. C’est un roman qui n’apporte, à l’instar du tome 9, pas grand-chose à la trame générale de la série. Les retournements de situation sont loin d’être époustouflants, le rythme n’est plus aussi saisissant et palpitant qu’avant et les personnages m’ont semblé immatures au possible. Je ne sais pas si ce ressenti vient du récit ou du fait que je sois devenu de plus en plus difficile à séduire en matière de lectures mais, dans tous les cas, je reste vraiment déçu par cette histoire.
L’intrigue reprend là où DESTINÉE nous a laissé. Moi qui avais déjà été frustré par ce neuvième opus, j’avais bon espoir de voir CACHÉE rehausser le niveau. Malheureusement, ce n’est absolument pas ce qui s’est produit. Tous les volets précédents m’avaient habitué à être plein de surprises et de révélations inattendues. Il y avait toujours un évènement qui était là pour nous maintenir en haleine et nous donner envie de tourner les pages du livre. Avec CACHÉE, c’est l’opposé qui se produit. Il n’y a qu’un « gros » rebondissement qui va s’étaler sur 380 pages alors qu’il n’apporte rien DU TOUT au fil conducteur général de la saga. A la rigueur s’il était vraiment décisif pour l’intrigue et qu’il marquait un tournant, mon ressenti aurait pu être tout autre, mais non. En fait, j’ai eu l’impression que les auteures tentaient simplement de faire durer leur histoire un maximum, coûte que coûte. Ainsi, nous avons le droit à des pseudos coups de théâtre hyper importants qui sont, en vérité, complètement inutiles. C’est affreusement agaçant, sincèrement.
Côté personnages, ce n’est guère mieux. Même si j’ai souri à de nombreuses reprises et que ce fût tout de même un plaisir de retrouver tous les protagonistes qui peuplent cette saga, ils m’ont semblé idiots et crédules au possible. En comparaison avec les premiers volets, j’ai eu l’impression qu’on avait fait marche arrière, voire même que leurs caractères et leur maturité avaient digressés. Ils sont là à s’apitoyer sur leur sort, à se ressaisir subitement, à se poser des questions qui n’ont même pas lieu d’exister… Bref, j’ai vraiment eu beaucoup de mal à me rattacher à eux, en fait. C’est hyper frustrant vu que j’ai connu une période où je les adorais tous. Par ailleurs, ils résolvent les problèmes les plus énormes bien trop rapidement. L’intrigue de CACHÉE se dénoue un peu comme par enchantement, ou comme si les auteures avaient voulu terminer leur roman rapidement, sans se soucier de la logique de leur histoire. A contrario, il reste bien une piste qui m’intrigue beaucoup : celle d’Aurox et de ce qui va advenir de lui. A part ce personnage un minimum intéressant et toujours bien décrit, je n’ai pas été charmé par beaucoup d’autres choses, en fait.
En résumé, CACHÉE est un opus très moyen, qui résonne comme un essoufflement dans la saga LA MAISON DE LA NUIT. Entre la trame générale de ce tome qui s’avère être, dans le fond, sans queue ni tête et qui n’apporte strictement rien à l’intrigue globale de la série et les héros qui semblent être infantilisés, tout part un peu de travers. J’espère de tout mon cœur que les deux derniers opus vont nous permettre de revenir aux bases de la saga et qu’ils seront plus logiques et légitimes que ce dixième volet. CACHÉE est donc une lecture décevante et frustrante qui, à mes yeux, n’apporte rien à la saga.


Les Vivants, tome 1
Les Vivants, tome 1
par Matt DE LA PENA
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « LES VIVANTS nous coupe le souffle, nous oppresse et nous serre le cœur et l'estomac, mais on en redemande. », 17 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Vivants, tome 1 (Broché)
LES VIVANTS est un pur concentré d'action et de suspense. Ce n'est pas compliqué : de la première à la dernière page, j'ai eu le souffle coupé. Matt de la Peña nous livre avec brio un récit apocalyptique et saisissant qui nous prend réellement aux tripes. Tout est mis en place pour conférer au roman un rythme haletant et palpitant dans lequel nous nous laissons emportés sans nous en apercevoir. En écrivant ma chronique, je me rends-compte que je n'ai qu'une envie : dévorer la suite sur-le-champ. L'auteur emprunte tellement de voies ULTRA intrigantes et hyper addictives qu'on veut toujours en savoir plus. Si j'ai eu du mal à être touché par le personnage principal et à m'attacher à lui, tout le reste m'a entièrement satisfait. LES VIVANTS est une lecture époustouflante et grandiose qui m'a complètement renversé.
Comme dit à l'instant, le seul bémol que j'ai trouvé au roman est le manque d'éléments nous permettant de réellement nous lier au héros, Shy. En effet, la narration à la troisième personne du singulier n'aide déjà pas vraiment mais, en plus, l'auteur ne fait pas grand-chose pour qu'on puisse totalement s'imprégner de la personnalité de son protagoniste principal. Shy reste malgré tout touchant et humain, mais j'ai eu l'impression qu'il y avait une espèce de mur entre nous. On ne fait « que » découvrir son histoire, on ne l'expérimente pas vraiment. En temps normal, j'aurais trouvé cela extrêmement frustrant et un poil énervant, mais comme Matt de la Peña en fait vraiment voir de toutes les couleurs à Shy et qu'il n'y va pas de main morte avec lui, je lui pardonne en partie cette erreur. En dehors de Shy, Carmen et Addie, les principaux personnages secondaires du roman, m'ont beaucoup plu. Je ne saurais pas vraiment vous expliquer pourquoi mais les caractères diamétralement opposés de ces deux jeunes femmes m'ont entièrement satisfait. Je n'ai pas peiné une seule seconde à croire à leurs faiblesses ou à leurs réactions. Du coup, je me dis qu'il y a juste deux ou trois choses à revoir avec le personnage de Shy pour enfin pouvoir m'identifier à lui et à son ressenti.
Venons-en maintenant aux rebondissements. OH. MY. GOD. LES VIVANTS, c'est juste une bombe. Je vous assure. Les retournements de situation sont juste ÉNORMES et s'enchaînent à une vitesse folle. A peine avons-nous eu le temps de nous remettre d'un choc qu'une autre surprise nous tombe dessus et nous coupe le souffle. C'est juste magistral. Les 150 premières pages sont un peu plus molles que tout le reste du roman et, pourtant, cette lenteur ne m'a absolument pas gêné. Au contraire, l'auteur en profite pour semer quelques indices ici et là qui nous permettent déjà de devenir accros à notre lecture. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, LES VIVANTS n'est pas qu'une histoire de survie en milieu hostile, loin de là. Dans la première partie du récit, Matt de la Peña intègre une certaine noirceur et un immense suspense à son histoire. Il y a tellement de choses étranges et mystérieuses qui nous interpellent qu'on en devient presque oppressés. Tout, absolument tout, m'a conquis à ce niveau-là. On ne peut s'empêcher de se torturer l'esprit et d'échafauder des dizaines de théories sur ce qui va advenir de notre héros. Haaaaaa, c'était TELLEMENT bon d'être perdu et de ne pouvoir se raccrocher à rien !
La seconde partie du livre est, elle aussi, terriblement dévastatrice. LES VIVANTS mêle brillamment thriller, catastrophes naturelles et histoire de survie. Purée, qu'est-ce que j'ai pu être fasciné et bouleversé par tous les coups de théâtre présents dans le roman ! Je vous assure que j'ai vécu une bonne vingtaine de fois l'ascenseur émotionnel. A l'instant où on pense enfin pouvoir reprendre notre souffle, tout est de nouveau bousculé. Tout s'entrechoque, tout est remis en question. Il y a tant d'excellentes idées qui s'entremêlent dans ce récit que j'en reste encore ébloui après l'avoir renfermé. Matt de la Peña maîtrise réellement sa trame générale à la perfection. Petit à petit, les pièces du puzzle s'assemblent, tout s'accélère, et on reste tout simplement bouche bée.
La conclusion du roman reste dans la même veine : de nouvelles questions nous explosent à la figure tandis que les réponses qui nous sont offertes nous consument et nous laissent médusés. J'en veux encore. Vraiment. J'ai l'impression que je vais être incapable d'attendre la parution du second volet. Par ailleurs, les ultimes pages débordent de rebondissements juste hyper impressionnants et hyper frappants qui nous perturbent et nous déconcertent complètement. Je veux la suite !!!
En résumé, LES VIVANTS est un roman intense et palpitant. Même si j'ai eu du mal à m'attacher à Shy, tous les autres éléments qui gravitent autour de l'intrigue permettent d'estomper ce bémol. Carmen et Addie sont très émouvantes, et j'ai beaucoup aimé le trio que forment ces trois protagonistes. Si la première partie du récit peut sembler durer en longueur, j'ai trouvé qu'elle était vraiment nécessaire et absolument pas gênante. La grande force de cette histoire réside dans tous les retournements de situation qu'elle possède et qui sont tout simplement parfaits. LES VIVANTS nous coupe le souffle, nous oppresse et nous serre le cœur et l'estomac, mais on en redemande. Il me tarde désormais terriblement de découvrir la suite de cette intrigue captivante qui, je l'espère, s'avérera être aussi époustouflante et percutante que ce premier opus.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20