undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Jordan (Wandering-World) > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jordan (Wander...
Classement des meilleurs critiques: 688
Votes utiles : 969

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jordan (Wandering-World)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La Sélection, Tome 5 : La Couronne
La Sélection, Tome 5 : La Couronne
par Kiera CASS
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Une lecture pleine de douceur et d'émotions qui conclut avec brio et finesse une série enchanteresse. », 25 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection, Tome 5 : La Couronne (Broché)
LA COURONNE est un ultime tome à la série LA SÉLECTION à la fois hyper rafraîchissant et extrêmement touchant. Kiera Cass nous livre ici une véritable déclaration d'amour à l'amour lui-même. On sent bien que ce dernier opus est présent pour répondre aux quelques questions encore en suspens suite à notre lecture du tome 4 mais également qu'il marque la fin d'une ère. L'auteure tourne complètement la page et ça se sent. En refermant le roman, j'étais entièrement satisfait. La boucle LA SÉLECTION est totalement bouclée. Il ne reste plus rien à explorer, tout est clair et net et on sort de notre lecture avec un sentiment de plénitude ultra agréable à ressentir.

Indéniablement, la force maîtresse de cette histoire n'est autre que son héroïne, Eadlyn. Eadlyn est un personnage haut en couleur que j'ai adoré retrouver. Elle est aussi têtue et déterminée qu'elle est drôle et attachante. C'est une femme de caractère qui sait faire preuve d'énormément de maturité et de réflexion. On sent bien qu'elle veut tout faire pour rester fidèle à la fois à ses principes mais également à ses sentiments. Son déchirement devient rapidement le nôtre et on a constamment envie de rassurer cette princesse tiraillée entre son devoir et son cœur. Eadlyn est indubitablement une héroïne pleine de failles et profondément touchante dans son humanité. Par ailleurs – et c'est précisément là que Kiera Cass est très forte – on la voit évoluer et énormément changer en l'espace de seulement 330 pages. La Eadlyn du début du roman n'est plus exactement la même que celle que nous quittons en terminant cette histoire et j'ai trouvé cela absolument incroyable. Sa transformation se fait de manière extrêmement habile. Les décisions qu'elle prend vont faire d'elle un tout nouveau personnage et j'ai adoré ça. Son humour, sa force et son discernement vont énormément me manquer.

Concernant la Sélection d'Eadlyn, je dois bien avouer que ne trouve rien à redire. Tout se déroule logiquement et sans véritable accroc. L'histoire s'avère finalement être très prenante et même captivante étant donné que j'ai dévoré LA COURONNE en une journée à peine. Les mots coulent, les évènements s'enchaînent et les pages se tournent sans que nous ne nous en apercevions vraiment. L'écriture de Kiera Cass est vraiment douce et va d'elle-même. On se laisse glisser d'un bout à l'autre du roman naturellement et c'est un vrai bonheur. De plus, tous les protagonistes masculins au cœur de la Sélection sont dépeints avec beaucoup d'épaisseur et d'intensité. Ils possèdent tous une vraie personnalité et leur présence au sein du récit est constamment justifiée. Je me suis senti proche de chacun d'entre eux et, tout comme Eadlyn, j'étais continuellement tiraillé à l'idée de devoir choisir quels prétendants évincer et lequel garder. Par ailleurs, l'auteure n'oublie pas de nous permettre de retrouver les héros de la première trilogie LA SÉLECTION. Les quelques instants passés en compagnie d'America, Maxon et Aspen résonnent comme une véritable bulle d'oxygène. Ce trio va terriblement me manquer, tout comme leurs descendants et leurs aventures.

Comme précisé plus haut, LA COURONNE sonne, à mes yeux, comme une ode à l'amour et à la vie. Kiera Cass distille ici et là d'importantes leçons et d'importants messages qui apparaissent alors comme la visée fondamentale de cette histoire. Ce cinquième roman m'a semblé être présent pour rappeler à ses lecteurs l'importance d'aimer et d'être aimé. C'est, véritablement, une déclaration d'amour à l'amour, à la passion, au bonheur de l'instant présent et à la présence de l'autre. J'ai trouvé cette lecture plus analytique extrêmement bouleversante et très intelligente et brave de la part de l'auteure. Je cherche peut-être à lire entre les lignes et je vois peut-être (sûrement) des choses qui n'ont pas lieu d'être, mais ce qui émane de cette sous-lecture me convient. LA COURONNE est une histoire toute mignonne et qui met du baume au cœur et, ça, ça fait du bien.

En résumé, LA COURONNE est un roman que j'ai beaucoup, beaucoup apprécié. C'est un dernier tome fascinant et envoûtant qu'on a énormément de peine à refermer et qui possède des héros dignes de ce nom. Eadlyn m'a complètement conquis et je la quitte – ainsi que sa famille et ses prétendants – le sourire aux lèvres et la larme au coin de l'œil. La saga LA SÉLECTION a le mérite de m'avoir fait voyager et rêver pendant des années tout en restant très légère et ultra divertissante. Il me tarde désormais de retrouver Kiera Cass et ses prochaines histoires. Une lecture pleine de douceur et d'émotions qui conclut avec brio et finesse une série enchanteresse.


Daylighters
Daylighters
par Rachel Caine
Edition : Broché
Prix : EUR 7,76

5.0 étoiles sur 5 « Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis triste de quitter l'univers de cette inoubliable série. », 23 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daylighters (Broché)
Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis triste de quitter l'univers de cette fabuleuse et inoubliable série. Ce dernier opus est absolument parfait : rien n'est laissé au hasard, tout est réglé et les héros sont plus touchants et renversants que jamais. Une conclusion épique et dévastatrice qui correspond parfaitement à l'ambiance de la saga. Depuis que j'ai atteint la dernière ligne du roman, je suis en deuil. Je suis tombé profondément amoureux de Claire, Shane, Eve, Michael et tous les autres héros de cette histoire ainsi que de Morganville au fil de ces dernières années et leur faire mes adieux est un véritable crève-cœur. Ce fut un honneur de les rencontrer et je remercie infiniment Rachel Caine d'avoir eu l'audace et le génie d'écrire 15 tomes absolument époustouflants. ♥


Immaculée
Immaculée
par Katelyn DETWEILER
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 « J'ai trouvé ce livre absurde, ses personnages vides d'émotions et son atmosphère extrêmement lente et répétitive. », 31 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Immaculée (Broché)
IMMACULÉE est un roman avec lequel je n’ai pas du tout accroché. J’aurais aimé aimer. J’avais envie d’aimer. L’histoire et le résumé semblaient hyper intéressants et j’avais l’impression qu’il y avait un vrai potentiel derrière cette idée hyper originale et inventive de l’auteure. Eh bien, non. Absolument pas, même. Au contraire : j’ai trouvé ce récit à peine (si pas du tout) crédible et je ne me suis pas attaché une seule seconde aux personnages principaux (et encore moins à l’héroïne). Du début à la fin, IMMACULÉE m’a fait lever les yeux au ciel et m’est apparu comme totalement tiré par les cheveux. Nous n’avons absolument aucune réponse à nos questions, cette histoire ne semble n’avoir aucun sens et le récit est peuplé de longueurs et de répétitions. En résumé, je n’ai pas été convaincu.

Dès les premiers chapitres, j’ai senti que ça n’allait pas coller : Mina accepte sa situation beaucoup trop facilement et sans se poser aucune question (d’accord, quelques-unes mais elles disparaissent aussi rapidement qu’elles se sont manifestées). Je ne me suis pas du tout identifié à elle ou à ce qu’elle pouvait ressentir tant elle est en pouvoir de tout changer et de prendre des décisions par elle-même mais qu’elle choisit, à la place, de souffrir et de s’en plaindre ensuite, comme si elle n’assumait aucun de ses actes. J’ai également eu beaucoup de mal à saisir comment une adolescente de son âge pouvait laisser les évènements évoluer tout en restant calme et pratiquement pas affolée. C’est comme si tout était normal pour Mina. D’accord, elle est assez confuse et désespérée par moments, mais j’ai eu l’impression que l’auteure se sentait obligée d’incorporer de tels moments de chagrin parce qu’il le FALLAIT et non pour nous livrer une histoire un minimum crédible. Vraiment. J’ai eu la sensation que tout était faux et que Mina avait fait son choix depuis le début pour ensuite s’en plaindre. Enfin bref, elle m’a vraiment tapé sur les nerfs.

Côté personnages secondaires, ce n’est guère mieux. Tous les amis de Mina ont des avis tranchés qui sont soit trop mielleux pour paraître logiques soit trop radicaux pour qu’ils ne m’agacent pas. Il en va de même avec sa famille, d’ailleurs. Sincèrement, j’ai été vraiment déçu et très en colère à cause des protagonistes de cette histoire. Aucun ne m’a semblé un minimum humain et touchant. Ils ne servent qu’à représenter une suite de points de vue divergents un peu trop extrêmes à mon goût. Katelyn Detweiler dépeint, ici, des héros qui n’en sont pas vraiment. Ils ne servent qu’à transmettre tel ou tel opinion sur un sujet improbable afin d’exposer ce que serait la palette d’avis si la situation était réelle. J’ai vraiment ressenti cela au cours de ma lecture et j’en garde un goût légèrement amer dans la bouche.

IMMACULÉE est un roman assez lent. Pas de fantastique, de science-fiction ou d’évènements destructeurs ne se manifestent – chose assez logique, me direz-vous. Néanmoins, l’histoire avance vraiment à un rythme paresseux. Il y a de nombreuses répétitions concernant les émotions de Mina, ses envies ou ses craintes. Alors, oui, on la suit au cours de sa grossesse, mais j’aurais aimé être confronté à plusieurs vagues de sentiments différents plutôt qu’à une suite de blocs se ressemblant tous qui ne font que s’emboîter les uns à la suite des autres dans le récit. Certains coups de théâtre sont assez prévisibles et d’autres sont trop inconcevables pour être pris au sérieux. Je n’ai peut-être pas été sensible à l’idéal miraculeux de l’auteure et à son envie de nous faire croire à une manifestation divine dont le but est de transmettre de l’espoir au monde entier, remarquez. Le truc, c’est qu’habituellement je me laisse totalement éblouir et prendre aux tripes par l’incroyable et le renversant. Ici, tout m’a semblé insensé et vide de conviction en plus de manquer d’énergie.

Ce sentiment ne m’a pas quitté jusqu’à la conclusion du roman qui – ô surprise – nous laisse avec encore plus de questions dans la tête qu’avant notre lecture. De plus, les ultimes rebondissements m’ont paru beaucoup trop gros et disproportionnés par rapport au sujet abordé. J’ai trouvé cela tellement illogique, déstabilisant et déraisonnable que j’en reste encore complètement abasourdi. L’auteure est partie un peu loin à mon goût et son histoire me restera sûrement en tête quelques temps – mais pas pour les bonnes raisons.

En résumé, IMMACULÉE est (très) loin d’être un coup de cœur. J’ai trouvé ce livre absurde, ses personnages vides d’émotions et son atmosphère extrêmement lente et répétitive. Aucun évènement n’est captivant, aucun héros n’est vraiment là pour exister sans exprimer un avis soit doucereux soit tyrannique et on ressort de cette histoire pleins d’interrogations en tête. Une suite est prévue et je serais curieux de la découvrir juste pour voir si Katelyn Detweiler compte s’en tirer sans nous offrir un minimum d’explications sur la grossesse de Mina et les conséquences de celle-ci. Néanmoins, je pourrais me contenter de m’en tenir là étant donné que j’ai trouvé toute cette histoire incohérente et les protagonistes irritants. Une lecture à laquelle je n’ai pas adhéré et qui, je l’espère, vous comblera et vous convaincra beaucoup plus que moi.


Nil
Nil
par Lynne MATSON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Extatique, explosif et excitant, NIL est un véritable coup de foudre. », 13 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nil (Broché)
Extatique, explosif et excitant, NIL est un véritable coup de foudre. Dévoré en à peine une journée, ce roman m'a complètement transporté et m'a totalement pris aux tripes. Une fois lancés dans le récit, impossible pour nous d'en ressortir et de trouver le courage de reposer le roman. À mi-chemin entre Le Labyrinthe et Lost, NIL est une lecture haletante, saisissante et époustouflante qui possède un rythme à couper le souffle. Tout s'enchaîne avec une rapidité éblouissante et les nombreux rebondissements auxquels nous nous retrouvons confrontés sont absolument renversants. Les héros sont hyper touchants et leur détermination m'a énormément plu. Même si la romance entre Thad et Charley voit le jour beaucoup trop rapidement pour être crédible et qu'il reste des tonnes de questions sans réponse, je ressors de ma lecture complètement conquis et des étoiles plein les yeux. C'est assez étonnant, d'ailleurs, pour moi qui aime tout savoir une fois le livre refermé. Néanmoins, Lynne Matson est parvenue à créer un univers tellement passionnant et sidérant qu'il en arrive à gommer tous les (petits) points noirs que je peux trouver au roman et, ça, c'est tout simplement incroyable.

Dès les toutes premières pages – les tous premiers paragraphes, même – l'auteure nous entraîne avec elle au cœur d'un univers fantastique et ultra palpitant. Du début à la fin du livre, aucune seconde de répit ne nous est accordée. À partir du moment où nous rencontrons Charley et Thad – grâce aux chapitres alternant leurs deux points de vue – l'aventure commence et démarre sur les chapeaux de roue. Plus le fil conducteur se délie et plus ils nous apparaissent comme des protagonistes ultra touchants et irrémédiablement adorables. Je me suis énormément attaché à eux, aussi bien lorsqu'ils étaient seuls que lorsqu'ils formaient un duo. Charley et Thad possèdent de nombreuses qualités et failles hyper émouvantes qui les rendent à la fois humains et irrésistibles. On les sent tout aussi perdus et à la recherche de réponses que nous et cela nous permet de nous sentir extrêmement proches d'eux. Ils sont comme nous, à l'affût du moindre indice et tout aussi apeurés et, en même temps, galvanisés par l'élucidation des mystères de l'île de Nil. Les autres personnages qui peuplent cette histoire sont tout aussi sympathiques et agréables à suivre que nos deux héros. Ils en voient tous d'absolument toutes les couleurs et ne peut rien faire d'autre à part vouloir les prendre dans nos bras et les encourager à ne pas perdre espoir. Lynne Matson est véritablement parvenue à créer des protagonistes convaincants.

Cependant, et c'est là l'un des seuls défauts de NIL, j'ai trouvé que la romance entre Thad et Charley s'épanouissait bien trop rapidement pour qu'on puisse y croire. C'est beaucoup trop instantané, beaucoup trop attendu et – surtout – beaucoup trop niais pour qu'on puisse s'en contenter. Heureusement que cette histoire d'amour n'occupe pas une place centrale dans le récit, sinon je pense que j'aurais été déçu de ma lecture. En effet, l'auteure a eu la bonne idée de placer les sentiments amoureux des héros au second-plan et, ainsi, cet amour immédiat m'a semblé moins dérangeant.

La clé de voute de NIL est, sans l'ombre d'un doute, son ambiance mystérieuse qui tire ses origines dans les nombreux coups de théâtre qui s'entremêlent au sein du récit. En effet, NIL, c'est tout simplement 460 pages de pure surprise. Je n'avais pas lu de romans aussi perturbants, frappants et enivrants depuis des mois. Le rythme de cette histoire est effréné, démesuré et ahurissant et, évidemment, c'est tellement, tellement enivrant. Plus on progresse et plus les secrets s'épaississent, élément que j'ai trouvé extrêmement utile et addictif. On veut toujours en savoir plus, aller plus loin et percer les mystères de cette île qui semble n'exister nulle part. Il y a des révélations explosives, des morts inattendues, des retournements de situation grandioses et des évènements à couper le souffle. Tous ces ingrédients forment un cocktail volcanique et déchaîné qui m'a incontestablement hypnotisé.

Néanmoins, comme dit plus haut, Lynne Matson laisse la plupart de nos interrogations sans aucune réponse. Étrangement, ce n'est pas plus gênant que cela. En effet, on comprend finalement que le but de cette histoire ne réside pas nécessairement dans ses explications mais dans le fait de la vivre et d'être totalement absorbés par celle-ci. Je n'avais jamais vraiment expérimenté une telle sensation et je dois avouer en être le premier surpris. De plus, j'ai appris que la suite de cette histoire possédait énormément d'explications, information qui m'a ravi. Je pense que ce premier opus est vraiment là pour poser les bases et mettre toute l'énigme en place afin de nous en exposer les éclaircissements plus tard. En résumé, même si le flou reste pratiquement total, j'ai été captivé par cette intrigue d'un bout à l'autre. La conclusion est, elle aussi, vraiment satisfaisante. Ce premier volet peut se lire comme un roman unique, finalement, et j'ai trouvé cela tellement agréable. Nous avons une vraie fin malgré les révélations manquantes et j'applaudis Lynne Matson pour ce coup de maître.

NIL est donc un coup de foudre, une lecture intense et palpitante que j'ai énormément et profondément appréciée. Les personnages sont solides et crédibles, la romance – bien que bancale – est heureusement relayée au second-plan et les rebondissements sont tous plus époustouflants et remarquables les uns que les autres. L'atmosphère de ce récit est indiscutablement hyper intéressante et excitante. NIL est, pour le moment, un des meilleurs livres que j'ai pu lire cette année. Un roman électrisant et jubilatoire que je vous recommande de découvrir sans plus attendre.


Les proies - Les vivants Tome 2
Les proies - Les vivants Tome 2
par Matt DE LA PENA
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

4.0 étoiles sur 5 « Un roman saisissant et bouleversant malgré une fin décevante à mes yeux. », 9 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les proies - Les vivants Tome 2 (Broché)
LES PROIES est une excellente suite au roman LES VIVANTS. J'ai pris un énorme plaisir à voir Shy, Carmen, Marcus et Cireur évoluer dans un environnement hyper hostile à la fois ultra oppressant et terriblement saisissant. Le rythme de cet opus est encore plus haletant et palpitant que celui de son prédécesseur, chose qui me paraissait tout simplement impossible. L'auteur nous livre ici de nombreuses révélations et retournements de situation qui confèrent à l'histoire une ambiance bien particulière et extrêmement addictive. Je me suis surpris à dévorer 300 pages de cette histoire d'une traite sans m'en apercevoir tant j'avais été happé par les mots et l'imagination de Matt de la Peña. Néanmoins, si j'ai apprécié la majeure partie de l'histoire, la conclusion reste un énorme point d'interrogation à mes yeux. Je suis hyper confus et je reste sur ma faim. Si LES PROIES est officiellement le dernier tome de la série, alors ma déception n'en est que plus grande. A l'inverse, si une suite est annoncée, mon jugement sur les dernières pages est à prendre avec des pincettes. Je suis donc divisé concernant les ultimes chapitres alors que tout le reste du récit m'a absolument transporté.

Je n'avais qu'une idée en tête depuis que j'avais terminé LES VIVANTS : pouvoir mettre la main sur le tome 2 et découvrir la suite des aventures de Shy. Au cœur de ce monde post-catastrophe, la petite bande avec laquelle nous avions précédemment fait connaissance se retrouve livrée à elle-même et fait l'objet de diverses agressions. On sent bien que, cette fois, les enjeux sont encore plus élevés et que les risques à prendre se paieront très chers. Cependant, Shy, Carmen, Marcus et Cireur ne se laissent pas abattre et font preuve d'un courage à toute épreuve qui m'a absolument fasciné. Les héros sont époustouflants et extrêmement touchants. On les sent à la fois déterminés, braves et solides mais également sur le point de s'effondrer et de se briser. Il y a quelque chose d'énormément bouleversant dans cette dualité qui émane de chacun d'entre eux. J'ai vraiment passé un merveilleux moment à leurs côtés.

De plus, Matt de la Peña leur en fait voir d'absolument toutes les couleurs de par les multiples retournements de situation qui prennent place au cours de cette histoire. En effet, si le tempo était déjà rapide et déchaîné à la fin du premier opus, ici il en devient pratiquement insoutenable. LES PROIES nous rappelle bien que l'auteur ne se focalise pas seulement sur l'aspect chaotique du monde et l'impact du tremblement sur les États-Unis mais également sur tout un tas d'autres plans. A l'aspect catastrophique du phénomène naturel s'ajoute le côté course-poursuite mortelle que nous avions déjà expérimenté lors de notre lecture du premier volet. En effet, Shy et ses amis se retrouvent confrontés à de nombreux dilemmes et situations dangereuses à cause de leurs connaissances. Leur survie ne tient véritablement qu'à un fil et on sent bien la pression aller crescendo de la première à la dernière page. Les chapitres – très courts – s'enchaînent brillamment et rendent notre lecture hyper effrénée. On veut toujours en savoir plus et découvrir comment Shy, Carmen, Marcus et Cireur vont s'en sortir. Les coups de théâtre sont si nombreux et inquiétants qu'on se retient sans cesse de respirer. LES PROIES possède véritablement un caractère anxiogène qui m'a énormément plu. J'avais toujours envie d'aller plus loin, d'avoir plus de réponses et de connaître – finalement – le dénouement de cette intrigue totalement inédite et captivante.

La conclusion, justement, comme je le disais plus haut, me laisse, elle, un drôle de goût dans la bouche. Tout d'abord, je la trouve beaucoup trop rapide. Elle nous tombe dessus comme un cheveu sur la soupe. C'est trop abrupt, trop imprévisible et trop soudain pour être totalement crédible. J'ai eu l'impression que l'auteur voulait juste en terminer avec son roman sans trop s'affoler de savoir si nous avions toutes les réponses à nos questions. Certaines d'entre elles restent extrêmement ouvertes, chose qui, pour une fois, ne m'a pas nécessairement déplu dans le sens où cela colle à l'atmosphère du roman. Il y a quelque chose de mystérieux et d'étrange qui enveloppe cette histoire et j'ai beaucoup aimé que cette idée soit menée à son paroxysme en nous laissant certaines options pour imaginer tel ou tel scénario. Néanmoins, les toutes dernières lignes me laissent hyper confus et complètement déstabilisé. Je ne suis même pas sûr d'en avoir saisi tout le sens, même après plusieurs relectures. Les derniers mots m'ont laissé bouche bée et le regard vide. Il me manque vraiment certaines explications pour comprendre ce choix de l'auteur. A mes yeux, une suite est obligatoire. J'ai clairement besoin d'un troisième tome pour vraiment saisir tous les enjeux de cette conclusion, de l'intrigue globale de la saga mais également comprendre le point de vue de Matt de la Peña et de ce qu'il espérait nous transmettre avec cette fin. Si aucun tome 3 n'est annoncé, alors je suis hyper perplexe et vraiment déçu. Cette conclusion est bien trop ouverte et trop peu explicite pour que je puisse m'en contenter.

En résumé, LES PROIES est une lecture renversante et enivrante dotée d'un rythme enflammé et passionnant. J'ai adoré l'univers hostile et chaotique dans lequel l'auteur nous embarque et retrouver Shy et ses amis a été un véritable bonheur. Les coups de théâtre s'entremêlent à une vitesse folle et nous coupent le souffle d'un bout à l'autre de l'histoire. S'ajoute à cela des révélations explosives et des enjeux importants qui nous prennent tout simplement aux tripes. Néanmoins, je reste frustré et abasourdi par la conclusion de cette histoire et j'espère de tout cœur avoir des explications à l'avenir. Un roman saisissant et bouleversant malgré une fin décevante à mes yeux.


12. La Maison de la nuit - Sauvée
12. La Maison de la nuit - Sauvée
par Kristin CAST
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 « Malgré ses défauts, SAUVÉE est une charmante conclusion à une saga qui l'est tout autant. », 24 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12. La Maison de la nuit - Sauvée (Broché)
SAUVÉE, dernier tome de la saga LA MAISON DE LA NUIT, est une lecture qui m'a fait passer par tout un d'états différents. Je ne vous le cache pas : au départ, j'ai eu l'impression d'être dans la cinquième dimension. Les auteures ont emprunté une voie qui m'a longtemps laissé perplexe et qui m'a semblé complètement hors de propos. Néanmoins, je me suis plus ou moins fait à l'idée, puis j'ai énormément apprécié le fait de retrouver Zoey et toute sa bande pour une ultime aventure à leurs côtés. De plus, SAUVÉE, à mes yeux, est un très joli point final à cette série, chose que j'ai trouvé très agréable et vraiment satisfaisante.

Autant commencer directement avec l'élément qui m'a le plus gêné dans cette histoire : Neferet et son délire narcissique. Je ne sais absolument pas pourquoi les auteures ont pris cette direction avec elle, mais j'ai mis énormément de temps à m'y faire et à trouver cette situation crédible ou utile. Tous les moments où nous retrouvons ce personnage m'ont paru grotesques et sans queue ni tête. J'ai eu l'impression que P.C. et Kristin Cast s'étaient complètement perdues concernant l'intrigue de Neferet, sincèrement. Même si elles voulaient très certainement montrer à quel point son caractère était ténébreux et souligner l'aspect hyper monstrueux de ses ambitions, les évènements qui prennent place pour illustrer tout cela m'ont complètement pris au dépourvu, et pas nécessaire dans le bon sens du terme. Dès les premières pages, j'ai froncé les sourcils et je me suis senti totalement déboussolé face au côté absurde et insensé de la situation. J'ai trouvé cela vraiment dommage car, sans cet énorme point noir, le final de la saga n'aurait pas autant perdu en crédibilité.

En effet, à l'inverse de Neferet, j'ai trouvé tous les autres personnages ultra attachants, vraiment bien construits et mieux mis en avant qu'au cours des derniers opus. Si j'avais eu du mal à m'adapter à leurs personnalités dans les précédents volumes, celui-ci m'a permis de retrouver l'attachement que j'éprouvais pour eux dans les premiers romans. Quel plaisir ! On sent désormais une vraie coalition entre eux tous. Suite aux nombreux rebondissements des onze tomes précédents, tout est désormais en place pour qu'ils se battent ensemble. J'ai adoré voir tous les héros s'entre-aider, se conseiller, s'épauler et avancer en étant unis. SAUVÉE nous permet de les retrouver une ultime fois sous leur meilleur jour et j'ai trouvé cette idée extrêmement touchante.

Les auteures profitent de ce final pour nous livrer des retournements de situation plutôt très prenants. Je me suis surpris à tourner les pages de ce récit avec beaucoup plus de frénésie et d'envie que ce à quoi je m'étais préparé. En effet, SAUVÉE possède malgré tout une pointe de suspense et de mystère qui m'a beaucoup interpellé au cours de ma lecture. On sent bien que quelque chose de gigantesque va voir le jour et on veut sans cesse tourner les pages pour en découvrir les conséquences. Néanmoins, j'ai trouvé que les personnages prenaient beaucoup trop de temps pour se préparer à un évènement qui, un, ne voit le jour que très tardivement et, deux, est résolu en à peine quelques lignes. Une fois de plus, P.C. et Kristin Cast se perdent dans des longueurs inutiles et nous offrent des révélations beaucoup trop simplistes. C'est regrettable. Cependant, j'ai aimé cette fin et cette conclusion. Je ne sais pas si j'avais revu mes attentes à la baisse après avoir lu les derniers opus ou si j'ai inconsciemment préféré ne rien espérer de grandiose, mais je reste malgré tout satisfait de la résolution finale.

Les ultimes chapitres débordent d'espoir et de lumière. La boucle est bouclée, nous avons toutes les réponses à nos questions. Les auteures en profitent pour nous briser le cœur avant de le réparer. Nous vivons effectivement pas mal de fois l'ascenseur émotionnel au cours des dernières pages et j'ai énormément aimé ça. Tout s'accélère enfin et je garde donc un très bon souvenir de la fin de cette saga qui a connu de nombreux hauts et de nombreux bas, un parcours plutôt compliqué qui se termine tout de même sur une jolie note. Je ressors le cœur léger et un petit sourire aux coins des lèvres de cette lecture. Tout est terminé, tout est propre, net et précis. Habituellement, je déteste et crains les fins de séries tant j'ai peur de ne pas ressentir ce sentiment de plénitude et de tranquillité car le risque de ne pas être satisfait est omniprésent. Ici, rien ne manque, tout est réglé. J'avais besoin de cela après cinq ans passés à la Maison de la Nuit et ça fait énormément de bien de voir des auteures qui se préoccupent de leurs lecteurs et de leurs personnages du début à la fin.

En résumé, SAUVÉE est une lecture qui m'a plu et qui clôt avec beaucoup de beauté cette série qui m'aura fait traverser une foultitude d'émotions au cours des cinq dernières années. Malgré le gros point noir dû à l'intrigue de Neferet qui me paraît complètement à côté de la plaque, quitter Zoey et tous ses amis me chagrine et faire mes adieux à la Maison de la Nuit également. Néanmoins, étant donné que les auteures en ont profité pour tout régler et nous laisser sur une conclusion ultra satisfaisante, je ressors également comblé de cet ultime opus. Malgré ses défauts, SAUVÉE est une charmante conclusion à une saga qui l'est tout autant.


Phobos T.2
Phobos T.2
par Victor DIXEN
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

5.0 étoiles sur 5 « Une lecture bouleversante, étourdissante et phénoménale. », 10 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Phobos T.2 (Broché)
Ouaw. Je viens de terminer PHOBOS T.2 et je n'ai qu'une chose en tête : j'ai besoin du tome 3 sur-le-champ. J'étais tout aussi excité par l'idée de refermer ce roman et d'en connaître tous les mystères que triste de devoir quitter ses héros et attendre pour en découvrir la suite. PHOBOS T.2 est parvenu à me faire voyager de mille façons différentes malgré cette période de révisions et d'examens intenses, chose que je trouve déjà absolument grandiose. Cependant, PHOBOS T.2, c'est tellement plus que ça. Je me suis amusé, j'ai eu des papillons dans le ventre, j'ai frissonné et j'ai eu le souffle coupé plus de fois que je n'ai pu les compter. J'avais sans cesse envie de revenir à cette histoire et à l'atmosphère ultra addictive qui en émane. Ce roman est spectaculaire : c'est vraiment l'adjectif que je trouve le plus adapté à cette histoire juste éblouissante.

Depuis la fin du premier opus, j'attendais avec une impatience à peine possible à contenir cette suite sur laquelle je misais beaucoup. Sans surpris, Victor Dixen a dépassé mes attentes. Il les a même surpassées de très, très loin. Tout, dans ce livre, n'est que pure merveille. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Nous retrouvons tous les protagonistes que nous connaissions déjà, ceux que nous adorions, ceux sur lesquels nous doutions et ceux qui nous avait pris aux tripes et coupé le souffle auparavant. Ce deuxième volet de la saga PHOBOS (qui, je l'espère, ne va pas s'arrêter de sitôt) nous permet de les connaître encore plus et d'explorer avec beaucoup plus de profondeur leur personnalité et leur humanité. Absolument tous leurs doutes, leurs craintes ou leurs espoirs deviennent nôtres. On s'approprie sans aucune mal leurs sentiments et leurs émotions. J'ai eu l'impression que ce second opus nous permettait même de franchir une nouvelle étape, un stade encore plus intense et captivant concernant les douze héros principaux de cette histoire passionnante. C'était tellement, tellement bon et exaltant.

PHOBOS T.2 est définitivement l'un des romans les plus stressants et anxiogènes que j'ai eu la chance de lire au cours de ma vie. Vraiment. La tension est hyper palpable au point qu'elle nous étouffe presque, mais ce genre d'enfièvrement fait partie des plus délicieux qu'il existe. J'ai adoré cette sensation, on a l'impression d'être sans arrêt au bord du précipice et on ne sait jamais si le sol va se dérober sous nos pieds ou si l'on va s'enfuir en courant. Victor Dixen, de par son jeu d'écriture extrêmement bien mené et une suite de rebondissements tous plus saisissants et fascinants les uns que les autres, nous offre ici une histoire dont les nombreux enjeux nous oppressent autant qu'ils nous enflamment. Tout est mis en place pour que nous nous sentions proches des évènements qui prennent place. L'auteur nous dépeint ici un monde qui pourrait être le nôtre, qui EST le nôtre sans vraiment l'être et qui, pourtant, possède une réalité aussi perturbante qu'hyper addictive. J'ai tellement aimé voir comment les graines plantées par Victor Dixen dans le tome 1 évoluent et grandissent dans cette suite époustouflante. L'attente pour la sortie du troisième roman promet d'être très, très longue.

En outre, les retournements de situation sont tout bonnement ahurissants et ultra surprenants. Aucune seconde de répit ne nous est accordée et on en prend plein les yeux de manières continue. J'ai beau avoir mis presque deux semaines à lire ce livre, il m'a, en vérité, suffit de trois soirées pour le dévorer d'un bout à l'autre. PHOBOS T.2 fait indéniablement partie de la liste des récits qui m'ont le plus tenu en haleine et ont occupé mes pensées. En d'autres mots : c'est un chef-d'œuvre. Je ne peux que recommander chaudement (et, encore, c'est un euphémisme) cette série qui est ultra prometteuse et ne possède, pour moi, que des qualités qui défient les normes de la littérature young-adult. Je ne sais pas d'où provient le génie de Victor Dixen mais il faut à tout prix qu'il le conserve et le préserve soigneusement.

En résumé, PHOBOS T.2 est un coup de cœur. Retrouver le programme Genesis et tous ses participants a été une expérience formidable et inoubliable. Tous les évènements auxquels nous nous retrouvons confrontés nous coupent le souffle et ne font que rendre notre amour pour cette histoire encore plus fort et démesuré. La conclusion de ce roman me rend complètement dingue étant donné les multiples et énormes twists qu'elle possède. L'auteur joue avec nos nerfs jusqu'à la toute dernière page et c'est aussi agaçant que renversant. Une lecture bouleversante, étourdissante et phénoménale qui, je l'espère de tout cœur, vous touchera et vous éblouira autant qu'elle l'a fait pour moi.


L'Infini + un
L'Infini + un
par Amy HARMON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. », 12 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Infini + un (Broché)
Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. Cette histoire m’a fait vivre de véritables montagnes russes émotionnelles. Moi qui ai habituellement beaucoup de mal avec les romances, je me surprends à être complètement et irrémédiablement tombé amoureux de celle-ci. Amy Harmon nous livre ici un récit spectaculaire et bouleversant. Je crois que L’INFINI + UN est responsable des cernes que j’ai affiché ces derniers jours à la fac tant il m’était impossible de lâcher le roman une fois que j’y replongeais avant d’aller dormir. J’ai adoré Bonnie et Finn, leur aventure, l’écriture de l’auteure et toutes ces histoires de théorèmes et de paradoxes mathématiques. L’INFINI + UN est définitivement une magnifique découverte et un livre hors-du-commun.

La force de cette histoire réside évidemment dans ses deux principaux héros : Bonnie et Finn. Je peux certifier qu’en l’espace d’une soirée et de quelques chapitres, j’étais déjà inexorablement attaché à eux et dépendants de leur personnalité. Ils sont tous les deux tellement humains, tellement écorchés et tellement passionnés qu’ils m’ont tout simplement touché en plein cœur. J’ai adoré découvrir, au fil de l’histoire, leurs souvenirs, leurs fissures, leurs expériences, leurs douleurs et leurs projets. Bonnie et Finn possèdent quelque chose de rare et d’hyper saisissant en eux. A mes yeux, ils n’étaient pas que de simples personnages de papier ou des mots imprimés à l’encre noire, loin de là. Pour moi, ils étaient physiquement présents à mes côtés. J’assistais visuellement à leur aventure. Vraiment. C’est quelque chose de très compliqué à définir et à retranscrire tant c’est une expérience sensorielle et purement émotionnelle. Séparément, Bonnie et Finn sont extrêmement renversants et fascinants. Ils sont à la fois très différents et inséparables. Nous sommes liés à l’un et à l’autre mais pour des raisons variées. L’auteure possède vraiment un don pour conférer à ses personnages des traits de caractère réalistes et auxquels on croit sans hésiter une seconde. Néanmoins, s’ils sont déjà irrésistibles lorsqu’ils progressent séparément, ensemble ils deviennent tout simplement dévastateurs.

En effet, le rapprochement Bonnie/Finn sur le plan sentimental prend un peu de temps (chose que j’ai trouvé parfaite, tout ne se fait pas d’une seconde à l’autre et n’est pas mielleux ou niais). Une fois que le duo a pris ses marques, L’INFINI + UN gagne en intensité. J’ai complètement craqué pour la manière dont Finn et Bonnie se raccrochent l’un à l’autre pour garder la tête hors de l’eau. La connexion qui s’établit et s’épanouit entre eux prend littéralement vie sous nos yeux. De plus, l’aspect road-trip du roman m’a totalement pris au dépourvu et m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai adoré parcourir les différents états de l’Amérique à leurs côtés. Bonnie et Finn se livrent à nous petit à petit, on découvre vraiment les différentes facettes de leur personnalité graduellement et j’ai trouvé que cela apportait une vraie consistance au récit. L’INFINI + UN est avant tout l’histoire de deux êtres perdus et brisés qui veulent se reconstruire et, fatalement, j’ai été époustouflé et pris aux tripes par cette idée de la première à la dernière page.

Le petit plus de ce roman se cache dans toutes les réflexions qu’il recèle et dans son caractère hyper addictif. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais ce récit m’a véritablement envoûté. L’écriture d’Amy Harmon est vraiment parfaite, sans aucun défaut, juste, précise et saisissante. Par ailleurs, l’auteure a décidé – à juste titre étant donné la personnalité de Finn – d’intégrer, dans cette histoire, de nombreuses explications au sujet de certains théorèmes et paradoxes mathématiques. J’ai tellement, tellement aimé ça. Croyez-le ou non mais je me suis retrouvé à regarder des vidéos sur Youtube à propos de certains de ces paradoxes tant j’ai adoré les concepts exposés par l’auteure. On sent bien qu’il y a tout un travail de réflexion et de préparation derrière ce roman. Tout est parfaitement bien orchestré et minutieusement prévu. Les surprises s’enchaînent avec un rythme sans fausse note et, jusqu’à la fin, tout est mis en place pour nous couper le souffle. Les dernières pages, à l’instar du livre entier, m’ont complètement satisfait. L’INFINI + UN ne possède donc, à mes yeux, aucun point noir.

En conclusion, L’INFINI + UN est une lecture époustouflante et un coup de cœur que je n’avais absolument pas vu venir. Faire la rencontre de Bonnie et Finn a été un véritable honneur et je dois bien reconnaître que ce duo embrasé et embrasant me manque déjà énormément. Amy Harmon est parvenue à les rendre terriblement humains, touchants et lumineux, ce qui fait d’eux des protagonistes rares et prodigieux. Du début à la fin, ce road-trip m’a complètement renversé et m’a fait oublier comment respirer. Un récit enfiévré et foudroyant sur lequel je vous conseille de vous jeter sans plus attendre !


J'étais là
J'étais là
par Gayle Forman
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

4.0 étoiles sur 5 « J'ÉTAIS LÀ est un roman qui m’a tout simplement bouleversé. », 8 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : J'étais là (Broché)
J'ÉTAIS LÀ est un roman qui m’a tout simplement bouleversé. Je pense que cette lecture n’aurait pas pu mieux tomber étant donné ma situation actuelle et je dois bien avouer que j’ai trouvé cela idéal. C’est un récit qui traite avec beaucoup de pureté et de délicatesse de plusieurs sujets extrêmement sensibles tels que la perte, le deuil et la reconstruction de soi. Si j’avais eu beaucoup de mal avec le dernier livre de Gayle Forman, POUR UN AN AVEC TOI, celui-ci me réconcilie incontestablement avec l’auteure. J’ai adoré le moindre mot de cette histoire. Il y a une ambiance à la fois hyper sensible et très à fleur de peau qui émane de ce roman et j’ai énormément aimé cela. Ainsi, nous sommes ultra liés aux personnages et à tous les sentiments qu’ils ressentent. J'ÉTAIS LÀ est une lecture extrêmement touchante et qui m’a pris aux tripes de la première à la dernière page.

Dès les premières lignes, je me suis senti connecté à Cody, l’héroïne du récit. Il y a quelque chose de profondément humain et de terriblement attachant dans sa personnalité. Elle est à fois forte et brisée, pleine de courage et de peur, prête à avancer mais liée à son passé. J'ÉTAIS LÀ est sans aucun doute, et c’est précisément ce qu’il faut retenir pour apprécier cette histoire, son histoire à elle, et non pas celle de Megan. En lisant quelques avis avant d’entamer ma lecture, j’ai pu constater que beaucoup de personnes avaient déçu du fait que nous n’en apprenions pas plus sur la condition de Meg. Finalement, c’est assez logique puisque ce récit est pratiquement exclusivement basé sur l’après et les conséquences de la mort de Meg sur Cody, sa meilleure amie. J’ai vraiment pris J'ÉTAIS LÀ comme l’histoire de la reconstruction de Cody et de toutes les étapes qu’elle doit traverser avant d’arriver à tourner complètement la page.

En effet, Gayle Forman aborde ici, comme dit précédemment, des thèmes délicats et déchirants avec beaucoup de douceur et d’espoir. J'ÉTAIS LÀ résonne véritablement comme une petite lueur au bout d’un tunnel obscur. Il faut toujours voir l’après, qu’importe le chaos actuel. J’ai adoré la philosophie adoptée dans ce roman, vraiment. Les mots de l’auteure sont à la fois réfléchis et frappants, renversants et pourtant très pudiques. Voir Cody rencontrer de nouvelles personnes, tenter de vivre une vie sans l’être qui comptait le plus pour elle, la voir s’effondrer mais garder espoir et vouloir sans cesse honorer la mémoire de sa meilleure amie m’a énormément ému. J'ÉTAIS LÀ déborde de vérité et d’humanité. L’auteure est parvenue à me tirer quelques larmes à de nombreuses reprises tant la tornade d’émotions qu’elle était parvenue à engendrer à moi devenait trop lourde à supporter. C’est dévastateur et libérateur, sincèrement. De mon point de vue, c’est également ce qui rend cette histoire aussi saisissante.

Dans ce roman, le moindre personnage et le moindre lieu possède son importance. J’ai adoré le court road-trip du récit tout comme les amis de Cody. Ben m’a énormément touché et sa relation avec l’héroïne m’a beaucoup plu. Certains diront qu’elle était prévisible, illogique ou excessive. Personnellement, je l’ai juste trouvé adorable et compréhensible. Quand on a tout perdu, on se raccroche au moindre espoir, à la moindre lumière. D’un autre côté, et c’est assez paradoxal, je l’avoue, j’ai trouvé que Meg était trop absente. Je maintiens que cette histoire est avant tout celle de Cody, mais j’aurais aimé avoir plus d’informations sur Megan en général ; pas nécessairement sur les raisons qui l’ont emmené à choisir la mort mais sur sa personnalité globale. C’est le seul petit bémol que je pourrais trouver au roman.

En conclusion, J'ÉTAIS LÀ est une histoire que j’ai beaucoup, beaucoup aimé. Gayle Forman est parvenue à me faire passer par tout un tas d’états différents et j’ai adoré ça. J’avais oublié à quel point les mots – et la lecture en général – étaient capables d’aussi bien décrire ce que l’on peut ressentir à l’intérieur et à quel point, aussi, ils pouvaient nous motiver à avancer. C’est un roman dont je retiendrai, avant tout, l’hypersensibilité, indéniablement. A chaque fois que je replongeais dans ce livre, j’étais comme enfermé dans un monde à la fois doux et tranquille mais conscient que tout pouvait disparaître d’un seul coup. C’est assez difficile à retranscrire, mais c’est bien la sensation que j’avais. Une lecture pleine d’espoirs malgré les sujets difficiles qu’elle aborde – qui est tombée au meilleur moment pour moi, ce qui a pu jouer sur mon analyse, je le reconnais – que je vous recommande fortement.


Black Dawn
Black Dawn
par Rachel Caine
Edition : Broché
Prix : EUR 10,78

5.0 étoiles sur 5 « Un roman captivant et addictif qui confirme l’excellence de cette saga remarquable. », 4 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Dawn (Broché)
Ok Jordan. On respire, on reprend son calme et on essaie d’écrire un avis un minimum cohérent sur ce roman absolument époustouflant et explosif. Je crois que je ne le répéterai jamais assez : je ne sais pas comment fait Rachel Caine pour rendre chaque opus aussi foudroyant et grisant. Même après 12 tomes (DOUZE, bordel), elle est parvenue à faire de BLACK DAWN un énorme coup de cœur. C’est de la folie pure et dure. Vraiment.

Exactement comme d’habitude, être en compagnie de Claire, Shane, Eve et Michael a été un vrai délice. A chaque fois que j’ouvre un nouveau tome de cette saga, j’ai l’impression de retrouver mes meilleurs amis après une longue période d’absence. C’est à la fois électrisant, exaltant et palpitant. J’ai la sensation de les connaître depuis toujours. De plus, Rachel Caine profite de ce tome pour les rendre encore plus réels et plus touchants, chose que je pensais tout simplement impossible. Leurs failles, leurs fêlures et leurs qualités sont encore plus approfondies ici, et j’ai trouvé cela juste époustouflant et renversant. J’essaie de ne pas penser au fait que je me rapproche de l’ultime tome et des adieux tant cette idée me retourne le cœur. Préparez-vous à devoir me ramasser à la petite cuillère après ma lecture du 15ème roman !

Côté action, l’auteure, là aussi, ne nous déçoit pas. Bien au contraire, tout dans cette série est millimétré et calculé avec énormément de préparation. Même si j’ai trouvé que ce récit prenait un peu plus de temps que ses prédécesseur pour totalement s’embraser, une fois l’aventure lancée, tout explose. J’ai ri, j’ai paniqué, j’ai eu le souffle coupé et, je l’avoue, j’ai même fini par craqué face à certains évènements terriblement tristes qui prennent place dans cette histoire. Rachel Caine sait définitivement comment perturber et faire vaciller nos émotions.

La conclusion de BLACK DAWN promet une suite encore meilleure et annonce le début d’une nouvelle ère à Morganville. Les cartes sont, une nouvelle fois, complètement redistribuées. Les prochaines aventures de mes héros préférés vont être encore extrêmement tordues et chaotiques et, évidemment, j’adore ça. J’ai tellement hâte que BITTER BLOOD atterrisse dans ma boîte aux lettres pour sauter dessus !

En résumé, BLACK DAWN est une lecture passionnante et saisissante, un roman captivant et addictif qui confirme l’excellence de cette saga remarquable.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20