Profil de Pierre > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pierre
Classement des meilleurs critiques: 1.350.845
Votes utiles : 74

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pierre (Grande-Bretagne)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Sleepy Hollow
Sleepy Hollow
DVD ~ Johnny Depp
Proposé par brouette1962
Prix : EUR 12,08

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ratio V. Verite, 1 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sleepy Hollow (DVD)
Ce film, au-dela de ses qualites esthetiques, est avant tout un credo du genie dejante Burton: la verite reside au-dessus de la raison.
Le role de Johnny Depp dans ce film est absolument formidable, et, bien qu'il s'agisse d'un policier d'a peu pres la meme epoque, son role ici n'a rien a voir avec le dandy/ange dechu quasi-houellebecquien de "From Hell". Dans "Sleepy Hollow", il incarne un jeune detective innovateur et precurseur, qui importe le cartesianisme europeen dans les pratiques policieres du nouveau monde. Mais ce choix, loin d'etre anodin, trouve en fait sa source dans la nevrose du detective, chassant dans son inconscient un traumatisme d'enfance par une rationalite fanatique, repoussant toute emotion.
L'enquete consituant le corps du film, et la decouverte que ces meurtres du cavalier sans-tete n'appellent effectivement aucune reponse scientifique, vont obliger l'enqueteur a relativiser son rationalisme, et a accepter l'irrationel...donc, egalement, a faire face aux tourments de son enfance et a leur cause tragique.
Cette fable sombre et pourtant foudroyante de grace est a mon sens une parabole (inconsciente?) de Burton justifiant ses propres chemins de traverse, loin des formatages standard d'Hollywood mais egalement de la securite critique et intellectuelle (bien que pas financiere) du cinema independant pur et dur. Ce film ne conte pas la lutte entre la raison et l'obscurantisme, mais celle entre la psycho-rigidite et l'emotion porteuse de verite, donc d'epanouissement.
Inutile de dire que dans cette quete de la "Verite emotionelle", Depp est bien mis sur la voie par Christina Ricci, sublime, comme il se doit. Christopher Walken, une legende a lui tout seul, campe le fameux cavalier, comme dans tous ses roles, avec cette classe unique commune a cette race d'acteurs working class US que l'on pourrait qualifier de "Rough Dandies"(James Woods, Dennis Hopper, Harvey Keitel etc.)
Un film dense, opaque, d'une beaute bien a lui, melange entre un cauchemard et le plus doux des beaux reves. A mon avis, LE chef d'oeuvre de Burton, et peut-etre le meilleur role de Depp avec l'Edward aux mains d'argent.


Huis clos, suivi de Les mouches
Huis clos, suivi de Les mouches
par Jean-Paul Sartre
Edition : Broché
Prix : EUR 7,40

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Silence d'enfer, 9 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Huis clos, suivi de Les mouches (Broché)
Le plus troublant dans cette piece, c'est l'absence de vie.
Le plus extraordinaire tour de force de Sartre sur ce coup-la, c'est d'etre parvenu a creer des personnages qui parlent, bougent, crient, et dont on ne doute pourtant pas le moindre instant qu'ils sont bel et bien morts. La mort est la. La vie est silencieuse. Le plus poignant aspect de ce huit-clos est la certitude qu'il n'y a justment, par definition, aucune issue, et que l'Existence si chere a Sartre en est irremediablement exclue.
Au point que l'on se demande si cette piece n'est pas utilisee par Sartre en tant que prisme canalisateur de ses propres phobies...? Et de ses propres contradictions philosophiques: l'existence precede l'essence OK, eh ben alors, c'est quoi, cette essence apres l'existence?
Rien. Juste un silence d'enfer.


Kill Bill - Vol.1 - Édition 2 DVD
Kill Bill - Vol.1 - Édition 2 DVD
DVD ~ Uma Thurman
Proposé par dadadvd2006
Prix : EUR 9,90

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une premiere moitie de film, 19 août 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kill Bill - Vol.1 - Édition 2 DVD (DVD)
Tarantino a explique plusieurs fois que Kill Bill Volume 1/2 ne devait au depart ne faire qu'un seul et meme film. Quant on voit le premier volume, on comprend pourquoi.
Je n'ai pas d'actions chez Amazon, ni ailleurs, mais je conseille fortement de se procurer les deux volumes de Kill Bill et de les voir l'un apres l'autre a la suite. En effet, quand j'ai vu celui-ci initialement, j'ai ete decu, comme s'il manquait quelque chose. pareil pour le volume 2.
Quand j'ai revu les deux films en DVD a la suite, alors j'ai adore et acheter les deux DVD immediatement. Mis en boucle, ils constituent l'un des plus grands films de vengeance de l'histoire du cinema noir americain.
En ce qui concerne cette premiere partie, bien sur on ne peut pas eviter de parler de la scene samurai dans le club japonais, qui est d'anthologie. Ce que l'on remarque, si l'on est pas familier avec les films samurai etc., c'est que les combats au sabre ne sont pas filmes de maniere "directe", genre tigre et dragon, mais plutot en philigramme, exemple, si Uma Thurman egorge trois "Crazy 88" en meme temps, la camera va pendant ce temps s'attarder plutot sur des details, prendre un angle de vue dont l'interet principal n'est pas le combat; pareillement, alors que Uma Thurman combat le samurai/parrain Lucy Liu, la camera ne s'attarde pas sur les mouvements des katanas, mais sur une petite fontaine sur le cote, avec un roseau canalisateur en mouvement perpetuel. Que ce soit filme en noir et blanc ou en ombres chinoises, on a l'impression que Tarantino a un recul de fan sur les scenes de combat qu'il filme.
Mais, si l'on connait un peu les films de samurai japonais, on se rend compte que Tarantino ne fait que reprendre fidelement la maniere de filmer des realisateurs japonais, chez qui ce recul par rapport aux combats mis en scene est habituel.
Pour les amateurs de film d'action, ca peut etre un peu frustrant, mais c'est en meme temps ce qui constitue la difference entre une fadaise hollywoodienne et un film d'auteur de Tarantino: le combat ou l'action ne sont qu'au service du cinema, et pas le contraire. Les amateurs de Rambo, allez voir ailleurs.
Pour le reste, la mise en place de l'intrigue n'est que partielle, d'un point de vue scenaristique le plus important se passe dans le second film, ou l'on comprend beaucoup plus de choses, sur l'histoire et sur les personnages. De ce point de vue, c'est finalement Lucy Liu qui a le personnage le plus developpe et le plus interessant dans ce premier volume, avec un mini-manga racontant son parcours, absolument incroyable.
Au terme de la premiere phase de cette vengeance, il faut, je le repete, passer immediatement au volume 2....


Mercury Falling
Mercury Falling
Prix : EUR 10,98

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Apres la fete, un delicieux "After"..., 7 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mercury Falling (CD)
Pendant trois albums (de Summoner's Tales a Brand New Day), Sting a passe son temps a se remettre de l'experience grandiose mais au combien epuisante de l'ecriture de son chef d'oeuvre "The Soul Cages". Les Tales sonnait l'heure de la fete apres le disque-deuil precedent; Mercury Falling est une sorte d'After a l'ambiance motown subtile et paisible.
Salutairement, Sting ose a nouveau creer des atmospheres et laisser parler sa melancolie. La virtuosite des musiciens est utilisee de maniere plus discrete mais dans le cadre d'arrangements plus elegants et moins demonstratifs que sur Ten Summoner's Tales. Cela est sans doute encore due au choix de la musique soul des 60's comme influence majeure. Cela n'empeche pas les variations rythmiques, harmoniques et orchestrales soutenant des melodies profondes - la griffe unique de Sting - d'etre presentes, tout comme son talent, en tant que parolier, a faire le chroniqueur qui tutoie la poesie.
Alors, pourquoi 4 etoiles et pas cinq...En fait, si Phil Collins avait reussi a ecrire un disque d'une telle qualite, a part crier au miracle, j'aurais surement mis 5 etoiles pour saluer les progres accomplis. Mais Sting, lui, a place la barre tellement haut avec Nothing Like the Sun et The Soul Cages, que l'on a tendance a le noter par reflexe, un peu plus durement...La rancon du genie!!!


Ten Summoner's Tales
Ten Summoner's Tales
Prix : EUR 10,98

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La qualite...Sans l'emotion?, 7 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ten Summoner's Tales (CD)
L'album precedent de Sting, The Soul Cages, etait sans doute son meilleur, en tout les cas le plus intense et surtout le plus sombre. Sting, apres avoir ecrit un truc pareil, avait besoin de respirer et d'ecrire simplement pour le plaisir. Ca a donne ces "Summoner's Tales": un disque de grande qualite instrumentale, plus leger que le precedent, mais qui provoque, avouons-le, moins d'emotions fortes.
Les rythmes sont plus soutenus qu'a l'habitude, et le ton moins grave, ce qui fait de ce disque un bon produit pour se donner la peche mais rien a voir avec les deux perles precedentes, qui ont permis a des centaines de milliers d'adolescents dans le monde de comprendre que la pop n'avait pas besoin d'etre stupide pour etre bonne, et surtout que l'on pouvait faire passer les memes emotions qu'un Brel ou qu'un Ferre par le rock anglais.
Attention: ce disque reste un disque de Sting, donc excellent: une virtuosite instrumentale a couper le souffle, des variations de tempo, de rhytmes et d'harmonies a vous mettre l'eau a la bouche, et tout est bien ecrit, bien vu, bien pense et bien joue.
En bref, apres "Les prisons de l'ame" dans lesquels Sting s'etait avere un Songwriter majeur, mais dans lesquelles il ne pouvait pas rester, il a prefere s'en liberer en faisant un opus plus commercial que les precedents, avec plutot moins d'atmosphere, ou son genie musical est present mais ou il a laisse son ame tourmentee prendre des vacances...Vacances qui dureront trois albums, avant de revenir a des themes plus profonds sur "Sacred Love", son dernier bijou.


The Velvet Underground & Nico (1996)
The Velvet Underground & Nico (1996)
Prix : EUR 10,42

17 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Surviving with Style..., 28 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Velvet Underground & Nico (1996) (CD)
IL est sorti au meme moment que le legendaire et hautement (sur?)estime Sergent Pepper's des Beatles. Ce dernier a fait exploser les ventes. Tout le monde est d'accord a present pour dire que Rubber Soul est bien meilleur. A l'inverse, IL a ete un bide commercial. IL est aujourd'hui la bible du ART ROCK.
En bref, "The Velvet Underground & Nico", c'est l'anti-Sergent pepper's, le disque pour ceux qui ne se contentent plus d'aller au concert rock le samedi, en jean bien repasse, avant de se repointer au bureau le lundi matin suivant. Le disque pour ceux qui sont vraiment passes de l'autre cote, ceux qui vivent le rock, qui sont rock. Le Velvet est le groupe phare pour ceux qui ont compris que la vie vaut tout au plus d'etre survecue, a condition de la survivre avec style.
Musicalement: ....Difficile de parler de IL. c'est comme parler d'un(e) amant(e) qui surgirait une seule nuit tout les mois, pour vous faire vivre la meme nuit inoubliable, intense et ephemere a chaque fois. Alors Factuellement: le xylophone lancinant de Sunday Morning... Le piano debraille, baroque, brutal et insistant de Waiting for My Man...La facon dont Nico prononce "tAAAlkHHsss" sur Femme Fatale, ou "cry behind the doooor" sur All Tomorrow's Parties, mi-garde-chiourme nazillonne mi-adolescente pubertaire en detresse...Les deux sorbets pop I'll be your Mirror et There She Goes, comme caresses tendres et calines apres un orgasme...Enfin et surtout, Venus in Furs, peut-etre la seule chanson rock qui soit parvenu a allier 1)violence rock et esthetisme arty 2)perversion et sincerite.
En clair... Au-dela des Beatles & Stones, de Led-Zep, de Bowie, Morissey ou autre, IL est le disque rock. Nous a tout donne. Et nous a legue l'ultime finalite de cet existence: Surviving with style...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 10, 2011 9:42 AM CET


Les Bidochon, Tome 1 : Roman d'amour
Les Bidochon, Tome 1 : Roman d'amour
par Binet
Edition : Poche

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hilarant...., 28 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Bidochon, Tome 1 : Roman d'amour (Poche)
....Certes, mais la drolerie inoxydable et intense de cet album legendaire ne fait pas partie de son double-merite fondamental: ce qui fait tout le talent de Binet, c'est d'une part de parvenir a creer une atmosphere qui nous donne envie de retourner dans ces pages pour la xeme fois pour le simple plaisir de s'y sentir bien - alors que le decors consiste en d'uniques descriptions litterales de l'environnement agrementees de fleches!!! - et d'autre part, faire de ces deux etres idiots, laches, mediocres, laids, nevroses, et surtout terriblement banals, des personnages non pas sympatiques, mais carrement Aimables: voir la derniere planche de l'avant dernier chapitre, quand ils s'en vont dans les bras l'un de l'autre, apres avoir appris qu'ils ne pourraient pas avoir d'enfant.


Dylan Dog, tome 4 : Coup de lune
Dylan Dog, tome 4 : Coup de lune
par Chiaverotti
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Psychose rencontre le Seigneur des Anneaux, 1 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dylan Dog, tome 4 : Coup de lune (Broché)
Dylan Dog, c'est en Italie un phenomene BD superieur par la renomee a Asterix en France. Chaque annee, a Milan, une nuit de l'horreur est organisee pour celebrer le heros.
Dans cet album precisement, deux interets sont a noter: 1)un double retournement de situation, ou l'opinion du lecteur est manipulee et ou les apparences sont trompeuses. 2) Dans le cadre du traditionnel recours de l'equipe de Sclavi aux mythologies, on passe cette fois par un detour dans la mythologie celte, ce qui est inedit chez D.D. et plutot bien maitrise.


The Dream Of The Blue Turtles
The Dream Of The Blue Turtles
Proposé par ZOverstocksFR
Prix : EUR 6,70

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Scoop: Sting solo, c'est meilleur que Police...., 27 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Of The Blue Turtles (CD)
....Et pourtant, je considere Police comme le plus grand groupe rock de tout les temps. Mais Sting, des son premier album, va plus loin, beaucoup plus loin. Plus loin que le rock, plus loin que la pop, plus loin que la chanson, et surtout, bien avant qu'il n'ecrive ses meilleurs disques, Sting largue Mick Jagger, Robert Plant, Brian Ferry, Phil Collins et toutes les autres stars de groupe rock qui on essaye de faire quelque chose en solo. A l'exception peut-etre de Peter Gabriel, il prouve qu'il est bien superieur a tous ceux-la. Et de loin.
En clair, ca donne quoi: If you love... est un rythm'n'blues au groove effroyable. Love is the Seventh wave est un hymne reggae-pop ultra-efficace. Tout a ete dit sur Russians. Shadows in the Rain de Police est repris de main de maitre en jazz-rock splendide. l'instrumental Blue Turtles est un jazz Be-bop fort plaisant, et Fortress Around your Heart un hymne pop a l'attrait universel. Le meilleur reste Moon Over Bourbon Street, inspire par Ann Rice et son vampire Louis (pas Lestat, l'autre), une ballade jazz poignante et ambigue, melancolique et grandiose.
Bien sur, reste les defauts d'un nouveau depart: trois lourdeurs tres anglaises dont on aurait pu se passer. Mais au final, on pouvait sentir des 1985 que Sting solo, c'etait la plus grande nouvelle de l'histoire de la pop depuis que John avait rencontre Paul...


Brand New Day
Brand New Day
Prix : EUR 12,65

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Transition, 27 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brand New Day (CD)
Sting se met a l'electronique! Dur d'y croire. Mais cet album, qui laisse de ce point de vue prefigurer le suivant, a un veritable nouveau son radicalement different de ce que l'on connaissait du bonhomme. Le resultat: le meme que celui de n'importe quelle transition; des tatonnements, des hesitations, par fois des erreurs d'apres moi, mais aussi des moments surprenants de spontaneite et d'immaturite bienfaitrice chez Sting, et un ou deux chefs d'oeuvre (c'est peu compare aux autres albums de Sting). Concretement, pour le moins bon: After the Rain has fallen, si elle dispose d'une bonne orchestration, est depourvue d'interet en tant que chanson. Pour le tres bon: Desert Rose est LA piece maitresse, ou l'electro, le rai et la voix extraordinaire de Cheb Mami sont magistralement utilises pour faire l'une des meilleures chansons de la carriere de Sting; Big Lie, Small World demontre le talent toujours vivace de son ecriture; Perfect Love gone Wrong est un detour bienvenu par le rap francais avec Ste a la tchatche, dans Tomorrow we'll See Sting se place dans la position interessante d'un narrateur travesti, se prostituant et ca ne peut que valoir le detour, dans Fill Her Up on assiste a une variation musicale typique de Sting, Ghost Story est une ballade tres efficace (et la chanson preferee de Dominic Miller le guitariste de Sting, c'est lui qui me l'a dit), et, pour le tout meilleur, la chanson-titre Brand New Day: une intro extraordinaire avec Stevie Wonder en personne a l'harmonica.
Un moment de transition pour Sting, mais qui reste une veritable source de plaisir pour nous!


Page : 1 | 2