undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Fabien Jacquot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fabien Jacquot
Classement des meilleurs critiques: 16.445
Votes utiles : 670

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fabien Jacquot "fabienj" (France)
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13
pixel
The Midsummer Station
The Midsummer Station
Prix : EUR 18,99

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Adieu lucioles, pour de bon!, 10 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Midsummer Station (CD)
Disons-le tout net, ceux qui attendent encore un autre‘Ocean Eyes’ vont déchanter.
Le bidouilleur de génie Adam Young décide de porter son talent vers une production plus commerciale.

Petit rappel, en 2009, ‘Ocean Eyes’ prend tout le monde par surprise. En effet à partir de sa chambre Owl City aka Adam Young avait ciselé des morceaux essentiellement avec des instruments électroniques qui ont rencontrés un écho positif dans le monde entier. ‘Ocean Eyes’ avait contredit ceux qui reprochent à la musique électronique d’être répétitive et manquant de nuance.

Puis sortie en 2011, de ‘All things bright and beautiful’ qui a laissé la critique sans voix avec cet album au final décevant.

On revient au 10 sept 2012 et la sortie attendue de ‘Midsummer station’, soulignons la belle jaquette. En écoutant l’album rapidement, beaucoup de morceaux sont structurés de manière identique.

En 1ère partie des morceaux, les intros sont soignées et annoncent un morceau léger mais cela n’est pas toujours le cas. Les répétitions de « oh, oh, oh » dans ‘Gold’ “woo, woo, woo” dans ‘I’m coming after you’ et encore “oh, oh, oh” dans ‘Speed of Love’ finissent par agacer car elles rappellent la programmation musicale de Fun Radio pour les dance floors d’Ibiza.

Ce qui se distingue du lot, ce sont :
‘Dreams & Disasters’ qui lance l’album avec une promesse qui comme on l’a vu n’est pas toujours tenue.
A noter ‘Dementia’ avec la participation (curieuse) de Marc Hoppus de Blink 182 et son tempo forcément plus rock et une vraie batterie.

Il en est de même pour ‘Embers’ avec un rythme plus rock qui fonctionne bien.
‘Silhouette’ est une superbe ballade dans laquelle Adam Young se livre avec ses terreurs d’artiste solitaire à la timidité maladive. Superbe !
‘Metropolis’, morceau dansant, malheureusement avec encore une petite répitition de légers ‘oh, oh, oh’.
‘Take it all away’ est plus ambitieux.

Fort heureusement, ‘Midsummer station’ apporte une variété de titres et chacun y puisera quelques morceaux selon ses propres aspirations. La surprenante route commerciale choisie par ‘Owl City’ en déroutera plus d’un mais fait de cet album une curiosité à écouter pour se faire une idée.

On pourra se demander quelle sera la prochaine étape après ‘Midsummer Station’ car les options semblent restreintes? Cependant ; Adam Young a su surprendre son monde jusqu’à aujourd’hui, alors…

Fabien Jacquot
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2012 12:59 AM MEST


Elysium - Edition Deluxe
Elysium - Edition Deluxe
Prix : EUR 21,98

5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Champs Elysées, 10 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elysium - Edition Deluxe (CD)
Pour nous autres français, la notion d’Elysée, traduction d’Elysium nous est familière. Il convient d’ajouter que la prestigieuse avenue parisienne ainsi que le palais dans lequel réside notre Président ont tiré leur nom de la mythologie. L’Elysée est un lieu privilégié situé dans les Enfers dans lequel des personnages importants ou prestigieux goûtent un repos bien mérité.

De manière prosaïque, Champs Elysées a servi de nom à une émission populaire de variétés.

Ces analogies ne sont pas inutiles car pour leur 11ème album, les Pet Shop Boys semblent se complaire dans une variété sans déploiement d’énergie ou d’innovation. Il est pourtant toujours agréable de retrouver nos 2 compères pour un nouvel opus.

Disons, que malgré le renfort de chœurs de divers intervenants connus et un album enregistré aux USA, une production irréprochable, les héros célébrés par moultes récompenses musicales semblent se reposer sur des lauriers.

Seulement voilà ; les lauriers sont à apprécier entre les albums pas pendant.
Effeuillons donc tranquillement ces lauriers :

‘Leaving’ ouvre ‘Elysium’ honorablement.
‘Invisible’ est une superbe ballade éthérée (mythologie encore !).
‘Winner’ aurait pu concourir pour devenir le titre officiel des JO de Londres mais certainement un peu mou pour véhiculer l’énergie de l’évènement sportif.
‘Your early stuff’ pourrait s’appliquer aux Pet Shop Boys qui n’hésitent pas à s’auto-parioder. Voir aussi, l’amusant ‘Ego Music’.
En revanche ‘Face like that’ qui vise les dance floors trépidants est décevant.
‘Breathing Space’, autre balade réussie.
‘Hold on’, déploit la recette PSB avec des chœurs qui rappellent ‘Go west’.
Le sautillant ‘Give it a Go’ semble boucher un creux. Agréable.
‘Requiem in denim and leopard skin’ achève bien ‘Elysium’.

Entendons-nous bien, ‘Elysium’ n’est pas raté, loin s’en faut, car les PSB ont encore plus d’un tour dans leur besace et ont du métier. C’est justement ce qu’on peut reprocher, trop de métier pour nous surprendre ; l’ensemble pourtant bien exécuté manque d’inspiration.

Les PSB, allongés à déguster du raisin en grappe et boire des liqueurs au goulot sur leur confortables paillasses sous les brises des Elysées ont perdu un peu de leur focus et de leur tonus.

Debout la dedans!

Fabien Jacquot
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 16, 2012 10:37 AM MEST


Beacon
Beacon
Proposé par METAMZCI
Prix : EUR 6,89

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ouverture de la 2ème porte, 3 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beacon (CD)
Il est combien difficile de sortir un 2ème album quand le 1er a été un tel succès. Et en effet, dans ‘Tourist History’, les Two Door Cinema Club, malgré leur jeunesse n’avait pas mégoté en originalité, talent et …énergie. Tout ceci leur avait été rendu au centuple à en juger par le succès commercial de cet album.

Loin de délaisser les qualités de son prédécesseur, 'Beacon’ fait découvrir des titres élaborés, une production soignée et déjà une patte caractéristique du trio.

Le rythme reste enlevé mais un plus grand focus a été donné aux mélodies.

Dès ‘Next Year’ ouvre magistralement le nouvel album et vous accompagnera facielement jusqu’à l’année prochaine. Dans ‘Next year’ toutes les bases sont posées ; on retrouve ‘Tourist History’ mais on sait que l’album sera différent. ‘Next Year évolue en sinuant entre les riffs, de légères pauses et redémarrages. Une intro épatante pour ce 2ème opus !

‘Handshake’ vous donne l’accolade du 2ème titre avec une guitare claire.

‘’Wake up’ vous tient en éveil mais vous ne risquez aucunement de piquer du nez pendant ces 11 titres.

Le rayonnant ‘Sun’ et sa belle ligne de basse bien ronde et la Stratocaster qui vous poursuit comme un insecte sous le soleil d’été.

‘Someday’ reprend sur un tempo plus enlevé mais déjà avec un son/signature comme une marque de fabrique TDCC.

‘Sleep Alone’ est superbe et ne pousse pourtant pas à la solitude nocturne.

Avec ‘The World is watching’ et on sait que c’est le cas pour ce nouvel album, on pourrait faire un rapprochement avec ‘Vampire Weekend’. Le refrain féminin résonne chaleureusement. une réussite.

Je serai tenté d’ajouter etc, etc ; car cet album est en effet très réussi et chacun y trouvera ses titres préférés. A noter qu’on ne trouve pas de titres bouche-trous.
‘Beacon’ termine parfaitement l’album éponyme avec un parfum de rendez-vous pour le 3ème album.

En bref, la musique des TDCC est lumineuse, énergique, travaillée, jeune mais déjà mûre. Le trio Irlandais nous a ouvert une 2ème porte permettant d’explorer leur univers plus sophistiqué qu’il n’y paraissait de prime abord. On peut d’ores et déjà tabler sur le succès de ‘Beacon’ ; à vous de décider si vous vous laisserez glisser vers cette nouvelle balise musicale.

Fabien Jacquot


A Victim Of Stars 1982-2012 - Edition Limitée (2 CD)
A Victim Of Stars 1982-2012 - Edition Limitée (2 CD)
Prix : EUR 17,59

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Luxe, calme et volupté, 25 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Victim Of Stars 1982-2012 - Edition Limitée (2 CD) (CD)
A l'écoute de cette compilation de D Sylvian, on apprécie la différence entre légèreté et léger.

L'oeuvre du dandy anglais n'est en effet qu'une suite de thèmes associant légèreté, délicatesse et bon goût. Sa musique est éloignée de productions trop légères, apanage de nombreux pseudo-musiciens/interprètes qui n'atteignent d'ailleurs pas toujours le stade d'un Best of.

Ce Best Of fait la part belle de l'aeuvre plus approchable de David Sylvain et n'inclut pas les travaux plus expérimentaux et dans lesquels il est facile de se perdre ou pire.

Les 30 ans de musique de David Sylvain rassemblés sur une galette de plastique restent pour la plupart étonnement actuels.

La carrière avec Japan et les différentes associations d'artistes singuliers et originaux sont égrenées sur ce double album.

Notons que malgré la production en marge du mainstream, l'aeuvre D Sylvian s'est invitée dans les charts plusieurs fois ce qui renforce le large spectre servi par l'artiste qui pourtant n'a pas succombé aux sirènes des productions commerciales.

`Avenue of Stars' s'écoute par un jour ensoleillé ou par une matinée enneigée mais dans tous les cas, la légèreté de l'aeuvre mêlée à la profondeur de la voix de D Sylvian devrait ravir une large audience.

Une star sur l'avenue...

Fabien Jacquot


Magic Hour
Magic Hour
Prix : EUR 22,79

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une heure presque magique., 11 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Magic Hour (CD)
Faisons un test simple et révélateur !
Pour ce test, votre salon, votre voiture, le train, votre vélo conviennent parfaitement.
Sur votre lecteur, démarrez le nouvel album des Scissor Sisters ; Magic Hour.

Ecoutez fort, voire très fort, 'Baby come Home' et 'Keep your shoes on'.
Faites une pause après ces 2 morceaux.
Si vous n'avez pas tapoté le haut de votre volant, rythmé la cadence, effectué quelques déhanchements, tapé du pied le tempo et bien c'est simplement que'VOUS DEVEZ ETRE MORTS !

En effet, Magic Hour, plein d'énergie, démarre sur les notes du piano de saloon qui rappellent Laura de leur 1er opus. Et dès cet instant, vous êtes partis pour une heure assez magique.

Les SS, sont des musiciens accomplis et perfectionnistes ce qui est prouvé par chaque album. La voix de Jake Shears est volubile, autant que variée car rien ne semble lui faire peur tant les genres sont mélangés.

Dès le 3ème morceau, nos amis ralentissent la cadence avec 'Inevitable' et un chœur pas sans rappeler les Bee Gees. Vient ensuite, le hit de lancement 'Only the horses' taillé également pour de généreux déhanchements.

'Year of living dangerously' sonne comme du pur Scissor Sisters.

En revanche, le un peu trop évident 'Let's have a kiki' lasse rapidement si on n'est pas en état avancé d'ébriété. Même remarque pour les tentatives de petit virage hip hop de 'Shady Love' et 'F*** Yeah'.

A remarquer la patte de velours des SS pour la superbe ballade 'The secret life of letters' qui entre piano et voix chaleureuse de Jake Shears vous fait gambader sur les accords mélodieux.

'Somewhere' représente une des signatures du groupe avec des morceaux galopants et rythmés.

En bref, cet album et les multiples collaborations avec des artistes de profils différents offrent un mélange pas toujours cohérent. Cependant, l'ensemble offre une heure presque magique.

3.5 sur 5 serait la note appropriée si Amazon permettait les demi-points.

Fabien Jacquot


Brilliant
Brilliant
Prix : EUR 10,34

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 `Brilliant' est brilliant., 7 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brilliant (CD)
Qui peut prétendre que le monde avait vraiment besoin d'un nouvel album d'Ultravox ?

En effet, l'illustre groupe New Wave avait disparu dans les brumes des années 80. On se rappelle de pantalons larges, des catogans de Midge Ure qui masquaient un début de calvitie, les synthés DX7 martelés avec 2 doigts de chaque main et le son sec de la batterie électronique. Mais, on se rappelle également d'une ribambelle d'excellents titres aux sonorités caractéristiques.

Après toutes ces années, 19 (!) et le souvenir d'un groupe de qualité; Ultravox remonte sur scène. A quoi bon ?

Eh bien, la surprise vient du fait qu'on les a sortis du frigo intact et que l'inspiration n'est pas restée dans les années 80. D'ailleurs, on note qu'Ultravox modernise sa sonorité avec les moyens musicaux actuels mais sans dénaturer leur veine originelle.

Malgré des arrangements un peu lourds parfois, `Brilliant', pourtant assez sombre musicalement parlant, fonctionne parfaitement. Même si un peu à part des productions actuelles, `Brilliant' apporte un peu de nostalgie mais dans une livrée moderne.

La question reste de savoir si pour les jeunes générations, si en plus d'être brilliant, `Brilliant' va également être collant dans leur Ipod ?

En attendant, je vous propose de vous attarder sur ce « comeback » d'un groupe pas du tout « has been ».

Les titres `One', `Brilliant' et `Contact' vous remueront les tripes avec leur mélancolie pourtant chaleureuse. `Remembering' fonctionne comme une sorte de `Vienna'.

Les autres titres sont enlevés avec une mention spéciale pour `Live', `Change' et `Lie'. `Satellite' vous fera penser à `dancing with tears in my eyes'.

Fabien Jacquot


Words & Music By Saint Etienne
Words & Music By Saint Etienne
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le printemps peut commencer !, 4 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Words & Music By Saint Etienne (CD)
Bienvenue à Saint Etienne ou plutôt chez les Saint Etienne!

Pour la visite, visualisez plutôt la grande maison que le cottage à toit de chaume.

Sur le perron, avant de pénétrer l'univers St Etienne, la délicieuse Sarah vous accueille avec `Over the Border' ; quelques accords de guitare semi-acoustique tout en vous susurrant une sorte de bienvenue fait de tonalités précieuses et de sa voix aérienne. En pénétrant dans le vestibule, un rythme vient se coller sur ce morceau d'intro. Plus on rentre dans leur territoire, plus l'univers de notre trio se dévoile. Finalement le beat s'amplifie et la mélancolie de nos amis nous pénètre, à noter les chaeurs surgis de la cave `à la' Joy Division. Génial !

Ensuite, en allant vers le salon, les boîtes à rythme font rebondir un rythme de `I've Got your Music' qui ferait sautiller l'auditeur le plus rétif à musique dite électronique.

Je vous laisse effectuer seuls le reste de la visite de l'univers Saint Etienne.

Disons, que comme le titre le laisse présager, l'album est dédié à la musique ou plutôt du temps qui passe et qui se mesure à la musique dont on se rappelle.
Musique comme marqueur du temps ; leitmotiv du trio londonien.

Il faut dire que les Saint Etienne ont déjà un certain nombre d'albums derrière eux et une solide réputation. On ne peut leur coller que l'étiquette qu'ils ont façonnée d'un style inimitable de Pop à la fois intimiste, parfois mélancolique mais dansante. Tout ceci plaqué d'un véritable talent d'orfèvre pour produire des morceaux léchés et indémodables.

Revenons sur la mélancolie qui suinte sans aucun misérabilisme sur le temps qui passe également pour les St E. Mais comme ils le disent eux-mêmes, on ne pourra pas faire machine arrière. '25 years' évoque cette étape vécue par tous de "rendre les clés" à la fin du parcours. Tout ceci joyeusement contrebalancé par `When I was Seventeen' qui évoque l'insouciance de la jeunesse, ...passée.

Et toujours la musique comme fil conducteur de cet album `Last days of disco, `Record Doctor', `DJ, 'Haunted Jukebox'. Citons `Tonight' et l'excitation de retrouver son groupe préféré. Très belle balade avec `I threw it all away'. On notera la pochette et son extrait du plan de Londres avec Penny Lane et Yellow Brick Lane. La musique, la musique.

Pour se résumer, disons que cet album offre la démonstration d'une pop intelligente qui s'oppose à une autre pop parfois agaçante par son côté éphémère et creux.

Le recul, la maturité mais toujours une incroyable fraicheur de rosée printanière semble guider ce trio à part.

Le nouvel opus des Saint Etienne est disponible et cela représente une des meilleures nouvelles pour apprécier les beaux jours. Le seul regret potentiel c'est que le précédent album des Saint Etienne date de 2005, ... espérons qu'ils ne nous feront pas languir aussi longtemps pour leur prochaine édition.

Keep the albums coming guys!

Fabien Jacquot


GARBAGE-NOT YOUR...PEOPLE CDA
GARBAGE-NOT YOUR...PEOPLE CDA
Prix : EUR 14,58

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 My kind of people, 30 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : GARBAGE-NOT YOUR...PEOPLE CDA (CD)
Imaginez de trouver dans votre poubelle:

' Du plastique mais qui peut être utilisé pour des tenues moulantes,
' Un reste écrasé de rouge à lèvre criant pour mise en valeur spectaculaire des lèvres,
' Un pot de miel pas terminé permettant de connaitre des sensations les plus doucereuses
' Du verre brisé qui autorise les reflets les plus psychédéliques
' Un morceau de métal dont la froideur fascine
' Une boite quasi vide de gel cheveux pour des coiffures extravagantes
' Une lime râpeuse pour raboter les excès en tous genres
' Une lame émoussée mais capable de trancher dans le vif

Si comme le titre de l''album semble le suggérer, ce mélange de déchets épars et assemblés avec talent, n'est en effet pas pour le goût de tout le monde, les amateurs seront cependant comblés par ce nouveau Garbage.
Car Garbage, c'est surtout un assemblage savamment dosé de guitares râpeuses voire un poil saturées mais c'est également le velours de sonorité comme la voix de l'extravagante Shirley.

Shirley et ses amis moustachus et peu souriants sont de retour pour cet album qui rappelle leurs premières productions. Le résultat est toujours raffiné et la voix de Shirley Manson colle à la peau de la même manière que celle d'Alison Goldfrapp. D'évidence, les Garbage ont un savoir-faire une nouvelle démontré dans 'Not your kind of people'.

La sonorité agit comme une signature de ce groupe attendu depuis 7 ans. Comme souvent, tous les morceaux ne se valent pas. Le choix de 'Blood for Poppies' comme 1er single peut paraitre curieux mais le morceau finit par vous rentrer sous l'épiderme. Un peu de douceur dans le mélange avec le sucré 'Sugar' et le formidable 'Beloved Freak'.

Tout à fait mon genre de 'people''

Fabien Jacquot


Pony Pony Run Run 2
Pony Pony Run Run 2
Prix : EUR 11,99

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Cavalcade stoppée?, 8 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pony Pony Run Run 2 (CD)
Au delà de la surprise inattendue du 1er album, rare production hexagonale intéressante, les Pony Pony Run Run sortent `Album 2'.

Est-ce que le manque d'originalité du titre du contenant laisse présager du manque d'inspiration du contenu ?

Vraiment, l'album est alambiqué sans raison et manque souvent sa cible. Le vocoder finit par nous sortir par les oreilles.

Le spectre du 2ème album hanta certainement les nuits des PPRR sans qu'ils se réveillent avant la sortie du dit Album 2.

Dommage car on était prêt à suivre la cavalcade effrénée des PPRR.

L'ensemble se laisse écouter, notamment les morceaux de démarrage. Le fond d'album impose un effort pour ne pas passer à autre chose.

Allez on ramène les poneys du près, on se rassemble à l'écurie et on travaille sérieusement pour Album 3.

A force de courir, on y perd ses poneys.

Fabien Jacquot


Our Version Of Events
Our Version Of Events
Proposé par westworld-
Prix : EUR 5,69

7 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ma version des faits!, 8 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Our Version Of Events (CD)
Emeli et sa vague blonde un peu punk! Contraste visuel un peu violent mais qui ne reflète en rien le contenu de son album.

On peut résumer `Our version of events' comme une synthèse de la pop féminine de qualité. Attention, aucune connotation négative ne se cache dans pop féminine notamment car notre Emeli a de la voix. Voix distillée dans des morceaux qui varient de l'excellente ballade à une pop parfois rétro voire teintée de dance.

Reconnue immédiatement par l'industrie musicale avec des avalanches de compliments et de prix.

La production de l'album reste simple et non alambiquée. L'alambic permet de faire un lien avec le diplôme de médecine du cerveau qu'elle a obtenu avant de se lancer dans la musique. Et bien, Emeli sait atteindre notre cerveau mais en même temps d'autres organes comme le caeur.

En vérité, la jeune anglaise est difficile à catégoriser mais ce manque de classification ne devrait pas nuire à son talent ou à son succès.

On pourra reprocher le prêchi prêcha d'Emeli et regretter que le puissant et bien tangible `Next to Me' soit dédié au grand intangible. Mais bon...

Donc en ce qui concerne ma propre version des faits; on ne peut conseiller que l'acquisition d'un tel album qui variera gracieusement votre discothèque.

Keep it up Emeli!

Fabien Jacquot


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13