Profil de Fabien Jacquot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fabien Jacquot
Classement des meilleurs critiques: 3.615
Votes utiles : 653

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fabien Jacquot "fabienj" (France)
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13
pixel
Tomorrow'S World
Tomorrow'S World
Prix : EUR 17,82

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Oh dear!, 29 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tomorrow'S World (CD)
Erasure est un de ces groupes d''utilité publique tant nos compères ont contribué à redorer le blason de la musique électronique.

Leur production, appuyée sur la voix chaude d'Andy Bell et le talent de l''indéfectible Vince Clark a produit en quart de siècle des perles. Synthés voltigeants, mélodies chaleureuses et souvent avec un rythme trépidant. On notera par ailleurs la finesse de leur production et les arrangements léchés que dont le duo a le secret depuis si longtemps.

Alors, aujourd'hui la galette servie laisse sur sa faim. Tout semble en contradiction avec le paragraphe précédent. La lourdeur de la musique aux sonorités dance floor est navrante. Tout semble englué dans une gangue collante. Même la voix d''Andy Bell semble mal arrangée souvent trop nasillarde et manquant de clarté. Bon, le métier les rattrape et l''album n''est pas complétement indigeste mais on reste circonspect. D'autant que si "'Tomorrow''s world"' est annonciateur des productions futures, on va se fâcher.

Un album d''Erasure se découvre en principe avec gourmandise comme une confiserie tant leur production peut être réjouissante mais là, l''avalanche de guimauve ne sera pas digérée sans un Alka Selzer puissant.

Il faut avouer que le précédent 'Storm Chaser' avait déçu. Est-ce qu''Erasure n''a plus le secret pour nous faire vibrer ? La double opération des hanches d''A. Bell a-t-elle eu un impact plus profond que prévu ? Espérons que ce soit temporaire et rappelons que personne ne produit de la qualité constante sur une carrière aussi longue.

En résumé, "'Tomorrow''s world"' n''est en rien comparable à 'Nightbird', ou 'I say, I say, I say'.

Espérons que dans le monde de demain, notre duo saura reprendre le dessus.

"'Tomorrow''s world"' does not beat yesterday''s world '...so far.

Fabien Jacquot


The Wombats Proudly Present... This Modern Glitch
The Wombats Proudly Present... This Modern Glitch
Prix : EUR 7,99

4.0 étoiles sur 5 Jump into the ... Wombats !, 24 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wombats Proudly Present... This Modern Glitch (Téléchargement MP3)
Pour ceux qui avaient laissé passer l'inénarable `A guide to love, loss and desperation', premier album très remarqué, lisez cette rubrique. Pour les amateurs du 1er opus, bienvenue également dans cette rubrique.

Le 1er album affichait une énergie rythmée par des riffs quasi syncopiques. La guitare est cette fois complémentée par le synthé pour un ensemble musical plus contrôlé. La spontanéité du groupe n'en souffre pas tant chaque nouveau morceau est une découverte surprenante. A noter que les Wombats donnent la part belle à la basse offrant une belle rondeur à leurs morceaux et un jeu de batterie assez frénétique. Tout cela se traduit en une belle énergie variée.

Le trio de Liverpool offre beaucoup de variétés dans ce 2ème album sans se départir d'une énergie bluffante. Matthew Murphy utilise son organe vocal avec toute l'assurance de sa jeunesse.

Les Wombats passent ce cap du 1er album et sa la spontanéité qui les caractérise si souvent à un 2ème album sans défaut tout en conservant une énergie rassurante.

Inutile de fournir le détail de chacun des morceaux afin de ne pas gâter votre découverte mais sachez qu'on ne s'ennuie pas. Les petites dents acérées des Wombats ne vous lâchent pas jusqu'au dernier titre.

A noter sur certaines versions de l'album (limited edition), 2 interprétations acoustiques qui valent le détour, les Wombats prenant le contrepied une fois de plus de là où on pourrait les attendre.

En numéro 2, The `modern glitch' constitue un ensemble de morceaux qui donnent une belle énergie à quiconque se donne le temps de découvrir ce trio très dynamique.


Killer Sounds [Explicit]
Killer Sounds [Explicit]
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le son qui tue?, 24 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Killer Sounds [Explicit] (Téléchargement MP3)
Album résolument rock pour ce retour attendu depuis 2007 des Hard Fi. Les Hard Fi ont toujours revendiqué leur extraction sociale modestes qui a formé la ligne directrice de leurs paroles et donc de leur succès.
`Killer Sounds' n'est que le 3ème album de la formation moins prolifique que les Kaiser Chiefs ou les Arctic Monkeys pour ne citer qu'eux.

On retrouve tous les ingrédients des Hard Fi, à savoir une belle énergie, des riffs accrocheurs, un tempo enlevé.

A citer particulièrement, `Fire in the House', `Stop', `Feels Good' et `Love Song' et notons que les Hard Fi nous privent d'une belle balade telle que dans leurs précédents opus.

Les Hard Fi, c'est du solide en matière de Rock tout en maintenant une certaine sensibilité exprimée au travers de la voie et naturellement des paroles de Richard Archer. Ce dernier qui a personnellement mis en main, la construction de ce dernier album.

Considérons que l'album est encore récent pour une vraie digestion et donc synthèse de l'ensemble. Le résultat ? Un poil en dessous de `Once Upon the Time in the West' et la généreuse utilisation des chaeurs, mais reste au-dessus du panier de la production actuelle et demeure une recommandation d'achat.

Hard Fi pour votre Hi Fi !

Fabien Jacquot


Junk of the Heart
Junk of the Heart
Prix : EUR 6,99

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Kooks à la cool!, 13 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Junk of the Heart (CD)
Arrivée du petit 3ème, dans la famille Kooks. Originaire de Brighton, ville au charme suranné et d'une certaine débauche juvénile, les Kooks ont déjà proposé 2 albums de qualité mais qui se bonifient à chaque nouvel opus.

Leur style, avec des guitares présentes et avec un son relativement sec en contradiction avec la voix chaude et avec fort accent de Luke Pritchard a évolué ici avec un son un peu plus en rondeur. Pourtant la guitare n'est pas en reste avec une volubilité bien réelle et de belles attaques quand nécessaire.
Il se dégage une belle fraîcheur de ce disque.

On sent que ''Junk of the Heart'' des Kooks subit de nouvelles influences. Le résultat est moins frénétique qu'auparavant sans pour cela inspirer l'indolence. Pas de dilettante chez les Kooks, récompensés à de nombreuses reprises pour leurs productions mais des morceaux délicatement ciselés à l'image du titre éponyme de l'album qui bénéficie d'un subtil appui de synthés.

Sur le thème de musisque ciselée, ''Time above the Earth'' est superbe et 'trop court. ''Runaway'', ''Is it me'', ''Killing me'' sont également à citer.

'Junk of the Heart' fait partie des albums qu'on écoute sans se poser de questions sur l'ambiance du moment dont on ressort ragaillardi. Ce CD deviendra en fait un compagnon pour l'automne qui peut rendre mélancolique.

No Junk but lots of Heart !

Fabien Jacquot


Neighborhoods
Neighborhoods
Prix : EUR 11,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The Boys are back!, 13 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Neighborhoods (CD)
C'est le thème de la mort qui fait le lien dès l'introduction de leur nouvel opus et leur dernier titre inédit dans 'Greatest Hists', 'Not Now'.
C'est antinomique pour une telle résurrection!

Attardons-nous sur le 1er morceau de l'album qui présente en synthèse les nombreux évènements pendant ces 7 ans de séparation. Cette introduction de 'Ghost on the Dance Floor' apparait comme s'il n'y avait pas eu d'interruption depuis leur dernier morceau. Le volume sonore qui semble sortir de l'ombre augmente doucement en contraste se transformant attaque rageuse dévoilant rapidement ; une hargne dans les riffs, une batterie très présente et encore plus aérienne et naturellement une ligne de basse qui galope. En un seul morceau, nos 3 pieds nickelés résument ce qu'ils ont accomplis séparément, une longue intro à la Angels & Airwaves, un son +44 et finalement un retour à la Blink 182. Donc en 4,17 minutes, la conclusion est simple ; the boys are back !

D'ailleurs, tout l'album est une démonstration que leurs 'voisinages' culturels se traduisent par une synthèse du trio Punk Rock le plus célèbre, tout en assimilant leurs 3 personnalités. Espérons que cela dure !

Le résultat peut apparaitre comme un résultat décousu, car les morceaux n'ont pas de lien évident dans cet album mais en fait l'ensemble se mélange assez bien. Une production naturellement soignée permet de bénéficier des talents d'interprètes du trio. Travis Barker pas en reste avec une attaque et une diversité d'interprétation qui le maintiennent dans un statut de modèle et d'inspiration pour tant de batteurs dans le monde.

Alors malgré l'arrivée des longues intros et une guitare très aérienne et le maintien de riffs rageurs, est-ce que cet album est meilleur que les précédents ?

Et bien la réponse n'est pas si simple. D'abord, vous l'aurez compris, ce ne sont pas les mêmes Blink en même temps que l'opposé est également vrai.

'Neighborhoods' est encore récent sur nos platines et n'est pas encore parfaitement digéré. C'est un très bon album mais pour répondre à la question précédente, il n'est pas meilleur que leurs précédentes réalisations ; il est (presque) aussi bon.

Ne vous souciez pas du voisinage, achetez le fruit de réjouissantes retrouvailles de ce trio magnétique et légendaire.

Keep the albums coming, boys !

Fabien Jacquot


Killer Sounds
Killer Sounds
Prix : EUR 11,17

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le son qui tue?, 13 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Killer Sounds (CD)
Album résolument rock pour ce retour attendu depuis 2007 des Hard Fi. Les Hard Fi ont toujours revendiqué leur extraction sociale modestes qui a formé la ligne directrice de leurs paroles et donc de leur succès.

'Killer Sounds' n'est que le 3ème album de la formation moins prolifique que certains groupes du moment.

On retrouve tous les ingrédients des Hard Fi, à savoir une belle énergie, des riffs accrocheurs, un tempo enlevé.

A citer particulièrement, 'Fire in the House', 'Stop', 'Feels Good' et 'Love Song' et notons que les Hard Fi nous privent d'une belle balade telle que dans leurs précédents opus.

Les Hard Fi, c'est du solide en matière de Rock tout en maintenant une certaine sensibilité exprimée au travers de la voie et naturellement des paroles de Richard Archer. Ce dernier qui a personnellement mis en main, la construction de ce dernier album.

Considérons que l'album est encore récent pour une vraie digestion et donc synthèse de l'ensemble. Le résultat ? Un poil en dessous de 'Once Upon the Time in the West' et la généreuse utilisation des chœurs, mais reste au-dessus du panier de la production actuelle et demeure une recommandation d'achat.

Hard Fi pour votre Hi Fi !

Fabien Jacquot


This Modern Glitch
This Modern Glitch
Prix : EUR 10,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Jump into the ' Wombats !, 6 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : This Modern Glitch (CD)
Pour ceux qui avaient laissé passer l'inénarable 'A guide to love, loss and desperation', premier album très remarqué, lisez cette rubrique. Pour les amateurs du 1er opus, bienvenue également dans cette rubrique.

Le 1er album affichait une énergie rythmée par des riffs quasi syncopiques. La guitare est cette fois complémentée par le synthé pour un ensemble musical plus contrôlé. La spontanéité du groupe n'en souffre pas tant chaque nouveau morceau est une découverte surprenante. A noter que les Wombats donnent la part belle à la basse offrant une belle rondeur à leurs morceaux et un jeu de batterie assez frénétique. Tout cela se traduit en une belle énergie variée.

Le trio de Liverpool offre beaucoup de variétés dans ce 2ème album sans se départir d'une énergie bluffante. Matthew Murphy utilise son organe vocal avec toute l'assurance de sa jeunesse.

Les Wombats passent ce cap du 1er album et sa la spontanéité qui les caractérise si souvent à un 2ème album sans défaut tout en conservant une énergie rassurante.

Inutile de fournir le détail de chacun des morceaux afin de ne pas gâter votre découverte mais sachez qu'on ne s'ennuie pas. Les petites dents acérées des Wombats ne vous lâchent pas jusqu'au dernier titre.

A noter sur certaines versions de l'album (limited edition), 2 interprétations acoustiques qui valent le détour, les Wombats prenant le contrepied une fois de plus de là où on pourrait les attendre.

En numéro 2, The 'modern glitch' constitue un ensemble de morceaux qui donnent une belle énergie à quiconque se donne le temps de découvrir ce trio très dynamique.

The perfect Anti-Depressant.


Credo
Credo
Prix : EUR 17,99

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le crédo du trio, 6 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Credo (CD)
Reconnaissons que de retrouver Human League après de longues années d'absence, est éminemment sympathique. Pourtant ce genre de retrouvailles peut s'avérer hasardeuse tant la musique de ces groupes très 80's peut être devenue ringarde au sein de la production actuelle.

L'ouverture avec un 'Never let me go' punchy mais un peu long rappelle 'Don't you want me' titre interplanétaire.
'Night People' entrainant mais un peu juste. Les titres qui se dégagent du lot sont 'Sky', 'Single Minded', 'Into the Night'.

Le trio a gardé un certain tour de main dans la création de leurs morceaux. Les oppositions ou complémentarités de voix sont toujours efficaces. Philipp Oakey a toujours cette belle profondeur, il a juste perdu ' ses cheveux ce qui le change de ses coupes de cheveux déstructurées d'autrefois.

Alors, est-ce trop d'indulgence de la part de fans qui ont traversé les 80's avec les Human League ? On pourrait questionner la capacité du trio de séduire une audience plus jeune. Dans ce cas, le terrain est certainement miné car ce nouvel album n'apporte rien de vraiment nouveau. Les paroles sont parfois d'une simplicité déconcertante mais c'est souvent l'apanage de la Pop Electro. La production rappelle les grandes années HL mais avec la modernité attendue.

Difficile de débarquer de la planète 80's, sans risquer de décevoir pour un groupe et sa musique si ancrés dans cette époque.

En résumé, l'album réjouit par cette remise en selle des HL et un produit bien fini mais déçoit car il n'apporte rien de très nouveau hormis les sonorités plus modernes.

No electric shock'but the right credo.

Fabien Jacquot


Build A Rocket Boys!
Build A Rocket Boys!
Proposé par VTN-GmbH
Prix : EUR 10,18

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Boys on a rocket !, 6 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Build A Rocket Boys! (CD)
Comme de nombreux groupes, Elbow tente de se démarquer du lot, ce qu'ils réussissent très bien tant il est difficile de leur coller une étiquette. Mais à quoi bon ? Elbow fait du Elbow.

Le précédent opus ''The Seldom Seen Kid'' largement célébré et récompensé ne leur est visiblement pas monté à la tête.

Cette fois encore, pour leur 5ème album, Elbow livre une collection de titres que l'on peut qualifier de musique intimiste voire minimaliste. La voix de Guy Garvey est suave et chaleureuse à souhait.

Même si on peut ne pas adhérer à tous les titres comme ''Open Arms'', 'Neat little rows'' moins bons, il faut reconnaitre le talent des Elbow à produire une succession très agréable et très soignée de morceaux.

A souligner les très beaux morceaux : ''Lippy Kids'', ''Jesus is a Rochdale Child'', 'The River'' et ''Dear Friends''.

Au final, ''Build a Rocket Boys!'' est un bel album, mélancolique mais sans tristesse, plutôt d'une douceur stimulante.

A savourer.

What will you build next, boys ?

Fabien Jacquot


Crack My Bones
Crack My Bones
Prix : EUR 12,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le grand pied, de vraies pointures, les pieds dans le plat, chaussure à son pied,..., 11 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crack My Bones (CD)
Le nom de ce groupe se prête aux blagues de bas niveau ou calembours douteux. The Shoes sont plutôt à célébrer pour la fraicheur de leur premier album et malgré des tentatives de cacher leur jeu, chansons en anglais, couverture avec fond de banlieue ouvrière anglaise; le duo est français.

Alors que lire dans ce premier opus ? D'abord, The Shoes invitent plusieurs artistes à chanter. Cela peut donner un ensemble incohérent dans certains cas mais ici, l'unité est conservée.

Le son The Shoes met en avant des percussions assez marquées, à tel point qu'on pourrait regretter plus de variétés dans leur utilisation. Tout ceci donne beaucoup d'energie à l'ensemble. Signalons les 2 titres `Stay the Same' et `People Movin' très réussis.
The Shoes savent calmer l'ambiance avec `Waistin' time'. On citera les titres à l'énergie communicative dont `Time to dance' (naturellement...).

On retrouve des sonorités et probablement inspirations glanées ci et là comme MGMT, Empire of the Sun et même du Fischerspooner mais il leur reste une indéniable originalité.

Cet album a de bonnes chances de nous accompagner ce printemps et cet été. Profitez-en pour le découvrir avant les autres.

Il faudrait passer un peu de temps à analyser pourquoi les artistes français qui chantent en anglais produisent des résultats plus cohérents. Attention, tout artiste qui chante en anglais ne produit pas automatiquement des merveilles.

Si on considère le duo Air qui chante `mal' en mauvais anglais, les versaillais arrivent à un produit fini de grande qualité. Force est de constater que plus d'artistes français choisissent la formule en anglais au prix parfois d'un désamour du public français. Ce n'est pas que la langue chantée mais le produit fini qui rapproche -ou dépasse- la production à l'anglo saxone avec une production léchée. Bref, on en reparlera.

Pour l'heure découvrez nos nouvelles pointures nationales.

Fabien Jacquot


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13