undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Fabien Jacquot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fabien Jacquot
Classement des meilleurs critiques: 9.303
Votes utiles : 658

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fabien Jacquot "fabienj" (France)
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13
pixel
Foot Of The Mountain
Foot Of The Mountain
Prix : EUR 14,74

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Au pied de la montagne...du succès, 10 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Foot Of The Mountain (CD)
Ah !, Ah ! peuvent ricaner certains, A-ha et leur look de coiffeurs 80's en virée sont de retour pour cachetonner en surfant sur la vague 80's.
Et pourtant, les A-ha ont évolué depuis le raz de marée de tubes démarré en 1985.
Leur dernière brassée d'albums datant des années 2000 montrent une qualité de composition et de mélodie sans pour cela négliger le rythme. Malgré les années, le son A-ha reconnaissable entre tous et porté par la voix versatile de l'éternellement jeune Morten Harket continue à présenter un intérêt.
Leur dernier album Analogue de 2006 offrait une palette diverse mais de qualité avec des morceaux tricotés avec talent.
Même si les A-ha sont moins présents sous les feux de la rampe en France, ils restent très populaires en Europe du Nord. Cet album démontre que l'engouement des fans est bien fondé car les A-ha ne déméritent pas.
`Foot of the Mountain' remonte dans le temps pour A-ha avec un fort emploi de synthé, pour des introductions sautillantes et des accompagnements vrombissants.
Le cap de la quarantaine atteint, les jeunes norvégiens font une musique plus mûre mais toujours avenante. Pour preuve, le titre éponyme de l'album `Foot of the Mountain' offre 3'55'' de quasi perfection musicale ; belle session d'un giflage joyeux de cymbales.
Un vrai délice pour lequel la touche répétition reste souvent active.
`Nothing is keeping you here' sort également du lot avec cette voix toujours chaleureuse.
Malgré leur volonté de retour aux sources, la sonorité Orgue Bontempi d'intros au synthé dans `Bandstand' et `Riding the Crest' font sourire.

Le reste de l'album est à découvrir et vaut le détour pour un groupe qui sait jouer la différence et qui prend le risque de se remettre au pied de la montagne du succès.

"...we could stay there and see how it ends. »

Fabien Jacquot - Asnières sur Seine


The Drums
The Drums
Prix : EUR 13,99

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 `The Drums' à faible résonance., 3 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Drums (CD)
Sensation du moment, 'The Drums' livre un album un peu décalé et surtout assez rétro.

A l'heure qu'il est, tout le monde aura entendu `let's go surfing' avec un riff de guitare à la B52's. Influence qu'on retrouve plusieurs fois, comme celle des Beach Boys et autres.

D'ailleurs, on retrouve un mélange de sons 60's et 80's qui constituent une signature tout le long des 12 morceaux. Les Drums ne sont donc pas avares...

A vrai dire cette signature sonore finit par devenir un procédé qui varie peu au fil des morceaux. Malgré une certaine fraicheur, à l'écouter en intégralité, l'album finit par lasser ; sonorités identiques, voix fluette, instruments très en retrait.

Quelques morceaux se dégagent du lot que je vous laisse découvrir.

The Drums ne mériterait pas l'intérêt qu'on leur porte ? Disons que si leur 2ème opus n'évolue pas, ils risquent de s'engluer sous une chappe d'indiférence.

Il s'agit d'un album à consommer comme une friandise mais ne pas manger tout le paquet à la fois, au risque d'écaeurement.

L'album mérite 2,5 étoiles mais ne pouvant pas attribuer de demi point, portons la note à 3 étoiles.

Fabien Jacquot


Bang Goes The Knighthood (Edition limitée 2CD)
Bang Goes The Knighthood (Edition limitée 2CD)

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bing, Bang, Bong!, 3 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bang Goes The Knighthood (Edition limitée 2CD) (CD)
Au risque d'utiliser un cliché suranné ; les anglais ne font pas grand-chose comme tout le monde. Bien qu'Irlandais, Neil Hannon en est un parfait exemple. Depuis 1989 et une dizaine d'albums, le membre permanent de Divine Comedy signe la musique moderne de son empreinte inimitable.

Avec notre manie de tout classer, on pourrait classifier Divine Comedy de Pop mélodique. Et de mélodie, Neil Hannon en connait un vrai rayon et c'est d'ailleurs dans ce domaine qu'il excelle. Sa voix se prêtant mieux aux interprétations plus lentes, car devenant plus nasillarde quand le rythme s'accélère.

Cet Irlandais du Nord interprète à merveille cette Angleterre moderne mais aux parfums parfois désuets ; les Bentley qui glissent vers l'horizon et les femmes aux grands chapeaux qui dégustent des fraises à la crème. Ce qui ne l'empêche pas d'épingler la société moderne avec une ironie consommée ; `At the Indie Disco', `The Complete Banker'.

`Bang' est un cran très au dessus, de son album co-interprété (side project), sous la marque `The Duckworth Lewis Method' qui au-delà d'un hommage appuyé à ELO présentait un intérêt discutable.

On notera une petite baisse de régime en milieu, fin d'album `Can you stand up', `I Like'.

En revanche délicieuse bizarrerie `Ya Sumeer' avec une voix féminine évoquant les chansons de variété à la radio en début de XXème siècle.

Vient ensuite, un petit rappel `à la ELO' `Beside the ...' aidé certainement d'un auto tune.

Presqu'une belle fin avec `The Circular Firing Squad' et son air lancinant mais `Napoleon Complex' est un autre morceau de trop.

A noter que la version française de l'album contient un CD complet de chansons françaises interprété par Neil Hannon.

Un 'Bang' tout en douceur. Parfaite écoute estivale couché dans l'herbe ou à cueillir des cerises.

'Neil, you should end up getting your Knighthood'.

Fabien Jacquot - Asnières sur Seine


Further
Further
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 4,09

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Plus loin, pas loin..., 3 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Further (CD)
7ème album studio du duo anglais dont le titre évoque le déplacement. En fait, le titre pourrait également être interprété comme signifiant un album de plus sans provoquer pour autant un grand déplacement.

On reste d'ailleurs là ou les Chemical Borthers nous avait laissé en 2007 avec `We are the Night'.

Ce genre d'album ne se juge pas à la première ni deuxième écoute. Il faut donc donner du temps pour s'imprégner de la musique des C B.
Si on analyse `Further' plus en détails :
`Snow', dure entrée en matière, comme un message en morse ( ?) prévenant que tout ne sera pas facile dans cet album,
`Escape Velocity', bang, 11 minutes de musique C B sautillante
`Another World' plus lent et avec une sonorité collante
`Dissolve' rappelle, `Let forever be' de l'album Surrender
`Horse Power' ne dépaysera personne
`Swoon' là encore le voyage sera comme de rester sur place, du bon C B, voilà tout,
`K+D+B' avec ses percussions et des sonorités familières,
`Wonders of the deep', classique.

Ne vous méprenez pas, `Further' reprend tout ce que les Chemical Brothers savent faire et bien faire ; la musique vous fera voyager mais à la fin de l'album, vous serez au même endroit. `Further' n'a peut être pas encore assez muri mais le procédé des C B se répète et on pourra reprocher un léger manque d'inspiration.


Tourist History
Tourist History
Proposé par b68solutionsfr
Prix : EUR 6,49

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pas de touristes au cinéma!, 10 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tourist History (CD)
On va apprécier cet album pour ce qu'il est ; une friandise qui accompagne l'arrivée du printemps. Malgré cette appellation de friandise, les jeunes irlandais n'ont pas bâclé leur 1er opus et d'être des touristes, on ne pourra pas les accabler. Déjà, le trio ne se prend pas au sérieux ce qui est de bon aloi et au contraire livre une aeuvre courte et qui donne rendez-vous pour un deuxième album.

Peu importe si leur carrière est promue ou pas à 25 ans de succès planétaires et peu importe si les `Cinema Club' ont puisé ou pas leur inspiration chez 25 autres groupes. Le trio irlandais est le produit d'une lignée de bons groupes et c'est cela qu'il faut retenir.

Le résultat est livré et il fait plaisir à écouter car et c'est souvent l'apanage d'un premier album, il a été concocté avec soins par ses auteurs. On appréciera vraiment donc la demi-heure passée en leur compagnie. Vivacité sautillante, pas de faute de gout.

Il faut reconnaitre un savoir faire indéniable du jeune trio, riffs de guitares très énergiques ou bien guitare assez aérienne.

L'intro de `Do you want it all' sonne comme une matinée de printemps encore rafraichie par la rosée qui contraste avec une fin de morceau qui traine en logueur.

`This is the life' ré-introduit une clap machine qui rappelle les 80's et avec un formidable refrain tout en légèreté.

Pour `I can talk', mieux vaut prendre son souffle car le morceau nous entraine vite et loin de nos soucis pendant quelques minutes.

Pour le reste, ... venez le découvrir.

Au total, la musique n'est pas révolutionnaire, le chant non plus mais tout dépend ce que vous cherchez. Si c'est de la fraicheur et du plaisir, tendez votre main et vos quelques euros, vous ferez un investissement plaisir.

Si vous n'aimez pas leur musique, comme le cinéma a pris la précaution d'avoir 2 portes, veuillez sortir par celle de derrière sans faire de bruit...

Fabien Jacquot
Asnières sur Seine


Night Train
Night Train
Prix : EUR 10,68

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Train-train de nuit., 10 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Night Train (CD)
Un nouveau Keane mais au risque de me plagier, j'avais comparé la sortie du précédent `Perfect Symmetry' à la sortie d'une nouvelle Golf (Volkswagen). Où vais-je chercher tout cela ?
Et bien, dès les premières notes, on reconnait le Keane qui varie peu du précédent. Le `mini' album de 8 titres tient la route et n'est pas désagréable à écouter voire confortable. Du reste, le produit est solide car le trio sait 'fabriquer' des chansons qui tiennent la route.
Keane rajoute quelques fantaisies comme des collaborations avec le rappeur K'naan (Mouais!) et avec l'artiste japonaise Tigarah (touche exotique et charmante).
Cependant, si Night Train donne l'impression d'acheter une nouvelle Golf assez semblable à la version précédente, c'est plutôt le modèle bas de gamme.

A la décharge de Keane, l'album a été conçu lors leur tournée `Perfect Symmetry' et qu'il est donné pour être un coupe faim avant le prochain album d'au moins 10 titres.

Au total, rien de très nouveau ce qui n'est pas forcément grave, mais ce n'est guère enthousiasmant et on note une dérive vers cette catégorie peu élogieuse de variété internationale.

A noter que `Your Love' et `My Shadow' et disons également `Clear Skies' sortent du lot. Très belle pochette d'album.

Not so keane (mais 3 étoiles quand même).

Fabien Jacquot
Asnières sur Seine
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 2, 2012 7:45 PM MEST


Up to Now
Up to Now
Prix : EUR 20,48

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Faites vous prendre par la patrouille (2éme) !, 7 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Up to Now (CD)
Je n'ai pas trouvé de meilleur titre que celui de mon commentaire pour leur précédent album 'A 100 million suns'.

Ce titre prend un sens nouveau car cet album de 'Best of' retrace le parcours des Snow Patrol et expose l'éventail de leurs possibilités. Dans tous les cas, la chaleur de la voix de Gary Lightbody produit son effet sur des compositions variées.
Snow Patrol ne fait pas partie de ces groupes dont les médias nous répètent jour et nuit que nous avons à faire au plus grand groupe. Bien leur en fasse, car leurs compatriotes de U2 ont réussi à agacer le chaland par leur quasi omni-présence et marketing de remplissage de stades. Cependant, comme U2, Snow Patrol s'inscrit dans la durée car le groupe est uni depuis plus de 15 ans et a construit patiemment son succès.

Snow Patrol sait parfaitement alterner passant de sensibilité touchante à vrai Rock pas pour paresseux. Ils ont également construit une sonorité propre et une belle énergie communicative.

A noter, leur reprise de 'Crazy in Love' originellement par Beyonce mais pas forcément un exercice très utile. Plutôt s'attarder sur l'excellent 'Just say Yes' une des 3 compositions originales sur l'album.

'Up to Now' est donc l'album permettant de découvrir un des grands groupes (pas prétentieux) du moment.

Vraiment un excellent investissement !

Just say YES !!!

Fabien Jacquot
Asnières sur Seine


Head First (CD + Vinyl)
Head First (CD + Vinyl)
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 18,20

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La tête la première !, 30 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Head First (CD + Vinyl) (Album vinyle)
Personnellement, j'attendais ce nouvel Opus de Goldfrapp avec beaucoup d'impatience. Mes commentaires enthousiastes pour le précédent album `Seventh Tree' avaient été tempérés par le modérateur d'Amazon et après 2 ans d'écoute régulière, il reste une aeuvre superbe.

Au lieu d'attendre des semaines avant de faire mûrir mon avis avec des écoutes répétées de l'album, je me jette la tête la première dans l'album, quitte à reprendre cette note plus tard.

Les Goldfrapp aiment surprendre et offrent à chaque album leur vision de leur musique avec un angle différent.

Est-ce à dire qu'ils ne se répètent jamais depuis ces 10 dernières années ? Et bien dans Head First, on retrouve des sons voire quelques rythmiques puisées dans `Supernature' et `Black Cherry', précisément sonorité et rythmique electro pop. Ceci ne gâte en rien le talent des Goldfrapp qui se sont inscrits dans cette veine musicale electro-pop avec une légère connotation seventies.

Il faut dire que si leur maitrise des possibilités offertes par un synthé est bluffante, les Goldfrapp savent conserver cette sensibilité particulière qui forme leur véritable signature et leur caractère très unique.

La voix d'Alison ne peut que ravir tant on peut la qualifier de pénétrante, elle se glisse en vous, sous la peau et on s'en retrouve imprégné. D'ailleurs le dernier morceau intitulé `Voicething' rend hommage à sa voix un peu comme aurait pu le faire `Art of Noise'.

`Rocket' lancé comme premier single fait son effet en ouverture de l'album et le rythme est maintenu avec `Believe', `Alive' et `Dreaming'. Ce n'est qu'avec `Head First' qu'on marque une pause. Je vous laisse découvrir la suite...

Ce qu'on pourrait critiquer, c'est qu'après presque 2 ans, Will et Alison ne nous gratifient que de 9 morceaux, ce qui n'est pas suffisant à se mettre sous la dent avant leur prochaine production.

Le titre de l'album permet de tirer cette interprétation que je peux modestement vous relayer, allez-y la tête la première !

Head First; what a voicething !!

Fabien Jacquot
Asnières sur Seine


Head First
Head First
Prix : EUR 9,99

9 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Tête la Première !!!, 20 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Head First (CD)
Personnellement, j'attendais ce nouvel Opus de Goldfrapp avec beaucoup d'impatience. Mes commentaires enthousiastes pour le précédent album `Seventh Tree' avaient été tempérés par le modérateur d'Amazon et après 2 ans d'écoute régulière, il reste une aeuvre superbe.

Au lieu d'attendre des semaines avant de faire mûrir mon avis avec des écoutes répétées de l'album, je me jette la tête la première dans l'album, quitte à reprendre cette note plus tard.

Les Goldfrapp aiment surprendre et offrent à chaque album leur vision de leur musique avec un angle différent.

Est-ce à dire qu'ils ne se répètent jamais depuis ces 10 dernières années ? Et bien dans Head First, on retrouve des sons voire quelques rythmiques puisées dans `Supernature' et `Black Cherry', précisément sonorité et rythmique electro pop. Ceci ne gâte en rien le talent des Goldfrapp qui se sont inscrits dans cette veine musicale electro-pop avec une légère connotation seventies.

Il faut dire que si leur maitrise des possibilités offertes par un synthé est bluffante, les Goldfrapp savent conserver cette sensibilité particulière qui forme leur véritable signature et leur caractère très unique.

La voix d'Alison ne peut que ravir tant on peut la qualifier de pénétrante, elle se glisse en vous, sous la peau et on s'en retrouve imprégné. D'ailleurs le dernier morceau intitulé `Voicething' rend hommage à sa voix un peu comme aurait pu le faire `Art of Noise'.

`Rocket' lancé comme premier single fait son effet en ouverture de l'album et le rythme est maintenu avec `Believe', `Alive' et `Dreaming'. Ce n'est qu'avec `Head First' qu'on marque une pause. Je vous laisse découvrir la suite...

Ce qu'on pourrait critiquer, c'est qu'après presque 2 ans, Will et Alison ne nous gratifient que de 9 morceaux, ce qui n'est pas suffisant à se mettre sous la dent avant leur prochaine production.

Le titre de l'album permet de tirer cette interprétation que je peux modestement vous relayer, allez-y la tête la première !

Head First; what a voicething !!

Fabien Jacquot
Asnières sur Seine
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 30, 2010 9:35 PM MEST


Ocean Eyes
Ocean Eyes
Prix : EUR 7,88

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lucioles, 20 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ocean Eyes (CD)
La progression fulgurante d'Adam Young est une nouvelle fois explicable à Internet, notamment par la diffusion de son titre phare Fireflies. Autrefois, les producteurs écumaient des clubs enfumés pour découvrir la perle rare en écoutant des groupes aux talents disons...divers. Aujourd'hui les lucioles d'Owl City se sont propagées si rapidement que son succès est devenu planétaire. Et pourtant le jeune Adam qui bricole ses synthés dans le Minnesota n'en attandait peut être pas autant.

Après le succès de `Fireflies' et son super clip au milieu de jouets animés, l'album Ocean Eyes aurait pu décevoir. En fait, il s'agit d'une pop électronique, légère, sentimentale et surtout sans effet prétentieux. Le seul effet qui peut lasser à l'écoute de tous les titres c'est celui de l'auto-tune qui transforme la voix d'Adam Young pour produire cette sonorité distinctive.

Sinon, l'album offre une variété de rythmes et toujours avec des mélodies sympathiques. Malgré la forte influence electro pop, de nombreux instruments viennent compléter la panoplie musicale et rendent les morceaux différents.

L'album est à découvrir car il est plaisant, entrainant et qu'il s'en dégage un optimisme à rendre guilleret le plus triste sire. Comme souvent dans la pop, `Ocean Eyes' se consommera probablement assez vite mais aura une durée de vie très supérieure à celle des lucioles et nous accompagnera au-delà de l'été.

A noter qu'Owl City n'est pas avare, car 12 morceaux sont proposés, 14 pour certaines versions.

Fabien Jacquot


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13