undrgrnd Cliquez ici Baby nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici NEWNEEEW Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de La fille aux chaussures > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par La fille aux c...
Classement des meilleurs critiques: 6.451
Votes utiles : 213

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
La fille aux chaussures "La fille aux chaussures" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Robinson Crusoe
Robinson Crusoe
par Daniel Defoe
Edition : Poche
Prix : EUR 14,00

2.0 étoiles sur 5 Robinson Crusoé, 1 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robinson Crusoe (Poche)
Dans ma tête, Robinson Crusoé était un peu comme un mythe : un naufragé qui arrive à survivre, seul sur une île déserte. Oubliez pourtant tout ce que vous croyez savoir sur le personnage, le naufrage, l’île, Vendredi… Oubliez l’image que vous en avez reçue au travers de lectures d’enfance, de films ou de séries télévisées… Si vous n’êtes pas de ceux qui ont lu la version originale, vous serez sans doute aussi surpris que moi de constater que de toutes ces images d’Epinal, il ne restera pas grand-chose après la lecture.

« Robinson Crusoe« narre les aventures d’un jeune Anglais qui quitte York et connait les affres de la capture, au large de l’Afrique, puis l’échouage sur une île totalement déserte où il restera de nombreuses années. Peu à peu, il retourne à l’état de l’homme originel, se faisant cueilleur, éleveur, agriculteur, bâtisseur, potier, s’entourant d’animaux puis se faisant sauveur d’un homme destiné au festin d’un groupe d’anthropophages. Vendredi devient alors un compagnon essentiel pour Robinson.

J’étais impatiente de découvrir « Robinson Crusoé« , je ne m’attendais pas à m’ennuyer autant. Quant à l’auteur, il ne nous ménage pas : cela n’est pas très rapide, il y a quantités de précisions non utiles : cela n’en finit pas (et plus de 800 pages dans ces conditions, c’est long!).


Des Noeuds d'acier Édition noel 2014
Des Noeuds d'acier Édition noel 2014
par Sandrine Collette
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Des Noeuds d'acier, 10 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des Noeuds d'acier Édition noel 2014 (Poche)
Je continue mon excursion dans la littérature noire et pour être noir, ce roman l’est : il est même très noir ! Noir, certes, mais addictif ! Il nous plonge petit à petit dans un cauchemar éveillé, un huis clos étouffant, et qui devient de plus en plus irrespirable au fil des pages. Si le thème n'est guère nouveau, la façon dont Sandrine Collette le traite est intéressante. Dès les premières pages, notre curiosité est piquée, l'auteure nous donne immédiatement envie d'en savoir plus. Elle nous offre un véritable voyage aux enfers et accrochez vous bien car la pression se fait de plus en plus forte, les coups plus violents, l'emprise de ces geôliers, aussi bien physique que psychologique, de plus en plus palpable, des scènes d'horreur bien présentes, le tout dans un style assez simple mais redoutable et palpitant. L'écrivaine nous plonge dans le macabre, l'inimaginable et le sordide.

Le récit est douloureux et la douleur ne fait qu'augmenter au fil des pages. Un environnement de folie pure, physique, psychologique. Cette folie est partout, elle alterne avec l'espoir, le désespoir, la solitude. Le lecteur n'est donc pas épargné. Il devient Théo, le personnage principal, le capturé. Il souffre avec lui, il tente le tout pour le tout avec lui.
Un roman qui est donc très oppressant, mais c'est aussi un récit rondement mené, un roman qu'on ne peut plus lâcher avant la dernière page;


La reine des lectrices
La reine des lectrices
par Alan Bennett
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

3.0 étoiles sur 5 La Reine des lectrices, 9 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La reine des lectrices (Poche)
Un livre se déroulant dans le Palais de Buckingham ne pouvait que m’attirer !

Le roman débute par une scène aussi cocasse qu'inattendue : Elisabeth II tombe par hasard sur un bibliobus égaré dans les jardins de son palais et intriguée, y pénètre. Sa Majesté découvre alors l'univers merveilleux des livres et leur pouvoir sur son imagination et son style de vie qui va s'en retrouver bouleversé. La lecture est maintenant sa priorité : elle ne quitte plus son château sans emporter un livre et elle ne connaît plus d'autres sujets de conversation, au grand dam de ses conseillers et des autres membres du gouvernement, qui n'ont d'ailleurs aucune idée sur ce qu'elle raconte.

Petit roman complètement décalé, humour sarcastique, histoire distrayante avec des pages très agréables sur le plaisir de la lecture (l'auteur parle très bien de la passion dévorante qu'elle peut provoquer et au passage, il nous permet de (re)découvrir tout un tas d’écrivains que l’on a envie de lire ou de relire). D'ailleurs, chaque lecteur compulsif se reconnaîtra aisément dans les comportements et les habitudes de la reine, comme par exemple noter sur une liste les livres qu'elle souhaite lire.

C'est léger, c'est drôle, la fin est vraiment très inattendue et réussie. Je le recommande à tous ceux qui veulent passer un bon moment.


Persuasion
Persuasion
par Jane Austen
Edition : Poche
Prix : EUR 9,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Persuasion, 8 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Persuasion (Poche)
Plonger à nouveau dans l’univers de Jane Austen est à chaque fois un bonheur réel. Malheureusement, j’ai trouvé que « Persuasion » était bien inférieur à ses autres romans (est-ce parce qu’il s’agit de son dernier roman achevé ?) : un rythme trop lent, trop peu de dialogues, des personnages passifs, une intrigue longue à démarrer, pas assez d'humour. L’ouvrage n’est pas très vivant notamment du à un texte trop rempli de descriptions, de détails sur la personnalité et les pensées des personnages. Quant à la plume de Jane Austen que je trouve d’ordinaire exceptionnelle, pleine d'ironie, de légèreté, de sous-entendus, elle perd dans ce livre, tout ce côté magique. Le ton est ici plus grave, amer presque.

Néanmoins, le cheminement de l'histoire reste fascinant : nous avançons tout doucement comme si nous participions à l'évolution de l'intrigue dans le cerveau de l'auteure. La plantation du décor au début nous emmène doucement à découvrir une histoire d'amour qui subit des remontrances de la société, de la bourgeoisie, des âmes perverses attachées aux matériels, aux titres et aux noms influents de l'époque.

Tout comme au récit auquel je me suis moins accrochée, l’héroïne principale m’a moins touchée que les autres personnages du monde austenien : Anne Elliot est certes imparfaite et touchante (proche de la trentaine, elle a perdu la fraîcheur et la joliesse de sa jeunesse et est en passe de devenir vieille fille) mais cette figure apparaît bien pâle par rapport à ce que à quoi nous avait habitués l'écrivaine. Elle est beaucoup trop douce et trop sage pour faire un personnage fascinant.

Bref, je referme ce livre avec un peu de déception...


Profanation Édition noel 2014
Profanation Édition noel 2014
par Jussi Adler-Olsen
Edition : Poche
Prix : EUR 9,10

4.0 étoiles sur 5 Profanation, 16 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Profanation Édition noel 2014 (Poche)
Il y a un an environ, je m’étais laissé dévorer par un polar absolument haletant du danois Jussi Adler-Olsen, « Miséricorde ». Je vous avais même proposé de vous rembourser si ce livre ne soulevait pas le même enthousiasme chez vous. N’ayant eu aucun retour, j’en conclus que l’intrigue a également fonctionné de votre côté ou alors, vous n’avez pas suivi mes conseils de lecture, bande de petits anarchistes !

Le deuxième tome de le trilogie ne m'a absolument pas déçue (même si j’ai trouvé le rythme un peu moins dynamique) et c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé mes deux compères, Carl Mørk et son acolyte syrien : Assad.

Le scenario est toujours aussi bien travaillé : comme pour la fois précédente, nous passons du temps avec nos amis policiers mais aussi avec la bande des tueurs de faisans (titre original du livre), ces jeunes qui, lorsqu'ils étudiaient dans un pensionnat huppé, aimaient tabasser, tuer ou ruiner les carrières des autres. Cette fois, l’auteur s'intéresse donc à la grande bourgeoisie danoise et à ses membres moins respectables qu'ils n'en ont l'air. Une bande d'adolescents privilégiés, adorateurs d' "Orange mécanique", trouvent dans la violence un exutoire à leur enfance dorée mais dépourvue d'amour. Adultes, ils sont restés les mêmes. L'argent, l'influence, le pouvoir ont même décuplé leurs instincts meurtriers et le doux vertige de l'impunité les enivrent. La seule faille vient de Kimmie, la fille de la bande. Elle les a quittés, les a fuis mais elle est une menace de chaque instant. Elle sait, elle peut parler, elle peut se venger.

Jussi Adler-Olsen a particulièrement soigné la psychologie de ses personnages torturés et effrayants mais il n'en oublie pas pour autant son tandem d'enquêteurs et nous régalent de leurs dialogues et de leur complicité.

Même si l'on connait les coupables dès le début, l'enquête tient en haleine jusqu'à l'épilogue où l'on craint pour la vie de l'opiniâtre tandem.


Le Royaume
Le Royaume
par Emmanuel Carrère
Edition : Broché
Prix : EUR 23,90

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Royaume, 3 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Broché)
Plus jeune, lorsque j'entendais parler des autres de sagesse, je riais sous cape. En tout cas, si sagesse il y avait, elle ne passerait pas par moi. J'avais décidé que la légèreté et l'insouciance seraient pour toujours mes chemins de croix. Et puis, les années passant et sans forcément parler de maturité ou quelconque autre synonyme, j'ai commencé à m'interroger davantage sur ce qui était important et ce qui ne l'était pas, sur ce qui me faisait du bien et ce qui me faisait du mal. La croyance en quelque chose au-dessus de nous s'est aussi posée à un moment donné. Entre un père anticlérical et une mère élevée par des sœurs, je n'ai jamais su véritablement su où me situer. Tout ce que je sais c'est que j'envie les gens qui ont la foi, qui ont quelque chose à laquelle pouvoir se raccrocher quand la vie devient trop dure.

Dès les premières lignes du "Royaume", toutes ces interrogations sont remontées à la surface. Je me suis sentie fébrile face à la puissance de l'écriture d'Emmanuel Carrère tant est si bien qu'à la fin de la lecture du premier chapitre, j'ai fait une crise d'angoisse.

Les chapitres suivants sont une véritable enquête de l'écrivain. Il tente de comprendre avec nous comment des textes vieux de plus de 2 000 ans peuvent encore autant régir nos vies aujourd'hui, à l'ère du technologique et des progrès scientifiques.

Mis à part ces réflexions que je pourrais qualifier de spirituel, j'ai appris de tas de choses. Notamment une : tout n'a pas d'explication.


Les Tribulations d'une jeune divorcée - Édition Noël 2014
Les Tribulations d'une jeune divorcée - Édition Noël 2014
par Agnès Abécassis
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Les Tribulations d'une jeune divorcée, 3 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Tribulations d'une jeune divorcée - Édition Noël 2014 (Poche)
Toujours dans mon trip "0 neurone littéraire"*, j'ai enchaîné avec "Les Tribulations d'une jeune divorcée" plus attirée par les jolies bouches sur la couverture que par le résumé sur la quatrième de couv'... Si j'avais regardé d'un peu plus près, j'aurais remarqué que le nom de l'écrivaine ne m'était pas complètement inconnu... J'ai essayé malgré tout de faire fi de mes préjugés et de me lancer dans la lecture.

Evidemment, avec un titre pareil, vous aurez aisément compris qu'il ne s'agit pas d'un livre concourant au Prix Nobel de Littérature... Tout est cousu d'un énorme fil blanc, on sent poindre dès le début un happy end annoncé et prévisible. Malgré tout, la lecture est aisée, pas désagréable.

Un sympathique livre à classer dans le rayon "chick litt", sans prétention, idéal pour les voyages ennuyeux en train ou les longues journées d'hiver.

* N'ayez crainte, je reprends de "vraies" lectures dès aujourd'hui!


Et puis, Paulette... (Edition noël 2013)
Et puis, Paulette... (Edition noël 2013)
par Barbara Constantine
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Et puis, Paulette..., 23 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et puis, Paulette... (Edition noël 2013) (Poche)
Pour commencer cette année dans la légèreté, je n'avais pas envie d'un livre "prise de tête". J'ai donc opté pour ce livre en me disant qu'avec un titre comme cela, je devrais toucher mon but.

C'est clair qu'il ne s'agit pas de grande littérature, les personnages manquent un peu d'épaisseur, l'histoire est un peu tirée par les cheveux à certains moments. L'écriture rappelle celle d'Anna Gavalda et notamment un de ses plus grands succès : "Ensemble, c'est tout" (pour les fans, vous aurez certainement fait le lien, la chanson "A bicyclette" étant d'ailleurs la chanson préférée de... Paulette).

C'est un roman sans prétention, optimiste, certes un peu utopiste qui permet de passer un bon moment mais le décalage avec la réalité m'ont rendu l'histoire légèrement indigeste. Mais comment ne pas se laisser attendrir par tout ces bons sentiments, par ces temps de crise une belle histoire de solidarité et de chaleur humaine ça ne peut que faire du bien...

Ferdinand vit seul dans sa ferme. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, il passe chez Marceline, sa voisine, et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. Très naturellement, ses petits-fils, les Lulus, lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas... Il finit tout de même par aller la chercher. De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...


Volte-face (Edition noël 2013)
Volte-face (Edition noël 2013)
par Michael Connelly
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Volte face, 10 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Volte-face (Edition noël 2013) (Poche)
Les romans policiers s'arrêtent souvent au moment où le criminel est fait prisonnier par le détective héroïque. Mais qu'est-ce qui se passe ensuite? Pour le savoir, « Volte face » nous propose un cheminement dans les méandres du système judiciaire américain.

C’est peu dire que je n’ai pas réussi – à aucun moment - à entrer dans ce roman et encore moins à m'intéresser au parcours des personnages (auxquels je n’ai trouvé aucune profondeur) et à ce qui pouvait leur arriver. Je me suis même clairement ennuyée tout du long de ce polar qui nous narre la révision d’un procès. A chaque changement de chapitre, j'espérais que la suite allait me convenir mais ce fut peine perdue. Il n’y a aucun suspens.

De plus, tout au long de ma lecture, j’ai été fortement perturbée par le changement de narrateur : lorsque le récit était à la première personne, il me fallait un temps d'adaptation avant d'intégrer que ce n'était pas l'inspecteur Harry Bosch qui parlait mais l'avocat Mickey Haller (sans parler du fait que les deux personnages ont chacun une fille et qu'ils y font souvent référence…).

En bref, je conseillerai ce roman à ceux qui veulent suivre un procès américain et qui souhaitent en apprendre davantage sur la jurisprudence de ce pays, à la fois du côté policier et du côté juridique, quant aux autres, passez votre chemin…


Les aventures de Sherlock Holmes
Les aventures de Sherlock Holmes
par Arthur Conan Doyle (Sir)
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Les aventures de Sherlock Holmes, 30 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les aventures de Sherlock Holmes (Poche)
« Les Aventures de Sherlock Holmes » se présentent sous formes de petites nouvelles comme autant de petits épisodes télévisés que l’on pourrait regarder à la télévision.

Les saynètes sont toutes très imaginatives, éloignées des lieux communs propres au genre policier. Malgré tout, les histoires sont écrites dans un style très daté et les intrigues sont toutes cousues de fil blanc mais i=on passe de très bons moments.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 12, 2015 2:17 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8