Profil de MC > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par MC
Classement des meilleurs critiques: 2.813
Votes utiles : 532

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
MC

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Homoanalysants : Des homosexuels en analyse
Homoanalysants : Des homosexuels en analyse
par Hervé Castanet
Edition : Broché
Prix : EUR 18,50

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 In-signifiant, 21 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homoanalysants : Des homosexuels en analyse (Broché)
N'étant qu'un amateur en psychanalyse, je ne me doutais pas qu'un livre écrit par un membre de l'Ecole de la Cause Freudienne orné d'une citation de Jacques Lacan en quatrième de couverture était en réalité une sorte de bréviaire entièrement libellé dans le sabir lacanien, avec centaines de citations du maître et de Jack-Alain Miller, mobilisation hystérique des concepts de "sinthome", "noeud borroméen", "parlêtre", "nom-du-père", "père-version" à longueur de page, et syntaxe dûment complexifiée. Nous en sommes là.

Chez ce lacanien-là, on expose pas une thèse, on la "déplie" (à peu près quarante occurrences de cet usage du mot sur 150 pages). La jouissance ne se "localise" pas dans tel ou tel point, elle s'y "chiffre" (entre vingt et trente occurrences sur quelques pages). C'est tellement plus sérieux de "chiffrer" la jouissance. Cela rappelle la formalisation pseudo-mathématique de Lacan lui-même. Cette formalisation démolie par les épistémologues (Sokal et Bricmont, voir aussi "L'oubli de la raison" de J.J. Sebreli).

Ce texte est absolument navrant en ce qu'il noie les quelques apports intéressants sous les concepts grotesques du lacanisme des seventies avec un sérieux imperturbable, comme s'ils étaient réellement opérants, comme si toute une littérature critique n'avait pas fait litière de ce jargon délibérément obscur. Et tout ça pour découvrir la lune, à savoir que "la nature n'existe pas", que la "Manif pour tous" est un peu normative, que les homosexuels, en réalité, ne sont pas "guérissables" contrairement à ce que disait Lacan "dans son enseignement", comme dit Castanet sans aucun recul épistémologique... (Par quel miracle et selon quel protocole scientifique Lacan Jacques aurait-il un "enseignement" à nous délivrer qui serait plus digne d'intérêt que "l'enseignement" de Tartempion Jean-Claude ? De quelle boîte noire proviennent ces miraculeuses vérités ? Nul ne le sait).

Avec un sérieux qui prête à rire, "Hervé Castanet" (faisons-en un signifiant) écrit p. 162 : "La jouissance est une propriété du corps vivant et c'est seulement à lui qu'elle doit être rapportée." Vivant est en italique, et il y a une petite note avec le verset correspondant tiré des évangiles du prophète : "Propriété du corps vivant sans doute, mais nous ne savons pas ce que c'est d'être vivant sinon seulement ceci, qu'un corps cela "se jouit". (Le Séminaire, livre XX, Encore, p.26)" Quelle désolante imposture, quel pataquès, quel truisme libellé dans un langage destiné à en imposer, on se croirait dans Molière...

Qu'on en juge, la grave conclusion de ce pensum est la suivante : "chacun est tenu à la contingence, donc à l'invention au cas par cas." "Chaque analysant, homosexuel ou pas, se trouve confronté à cet enjeu : bricoler avec l'incurable du réel." Voilà. Fallait -il mobiliser, pardon, "déplier", toute la quincaillerie conceptuelle de Lacan pour arriver à une telle platitude ? C'est ce que pense "Hervé Castanet", et nul doute qu'ici se chiffre sa jouissance...

Deux étoiles, cependant, parce que si l'on parvient à congédier cet insupportable décorum, tout n'est pas dépourvu d'intérêt, et notamment le cas Genet. Bientôt, un tel texte sera impubliable (ou unanimement moqué), et c'est tant mieux.


Penser avec Marx aujourd'hui : Tome 2 :
Penser avec Marx aujourd'hui : Tome 2 :
par Lucien Sève
Edition : Broché
Prix : EUR 35,00

5.0 étoiles sur 5 Magistral, 18 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Penser avec Marx aujourd'hui : Tome 2 : (Broché)
Il y a dans cette somme d'une immense clarté de Lucien Sève les pages les plus décisives qu'il m'ait été donné de lire sur Nietzsche.

Plus limpide que Lukacs, plus profond que Sebreli, Lucien Sève parvient à renvoyer Nietzsche et Heidegger (et donc avec eux la grande majorité de la philosophie française du XXe siècle - Deleuze, Foucault) à "l'hominisme" chrétien qu'ils ont prétendu dynamiter. C'est dire la puissance du travail effectué.

Le philosophe marxiste revient sur sa passionnante exploration des interactions entre les acquis cumulatifs de l'humanité et la singularité inépuisable des biographies individuelles, déjouant le piège du holisme radical dans lequel on caricature le marxisme... Il faut lire et faire connaître ce sommet d'une vie de travail intellectuel. Avec quelle impatience on attend désormais les deux tomes suivants, qui seront consacrés à la philosophie puis au communisme !


La destruction de la raison : Nietzsche
La destruction de la raison : Nietzsche
par Georges Lukacs
Edition : Broché

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Nietzsche analysé : d'une prodigieuse intelligence, 17 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La destruction de la raison : Nietzsche (Broché)
Il est frappant de constater que la quasi-totalité des philosophes (jusqu'à Sartre) qui ont commenté ce texte décisif de Georg Lukàcs soulignent son objectivité. Voilà une analyse décapante de Nietzsche, une saisie d'une limpide impartialité et d'ailleurs nourrie par des analyses sociologiques. La pensée politique de Nietzsche est découpée en trois phases, une première prusso-réactionnaire, une deuxième bismarcko-libérale, et une troisième pré-hitlérienne. L'ensemble de ces idéologèmes est resitué dans le contexte de la crise de la bourgeoisie et d'une préfiguration de l'impérialisme hitlérien. Un livre lumineux qui gagnerait à être diffusé très largement, et ce d'autant plus qu'il est très accessible.


L'Oubli de la Raison
L'Oubli de la Raison
par Juan Jose Sebreli
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Remarquable, 14 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oubli de la Raison (Broché)
Ce livre est l'antidote définitif à la récupération de Nietzsche et du nietzschéisme par ceux qui se revendiquent de la gauche. Sebreli montre en quoi Nietzsche est la matrice moderne et véritable de la droite, le ventre prodigieusement fécond de tout ce que la pensée compte de représentants opposés à l'émancipation humaine. Un bouquin nécessaire, d'autant plus puissant et salubre qu'il est d'une limpidité totale (ce qui, philosophiquement, a du sens...).

Au nombre des imposteurs que plus personne ne pourra lire en prétendant ignorer le misérable fond antirationaliste qui préside à leur œuvre (cet antirationalisme étant le pont catégoriel reliant et articulant le libéralisme aujourd'hui triomphant au vieux fascisme de nos grand-pères), sont appelés à comparaître : Lévi-Strauss, Bataille, Barthes, Deleuze, Althusser, Derrida, Lacan, Foucault...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 18, 2013 7:24 PM CET


Longévité d'une imposture : Michel Foucault : Suivi de Foucaultphiles et foucaulâtres
Longévité d'une imposture : Michel Foucault : Suivi de Foucaultphiles et foucaulâtres
par Jean-Marc Mandosio
Edition : Broché
Prix : EUR 10,20

3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Foucault se foutait du monde, 17 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
C'est un très bon texte que voilà. Même les zélateurs de ce "philosophe" doivent concéder qu'il y a non pas un, mais quatre Foucault totalement différents, et qui, en réalité, s'adaptent à l'air du temps. Du point de vue de la "production de concept", l'affaire est vite réglée : les épistémé, c'est de la branlette, personne ne songe plus à le contester, ni même Foucault qui a semble-t-il abandonné assez vite ces "analyses" qui avaient fait sa renommée. On y apprend aussi les mensonges et manip, notamment celle qui consiste à effacer scrupuleusement les références au "structuralisme" dans les textes une fois que celui-ci tombe en désuétude.

C'est aussi l'ambiance d'une époque qui est ici restituée. Qu'est-ce qu'on pouvait dire comme conneries dans les années 1970 ! Quand Mandosio cite les intitulés de cours à Vincennes, on est consterné. Et ce gauchisme était d'autant plus ultra-ultraradical qu'il n'a duré que quelques mois, avant que ses sectateurs ne deviennent curés, "juifs de l'étude" ou ministres et pédégés dans la bancassurance. Non, finalement le communisme a vraiment gagné en maturité avec la fin de l'URSS et la révolution conservatrice. Les idées communistes sont devenues autrement sérieuses. L'omniprésence d'un marxisme grotesque, en se dégonflant totalement, a permis un filtrage très bénéfique.

Sous le portrait intellectuel décapant de Foucault apparaît un pauvre diable narcissique et machiavélique, dont toute l'occupation aura été de conquérir des "parts de marché". Un homme en phase avec son époque...

Le second texte, "Foucauphiles et foucaulâtres", est de surcroit désopilant. Songer que ce clown est la référence maîtresse d'à peu près deux tiers de la gauche...


Avant la nuit
Avant la nuit
par Reinaldo Arenas
Edition : Poche
Prix : EUR 9,70

5.0 étoiles sur 5 Fort, 13 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Avant la nuit (Poche)
La vie d'Arenas fut d'une intensité incroyable, traversée de joies et d'atrocités. Il en a fait ce texte sobre et puissant. Sans doute un livre qu'il faut avoir lu, ne serait-ce que pour se faire une bonne idée du régime de Castro, qui n'a évidemment rien de communiste.


Mourir m'enrhume
Mourir m'enrhume
par Eric Chevillard
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Antilittérature, 10 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mourir m'enrhume (Broché)
Connaissez-vous l'antiphilosophie de Wittgenstein ? Ceci voudrait être de l'anti-littérature, une déconstruction forcenée de tout ce qui fait un récit littéraire. Aussi, il ne se passe rien de repérable, c'est à peine si ces phrases ont un sens. Et on devrait s'extasier ? On comprend que l'auteur a un certain amour des mots, qu'il s'efforce de les faire bellement consoner. Ce n'est rien qu'une tentative contemporaine de faire de l'art pour l'art ; une attention portée à la chose, à la phrase, rien d'autre ; un roman ? Ce serait si vulgaire ! Trappe à snobs, "objet" destiné à s'aliéner des fans, des disciples, à faire école. Mourir m'enrhume, tous ces M, ces R, cette gaieté, cette affectation ironique, n'est-ce pas délicieusement léger ? Mais cette légèreté sautillante est le masque d'une lourdeur de plomb. On devine l'auteur qui traque le trop-littéraire, le trop littéral, le pas assez creux et qui, se voulant pape, excommunie ceux qui croiraient par trop au "mythe de l'intériorité". Mais surjouer la superficialité, c'est déjà la manquer. Bof, mourir d'ennui, surtout.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 26, 2014 4:13 AM CET


Critique de la déraison pure : La faillite intellectuelle des
Critique de la déraison pure : La faillite intellectuelle des
par Daniel Salvatore Schiffer
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 A côté de l'auteur de ce livre, même BHL a l'air intelligent, c'est dire, 26 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Critique de la déraison pure : La faillite intellectuelle des (Broché)
Il faut savoir une chose : Daniel Salvatore Schiffer a le niveau d'analyse philosophique de Bernard Henri-Lévy, qui lui-même a celui de Michel Onfray, qui lui-même a celui de Chantal Goya. Ces quatre personnes forment le quadrilatère de la philosophie française de marché contemporaine.

On comprend l'astuce de ce sous-doué, de ce rigolo, de ce clown : en dégommant BHL (ce qui n'est pas difficile), il croit pouvoir prétendre valoir mieux que lui. Funeste erreur ! Sachez que dans ce volume (que j'ai lu en intégralité), Daniel Salvatore Schiffer explique que BHL est l'auteur, avec "Les Indes Rouges", du meilleur document jamais publié en France sur la question. Tel quel. Le reste des critiques tombe complètement à plat, faute de "faire tourner" le moindre concept philosophique sérieux. On reste dans la polémique de bas étage, du type Le Point (fanzine thatchérien dirigé par Franz-Olivier Giesbert, ami de Michel Onfray, dans lequel ledit Daniel Salvatore Schiffer a justement défendu le nommé Onfray lors de la polémique occasionnée par la déclaration de ce dernier selon laquelle les juifs sont les inventeurs-même du génocide). Tout ça forme donc un petit monde, car qui tient un fameux "bloc-note", dans le même Point, propriété du milliardaire chiraquien Pinault ? BHL himself ! Un quadrilatère, vous dis-je !

A lire la prose infiniment lente, boursoufflée, hachée de Schiffer (dont la contribution à la philosophie consiste à faire l'éloge du dandysme, thème d'une profonde nouveauté et d'une acuité politique et conceptuelle rare, convenons-en), on en vient à être gêné pour lui. Ce type appelle plus la commisération qu'autre chose. C'est toujours ça de gagné avec les niais de ce genre : il n'est pas nécessaire de les considérer comme des adversaires, ce qui retire de la violence au monde (il en contient certes déjà suffisamment !).
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 8, 2013 6:04 PM CET


La sexualité masculine
La sexualité masculine
par Jacques André
Edition : Poche
Prix : EUR 9,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Éclairant, 25 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La sexualité masculine (Poche)
Jacques André a l'immense mérite de la pédagogie et de la clarté. En revanche, il a tendance à refaire toujours le même livre. Les lecteurs fidèles, s'ils ont lu "Paroles d'hommes" et quelques autres, trouveront bien peu de nouveauté ici, mais un exposé clair de la théorie freudienne du fétichisme, et d'intéressants développement sur la sodomie, le SM, le voyeurisme et autres "psychopathia sexualis".


Les mots
Les mots
par Jean-Paul Sartre
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Qu'est-ce que l'intelligence ?, 10 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les mots (Poche)
Qu'est-ce que l'intelligence ?

Ce n'est sans doute pas les gesticulations du petit enfant prodige, fils d'une famille bourgeoise cultivée, capable de noircir des cahiers à sept ou huit ans où il ébauche des romans d'aventure copiés sur ceux qu'on lui fait lire. Tout le monde n'est pas dupe devant ce singe savant qui recrache, qui minaude, qui murmure aux adultes ce qu'ils veulent entendre.

L'intelligence, c'est, en revanche, cette façon qu'a Sartre, désormais tout un homme, de ramasser en une phrase plusieurs opérations de pensée, donnant ainsi à voir la contraction poétique de raisonnements multiples. C'est comme si ce livre aussi avait été écrit sous amphètes. Une prose de fulgurations par douzaine, de formules lapidaires et géniales, de coups de théâtre et de génie. Petit chef d'oeuvre sec et spongieux comme un fruit. Le chef d'oeuvre de l'autobiographie du XXème siècle torché en deux livraisons des Temps Modernes.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9