undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo cliquez_ici soldes montres soldes bijoux
Profil de Cirion > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Cirion
Classement des meilleurs critiques: 28.350
Votes utiles : 141

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Cirion

Afficher :  
Page : 1
pixel
A Middle Earth Dictionary (English Edition)
A Middle Earth Dictionary (English Edition)
Prix : EUR 0,99

1.0 étoiles sur 5 Un titre complèment malhonnête et une publication plus que suspicieuse., 14 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Middle Earth Dictionary (English Edition) (Format Kindle)
Ceci n'est absolument pas un dictionnaire de la Terre du Milieu ou quoique ce soit d'autre en lien avec la Terre du Milieu. C'est un glossaire de moyen-anglais écrit par Tolkien en 1922 comme complément au volume d'extraits de texte moyen-anglais A Middle English Reader (également intitulé Fourteenth Century Verse & Prose too) écrit en 1921 par son collègue Kenneth Sisam pour la Clarendon Press d'Oxford.

Cette adaptation pour Kindle est clairement une édition très douteuse, destiné à être vendue à des gens qui ne sont pas bien informés (et sans compter le caractère douteux du droit d'utiliser ce texte de Tolkien).

Pour un prix plus bas, tout client intéressé se tournera plutôt vers l'édition autorisée Dover qui regroupe un seul volume les deux ouvrages sur le moyen-anglais de Tolkien et Sisam et qui existe aussi en Kindle : http://www.amazon.fr/Middle-English-Reader-Vocabulary/dp/0486440230


Pour Comprendre Tolkien
Pour Comprendre Tolkien
par Flieger Verlyn
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

4.0 étoiles sur 5 Pour faire la lumière sur Tolkien..., 19 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pour Comprendre Tolkien (Broché)
1983, Verlyn Flieger publie Splintered Light: Logos and Language in Tolkien's World. Vingt ans plus tard, elle reprend son ouvrage et le retravaille à la lueur des nouvelles publications parues entre temps, et notamment la série des HoMe. 11 ans après, c'est donc une étude majeure de l’œuvre de Tolkien qui paraît enfin en français, aux éditions Desclée de Brouwer, sous le titre Pour Comprendre Tolkien: Une lumière éclatée. Si le titre de couverture a été adapté et perd le sous-titre, celui-ci est présent et traduit Logos et langage dans le monde de Tolkien sur la page de garde. L'ouvrage de 382 pages est présentée dans une maquette particulièrement soignée.

Le contenu s'ouvre par un avant-propos de Michaël Devaux, par ailleurs éditeur de la collection de la Feuille de la Compagnie, qui tient lieu de présentation globale de l'analyse à venir mais aussi de l'auteure. Devaux commence donc par une biographie/bibliographie de quelques lignes de Verlyn Flieger. Cette courte bibliographie aurait nécessité une mise à jour depuis 20051), car Verlyn Flieger a tout de même publié un recueil de ses articles sous le titre Green Suns and Faerie: Essays on J. R. R. Tolkien en 2011 mais surtout co-édité, en 2007, l'ouvrage Tolkien On Fairy-stories avec Douglas A. Anderson, une édition étendue de l'essai Du Conte de fées de Tolkien auquel il sera fait mention dans tout le chapitre 3 d'Une Lumière éclatée. La suite de l'avant-propos expose la méthode de travail de Flieger, donnant ainsi au lecteur les clés pour entamer l'analyse proprement dite.

Le propos de Flieger se divise en 20 chapitres. Disons-le tout net, les huit premiers chapitres paraîtront difficiles à lire pour tout lecteur novice de Tolkien. Bien qu'ardus, ces huit chapitres sont pourtant essentiels car Flieger y présente en détail la théorie qui se cache derrière cette étude : la théorie de Poetic Diction de Barfield, qui veut que « mythe, langage et perception humaine du monde sont étroitement liés et inséparables » ou comme le résume le titre du chapitre 9 Perception = nom = identité ; une théorie mise en pratique par Tolkien dans sa création linguistique. On parcourra avec un intérêt particulier le parallèle que Flieger fait entre les deux essais les plus connus : Beowulf : les monstres et les critiques et Du conte de fées (tout deux traduits et édités dans Les Monstres et les critiques et autres essais).

Une fois passé le plus dur, Flieger aborde ce qui parlera beaucoup plus au lecteur novice : une étude systématique des noms de personnages et peuples du Silmarillion au travers du filtre de la lumière, qui donne tout son sens au titre de l'ouvrage. Ironiquement, le chapitre neuf débute avec la remarque suivante : « Arrivés à ce point, on serait tenté de dire au lecteur : « Si vous ne vous intéressez pas aux langues de Tolkien vous pouvez sauter les chapitres qui suivent… » ». Pourtant, à mon avis, c'est bien dans les chapitres en question que l'on voit tout la maîtrise de Flieger à mettre en exergue la relation entre onomastique et lumière. Suivant le synopsis du roman, elle débute depuis l'éveil des Elfes et à la manière dont ils se nomment eux-mêmes Eldar, en lien avec le terme el, qui désigne les étoiles qu'ils virent en premier. Des Eldar, la première division du spectre lumineux intervient avec la division physique entre Calaquendi, les Elfes de la Lumière et Moriquendi, les Elfes de la Pénombre. Cette division s'accompagne d'une division langagière, passant de l'eldarin commun à des dialectes distincts pour chacun des groupes.

Chez les Calaquendi, trois divisions ethniques et linguistiques sont pratiquement instantanées, reflétant toujours le rapport à la lumière : les Vanyar, les Noldor et les Teleri. Parallèlement, apparait une nouvelle teinte de lumière en Terre du Milieu, le gris, au travers des Sindar menés par Thingol, qui a vu la lumière des Arbres mais l'a refusée et par Melian, reflet de la lumière originelle. En quelque sorte, les Sindar sont tiraillés entre ombre et lumière.

En Valinor, la lumière elle-même est divisée. De Finwë et Miriel, naît Fëanor qui brise la lumière des Arbres en trois Silmarils. Le nom de Fëanor est lui-même basé sur une idée de lumière : l'Esprit de Feu. Il est lumineux mais dangereux, consumant sa mère en naissant et menant les Elfes à la confrontation.

Flieger continue ainsi de chapitre en chapitre à étudier les divisions ethniques et linguistiques en parallèle de celles du spectre lumineux, s'intéressant notamment à Lúthien, Eöl ou encore aux Hommes, qui eux aussi ont un rapport spécifique à la lumière. Il serait facile d'en résumer le propos, mais cela ne laisserait plus le loisir au lecteur de le découvrir par lui-même.

Pour conclure, si l'on peut trouver que le titre français Pour comprendre Tolkien est un petit peu pompeux, comprendre Tolkien nécessitant en effet plus que cet ouvrage, il faut bien admettre qu'un grand pas est franchi vers une meilleure compréhension de son œuvre à la lecture d'Une Lumière éclatée. Il faut espérer que plus d'ouvrages de ce type soient traduits en français (ou directement écrits en français) pour fournir au public français un éclairage toujours plus important de Tolkien et son œuvre.

Critique publiée sur Tolkiendil.


La feuille de la compagnie, n° 3 : J.R.R. Tolkien, l'effigie des elfes
La feuille de la compagnie, n° 3 : J.R.R. Tolkien, l'effigie des elfes
par J.R.R. Tolkien
Edition : Broché
Prix : EUR 32,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le plaisir d'attendre..., 19 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La feuille de la compagnie, n° 3 : J.R.R. Tolkien, l'effigie des elfes (Broché)
Il a fallu attendre longtemps avant de voir enfin paraître ce troisième volume, dont on entendait parler depuis plus de dix ans. Mais, le volume est à hauteur de cette attente. Comme le signale Michaël Devaux, dans son éditorial, L'Effigie des Elfes poursuit le projet de prise au sérieux de l'œuvre de Tolkien. L'ouvrage s'ouvre sur des textes totalement inédits de Tolkien, publiés en version bilingue anglais-français, sur le sujet de la réincarnation des Elfes et présentés en profondeur et remis en contexte avec érudition par Devaux dans un dossier qui les précède. Ces inédits représentent des versions alternatives ou primaires de textes auparavant publiés dans les volumes X et XII de la série des History of Middle-earth (HoMe), non encore traduits en français ; des textes datant d'entre 1969 et 1972. Pour toute personne n'ayant pas la chance de pouvoir lire en anglais, c'est donc un aspect entièrement neuf qui paraît ici et pour tous ceux qui auraient déjà connaissance de ces textes, ceux-ci ouvrent nombre d'autres perspectives sur cette vision de la réincarnation développée dans les HoMe (comme c'est le cas pratiquement chaque fois qu'un inédit de Tolkien paraît).

A la suite des inédits, se trouve un dossier d'articles d'approfondissement sur l'univers, sans lien direct avec les inédits. Le premier article est "une exploration raisonnée" des noms de la forêt de Lothlorien, lesquels s'avèrent fortement liés à son histoire et à ses dirigeants, en particulier Galadriel. Le second article se penche sur les différences de conception qu'ont les Elfes et les Valar d'Arda et de son devenir. Suit un article fortement lié au précédent, qui s'attache à trouver la meilleure traduction française possible pour traduire le lexique du Marring, cet état intrinsèque d'Arda créé par l'action de Morgoth.

En troisième partie, on trouve trois articles plus généraux. Le premier n'a qu'un intérêt historique. En effet, il s'agit d'un texte de C.S. Kilby, publié en 1976, qui résume ce qu'il avait pu deviner ou apprendre de Tolkien sur le Silmarillion, lorsqu'il l'avait rencontré en 1964. Le Silmarillion n'ayant été publié qu'en 1977 par Christopher Tolkien, ce texte est donc le premier aperçu que le public a pu avoir du grand œuvre de Tolkien, hors de ce qui en transparaissait dans le Seigneur des Anneaux et ses appendices. Le second article a pour sujet la parole et la transmission de pensée chez les Elfes et Valar et ses inspirations, notamment chrétiennes chez Thomas d'Aquin. Le dernier article s'attaque quant à lui, au mystérieux Tom Bombadil en en recherchant une inspiration dans les grandes figures mythiques des légendes finnoises du Kalevala. Le volume se clôt sur une bibliographie des années 2003-2005, qui fait suite à celle du volume n°2, et sur un compte-rendu du HoMe XII.

Si les articles peuvent parfois paraître rudes à la lecture, ils n'en sont pas moins intéressants et éclairants ; et si vous hésitez à vous procurez cet ouvrage, la présence d'inédits de Tolkien devrait être une raison plus que suffisante pour cela. Critique publiée sur Tolkiendil.


Le Seigneur des Anneaux, Tome 1 : La Fraternité de l'Anneau
Le Seigneur des Anneaux, Tome 1 : La Fraternité de l'Anneau
par J. R. R. Tolkien
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

34 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quel bonheur !, 16 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Seigneur des Anneaux, Tome 1 : La Fraternité de l'Anneau (Broché)
Enfin une nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux. Que dire si ce n'est que cette lecture rend enfin justice à l'original ! Rien que les premières 200 pages souvent décriées, qui rebutent souvent les lecteurs, sont ici un plaisir à lire. Que ce soit le style fluide de la prose, les noms propres, la carte (complète redessinée et adaptée dans le style de la carte originale dessinée par Christopher Tolkien) ou encore les adaptations des chants et poèmes ; rien ne pêche dans cette nouvelle étape de la traduction française des œuvres de Tolkien. Merci aux éditions Bourgois et au traducteur Daniel Lauzon. Le seul point négatif est de devoir supporter l'attente de plusieurs mois pour dévorer le second tome et redécouvrir les plaines de Rohan et les terres désolées aux portes du Mordor !
[...]


Tolkien et la Grande Guerre : Au seuil de la Terre du Milieu
Tolkien et la Grande Guerre : Au seuil de la Terre du Milieu
par John Garth
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'autre biographie indispensable, 6 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tolkien et la Grande Guerre : Au seuil de la Terre du Milieu (Broché)
Enfin la traduction française de cet ouvrage incontournable de la recherche tolkienienne. Complément indispensable de la biographie écrite par Humphrey Carpenter, John Garth se penche sur cette période essentielle dans la vie de l'auteur qu'est la Première Guerre Mondiale. L'ouvrage s'arrête notamment sur ses relations avec les membres du T.C.B.S, son premier club de discussion ainsi que sur les quelques mois que Tolkien a passé en France, sur le front de la Somme. Un ouvrage qui n'est heureusement pas destiné qu'aux seuls spécialistes et/ou fans de l'auteur, mais aussi aux lecteurs intéressés par un nouveau témoignage sur cette période noire de notre histoire, au travers de la vie du soldat qu'était Tolkien.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 18, 2015 3:59 PM CET


Le haut elfique pour les débutants contenant tout ce qui est nécessaire pour comprendre la langue quenya de J.R.R Tolkien
Le haut elfique pour les débutants contenant tout ce qui est nécessaire pour comprendre la langue quenya de J.R.R Tolkien
par Edouard Kloczko
Edition : Broché

57 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Ouvrage à prendre avec précaution, 9 septembre 2012
Un avis pour le moins mitigé. L'ouvrage se définit clairement pour les débutants, et en cela, il poursuit exactement son but : vocabulaire, grammaire, conjugaison, initiation aux tengwar. On se posera la question de l'intérêt d'un glossaire Français-Quenya et d'un dictionnaire Quenya-Français distincts, surtout lorsque le glossaire est annoncé comme n'étant pas un index du dictionnaire. Il aurait mieux fallu un glossaire qui communique avec le dictionnaire. Cela étant, les deux comportent un nombre certain de mots utiles. Il était temps depuis 1995, date de parution du Dictionnaire originel, que l'on ait un remplaçant. Néanmoins, l'ouvrage est loin d'être parfait.
Premier bémol, la quatrième de couverture est à l'image de son auteur, légèrement égocentrique. Ainsi il est cité comme étant "le spécialiste attitré des langues elfiques de la plus grande association américaine des fans de Tolkien, la Mythopoiec Society." Lorsqu'on sait que la Mythopoeic Society est entre autres l'organisation qui publie les textes de Tolkien sur les langues, on ne peut que se douter qu'Edouard Kloczko n'est pas le seul à s'intéresser à ces langues dans ce groupe, et encore moins en être LE spécialiste. L'autre gros bémol est la tendance qu'a l'auteur de faire passer ses propres théories sur l'histoire des langues pour celles de Tolkien et évidemment sans en avertir le lecteur. On y retrouve également sa légendaire lubie selon laquelle Internet n'est pas digne de confiance. Je passe sur les fautes d'orthographe qui trainent ici et là, qui auraient pu être corrigées avec de la bonne volonté (on trouve par exemple un "excercices" dans le sommaire...). Il est vraiment dommageable que Kloczko en soit arrivé là, surtout lorsqu'on sait qu'il possède un public important prêt à croire ses écrits comme parole d'évangile.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 6, 2016 9:11 AM CET


Le hobbit annoté
Le hobbit annoté
par Tolkien Jrr
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

31 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable, 9 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le hobbit annoté (Broché)
Le hobbit annoté est indispensable pour deux raisons : la nouvelle traduction du texte original qui, même si elle en surprendra plus d'un, est une avancée majeure, l'ancienne datait de 1969 et possédait de nombreux défauts. Cette nouvelle traduction se démarque particulièrement par la qualité des poèmes et des chants. La seconde raison qui fait de cette édition un incontournable, c'est la présence des très nombreuses notes qui permettent de se replonger dans l'histoire de l'écriture du Hobbit ainsi que dans les inspirations de Tolkien pour ce roman. Quel bonheur que de pouvoir se plonger pour la première fois dans le chapitre 5 originel tel qu'il fut publié en 1937 avant d'être révisé suite à la parution du Seigneur des anneaux. Et pour ne rien gâcher, de nombreuses illustrations agrémentent le texte, donc celles de Tolkien, en couleurs, qui accompagnaient le texte d'origine !

Bref, à ne pas manquer !


J. R. R. Tolkien: Écrivain, Poésie, Philologie, Bloemfontein, Bornemouth, High fantasy, Bilbo le Hobbit, Le Seigneur  des  anneaux, Université d'Oxford
J. R. R. Tolkien: Écrivain, Poésie, Philologie, Bloemfontein, Bornemouth, High fantasy, Bilbo le Hobbit, Le Seigneur des anneaux, Université d'Oxford
par Frederic P. Miller
Edition : Broché

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Pages de Wikipédia, 1 février 2011
Ce n'est ni plus ni moins qu'une copie de l'article wikipédia sur J.R.R Tolkien, comme tous les livres de ces éditions! N'achetez surtout pas, vous avez la même chose gratuitement sur internet


The Tales of Beedle the Bard (Edition Collector - Exclusivité Amazon)
The Tales of Beedle the Bard (Edition Collector - Exclusivité Amazon)
par J. K. Rowling
Edition : Relié

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très beau livre..., 5 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Tales of Beedle the Bard (Edition Collector - Exclusivité Amazon) (Relié)
Comme mes prédécesseurs, il faut avouer que ce livre est vraiment magnifique. Le faux grimoire façon cuir est du plus bel effet dans la bibliothèque. Les gravures sur la couvertures rendent vraiment très bien.
L'intérieur en feutre est également très bien.
Concernant le vrai livre, la présentation dans son sachet en velours cousu de la signature de Rowling en fait vraiment un objet précieux. Pour ce qui est de la couverture avec les pièces en métal serties de rubis, il faut avouer qu'ils sont assez mal positionnés et qu'ils ne font pas "vrais", c'est ma principale critique. Pour le contenu en lui-même, les textes sont très bien, on replonge avec enthousiasme dans le monde des sorciers d'Harry Potter. Même le fait qu'il n'y ai que l'introduction qui soit manuscrite n'entame pas cet enthousiasme.
Enfin, la plupart des illustrations présentent dans l'enveloppe sont très belles, je m'attendais simplement à y trouver des illustrations nouvelles par rapport à celles du livre.
Enfin, je dois dire que le fait qu'une partie du prix soit reversé à une œuvre caritative ajoute à l'envie d'acheter.

En conclusion, un objet vraiment très bien, qui malgré quelques défauts mineurs, ne laisse pas sur sa faim...En bref, achetez-le (quand il sera de nouveau dispo).


Page : 1