undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de DEMOTES-MAINARD > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par DEMOTES-MAINARD
Classement des meilleurs critiques: 407.154
Votes utiles : 12

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
DEMOTES-MAINARD

Afficher :  
Page : 1
pixel
Le Maître des illusions
Le Maître des illusions
par Donna TARTT
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Dona TARTT nous fait partager ses longues recherches, 22 février 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Maître des illusions (Poche)
Bel et grand ouvrage. Un livre de base pour les étudiants en littérature. Dona Tartt nous communique son érudition sans paraître pédante. La triade agressive entre la culture de ces étudiants, leurs incroyables débauches et leur cynisme criminel fait la force du scénario. Le décor est planté lentement, il faut attendre plus de 100 pages pour attendre un vrai début de l'action. Bon, on aime la littérature qui en est une, ça devient rare. Difficile aussi de comprendre comment ces jeunes arrivent à leur âge en étant perpétuellement ivres et accro à trente six drogues différentes depuis l'âge de douze ou treize ans. Mais à fréquenter la littérature américaine on doit se convaincre que c'est la réalité. Enfin l'histoire est un peu un remake du cercle des poètes disparus et en partie du film de Hitchcock La Corde de 1948, ce n'est pas un mal.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 9, 2014 2:25 PM CET


Colocataires
Colocataires
par Danielle STEEL
Edition : Poche
Prix : EUR 6,95

1.0 étoiles sur 5 Un scenario, une histoire, mais quelle platitude?, 22 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Colocataires (Poche)
Ça me rappelle quand j'étais môme. On se racontait le lundi, le dernier film vu le samedi soir. Aucun style, aucune recherche. Des répétitions permanentes de sentiments primaires. Une suite de caricatures dans les lieux, les caractères: la mère va passer Noël à Gstaat, l'autre achète son appartement rue de Varenne, le repas c'est caviar, homard et gros cigares, les peintres c'est Picasso et Matisse... que des banalités, de l'esbrouffe... autant lire Gala ou un roman photo, au moins il y a les images en plus.


Page : 1