Profil de dneaeade > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par dneaeade
Classement des meilleurs critiques: 2.787
Votes utiles : 299

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
dneaeade (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
pixel
Rebel Heart - Édition limitée Super Deluxe (2 CD)
Rebel Heart - Édition limitée Super Deluxe (2 CD)
Prix : EUR 25,99

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon cru mais je reste un peu sur ma faim, 10 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rebel Heart - Édition limitée Super Deluxe (2 CD) (CD)
Tout d’abord j’aime Madonna depuis 1985 (Gambler, ça ne nous rajeunit pas tout ça) et n’étant plus tout jeune moi-même, jamais je ne lui ferais le procès que beaucoup semblent lui faire du genre « t’es trop vieille, t’es has been, dégage). Elle a régné (presque sans partage) sur la pop pendant plus de 30 ans et sa couronne elle ne l’a pas volé, même si des petites jeunettes l’ont suivie au pas, sans démériter, ces dernières années, mais Madonna est et reste une référence en la matière.

Ceci étant dit, j’ai beau être fan, je pense que je reste lucide. Oui, cet album est meilleur que l’album précédent MDNA (en même temps ce n’était pas très difficile) et il est même meilleur que Hard Candy (que beaucoup de fans ont détesté, ce qui n’était pas mon cas), mais je me dois d’admettre que Rebel Heart est nettement meilleur, c’est un fait.

Mais comme l’ont déjà dit certains commentateurs, il lui manque une locomotive : un tube qui tue et qui arrache tout sur son passage (comme Girl Gone Wild sur MDNA ou Celebration) car pour cela, soyons honnête avec un titre comme Living For Love, on est un peu loin du compte.

Personnellement je regrette 3 choses sur ce disque, la première la vulgarité (le mot « Bit… » figure déjà sur 2 titres de chansons et nous est même asséné une 3ème fois régulièrement tout au long d’une 3ème plage, ça fait beaucoup et c’est inutile.

Deuxième chose, comme l’ont déjà dit d’autres commentateurs également, le nombre hallucinant de morceaux (dont certains dispensables ou très médiocres : syndrome Artpop de Lady Gaga) qui gâchent l’écoute d’ensemble. Je pense qu’il aurait mieux valu ne mettre que les 12 meilleurs titres et garder le reste, soit pour des titres bonus sur les singles, soit pour un prochain album dans 2 ans (car sinon on va donc encore devoir attendre 4 ou 5 ans pour l’album suivant) et ça c’est usant à force quand on est fan.

La 3ème et dernière chose qui m’agace c’est le mercantilisme ambiant (3 éditions !) on se croyait chez Microsoft avec Windows et ses éditions Basique, Familiale Premium et que sais-je encore. Certes, tous les artistes sont poussés actuellement par leurs maisons de disques pour faire ça, mais la Reine avait-elle vraiment besoin de céder à cette facilité surtout qu’elle gagne plus avec ses concerts qu’avec ses disques.

D’autant qu’on en vient à des choses absurdes qui font que, par exemple, le meilleur morceau (pour moi Addicted) ne se trouve que sur l’édition Super Deluxe : la plus chère bien sûr (et on nous explique en somme par ce procédé débile donc, que ce ne sera pas un single) alors que c’est la meilleure chanson de l’album (ambiance Die Another Day rencontre Celebration), alors là moi je dis bravo.

Et ensuite, eh bien tous les meilleurs morceaux sont au début de l'album (Ghost Town, Hold Tight, Joan Of Arc, Hearbreakcity) et la fin de l’album aie aie aie au secours, ça sent les titres de remplissage à mort (Bitch I’m Madonna : inécoutable, Body Shop/Best Night : nul, Holy Water/Wash All Over Me : ça s’écoute mais ce n’est pas ça qui va faire bouger les foules ou marquer les esprits).

Heureusement il y a de vraies bonnes surprises (Unapologetic Bitch : jamais j’aurais pensé que Madonna ferait un jour un reggae et encore moins un qui soit aussi réussi). C’est sûr que ça sera un single sinon je ne comprends plus rien à rien. Devil Pray est aussi très réussi (déjà par l’imaginaire : imaginer faire Prier le Diable, moi j’y aurais jamais pensé) mais aussi par la mélodie (très réussie là encore) bien que je ne sois pas très fan de la voix de mec grave samplée déformée et trop présente mais bon ça passe car le titre est excellent mis à part ça.

Parmi les plus belles balades qui m’ont le plus remué je me dois de mentionner également les titres Hold Tight et Inside Out.

Mais cet album est vraiment trop long. Madonna nous laisse donc décider de ce que l’on doit garder et de ce que l’on doit jeter alors que cela devrait être plutôt à elle de faire le tri avant de nous proposer son nouvel album normalement, non ? Je trouve personnellement dommage qu’il soit loin le temps d’un True Blue de 9 titres ou il n’y avait rien à jeter.

Enfin bref quoi qu’il en soit, Rebel Heart est bon album, à la fois pop et émouvant, remuant et mélodieux, parfois même expérimental (ceux qui disent qu'il n'y a que des titres lents sur ce disque ont tort soit dit en passant) donc quelle que soit la facette de Madonna que vous aimiez (si déjà vous aimez Madonna à la base bien sûr), eh bien vous êtes sûr de trouver votre compte sur cet album mais il aurait juste gagné à être un peu plus court.


Delta Machine
Delta Machine
Prix : EUR 7,98

1.0 étoiles sur 5 Fan depuis 1986 mais là je suis déçu déçu déçu, 2 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Delta Machine (CD)
C'est triste à dire car je les ai vraiment adulés, adorés, encensés mais là j'en peux plus. Ne vous mentez pas à vous même.

Moi qui ai adoré Depeche Mode depuis ma découverte de l'album Black Celebration, j'étais enchanté par le magistral Music For The Masses, subjugué et conquis par le crépusculaire mais très beau Violator mais franchement depuis Violator ce n'est vraiment plus la même chose. Je suis très triste de dire ça mais pour moi Depeche Mode est mort en 1991 et depuis, régulièrement, le cadavre bouge encore mais pour combien de temps...

Déjà je n'avais pas (contrairement à beaucoup de fans je le sais) apprécié le rock de SOFAD (Songs Of Faith And Devotion) ou seules 3 ou 4 chansons sortaient du lot (Walking In My Shoes et sa très bonne face B My Joy, In Your Room, Rush & Higher Love). Avec Ultra on s'enfonçait encore un peu plus (atroce et inécoutable Barrel Of A Gun) mais le disque était encore une fois sauvé du naufrage intégral par 3 titres (Sister Of Night, Freestate et It's No Good). Et là encore ils avaient une excuse, le chanteur sortait tout juste de désintox.

Mais Exciter pareil (horrible et aggressif The Dead Of Night) mais encore sauvé par (Dream On, I Feel Loved et le formidable et aérien Shine).

Mais donc depuis Violator je me suis habitué à ne plus écouter tout un album de Dépêche Mode d'un seul coup mais de n'en apprécier que 2 ou 3 titres maximum par disque et leur dernier opus Sounds Of The Universe ne faisait pas exception à la règle : j'y aime seulement Peace, Wrong (à la rigueur si je suis très indulgent) et Oh Well (sauf que là le meilleur titre de l'album est un titre bonus, quelle blague : ils se moquent du monde là, non ?).

Mais ici ouch, c'est pire il n'y a que Broken de potable et ils ne l'ont même pas sorti en single. Bref, il faut soit que Dépêche Mode se souvienne qu'ils sont avant tout un groupe de pop qui savait très bien construire de belles mélodies avec ou sans artifices (ou sinon ils faut qu'ils jettent l'éponge tout simplement).

Ce dernier disque ressemble plus à un 3ème album solo de Dave Gahan qu'à du Dépêche Mode (et j'ai beau adorer sa voix, ses albums solo sont atroces et ne m'enchantent pas plus que cet album). La question que je me pose aujourd'hui, c'est mais où est passé le génie mélodique de Martin Gore ?! Même son 1er album solo Counterfeit valait mieux que ça.

Si si rappelez-vous DM n'était pas un groupe de rock, ni un groupe de blues, mais un groupe pop à l'origine. Violator est vraiment leur dernier très bon album. Le seul depuis qui a fait illusion (enfin un peu, très peu, trop peu) c'est Playing The Angel (sublimes Precious, Nothing's Impossible et Lilian) mais Delta Machine, laissez-moi rire (ou pleurer plutôt).


Columbo : L'Intégrale Saison 1 - Coffret 6 DVD
Columbo : L'Intégrale Saison 1 - Coffret 6 DVD
DVD ~ Peter Falk
Prix : EUR 20,17

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Série géniale et ce, dès le début., 26 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Columbo : L'Intégrale Saison 1 - Coffret 6 DVD (DVD)
Même les 2 premiers films pilotes qui ne s'appelaient même pas encore officiellement Columbo et qui sont inclus dans les 2 derniers dvd sont géniaux et ont déjà d'emblée, la patte et le génie qui suivra.

Tous les meilleurs éléments qui en font une série culte sont là dès le départ : la gabardine, sa dégaine débonnaire, les références à sa femme et les questions malicieuses ou de dernière minute. Seul son chien appelé "le chien" n'apparaîtra qu'au début de la saison 2.

Même des années après je suis toujours aussi surpris par la qualité des dialogues et des scénarii. C'est vraiment super de pouvoir la déguster dans son canapé à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit grâce au support dvd. La qualité de l'image et du son sont également au rendez-vous. On en profite exactement de la même manière que lorsque cela passait à la télévision. Merci pour ce plaisir intact.

A acheter d'urgence et à déguster sans modération, bien blotti au fond de son canapé ou de son lit.


Disintegration
Disintegration
Prix : EUR 10,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le dernier très bon album de The Cure, 26 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Disintegration (CD)
Disintigration porte bien son nom car il s'agit là, selon moi, du disque qui a bien désintégré le groupe car après la sortie de ce disque, le déluge : le groupe et le vrai "son" de The Cure s'est bel et bien désintégré et dilué jusqu'à rendre presque tous les disques suivants inintéressants.

Même si j'ai une affection toute particulière pour Mixed Up leur album de remixes ; on ne peut pas appeler ça vraiment un album car c'est plutôt une compilation : pour moi cela ressemble à un dernier bras d'honneur majestueux à tout ce que The Cure représentait.

Et tous les albums qui ont suivi (hormis peut-être Bloodflowers) sont à présent du Cure dilué, moins puissant (4:13 Dream), qui se copie lui-même pour faire moins bien (The Cure/Wish : il ne suffit pas de reprendre les sons d'Inbetween days sur Taking Off pour refaire du The Head On The Door ou de reprendre le riff de guitare de Just Like Heaven sur Friday I'm In Love pour nous refaire du Kiss Me Kiss Me Kiss Me). Et parfois c'est tellement mauvais (à 1 ou 2 titres près) que cela ne mériterait même pas de s'appeler The Cure (Wild Mood Swings). Donc c'est vrai qu'après ce disque, la musique n'est plus ce qu'elle était, ni la voix de Robert Smith ni même au niveau des paroles, on a vraiment l'impression que The Cure n'a plus rien d'intéressant à dire (mis à part le fait qu'ils aiment les vendredi) et je trouve ça plutôt triste.

Disintigration est à The Cure ce que Songs Of Faith And Devotion est à Dépêche Mode, sans doute le dernier très bon album. Après ce disque, tout est parti en sucette et ils n'arriveront jamais plus à être aussi bons, originaux et puissants. Car ici de l'originalité il y en a encore à revendre.

Même si je ne dirais pas que Disintigration est un chef d'oeuvre : je ne suis pas aussi gaga de ce disque que certains puristes peuvent l'être mais je me dois d'admettre que c'est le dernier disque où The Cure a mélangé avec doigté le son sombre et glacial qui les caractérise (Plainsong, The Same Deep Water As You, Untitled) avec une touche pop si légère et discrète qu'elle ne suffit pas à renier leur style (Lullaby, LoveSong).

Pour moi cependant cet album aurait été un poil meilleur s'ils n'avaient pas usé et abusé de si longues intros parfois. L'album s'en sort bien jusqu'à plus du milieu du disque mais c'est vers les 5/6 derniers titres que ça se gatte, pourquoi des titres si longs. Je ne suis pas contre le fait d'attendre 5/6 minutes pour que Robert Smith se mette à chanter (cela arrive souvent aussi sur l'album Kiss Me...) si cela reste pertinent lors de l'écoute mais là, par moments, on sent bien qu'ils ont usé et abusé du procédé de manière un peu exagérée.

J'aime beaucoup Pictures Of You et The Same Deep Water As You par exemple, mais quelques minutes en moins ne leur aurait pas fait de mal et cela n'en aurait rendu l'album que plus digeste, à mon humble avis.

Mais la raison de ces titres si long est évidente. Disintigration est le 1er album de The Cure réellement écrit dès le départ pour le format CD et je suis certain que Robert Smith et ses acolytes voulaient impérativement remplir ce nouveau (pour l'époque) support à mort. Ce n'est donc pas un hasard si les 12 titres de ce disque remplissent, comme par hasard, 72 minutes sur les 74 permises par le support CD (en 1989) car Kiss Me Kiss Me Kiss Me était un double album (du temps du vynile) et était aussi le dernier album de The Cure à être pensé pour ce format de disque (alors déjà en perte de vitesse).

Moi quand j'écoute Disintigration je remplace toujours lors de mes écoutes Fascination Street et Pictures Of You par leurs versions singles (plus courtes) et l'écoute n'en est que plus agréable et digeste. Concernant les versions des autres singles même si les différences entre les versions sont subtiles et très discrètes, je préfère les versions albums de Lullaby et LoveSong surtout lors de l'écoute de l'album, elles s'intègrent mieux que leurs versions singles remixées.

Bref si vous aimez le très bon cure, il n'y a pas de honte à arrêter votre collection après l'achat de ce disque car ce qui suit, est vraiment mais alors vraiment uniquement pour les fans purs et durs.


The Top
The Top
Prix : EUR 10,00

3.0 étoiles sur 5 Un album qui mêle joyeusement mélodie et cacophonie, 12 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Top (CD)
Vous voulez savoir à quoi ressemble l'album The Top, il suffit pour se faire une idée de simplement écouter les 30 premières secondes de leur tube "The Caterpillar" qui résume assez bien le contenu de l'album je trouve : entre crissements d'ongles sur un tableau noir et une jolie mélodie malgré tout bien présente : le tout se mélangeant harmonieusement (aussi improbable que cela puisse paraître).

Et tout l'album est comme ça, il oscille entre titres très mélodieux avec des mélodies magnifiques "The Empty World" (sans doute une des plus belles mélodies du groupe), "Bird Mad Girl" "Bananafishbones" et des titres qui, même si parfois la mélodie peut paraître belle, est un peu gâchée de temps en temps par des bruits bizarres ou des sons psychédéliques (et parfois même la voix mal maîtrisée de Robert Smith comme sur "Dressing Up" où il ne semble pas très sobre en la chantant).

Mais ce que l'on peut dire aussi sur ce disque c'est aussi que c'est avec "The Head On The Door" et "Kiss Me Kiss Me Kiss Me" l'album le plus varié au niveau des styles car il mélange des titres pop avec des titres très nerveux où les guitares règnent sans partage "Shake Dog Shake", "Give Me It" avec d'autres titres plus sombres et planants comme "Piggy In The Mirror" ou la chanson titre "The Top" qui n'auraient pas dépareillées dans un "Faith" ou un "Seventeen Seconds".

Certains fans trouvent que cet album est un tel ovni qu'il mériterait presque d'être plus considéré comme un album solo de Robert Smith que comme un album de The Cure à part entière, mais là je ne suis pas du tout d'accord. Le style de The Cure est là et bien là sur ce disque, toujours reconnaissable entre mille. D'ailleurs il n'y a qu'à écouter les singles "The Lovecats" et "The Caterpillar" à la suite pour s'en convaincre. Il y a bien la même patte, les mêmes ambiances, la même signature.

Cet album mérite bien de figurer dans leur discographie (bien plus en tout cas que l'horrible "Wild Mood Swings" que rien ne sauve) car il est l'album charnière indispensable entre la période sombre et glacée de 17 seconds/Faith/Pornography et la période pop qui suit de Head On The Door à Kiss Me... sans oublier Disintigration.

Psychédélique et un peu fou oui, mais en même temps tellement Cure.


Mixed Up
Mixed Up
Prix : EUR 8,40

4.0 étoiles sur 5 Contrairement à beaucoup de fans puristes, j'adore., 3 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mixed Up (CD)
Il n'y peut rien c'est comme ça mais Robert Smith aime toujours surprendre. C'est pour ça qu'après le très pop et court album The Head On The Door est venu le double-album 17 titres Kiss Me Kiss Me Kiss Me et qu'après Kiss Me (moitié sombre moitié pop) est venu l'album Disintigration (carrément très très sombre à part un titre ou deux).

Il est donc logique qu'après un Disintigration qui donnait envie de se flinguer, il allait tenter de nous faire danser (pour changer) et bien ça n'a pas raté.

Mais moi, contrairement aux puristes grincheux pour qui il n'existe que la Trilogie d'albums glacée (Seventeen Seconds, Faith, Pornography : qui est soit dit en passant mon album préféré), eh bien ces personnes là oublient toujours un peu vite que The Cure c'était aussi la pop insouciante des albums Japanese Whispers et The Head On The Door (sans oublier Three Imaginary Boys) et si on en apprécie les titres en versions courtes, pourquoi ne pas en apprécier aussi les versions longues ? Quand elles sont faites avec tact et bon goût bien sûr.

Bon c'est vrai, ce n'est pas toujours le cas ici, certains remix sacrilèges sont carrément ratés, il faut bien l'admettre (The Caterpillar et In Between Days sont carrément méconnaissables, je trouve même personnellement inécoutables) tout comme le Dizzy Mix de Just Like Heaven qu'on trouvait sur les maxis de l'époque mais ce n'est pas le cas d'autres remix très réussis que l'on trouve ici comme A Forest (qui rajoute de l'électronique très discrète, non-intrusive et qui colle malgré tout plutôt bien à la musique originale) tout comme The Walk que le chanteur a dû rechanter car la maison de disque avait perdu à l'époque, dit-on, les bandes originales de l'album Japanese Whispers. (lol)

Mais on trouve aussi dans cet album les remix officiels sorti à l'époque des singles des albums Kiss Me Kiss Me Kiss Me et Disintigration (Hot ! Hot ! Hot !, Lullaby, Fascination Street, etc.) qui sont, eux aussi, plutôt réussis.

J'ai juste enlevé une étoile car contrairement aux versions albums et cassette de Mixed Up, on ne retrouve pas sur ce CD le remix très culte de Why Can't I Be You à cause des limitations du CD (format red book) : une belle c...nnerie si vous voulez mon avis, surtout qu'aujourd'hui cette limitation ne s'impose plus. L'excellent remix de Why Can't I Be You aurait donc très bien pu être rajouté dans les nombreuses ré-éditions de ce CD car on ne le trouve pas non plus sur Join The Dots (l'excellente compilation de face-B et des titres rares de The Cure).

Surtout que ce mix de Why Can't I Be You est non seulement bien supérieur aux horribles remix de In Between Days, Caterpillar et Never Enough (le single de l'époque) que l'on trouve ici et qu'il est d'autant plus culte que contrairement à tous les autres remixes présents ici, il était lui, énormément diffusé en radio à l'époque de la sortie de l'album Kiss Me Kiss Me Kiss Me pour la promotion de ce dernier.

Quant au remix de Close To Me inclus ici, je ne suis pas très fan de cette nouvelle version et tout comme In Between Days je trouve qu'il aurait été préférable d'inclure ici les excellentes versions longues de l'époque, car elles existent ! (et sont du coup encore inédite en CD à l'heure actuelle).

Mais enfin bref que vous aimiez le cure pur et dur à base de guitares (pas d'inquiétude, il en reste, surtout dans Never Enough d'ailleurs) ou que vous souhaitiez des versions modernes et habilement retouchées électroniquement et avec grâce de leurs plus grands tubes, il n'y a pas mieux que ce Mixed Up qui vaut bien mieux que son nom ou sa pochette ne sauraient le suggérer.

Personnellement je ne me lasse pas d'écouter et de ré-écouter (même 20 ans après) les superbes versions de The Walk ou The Forest que l'on trouve dans ce disque qui me fait même apprécier le titre Fascination Street que je n'aimais pourtant pas lors de sa sortie en single tant son remix est réussi (sans oublier Why Can't I Be You bien sûr que j'ai réussi à récupérer depuis, mais ailleurs).

Donc Robert, si un jour t'as besoin de sous-sous, tu fais le volume 2 quand tu veux.


Three Imaginary Boys
Three Imaginary Boys
Prix : EUR 11,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Les débuts prometteurs de The Cure., 3 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Three Imaginary Boys (CD)
Je ne suis pas aussi enthousiaste que certains au sujet de cet album. Pour moi cela reste un premier album avec ses qualités et ses défauts. Il y a quelques titres qui ne vont nulle part mais comme ils sont tous assez courts, on leur pardonne aisément car ils cotoient fort heureusement des titres très très bons comme 10/15 Saturday Night, Fire in Cairo, Three Imaginary Boys, Subway Song etc.

A noter quand même une chose très surprenante, c'est le premier d'album d'un groupe que je connaisse qui n'intègre pas les 3 premiers singles produits (les très bons Killing An Arab, Jumping Someone Else's Train l'excellent et culte Boys Don't Cry). Ce n'est pas très grave car on peut les retrouver sur Staring At The Sea le 1er best of de Cure ou encore sur la ré-édition américaine de cet album appelée Boys Don't Cry mais cela mérite d'être mentionné car ce n'est pas si courant.

Cet album Three Imaginary Boys (qui n'avait pas de nom à l'origine lors de sa sortie) reste un album assez bon (pour un premier disque), léger et entraînant qui annonce un peu dans ses titres plus sombre le style de la triologie glacée à venir (Seventeen Seconds, Faith et mon album préféré Pornography). Pour moi ce disque est loin d'être parfait, mais il est touchant dans ses maladresses et reste un album primordial et fondateur pour la suite de la carrière de The Cure.

Robert Smith le chanteur des Cure avait tout juste 20 ans lorsque cet album est sorti et s'ils apprenaient encore à l'époque de ce disque comment utiliser leurs instruments et les outils de studios d'enregistrement à leur disposition avec Chris Parry (leur producteur), l'album suivant Seventeen Seconds, lui, sera tout de même beaucoup plus maîtrisé.


Beverly Hills : L'intégrale saison 1 - Coffret 6 DVD
Beverly Hills : L'intégrale saison 1 - Coffret 6 DVD
DVD ~ Jason Priestley
Proposé par laurius
Prix : EUR 38,89

1.0 étoiles sur 5 Super série mais très mauvais coffret., 25 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beverly Hills : L'intégrale saison 1 - Coffret 6 DVD (DVD)
Comme d'autres l'ont déjà dit, cette série était super et parlait de sujets graves pour son époque que d'autres séries américaines n'abordaient que très peu (drogue, homosexualité, divorce) et pour les 3 premières saisons en tout cas, les épisodes étaient tous cultes et plus bons les uns que les autres.

Après j'avoue que ça s'est gâté assez vite (étant produite par Aaron Spelling qui faisait aussi Dynasty c'était prévisible) et tristement c'est plus devenu : "qui couche avec qui" et ça n'abordait plus vraiment des sujets de société importants.

J'attendais donc avec impatience de pouvoir revoir ces fameux épisodes et qu'elle n'a pas été ma déception de constater que les musiques d'origine de certains épisodes (surtout dans des scènes mémorables comme la 1ère fois de Brandon, rien de moins) avaient été remplacées non seulement par d'autres musiques mais en plus par des musiques (parfois techno) qui n'existaient même pas en 1990 !

C'est comme de mettre une mini jupe à ma grand-mère, je suis désolé de le dire mais ça ne se fait pas.

Moi qui me réjouissait de pouvoir me remémorer de très bons souvenirs mais si les souvenirs sont remixés, ce n'est plus vraiment des souvenirs (la madeleine de Proust en prend un coup). Dommage, il faut que je retrouve mes vhs enregistrées à l'époque sur TF1, honte à ceux qui ont fait ce coffret. C'est vraiment nul de faire ça.

J'ai acheté celui-là, il va sans dire que je n'achèterais pas les coffrets suivants.


Prostitute
Prostitute
Proposé par discover.store
Prix : EUR 32,90

4.0 étoiles sur 5 Surprenant et varié mais parfois un peu déroutant., 25 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prostitute (CD)
Voilà l'album le plus varié mais aussi le plus surprenant d'Alphaville. Varié car il comprend plusieurs styles très différents qui vont de l'électronique (Apollo, Ain't It Strange), aux titres piano-voix (Parade, Oh Patti) en passant par le reggae (Faith, Iron John).

Mais aussi parfois déroutant car de très bons titres (Fools, The One Thing, Ivory Tower) sont parfois entourés de titres beaucoup plus sombres et moins accessibles (The Paradigm Shift, Some People, All In The Golden Afternoon).

Cet album a d'ailleurs été mal compris à son époque pour de nombreuses raisons (des chansons parfois très longues Apollo : 6 minutes / Euphoria : 7 minutes (dont les 3 premières sont bien inutiles) ou très courtes (Ivory Tower 3 minutes 16 / Oh Patti 1 minute 45), un titre d'album provocateur qui en a refroidi plus d'un et des choix de singles pas toujours très justes.

Sorti en 2ème single par exemple The Impossible Dream a beau être une très belle ballade avec saxophone, des titres plus commerciaux auraient sans doute plus attiré l'attention des foules (Apollo, The One Thing). Mais Alphaville et son chanteur Marian Gold sont toujours comme ça, sans concessions.

Il n'en reste pas moins que cet album comprend quelques perles. Parmi mes titres préférés, le 1er single Fools (dont la musique sautillante cache des messages bien assassins dans ses paroles "les politiciens me font soupirer, la démocratie n'est qu'un mensonge, alors vous feriez mieux de continuez à danser, vous les idiots"). Voilà pourquoi Alphaville est un groupe pop à part qui n'a pas peur de provoquer pour asséner malgré tout quelques vérités dans ses paroles sur des musiques enjouées.

Mais il y a sur ce disque de très bons titres comme Iron John, The One Thing, Ain't It Strange et bien sûr Apollo qui clôture l'album de manière assez magistrale. Cette chanson clôture d'ailleurs souvent leurs prestations scéniques.

Mention spéciale également au titre très énergique Ivory Tower qui fait dans ses paroles, de nombreux clins d'oeils aux chansons des 3 premiers albums du groupe..

Cet album est donc sans doute le moins commercial (avec leur 3ème album The Breathtaking Blue) mais même si certains titres sont un peu moins accessibles que la pop insouciante de leurs 2 premiers albums, Alphaville n'a que faire des modes (ils se sont mis à faire de la techno à l'album suivant quand plus personne n'en faisait plus ou presque) mais c'est aussi pour ça qu'on les aime. Ce groupe est vraiment unique en son genre et va toujours là où on ne l'attends pas.


Four - Edition Deluxe Collector (CD + Livre)
Four - Edition Deluxe Collector (CD + Livre)
Prix : EUR 18,82

6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Je suis fan et pourtant je n'adhère pas à ce disque., 25 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Four - Edition Deluxe Collector (CD + Livre) (CD)
A mon humble avis, il continue la pente qualitative descendante de Midnight Memories l'album précédent. Le premier album m'avait énormément emballé. Presque toutes les chansons étaient bonnes. Leur deuxième avait quelques titres de remplissage mais dans l'ensemble avec les très très bons titres bonus, on s'y retrouvait.

Le 3ème album et son virage rock moi ne m'avait pas enthousiasmé plus que ça. Il n'y avait, mis à part les 2 premiers singles très réussis qu'une seule chanson qui me plaisait beaucoup, l'excellente Happily mais j'avais participé un peu malgré moi au succès de l'album car je l'avais acheté avant même de l'écouter sur la base des 2 premiers excellents albums.

Et là c'est pareil, mis à part le premier single Steal My Girl, il n'y a qu'un titre qui sort vraiment du lot c'est le superbe No Control. Si vous appréciez les titres de One Direction qui sont très énergiques et vraiment tubesques, je vous conseille de télécharger surtout ce titre là.

Quant à moi je reste fan car je les respecte énormément en tant qu'artistes (surtout en concert où ils dégagent une énergie folle) et que j'adore leurs voix mais s'ils ne sortent pas des albums un peu plus ambitieux et énergiques à l'avenir, j'ai bien peur que l'aventure tourne court très bientôt et ça serait dommage car je les aime vraiment beaucoup mais cet album est bien trop mou et on ne retrouve plus la verve des débuts et je trouve ça vraiment triste.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 1, 2014 9:27 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7