ARRAY(0xb4928174)
 
Profil de HORAK > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par HORAK
Classement des meilleurs critiques: 40.562
Votes utiles : 466

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
HORAK (Zug, Switzerland)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17
pixel
Le fourgon des fous
Le fourgon des fous
par Carlos Liscano
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un puissant portrait de la dictature en Uruguay, 7 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le fourgon des fous (Broché)
Ce roman autobiographique est le témoignage de Carlos Liscano sur ses années passées en prison à partir de 1972 sous le régime militaire. Le chapitre 6 de la dernière partie du récit résume bien tout ce que Liscano a enduré pendant sa jeunesse:
"Je suis au deuxième étage de l'Établissement Militaire de Réclusion N°1, connu sous le nom de pénitencier Libertad. J'ai vingt-trois ans et je suis le détenu numéro 490. Nous sommes, je crois, le 23 novembre 1972. Je boite du pied droit. Dans cet endroit et à cet étage je vais passer douze ans, quatre mois et vingt jours.
Ici, je deviendrai adulte, j'aurai mes premiers cheveux blancs, je me ferai mes meilleurs amis, je lirai des centaines de livres bons, passables, mauvais, nuls. Ici j'apprendrai de beaucoup d'autres prisonniers, et je m'efforcerai d'apprendre quelque chose de moi-même.
Je souffrirai du froid, je connaîtrai les punitions, les maladies, l'inconfort, l'angoisse, la dépression. Je vivrai de nouvelles misères, grandes et petites, les miennes et celles des autres. Je serai témoin d'actes de solidarité, de tendresse et d'affection inouïs de la part d'hommes qui sont, comme moi, privés de tout. Je sentirai que je commence à vieillir. Je commencerai à écrire. Je déciderai d'être écrivain."


La grande garde
La grande garde
par Antoine Sénanque
Edition : Broché
Prix : EUR 16,44

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'oppressante atmosphère d'un service de neurochirurgie, 2 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grande garde (Broché)
Le cadre de ce roman est le service de neurochirurgie de La Pitié-Salpêtrière, à Paris, milieu que l'auteur connaît bien, étant neurologue lui-même. L'équipe se compose de Vadas, l'agrégé du service, spécialisé dans la chirurgie de la moelle épinière. Il est une référence dans le monde entier, un des rares chirurgiens français qui a reçu l'offre d'une chaire aux Etats-Unis et le seul à l'avoir refusée. Il est adroit mais mutique et déteste l'enseignement. Il y a aussi Debrelle, le patron, beaucoup moins talentueux mais plus politique, Gonzague, le chef de clinique arrogant, Weiss, le psychiatre, et Ganate, le second interne, major du concours de l'internat, un forcené du travail.

Voici le moment de la grande garde. Les signes avant-coureurs sont alarmants: Pierre tremble des mains, ses muscles sont tendus, il est fatigué, pas assez concentré. Il frissonne et transpire. À cinq heures du matin arrive une urgence. Hématome du tronc cérébral chez un jeune homme de 22 ans, plaie par balle. Pierre est épuisé de sommeil. L'intervention commence et peu après Vadas sort pour aller voir les clichés de scanner IRM. Pierre, seul sur le champ. Le drame se noue à cet instant. Epuisement, jalousie, manque de concentration, faute, tout s'entremêle jusqu'au moment de l'erreur fatale.

Un bon roman qui montre la tension qui règne dans un bloc opératoire, les rapports de pouvoir dans un service d'urgence, le rythme implacable d'un hôpital et la conséquence d'un instant d'inattention ou d'un geste malencontreux qui se mesure au millimètre.


Un aller simple - Prix Goncourt 1994
Un aller simple - Prix Goncourt 1994
par Didier Van cauwelaert
Edition : Poche
Prix : EUR 4,37

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'aventure d'un rapatrié, 21 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un aller simple - Prix Goncourt 1994 (Poche)
Un enfant rescapé d'un accident de voiture est recueilli par un couple de Tsiganes, Mamita et Vasile, qui lui attribuent le nom arabe d'Aziz puisque la voiture accidentée était une Ami 6.

Aziz grandit à Vallon Fleuri à Marseille sous la nationalité marocaine et à dix-huit ans sa spécialité est le vol de voitures et d'autoradios. Alors qu'il s'apprête à épouser Lila, il est arrêté pour le vol de la bague de fiançailles et pour possession de faux papiers. Le gouvernement décide d'attribuer à Aziz un "attaché humanitaire", Jean-Pierre Schneider, pour monter une grande opération médiatique sous prétexte de réinsérer les immigrés illégaux dans leur pays d'origine.

Aziz et Schneider s'embarquent dès lors pour le Maroc à destination d'Irghiz, paradis perdu imaginé par Aziz comme son lieu d'origine et dont Schneider rêve naïvement d'écrire l'histoire sous la forme d'un roman.

Roman drôle et poignant, c'est un vrai chef-d'oeuvre d'ironie et de mélancolie sur la condition des immigrés du Maghreb en France et sur les travers de l'administration française.


Les petites mécaniques
Les petites mécaniques
par Philippe Claudel
Edition : Poche
Prix : EUR 5,89

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Treize nouvelles originales, 21 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les petites mécaniques (Poche)
Ces treize nouvelles présentent toutes des personnages dans des situations incongrues. Un mal mystérieux tient toute une région le mercredi des Cendres auquel seuls deux muets échappent mystérieusement. Le fils d'une prostituée brave la mort, content de quitter le monde après une belle chevauchée. Le marchand Colin le Bihot vit depuis son plus jeune âge de grivèlerie et de crimes lorsqu'il rencontre un jour la Mort sous les traits d'un homme bon et rond adossé au tronc d'un arbre, une rencontre qui va changer son destin. Un peuple nommé Arcaliens qui crucifie les poètes sur de grandes traverses dressées vers le ciel. Béata Désidério et son étrange rêve inexplicable. Une geôle dont le paysage devient familier, même indispensable. Un vagabond qui sait qu'il sera mort comme plus d'un le lendemain. Eugène Frolon abandonne les siens et part en Afrique à la recherche frénétique d'Arthur Rimbaud. Un narrateur écrit de petits romans courts et acérés comme des poignards. Igor Bashevich dont la seule passion dans la vie est celle des mots rares et qui se débat avec la signification du mot "paliure". Un groupe de prisonniers érigent leurs cellules et se réjouissent de pouvoir être enfin "chez eux". Georges Piroux meurt dans son lit un matin au moment même où il rêve qu'il meurt. Tania Vlässi est arrêtée par la Police politique tandis qu'elle fait la vaisselle et est ensuite emmenée pour rencontrer un mystérieux "Professeur" qui en fera une mécanique sans réelle existence.

Originales et bien écrites, ces treize nouvelles sont un régal qui comblera les amateurs de textes concis.


Le passage à niveau
Le passage à niveau
par Philippe Routier
Edition : Broché
Prix : EUR 14,54

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Premier roman bien réussi, 28 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le passage à niveau (Broché)
Guillaume est au commandes d'un autorail qui file à 120 km/h à travers la forêt de Retz lorsqu'il aperçoit une 405 qui s'engage sur le passage à niveau 515 non gardé. Guillaume se jette sur le champignon qui commande l'arrêt d'urgence mais il est trop tard. Manon Gerberoy, sa fille Émilie et son père Lucien Cotignac trouvent la mort dans la collision.

À partir de ce fait divers, l'auteur écrit un roman sobre sur le sentiment de culpabilité, sur les hasards inévitables et les coïncidences malheureuses qui régissent notre vie. Grâce au journaliste qui couvre l'affaire, Hugo Pochol, Guillaume rencontre Cyrille, l'ami d'enfance de Manon, et part dans une enquête pour retrouver la vie de ceux qu'il a tués.

Économie de langage et tension dramatique sont les deux qualités de ce roman. Le décor - le monde des cheminots - est aussi un personnage très présent dans le livre. Un décor que l'auteur connaît bien puisqu'il travaille lui-même depuis vingt ans à la SNCF. Le quotidien des cheminots est celui de la solitude, que ce soit aux commandes de leur machine ou aux commandes du poste d'aiguillage la nuit.


Meuse l'oubli
Meuse l'oubli
par Philippe Claudel
Edition : Poche
Prix : EUR 5,32

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'acceptation du deuil, 28 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Meuse l'oubli (Poche)
Le narrateur prend refuge dans le village de Feil en Belgique pour tenter de surmonter le chagrin que lui a causé la mort de sa compagne Paule, décédée à la suite d'une maladie qui a duré trois mois. Il s'installe dans ce village après avoir sombré dans la dépression dans l'appartement qu'il occupait avec Paule puisuqe tout lui rappelait sa présence et aussi son absence. Le narrateur trouve à se loger chez Madame Outsander et s'intègre petit à petit dans la vie paisible de Feil. Son attachement pour le lieu et ses habitants grandit au fur et à mesure que son séjour se prolonge. Ce séjour a finalement la vertu thérapeutique qu'il espérait après la mort de Paule, ce qui fait qu'il est en mesure, à la fin du roman, de quitter Feil l'esprit serein.

L'auteur montre comment un homme s'accommode du renoncement à la personne aimée, comment il accepte son deuil et montre aussi que le temps est le seul remède qui puisse atténuer la souffrance. Un roman assez réussi mais qui manque un peu de force si on le compare à "La petite fille de M. Linh" ou le superbe "Les âmes grises".


Nikolski
Nikolski
par Nicolas Dickner
Edition : Broché
Prix : EUR 18,29

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman sous forme d'appel au voyage, 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nikolski (Broché)
Un très bon roman d'aventure, conçu avec intelligence et fraîcheur, qui renouvelle un genre qui en a bien besoin.Ce n'est pas - comme dans le roman traditionnel - un personnage qui tient le haut du pavé mais un lieu: Nikolski, petit village des îles Aléoutiennes dans le Pacifique Nord. Pourtant ce lieu ne figure que sous la forme abstraite et lointaine d'un appel au voyage dans la trame de ce roman cartographique qui est situé à Montréal. Ce sont les parcours et les lieux dans cette ville et au Québec ainsi que les objets qui définissent les trois personnages principaux. Un compas -précisément rivé sur le village de Nikolski - pour le bouquiniste narrateur que lui a légué son ancêtre Jonas Doucet, un matériel informatique pour Joyce Doucet et un livre - curieuse reliure de trois fragments de trois romans différents - pour Noah Doucet. Il s'agit de trois membres d'une même famille qui ignorent leurs liens, quittent leur vie de famille la vingtaine venue et partent à la quête de leurs origines.

Un très bon roman d'aventure, conçu avec intelligence et fraîcheur, qui renouvelle un genre qui en a bien besoin.


Le Mobilier national
Le Mobilier national
par Laurence Cossé
Edition : Poche
Prix : EUR 5,89

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une histoire rocambolesque fort originale, 29 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Mobilier national (Poche)
Jean-Léger Tuffaut est le directeur du Patrimoine au ministère de la Culture. Mais l'argent fait défaut alors on racle les fonds de tirroir, on bricole, on retape ici un clocher, là un toit et le reste pourrit lentement malgré la pression des maires, des parlementaires, des professionnels du tourisme, des propriétaires, de la presse, de l'Unesco... Le directeur de cabinet du ministre de la Culture demande à Tuffaut de faire trois ou quatre opérations de prestige, un grand numéro de poudre aux yeux pour masquer le fait que le budget consacré au Patrimoine ne cesse de diminuer.

C'est alors que Tuffaut a l'idée qu'il existe en France au moins une centaine de cathédrales qui ne valent pas la peine d'être conservées, essentiellement parce que leur style ne le justifie guère, comme par exemple Montmartre à Paris. Cela permettrait de consacrer les fonds du ministère aux édifices qui le méritent vraiment. Tuffaut contacte son ancien camarade d'études à l'ENA, Beauju, qui lui propose un plan de destruction de ces cent cathédrales pour un forfait de cent millions de francs...

Roman fort bien documenté, bien écrit, drôle et contenant une trame que les lecteurs auront grande peine à ne pas dévorer d'un trait.


Comme les doigts de la main
Comme les doigts de la main
par Olivier Adam
Edition : Broché
Prix : EUR 8,27

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une histoire d'amour, 29 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comme les doigts de la main (Broché)
Chloé et Antoine, deux adolescents, se rencontrent lors d'un séjour à l'hôpital où ils partagent la même chambre durant une nuit. Ce sera pour eux l'occasion d'un premier amour passionné et éphémère.

L'auteur fait le portrait attendrissant à défaut d'être particulièrement original d'une relation d'amour. Mais il est vrai que cette relation a fait le sujet de tant d'oeuvres d'art qu'il est bien difficile d'être original.


Vous n'écrivez plus ?
Vous n'écrivez plus ?
par Laurence Cossé
Edition : Broché
Prix : EUR 13,40

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une belle collection de nouvelles, 20 mars 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vous n'écrivez plus ? (Broché)
Dans la première nouvelle de ce recueil l'auteur dresse le portrait de Josée Barry lors de la cérémonie de la remise d'un important prix littéraire pour son roman "La standardiste". À la grande surprise de l'assemblée Josée annonce que ce n'est pas elle l'auteur du roman mas sa mère Annie Barry qui a travaillé pendant trente ans comme standardiste aux éditions Martel. À l'époque où Annie avait tenté de présenter son roman à l'éditeur, il avait été refusé.

Des années plus tard Josée a retrouvé le manuscrit au fond d'un placard, a réussi à la faire publier et il est devenu un grand succès. Le roman relate la vie d'une maison d'édition avec tous ses drames et toutes ses joies de la perspective de la standardiste. Cette histoire ridiculise naturellement les Editions Martel qui n'ont jamais soupçonné avoir un auteur de calibre parmi leurs smicards. Et maintenant que sa mère souffre de la maladie d'Alzheimer, Josée se promet de lui amener une quantité illimitée de chocolats de la maison Fauchon!

Une excellente collection de nouvelles à la fois drôles et tristes qui ont toutes pour sujet les difficultés liées à l'écriture littéraire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17