Profil de HORAK > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par HORAK
Classement des meilleurs critiques: 61.347
Votes utiles : 476

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
HORAK (Zug, Switzerland)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17
pixel
Le diamantaire
Le diamantaire
par Yasmine Khlat
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

3.0 étoiles sur 5 Histoire d'une femme meurtrie, 22 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le diamantaire (Broché)
Lila, au mitan de sa vie, fait le choix de demeurer seule dans la maison léguée par son père au milieu des montagnes libanaises. On la découvre en train d'écrire une lettre au compositeur Pascal Dusapin où elle relate le désenchantement d'une vie de défaite après la guerre qui a déchiré son pays et le départ de son mari et de ses enfants en France ainsi que son lent glissement vers l'abandon.

Lorsqu'un jeune musicologue sombre et dédaigneux vient s'installer dans la dépendance de sa villa pour préparer une thèse sur Pascal Dusapin, sa musique lancinante finira par abattre les résistances de Lila pour l'amener à s'ouvrir à ce musicien dont l'enfance malheureuse et violente est comme un miroir de son propre désastre.

La prose de Mme Khlat est certes fluide et élégante mais son personnage principal manque un peu de relief de même que ce musicologue qui demeure une figure inaccessible et audible uniquement à travers les morceaux de musique qu'il joue.


Kennedy et moi
Kennedy et moi
par Jean-Paul Dubois
Edition : Broché

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Les déboires d'un homme qui cherche à retrouver sa dignité, 12 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kennedy et moi (Broché)
L'auteur présente les déboires de son personnage principal, Samuel Polaris, écrivain de quarante-cinq ans qui a la "pénible impression de n'avoir plus aucune prise sur la vie, en permanence hanté par le doute". Problèmes conjugaux avec sa femme Anna qui a une liaison avec Robert Janssen, problèmes personnels avec lui-même puisqu'il n'arrive plus à écrire, problèmes familiaux car il ne parvient pas à communiquer avec ses trois enfants.
Dans ces circonstances, Polaris peut-il trouver le salut dans une montre que portait J.F.Jennedy le jour de son assassinat et qu'il parvient à dérober à son psychiatre, Victor Kariakhine? Un peu difficile à croire tout de même...


L'armée du salut
L'armée du salut
par Abdellah Taïa
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Roman autobiographique de l'auteur, 12 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'armée du salut (Broché)
Le roman de M. Taïa est ouvertement autobiographique puisque le narrateur s'appelle Abdellah Taïa et qu'il raconte son enfance au Maroc lorsqu'il partageait une chambre avec sa mère et ses frères et soeurs. Grâce à l'influence de son frère Abdelkébir, de 10 ans son aîné, le jeune Abdellah se passionne pour la littérature et il est le premier homme qu'il a aimé et désiré aussi.
Abdellah arrive à Genève à 25 ans pour finir ses études mais l'ami qui doit l'attendre à l'aéroport lui fait faux bond ce qui fait qu'il se retrouve à l'Armée du salut où il est hébergé gratuitement.
L'auteur parle avec grande délicatesse, sobriété et pudeur de sujets délicats, scandaleux ou tabous. Sans oublier la désillusion d'un jeune homme qui a tant rêvé d'Europe et de liberté, de littérature et de cinéma.


The Quarry
The Quarry
par Damon Galgut
Edition : Relié

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 The hearts and minds of South Africans haven't changed, 12 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Quarry (Relié)
In this stunning novel, Mr Galgut tells the story of a fugitive from justice hitchhiking in the desolate backdrop of South Africa and who is picked up by a driver, a minister on his way to a remote parish. When the minister discovers that the hitchhiker is a fugitive and confronts him in a disused quarry, the response is lethal.
This novel is a masterpiece featuring a story and characters utterly compelling. The author shows that even the quietest spots on earth can seethe with repressed violence. A blunt and tense read about guilt and evasion of truth. Justly enough, Mr Galgut has been compared to the greatest South African writers like André Brink, Nadine Gordimer, J.M. Coetzee and Achmat Dangor.


Le Geste
Le Geste
par Gérald Tenenbaum
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un homme perdu dans l'effondrement de sa quête, 12 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Geste (Broché)
Un personnage dont on ne connaît pas le nom fuit son travail, sa femme, sa vie. Il erre dans la maison abandonnée par celle qu'il voulait rejoindre alors qu'il invite le lecteur à reconstituer le puzzle de son existence avec des morceaux de passé et de présent. Le personnage revient à la vie réelle aux travers de ceux qu'il côtoie: Kipnis, fils d'un rescapé de Buchenwald, Léah la libraire qui est sa confidente et Marie, l'institutrice qui deviendra sa compagne.
Atmosphère triste d'un itinéraire incertain avec de nombreuses références à ce geste qu'il aurait accompli avant d'entreprendre sa quête, geste d'adieu et geste à deux.


The Professor
The Professor
par Charlotte Brontë
Edition : Broché
Prix : EUR 9,55

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The author's first novel, 22 mars 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Professor (Broché)
Readers aspiring to have a knowledge of Charlotte Brontë’s work should read "The Professor" as it contains the key to much of her subsequent writing like "Jane Eyre" or "Vilette". The novel is based on the author’s own experiences in Brussels. The central character, William Crimsworth, an orphan, leaves his dreary clerking post in a Yorkshire mill to start a career as a teacher of English in the Belgian capital. He falls in love with a Protestant pupil, Frances Henri, teacher and lace mender. However William’s relationship is complicated by the manipulative and beguiling Catholic headmistress, Zoraide Reuter, and her cunning attempts to divert him from his destiny.
The novel, written in 1846, astonishes by its brevity and realism and by its portrayal of the heroine’s insistence on a working career after her marriage.


Miss Mackenzie
Miss Mackenzie
par Anthony Trollope
Edition : Broché
Prix : EUR 12,30

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A classic Victorian novel, 20 mars 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Miss Mackenzie (Broché)
Miss Margaret Mackenzie is a lonely young woman when she receives an inheritance after the death of her brother Walter which amounts to £ 800 a year, quite a substantial allowance in the 1860s. Subsequently Margaret moves from London to Littlebath where she takes care of her niece Susanna. Being fair and wealthy, she becomes the object of desire of three gentlemen in particular: her cousin John Ball, Mr Maguire the clergyman and Mr Rubb, junior partner in the company of her brother Tom. Margaret’s destiny changes abruptly when her lawyer tells her that actually Walter’s money is not hers since it was given to her before Jonathan Ball’s death and that it belongs to John Ball.
Mr Trollope casts a critical glance at all the intricacies of the Victorian era: money, social position, marriage and business. Nevertheless, the novel is a suspenseful family saga and the plot is so cleverly constructed that it surpasses many a story written in the 21st century.


La Cave: Un retrait
La Cave: Un retrait
par Thomas Bernhard
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Histoire d'une adolescence difficile, 20 mars 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Cave: Un retrait (Poche)
Dans ce roman autobiographique, M. Bernhard parle de son adolescence à Salzbourg peu après la seconde Guerre Mondiale. Il a alors 16 ans et décide d’aller "dans le sens opposé": quitter son lycée, "une des plus grandes absurdités humaines" pour entrer au service de Karl Podlaha, propriétaire d’un magasin d’alimentation en sous-sol dans le quartier défavorisé de Scherzhauserfeld. C’est le sentiment d’être "utile" qui le satisfait dans sa nouvelle occupation, un sentiment d’appartenance à une cité, aux clients "gens du peuple" et aux compagnons de travail. Il se sent particulièrement attaché à Podlaha qui aurait voulu étudier au Conservatoire de musique de Vienne mais qui en a été empêché par la guerre.
Ce bref roman contient de précieuses réflexions sur le travail, le rôle de l’écrivain, l’absurdité des institutions éducatives, la mémoire qui rend le passé toujours présent et les contraintes sociales pour conclure plutôt sombrement sur cette remarque : "L’essence de la nature est que tout est égal ".


Mademoiselle Coeur Solitaire
Mademoiselle Coeur Solitaire
par Sébastien Ortiz
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un nouveau "Fenêtre sur cour", 13 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mademoiselle Coeur Solitaire (Broché)
M. Ortiz reprend les personnages du film d'Alfred Hitchcock "Fenêtre sur cour" (Rear Window) et cette fois ce n'est pas James Stewart qui observe les autres locataires mais un narrateur dont on ne connaît pas l'identité. Celui-ci s'intéresse particulièrement à Miss Lonely Hearts, rôle qui fut interprété par l'actrice Judith Evelyn. Le roman reprend dans les grandes lignes l'action du film ce qui risque malheureusement de décevoir les lecteurs qui ont vu "Fenêtre sur cour". On retrouve Miss Torso, les Thorwald, le photographe et sa compagne et le compositeur.
Le roman est original en ce sens que M. Ortiz analyse en détail le désespoir dans lequel se trouve Miss Lonely Hearts qui, à l'âge de quarante ans, souffre de "Manless melancholia" - la mélancolie d'être sans homme - et il montre qu'elle a souffert de cet état depuis son adolescence. Ainsi on apprend dans quelles circonstances elle a rencontré l'homme qui l'accompagne chez elle et que le spectateur voit être mis à la porte dans le film. L'autre aspect original du roman est le fait qu'il permet au lecteur de jeter un regard sur ce que Michel Chion a appelé le "quatrième côté" de la cour ("Les cahiers du cinéma", n°356, février 1984), celui auquel appartient l'appartement où réside James Stewart et que le spectateur ne voit jamais dans le film.


L'analphabète : Récit autobiographique
L'analphabète : Récit autobiographique
par Agota Kristof
Edition : Broché
Prix : EUR 11,20

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La petite autobiographie d'un grand écrivain, 13 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'analphabète : Récit autobiographique (Broché)
Dans ce mince volume, Mme Kristof retrace les moments décisifs de sa vie depuis sa naissance dans un petit village hongrois jusqu'à sa carrière à succès de romancière. C'est à 4 ans déjà, sous l'instigation de son père instituteur, qu'elle a attrapé la "maladie inguérissable de la lecture" même si celle-ci était considérée comme l'activité d'une paresseuse par son entourage. Toute petite déjà, l'auteur aimait raconter des histoires, à son frère Tila d'abord, puis à ses camarades d'internat. Elle s'est mise ensuite à écrire des poèmes, des sketches et un journal.
Elle a appris qu'il existe des "langues ennemies", celle des Tziganes, la langue de l'occupant, le russe, et aussi le français qu'elle a dû apprendre à son arrivée en Suisse à l'âge de 21 ans et qui aujourd'hui "est en train de tuer ma langue maternelle." Elle se souvient de la mort de Staline en 1953, le célèbre "Père" et "phare lumineux", heureusement éteint à jamais, de la Russie, occupant qui a réussi à ruiner culturellement et économiquement ses pays satellites. Vient ensuite sa fuite par la frontière autrichienne en 1956, la demande d'asile et l'accueil dans une caserne de Lausanne.
Après son installation à Valangin, l'auteur a commencé à travailler dans une fabrique d'horlogerie en ayant l'impression d'être dans un désert affectif: mal du pays, manque de famille et d'amis. Puis elle se met à écrire. Du théâtre d'abord, mis en onde par la Radio Suisse Romande en 1983, puis son premier roman, "Le Grand Cahier", refusé par Gallimard et Grasset mais que Seuil accepte enfin de publier, roman traduit aujourd'hui en 18 langues. L'auteur parle enfin de son sentiment d'avoir longtemps été une "analphabète" en Suisse car elle a dû apprendre à lire et à écrire le français à l'age de 26 ans, un effort de deux ans jusqu'à l'obtention de son Certificat d'Etudes françaises.
Vos lecteurs, chère Madame, vous sont aujourd'hui profondément reconnaissants de votre effort!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17