undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Y. GIRAUD > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Y. GIRAUD
Classement des meilleurs critiques: 96.336
Votes utiles : 742

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Y. GIRAUD
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
pixel
Live at Brixton [Explicit]
Live at Brixton [Explicit]
Prix : EUR 13,99

4.0 étoiles sur 5 Excellent live d'une tournée qui était pourtant médiocre ..., 27 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live at Brixton [Explicit] (Téléchargement MP3)
J'ai vu Mastodon en concert à Paris sur cette tournée et j'étais vraiment déçu par le son et l'interprétation parfois approximative. Apparemment, le groupe a bien bossé par la suite car ce live excellent révèle toute la puissance du groupe, et les problèmes relevés ont été corrigés. Certes, le chant n'est pas génial (mais tout fan de Mastodon sait que le chant n'a jamais été leur fort, donc ça passe), mais il est plus que correct pour restituer les morceaux. Le reste est juste parfait. Rythmiques tordues, batterie démoniaque, on passe de la lourdeur de leurs riffs sabbathiens à des passages atmosphériques de toute beauté. Une grande réussite et une chouette introduction pour ceux qui veulent découvrir le groupe. Ensuite, je propose d'opter pour Levathan et Crack the Skye, qui sont pour moi leurs deux meilleurs albums studio.


Planet Waves Câble patch gamme Classics par Planet Waves, pack de 3, 15 cm
Planet Waves Câble patch gamme Classics par Planet Waves, pack de 3, 15 cm
Prix : EUR 13,40

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Cables peu pratiques et d'une qualité médiocre, 27 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ayant utilisé ces cables en 6 et 3 mètres par le passée et appréciant leur rapport qualité-prix, j'ai voulu opter pour ces patchs afin e cabler mon pedalboard. Bien mal m'en a pris ! D'abord, les fiches moulées en plastique sont énormes et pas du tout pratique pour se placer entre deux pédales (type MXR, notamment lorsque la prise d'alimentation est située sur le côté). Il en résulte la nécessité de les tordre dans tous les sens pour que les cables ne gênent pas l'installation des pédales et au final, beaucoup de perte de place (ça ne sert à rien d'acheter des pédales type TC Electonic mini si la fiche du cable prend la moitié de la largeur de la pédale sur le board). Mais le pire, c'est que l'un des trois cables crachotait, conduisant même à un faux contact lorsque je le bougeais ! Au final, je l'ai remplacé temporairement par un cable de base en couleur (type Yellow cable) qui coûte une fraction du prix et qui lui, au moins, ne crachotait pas. Au final. j'ai remplacé ces cables par des Lava, beaucoup plus chers, mais totalement fiables et flexible, eux. Donc, des cables ok pour dépanner ou si on n'est pas trop exigeant en termes de place, mais surtout une dépense inutile de 15 euros pour moins d'un mois d'utilisation.


Black Postcards: A Memoir
Black Postcards: A Memoir
par Dean Wareham
Edition : Broché
Prix : EUR 11,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Amateurs anglophones d'indie pop, ce livre est indispensable !, 6 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Postcards: A Memoir (Broché)
Dean Wareham, ex-frontman de Galaxie 500 et de Luna, Dean Wareham livre ici des mémoires étonnantes, traçant en creux une histoire très personnelle de l'indie pop dans les années 1980 et 1990. Pour tous ceux qui pensent que faire partie d'un groupe est l'une des choses les plus glamour et passionnantes qui soit, Wareham propose une traversée du miroir particulièrement désenchantante. Il en ressort que faire de la musique indie consiste surtout à dorir des des hôtels miteux, à voyager dans des vans merdiques, supporter les jérémiades et les blagues vaseuses des uns et des autres jusqu'à en finir par se fâcher avec ses meilleurs amis. Ode au véritable amateurisme, celui qui consiste à jouer mal dans un garage en buvant des bières, Black Postcards est tour à tour dur et tendre, cynique et touchant. Les remarques de Wareham sur ses collègues sont assez salées. Les Pixies, Metallica ou les Red Hot Chili Peppers en prennent pour leur grade ! Les journalistes sont souvent incompétents, les cadres de maisons de disques font office de dealers et les fans n'ont rien d'autre à dire en backstage que : "quelles pédales d'effets utilisez-vous ?". Et surtout, Wareham ne s'attribue jamais le beau rôle, il montre à quel point ses choix (aussi bien sentimentaux que professionnels) l'ont parfois amené à passer pour un type exécrable auprès de son entourage. En écrivant ces choses, Wareham recherche un peu de compréhension, mais jamais il ne cherche à s'excuser. Ne reste alors qu'une chose, en fin de compte : une poignée de disques incontestablement géniaux, comme ce Today enregistré en quelques heures dans les studios de Kramer par un groupe sachant à peine jouer ou Romantica, dont l'atmosphère cotonneusse ne reflétait finalement que l'attirance de Dean pour la superbe bassiste de son groupe. Indispensable non seulement à tout amateur de Luna et de Galaxie 500, mais en fait par tout le monde intéressé par un témoignage sincère de ce qu'est vraiment la vie d'un musicien.


Heart Food [Ltd.Papersleeve]
Heart Food [Ltd.Papersleeve]
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 39,14

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre absolu honteusement méconnu, 31 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heart Food [Ltd.Papersleeve] (CD)
Rhino vient de rééditer ce chef d'oeuvre absolu sorti en 1973. Rien à dire si ce n'est que Judee Sill peut être considérée comme un équivalent féminin de Nick Drake, et que la découvrir aujourd'hui provoquera le même choc qu'entendre 'Pink Moon' pour la première fois. 'Heart Food' est aussi bon que 'Tapestry' de Carole King ou 'New York Tendaberry' de Laura Nyro, peut-être même meilleur que ces deux là ! 'The Kiss' est l'une des dix chansons les plus belles jamais écrites, mais le reste de l'album est tout aussi impressionnant. Rien à jeter, des morceaux magnifiques, des arrangements de toute beauté, 'The Donor', 'Soldier of the Heart' vous enchanteront. Il faut redécrouvrir ce disque de toute urgence, d'autant plus que la réédition est superbe. A acheter les yeux fermés. Ce sera sans conteste le joyau de votre discothèque.


Heart Food
Heart Food

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chef d'oeuvre absolu honteusement méconnu, 31 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heart Food (CD)
Rhino vient de rééditer ce chef d'oeuvre absolu sorti en 1973. Rien à dire si ce n'est que Judee Sill peut être considérée comme un équivalent féminin de Nick Drake, et que la découvrir aujourd'hui provoquera le même choc qu'entendre 'Pink Moon' pour la première fois. 'Heart Food' est aussi bon que 'Tapestry' de Carole King ou 'New York Tendaberry' de Laura Nyro, peut-être même meilleur que ces deux là ! 'The Kiss' est l'une des dix chansons les plus belles jamais écrites, mais le reste de l'album est tout aussi impressionnant. Rien à jeter, des morceaux magnifiques, des arrangements de toute beauté, 'The Donor', 'Soldier of the Heart' vous enchanteront. Il faut redécrouvrir ce disque de toute urgence, d'autant plus que la réédition est superbe. A acheter les yeux fermés. Ce sera sans conteste le joyau de votre discothèque.


The Backyard'S Legacy
The Backyard'S Legacy
Prix : EUR 16,52

5.0 étoiles sur 5 Ethéré et Lyrique : de l'excellente pop-folk Made in France !, 17 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Backyard'S Legacy (CD)
Cet excellent disque est porté par des guitares abrasives et rêveuses, ainsi que par une voix grave reconnaissable entre toutes. On pense à Calexico ou à Tindersticks. Les compos sont réellement convaincantes - sans jamais chercher l'efficacité à tout prix -, par exemple Silly Place et Town's Down. New Pretoria travaille surtout autour de morceaux contemplatifs, laissant peu à peu s'installer une atmosphère, avec un son à la fois éthéré et dense. Le résultat est du plus bel effet. Laissez-vous tenter par ce groupe ambitieux, qui sort enfin de l'underground parisien pour offrir cet excellent premier disque à la face du monde !


Dylanesque
Dylanesque
Proposé par DVD Overstocks UK
Prix : EUR 8,31

7 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Aîe aïe aïe, quel massacre !!!!, 27 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dylanesque (CD)
Disons le tout de suite, j'adore Brian Ferry, il a une voix sublime et sa reprise de Don't Think Twice It's Alright en piano voix était totalement irrésistible. Pour le reste, il serait quand même temps de se décrasser les oreilles !! Ce disque est une horreur pure et simple. Comment peut-on massacrer un mocreau comme Simple Twist of Fate en le plongeant dans un bain pop-rock de state aussi insipide et en y ajoutant d'ineptes solos de guitare ?? Quelle mouche a donc pu piquer Ferry pour massacrer des classiques aussi intemporels que Like Tom Thumb's Blues, si magnifiquement interprété par Al Kooper et Michael Bloomfield ? Quant à To Make You Feel My Love, la production en est tellement plate qu'oser la comparer à celle de Daniel Lanois relèverait de la pire des fautes de goûts ! C'est simple, pas un morceau ici n'arrive à la moitié du petit doigt de pied des originaux !! Je rappelle que Dylan est un poète, l'un des dix plus grands écrivains américains de ce siècle et du précédent ... ce ne sont pas des chansons cool ou softs, ce sont des brulots d'anthologie ...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 5, 2014 8:50 PM CET


Modern Times
Modern Times
Prix : EUR 7,79

17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur depuis Blood On the Tracks !, 6 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Modern Times (CD)
C'est un cliché de le dire, mais Dylan a cette fois-ci VRAIMENT sorti son meilleur album depuis Blood on the Tracks. Certains voient ce disque comme l'ultime opus d'une trilogie commencée avec Time Out Of Mind, Dylan lui même dit qu'il s'agirait plutôt du second opus d'une trilogie commencée avec Love and Theft. Qu'importe, Modern Times dépasse largement ses deux derniers disques, et franchit un nouveau palier dans l'excellence. Je l'avais vu en concert il y a quelques mois et trouvé son groupe de scène abominablement mauvais. C'est donc avec une certaine surprise que j'ai découvert que ces "bras cassés" étaient capables d'enregistrer des chefs d'oeuvre de la trampe de "Nettie Moore", "Someday Babe" et "Ain't Talkin". Le génie de Dylan est sa capacité à intégrer, digérer et régurgiter tous les mythes et fantasmes d'une Amérique qui n'existe plus que dans les livres d'Histoire. Encore une fois il y arrive parfaitement en revisitant le folk et le blues d'une façon magistrale. Sa voix avec toutes les limites que lui ont donné l'âge et un usage abusif de la nicotine s'adapte merveilleusement a ces morceaux, et, ultime nouveauté, elle se retrouve dotée d'une générosité que pour ma part je trouve inédite chez Dylan. Sur "Nettie Moore" ballade sombre et sublime inspirée d'un traditionel du dix-neuvième siècle, Dylan pond l'un de ses plus beaux textes et retrouve un sens mélodique que l'on avait presque oublié. "Thunder on the Mountain" rend hommage à Alicia Keys, preuve que Dylan est toujours à l'écoute de l'Amérique, ce que prouve également le très social "Workingman's Blues", pourtant c'est lorsqu'il s'extraie totalement du temps, interprétant avec son groupe des thèmes proches du jazz comme sur "Spirit on the Water" et "Beyond the Horizon" que l'émotion est la plus forte, et sa générosité explose enfin au grand jour. Je ne sais pas si cela va donner de grands concerts - honnêtement, j'en doute même fortement, et je crois même Dylan capable de n'intégrer aucun des nouveaux morceaux à son set live - mais ce que je sais, c'est que ce disque va rester dans les annales comme un bijou noir à ranger sans conteste avec Highway 61 Revisited et John Wesley harding, et sûrement pas très loin non plus des derniers Leonard Cohen et Tom Waits.


At War With The Mystics
At War With The Mystics
Prix : EUR 7,47

6 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Beaucoup de production, mais peu de chansons ...., 4 août 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : At War With The Mystics (CD)
Ce nouvel album des Flaming Lips constitue pour moi une demie déception. Du point de vue de la production, certes, c'est de loin le disque le plus abouti du groupe. Il y a des sons délirants de partout, un mixage d'enfer, des voix qui se répondent, des effets psychédéliques venus d'un autre monde. Du point de vue du mélange des styles aussi, on sent que le groupe a encore élargi sa palette. Non seulement, il fait dans le space rock indie psychédélique, mais il n'a pas manqué d'écouter les Neptunes, Andre 3000 et autres faiseurs de sons du troisième millénaire. Le titre "Free Radicals" en est la preuve, puisque l'on dirait ce que Prince a fait de meilleur depuis ... depuis longtemps. En revanche, il manque quelque chose dans ce disque qui faisait le charme des deux derniers, c'est une dimension lyrique, un sens de la théatralité, et surtout l'émotion apportée par des compositions solides. A force d'épaissir les couches de son, on a un peu l'impression qu'il y a beaucoup de vernis, mais que le disque est quelque peu désincarné. On sentait un concept presque politique dans ce disque, dont le titre fait référence aux conflits actuels, mais l'on ne ressent pas la dimension concept album comme sur les deux précédents efforts du groupe. Parfois, on s'ennuie même fermement à l'écoute de certains titres, quand ceux-ci ne donnent pas seulement mal à la tête. Parfois, on cherche une mélodie, un truc qui arrête le temps comme "Do you Realize?" ou "Waiting for Superman", mais c'est comme si tout allait trop vite. C'est dommage car j'ai entendu une version dépouillée de "The Yeah Yeah Yeah Song" qui donnait beaucoup plus d'émotion à cette chanson que l'overdose de voix que l'on retrouve sur la version retenue pour le disque. Autre problème également, on ne retrouve que rarement la voix nue de Wayne Coyne, car celle-ci se cache trop souvent vers des effets pas très subtils.

Alors, certains apprécieront peut-être cette débauche de moyen et on ne peut vraiment pas reprocher aux Lips un manque d'honnêteté ou d'intégrité, mais ce serait quand même pas mal que le groupe se pose pour écrire des morceaux plus transcendants. Bref, de quoi faire patienter pour la suite, mais gare à la dérive. Il serait dommage qu'ayant pris des chemins différents, les Flaming Lips finissent comme Mercury Rev par nous ennuyer ...


Atom Heart Mother
Atom Heart Mother
Proposé par megahit_records
Prix : EUR 18,81

49 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le plus British des disques du Floyd ..., 17 juillet 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Atom Heart Mother (CD)
Je partage la majorité des avis précédemment donnés, mais je voudrais apporter un argument supplémentaire pour situer ce joyau dans la discographie du groupe.

On dépeint assez souvent la musique du Floyd comme étant psychédélique, progressive, spaciale ... Or, tout le génie de ce disque consiste en son caractère plutôt terrien comparé à Wish You Were Here, Meddele ou Dark Side ... il y a quelque chose de très anglais dans ce disque, dans ses arrangements d'orchestre un brin poussifs, dans l'ironie du très Alan Psychedelic Breakfast qui en feraient la bande son idéale de l'émission The Monty Python Flying Circus. C'est une facette plutôt méconnue de ce groupe que d'aucuns jugeront un brin trop sérieux. La vache de la couverture est l'illustration parfaite de la musique qui le compose. Félicitations aux concepteurs de l'époque qui savaient parfaitement faire coïncider le fond et la forme.

Je voudrais aussi ajouter que si les deux longs instrumentaux du disque, malgré leurs évidentes qualités, ont quelque peu vieilli, les trois chansons (If, Summer 68 et Fat Old Sun) sont des trois des plus belles que le groupe ait jamais composé. Je les échangerais volontiers contre toutes celles de The Wall ou de The Piper at The Gates of Dawn, et ce sont elles qui rendent l'aquisition de ce chef d'oeuvre totalement indispensable.

Pour toutes ces raisons, je dirais que si ce n'est pas le meilleur Pink Floyd, c'est certainement celui qui m'émeut le plus.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7