Profil de gégé-blues > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par gégé-blues
Classement des meilleurs critiques: 148
Votes utiles : 2793

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
gégé-blues (FRANCE-Paris)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Dark Side of the Mule
Dark Side of the Mule
Prix : EUR 18,99

4.0 étoiles sur 5 Pas facile de reprendre du Pink Floyd !, 21 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Side of the Mule (CD)
Gov't Mule (Guit. Chants : Warren Haynes - Drums : Matt Abts - Claviers : Danny Louis - Basse : Jorgen Carlson) nous offre un bien bel objet avec ce coffret d'un enregistrement live de 2008 composé de 3 CD audio et d'un DVD de qualité où l'on voit le groupe sur scène jouer la totalité des titres des albums.
La première galette, excellente, est une version live de compositions de Warren Haynes,pour la plupart tirés de l'album High And Mighty, mais on rencontre aussi « St Stephen Jam » de Jerry Garcia et « Eternity's Breath » de John McLaughin.
Avec le 2ème CD on attaque le répertoire de Pink Floyd où les musiciens s'évertuent à retransmettre, avec plus ou moins de bonheur, l'émotion du style de Pink Floyd, ce qui n'est pas évident. Même si le jeu de Warren Haynes n'atteint pas la fluidité de celui de David Gilmour, la performance reste louable. Les vocalises des choristes sur « « The Great Gig In The Sky » sont agaçantes, trop dures et criardes par moment, ce qui dénature cette jolie composition de Richard Wright. Autrement on apprécie les interprétations de « One Of The Days » « Shine On You Crazy Diamond » et autres titres tirés des albums Dark Side On The Moon en particuliers, mais aussi de The Wall, Animals et Wish You Were Here.
Le 3ème Cd de 4 titres se termine par deux compositions de Warren Haynes.
Pour ces reprises du Floyd, le groupe a invité des choristes et un très bon saxophoniste Ron Holloway "Money".
L'ensemble est séduisant, Gov't Mule aime reprendre la musique des autres pour de grandes démonstrations, surtout en live, (Led Zeppelin, Black Sabbath, Neil Young, Pink Floyd et bien d'autres...) une manière de rendre hommage aux grands groupes du siècle !
(CD1 / 8 titres / 76mn30 - CD2 / 12 titres / 67mn30 - CD3 / 4 titres / 36mn09) ............... (DVD /3h00)


I'M Feelin' Lucky
I'M Feelin' Lucky
Prix : EUR 15,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 25 ans de blues à la Popa !, 14 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : I'M Feelin' Lucky (CD)
Le petit dernier de Popa Chubby ne déroge pas à la règle du gros blues texan aux guitares mordantes, ce I’m Feelin’ Lucky aligne des solos éclatants tout le long de cet album convenu. Grosse rythmique, bonne voix grave et hargneuse du leader, et c’est parti pour des titres qui valent le détour sans pour autant s’extasier, Popa fait du Chubby et c’est surement très bien comme ça. A noter que Mike Zito, le guitariste du Royal Southern Brotherwood intervient dans « Rock On Bluesman » d’où vient également la chanteuse Dan Fuchs qui agrémente un beau morceau « Rollin’ And Tumblin’ ». L’ensemble est épatant, les solos sont énergiques, la guitare dominante nous garantit un bon moment.
Le 2ème CD bonus, qui propose des titres souvent mal enregistrés avant la période blues de Popa Chubby, n’est intéressant que pour le long morceau « Steef Jam » avec un développement à la guitare assez sidérant et repiqué avec un son correct.
(CD1 : 10 titres / 52mn46 – CD2 : 10 titres / 45mn23)


True Story
True Story
Prix : EUR 10,43

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tendance Afro-blues, 14 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : True Story (CD)
Après son très bon Black Man’s Blues de 1999, Ras Smaïla sortait, en 2003, True Story. Ce musicien d’origine africaine, que beaucoup ne connaisse pas, mérite qu’on s’y intéresse. Adepte de la world musique, l’artiste fusionne volontiers les rythmes africains, le funk et le blues, sa version personnalisée de « Stone Free » de J. Hendrix est tout à fait réussie. Très bon guitariste, ses interventions sont grasses, coulantes, travaillées dans le son et parfaitement exécutées, il assure magnifiquement les vocaux de sa voix grave et est entouré de nombreux instrumentistes performants (percussions, cuivres), des chœurs chaleureux enrichissent certains titres « Zombie ». Si on excepte « Vie Bouga Lage » » une sorte de litanie africaine débitée par une chanteuse sur des percussions où se balade le son d’une flute aérienne, le reste oscille entre morceaux funky, blues et afro-rock exécutés sur différents tempos. L’ensemble est riche, original, Ras Smaîla n’a repris que 3 titres sur les 14 affichés dont l’incontournable « Crossroad » de Robert Johnson. Un excellent album plein de groove.
(14 titres / 61mn08)


Goin' to the Delta
Goin' to the Delta
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le blues dans la peau..., 7 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goin' to the Delta (CD)
Savoy Brown, groupe anglais fondé en 1965 quand même et qui continue sa route avec Kim Simmonds, guitariste fondateur et toujours à la tête du combo, enfin de son nom… Un nombre incalculable de musiciens sont passés par là, même Stan Webb de Chicken Shack… Cette dernière production de 2014 nous montre un power trio redoutable, le guitariste chanteur assure avec conviction son blues-rock british attendu sur une rythmique bien en place. Rien de nouveau mais quel plaisir d’écouter ces titres originaux ! aucune reprise à signaler et ça balance bien avec « Laura Lee » « Nuthin’Like The Blues » ou « Turn Your Lamp On » et puis on se régale avec le bon blues lent « Just A dream », des tempos rapides, moyens, sur lesquels Kim Simmonds balancent de bons solos bourrés de feeling, le vieux briscard (66 ans) connait la musique et la joue tout en la chantant avec talent.
(12 titres / 60mn20)


Performing This Week...Live at
Performing This Week...Live at
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 15,94

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Jeff Beck en scène., 7 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Performing This Week...Live at (CD)
Voilà comment j’aime la musique, avec de vrais instrumentistes, Jeff Beck oublie ses machines pour nous donner le meilleur avec une base rythmique bien vivante ! Quel groove ! la bassiste Tad Wilkenfeld est très performante et assure superbement, écoutez-là dans « Stratus » de Billy Cobham, c’est édifiant autant que dans « Cause We’ve Ended As Lovers » de Stevie Wonder. Le batteur Vinnie Colaiuta (Zappa, Sting…) n’est pas en reste et produit un travail monstrueux « Blast From The East » et Jason Rebello (Sting..) tient ses claviers sans trop dominer. Et puis, bien sur, Jeff Beck qui s’applique pour nous offrir une superbe démonstration de son talent de guitariste, même si le son de sa Fender est quelque peu modifié, les solos et riffs sont mordants et captivants. Extraits de différents albums, pas forcément des derniers d’ailleurs, puisqu’on retrouve des titres de There & Back, de Guitar Shop, de Blow By Blow, de Wired et des morceaux plus récents tirés de Who Else et de You Had It Coming. A part trois titres écrits par Jeff Beck, la plupart des compositions ne sont pas d’El Becko et sont des reprises diverses comme ce « A Day In The Life » de Lennon, Mc Cartney ou « Eternity’s Breath de John Mc Laughin. Pour la petite histoire, l’album débute par « Beck’s Bolero » un thème inspiré par le Bolero de Ravel, enregistré à l'origine en 1966, avec Jimmy Page à la guitare, John Paul Jones à la basse, Nicky Hopkins aux claviers et Keith Moon à la batterie ! étonnant non ?

Bon, ce live instrumental, tendance jazz-rock, du maitre Jeff Beck me plait bien, le fait d’être accompagné par de vrais musiciens en chair et en os donne de la couleur sonore que l’on ne retrouve pas dans ses dernières productions studio (la trilogie electro-guitare avant Emotion & Commotion) trop aseptisées par l’utilisation de séquenceurs et autres machines infernales !

(CD: 16 titres / 70mn22)


Alien Love Child;Live And Beyond
Alien Love Child;Live And Beyond
Prix : EUR 14,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Eric Johnson en live ! c'est tout bon !, 30 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alien Love Child;Live And Beyond (CD)
Eic Johnson, américain d'Austin, est un guitariste virtuose qui évolue aisément dans tous les styles. Cet album enregistré en live au Texas en 2000, est une performance pour le musicien qui déploie tout son talent avec une formation minimaliste, un bassiste et un batteur performants constituant son groupe Alien Love Child. Du rock jazzy « Rain » qui me fait penser à Robben Ford, au blues-rock enlevé « Enzo Shuffle » le bien nommé, l’artiste exécute un beau blues lent avec « Once A Part Of Me ». Et puis ce titre très aéré où Eric Johnson nous offre une démonstration guitaristique sidérante… et que dire de cette reprise de Jimmie Vaughan « Don’t Cha Know » sinon qu’elle est formidable ! parmi les compositions de l’artiste « The Boogie King » est un titre qui rend hommage à John Lee Hooker. Rien à jeter dans cet album, tout est bon, le guitariste travaille son jeu pour un rendu fluide et coulant capable de forcer le trait au gré des morceaux. Eric Johnson reste un instrumentiste, il chante quelquefois mais ce n’est pas sa tasse de thé. En tout cas, ce trop court live au son parfait est excellent et on en redemande !
(10 titres / 51mn56)


Tribute To Aerosmith
Tribute To Aerosmith
Proposé par Zu-france
Prix : EUR 3,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Aerosmith inspire de sacrés musiciens !, 30 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tribute To Aerosmith (CD)
Ce tribute to Aerosmith (1999) est extrêmement riche en musiciens connus et performants appelés à interpréter des titres inoubliables du groupe de Boston. Impossible de les citer tous, sachez, au hasard, que Albert Lee tient la guitare dans « Back In The Saddle » que c’est Ted Nugent qui gratte et chante dans « Rag Doll », que dans « Dream On » c’est Ronnie James Dio qui assure les vocaux et que c’est un super groupe qui exécute le fameux « Walk This Way » avec au chant, Fee Waybill (The Tubes) à la guitare Steve Lukather, à la basse Tim Bogert et à la batterie Tommy Aldridge !. Pour les connaisseurs, on rencontre Aynsley Dunbar, Chris Holmes, Edgar Winter, Jack Russell, Yngwie Malmsteen, Blues Saraceno, etc…. qui ont prêté leur talent respectif pour jouer les compositions d’Aérosmith sans trop les bousculer. Bien entendu, on préfère les originaux, mais vu le prix proposé, ne vous en privez pas !
(11 titres / 46mn15)


Metal Works [1973-1993]
Metal Works [1973-1993]
Prix : EUR 13,72

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un groupe féroce..., 30 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Metal Works [1973-1993] (CD)
Cette compilation de titres de Judas Priest repiqués sur des albums parus entre 73 et 93 constitue un bon résumé du heavy-rock nerveux et mélodiques que produisait, à l’époque, ce groupe bardé de cuir mené par le hurleur de service Rob Halford. La paire de guitaristes Glenn Tipton et K.K. Downing n’est pas manchot et les riffs et solos défilent sans faiblir sur une rythmique efficace. Le batteur Scott Travis, qui a rejoint le groupe en 1989, se démène dans « Painkiller » il frappe ses fûts avec une rapidité sidérante, bien d’autres morceaux sont performants dans la rapidité et la précision « Hell Bent For Leather » ou « Ram It Down » par exemple, comme d’autres sont plus posés avec des tempos ralentis mais toujours puissants « Breaking The Law », « Metal Gods » et ce « Before The Dawn » carrément une ballade, très jolie d’ailleurs. Cette formation britannique a marqué son temps dans la scène heavy metal , abordant les prémices du speed et du trash metal, groupe sulfureux et féroce, il a sorti de sacrés titres increvables « Turbo Lover » Electric Eye » « You’ve Got Another Thing Comion’ » Living After Midnight » « Sinner » ou « Night Crawler » par exemple.
Chaque album contient son lot de titres réussis mais aussi des compositions plus hasardeuses, cette compilation (1993) en évite le maximum et si ces deux albums proposent 32 titres choisis, je ne peux écouter le tout d’un trait, la voix de Rob Halford m’a toujours plus ou moins agacé, surtout quand il monte dans les aigus!

(2 CD / 32 titres / 2h27mn)


Left for Dead
Left for Dead

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un guitariste de blues-rock un peu oublié..., 23 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Left for Dead (CD)
Dudley Taft est un guitariste qui, après avoir joué dans divers groupes de qualité, (Sweet Waters, Omnivoid) dans les années 90 et 2000, décide d’évoluer sous son propre nom. Il forme alors un trio et Left For Dead sort en 2011, un premier album de pur blues-rock. Des reprises s’insèrent dans des compositions originales et on ne peut négliger cette interprétation réussie de « When The Levee Breaks » de Led Zeepelin tout en appréciant le lourd et incisif premier titre « Ain’t No Game » sorti de l’imagination de Dudley Taft. On se régalera du long blues lent « Have You Ever Loved A Woman » comme on aimera cette reprise de Peter Green “Drifting”. Les riffs et solos de guitare sont excellents, la Gibson du leader délivre un son gras, souple et mordant et il n’oublie pas quelques arpèges acoustiques dans ce titre trainant de Charlie Patton « When Your Way Gets Dark ». Bon chanteur également, Dudley Taft est surtout un virtuose de la guitare, son solo dans « Back Door Man » de willie Dixon en est la preuve parmi d’autres. Un blues-rock des familles, à la rythmique franche, précise, sur laquelle le guitariste s’épanche avec conviction pour nous régaler de chorus bourrés de feeling. Rien de nouveau mais ce lascar mérite d’être écouter, c’est vraiment très bon. Les deux albums suivants sont dans la même veine.
(13 titres / 60mn11)


Californication
Californication
Prix : EUR 6,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs albums des RHCP !, 20 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Californication (CD)
Le 7ème album des Red Hot sort en 1999, John Frusciante est de retour, Dave Navarro quittant le groupe pour d’autres aventures, décidément, les guitaristes sont instables dans cette formation de rock metal funky au débit vocal proche du rap. Californication est encensé par les critiques, les fans approuvent volontiers la nouvelle orientation musicale des RHCP qui ose s’aventurer dans les contrées pop tout en gardant leur style aux rythmiques très énergiques. Les titres « Scar Tissues » « Californication » et « Otherside » deviennent des hits, les lignes de basse de Fléa sont toujours spectaculaires et sont exploitées au maximum au service d’un groove à toute épreuve. Perso, j’aime bien « Around The World » et je trouve « Get On Top » tout à fait réussi, par contre j’apprécie moins les thèmes cool comme « Porcelain » et le sirupeux « Road Trippin’ » avec nappe de synthé, en reconnaissant qu’Anthony Kiedis est un chanteur performant. Les Red Hot se doivent d’être percutants et explosifs, cet album contient son lot de trucs qui claquent et c’est franchement très bon.
(15 titres / 56mn26)


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20