ARRAY(0xab860444)
 
Profil de gégé-blues > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par gégé-blues
Classement des meilleurs critiques: 121
Votes utiles : 2575

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
gégé-blues (FRANCE-Paris)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Live from Amsterdam
Live from Amsterdam
Prix : EUR 13,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Superbe !, 13 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live from Amsterdam (CD)
Beth Hart et son guitariste de prestige Joe Bonamassa se produisaient sur scène à Amsterdam en 2013, le concert est enregistré et ce double album live est dans les bacs en 2014. Que des reprises de grands du blues et de la soul dont l'essentiel est tiré des deux albums studio du duo. Entourés par une formation riche en musiciens (cuivres, claviers et percussions) les deux stars se donnent à font pour notre plus grand plaisir. Le guitariste assure, sans exagérer, ses superbes solos délivrés avec une technique et un feeling à toute épreuve. Beth Hart chante merveilleusement bien, sa voix puissante est harmonieuse et chaude comme la braise ! La reprise de « Nutbush City Limits » de Tina Turner est une performance ! Une prestation captivante que je préfère nettement au deux albums studio. 21 titres pour 1h 48 de pulsations en tout genre. J'adore !


Milestone
Milestone
Prix : EUR 25,55

4.0 étoiles sur 5 Eric Steckel confirme son statut de guitar-hero !, 13 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Milestone (CD)
Les premières années du musicien, qui, rappelons le, a commencé sa carrière à 11 ans, avait sidéré pas mal de guitaristes par l’aisance de son jeu de guitare, on parlait alors de surdoué. Si ses premières productions alignaient plutôt des reprises de classiques du blues-rock, on pouvait déceler un potentiel créateur. Ce 5ème album (2010) confirme que notre jeune artiste, qui a alors 19 ans, sait composer puisqu’à part une interprétation très personnelle d’un titre de G. Harrison « While My Guitar Gently Weep », les autres morceaux sont de lui. Egalement multi-instrumentiste, Eric Steckel assure des parties de claviers (piano, orgue) et de basse dans certains titres, sa voix s’est aussi affirmée. La part belle est laissée à la guitare maniée avec une technique et un feeling maintenant confirmés et de titres qui claquent « Sooner Or Later » ou « It’s Tax Deductible ! » à d’autres plus cool comme ce délicat « 2Little, 2 Late » ou ce blues lent « I’ll Still Come Eround », Eric Steckel délivre aussi du bon blues rock des familles « I Don’t Mind » ou « Show The World ». Un court album réussit, mais attention de ne pas s’endormir sur ses lauriers ! (10 titres / 38mn15).


Hard Believer
Hard Believer
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Pêchu, dansant, excellent !, 6 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hard Believer (CD)
Le 11ème album de Tommy Castro (2009) « Hard Believer » est une tuerie de blues-rock bien coloré de soul avec des cuivres jamais retentissants et une rythmique appuyée qui ponctue un ensemble irrésistible ! De nombreux musiciens interviennent au gré des compositions, c’est chaud, dansant et puis Tommy qui décoche quelques solos jamais envahissants mais toujours à point. Comment ne pas vibrer avec le slow blues superbe qui porte le nom de l’album « Hard Beleiver », et puis cette reprise soul magnifique « Ninety-Nine And One Half » dans laquelle on apprécie la bonne voix du leader. Entre rythm’n’blues, blues, soul, et rockn’n’roll «Make It Back To Memphis » y’en a pour tout le monde ! parmi d'autres reprises, on rencontre une compo de Dylan « Gotta Serve Somebody » jouée avec plus de pêche, c’est enlevé, superbement interprété, et plein de groove, Castro reste fidèle à son style et c’est tant mieux, diversité, imagination et feeling sont de la partie ! Bravo, j’adore ! (12 titres / 49mn57).


Havana
Havana
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La valeur n'attend pas le nombre des années...., 6 avril 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Havana (CD)
Le 17 décembre 2005, le jeune guitariste Eric Steckel qui a alors 14 ans, se produisait sur une scène de Pennsylvanie, la prestation a été captée pour nous offrir ce live captivant. Très doué, le musicien et son groupe évoluent dans un style blues-rock convenu rendu avec un son chaud qui rappelle les productions des années 7O. Entouré par des musiciens excellents, comme Duane Trucks à la batterie qui est le jeune frère de Derek et le neveu de Butch (ABB), notre jeune vétéran développe des solos bourrés de feeling, sa technique est phénoménale et on peut s’en rendre compte dans un de ses titres personnels « Radio Blues ». Sa voix s’est affirmée malgré des intonations d’ado, et si son style reste encore très influencé par Stevie Ray Vaughan ou Jimi Hendrix dont il reprend « Little Wing », l’avenir nous confirmera que le jeune Steckel aura trouvé sa place dans le petit monde des guitars- heros. En tout cas, régalez-vous à l’écoute de ces reprises de Freddie King, de Léon Russel ou d’Otis Rush et d’autres imaginés par le jeune prodige, l’ensemble étant illuminé par des envolées de guitare dignes d’un vieux briscard qui connait toute les ficelles du bon vieux blues-rock qui nous plait tant. La valeur n’attend pas le nombre des années, le public se régale et moi aussi. (11 titres / 68mn48).


Long Hard Road
Long Hard Road
Prix : EUR 37,88

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Hard-blues, 30 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Hard Road (CD)
Les 5 gaillards du BBB nous proposent ce Long Hard Road en 2006. Mené par le guitariste soliste chanteur Mike Onesco, le groupe assure un hard-blues percutant avec une rythmique lourde et dominante dans laquelle les guitares (3 six-cordistes quand même) tracent leur passage à grands coup de solos et de riffs rageurs. La voix grave du leader de fait bien entendre, le mixage est au point, mais l’ensemble pèse des tonnes. C’est très bon, bien dans le style de cette formation américaine qui reste dans un registre blues-rock puissant et qui compose facilement comme ici, à part une reprise d’UFO « Pack It Up And Go ». Le dernier morceau instrumental « Hot Shot » d’une durée de 19mn44 est composé en fait de deux compos distinctes, 5mn classique avec petit solo de batterie, un blanc, puis ça repart sur un thème différent, plus lancinant, batterie en première ligne et Mike Onesco qui développe un solo interminable, un peu lassant quand même. (11 titres / 69mn11).


Early Pickin'
Early Pickin'
Prix : EUR 25,73

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un excellent jeune guitariste qui mérite à être plus connu !, 30 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Early Pickin' (CD)
Ce jeune guitariste américain né en 1991 est un surdoué, à 11 ans il enregistre son premier album et se produit sur des scènes locales. A ce jour, il en est à son 6ème opus dont un live. Au cours d’un de ses concerts au Sarasota Blues Festival en 2003, John Mayall, qui a le don de détecter les bons guitaristes, repère le jeune prodige et c’est l’ascension. Il est invité à se produire sur scène avec le maïtre au cours d’une tournée européenne en 2004 et a même participé aux sessions d’enregistrement de l’album Road Dogs. A ouvert pour Johnny Winter, a partagé la prime time avec Greg Allman au Pistosa Blues Festival. Ses prestations ont scotchés la plupart du public sidéré par son jeu de guitare. Ce classic blues instrumentals intitulé Early Pickin’ qui nous intéresse, donne une idée précise des qualités indéniables d’Eric Steckel. De grands classiques de S.R Vaughan comme ce « Rude Mood » bien enlevé ou le long et excellent « Lenny » exécuté avec sensibilité et quelques variantes, (le titre fusionne du J. Hendrix) à d’autres étrangement crédités à E. Steckel comme « Char-Broiled » qui rappelle bien un titre de Vaughan. Compilation de 6 titres en live, le reste en studio, musique sans parole avec une guitare bavarde mais que l’on écoute avec admiration tant la technique et le feeling de ce jeune musicien sont remarquables. 5 étoiles car, quand la musique est bonne à ce point !
(10 titres / 56mn17)


Live in Macon
Live in Macon
Prix : EUR 15,09

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Absolument génial !, 27 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in Macon (CD)
Un groupe de vieux briscards qui s’attaquent au répertoire des Allman Brothers Band « Hot Lanta » et « Jessica » et interprètent des titres venus d’ailleurs comme ce viscéral « Papa Was A Rolling Stone » version magnifique, a intérêt à être très performant. Pas de problème, Tommy Crain qui a longtemps été le guitariste de Charlie Daniels Band monte le groupe Crosstown Allstars avec un échappé de Wett Willie, le bassiste Jack Hall, sans oublier le batteur Towson Engsberg, Bob Jones aux claviers et puis Bob Rumer un autre six-cordistes très doué. Cet ultime album live a été capté en 2011 au cours d’un concert en Géorgie, superbe performance ! des rythmiques pulsatives, des accompagnements d’orgue, de piano et puis les extraordinaires envolées de guitare de Tommy Crain, pleines de feeling avec Bob Rumer qui prend également quelques solos avec beaucoup de talent ! Bien sur, les influences sont évidentes, un rock sudiste aux parfums blues et jazzy qui rappellent les ABB ou Little Feat dont ils reprennent le fameux « spanish Moon », et c’est tout bonnement excellent, des musiciens hors pair, inspirés comme c’est pas possible pour un set inespéré ! j’adore! Le genre d’album qu’on écoute en boucle sans jamais s’en lasser ! La sortie de ce live in Macon en 2011, au son parfait, rend un bien bel hommage à Tommy Crain qui est décédé la même année.
(10 titres / 77mn26)
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 28, 2014 8:18 PM CET


Play All Night: Live at the Beacon Theatre 1992
Play All Night: Live at the Beacon Theatre 1992
Prix : EUR 16,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une performance jubilatoire !, 23 mars 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Play All Night: Live at the Beacon Theatre 1992 (CD)
Des albums live des ABB, il y en a des dizaines ! mais voilà que parait ce live « at the Beacon Theatre » enregistré les 10 et 11 mars 1992 et restitué dans un son parfait. Extraordinaire performance du groupe composé à l’époque des 4 membres fondateurs (Greg Allman, Dickey Betts, Jaimoe et Buck Trucks) rejoint, après la disparition de Duane Allman et Berry Oakley, par Warren Haynes et Allen Woody qui allaient donner un nouveau souffle à ce monument américain. Notons quelques interventions de l’harmoniciste Thom Doucette et du percussionniste Marc Quinones qui complètent cette formation à l’existence tourmentée. Et ce n’est que du bonheur, les titres défilent, charnus, copieux, ponctués par la basse redoutable d’Allen Woody et les solos épiques des deux guitaristes Dickey Betts et Warren Haynes qui libèrent leur talent dans des chevauchées fantastiques ! écoutez cette longue version de « In Memory Of Elizabeth Reed » tout y est, percussion, guitares à l’apogée, harmonie, pulsation organique, c’est du grand art ! C’est simple, rien à jeter, les compositions personnelles, les reprises des grands du blues comme le fameux et incontournable « Hoochie Coochie Man » de Willie Dixon transcendé par un groupe inspiré, et la basse compulsive d’Allen à l’intro de « Whipping Post ». Et que dire de ce « Nobody Knows » dans lequel Dickey Betts se lance dans un solo d’anthologie ! et puis ces 3 titres acoustiques en fin du CD 1, qui permettent d’apprécier la bonne voix de Greg Allman et la finesse des guitares.
Allez, je n’irai pas jusqu’à dire que ce live est meilleur que l’intouchable At Fillmore East de 1971, mais on en n’est pas loin !
On parle de l’éclatement définitive du groupe fin 2014… en attendant régalons nous avec ce double album live d’une qualité magique !
(2cd / 16 titres / 2h20).


Angels In Exile
Angels In Exile
Proposé par MMT-France
Prix : EUR 12,14

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un très bon album..., 21 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angels In Exile (CD)
En 2001, l’album Angels In Exile du bluesman américain Scott Holt est dans les bacs. Le guitariste qui a longtemps joué avec Buddy Guy, s’aventure ici dans les contrées plus personnelles puisqu’il signe 8 titres sur les 12 proposés. ( Il avait sorti en 1999 un très bon album de reprises Dark Of The Night qui est aussi le seul titre perso). Nous rencontrons ici du bon blues-rock classique, où l’on retrouve le style de S.R Vaughan « « Too For Gone », et puis cette guitare pleine d’effets dans « « Spanish Moon » excellent titre de Little Feat où interviennent deux de ses membres, le guitariste Paul Barrere et le pianiste Billy Payne, ces deux compères se retrouvent aussi dans la reprise de Bob Dylan « Blind Willie McTell ». J’apprécie le planant « Dress You Up » et ce blues lent intense en plage 9 à la guitare délicate. Signalons une composition de J.J. Cale que Scott Holt reprend plus nerveusement « I’ll Make Love To You Anytime ». Le seul morceau que je trouve dispensable c’est celui qui porte le titre de l’album « Angels In Exile » une balade californienne que les Eagles auraient pu composer. La bonne voix, le jeu de guitare remarquable de Scott Holt qui est bien soutenu par une rythmique efficace et une réelle capacité d’écriture, rendent cet opus bien agréable à écouter. (12 titres / 54mn44).


Live in Europe
Live in Europe
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Moins emballant que prévu...., 20 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in Europe (CD)
Un premier album studio (2012) de ce super groupe et hop ! dans la foulée un copieux double album (2013) reprenant l'intégralité du premier effort additionné de quelques titres extraits du répertoire des groupes d'origine de chacun des officiants. C'est pourquoi nous rencontrons du Spock's beard grâce au claviériste Neal Morse, du Dixie Dregs avec le guitariste Steve Morse, de l'Endochine à cause de Casey Mc Pherson à la guitare rythmique et en lead vocal, du Dream Theater avec Mike Portnoy et une composition perso de Dave Larue le bassiste, le seul qui ne chante pas. Et tout ce beau monde nous balance un metal disons progressif aux influences multi directionnelles, assurément du aux fortes personnalités des protagonistes. Tiens ! mais que viens faire ici ce titre de Léonard Cohen « Hellelujah » ? Des phases bien rock, presque hard par moment, voir des courants jazz, un peu de tout, ce qui, par moment, devient pompeux et retentissant. C'est très bien joué, très bien produit par Bill Evans mais un style qui ne m'a guère emballé au bout du compte, malgré de belles envolées de guitare et une basse vraiment excellente. J'y ai cru un moment, à réécouter je pense. (2cd/ 17 titres/ 110mn).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20