Profil de Gerard Muller > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Gerard Muller
Classement des meilleurs critiques: 109
Votes utiles : 1757

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Gerard Muller "médicactus" (Nouvelle Caledonie)
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Notre univers mathématique - En quête de la nature ultime du Réel
Notre univers mathématique - En quête de la nature ultime du Réel
par Max Tegmark
Edition : Poche
Prix : EUR 27,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Esprit d'ouverture et réflexion.Un bon livre., 10 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Notre univers mathématique - En quête de la nature ultime du Réel (Poche)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Notre Univers Mathématique/Max Tegmark
Platon avait raison : la physique moderne a établi de façon irréfutable que l’ultime nature de la réalité n’est pas celle que l’on croit. Car il semble bien que la réalité ne se limite pas simplement à notre perception visuelle des choses. Pour pouvoir commencer à appréhender cette réalité, il nous faudrait nous affranchir de nos chaines mentales. Est-ce possible ? Là est la question ! Des exemples comme ceux concernés par l’équation de Schrödinger sont là pour nous surprendre et même nous prendre de court.
Il est bien certain qu’une définition précise du terme « réalité » est primordial : « nature ultime du monde physique extérieur qui nous entoure. »
Pour l’auteur, « notre monde physique est non seulement décrit par les mathématiques, mais encore il est mathématique. Et la physique est l’ultime aventure intellectuelle, la quête de la compréhension des mystères les plus profonds de notre univers. La physique affûte notre perception, rehausse la beauté et l’émerveillement du monde qui nous entoure. »
M.Tegmark est persuadé que la réalité possède des connotations très différentes selon les personnes. Sa vision est totalement à l’opposé par exemple de celle Kant pour qui la réalité est une chose en soi. Le débat est aussi philosophique que physique.
Au fil du temps, les savants ont réussi à déterminer la place de l’homme dans l’espace en réalisant à plusieurs reprises que notre réalité physique est beaucoup plus vaste que l’imaginaient Aristarque puis Copernic. Jusqu’à penser que l’espace se prolonge jusqu’à l’infini comme la Théorie de la Relativité Générale d’Einstein le sous-tend. L’hypothèse d’un Univers fini mais sans limite est aussi défendue par d’autres cosmologistes.
Après avoir vu notre place dans l’espace, l’auteur tente de nous situer dans le temps.
Tout aurait commencé il y a 14 milliards d’années sans que l’on sache ce qu’il y avait avant. Cette histoire de notre Univers depuis 14 milliards d’années est assez bien connue et décrite par des lois physiques qui s’expriment sous forme d’équations mathématiques. La cosmologie est devenue une science de précision. Des théories comme celle de la gravitation d’Einstein sont particulièrement élégantes et performantes pour montrer que la gravité est une manifestation de la géométrie. Et la mesure de triangles de taille cosmologique permet alors de déduire la masse totale de l’Univers.
Par ailleurs, l’étude du spectre de puissance du rayonnement fossile est capitale pour la compréhension de l’évolution de cette longue période de 14 milliards d’années, ce rayonnement microonde étant émis par l’écran plasma du fond diffus cosmologique.
La grande interrogation demeure qui concerne nos origines cosmiques. À la question : qu’est-ce qui a donné naissance au Big Bang, la seule réponse est pour l’heure, « il n’y a pas d’explication, les équations supposent simplement qu’il ait eu lieu »!...et « l’explosion du Big bang s’est produite partout en un nombre infini de points, tous en même temps »…et « les équations supposent que dès que l’espace a vu le jour, sa taille était déjà infinie ! » Tout cela est étrangement surprenant ! L’horizon cosmique pose problème.
L’auteur aborde alors la théorie de l’inflation d’Alan Guth qui permet d’expliquer le mécanisme ayant donné naissance au Big Bang. Et cette inflation prédit que notre espace est infini et empli d’un nombre infini de galaxies. Bouleversant !! Inconcevable !! Et pourtant … !
La conséquence est qu’il existerait des univers parallèles, des multivers pour être précis.
Dans une seconde partie, l’auteur passe en revue les particules qui constituent notre univers.
Puis le rôle de l’espace de Hilbert, de l’équation de Schrödinger, la décohérence sont abordés pour montrer que toute réalité physique est un objet mathématique, que ce soit la fonction d’onde ou l’espace de Hilbert.
Qu’est-ce que la réalité ? Qu’en percevons-nous ? Là encore les mathématiques viennent à notre secours pour décrire une réalité physique.
Et le temps ? Grande question encore ! Est-il une illusion ?
L’auteur poursuit en nous invitant à découvrir le multivers de niveau IV.
Et là il faut s’accrocher !
La conclusion de ce livre étonnant revient au point de départ c’est à dire que tout dans notre Univers a une structure essentiellement mathématique. Et tout devrait être compréhensible si notre imagination pouvait se surpasser.
Un livre très intéressant, pas toujours facile à suivre dans ses démarches, mais instructif et conduisant inévitablement à la réflexion, ce qui est primordial. Chacun se fera son idée et pourra trouver là des thèmes incitant à la méditation.


Wieniawski: Virtuoso Music for Violin
Wieniawski: Virtuoso Music for Violin
Prix : EUR 19,94

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du violon comme on l'aime, virevoltant !, 9 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wieniawski: Virtuoso Music for Violin (CD)
Henryk Wieniawski (1835-1880) Musique pour violon et piano.
Musicien et compositeur polonais, Wieniawski fut un concertiste virtuose brillant et célèbre.
En 1853, il interpréta avec brio à Weimar la Sonate à Kreutzer de Beethoven accompagné par Franz Liszt au piano. Il effectua ensuite des tournées en Angleterre, Russie, Belgique, Hollande, France, Allemagne, puis en Amérique.
L’œuvre de Wieniawski est essentiellement dévolue au violon, une œuvre très poétique , romantique, à forte couleur slave.
On remarquera particulièrement la « Fantaisie brillante » sur le Faust de Gounod opus 20, une pièce de concert fort appréciée du public, « Légende » opus 17 pièce pour laquelle j’ai un faible, et « Scherzo Tarantelle » opus 16 une pièce d’une grande virtuosité atteignant des sommets de difficultés techniques.
Les Mazurkas et les Polonaises se succèdent toutes plus dynamiques les unes que les autres.
Un très beau CD avec une excellente Joanna Madroszkiewicz au violon accompagnée de Manfred Wagner-Artzt au piano.


Giovanni Legrenzi: Trio Sonatas 1655
Giovanni Legrenzi: Trio Sonatas 1655
Prix : EUR 13,93

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très belles sonates pour violon par un bel ensemble Parnassi Musici., 7 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Giovanni Legrenzi: Trio Sonatas 1655 (CD)
Giovanni Legrenzi (1626-1690)
Compositeur italien très célèbre en son temps, Legrenzi est aujourd’hui peu connu malgré le nombre considérable de compositions d’opéras, cantates, motets, concertos et sonates que l’on connaît.
Il s’installa très tôt à Venise où il enseigna d’ailleurs à Antonio Vivaldi et Caldara. Il est considéré comme précurseur de la musique de Bach et de Vivaldi.
Les sonates en trio opus 2 de 1655 sont des pièces charmantes que l’ensemble Parnassi Musici nous offre avec 2 violons, 1 basson, 1 violoncelle, 1 théorbe et 1 orgue.
Ces sonates de type baroque furent jouées la première fois à Bergame où s’était installés un temps Legrenzi et Cazzati pour créer l’école de violon de Bergame. Elles connurent un immense succès.


Oeuvres pour orgue Widor Symphonie "gothique" Boëllmann suite gothique ( coll. Grandes orgues Vol.3 )
Oeuvres pour orgue Widor Symphonie "gothique" Boëllmann suite gothique ( coll. Grandes orgues Vol.3 )

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un moment inoubliable aux grandes orgues de Notre Dame avec Pierre Cochereau., 5 août 2014
Charles-Marie WIDOR (1844-1937) : Symphonie pour orgue N°9 Gothique+ Toccata de la Symphonie pour orgue N°5 opus 42
Lépon Boëllmann (1862-1897 Suite Gothique + Élévation en mi bémol majeur, extrait des Heures Mystiques)
Pierre Cochereau (1924-1984) aux Grandes Orgues de Notre Dame de Paris.(1968-1971-1972)
Sans conteste, la pièce la plus célèbre de ce CD est la Toccata finale de la 5é Symphonie pour orgue de Widor, une toccata éclatante, virtuose et colorée, flamboyante, véritable morceau de bravoure universellement connue, qui ravit tous les amateurs d’orgue.
La Symphonie Gothique, quant à elle, débute par un moderato très recueilli aux sonorités célestes et éthérées, sorte de méditation sombre et profonde qui va crescendo vers une sorte d’illumination, une révélation, un temps grandiose chromatique, pour se poursuivre par un très bel andante sostenuto, à la grâce séduisante, une mélodie charmante à la beauté quasi surannée. Un vraie prière, sublime, qui vous vous émeut au plus profond de votre âme.
Le troisième mouvement est un allegro fugué triomphal et le finale évolue en une suite et variations mettant en valeur et les grandes orgues et l’organiste, en l’occurrence Pierre Cochereau.
C’est alors l’époque du « gothique puisque de manière contemporaine, Berlioz compose la « Chanson Gothique » de la Damnation de Faust, et Alkan le « Prélude dans le style Gothique ».
La carrière de Boëllmann fut bien plus courte que celle de Widor.
Cependant il connut rapidement le succès avec la Suite Gothique opus 25 en ut mineur. Simple et mélodieuse, elle atteint des sommets de grandeur dans la « Prière à Notre Dame ».
Le finale en toccata une fois terminé vous reste dans les oreilles un long moment : il a rendu célèbre à lui seul Léon Boëllmann par son emphase et sa solennité.

Un CD extrêmement riche en sonorités et que tout amateur d’orgue doit posséder.


Malher Symphonie N°6
Malher Symphonie N°6
DVD ~ Gustav Mahler

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une grande symphonie de la douleur., 5 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Malher Symphonie N°6 (DVD)
Gustav MAHLER/6é Symphonie/Claudio Abbado/DVD/Lucerne Festival
C’est une symphonie purement tragique que composa Mahler dès l’été 1903 et le finale allegro moderato puis allegro energico ne démentit pas ce sentiment ressenti dès l’entame du premier mouvement allegro energico ma non troppo. Un finale donc de plus de 30 minutes d’une symphonie qui fut créée en 1906, et dont le ton est comme un présage du drame que va vivre Mahler quelques temps après cette création, celui de la mort de sa fille de quatre ans. Certains ont vu dans cette œuvre un sorte d’allégorie autobiographique.
Cette symphonie d’une beauté lumineuse reste un œuvre assez difficile d’accès à la première écoute. Comme les autres symphonies de Mahler d’ailleurs. Il n’ya guère que l’andante moderato qui laisse un peu l’esprit voguer au gré d’une rêverie que le scherzo va interrompre.
Quant au premier mouvement, il dégage initialement un sentiment douloureux puis devient ample et lyrique dans son second thème représentant selon Mahler un portrait de son épouse, avant que la fin de ce mouvement ne prenne une tonalité bucolique.
Comme à l’accoutumé, Abbado illumine cette symphonie de son talent et de son sourire à l’intention de l’orchestre. Il sait mieux que quiconque révéler cette tension passionnelle qui habite cette œuvre brûlante.


Ce que le jour doit à la nuit
Ce que le jour doit à la nuit
par Yasmina Khadra
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Regrets éternels!, 4 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ce que le jour doit à la nuit (Poche)
Ce que le jour doit à la nuit/Yasmina Khadra
C’est un roman qui va directement là où ça fait mal : au cœur et les dernières pages m’ont laissé pantois et bouleversé.
L’histoire, contée par Younes alias Jonas, débute à l’époque coloniale vers 1930 dans la région d’Oran en Algérie.
Le jeune Younes, arabe, vit avec ses parents et sa sœur handicapée dans la misère la plus totale. Son père décide alors de confier son éducation à son frère pharmacien. L’amour de l’oncle et de la tante, l’amitié partagée avec des copains de toutes confessions, fait de cette époque une période bénie pour Younes.
La rencontre avec Madame Cazenave va décider de toute la vie de Younes qui va être déchiré entre des choix qu’il ne saura pas faire malgré les conseils de son oncle.
La seconde partie du roman conduit Younes à naviguer difficilement à travers les écueils du drame algérien avec la guerre d’indépendance qui débute en 1954. Torturé par des amours violents et des amitiés contrariées, Younes jusqu’au bout se demandera à quel monde il appartient.
Les amours, les nostalgies et les regrets nous sont narrés par Y.Khadra dans un très beau style.
Un magnifique roman d’amour qui est aussi une page d’histoire.


Orchestral Suites/Ovt (3)
Orchestral Suites/Ovt (3)
Prix : EUR 25,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un compositeur de transition à découvrir., 3 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orchestral Suites/Ovt (3) (CD)
Johann Friedrich Fasch (1688-1758)/Suites orchetrales/Capella Savaria/Pal Nemeth
Compositeur, violoniste et organiste allemand, Fasch est né à Weimar.
Élève de Johann Kuhnau dans un premier temps, il étudia la composition ensuite à Darmstadt avec Graupner pour devenir bientôt maître de chapelle à la cour d’Anhalt-Zerbst.
Fasch est considéré comme un compositeur faisant la transition entre les époques baroque et classique.
Son style rappelle beaucoup Telemann et Graupner, notamment dans les « Ouvertures » au ton majestueux et solennel.
Il faut savoir que le genre « Suite avec ouverture » était très prisé à l’époque, influencé par le style galant de J.B.Lully.
C’est une musique reposante, joyeuse et très agréable.
À découvrir si vous ne connaissez pas.


Tosca
Tosca
DVD ~ Bryn Terfel
Prix : EUR 25,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une Tosca que j'ai aimée !, 31 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tosca (DVD)
Giacomo Puccini/TOSCA/Angela Gheorghiu/Jonas Kaufmann/Bryn Terfel/Antonio Pappano .
C’est une des plus belles Tosca que l’on puisse imaginer, moderne, bien mise en scène avec trois solistes au sommet de leur art.
Donné en 2011 à Londres, cet opéra de Puccini basé sur un livret pourtant très médiocre est magnifié par ces solistes accompagnés d’un orchestre tout en tact et mesure dirigé par Antonio Pappano, solistes et musiciens qui parviennent à hisser la pièce à un niveau d'intensité théâtrale bouleversante. Une musique aux airs populaires, puissante et émouvante (e lucevan le stelle).
Angela Gheorghiu nous incarne une Tosca sublime notamment dans « Vissi d’arte », un passage mettant sa belle voix en valeur, et Jonas Kaufmann un très beau et talentueux Mario Cavaradossi, émouvant et convaincant dans « Recondita armonia » puis bouleversant dans « e lucevan le stelle ». Quant à Scarpia, il nous est interprété par un toujours aussi impressionnant Bryn Terfel, cynique à souhait dans ce rôle terrible.
Une parfaite réalisation.


Johann Joseph Fux: Baroque Chamber Music at the Viennese Court
Johann Joseph Fux: Baroque Chamber Music at the Viennese Court
Prix : EUR 12,72

5.0 étoiles sur 5 Baroque autrichien., 30 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Johann Joseph Fux: Baroque Chamber Music at the Viennese Court (CD)
Johann Joseph Fux/Concert baroque/ Clemencic Consort
Compositeur autrichien né en 1660, il fit des études chez lez jésuites à Graz avant de devenir organiste à Ingolstadt en 1681.
Grand admirateur de Palestrina, il composa des messes dans un premier temps.
Puis des opéras. Il enseigna à Muffat et Zeleka l’art du contrepoint. Son célèbre traité de contrepoint servit par la suite à Haydn, Beethoven et Mozart.
Dans ce CD, on trouve un exemple assez complet de sa musique instrumentale de style baroque réunie dans un recueil appelé Concentus musico-instrumentalis., publié en 1701. Très bonne interprétation par l’ensemble de René Clemencic.


4 Concertos Pour Violon
4 Concertos Pour Violon

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Plus célèbre que Mozart à son époque!, 28 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 Concertos Pour Violon (CD)
Joseph Boulogne Chevalier de Saint-George/4 concertos pour violon/Les archets de Paris/Calliope
Depuis 1999 et la sortie du livre d’Alain Guédé, une excellente biographie, Saint-George est revenu au répertoire et la reconquête du public est bien entamée.
Avec Saint-George, la musique oscille toujours entre le charme et les larmes. Dans ses concertos, Saint George laisse le violon développer son chant en se laissant aller à son inspiration à peine soutenu par l’orchestre qui est là pour le mettre en valeur.
La thématique est toujours gracieuse « avec une pointe de langueur toute créole et de sentimentalité mélancolique » (A. Guédé)
Dans les quatre concertos, le schéma est le même : après le tutti, la parole est au violon qui se livre au plus belles vocalises, alignant les trilles à un rythme surprenant. Le brio, chez Saint-George est toujours là « pour servir la ligne mélodique et exprimer la beauté de l ‘instrument. »
Un très bon Cd de musique facile et agréable.
Et dire qu’à l’époque, Mozart n’avait que peu de succès au moment où on se disputait le Chevalier dans les salons parisiens pour entendre son archet animer les soirées !!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20