Profil de Hervé M > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Hervé M
Classement des meilleurs critiques: 39.997
Votes utiles : 1939

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Hervé M "Lecteur tous azimuts" (Niort)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Le joueur d'échecs
Le joueur d'échecs
par Stefan Zweig
Edition : Poche

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un excellent livre qui fait l'unanimité !, 5 février 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le joueur d'échecs (Poche)
Sur fond d'échiquier Stefan Zweig nous livre une réflexion sur une certaine forme la torture psychologique. On suit avec frénésie la métamorphose de la victime, Monsieur B., qui, sans en avoir conscience, pour ne pas sombrer dans la folie que lui promet le traitement de ses bourreaux, va bâtir la sienne à partir d'un manuel d'échecs que par hasard il subtilise à ces tortionnaires.

Sous-jacent, on trouve bien sûr une condamnation du régime totalitaire en général et nazi en particulier ; mais là n'est pas le thème de ce livre beaucoup trop court pour qu'il puisse l'aborder.

On en regrette qu'il s'agisse d'une nouvelle, engloutie en quelques heures, tellement le plaisir de lecture est grand et que l'on souhaiterait le prolonger. Quel que soit l'ouvrage d'ailleurs, la patte de Zweig est vraiment un régal. Celui-ci, son dernier roman, a, à regret, le parfum particulier d'un achèvement.

Un livre à lire absolument !


L'éclat de Dieu
L'éclat de Dieu
par Romain SARDOU
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

9 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Moi aussi, très déçu !, 3 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'éclat de Dieu (Poche)
A l'instar des autres lecteurs, grande fut ma déception à la lecture de ce livre. Ayant fortement apprécié "Pardonnez nos offenses", je me suis jeté dans cet ouvrage pensant avoir à faire à un roman historique sur la première croisade. Et bien pas tout à fait ! ( il est vrai que le quatrième de couverture peut être qualifié de malhonnête )
L'histoire est bien celle des hordes de pèlerins qui ont choisi de se rendre en Terre Sainte à l'annonce de la prise de Jérusalem et de la libération du Saint Sépulcre par les Croisés en 1099. A leur tête, Hugues de Payns, l'organisateur, en 1118, de la milice des pauvres chevaliers de Christ, qui sera à l'origine de l'ordre du Temple fondé en 1129, dont Hugues de Payns sera le Grand Maître jusqu'à sa mort en 1136.
Mais l'histoire racontée par Romain Sardou, se déroule en parallèle et à l'identique dans deux espaces temps différents. L'auteur nous comte les péripéties des protagonistes, en passant alternativement du moyen-âge au futur lointain ( empli de vaisseaux spatiaux et de planètes énigmatiques ), et vice-versa.
C'est tout bonnement insupportable pour le lecteur qui ne s'attendait pas à ça ! et qui souhaitait s'immerger dans cette riche période historique !

Le passage de l'un à l'autre est nécessaire pour la conclusion de l'histoire, qui relève de la plus pure science-fiction. Comme la moitié du livre et le dénouement appartiennent à ce dernier genre, c'est donc dans celui-ci qu'il faut classer ce roman, et non pas dans la catégorie roman historique. Mais compte tenu des nombreuses incursions dans le passé (passages de bonne qualité, bien documentés et très agréables à lire), je ne suis pas certain qu'il ravira les amateurs de SF.

En bref, un livre à éviter !


Les rois qui ont fait la France : Hugues Capet, le fondateur, 987
Les rois qui ont fait la France : Hugues Capet, le fondateur, 987
par Georges Bordonove
Edition : Relié

5.0 étoiles sur 5 Une nouvelle fois enthousiasmé par cet essai de Georges Bordonove, 28 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les rois qui ont fait la France : Hugues Capet, le fondateur, 987 (Relié)
Que dire de l'auteur, sinon reformuler les louanges déjà exprimées. Analyse historique exemplaire, interprétations pertinentes, grand sens de la narration ... Que du plaisir !

Hugues Capet, fin politique, s'est toujours refusé à prendre la couronne par la force lorsqu'il en a eu l'occasion. Laissant passer le mauvais vent des manipulations et intrigues, il a patiemment attendu l'écroulement complet de la dynastie Carolingienne, pour légitimement être élu Roi de Francs, à la mort de Louis V, par les grands seigneurs de la haute noblesse du royaume, préféré ainsi à Charles de Basse-Lotharingie le dernier prétendant Carolingien.

Devenu souverain légitime, Hugues Capet, quelques mois après son élection, fait élire et sacrer son fils aîné Robert, devant ainsi son seul successeur possible. Il instaure ainsi la règle de la primogéniture et pose les fondations de la dynastie Capétienne.

Captivant, comme toujours avec Bordonove, je ne serais trop vous conseiller cet ouvrage sur cet illustre personnage, dont les aspirations ont été déterminantes dans l'histoire du royaume de France.

Bonne Lecture !


Alamut
Alamut
par Vladimir Bartol
Edition : Poche

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un roman intéressant, mais malgré tout décevant, 28 septembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alamut (Poche)
La secte des Assassins au 12éme siècle vue à travers un prisme occidental, et donc déformée.
Si le fond historique est rigoureux, le romanesque, lui, fait place à des dérives irréalistes, en brossant des clichés contemporains, indignes de la qualité que l'on est en droit de s'attendre d'un tel ouvrage ; ceci amplement confirmé par les nombreuses lectures que j'ai pu faire directement ou indirectement sur le sujet. Le profil psychologique de certain personnage est, pour le moins, un tantinet simpliste, et ne colle pas très bien avec le phénomène des « Assassins ». Quelques passages traitant en longueur desservent hélas l'intérêt de l'histoire.

Bref ! Si une certaine actualité a redonné de l'intérêt à ce roman, il ne faut pas pour autant prendre son contenu pour argent comptant - car vraiment trop superficiel et déformé - et compléter son information par d'autres lectures plus sérieuses ( les Assassins de Bernard Lewis par exemple ... ). Attention à la dangereuse tentation de vouloir corréler les activités de cette secte du 12éme siècle, avec les abjectes activités des organisations terroristes modernes.

A lire tout de même ! Bonne lecture !


Les Aventuriers de la mer, tome 6 : L'Éveil des eaux dormantes
Les Aventuriers de la mer, tome 6 : L'Éveil des eaux dormantes
par Robin Hobb
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le second souffle !, 2 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventuriers de la mer, tome 6 : L'Éveil des eaux dormantes (Broché)
Si les volumes 4 et 5 étaient des tomes de transition - dans lesquels l'intrigue ne progressait pas et l'action était quasi inexistante - mais nécessaires pour planter le décor de la suite des événements et pour parfaire les traits psychologiques des personnages, le 6éme opus, lui, comme je le pressentais, correspond enfin à la nouvelle dimension de l'aventure tant attendue par les lecteurs. Le Parangon, non sans difficultés, reprend la mer pour secourir la Vivacia, avec à son bord Brashen, Ambre et Althéa ; Terrilville est attaqué et Keffria doit fuir avec ces enfants pour se réfugier chez les marchands du désert de pluies ... Mais chute ! n'en disons pas trop. Les nombreux événements se succèdent et rebondissent entre eux, pour notre plus grand plaisir ... un vrai régal !

Enfin les aventuriers de la mer ont trouvé leur second souffle.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 18, 2010 10:52 PM CET


La Pourpre et l'olivier ou Calixte Ier, le pape oublié
La Pourpre et l'olivier ou Calixte Ier, le pape oublié
par Gilbert Sinoué
Edition : Poche
Prix : EUR 9,40

37 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du talent ! encore et toujours., 2 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Pourpre et l'olivier ou Calixte Ier, le pape oublié (Poche)
L'auteur nous conte, avec son talent habituel, le parcours étonnant de Calixte, l'esclave d'origine grecques, qui devint en 217 le seizième successeur de Pierre, alors que rien ne le prédestinait à cette suprême charge.

Alors que les chrétiens sont encore persécutés et que l'Eglise est déjà divisée, les légions romaines l'enlèveront à sa Thrace natale et le vendront comme esclave à Rome.

Il travailla au service d'un haut fonctionnaire de l'empereur Commode, nommé Carpospore, qui était lui aussi chrétien, et qui en fit son banquier.

Il sera condamné au bagne : les mines de soufre de Sardaigne. Il y endurera trois longues années de dur labeur à l'extraction du minerai, faisant preuve d'un dévouement hors du commun auprès de ces compagnons bagnards. Marcia, la concubine de l'empereur Commode, connaissant et appréciant le jeune Calixte, obtint qu'il fût libéré et affranchi.

En 199 à la suite son élection au trône de saint Pierre, Zéphyrin, l'appela à ses côtés, et en fit son secrétaire personnel et l'archidiacre de la ville.

Et malgré les efforts et les manœuvres de son rival Hippolyte, un prêtre cultivé et d'une grande intelligence, candidat lui-même à la succession de Zéphyrin, c'est Calixte qui aura la préférence des suffrages du conclave et qui sera élu à l'évêché de Rome.

C'est Calixte 1er qui créa le premier cimetière chrétien, et dans ces biens faits, il reconnut la validité des mariages entre esclaves et femmes libres, et autorisa le remariage des veufs ainsi que leur entrée dans le clergé pour ceux qui le désiraient. Plus discutable, c'est aussi Calixte 1er qui instaura l'usage de l'absolution de tous les péchés. Et c'est en banquier expérimenté qu'il apporta une grande prospérité à l'Eglise romaine.

L'histoire mouvementée et pleine de rebondissements d'un destin hors du commun, retranscrite par le talentueux narrateur qu'est Gilbert Sinoué : un cocktail délicieux à déguster sans aucune modération.


Les Croisades vues par les Arabes
Les Croisades vues par les Arabes
par Amin Maalouf
Edition : Poche
Prix : EUR 6,40

16 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Superbe exposé historique, avec la manière en plus !, 30 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Croisades vues par les Arabes (Poche)
Ouvrage d'un très riche contenu, offrant une autre vision des croisades, indispensable pour qui veut se forger sa propre opinion. Certes, l'analyse manque parfois un peu d'objectivité, mais s'inscrit comme un pendant aux ouvrages chrétiens occidentaux, qui pour certains sont beaucoup plus éloigné de la vérité que ce présent livre. C'est donc un complément indispensable à ceux qui veulent élargir leurs connaissances sur le sujet et s'ouvrir à d'autres interprétations.

En plus, avec tout le talent d'Amin Maalouf, qui, avec son style inimitable, a su donner beaucoup de vie à l'exposé, et en rendre la lecture très agréable : sans être un roman, c'est tout aussi captivant et tout aussi plaisant à lire.

Une lecture enrichissante et d'un abord facile que je conseil à tous !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 10, 2008 9:12 AM MEST


Sinouhé l'Égyptien, tome 1
Sinouhé l'Égyptien, tome 1
par Mika Waltari
Edition : Poche
Prix : EUR 8,40

24 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un ouvrage de référence !, 13 décembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sinouhé l'Égyptien, tome 1 (Poche)
Le minutieux travail de recherche de Mika Waltari sur cette période, a été, à l'époque, salué par l'ensemble des égyptologues. Même si depuis certains faits historiques ont été infirmés et certaines interprétations revisitées à la lumière des nouvelles découvertes qui ont été faites, Sinouhé l'égyptien reste un ouvrage de référence, surtout pour la richesse des détails donnés sur la vie quotidienne et la société des égyptiens du 14e siècle avant notre ère.

C'est depuis son exile que Sinouhé, l'égyptien, nous raconte son histoire et ses aventures ; un récit à la première personne, haut en couleur, qui entraine le lecteur au coeur de l'Egypte antique comme s'il y était.

Alors que nouveau-né il dérivait dans une panière en papyrus sur les eaux du Nil, sa future mère, sans enfant, le découvre et décide de le recueillir et d'en faire son fils. Ses parents adoptifs lui feront bénéficier de la meilleure éducation qui lui permettra de devenir médecin comme son père. Ces talents d'exceptionnel praticien l'amèneront à soigner la famille royale, tout en continuant à soigner les humbles et les pauvres sans attendre salaire. De sa rencontre avec Pharaon naitra une amitié ; il deviendra le médecin, le conseiller et le confident du Pharaon Aménophis IV, qui prendra plus tard le nom célèbre d'Akhenaton.

A la demande de Pharaon, Sinouhé voyagera dans de nombreux pays : la splendide Babylone et ses jardins suspendus, la Crète avec son labyrinthe et son minotaure, le pays des sanguinaires Hittites ... Lors de ses pérégrinations il nous fera découvrir les contrés traversées ainsi que les peuples qui y vivent : leurs us et coutumes, leurs cultes, leurs mythes. L'amour, l'amitié, les guerres et la mort paveront les routes de son voyage.

C'est en tant que témoin privilégié qu'il assistera à l'ascension du culte d'Aton - premier culte monothéiste de l'histoire de l'humanité - puis à son déclin, suite à la révolte et à la résistance du clergé séculaire d'Amon et de ses sous-divinités.

Un style agréable et plaisant, non dépouvu humour, et malgré la grosseur du roman, le plaisir de lecture reste intact du début à la fin sans aucune longueur.

Un roman sur l'Égypte antique pas comme les autres, à lire absolument.


Malevil
Malevil
par Robert Merle
Edition : Poche
Prix : EUR 10,60

15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille !, 27 octobre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Malevil (Poche)
Même si le thème de l'apocalypse nucléaire peut le suggérer, et même si le sujet a déjà été traité une multitude de fois dans une pléthore de bons et moins bons ouvrages d'Anticipation, « Malevil », lui, n'est pas pour autant un roman à classer dans ce genre. C'est avant tout de l'excellente littérature, dans laquelle est abordée avec talent une réflexion sur les fondements des sociétés humaines.

L' «événement» ! - nommé ainsi dans le livre - quel est-il ? Tout laisse à penser qu'il s'agit d'une catastrophe nucléaire. Mais quels sont ceux qui l'ont déclenchée, par quel engrenage en est-on arrivé là, et quelles en sont les raisons !? Aussi bien les protagonistes de l'histoire que le lecteur n'en sauront jamais rien. Et peu importe, l'important n'est pas là - le sujet n'étant pas le cataclysme lui-même - l'important est de survivre et d'organiser cette survie pour que perdure l'existence de chacun et celle de la communauté, car en dépend peut-être l'avenir de la race humaine ; reconstruire une société alors il n'y a plus rien, que le monde se réduit brusquement à ce que l'on a porté de soi. Pour cela l'auteur va ramener de petits groupes d'hommes contemporains en des temps où tout ce qu'offre la vie moderne n'existe plus.

L'originalité est que cela ce passe en milieu rurale, loin des villes, où l'on est certain qu'il ne restera rien de la modernité, de ses technologies et de ses infrastructures.

Les personnages, des paysans pour la plupart, retourneront aisément à la vie agraire, sans besoin de réapprendre les fondamentaux de la terre, et par conséquent le récit peut se focaliser sur les comportements humains.

La communauté de Malevil est riche : riche des fortifications du château médiéval qui a résisté au désastre et qui leur apportent la sécurité ; riche de leurs quelques animaux domestiques, vache, taureau, chevaux cochons et poules ; riche de leurs quelques sacs de grain qui leur permettront peut-être un jour d'ensemencer la terre. Mais cette richesse, toute relative, ne peut subvenir aux besoins que d'une poignée d'hommes ; le partage avec un trop grand nombre serait synonyme de mort pour les membres de la communauté de Malevil.

Que feront-ils de ces précieuses possessions ? alors que celles-ci sont convoitées par d'autres groupes qui par malheur ne possèdent rien ou si peu, ou qui veulent posséder plus par peur de manquer demain, ou qui désirent s'approprier ces ressources par cupidité, pour asseoir leur domination et leur pouvoir.

Toute l'activité du clan est concentrée sur la reconstruction d'une mini-société dont le but est la survie. Et il faut y dépenser tellement d'énergie au quotidien qu'il n'est même pas envisageable d'explorer cette Terre dévastée pour voir ce qu'il s'y passe. Peut-être plus tard, quand les besoins élémentaires seront durablement satisfaits, et que l'on sera en mesure d'assurer efficacement sa sécurité à l'extérieur de l'enceinte de la forteresse.

Toutes les composantes élémentaires des sociétés humaines - sociale, spirituelle, militaire, ... - et toutes les bases des rapports humains en société sont subtilement et simplement mises en exergue dans cet ouvrage aux vertus ethnographiques : une étude de sociétés primitives, héritières du savoir des sociétés modernes, que Claude Lévi-Strauss ne renierait pas.

Pas de héros à proprement parlé, mais des personnages avec leurs qualités et leurs défauts, emplis de leur humanité avec tout ce qu'elle compte de bon et de mauvais, parmi lesquels on se surprend à identifier des personnes de son entourage, en commençant par soi-même. Le protagoniste principal, Emmanuel, s'avère être une personne possédant un fort leadership, douée d'un talent de manipulateur, qu'il mettra, sans despotisme, au service de son clan, même à l'insu de ses membres. Qu'en sera-t-il au sein des autres groupes ?

C'est le premier roman de Robert Merle que je lis, et suis impressionné par la qualité de sa plume et son talent de conteur, malgré les nombreuses critiques qui le laissaient deviner et qui m'y avaient préparé. C'est donc avec un plaisir jubilatoire que j'ai pris connaissance des titres de l'auteur qui me restent à découvrir, et je pense sincèrement que de grands moments de lecture m'attendent avec Robert Merle.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 21, 2014 7:55 AM MEST


Le diamant de Jérusalem
Le diamant de Jérusalem
par Noah Gordon
Edition : Poche

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bon roman, sans plus !, 11 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le diamant de Jérusalem (Poche)
Un bon livre qui, c'est certain, n'a pas l'envergure du «Dernier Juif» ou du «Médecin d'Ispahan», mais qui reste malgré tout plaisant à lire.

Il ne s'agit pas d'un roman historique ; les quelques incursions dans le passé, même si elles sont très intéressantes et fort bien traitées, ne représentent pas plus d'un quart du récit - chose que l'on peut regretter car ce sont les meilleurs passages.

L'histoire, qui est contemporaine, globalement manque de rythme et s'égare quelquefois, et du coup l'intrigue, qui est plutôt pas mal imaginée, perd de sa saveur et de son intérêt. Dommage ! cela aurait pu être mieux, Noah Gordon nous ayant habitué à beaucoup mieux.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12