ARRAY(0xa04c7b64)
 
Profil de Emmanuel P. > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Emmanuel P.
Classement des meilleurs critiques: 2.876
Votes utiles : 299

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Emmanuel P. (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Mystères d'archives saison 3
Mystères d'archives saison 3
DVD ~ Serge Viallet
Prix : EUR 24,99

5.0 étoiles sur 5 Découverte et redécouverte de l'Histoire, 11 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mystères d'archives saison 3 (DVD)
Rarement, me semble-t-il, un documentaire est parvenu à ce point à combler l'amateur éclairé d'Histoire tout comme le néophyte un peu distrait mais qui se prendra au jeu et, pourquoi pas, ira voir un peu plus loin. La clarté du commentaire et l'attraction exercée par les images souvent mythiques servent un propos d'une grande richesse.


Massachusetts
Massachusetts
Prix : EUR 18,52

5.0 étoiles sur 5 Sur terre et dans l'air, 11 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Massachusetts (CD)
Album aux senteurs de forêt, la forêt où l'on s'enfuit pour pleurer en cachette sur la presque disparition de ce genre d'albums. "Massachusetts", sorti dans les années 1990, est selon moi le plus réussi de Joe Pernice, aux commandes également des Pernice Brothers. Il aligne des titres à la mélancolie un peu brute, aux mélodies soignées mais sans afféterie. On peut l'écouter seul ou avec une bière et/ou des potes, on en tirera quelque chose de neuf à chaque fois. Humain à chaque note, céleste en même temps.


Wild Smile... An Anthology
Wild Smile... An Anthology
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Découvrir un génie de la mélodie, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wild Smile... An Anthology (CD)
Il s'agit ici d'un double album : sur le premier CD, une anthologie d'un artiste méconnu, à la finesse d'écriture extraordinaire, et qui sublime sa mélancolie par des trouvailles mélodiques que je place personnellement au même rang que certaines chansons de Lennon ou Brian Wilson ; sur le second CD, des trouvailles et des enregistrements en public. Les amateurs de Nick Drake, Tim Hardin ou Carole King en auront pour leur argent. Mais l'argent n'a rien à voir là-dedans. On frôle une âme mystérieuse, tragique, envoûtante, mais surtout dans un bain musical qui vous enveloppe et ne vous lâche plus.


Abbey Road to Ziggy Stardust
Abbey Road to Ziggy Stardust
Prix : EUR 12,97

4.0 étoiles sur 5 Agréable compte-rendu ; manque un peu de substance, 9 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Abbey Road to Ziggy Stardust (Format Kindle)
Ken Scott, qui a côtoyé la crème de la crème du rock, de la pop, du jazz fusion, etc. en tant qu'ingénieur du son et producteur, a une qualité qui rend ce livre plaisant : il ne se prend pas au sérieux. C'était peut-être une condition nécessaire durant sa carrière, quand on travaille avec Bowie, Elton John, ou des types de cet acabit.
Le livre s'adresse à la fois aux amateurs de musique - avec une préférence pour les anglo-saxons entre la fin des années 60 et celle des années 70 ("White Album" des Beatles, "Ziggy Stardust de Bowie, "Crime of the century" de Supertramp...) - et aux lecteurs pointilleux sur la technique d'enregistrement (ce n'est pas mon cas, mais fort à propos les parties un peu trop...techniques justement sont placées en exergue).
J'ai lu ce livre avec plaisir, savourant beaucoup d'anecdotes intéressantes ; par exemple George Martin qui vient presque s'excuser auprès de Scott pendant l'enregistrement du "White Album", car il pense que contrairement à "Sgt Pepper" l'équipe technique ne remportera aucune récompense. Les rapports avec les superstars (dont George Harrison avec lequel li noue une relation proche) sont relatés de telle manière à ce que le lecteur se sente embringué dans le processus d'enregistrement ; c'est plaisant, et d'ailleurs Scott n'hésite pas à démystifier, décochant quelques flèches par-ci par-là.
Reste une impression de relative déception : comme dans beaucoup de livres de ce type, l'auteur reste essentiellement dans un registre descriptif. Or il a assisté - et participé activement - à la mise en forme de dizaines d'albums majeurs ("Hunky Dory" par exemple) et j'attendais une réflexion un peu plus poussée sur quelques-uns des thèmes qui me semblent essentiels : par exemple le processus créatif lorsque l'artiste est passé du statu d'inconnu à celui de star mondiale (Bowie) est-il différent ? Comment expliquer la qualité exceptionnelle de la période ? Tout cela, Scott en parle, mais sur un ton assez badin, "down to earth", et on reste un peu sur sa faim. J'ai compris cependant que dans beaucoup de cas (ex : "Ziggy Stardust"), le public et les spécialistes recréent après-coup une mythologie, voient le concept-album où il n'est pas, et oublient qu'au moment où l'ingénieur du son branche ses micros, personne n'a la moindre idée de l'impact des chansons sur des millions de gens, sur des dizaines d'années... Et justement j'aurais aimé lire un peu plus sur ce thème.
Pour résumer : un livre à consulter si on connaît déjà un peu le sujet et qu'on cherche quelques points de vue inédits, ou encore si on est fana de technique.


Cette nuit-là
Cette nuit-là
par Linwood Barclay
Edition : Poche
Prix : EUR 6,84

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 N'exagérons rien !, 24 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cette nuit-là (Poche)
"Une intrigue magistrale qui se joue de nos angoisses les plus profondes", nous promet le quatrième de couverture. Personnellement, j'ai lu cet ouvrage comme on sirote un cocktail sans alcool. C'est léger, vite oublié. Le point de départ est intéressant, mais il apparaît assez vite que tout ou presque va reposer sur de la psychologie superficielle et des clichés. Comment progresse l'intrigue ? Essentiellement de la manière suivante : le personnage principal, passif et fade au possible, en rencontre un autre qui lui apprend quelque chose. Puis il rencontre un autre personnage qui lui apprend autre chose. Enfin une autre personne lui apprend autre chose. Passe par là un "malfrat" aussi effrayant et réaliste que ceux du "Club des Cinq". OK pour une lecture d'été, pour passer le temps entre deux bains et deux siestes. Pour l'angoisse, le suspens insoutenable, etc., on repassera.


Le Passage
Le Passage
par Justin Cronin
Edition : Poche
Prix : EUR 11,21

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un récit qui se perd en route, 14 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Passage (Poche)
Impression très mitigiée : la première moitié du livre m'a happé, la description poignante d'un futur apocalyptique étant particulièrement réussie. Une impression de gris, de tragique, de lumières qui s'éteignent. Des personnages auxquels on s'attache, et un point de vue emphatique développé par un auteur maîtrisant son art.
Puis le récit s'embourbe inexorablement, multipliant les personnages, accumulant les scènes de manière décousue ; on passe d'un récit aux dimensions prophétiques et symboliques à une espèce de fouillis psychologisant dans lequel le lecteur finit par se perdre. C'est tout du moins ce qui m'est arrivé, et le livre m'est tombé des mains. Dans le même registre, "La route", ou "Malevil" - qui conservent d'ailleurs un certain réalisme, ce qui leur permet sans doute d'éviter les excès d'un fantastique outrancier - sont à conseiller davantage.


Revolver: How the Beatles Reimagined Rock 'n' Roll
Revolver: How the Beatles Reimagined Rock 'n' Roll
par Robert Rodriguez
Edition : Broché
Prix : EUR 15,35

5.0 étoiles sur 5 "Revolver" de A à Z, 5 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revolver: How the Beatles Reimagined Rock 'n' Roll (Broché)
Gros lecteur d'ouvrages consacrés aux Beatles, j'ai particulièrement apprécié celui-ci. Rien de révolutionnaire, mais une approche détaillée, pédagogique, plaisante, qui s'articule en trois points :
- Les circonstances de la création de "Revolver" : l'album est replacé dans la démarche du groupe et de son producteur George Martin ; il est également mis en perspective avec l'univers musical dans lequel il baigne (Beach Boys, Dylan, Rolling Stones, Byrds, ainsi que d'autres groupes moins connus). L'auteur illustre avec talent les liens personnels et d'influence qui existent entre les Beatles et ces artistes. Il invite à se replonger dans une époque d'une incroyable richesse créative dans le domaine de la musique (la comparaison avec la nôtre donne le vertige).
- Une analyse détaillé des chansons : leur composition, leur enregistrement, les variantes. Il s'agit certes d'informations de seconde main, qu'on retrouve dans d'autres ouvrages, mais le travail de synthèse est correct et il se double de commentaires personnels intéressants. Rodriguez, par exemple, cite et critique tel ou tel livre consacré à "Revolver", et concernant les chansons elles-mêmes, il conserve une capacité de mise à distance.
- La réception et l'héritage de "Revolver" : Rodriguez, m'a semblé extrêmement convaincant dans ses analyses qui jettent un regard neuf et engagé (sans être sectaire) sur cet album qui rétrospectivement semble avoir souffert des circonstances de sa sortie (scandale aux USA suite aux propos de Lennon, public en partie insensible aux évolutions du groupe...) et qui vit encore aujourd'hui dans l'ombre de "Sgt Pepper", album respectable mais que Rodriguez réévalue à la baisse : tandis que "Revolver" allie spontanéité et recherche formelle, "Pepper" se regarde un peu dans la glace, joue d'effets sonores qui ont un peu perdu de leur fraîcheur, et il n'est peut-être pas l'album aussi innovant qu'il prétend l'être (ou que les amateurs/critiques le prétendent).

Il est impossible de lire cet ouvrage sans avoir envie de se replonger dans cet album coloré et excitant : ce n'est pas le moindre mérite de Robert Rodriguez, dont on espère d'autres ouvrages, par exemple sur "L'album blanc".


Sur les ailes de la danse
Sur les ailes de la danse
DVD ~ Fred Astaire
Prix : EUR 13,00

3.0 étoiles sur 5 Bluette un peu vieillote, 31 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur les ailes de la danse (DVD)
Je ne vais pas me faire que des amis en commentant "Sur les ailes de la danse". Disons que les numéros musicaux aussi bondissants et réussis qu'ils soient n'occupent que le petit quart d'un long métrage qui le reste du temps se traîne en...longueur (rythme plat, dialogues nunuches, histoire sans intérêt, etc.).
Il faut donc ronger son frein pour déguster la virevoltante bonne humeur d'un Fred Astaire au grand charme.


L'autofictif croque un piment : Journal 2011-2012
L'autofictif croque un piment : Journal 2011-2012
par Eric Chevillard
Edition : Broché
Prix : EUR 14,25

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Après le fade et les fadaises : le piment, 18 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'autofictif croque un piment : Journal 2011-2012 (Broché)
Il est venu, il est revenu, il reviendra, c'est l'autofictif, aussitôt sorti en librairie aussitôt lu, c'est un festival, des étincelles poétiques qui mettent le feu aux rideaux du quotidien.

Ce livre comme les précédents, il faut le savourer lentement. Cela n'est pas prétentieux, cela n'est pas sectaire, cela n'est pas incompréhensible. Chevillard remue l'univers en deux-trois phrases, et ce piment est bien revigorant après les soupes sans goût.

Pour me faire comprendre, voici un extrait de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert", Grand Prix du Roman de l'Académie Française (sic) :

"Elle le prit par la main, elle l'installa sur la terrasse. Elle lui apporta ses feuillets, ses carnets, ses stylos. Elle fit du café, fit jouer un disque d'opéra et ouvrit les fenêtres du salon pour qu'il l'entende bien. Elle savait que la musique l'aidait à se concentrer. Docilement, il rassembla ses esprits et se mit à tout recommencer ; il se mit à écrire un roman d'amour, comme si Nola et lui, c'était possible. Il écrivit pendant deux bonnes heures, les mots venaient d'eux-mêmes, les phrases se dessinaient parfaitement, naturellement, jaillissant de son stylo qui dansait sur le papier".

A comparer avec :

"A force de marcher, je parvins sur mes vieux jours dans un pays si écarté que le ciel même ne le couvrait plus. Ce qu'il y avait à la place, vous pensez bien que cela m'intriguait au plus haut point, mais les années, la longue errance et le poids de mon bagage avaient si bien voûté mon corps que je ne pus seulement lever la tête pour le découvrir".

ou encore :

"Cette petite fille a l'air bien ennuyée : elle a trouvé un coquillage.
- Pourquoi cette tête, il est très joli, ton coquillage.
- Eh bien oui, mais je ne veux pas en faire la collection, moi."

Vous avez compris.

Et à présent, assez discuté. Lisez l'autofictif !


MI-5 - Saison 7
MI-5 - Saison 7
DVD ~ Peter Firth
Prix : EUR 19,19

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Congratulations !, 29 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : MI-5 - Saison 7 (DVD)
La série est parvenue à se renouveler en mettant en scène de nouveaux protagonistes, et en prenant le spectateur par surprise. On peut regretter le côté un peu glacé et unidimensionnel des personnages; toutefois "MI5", en s'éloignant du spectaculaire gratuit, et en cultivant une identité british suffisamment prononcée pour être originale sans l'écueil de la complaisance, offre un récit parfaitement orchestré.
Pas de temps mort dans cette saison, une intrigue principale qui se déploie brillamment (axée sur la Russie), et des intrigues secondaires qui participent à la tension dramatique : extrémisme religieux, cyber-terrorisme, etc. Contrepoint à des réussites comme la regrettée "24 heures chrono" - qui parfois abusait du pathos et franchissait allègrement la frontière du réalisme, "MI5" tient la route pour le plus grand plaisir du spectateur.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8