ARRAY(0xa11778dc)
 
Profil de Stiquel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Stiquel
Classement des meilleurs critiques: 707
Votes utiles : 570

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Stiquel "tchichou" (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17
pixel
Live Loud & Loose
Live Loud & Loose
Prix : EUR 18,22

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Special Classic Rocks Radio US, 16 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Loud & Loose (CD)
Sorti en 2001 cet album public retrace la période bénie de ce groupe canadien entre 1982 et 1986. Sorte d'hommage posturme du groupe à son bassiste disparu en 2000. Pour ceux qui ne connaissent pas Loverboy, on peut dire que c'est le stéreotype de groupe à succès des années 80' créé de toute pièce par les majors pour donner la réplique à Bon Jovi et Def Leppard. Pas mauvais au demeurant, surtout parce que son chanteur-leader, Mike Reno a un physique, une présence et surtout une voix. Les compositions sont bien enlevées façon Rock FM alors que les quelques interprétations lentes frisent la guimove.
Pas extraordinaire, mais parfait en voiture lorsque vous faites Montréal-Ottawa et que pour seule distraction vous avez une radio FM qui vous crache "Hot girls in Love" ou "Working for the week-end".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 28, 2011 4:35 PM MEST


Live in Concert:Wildwood Sprin
Live in Concert:Wildwood Sprin
Prix : EUR 29,56

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Certainement le meilleur America en Live, 16 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in Concert:Wildwood Sprin (CD)
Connaissez-vous Steelville, Missouri? Normal, un bled de 1500 âmes oû un soir de septembre 2008 fut enregistré ce sixième album "Live" de America et certainement le meilleur pour les raisons que je vais tenter d'expliquer.
Le répertoire de America est riche mais souvent bien criticable pour au moins en ce qui concernent ces 20 dernières années malgré l'excellente surprise de "Then & Now" sortie en 2007. Alors une fois n'est pas coutume les 19 titres représentent un excellent mélange des titres bien connus ("Ventura Highway,"Daisy Jane", "Tin Man", "I need you" ...) et des plus récents (" Chasin' the Rainbow", "Ride on").
Pour un groupe qui tourne en moyenne 100 jours par an, inutile de dire que leur show est bien rodé et que la production proposée est de grande qualité au point que cet enregistrement en particulier, nous rappelle que le duo Beckley/Bunnell reste une référence en matière d'harmonies vocales au même titre que Simon & Garfunkel et C.S.N & Y. Du reste devrait sortir un album d'America prochainement intitulé "Back pages" composé de reprises de Simon & Garfunkel, Bob Dylan, Buffalo Springfield, the Beach Boys et bien d'autres.
Déjà avec leur précédent enregistrement 100% acoustique de 2002 ("Grand Cayman Concert")nous avions pu juger l'excellente collaboration entre ses 2 membres fondateurs aussi bien pour leurs interprétations des titres que sur les harmonies vocales précises sur le tempo et subtiles dans le son.
Alors pour cet exceptionnel cd, je vous offre, tel le camelot sur le marché, un génial mélange de titres archi-connus avec de superbes nouveaux titres, des harmonies vocales sublimes et lumineuses, un son parfait et une production remarquable sans oublier un son de guitares et de piano clair comme de l'eau de roche, une basse omniprésente mais discrète et enfin une cerise sur le gateau qui s'appelle Rusty Young (ex-Poco) qui joue de la slide sur 2 titres majeurs " Sister Golden hair" et "Horse with no name".
Alors, je vous conseille de ranger en haut de la discothèque les précédents "Live" à l'exception de "Grand Cayman Concert" et de vous ruer sur cet album au coeur et au son des 70's mais qui est aussi l'album de la maturité.


Grand Cayman Concert
Grand Cayman Concert
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 37,19

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inespéré "Live acoustic concert", 15 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grand Cayman Concert (CD)
"Grand Cayman Concert" est le 5ième album public de America et le seul à ma connaissance entièrement acoustique filmé et enregistré aux iles Cayman, plus connu pour ses flux financiers opaques que pour sa douceur de vivre.
On retrouve notre duo Gerry Buckley et Dewey Bunnell seuls sur scène avec leur Taylor 12 cordes au son cristallin et leur piano magnifique pour un concert exceptionnel à plus d'un titre: le son, les interprétations avec cette spontanéité revenue des 2 premiers albums malgré la voix de Dewey Bunell légèrement hésitante sur certains titres.
Les précédentes productions en public me semblaient trop aseptisées, (à l'exception du dernier concert parisien au Casino de Paris trop rock à mon goût) avec les mêmes titres récurents, les mêmes interprétations sans trop d'acoustique et dont le dernier titre joué en rappel s'appelait toujours "Horse with no name".
Pas de doute ce "Live" en revanche est celui que tout les fans de la première heure attendaient depuis longtemps, et depuis que George Martin s'était mis en tête d'en faire des stars de la variété américaine dans les années 70' et 80', nous finissions à désespérer d'un retour vers un répertoire plus folk songs proche du style harmonieux de C.S.& N., de Simon & Garfunkel ou James Taylor.
N'hésitez pas, la "cool attitude" est de retour et vous assure d'un excellent retour sur investissement moins cher qu'un anti dépresseur.
Ironie de l'histoire, les iles Cayman ont longtemps été le lieu de résidence de Dan Peek, l'ex-troisième homme du début de l'aventure, l'inviter aurait été un must,(mais depuis mon commentaire dan Peek et décédé, RIP Dan)
mais ne révons pas ce "Live" existe et le reste est de l'histoire ancienne.


Move Like This
Move Like This
Prix : EUR 16,94

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Never say never again, 1 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Move Like This (CD)
"I'm saying Never and you count on that" s'exprimait encore Ric Ocasek lorsqu'on lui parlait de réunir les Cars surtout sans son ami et bassiste Benjamin Orr décédé en 2000. Taratata! et à première vue et à la première écoute on ne peut que constater qu'il a bien fait de revenir sur sa décision; j'avoue que "Heartbeat" sorti en 1984 restera leur dernière réussite même si leur dernier opus date de 1987 et qu'il a fallu que je me contente des 3 premiers cd's solo de Ric Ocasek, de pures merveilles (" Beatitude"," Fireball Zone" et surtout " The side of paradise").
Alors c'est simple, "Move like this" commence par "Blue Trip" avec leurs synthés habituels et on enchaine par des titres plus rocks avec quelques ballades dignes de "Drive" ou "Heartbeat city": du pure Cars 100% garanti années 80's avec plus de riffs et de guitares et moins de synthés. Par moment j'ai l'impression d'entendre un Ray Davies (Kinks) aux manettes.
Alors si vous n'avez pas peur de passer pour un has been, n'hésitez pas ce cd vous prouvera que le temps n'a pas de prise sur ses faiseurs de hits, bien meilleurs en studio que sur scène, même si ce style de musique ("New wave", "Pop Rock" ou "Art Rock")sonne un peu ringard aux oreilles de certains aujourd'hui. Il n'empèche que "Move like this" a atteint dés sa sortie aux US le top 10 du Billboard 200 albums charts.
Décidément après les Doobie Brothers et Bad Company en Live c'est peut être le meilleur retour non attendu de nos vieux papys rockers, de quoi donner des bonnes idées à d'autres.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 24, 2011 2:44 PM MEST


Let Your Hair Down
Let Your Hair Down
Prix : EUR 11,20

4.0 étoiles sur 5 Voyons cela comme un hommage, 23 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let Your Hair Down (CD)
La rumeur que je divulguais dans le commentaire de "Bingo" s'est confirmée: un deuxième cd devait sortir qui du reste aurait pu sortir sous forme d'un double Cd l'année dernière tellement on joue dans le même registre: le blues. Toutefois notre ours préféré qui sort de l'hibernation tous les 20 ans s'amuse à tromper son monde entre un titre d'album "Let your hair down" qui n'est que le titre d'un succès bien connu des Temptations en 1973 et une pochette laide au possible qui pourrait représenté le petit frère de Moby (pas le lapin)
Vous avez aimé "Bingo", vous aimerez son alter-ego "Let your hair down" même si le plaisir est de courte durée (30 minutes:la preuve j'ai pu caser les titres de "Bingo" et ceux de "Let your hair down" sur un seul cd vierge!) et inversement pour les puristes qui ont refoulé cet objet du désir une première fois et qui trouverons que la coupe est pleine aujourd'hui!
Finalement, je trouve naturel et sympa ce retour aux sources qu'il faut considérer comme un hommage aux grands bluesmen et à Norton Buffalo et rien de plus outre que le fait que Steve Miller est un grand guitariste dont ces deux derniers albums à défaut d'apporter un plus dans sa discographie, nous rappellent à son bon souvenir surtout si vous êtes fan de blues comme moi.


Ces garçons qui venaient du Brésil
Ces garçons qui venaient du Brésil
DVD ~ Gregory Peck
Proposé par Sales-For-U
Prix : EUR 13,49

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Grand classique et casting de rève, 17 mai 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ces garçons qui venaient du Brésil (DVD)
Evacuons d'abord les sujets qui fachent: le scénario quoique bien ficelé peut paraitre quelque peu invraisemblable avec cette scène finale où les deux grands propagonistes du film Mengele et Liebermann s'entre-tuent. A comparer avec le script du "Dossier Odessa" Frederick Forsyth reste plus crédible que Ira Levin et par conséquent l'intrigue du film réalisée en 1974 par Ronald Neame devient plus prenante. Et si on compare la réalisation, certaines scènes ont pris un coup de vieux que je ne constate pas chez Neame mais les 2 films sont d'une efficacité redoutable.
Ce qui fait de "Ces garçons qui venaient du Brésil" un grand classique c'est son casting de rève et ce jeu d'acteur exceptionnel: en premier lieu Laurence Olivier qui incarne le chasseur de nazis (apparenté vaguement à Simon Wiesenthal) et qui pour la petite histoire incarnera en revanche le méchant nazi poursuivant Dustin Hoffman dans " Marathon man", Gregory Peck interprètant Mengele plus vrai que nature et dans une moindre mesure James Mason et Lili Palmer.
Pour les connaisseurs, a signaler l'excellente photographie de Henrie Decae qui en plus d'avoir été un directeur de la photographie reconnue par ses pairs (Melville, Clément,Chabrol, Malle, Truffaut, Molinaro, Losey, Pollack) était un ami d'enfance de Louis de Funes avec lequel il travailla sur "Le Corniaud", "La folie des grandeurs" et "Les aventures de Rabbi Jacob. Certains plans rappellent étrangement ceux d'Alfred Hitchcock, à donner froid dans le dos.
Enfin, ne pas oublier l'excellente BOF signée Jerry Goldsmith qui se distinguera par ses centaines de bandes originales de films et ses 19 nominations aux Oscars.
Un bon film à revoir avec plaisir mais avec une certaine complaissance toutefois.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 17, 2011 10:13 AM MEST


A vingt ans avec Jean Moulin : De Fresnes à Cassino
A vingt ans avec Jean Moulin : De Fresnes à Cassino
par Jean-Louis Théobald
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 petit livre pour une grande épopée, 12 mai 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A vingt ans avec Jean Moulin : De Fresnes à Cassino (Broché)
Il faut reconnaitre que compte tenu du parcours exceptionnel de Jean Pierre Théobald pendant la guerre, je pouvais m'attendre à une biographie plus étoffée et plus détaillée, comme celle de Daniel Cordier. Lorsqu'on a cotoyé la résistance, arrêté et torturé, avoir eu la chance et le courage de s'évader en sautant d'un train en Allemagne pour finalement rejoindre Alger via Miranda pour s'engager et rejoindre le corps expéditionnaire français à Naples pour combattre l'ennemi jusqu'en Allemagne en passant par Cassino, Rome, le débarquement de Provence et la libération de Paris, on peut s'attendre à une biographie exceptionnelle et à en savoir plus sur la personnalité de l'auteur.
En revanche, j'ai apprécié son sens du détail de la description de la souricière de Caluire et des explications fournies quant à la culpabilité de Hardy dans l'arrestation du Général Delestraint et de lui-même à Paris et celle de Jean Moulin et de ses compagnons à Caluire. Mais ce qui me gène c'est le flou et les questions que se pose l'auteur sur l'attitude de Raymond Aubrac pendant la guerre faisant planer un doute sur son comportement de grand résistant pendant la guerre et sur les critiques de certains grands résistants qui ont rejoins de Gaulle à Alger pour devenir des "ronds de cuir" plus que des combattants.
Une courte biographie, quelques explications sur des moments forts de la résistance et quelquepart quelques réglements de compte que le lecteur appréciera ou pas.


Le dossier Saragosse. Martin Bormann et Gestapo-Müller après 1945
Le dossier Saragosse. Martin Bormann et Gestapo-Müller après 1945
par Pierre de Villemarest
Edition : Broché
Prix : EUR 25,65

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les vieux fantômes renaissent, 14 mars 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le dossier Saragosse. Martin Bormann et Gestapo-Müller après 1945 (Broché)
On peut dire que Mengele, Bormann et Gestapo-Muller auront monopolisé beaucoup de personnes entre les services de contre-espionnage, les associations de rescapés, les journalistes et les politiques. Ce livre est avant tout passionnant, on plonge dans un monde où l'espionnage est roi, ou l'information se transforme en désinformation, et oû les éventuelles pistes se transforment en voies sans issues qui donnent cours à l'immagination de beaucoup de romanciers et de journalistes à la recherche de scoops.
Beaucoup de pistes mais toujours peu de certitudes sur le devenir de ces funestes personnages. De ce livre on peut tirer aucune conclusion mais beaucoup de scénarios possibles.
Les amateurs plus que les historiens apprécieront comme moi le contenu de ce livre.


Maquisards à 17 ans : Des FFI à la deuxième DB de Leclerc
Maquisards à 17 ans : Des FFI à la deuxième DB de Leclerc
par André Goineaud-Bérard
Edition : Relié
Prix : EUR 22,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chronique hebdomadaire d'un jeune maquisard, 3 mars 2011
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maquisards à 17 ans : Des FFI à la deuxième DB de Leclerc (Relié)
Il existe deux sortes de biographie qui se rapportent à la résistance: d'une part celle de personnages illustres qui colle à l'histoire à l'image de celle de Gaulle,Moulin,Churchill, celle des chefs de la résistance comme Frenay, Rémy, Fourcade, Bénouville, Astier de la Vigerie... Et d'autre part ceux qui au nom de valeurs et de l'amour de la France s'engageront dans la résistance active sans rechercher la gloire et les honneurs et qui publieront des témoignages poignants, réalistes et sans fioritures comme Odile de Vasselot,Pierre Lefranc, Michel Hollard, Violette Maurice... Goineaud-Bérard fait partie de cette deuxième catégrie.
Son récit raconte avec émotion et parfois drolerie le quotidien des maquisards de Dordogne et son engagement à la fin de la guerre chez Leclerc.
Ecrit avec des mots simples, ce livre, malheureusement, se lit bien trop vite!


L'épuration sauvage 1944-1945
L'épuration sauvage 1944-1945
par Philippe Bourdrel
Edition : Broché

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 fallait-il en passer par là?, 2 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'épuration sauvage 1944-1945 (Broché)
On peut comprendre certains réglements de comptes à la fin de la guerre après tant de souffrances mais combien d'innocents sont tombés sous les balles d'un peloton d'exécution et combien on réussit à y échapper?
Ce livre détaille avec minutie et exemples à l'appui ces crimes gratuits dictés dans leur grande majorité par un parti communiste revanchard et renaissant pour lesquels de Gaulle pour des raisons aussi bien politiques que matérielles ne dénoncera pas de suite.
Une période aussi sombre que la collaboration par moment.
Passionnant ouvrage à recommander.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 28, 2011 8:56 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17