Profil de Tchichou > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Tchichou
Classement des meilleurs critiques: 842
Votes utiles : 611

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Tchichou "tchichou" (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
Live Dates Volume II [Shm-CD]
Live Dates Volume II [Shm-CD]

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention collector à saisir?, 4 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Dates Volume II [Shm-CD] (CD)
Ce "Live dates 2" n'est pas tout à fait la suite du mémorable "Live dates" pour 2 raisons: ce Live a été enregistré au Royaume-Uni entre 1976 et 1980. Par ailleurs Laurie Wisefield avait déjà remplacé l'excellent Ted Turner, parti une première fois.
Aussi il faut savoir qu'il existe 2 versions de cet excellent cd. La première qui semble celle présentée ici est un pressage japonais (2 X cd) qui comporte l'intégralité du concert figurant sur le Lp original et dont le prix malheureusement est justifié, comme bien souvent pour les imports japonais. En revanche il existe une version européenne (1 seul cd) fabriqué en Autriche dont 6 titres sont passés à la trappe et pas des moindres:" Lorelei", " you rescue me", les excellentes versions de " Persephone ", " Time was ", " Goodbye baby, Hello friend " et pour couronner le tout la sublime version de "No easy road" qui concluait le Lp.
Alors n'hésitez pas à casser votre tirelire car non seulement vous passerez un bon moment mais vous aurez un collector entre les mains qui si cela se confirme a été tiré à 25 000 exemplaires. La question subsidiaire est de savoir combien de fois il a été tiré à 25 000 exemplaires!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 11, 2013 1:07 PM MEST


Raising the Bar
Raising the Bar
Prix : EUR 20,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent cru 2010 pour le blues, 4 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raising the Bar (CD)
Depuis 1966, date de sortie de son premier single et 1977, date de son premier album, Morris Holt dit "Magic Slim" a sorti 35 albums à ce jour en comptant les Live et les 2 ou 3 compilations. Même si on est un inconditionnel de ce fabuleux guitariste qui répond à toutes les stéréotype du bluesman issu tout droit du Mississippi, il existe des cds plus ou moins bons mais jamais fades. En revanche certains enregistrements qui semblent repiquer avec un mégnéto 4 pistes sont à éviter. De plus il faut connaitre la discographie de l'auteur pour éviter les reprises de titres d'un album sur un autre: alors peut-être 35 albums de sortis mais combien de vrais originaux? Ce "Raising the bar" est une superbe réussite qui m'a surpris car notre bluesman ne semblait pas en excellente santé ces dernières années: même sa voix est moins rauque mais le son de sa guitare toujours aussi présente.
"Part time love" qui ouvre ce cd est peut être le titre le plus surprenant et le moins attractif de l'album tout simplement parce que le tempo est un peu inhabituel pour ceux qui suivent l'actualité de Magic Slim. Le reste est une belle alternace de blues et de Boogie (surtout de boogie) avec de grands moments comme "Mama talk to your daughter" déja interprété sur Chicago Blues sessions #3 (comme je le disais précédemment), ou " Gonna move to Kansas City".
Un bon cru 2010 entre Magic Slim, Joe Louis Walker "Live on the legendary Rythm & blues cruise, et Buddy Guy "Living Proof" qui sont tous les 3 fortement recommandés pour grand amateur de grands crus.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 24, 2011 12:45 PM CET


La mort est ma compagne
La mort est ma compagne
par David Rensin
Edition : Broché
Prix : EUR 24,35

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un vrai scénario de film, 2 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La mort est ma compagne (Broché)
Cette biographie ferait un excellent scénario de film, et de nombreuses scènes rappellent le cinéma: la jeunesse insouciante voire d'apprenti-voyou de Zamperini ("Il était une fois l'Amérique"), la course à pied qui le sauvera de la rue (" Les Charriots de feu"), sa rencontre avec Hitler aux JO de Berlin, les combats aériens contre les japonais, l'amerrissage de son avion en plein Pacifique, les 47 jours passés avec ses 2 compagnons d'infortune au mépris des risques entre les requins, la faim, les tempètes et la récupération par un bateau japonais ("L'enfer du Pacifique"). Puis prisonnier des japonais, les humiliations, les privations, les sévices par de sadiques geoliers japonais (" le pont de la Rivière Kwai" ou "Furyo: Merry Christmas Mr. Lawrence"), la libération,le retour aux pays avec les célébrations, la reconnaissance de toute une nation au champion donné pour mort mais aussi la chute, l'alcool et les cauchemars et enfin la résurrection grâce à la rencontre avec un prédicateur du nom de Bill Graham. Une formidable épopée racontée avec simplicité et sans se poser de questions métaphysiques.
Un seul regret: les retrouvailles avec ses bourreaux japonais plusieurs années après la fin de la guerre empruntées de trop de discrétion au regard du reste de la biographie.
Une grande aventure humaine à recommander pour les adeptes de ce style littéraire.


Farewell Tour
Farewell Tour

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Faux départ, 2 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Farewell Tour (CD)
A mon sens l'existence des Doobies Brothers ne tient qu'à la présence de deux leaders, Tom Johnston et Pat Simmons. Et lorsque Michael Mc Donald a essayé de lancer une OPA sur le groupe cela s'est mal terminé car raisonnablement les 3 ne peuvent cohabiter musicalement. Preuve en est qu'il a fallu que les 2 premiers se retrouvent pour que les Doobie Brothers renaissent de leur cendres et que finalement Mc Donald se retrouve uniquement comme Special Guest Star.
"Farewell Tour" c'est le contraire, on sent l'ultra présence de Michael Mc Donald qui donne à certains titres à l'origine trés son californien un son plus jazzy tendance FM Californienne ("Listen to the music" est effroyable).
Heureusement que Tom Johnston reprend provisoirement les rènes sur " Long Train runnin" et " China Groove" car ce "Farewell Tour" n'a pas la sublime dimension de "Rockin' down the Highway: the Wildlife concert" ou encore l'intérêt d'un "Live at Wolf Trap". Mais cela en 1983 nous ne le savions pas encore.


At His Very Best
At His Very Best
Prix : EUR 11,09

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Dreams to remember" en résumé, 26 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : At His Very Best (CD)
Compte tenu de la richesse d'un tel répertoire, il est indécent de limiter la carrière de Robert Palmer à cette simple compilation. Ce trés british singer aura touché à tous les genres de musique qui se respectent sur cette planète avec un faible pour le Rythm and blues, puis le rock, un peu de reggae et de jazz. Débutant une carrière au sein de Vinegar Joe comme chanteur, il ne tardera pas à imposer son talent pour poursuivre une carrière solo avec brio ô combien méritée des deux cotés de l'Atlantique. Dans les années 80', il formera Power Station avec John et Andy Taylor, ex-Duran Duran et Tony Thompson, ex-batteur de Chic. Bernard Edwards, ex- Chic viendra compléter par la suite ce gang.
Ce phénomène musical mort à Paris en 2003 laissera derrière lui, 14 albums, 3 Live et 8 compilations, sans compter les 2 albums avec Power Station et ceux avec Vinegar Joe. Alors évidement, Palmer ce n'est pas seulement 2 musique de pub, quelques Grammy Awards et un clip musical détonnant "addicted to love" ou entouré de mannequins dont le visage est grimé de blanc et qui accompagnent trés maladroitement Palmer aux instruments, façon de se moquer de l'illustrateur Patrick Nagel (pochette du disque de Duran Duran "Rio")et des illustrations de Playboy.
Et cela c'était aussi Palmer, un facétieux et talentueux dandy anglais d'un genre différent d'un David Bowie ou d'un Bryan Ferry.
Un artiste qu'il faut posséder dans sa discothèque, à défaut avec cette compilation.


Corporate America
Corporate America
Proposé par envoi rapide et immédiat
Prix : EUR 14,99

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Pour fan principalement, 25 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Corporate America (CD)
La première bonne nouvelle c'est le retour aux affaires du regretté Brad Delp, le chanteur-guitariste des premiers "Boston" à l'exception de "Walk on".
La seconde bonne nouvelle, c'est que ce cd est resté introuvable pendant longtemps et que finalement j'ai pu mettre la main dessus quelquepart outre-manche en 2003.
On change quelque peu le personnel, et on s'aperçoit que la ligne directrice est toujours là: l'hyper-présence de Tom Scholz aux four et au moulin dans ce que la pochette appelle "Art Direction" même si certains titres sont signés et interprétés par 2 nouveaux Anthony Cosmo (guitare) et une petite nouvelle qui nous vient de la country (!), Kimberley Dahne qui alterne guitare et basse.
A dire la vérité, pour la première fois sur un album de Boston, je constate un manque d'uniformité dans la musique, les arrangements sont d'excellente facture comme d'habitude, et les 2/3 des titres sont très enlevés ou parfois trés mélodieux , mais j'ai un peu de mal à retrouver l'ame et le style des 3 premiers chefs d'oeuvre. Prenez le 1er album "Boston", celui qui fut 17 fois disque de Platine aux US, seuls 2 titres étaient signés Scholz/Delp, le reste était le monopole de Tom Sholtz. En revanche sur "Corporate America" seuls 6 titres sur 10 sont signés de Scholz. Panne d'inspiration ou volonté d'échapper à un certain style de musique? Mais comme je suis fan, je ne regrette pas l'achat de ce cd, mais il ne tourne pas en boucle tous les jours.


Passport to the Blues
Passport to the Blues
Prix : EUR 23,30

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sans mauvaises surprises mais pas vraiment innovant, 21 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passport to the Blues (CD)
Pas évident de se renouveler quand on joue du blues, a forturi quand on s'appelle Duke Robillard et qu'on a sorti de multitudes d'albums de blues seul ou avec des artistes comme Kim Wilson, Ronnie Earl,J. Geils, John Hammond ou Jimmie Whiterspoon.
On peut qualifier ce nouveau cd comme bon, mais manque le quelquechose auquel le Duke nous avait habitué avec ses expériences jazz, Blues Bayou, swing...En fait c'est un retour vers un style plus orienté boogie-rock-blues à la Roomful of Blues mais qui ne se différencie pas de ce qu'il nous a servi tant de fois. Ceux qui connaissent bien sa discographie savent que la barre était déjà placée bien haute ("Stetchin' out- live" par exemple) pour que cet album puisse atteindre ces sommets.
Et comme disent les enfants: "J'aime, mais je n'adore pas"


Anthology
Anthology
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 57,67

5.0 étoiles sur 5 Ne passons pas à coté des bonnes choses, 20 octobre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anthology (CD)
Bien sûr qu'en 1981 sur la bande FM de Californie, on écoutait du Foreigner, Styx, Starship,Greg Khin Band, Pat Benatar, Reo Speedwagon, Journey et... Shooting Star.
Pour les gens normalement constitués c'est à dire les fadas de musique que nous étions, nous les connaissions tous sur la bande FM. Mais Shooting Star? Et en plus, KSJO San José en 1981 nous narguait en passant 3 titres au moins par heure de leur dernier album (Hang on life")sans préciser le nom du groupe ou le titre. De quoi vous énerver! Alors on enregistrait sur une K7 un titre que l'on faisait écouter au vendeur de disques qui nous prenez autant pour des ignorants que des français incultes du type "Shooting Star of course, man!".
De ce jour je suis devenu aussi savant que Sacha Reims et appris tout sur ce groupe qui débarquait tout droit du Kansas via Londres!
Un groupe de Rock FM de plus certes, mais quand même le premier groupe américain que signera Virgin America en 1979 avec aux commandes pour leur premier album le légendaire Guss Dudgeon, producteur de Elton John et David Bowie.
Voila pour le décor.
La musique, c'est bien du Rock FM avec la particularité qu'on y trouve des solos de violon et des changements de directions musicales surprenantes qui vont du vrai Rock (Hang on life" qui restera 30 semaines au Top 100 du Bilboard avec des titres comme "Break Out", "Flesh and Blood" ou " Are you on my side") à des envolées presque symphoniques trés type Boston ou ELO comme sur "Shooting Star".
Cette anthology résume parfaitement l'histoire encore inachevée d'un groupe encore en tournée au fin fond du Kansas, attachant mais injustement reconnu par les professionnels comme par le public, du moins de ce coté de l'Atlantique.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 30, 2011 1:35 PM MEST


Dave Edmunds Band Live -I Hear
Dave Edmunds Band Live -I Hear
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 65,96

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Old fashion mais tellement stylé, 19 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dave Edmunds Band Live -I Hear (CD)
Perdu au milieu du classement du Billboard de juin 1987 apparait ce Live de Dave Edmunds. Comme a son habitude les morceaux sont bien enlevés et particulièrement courts, et évidemment pas beaucoup de moment de sage plénitude en forme de solos de guitare qui démontre de l'immense talent de guitariste qu'est Dave Edmunds.
Que ce soit avec ou sans son compère Nick Lowe (les ex-fondateurs de Rockpile), Dave Edmunds a sa place dans l'univers du rock anglais des années 70/80' dans un style plus proche du Pub Rock des Inmates, Dr. Feelgood, des ancètres comme les Flamin' Groovies ou Mike Green & the Pirates que des Stray cats ou Fabulous Thunderbirds.
Mais il est inutile d'en dire plus sur le personnage compte tenu que seuls ceux qui connaissent Dave Edmunds liront ce commentaire!
Alors "oui" cet album reprend tous les titres les plus connus et cela me convient à ravir. Poussez les tables, rangez les chaises et dansez!
En revanche, j'ai un doute sur le fait que cet album a bien été enregistré en Live. Une forte impression qu'un bidouillage ou un rajout d'ambiance au mixage ne soit pas exclus. Mais ne gachons pas notre plaisir, l'important n'est-il pas d'écouter Dave Edmunds avant d'entendre brailler le public que d'ailleurs on n'entend pas beaucoup?


Serious Hits... Live !
Serious Hits... Live !
Prix : EUR 11,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Il mérite bien son titre, 19 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Serious Hits... Live ! (CD)
Ce Cd je le possède depuis 20 ans, et c'est en écoutant son dernier opus "Going back" que j'ai préféré rédiger un commentaire sur "Serious Hits...Live"!
Il est un fait, ce Live intervient au meilleur moment de sa carrière avec par conséquent tous les principaux titres qui ont fait sa gloire et sa fortune avec en prime un clin d'oeil à cette musique soul années 50/60 "You can't hurry love", peut-être prémonitoire à la venue de "Going back" plusieurs années après.
En enregistrant cet évènement "Live" à Berlin, Phil Collins participe en quelque sorte à l'euphorie provoquée par le réunification de l'Allemagne quelques mois auparavant. On peut seulement regretter qu'avec un tel répertoire, la version cd comporte 15 titres et la version DVD 24 titres.
En vous procurant ce "serious Hits... Live" vous passerez un excellent moment de nostalgie en pensant que Phil Collins l'un des plus grands vendeurs de disques de la planète (150 millions de disques) reste un grand auteur/interprète/musicien et à ses heures perdues un grand Showman physiquement bien diminué aujourd'hui.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18