ARRAY(0xa241142c)
 
Profil de Stiquel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Stiquel
Classement des meilleurs critiques: 706
Votes utiles : 569

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Stiquel "tchichou" (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17
pixel
Paris
Paris
Prix : EUR 16,98

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Album pour fan trop gaté ou trop frustré?, 20 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paris (CD)
Ce Live à l'origine devait s'appeler Roadworks et enregistré au Québec mais la maison de disques (A&M) souhaitait une ville plus "marketing", à croire que l'on achète un disque pour son titre et son visuel plus que pour son contenu. Aujourd'hui plus que hier on sera attentif à LA VOIX DE SUPERTRAMP, celle de Roger Hodgson bien sur qui chante en alternance avec Rick Davies sur l'ensemble des titres de l'album.
Néanmoins ce Live est frustrant pour 2 raisons:
1/Concernant les titres: On retrouve l'ensemble de ceux de "Crime of the Century" avec en moins "If everyone was listening", 2 titres de "Even in the quietest moments", 3 titres de "Crisis? What Crisis?" et 3 titres de "Breakfast in America" et un inédit " You started laughing". Tout cela est de bonne facture mais là ou le bas blesse c'est que personne n'a su à l'époque comment caser les titres enregistrés mais impossible à ajouter à cette liste déjà bien fournie. Et parmi ces perles nous retrouvons: "Give a little bit", "Even in the quietest moments", Goodbye stranger", "Just a normal day", Another man's woman" et " Downstream".
2/ les interprétations: Bien sur on ne va pas faire la fine bouche au nom de la nostalgie, mais ces messieurs auraient improvisé un peu plus, ce concert serait rentré dans la légende comme beaucoup de cette époque.
Une belle occasion perdue.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 29, 2012 12:32 PM CET


Fausse piste: Une enquête du privé Milo Milodragovitch
Fausse piste: Une enquête du privé Milo Milodragovitch
par James Crumley
Edition : Broché
Prix : EUR 8,46

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 l'anti héros par excellence, 15 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fausse piste: Une enquête du privé Milo Milodragovitch (Broché)
Michael Connely a avoué un jour que James Crumley l'avait beaucoup inspiré et il est vrai que l'inspecteur Bosch de L.A. est quelque part un cousin éloigné de Milo.
Ce qui frappe dans ce livre, et au travers de beaucoup de livres de Crumley c'est cette description des personnages souvent à la dérive, cette humour dévastatrice, ce langage crû du fin fond de l'Amérique. Plus que l'histoire, c'est le style de l'auteur et l'atmosphère qui nous envahi au fil des pages.
Ce roman ne faillit pas à la réputation de l'auteur, bien au contraire.


Graffiti Soul
Graffiti Soul
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 5,91

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'adrénaline fait son retour, 15 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Graffiti Soul (CD)
Par hasard en juillet 2009 j'aperçois une affiche dans la rue annonçant le concert des Simple Minds. A €12 le concert (ce n'étais pas en France évidemment!) je ne risquais pas grand chose. Surprise! on avait l'impression de revenir 20 ans en arrière, même son, même tonus, Jim Kerr impérial, certes avec quelques bourlets en plus, et Charlie Burchill, maitre absolu de son instrument préféré la guitare.
Après 2 heures de concert debout en plein air, l'adrénaline était revenue, la passion retrouvée et la nostalgie à fleur de peau. Il a fallu attendre le jour suivant pour se précipiter sur la nouvelle galette dont certains titres me trotter dans la tête depuis le concert de la veille.
Le premier titre ne m'a pas déchiré les neurones ("Moscow underground"), mais le reste! Serait-ce l'atmosphère de Rockfield Studios (Wales) ou ils n'avaient pas enregistré depuis 30 ans qui fait que ce chef d'oeuvre respire les années 80' ou l'esprit de "Good news from the next world", ou peut être le travail ou la magie d'un célèbre producteur comme Bob Clearmountain? (Stones, Bryan Adams, The Who,Robbie Williams, Toto, Bon Jovi...) ou tout simplement l'inspiration, l'envie de jouer et de partager? Au final ça sonne Rock, ça prend aux tripes comme de la bonne pop avec des titres comme "Rockets", "Stars will lead the way", "This is it" ou encore la version trés enlevée de "Rockin' in the free world" qui peut renvoyer Oasis à leurs tourments fratertels.
Simple Minds, un groupe des années 80' qui a encore de quoi nous surprendre même les plus agnostiques comme moi.


Live ( Feb 16 2000 -Los Angele
Live ( Feb 16 2000 -Los Angele
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 18,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Passage obligé pour tout fan de Texas Blues, 15 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live ( Feb 16 2000 -Los Angele (CD)
Enregistré en février 2000 mais édité en 2001 ce concert est une dés grande référence du blues-rock ou Texas blues: on ne s'ennnuie pas, ça déménage, c'est carré, professionnel, rien à jeter tous les titres sont superbes, bien interprétés, production top,et comme d'habitude on se lamente que ce ne soit pas un double cd.
Pour l'anecdote, ce concert fut le premier enrgistré par des caméras en haute définition pour diffusion sur internet. Le film du concert ou le cd peut s'appeler "Invitation only" ou " This night in L.A."
A noter l'hyper-présence d'un Kim Wilson au chant et à l'harmonica et de Gene Taylor, le remarquable pianiste partenaire des grands de ce monde passés et présents (Big Joe Turner, T-Bone Walker, The Blasters, Canned Heat....). Bien sur Duke Robillard et Jimmie Vaugham sont partis depuis des lustres vivre leur carrière en solo, mais franchement vous écoutez ce "live" que vous enchainez avec "Smokin' Joint" autre Live de Kim Wilson en solo, suivi de "Stretchin' out live" de Duke Robillard et vous avez un coffret d'égale qualité et de sonorité. Et si vous n'êtes pas convaincu, laissez vous tenter par The Roomful of Blues " Live at Lupo's Heartbreak Hotel" et vous aurez le carré d'As des "Live" du blues texan qui déménage.


The Best Of (Live)
The Best Of (Live)
Prix : EUR 7,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Comme un excellent film coupé par des spots de publicité, 14 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Best Of (Live) (CD)
Allman Brothers Band c'est une légende du rock sudiste depuis 1969. Le palmarés est constitué de 14 cds originaux, 8 rétrospective "Live" et 7 compilations. Et sans parler des disques solos de Gregg Allman et compères de l'époque comme Dicky Betts.
Alors bien sur on s'y perd même si la référence toute catégorie s'appelle " At Fillmore East" en version original ou relooké, et peut-être "Eat a peach" ou "Brothers & Sisters".
Passé cette honte de proposer un "Best of (Live)" saucissonné, ce cd n'est pas inutile dans la mesure ou il reprend les grands morceaux de bravoure du groupe dans les versions originales: "Statesboro blues" est la version intégrale du Fillmore East avec le même timing et son. Et le reste est de même facture.
Et puis le premier morceau ("Jessica") me rappelle tellement le thème de l'émission de Claude Villers et Patrice Blanc Francard ("pas de panique") sur France Inter que j'irais presque défendre l'intégralité de cette rétrospective. A conseiller à ceux qui sont perdus dans la discographie ou qu'ils veulent découvrir ce légendaire groupe des 70's.
Pour mémoire, il existe un exemple similaire avec Humble Pie avec le "Live on king Biscuit Flower" composé aussi des meilleurs titres de ce groupe tout aussi mémorable.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 19, 2010 4:09 PM MEST


Kessel, le nomade éternel
Kessel, le nomade éternel
par Olivier Weber
Edition : Poche
Prix : EUR 6,37

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Scénario de film ou biographie bien condensée?, 14 septembre 2010
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kessel, le nomade éternel (Poche)
L'erreur que j'ai faite est d'avoir lu dans la même année "Le nomade éternel" après l'excellente biographie signée Yves Courrière "Kessel, ou, sur la piste du lion".
Première grosse différence: l'un fait 180 pages, dont une trentaine de pages de photos, le tout en version Poche, alors que le second autour des 900 pages.
Le style est différent pour les 2 auteurs: Weber possède un style plus journalistique assez factuel malgré quelques rares anecdotes sur Kessel que l'on ne retrouve pas dans la biographie monumentale écrite par Y. Courrière, alors que Courrière en revanche possède un style très proche du romancier. J'irais presque dire que Weber raconte à la façon de Kessel-journaliste et Courrière à la façon de Kessel-romancier.
Abstraction de tout cela, on peut saluer l'énorme performance de Weber qui a su condenser une bio aussi importante que celle de Kessel en si peu de pages ,respectant les différentes étapes de sa vie mais en ne s'attardant pas trop sur les descriptions, les situations, les personnages et les sentiments.
Comme exemple on notera que Weber ne s'attarde pas sur les péripéties qui ont conduit Kessel et ses acolytes de la France au Portugal avant de s'embarquer pour Londres pendant la guerre, ni la rencontre détaillée avec ces marchands/trafiquants de rubis, ou les amitiés de Kessel avec Torres; l'avocat, Colette, Cocteau, Moretti, Mermoz qu'il considérait comme son frère et bien d'autres.Un scénario de film bien ficelé en quelque sorte qui privilégie le souvenir de Kessel "Le vieux Lion au grand coeur" sans trop s'attarder sur ses amours, ses amitiés et sa grande famille qu'il entretenait entre les frères, cousins et maitresses.
A la fin de la dernière page, vous avez le sentiment de sortir d'une salle de cinéma après avoir vu la transposition d'une oeuvre littéraire sur grand écran: intéressant, beau mais frustrant.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 16, 2011 7:31 PM CET


2000 Years-the Millennium Conc
2000 Years-the Millennium Conc
Prix : EUR 79,11

4.0 étoiles sur 5 Auteur-compositeur-interprète et surtout showman, 13 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : 2000 Years-the Millennium Conc (CD)
J'avoue qu'après "The stranger" et "Scenes from an Italian restaurant", j'avais décroché de la planète Billy Joel. Et puis je me suis laissé à écouter ce cd, sorte de Best Of aux couleurs philharmoniques au son particulièrement bien équilibré entre sa voix, les musiciens et le public. Certains diront que certains titres ne sont pas ceux du concert mais enregistrés en studio puis bidouillés pour le rendre Live. Difficile de voir la différence à l'écoute complète de ce cd. Une seule certitude "This is the time" et "Just the way you are" ne proviennent pas du concert du Madison Square Garden du 31 décembre 1999.
Les titres de ce cd sont particulièrement bien équilibrés entre les tubes de ma jeunesse revisités "Movin' out", "Only the good die young", "My life" et "Scenes from an italian restaurant" et les autres plus récents. Mais que dire de certaines reprises parfois inattendues "Honky tonk women" et" Dance to the music" qui apportent un coté festif à l'évènement ou la mélancolie est absente ce soir-là. En fait c'est peut-être cela qui manque à ce cd: une âme. Personnellement, je m'attendais à une oeuvre plus mélodieuse avec l'appui d'un orchestre philharmonique mais certainement pas un concert de rock oû Gun & Roses aurait pu éventuellement s'inviter!
De la part d'une star qui a vendu à ce jour 100 millions de disques, on espérait plus de sensibilité et d'inspiration musicale, mais on passe un bon moment quand même et puis cela permet de nous demander: "Où étions-nous le 31 janvier 1999?"


La Diabolique de Caluire
La Diabolique de Caluire
par Pierre Péan
Edition : Poche

7 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Le diabolique Mr. Pean, 10 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Diabolique de Caluire (Poche)
Le problème avec ce genre de récit, c'est qu'on crée l'évènement journalistique (rien que le titre est racoleur).
En clair, à la fin du livre, qui se lit comme un roman, on a des préjugés encore plus forts sur la culpabilité de René Hardy, sur l'évènement tragique de Caluire, mais l'auteur ne rapporte qu'une succession d'évènements certes troublants mais qui n'apportent aucune preuve nouvelle et tangible permettant juridiquement d'inculper Hardy ou Lydie Bastien. Aucun des protagonistes du coté allemand comme du coté français n'a apporté le moindre témoignage. Pierre Péan a le droit d'écrire sa version des faits, mais avant tout il a le devoir de transmettre la vérité s'il la connait ce que je doute, pas plus que les juges qui ont traité le cas Hardy.
Bien sur que tout le monde croit en la culpabilité de Hardy, y compris Henri Fresnay qui le confie dans son excellent livre autobiographique "La nuit finira". Mais cela ne signifie pas que la présomption d'innocence n'existe pas.
Mais à ce qu'il paraît "La vérité est Une, le mensonge est multiple. La partie n'est pas égale" et cela je m'en rends compte encore une fois.


Now You See Inside
Now You See Inside
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 4,07

5.0 étoiles sur 5 On aime aussi la nouvelle scène américaine, 8 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Now You See Inside (CD)
Ce groupe éphémère que je qualifierais de American Alternative rock est une grande découverte faite il y a 10 ans alors que je fouillais dans un magasin de disques Rive gauche à Paris célèbre pour ces trésors réédités.
Appeler un groupe SR 71, comme l'avion espion américain Blackbird, quelle foutaise! Une pochette digne de Kraftwerk qui n'engage pas à écouter ce cd. Et pourtant moi l'accro des groupes rock des années 70/80, j'avoue que j'ai flashé sur la qualité des titres, les intros, la rythmique et loin de moi l'idée qu'on joue dans la cours des Punk ou autre analphabète musical. A voir certains de leurs clips sur la toile, on pourrait même les assimiler à des Garage Band du type des Plimsouls à notre valeureuse époque. Heureusement que ce jour le cd tournait en boucle sinon ...


Live From Earth
Live From Earth

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les chanteuses de Rock ne font plus rire, 8 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live From Earth (CD)
Avec ses faux airs de Liza Minelli à ses débuts, cette petite bonne femme est la première rockeuse américaine a ne plus nous faire rire, l'antithèse d'une Debby "Blondie" Harry plus orientée vers la pop à défaut de dire la variété américaine.
Ce "Live earth" enregistré en 1983 est là pour le prouver et ça déménage à tous les étages, accompagné par son second mari, Neil Girardo auteur/compositeur/guitariste et un groupe carré et trés professionnel. 1983 c'est l'année de la maturité, des tubes en pagaille (impossible de les citer tous même si sur cet album j'ai un faible pour la version de "Hell is for children")Et puis cette voix quand elle monte sur les aigus sur " we live for love"...
"Live from earth" ne sera que le 5 ième disque de Platine obtenu aux US, soit à l'époque 1 million de copies!, une 13ième place dans les charts US (la production était de qualité à l'époque).
Un disque fortement à recommander pour les fans de Rock des années 80, l'écouter c'est l'adopter.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-17