Profil de Fabrice > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fabrice
Classement des meilleurs critiques: 5.423
Votes utiles : 100

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fabrice "Fabrice" (Tokyo, Japon)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
L'échange des princesses
L'échange des princesses
par Chantal Thomas
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une leçon d'histoire sans fard, 29 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'échange des princesses (Broché)
Pas besoin d'être féru d'histoire de France pour apprécier la verve et la cruauté avec laquelle est raconté cet épisode peu glorieux où le cynisme le plus noir est à l'oeuvre. Les ambitions des uns, les intérêts des autres, les intrigues courtisanes se nouent et se dénouent comme un noeud de vipères autour de ces enfants de sang royal réduits au rang de simples instruments aux mains des adultes. Etre enfant-roi/reine à Versailles ou à la très catholique Cour d'Espagne n'est pas rigolo tous les jours.

On croise Saint Simon, l'inquisition, l'obsession de la chasse, la Princesse Palatine, Monsieur frère du roi, des ecclésiastes sans scrupules, des dames de compagnie pas toujours vertueuses, la petite vérole, des bals, des carrosses, la pompe des cérémonies royales, l'encens des offices religieux; et tout cela s'entremêle aux destinées peu enviables de cette infante d'Espagne et de cette Mlle de Montpensier pour brosser de de XVIIIème siécle un tableau assez effarant dont on ne s'étonne pas qu'il conduise finalement à la révolution.

La correspondance authentique entre les principaux protagonistes du livre (roi et Reine d'Espagne, infante, prince et princesse des Asturies est hallucinante et savamment insérée dans le récit, preuve à charge que tout ce qui y est conté est, sinon vrai, du moins très vraisemblable.

Un regard acéré et caustique sur une monarchie de bigoterie, de conspirations et de consanguinités peu ragoûtantes.


L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea
par Romain Puértolas
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Fakir potache, 29 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je crois qu'il ne faut pas prendre ce livre pour plus qu'il ne prétend être: une bonne grosse bouffonnerie bâtie comme un petit défi à partir de la proposition excentrique continue dans le titre. Et Puertolas a un gentil petit talent pour en tirer une petite fable tragi-comique pas toujours très légère, pas toujours très fine, pas toujours très drôle (ma femme qui lisait à coté de moi 'Nââândé, les tribulations d'une japonaise à Paris' rigolait bien plus que moi) et dont les ficelles sont assez grosses,
mais qui se lit sans trop de déplaisir (si ce n'est lorsque l'histoire tutoie d'un peu trop près un misérabilisme à deux balles).

Tout ça ferait un bon petit scénario pour un film de Francis Veber ou de Patrice Leconte, ce qui peut se comprendre comme un compliment ou une vacherie (sacrée) selon le point de vue d'où on se place...


Assan
Assan
par Vladimir Makanine
Edition : Broché
Prix : EUR 27,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un grand roman à la fois truculent et tragique, 1 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Assan (Broché)
Un grand livre, où l'absurde, le drame, le burlesque et le mélancolique se rejoignent pour former un fresque à la fois magnifique et grotesque terriblement russe mais aussi absolument universelles. C'est l'épopée une peu pathétique et si humaine du commandant Jiline, intendant des entrepôts de carburant près de Grozny, en pleine guerre de Tchétchénie.

C'est la Tchétchénie mais c'est aussi toutes les guerres avec leurs cortèges de héros et de veules, de victimes et de bourreaux, les petits vieux jetés sur les routes, les crapules de l'état major, les mères de soldats, les épouses languissantes, les camaraderies forgées dans le sang et la poussière, les maquisards mal rasés à Kalashnikov, les profiteurs, les petites combineś les embuscades, les insouciants et les braves, les âmes perdues et les trompe-la-mort, un peu d'amour aussi ; bref des hommes et des femmes dans leur fragile et infinie humanité.

Et tout ça brossé dans un style vif et virtuose (magnifique traduction de Christine Zeytounian-Belous qui mérite vraiment d'être mentionnée) sans aucun temps mort. Autour du fil rouge que constituent les efforts sans cesse contrariés du commandant Jiline de rapatrier dans leur unité deux soldats paumés et un tantinet demeurés, Malikine déroule une foisonnante et savoureuse galerie de personnages adroitement mis en scène pour faire avancer l'intrigue sans relâche et dont les destins s'entremêlent à celui du commandant Jiline.

Un grand roman à la fois truculent et tragique, brillamment écrit.


Un notaire peu ordinaire
Un notaire peu ordinaire
par Yves Ravey
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un petit roman peu extraordinaire, 6 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un notaire peu ordinaire (Broché)
Acheté à la librairie Mollat à Bordeaux sur la foi du coup de coeur d'un des libraires. Ne casse pas trois pattes à un canard. Pesamment manichéen dans son opposition caricaturale du vice bourgeois et de la vertu prolétaire, du notable manipulateur et des "petites gens' opprimées. Personnages à peine esquissés, intrigue cousue de fil blanc, décors et arrières plans négligés, rapports adolescents - adultes sonnant faux, goût rance de province très datée, Scénario melo pour telefim des vendredis soir sur TF1 même si je ne vois pas trop de rôle pour Mimi Mathy. Au moins ça a le mérite d.être court et de se lire vite.


La Disparition de Jim Sullivan
La Disparition de Jim Sullivan
Prix : EUR 9,99

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un dilettante, ça trompe énormément, 4 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Disparition de Jim Sullivan (Format Kindle)
Mon premier Viel. Pas de préjugés, pas d'attentes particulière, pas d.antécédent d'allergie ou d'enthousiasme. Oeil neuf' frais et dispos. Et finalement je marche avec ce court roman qui a laissé d'autres commentateurs dubitatifs.

C'est plutôt bien ficelé et le procédé. par lequel le narrateur nous expose le livre qu'il a écrit ou aurait pu écrire. s'il n'a l'air de rien. est conduit très malicieusement et nous donne á voir l'atelier de l'écrivain sous un jour teinté d'une savoureuse auto-ironie.

Alors évidemment. On peut trouver cela fabriqué, artificiel et un brin narcissique ou bien (et c'est mon cas) virtuose, jubilatoire, se jouant et détournant les poncifs sur le roman et la société américains et plus profond que la légèreté apparente du propos ne le suggère au premier abord. Et associer grâce et gravité sans lourdeur est toujours un petit exploit


Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
Yellow birds: Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Emmanuelle et Philippe Aronson
par Kevin Powers
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La part sombre de l'Amérique, 26 mars 2013
Les américains n'ont pas vraiment choisi les bonnes guerres dans l'émoi et la fureur causés par la 11 septembre et y ont envoyé au casse-pipe de jeunes hommes à peine sortis de leur adolescence et encore moins de leur Amérique profonde. L' effort introspectif d'auto-analyse et d'autocritique auquel excellent les américains est en marche et nous a valu déjà quelques films (Kathryn Bigelow). La littérature s'empare maintenant de ces épisodes guerriers qui vont rester à la fois comme des traumas sur la conscience américaine et des tâches sur l'image que nous nous faisons des Etats-Unis.

Ce court livre -sinon autobiographique, du moins inspiré par l'expérience de ce 'vétéran' de la guerre d'Irak - nous fait marcher dans les pas d'un jeune soldat plongé dans la violence sordide de la guérilla urbaine en Irak, puis confronté à l'impossible réintégration dans le cours normal de la vie, à son retour aux US.

Livre sur la déchéance -déchéance de la part humaine en soi quand on est exposé à l'ultra-violence et qu'on en est à la fois l'auteur et le témoin et la victime- et sur la façon dont l'épreuve de la guerre vous change irrémédiablement au point que revenir chez soi c'est revenir en terre étrangère.

Sans doute rien de complètement nouveau en matière de livre de guerre mais la sobriété du ton, le désespoir poisseux qui transpire tout au long du récit, la poésie macabre qui l'habite par moment, le sentiment d'authenticité qui s'en dégage, rendent ce premier roman terriblement prenant et efficace.
.


XY: roman - traduit de l'italien par Jean-Paul Manganaro
XY: roman - traduit de l'italien par Jean-Paul Manganaro
par Sandro Veronesi
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Don Camillo et Mireille Dumas chez les fous, 8 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : XY: roman - traduit de l'italien par Jean-Paul Manganaro (Broché)
Au moment de refermer ce livre, que j'ai lu pourtant sans déplaisir, je me dis qu'en fin de compte ce n'était vraiment pas terrible. A des années lumères de la magie, de la pudeur et de la finesse de "Chaos calme". Dans ce nouvel opus, point de finesse, au contraire : traits appuyés et gros sabots caractérisent ce qui ressemble à un produit un peu trop fabriqué.

Le récit à deux voix est une approche un peu éculée mais qui peut bien fonctionner quand elle est bien menée. Ici l'opposition et l'essai de polyphonie entre un curé de campagne élevé au biberon de la théologie de la libération et une psychiatre en pleine névrose s'avèrent un peu artificiels. Ils se débattent tous deux au milieu d'une caricature de village montagnard miné par les forces de l'inceste, de la consanguinité, des rivalités familiales et des pathologies lourdes, qui de, centrifuges deviennent centripètes à la suite d'un massacre épouvantable qui, en fin de compte, relève plus du grand-guignol que d'autre chose . On est pas loin du ridicule.

L'arrière plan psychanalytique est un peu lourd : Veronesi s'est visiblement beaucoup documenté, mais ça sent le labeur et devient trop démonstratif. Le dialogue final entre le prêtre, rédempteur des âmes et la psy, déchiffreuse des consciences résout l'énigme de façon très décevante.Veronesi semble avoirtrop voulu maîtriser son sujet et finalement accouche d'une histoire qui est trop invraisemblable pour être prise au sérieux et qui ne l'est pas assez pour atteindre à la parabole ou au conte philosophique. Qu'est ce que Veronesi est allé faire dans cette galère?

Un bémol supplémentaire: Je n'ai pas été complétement convaincu par la traduction. Un détail, mais ca m'agace prodigieusement que, dans un roman traduit de l'italien, on traduise "Ciao" par "Tchao".


Tombé hors du temps : Récit pour voix
Tombé hors du temps : Récit pour voix
par David Grossman
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Tombé de mes mains, 31 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tombé hors du temps : Récit pour voix (Broché)
Je suis un peu triste de le dire - connaissant la tragédie qui a frappé Grossman et ayant ėtė très impressionné par "Un femme fuyant l'annonce"- mais je suis resté complètement insensible à ce court mais pénible galimatias dans lesquels d.autres semblent avoir vu une sombre et magnifique élégie.

Ce récit a plusieurs voix est d'un ennui profond, la prosodie souvent maniérée et heurtée lasse très vite le style allégorique décontenance et finit par égarer.

L'impression globale est celui d'une longue méditation, un songe elliptique, une divagation tortueuse à la porte desquels le,lecteur reste bloqué, vaincu par tant d'intériorité. Comme si l'auteur se parlait a lui-même sans nous donner les clefs pour partager ou comprendre son expérience du deuil, de la douleur et du manque.

Tant mieux si d'autres sont touchés. La hauteur de vue de son précédent livre ne fait aucun doute: Grossman est un grand écrivain. Mais tout livre doit rencontrer son lecteur. Rendez-vous raté en ce qui me concerne.


Le chat de Schrödinger
Le chat de Schrödinger
par Philippe Forest
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Chat laisse songeur, 26 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chat de Schrödinger (Broché)
Désolé pour le mauvais jeu de mot, mais c'est un peu l'état dans lequel me laisse ce livre tout en plis et replis, tiroirs et miroirs, ostinatos et fugues, un et multiple. En un sens, il est la parfaite incarnation des idées qu'il ressasse en une sorte de mouvement perpétuel : la réalité insaisissable, le vertige de tous les possibles, l'ambivalence des choses, depuis l'atome de matière jusqu'à nos vies, les évènements qui les ponctuent, les êtres qui les traversent, les rêves qui les habitent, les souvenirs qui les hantent, et le temps immuable....

Parfois, à force de paradoxes et de mise en abimes tout au long de cette longue méditation qui est aussi un travail de deuil qui jamais n'en finira, Forest nous perd. Il y a des fulgurances mais aussi quelques pages absconses et un recours un peu systématique au même procédé qui veut qu'une chose soit elle-même et son contraire et tout ce qui est possible entre les deux.

Mais on pardonne à l'auteur parce qu'il nous émeut, nous touche, nous ramène à des questions essentielles, avec gravité et légèreté a la fois. L'évocation de sa fille disparue est faite comme en filigrane, avec beaucoup de pudeur (et je n'ai pas ressenti le fait de n'avoir pas lu les autres livres de Forest comme une limitation).

Il y des pages absolument sublimes, notamment a partir des pages 178 et suivantes qui pour moi sont le coeur du livre, là ou soudain s'opposent et fusionnent tout a la fois la méditation métaphysique désincarnée et la brûlure ardente du souvenir. Une vingtaine de de pages qui ont la grâce, et sont à ce livre comme un point d'anti-matière -évoquée dans le livre- dans lequel s'aspire tout ce qui précède et dont jaillit tout ce qui suit.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 9, 2014 6:27 PM MEST


Dans le jardin de la bête
Dans le jardin de la bête
par Erik LARSON
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Misères sans splendeurs de la diplomatie, 10 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans le jardin de la bête (Broché)
Un thriller historique? Je n'irais pas jusque là. mais un document qui nous immerge dans l'atmosphère suffocante du Berlin des années 30 et expose crûment l'aveuglement, la veulerie et la légèreté de plus d'un diplomate, impuissant et incrédule de voir devant leur yeux une démocratie parlementaire se métamorphoser en une bête hideuse et haineuse.

Il faut passer les 100 premières pages qui sont un peu pénible dans leur volonté de mettre les choses en place minutieusement et chronologiquement. Mais, au fil du livre, les petits détails anodins finissent par nous en apprendre beaucoup sur les conditions de la décadence et du délitement de l'Allemagne -et plus largement du monde occidental- dans ce long avant guerre qui commence avec l'accès des nazis au pouvoir.

Personne n'en sort grandi même l'ambassadeur Dodd qui, bien qu'il finisse par ouvrir les yeux sur ce qui se passe mais échoue à convaincre Washington des dangers en gestations, en prend pour son grade en matière d'antisémitisme larvé et d'incompétence managériale.

En s'appuyant exclusivement sur des documents d'époque et des faits prouvés -au risque parfois d'être un peu didactique et académique du point de vue du style- Larson fait revivre les début du IIIème Reich devant no yeux et nous y plonge jusqu'à la nausée. Il ne donne pas d'explication au pourquoi le peuple allemand -dans son ensemble comme au niveau de l'individu- succombe sans résister à la montée de l'obscurantisme et de la tyrannie nazie et expose crûment la fragilité des démocraties. Impossible de ne pas se demander si, malheureusement, un tel scenario ne pourrait se reproduire dans nos déliquescents états de droit...


Page : 1 | 2