Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 undrgrnd Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Casanova Claude > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Casanova Claude
Classement des meilleurs critiques: 4.729
Votes utiles : 175

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Casanova Claude (FRANCE)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
Athens Traffic Live
Athens Traffic Live
Prix : EUR 21,56

3.0 étoiles sur 5 "Animal" en liberté ., 21 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Athens Traffic Live (CD)
Publié en 2005, cet enregistrement public d'un concert grec de Eric Burdon rassemble d'excellent musiciens que Eric s'obstine à appeler les Animals, sans doute fier d'avoir récupéré légalement ce label pour toute la planète sauf le Royaume Uni .
Joliment présenté dans un élégant coffret cartonné comportant CD, DVD, commentaires de Eric sur ses musiciens et sur les chansons retenues .
Après son "retour" (est-il jamais parti ?) en 2004 avec "My secret life", Eric Burdon assure la promotion de son nouvel album (6 titres pas vraiment supérieurs aux version studio sauf peut-être "Factory Girl" et "Heaven" .
Un "Tobacco road" calqué sur la version de 1970 avec War, des reprises classiques de "When I was young" (1967) et "The night" (qui aurait dû cartonner en 1983 lors de l'ultime réunion gravée par les Animals originels) .
Une fusion "animalisée" de 3 chansons de John Lee Hooker ("Boogie chillen", "Boom Boom" et "Shake it baby") sous un seul titre et surtout un inédit-studio assez intéressant .
Le DVD est pitoyable avec ses clips-vidéos "maison', son solo de batterie peu convaincant et l'occasion d'apercevoir le légendaire vétéran Pete York ainsi qu'une galerie nostalgique de photographies dont certaines dues à la première femme de Paul McCartney .
Rien d'inoubliable sinon le témoignage un peu fatigué, apporté par l'un des plus grands interprètes de son temps qui fera bien mieux, l'année suivante, avec "Soul of a man", sans doute son dernier grand album .


Coffret 5CD (Twice Removed from Yesterday & Bridge of Sighs & For Earth Below & Live ! & Long Misty Days)
Coffret 5CD (Twice Removed from Yesterday & Bridge of Sighs & For Earth Below & Live ! & Long Misty Days)
Proposé par M & L France
Prix : EUR 20,61

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les débuts de Robin Trower ., 21 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Trop souvent catalogué comme un clone de Jimi Hendrix, Robin Trower est bien autre chose même si l'on ne peut pas nier l'influence du gaucher de Seattle sur ce guitariste britannique, débutant avec les Paramounts (groupe de soul anglais formé par Gary Brooker) puis rejoignant le Procol Harum (après "A whiter shade of pale") avant de débuter une carrière solo en 1972 .
Ce coffret sommaire (pochette en carton, ni livret ni bonus) mais peu coûteux réédite, par ordre chronologique, les 5 premiers albums (avantage refusé aux rééditions économiques des Groundhogs, Frankie Miller, Foghat, Rory Gallagher et j'en passe) .
Adoptant le modèle : guitare plus section rythmique, Robin Trower, auteur ou co-auteur de la plupart des titres, réussit à produire une oeuvre
très personnelle dans laquelle les influences du Blues restent très perceptibles malgré des tonalités psychédéliques, rock et progressives,
sans doute grâce à Jimmy Dewar (ex-Stone the Crows et ex-Jude) bassiste et chanteur égal à Paul Rodgers, Reg Isidore, batteur peut-être moins technique que Bill Lordan mais plein d'un feeling soul-blues qui aurait dû convenir à Dewar (leur mésentente entraînera le départ d'Isidore après les 2 premiers albums) .
"Twice removed from yesterday" ouvre le bal avec une chanson-titre très rock, un peu sous-estimée, une excellente reprise de BB King, la plus belle ballade écrite par Trower ("Daydream" que n'aurait pas reniée Jimi) et un mid-tempo donnant à Trower l'occasion d'un soutien vocal sur le "Man of the world" sans rapport avec celui de Peter Green) .
"Bridge of sighs" passe à juste titre pour le meilleur album de cette période sinon du groupe (aucune faiblesse du"Day of the eagle" au rock "Too rolling stoned", pilier de concert en passant par la mélancolique chanson-titre et ... toutes les autres .
"Forth earth below", généralement sous-estimé, offre pourtant quelques réussites (la chanson-titre, "Alethea" souvent reprise sur scène, "A tale untold" ou "Fine day" qui donnent une sensation de cohérence sans jamais se répéter .
L'album live, toujours trop court sans apport fondamental, donne à Bill Lordan, l'occasion d'un solo pertinent .
"Long misty days", excellent révèle entre autres la chanson-titre (où la voix de Jimmy Dewar fait merveille dans le registre mélancolique), une reprise sobre du "Sailing' immortalisé par Rod Stewart (autre Ecossais chantant), "I can't live without you", ballade écrite avec Frankie Miller (encore un Ecossais), ex-membre de Jude lui aussi .
Rien à jeter . La suite chronologique est rééditée sous la même présentation toujours aussi économique .
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 16, 2016 9:23 AM CET


The Climax Chicago Blues Band
The Climax Chicago Blues Band
Prix : EUR 20,24

5.0 étoiles sur 5 British Blues plus ..., 13 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Climax Chicago Blues Band (CD)
Premier album du "Climax Chicago Blues Band", un groupe anglais originaire de Stafford . Enregistré alors que la seconde vague du British "Blues Boom" n'allait pas tarder à décliner . Devenu l'orchestre de "Blues" blanc de la "major" EMI pour faire pièce à "Fleetwood Mac", "Savoy Brown" et autres "Chicken Shack", ce groupe allait se révéler plus que de simples "faiseurs" de "Blues" même si ce premier opus, composé essentiellement de reprises ( T Bone Walker, Jimmy Reed, Sonny Boy Williamson, Howlin'Wolf ...) et d'originaux très influencés soutient la comparaison avec celui du"Peter Green's Fleetwood Mac", par exemple .
Le guitariste Pete Haycock (âgé seulement de 17 ans !) s'avère déjà un virtuose de la "slide guitar" . Colin Cooper se montre aussi à l'aise avec le saxophone que l'harmonica, même si la voix manque un peu d'assise . Les originaux du groupe sont bien maîtrisés ("Lookin' for my baby") malgré quelques longueurs ("And lonely") et mettent aussi en valeur le pianiste Arthur Wood qui devait quitter peu après le groupe .
A noter une version personnelle de "The entertainer" que le film de George Roy Hill devait révéler au grand public, 4 ans après la sortie de cet album . Les "bonus" inédits confirment le talent de ces très jeunes gens qui vont, peu à peu, diversifier leurs modes d'expression (jazz, soul, rock, pop) et changer de nom ("Climax Chicago" puis le "Climax Blues Band" à une époque où ils n'auront jamais été si éloignés du "Blues") .


At The Bbc 1973-1975
At The Bbc 1973-1975
Prix : EUR 21,00

4.0 étoiles sur 5 Plus qu'un simple clône de Jimi qui vous savez ., 5 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : At The Bbc 1973-1975 (CD)
Enregistré pour la BBC dont un concert londonien de très bonne qualité sonore, Robin Trower interprète des extraits de ses 3 premiers albums, accompagné de l'excellent Jimmy Dewar (inégalé) au chant et du brillant Reg Isidore (complément idéal du bassiste Dewar même si, paraît-il,
les deux hommes ne s'entendaient pas très bien) ou du plus "technique" Bill Lordan à la batterie (au son moins "rond" à moins goût) .
Une rare version "live" de "Twice removed from yesterday", plusieurs versions du très hendrixien "Daydream" et beaucoup d'autres valeurs sûres en concert .
Quatre étoiles seulement à cause du son sur le premier CD, ce qui n'enlève rien au caractère historique de ces enregistrements .


Jo-Ann Kelly
Jo-Ann Kelly
Prix : EUR 17,34

3.0 étoiles sur 5 La Reine du Blues britannique ., 5 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jo-Ann Kelly (CD)
La voix de Memphis Minnie ou de Bertha Lee dans le corps d'une jeune Anglaise de 20 ans et quelques . Seule avec sa guitare pour son premier album . Reprises, "traditionnels" adaptés, une poignée de titres personnels, quelques accords "glissés"magnifiques . Elle a chanté avec Fred Mc Dowell, elle aurait pu chanter avec Canned Heat ou Johnny Winter . Elle allait s'affirmer au fil d'enregistrements aussi rares que précieux, en solo, duo, trio ou orchestre complet (y compris des cuivres) apportant sa contribution unique aux productions de Tony McPhee, Tramp, le John Dummer Blues Band ou le Brunning Sunflower Blues Band et d'autres, avant de nous quitter trop tôt, emportée par un mauvais crabe .


Eric BURDON - The Lost Broadcasts
Eric BURDON - The Lost Broadcasts
DVD ~ Eric BURDON
Prix : EUR 25,50

4.0 étoiles sur 5 Live Eric and WAR ., 16 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eric BURDON - The Lost Broadcasts (DVD)
Enregistrement télévisé (?) en 1970 du grand Eric Burdon en pleine possession de ses moyens, accompagné par la version originale de WAR qui devait poursuivre sans lui sa "success-story" . Qualité visuelle moyenne mais bonne qualité du son . 4 morceaux des 2 premiers albums, soit plus de 40 minutes avec "Paint it black", "Spill the wine" (seul succès de cette formation), hélas privé de la voix féminine figurant sur la version studio, "Tobacco road" (remarquable de punch), "Bare back rider" (légèrement inférieur à la version studio) .
Rien de plus par rapport aux disques cités, mais c'est la seule occasion de voir ce groupe éphémère qui a écrit une belle page d'histoire de la musique .
Le support est minimaliste : ni bonus ni livret digne de l'occasion .


International Blues-Rock Revue
International Blues-Rock Revue
Prix : EUR 15,46

4.0 étoiles sur 5 British Blues authentique !, 8 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : International Blues-Rock Revue (CD)
Le seul album connu de "Mainsqueeze" restitue un concert au "Ronnie Scott's" de Soho en 1983, date à laquelle les heures glorieuses du "British Blues" ne représentaient plus qu'un souvenir nostalgique . "Mainsqueeze" est une réunion de talents (peut-être trop de talents) qui ne devait pas durer . Le sous-estimé Victor Brox, pièce maîtresse de l"Aynsley Dunbar retaliation" qui n'a jamais cessé de jouer le blues sous différents noms et dans différents groupes (le Sam Crozier de "Sweet pain", c'était lui), avec ou sans sa talentueuse épouse Annette (tous deux ont même enregistré un album en vedette : "Rolling back" devenu introuvable, à vot' bon coeur, messieurs les éditeurs) . L'immense et regretté Dick Hecktall-Smith que l'on ne présente plus avec son pedigree géant chez Alexis Korner, Graham Bond, John Mayall, Sweet Pain encore, Colosseum ...) . Le méconnu John O'leary, harmoniciste fondateur de "Savoy Brown" et du "John Dummer Blues band", toujours actif lui aussi, Keith Tillman, ex-bassiste de John Mayall, Dave Moore aux claviers . Sans oublier Eric Bell ("Thin Lizzy"), une saxophoniste et chanteuse fabuleuse que j'avoue ne pas connaitre : Diana Wood et un certain Stretch, excellent batteur qui succédait à Keef Hartley ...
La musique : un original seulement (d'où les 4 étoiles au lieu de 5) et des reprises très personnalisées ce qui leur conserve tout leur intérêt .
Diana Wood reprend avec brio Irma Thomas et Slim Harpo (!) . On y retrouve aussi des versions brillantes de Albert Collins, BB King, du Paul Butterfield Blues band, de Leiber et Stoller pour un concert trop court, trop rare, séquelle d'une époque révolue : l'oasis avant la traversée d'un interminable désert .


Live at Rockpalast 1980
Live at Rockpalast 1980
Prix : EUR 21,94

3.0 étoiles sur 5 The Blues par the Blues Band !, 12 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live at Rockpalast 1980 (CD)
Un an après ses débuts comme groupe de "pub-blues", The Blues Band est consacré par une prestation au Rockpalast (10.000 spectateurs) .
Dans sa formation originale (Hughie Flint à la batterie), le groupe est emmené par les vétérans Paul Jones (harmoniciste efficace et showman accompli), Dave Kelly (roi de la slide-guitar) et Tom McGuinness (guitariste solide) plus Gary Fletcher (27 ans au compteur) un peu modeste à
la basse .
Rien de révolutionnaire sinon un british-blues et un rock très convaincants reprenant Willie Dixon, Chuck Berry, Little Walter, Bob Dylan ... et quelques originaux de Kelly (Going home dont la version studio ne sera divulguée qu'en 2008) et Jones . Essentiellement le répertoire de leur premier disque avec un avant-goût du suivant .
La joie de jouer conjuguée au plaisir du public est communicative et cela dure encore, 35 ans plus tard .


Lost 1973 Album
Lost 1973 Album
Prix : EUR 20,15

3.0 étoiles sur 5 Un dernier pour la route ..., 9 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lost 1973 Album (CD)
Enregistré la même année que "OOBLEEDOBLEE JUBILEE" paru sous le nom du "John Dummer oobleedooblee band", cet album n'est paru que 35 ans plus tard grâce au pianiste du groupe, Colin Earl (ex-"Mungo Jerry" et frère de Roger Earl, batteur de "Savoy Brown" et de "Foghat" .
On y retrouve John Dummer à la percussion (et au chant sur un titre, pas fameux : "Bad dream"), Dave Kelly (guitare et chant, excellent), Iain Thompson (basse) et Pick Withers, batteur de studio qui deviendra célèbre sur les 4 premiers albums de "Dire Straits" .
On y entend aussi (remarquable sur 3 titres) la dernière prestation (au saxophone) du regretté Graham Bond qui allait se suicider quelques mois plus tard .
Résolument orienté vers le country folk ("Short haul line" et "Undying love", très Elvis Presleyien, le rock ("Good rockin man", une reprise dispensable de "Too much monkey business"), voire la pop (presque tous les autres titres avec des parties instrumentales discrètement bluesy
(""Who's foolin who"), ce n'est certes pas le meilleur album du John Dummer Band mais pas non plus le pire (à réécouter les 2 albums du "Famous Music Band" .
Ecoute agréable confirmant surtout les talents de Dave Kelly, chanteur et guitariste trop méconnu qui allait poursuivre sa route en solo, avec le Dave Kelly Band et surtout avec The Blues Band, encore aujourd'hui .
Groupe mal récompensé de ses débuts (les 2 disques de British Blues pour Mercury), le John Dummer Band n'a pas bénéficié du second "British Blues Boom" qui devait mieux réussir à Peter Green ou Tony McPhee .
John Dummer connaitra un certain succès dans le doo-wop revival avec les Darts, enregistrera brièvement avec sa compagne avant d'adopter
la vie campagnarde au Portugal puis dans le Périgord où il exerce ses talents de brocanteur et, aujourd'hui septuagénaire, songe à regagner la
Grande-Bretagne (comme l'aurait dit Sonny Boy Williamson : "les éléphants savent pourquoi") ...


Love Is
Love Is
Prix : EUR 18,53

4.0 étoiles sur 5 Les New Animals pour la dernière fois ..., 24 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love Is (CD)
Quatrième et dernier opus psychédélique de Eric Burdon, sorti sous le nom des New Animals (John Weider et Andy Summers aux guitares, Barry Jenkins à la batterie et Zoot Money aux claviers) . Composé de reprises personnalisés, d'un original talentueux écrit par Burdon et de 2 longs titres psychédéliques apportés par Zoot Money sortant de son groupe "Dantalian's Chariot" .
L'album montre Burdon dans une forme éblouissante même si les titres sont souvent étirés pour compenser le manque de temps consacré aux compositions originales . Un seul vrai blues repris d'Albert King, des adaptations corsées de "River deep, mountain high" et "To love somebody"
(Money était un copain de Maurice Gibb), un solo de guitare de plus de 4 minutes sur "Coloured Rain" . Musique de temps (hélas) révolus que les fans écouteront toujours avec beaucoup de plaisir .
Après un total de 4 albums en 2 ans, Eric Burdon devait dissoudre le groupe avant de se lancer dans l'aventure "War" (1969) . Splendide !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10