undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Steve TORTON > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Steve TORTON
Classement des meilleurs critiques: 1.907
Votes utiles : 128

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Steve TORTON "Le Ferengi" (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Oriana, une femme libre
Oriana, une femme libre
Prix : EUR 16,99

4.0 étoiles sur 5 Une bien belle biographie de la plus grande journaliste italienne, 1 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oriana, une femme libre (Format Kindle)
Je dois l'avouer : je ne connaissais pas Oriana Fallaci. Grâce à Cristina de Stefano, ce n'est plus le cas.
Quel bonheur de découvrir la vie incroyable de ce petit bout de femme. Résistante de la première heure, étudiante en médecine avant de devenir la plus grande plume italienne du 20ème siècle. Elle a couvert les guerres (Vietnam, Liban...), rencontré les plus grands chefs d'état et surtout parlé... librement ! Quel parcours, quel courage.
Sa dernière provocation n'est pas une à mes yeux. Au sujet des attentats du 11 septembre 2001, elle n'a fait que dire ce qu'elle pensait. C'était son droit. Il faut le respecter. Tant pis pour les donneurs de leçons qui n'auront jamais ni le courage, ni le talent d'Oriana Fallaci.
Une biographie à lire ou à dévorer. Et si possible dans les écoles de journalisme...


Un été 63
Un été 63
Prix : EUR 14,99

2.0 étoiles sur 5 Décevant, 19 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un été 63 (Format Kindle)
Décevant car si l'histoire est plutôt plaisante au début, elle s'enfonce malheureusement dans un certain ennui au fur et à mesure.
Le style est lourd, sans élégance. Les dialogues sont carrément mauvais.
Enfin, aucun personnage ne sort vraiment du lot : le peintre égocentrique (quelle nouveauté !), la sœur manipulatrice, l'expert en art devenu alcoolique, la pauvre enfant retrouvée pleine de vie et de gaieté...
Bref, ce n'est pas bien grave mais je suis content de passer à autre chose.


Le Complexe d'Eden Bellwether
Le Complexe d'Eden Bellwether
Prix : EUR 12,99

3.0 étoiles sur 5 A la fois troublant et usant., 16 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Complexe d'Eden Bellwether (Format Kindle)
Troublant car le jeune auteur anglais Benjamin Wood sait magnifiquement mener sa barque. Son récit est haletant. J'ai envie d'ajouter : un brin baroque dans ce décor universitaire si british. La folie est merveilleusement explorée.
Mais il y aussi un côté usant dans ce récit. Toutes les disgressions psychologiques ralentissent l'histoire. Un peu plus de sobriété aurait fait de ce premier roman, un coup de maître. En l'état, il demeure juste très plaisant.


Cocktail time (Domaine étranger t. 22)
Cocktail time (Domaine étranger t. 22)
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du P.G. Wodehouse comme on l'aime !, 3 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cocktail time (Domaine étranger t. 22) (Format Kindle)
Si vous aimez la série des Jeeves, vous ne pourrez qu'adorer ce roman qui s'inscrit dans une série consacrée à Oncle Fred, le très aristocrate et fantasque Lord Ickenham.
Merci aux éditions des Belles Lettres de ressortir ce roman publié à l'origine en 1958. C'est de l'humour anglais pur avec des rebondissements détonants à chaque chapitre. Pas étonnant que P.G.Wodehouse ait inspiré de grands auteurs "british" comme Tom Sharpe ou Stephen Fry.
A lire avec un bon thé. God save the Queen !


Dans la ville en feu (Cal-Lévy- R. Pépin)
Dans la ville en feu (Cal-Lévy- R. Pépin)
Prix : EUR 15,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Libérez Mickey Haller !, 1 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans la ville en feu (Cal-Lévy- R. Pépin) (Format Kindle)
J’ose le dire tout de go : dans la famille Connelly, je ne suis pas très Bosch. Plutôt Mickey Haller. Pardon. Je suis fou de Mickey Haller ! Mais comme les traducteurs tardent à nous proposer le 5ème opus en français (The gods of guilt) des aventures de l’avocat de Los Angeles, je me rabats pour le moment sur son demi-frère, Harry Bosch, le flic.
Que dire de ce roman ? Qu’il est un peu lent à prendre son envol, qu’il ressasse un peu toujours la même chose (le supérieur qui le déteste, la compagne qui n’a pas de place dans sa vie...) mais dès que l’intrigue s’emballe vraiment... Là, Connelly redevient un orfèvre. Ceci étant, je pense que l’auteur américain commence à avoir fait le tour de son personnage fétiche. Tout a été dit. Alors que pour Mickey Haller...


Goon
Goon
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un début prometteur, 14 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goon (Téléchargement MP3)
Une critique intrigante dans Rolling Stone m'a donné envie de découvrir Tobis Jesso Jr. Car disons-le d'emblée : il est inconnu en France ! Nos radios musicales ne font que rabâcher les mêmes golds ou quelques nouveautés déjà installées. J'ai donc découvert ce "Goon" avec un réel plaisir. Cette pop "piano-voix" est très prometteuse. Elle rappelle par moments Lennon, McCartney... Bref, c'est impressionnant. Je regrette simplement une production plutôt moyenne et une voix qui mériterait plus de travail. Pour le prochain album ?


Un amour marqué
Un amour marqué
Prix : EUR 5,99

3.0 étoiles sur 5 Un amour marqué mais un rendez-vous manqué, 14 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un amour marqué (Format Kindle)
Décidément en ce moment, je ne suis pas bien chanceux.
Après un Douglas Kennedy que j’attendais et qui m’a déçu (Mirage), j’avais opté pour un roman du catalogue d’un “pure player”, Numeriklivres. Pourquoi ce choix ? Déjà parce que je crois en cet éditeur et ensuite parce que la bande-annonce du roman de Fanny André était plutôt attirante. L’éditeur toulousain avait en effet utilisé des taxis new-yorkais pour présenter l’histoire. Originale initiative.
Intrigué, amusé, j’ai donc opté pour ce roman (qui est loin d’être le premier de l’auteure).
Comme je n’aime pas trop m’attarder sur les livres qui m’ont ennuyé, je serai court. L’histoire n’en finit pas et ressemble à un mauvais téléfilm d’après-midi sur M6. Le style n’est pas mauvais, sans être excellent. Quant aux dialogues, ils sont faiblards. Et c’est long, si long, téléphoné, vu, revu...
Je m’arrête là en croisant les doigts pour que ma prochaine lecture me redonne le sourire.


Blind Faith
Blind Faith

5.0 étoiles sur 5 What a wonferful life... and album !, 7 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blind Faith (Téléchargement MP3)
Vous ne vous souvenez pas de Black ? Mais si enfin ! "Wonderful life", tube planétaire au milieu des années 80 !
Et depuis ? L'artiste anglais a connu quelques divergences artistiques avec sa maison de disques et a décidé au début des années 90, de continuer sa route en se produisant comme un grand. Seule conséquence regrettable : si l'artiste sort des disques toujours aussi remarquables, les médias radiophoniques l'ont quelque peu oublié. Voici la preuve que ces fameuses radios musicales (qui d'ailleurs les écoutent encore vraiment pour découvrir ?) se trompent : "Blind faith", dernier album sorti en avril 2015 est un pur bijou de pop anglaise. La voix de Black (Colin Vearncombe de son vrai nom) sonne comme du velours. De "The Love show" à "Beautiful" en passant par "Good liar", les musiques sont douces, élégantes et très bien produites. L'artiste vit, je crois, aujourd'hui à Cork en Irlande. Producteur de ses albums, il crée ce qu'il a envie de créer. Comme ce "Blind faith". Plongez dedans et vous constaterez qu'avec Black, la vie est toujours une wonderful life !


No Pier Pressure (Deluxe)
No Pier Pressure (Deluxe)
Prix : EUR 11,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Encore un très bel album de maître Wilson, 7 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : No Pier Pressure (Deluxe) (Téléchargement MP3)
Rolling Stone France a reproché à Brian Wilson d'user un peu trop du vocodeur sur ce nouvel album. Et alors ? Le génial créateur n'est plus tout jeune, a un passé chargé et n'a de toute façon jamais été, une "voix". Il est l'âme des Beach Boys, pas sa vitrine.
Et la grande force de ce nouvel album solo réside avant tout dans l'apport des voix extérieures : David Marks, She and him, Blondie Chaplin... Elle se marient toutes à merveille avec les mélodies toujours magnifiquement concoctées par "Monsieur" Brian Wilson. Encore un très bel album donc. Idéal pour les vacances d'été qui s'annoncent.


Mirage
Mirage
Prix : EUR 15,99

28 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Rien ne va plus, 27 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mirage (Format Kindle)
Je suis très embêté. Je viens de finir “Mirage” de Douglas Kennedy et je me sens mal.
Mal de ne pas avoir aimé. Mal de ne plus être en accord avec un auteur qui m’a tant fait rêvé dans les années 90 et 2000. Mal. Si mal...
La date de notre première séparation ? 2007 avec “La femme du Vème”. Douglas enchaînait à un rythme effréné des romans de plus en plus faibles et surtout écrit à la 1ère personne... du féminin. J’avais demandé à faire un premier break. C’est ce que font les couples en crise aujourd’hui. J’ai ainsi laissé passer “Quitter le monde”, “Cet instant-là” et “Cinq jours”. Puis le temps a fait son œuvre. Douglas Kennedy demeurant un excellent client pour les plateaux télé, j’ai voulu nous donner une seconde chance. Essayer. Juste essayer. Ce fut “Mirage”. Quelle désillusion...
Déjà sur toute la première partie du roman, le style est très moyen. Les dialogues sont convenus, faciles. Et que dire des approximations... L’auteur américain est pourtant traduit et publié par Belfond. C’est du sérieux, non ? Pas avec “Mirage”. Un exemple parmi tant d’autres ? L’héroïne arrive à Casablanca au petit matin, regarde sa montre quelques instants plus tard, constate qu’il est bientôt 18h45 (!!) avant de reprendre le cours de sa matinée comme si de rien n’était.
Et l’histoire ? Poussive à souhait. Pas crédible. Soporifique. Mais je crois que ce qui m’agace le plus, c’est ce plaisir que prend Douglas Kennedy à se glisser dans la peau d’une femme. Ce qui est plaisant pour lui, auteur ne l’est pas pour moi, lecteur. Un homme ne pourra jamais écrire à la place d’une femme. Et vice versa d’ailleurs.
Seule réussite de ce roman à mes yeux : la description de la réalité du Maroc. Elle a choqué les bien-pensants. Tant pis pour eux.
Conclusion : je suis toujours aussi mal. Mal de ne plus retrouver l’auteur de “Rien ne va plus”, roman qui fait partie de mon Top 10 personnel. Mal d’avoir cru à ce mirage. Mal.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 28, 2015 1:21 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9