undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de H. PILA > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par H. PILA
Classement des meilleurs critiques: 662
Votes utiles : 2739

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
H. PILA "Michel" (Grenoble)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Accepte
Accepte
par Amandine Abrard
Edition : Broché
Prix : EUR 5,28

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un banal journal de voyage sans intérêt, 20 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Accepte (Broché)
Grosse déception, ce livre apparaît sur mon mur Amazon toujours à côté de "Et je danse aussi" qui est un excellent livre... J'ai eu la faiblesse de croire que ce serait le même genre de littérature.... Et bien pas du tout, c'est un banal journal de voyage soporifique et totalement inintéressant. L'écriture n'a aucun style et le tout est empaqueté dans une histoire de couple invraisemblable. Le lire jusqu'au bout a été un pensum. Compte tenu des autres commentaires dithyrambiques*, je n'ai pas d'autre alternative que de rétablir la vérité sur cet ouvrage. Coup de bol pour moi, je n'ai acheté que la version Kindle... Le bouquin n'encombrera pas ma bibliothèque.
Il est à souligner que mes critiques négatives se comptent sur les doigts d'une seule main.

* c'est à se demander s'il n'y a pas des commentaires de complaisance !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 25, 2016 5:39 PM MEST


Quentin Tarantino'S the Hateful Eight
Quentin Tarantino'S the Hateful Eight
Prix : EUR 20,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Climax !, 20 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quentin Tarantino'S the Hateful Eight (CD)
Une musique de film, c'est souvent un thème et un seul thème, une bande originale, c'est une variation autour de ce thème. Et toute la réussite d'une musique de film, c'est la qualité des variations... L'exercice de la variation d'ailleurs n'est pas nouveau, Beethoven en son temps nous en à donner de somptueuses, comme les variations Heroïca ou mieux encore les variations Diabelli. C'est un exercice de style auquel les plus grands se sont pliés. Bach lui-même aura écrit le nirvâna de la variation, les Goldberg, interprétées magnifiquement au piano par un Glenn Gould transcendant. Mais revenons en au sujet de l'article, Ennio Moricone... Voila une musique de film absolument superbe, non pas qu'elle soit sophistiquée mais plutôt qu'elle consacre définitivement son créateur. Un style reconnaissable entre tous, certains diront que c'est de la redite du Professionnel ou d'un western spaghetti, c'est sur, il en a fait des centaines.... Mais ici c'est vraiment un thème original, et les variations que le compositeur en tire sont jouissives. Dès les premières notes le climat est posé.

Il se trame quelque chose de fort, le monde entier est pendu à ces notes. Ici ce n'est pas le film qui porte la musique, c'est la musique qui est le cœur du film. Car enfin, le long plan fixe initial accompagné des notes scandées par l'orchestre qui montre une croix enneigée est d'une force redoutable. Une croix épaisse, sculptée dans la masse, on peut y voir le corps du christ encore chaud disparaîssant sous une neige glaciale, tout le climax du film repose sur ce plan. Tarantino est un grand cinéaste, il est cependant regrettable qu'il ne s'abreuve que de la série B... Il transcende le genre certes.... Mais cela reste de la série B. Pour autant, le concours de E. Moricone apporte une épaisseur au long métrage qui est définitive. Voila une musique hors du commun qui prouve, s'il en était besoin, toute le génie du compositeur.

Pour éclaircir les variations, ce sont de courts dialogues cinglants qui émaillent l'album, exercice dans lequel Quentin Tarentino excelle. La naration est un art consommé dont le cinéaste se fait le champion. Vous entendrez les différents protagonistes parler entre des abîmes musicaux. Du grand Art !

En ces temps de mauvaises nouvelles, il est à espérer une longue vie au compositeur. Même si sa disparition mériterait les plus grandes rétrospectives.


Rachmaninov : Musique pour deux pianos
Rachmaninov : Musique pour deux pianos
Prix : EUR 10,34

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un duo exceptionnel, 13 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rachmaninov : Musique pour deux pianos (CD)
Suite N° 1 pour deux pianos

C'est en quatre mouvements et cela commence comme une source d'eau pure, tout à fait innocemment, comme une musique du 19eme, les deux pianistes prennent un malin plaisir à jouer ensemble sur ces grands claviers noirs et blancs, c'est lyrique, encore romantique, comme un mystérieux château antique sur les bords d'un lac du Monténégro. Le deuxième mouvement s'enchaîne, toujours aux couleurs slaves, somptueux, mais nous n'avons encore rien entendu...

Commence ainsi le troisième mouvement, on entre directement dans le vingt et unième siècle.... Exit Boulez et le dodécaphonisme, par un pont projeté vers le futur, Rachmaninov entre de plain pied dans la musique répétitive, sombre et profonde à la Steve Reich, c'est d'une beauté sidérale. Pour parfaire l'écoute, les deux interprètes sont au diapason, elles font jaillir les notes du néant. Quatre notes répétées inlassablement... et puis doucement cela s'étoffe, les deux parties se répondent dans une complicité incroyable avant de se dissoudre dans les profondeurs du clavier.

C'est alors que jaillit le dernier mouvement, un déferlement sonore, les cloches de toutes les cathédrales de la grande Russie sonnent à tout rompre, Boris résonne au loin. Les pianos donnent tout ce qu'ils ont dans ventre sous les doigts implacables des deux filles, c'est un tsunami qui s'abat sur les spectateurs - il faut préciser que la prise de son est en public lors d'un concert mémorable - dans une parfaite symbiose, les deux interprètes se ruent sur leurs instruments, pas sur qu'ils en réchappent. C'est féroce, un enregistrement absolument majeur à écouter d'urgence. Cela se termine dans un maelström qui montre, s'il en était besoin, combien sont à l'unisson Martha et Lilya. A y réfléchir, il n'y a guère que dans l'acte d'amour où deux personnes peuvent ainsi faire jaillir de telles sensations, une telle osmose devant l'instrument c'est exceptionnelle et malgré la violence inouïe du jeu, vous n'entendrez pas une fausse note.

Martha Argerich & Lilya Zylberstein enregistré en public à Lugano en juillet 2008

- Barcarolle
- La nuit.... L'amour
- Les larmes
- Pâques
A écouter à fond sur une bonne chaîne


Für Anna Maria (Intégrale de la Musique pour Piano)
Für Anna Maria (Intégrale de la Musique pour Piano)
Prix : EUR 14,17

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un petit nuage blanc perdu dans l'azur, 1 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Für Anna Maria (Intégrale de la Musique pour Piano) (CD)
Voila ce qu'est ce coffret, un petit nuage aux contours nimbés de lumières, perdu dans un océan de bleu. La musique de Arvo Part est toujours belle, mais quand elle est magnifiée par une telle interprétation, l'indicible n'est plus très loin... Alors que dire ? Les pièces se suivent dans une variété calculée, Alina ponctue d'autre merveilles encore plus envoûtantes, dessinant peu à peu l'espace du temps. Le point d'orgue sera un Fratres d'anthologie dans une version violoncelle et Piano. Jeroen Van Veen prend son temps comme si celui-ci n'avait plus d'importance, les notes s’évadent du néant pour rejoindre les astres auxquels tout le monde aspire... Une parfaite harmonie baigne le Spiegel im Spiegel, piano et cordes se répondent dans un langage apaisé, c'est peut être cela la beauté absolue ? Par ailleurs vous entendrez d'autres pièces moins connues mais superbes de simplicité.

Cette intégrale des œuvres pour piano d'Arvo Part n'est à ne manquer sous aucun prétexte, vous y trouverez une source de sérénité presque mystique où même la mort pourrait s’effacer.

Pou couronner le tout, la prise de son est magnifique. Un coffret exemplaire, et pas cher... pourtant une telle musique n'a pas de prix !


Mercury Living Presence Vol.3
Mercury Living Presence Vol.3
Prix : EUR 72,82

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et un troisième pavé dans la mare, 3 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mercury Living Presence Vol.3 (Audio CD)
Hum ce coffret est en effet une merveille, un coffre rempli de trésors. Les enregistrements de Antal Dorati, mais aussi ceux de Paul Paray sont exceptionnels. Ils donnent des interprétations qui ne sont certes plus aux goûts du jour, mais la qualité des enregistrements apporte un plus indéniable, l'orchestre est là, devant vous, les musiciens n'ont pas pris une ride, un legato surdimensionné, des hautbois presque chevrotants, une vrai photo instantanée et de qualité de ce que les artistes pouvaient réaliser il y presque 60 ans. Cette qualité de son est magnifique, il est possible de disséquer chaque pupitre, chaque intonation, on est loin des galettes inaudibles du grand Furt ! (Certes encore plus anciennes)

Ps : les interprétations de Paul Paray sont toujours très rapides, mais il ne confond pas vitesse et précipitation, c'est extrêmement vivant, plein d'allant et d'une maitrise du tempo absolue. On reconnaît là ses talents de timbaliste. Il faut entendre comment il insuffle la vie aux songe d'une nuit d'été. Enivrant ! Pour ce qui est des quelques CD de Fennell et de Hanson, c'est plus anecdotique.

Bref une collection irremplaçable de CD tous largement minutés et trois beaux pavés dans la mare.


Axiom
Axiom
Prix : EUR 18,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Archive : Les sculpteurs de sons, 14 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Axiom (CD)
Un nouveau CD d'Archive est toujours un événement. Ici encore une fois le choc est intense. A la croisée des chemins, un mélange de genre. C'est une véritable construction sonore absolument magnifique de bout en bout. Une fois la musique entamée, impossible de couper le son, à l'image d'une symphonie ou d'un Opéra. Les morceaux se déroulent comme une œuvre d'art totale, entre la narration et la démonstration. A l'exemple des cloches du deuxième morceau qui sonnent comme le Boris de Moussorgsky, magnifique ! Avec ce style si particulier, unique en son genre comme une signature en bas a droite de la peinture.

Des disques pareils on en redemande. Il y a un film livré avec, il faut bien avoué que depuis la pitoyable tentative d’illustration du son par les images d'un Michel Vaillant absolument nullissime, je n'ose pas trop y regarder de près, pourtant la bande son était superbe déjà. Mais là c'est du grand art, au dessus des compositeurs comme Jablonskyou Zimmer. Voilà un excellent cru Archive à consommer d'urgence !


Giulini in Vienna
Giulini in Vienna
Prix : EUR 33,90

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un coffret exceptionnel du grand maestro Italien, 6 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Giulini in Vienna (CD)
Les interprétations du maestro sont à l'égal de son allure, d'une élégance et d'un raffinement exceptionnels.

Prenez les concertos de Beethoven par exemple, des tempos d'une ampleur incroyable, et pourtant d'une vivacité et d'une humanité peu communes, ils font parties des meilleurs interprétations jamais enregistrées... Il faut dire que le pianiste est de la même veine, Michelangeli est bien sur la même longueur d'onde. Le geste large et vif, une entente parfaite, et cela s'entend!
De Bruckner je retiendrais surtout une huitième fabuleuse, toujours dans des tempos distendus qui font penser à un Celibidache au premier abord mais dont l’interprétation plus dynamique enlève toute apathie. L'orchestre de Vienne rompu à cette musique, y est sans doute pour beaucoup car l'exceptionnelle phalange, sous la direction du chef italien, se laisse aller au lyrisme, un bonheur absolu.
Du Brahms, je préfère les versions telluriques de ce Coffret superbe, Giulini avec l'orchestre de Chicago, même si Vienne ne démérite pas une seconde. En revanche le requiem Allemand est une pure merveille de sérénité et de grandeur, un must absolu.

Les concertos de Liszt sont bons certes, mais Haitink et Brendel ont signé la version de référence, notre chef Italien n'est pas à sont affaire, beaucoup ont affirmé lors de la sortie de cette enregistrement détenir enfin la vérité mais je ne pense pas, c'est beau mais pas aussi fougueux.

Du Rigoletto de Verdi je retiendrai la fougue du maestro sans pour autant égaler sa prestation insurpassable du don Giovanni de Mozart gravé quelques années auparavant.

Un coffret absolument indispensable pour tout amoureux du chef et de la musique en générale, puisque Giulini la sert avec un évident bonheur communicatif et surtout une puissance couplée d'une énergie débordante qui fait plaisir à entendre. L'orchestre de Vienne est l'un des plus grands orchestres, sous la direction habile du chef il donne toute la mesure des partitions. Avec le petit coffret de Chicago, vous tenez là un ensemble d'interprétations supérieures dont l'homogénéité transcende tout. Ce coffret à Vienne est providentiel, et pas cher par dessus le marché.

Les audiophiles seront par ailleurs comblés des prises de son qui laissent entendre jusqu'à l'acoustique somptueuse de la salle du Musiqueverein

La liste des œuvres du coffret :

CD 1: Beethoven: Piano Concertos Nos. 1 & 3
Ludwig van Beethoven (1770 - 1827)
Piano Concerto No.1 in C major, Op.15
Piano Concerto No.3 in C minor, Op.37
Arturo Benedetti Michelangeli
Durée totale de lecture 1:16:08

CD 2: Beethoven: Piano Concerto No. 5
Ludwig van Beethoven (1770 - 1827)
Piano Concerto No.5 in E flat major Op.73 -"Emperor"
Arturo Benedetti Michelangeli
Durée totale de lecture 41:50

CD 3: Brahms: Symphony No. 1
Johannes Brahms (1833 - 1897)
Symphony No.1 In C Minor, Op.68
Durée totale de lecture 51:41

CD 4: Brahms: Symphony No. 2
Johannes Brahms (1833 - 1897)
Symphony No.2 In D, Op.73
Durée totale de lecture 47:27

CD 5: Brahms: Symphony No. 3, Haydn Variations
Johannes Brahms (1833 - 1897)
Symphony No.3 In F, Op.90
Variations On A Thème By Haydn, Op.56a
Durée totale de lecture 1:01:08

CD 6: Brahms: Symphony No. 4, Tragic Overture
Johannes Brahms (1833 - 1897)
Symphony No.4 In E Minor, Op.98
Tragic Overture, Op.81 15:29
Durée totale de lecture 1:01:49

CD 7: Brahms: German Requiem
Johannes Brahms (1833 - 1897)
Ein deutsches Requiem, Op.45
Durée totale de lecture 1:13:30

CD 8: Bruckner: Symphony No. 7
Anton Bruckner (1824 - 1896)
Symphony No.7 in E major
Durée totale de lecture 1:07:52

CD 9: Bruckner: Symphony No. 8
Anton Bruckner (1824 - 1896)
Symphony No.8 in C minor Ed. Leopold Nowak (1904-1991)
Durée totale de lecture 33:32

CD 10: Bruckner: Symphony No. 8
Anton Bruckner (1824 - 1896)
Symphony No.8 in C minor Ed. Leopold Nowak (1904-1991)
Durée totale de lecture 54:06

CD 11: Bruckner: Symphony No. 9
Anton Bruckner (1824 - 1896)
Symphony No.9 in D minor Edition: Leopold Nowak
Durée totale de lecture 1:08:19

CD 12: Liszt: Piano Concertos Nos. 1 & 2; Venezia e Napoli
Franz Liszt (1811 - 1886)
Piano Concerto No.1 in E flat, S.124
Piano Concerto No.2 in A, S.125
Lazar Berman
Venezia e Napoli, S.162 (rev. version 1859) supplement to Années de Pelerinage, 2ème année: Italie (S.161)
1. Gondoliera 5:58
2. Canzone 3:58
3. Tarantella 9:19
Lazar Berman
Durée totale de lecture 1:01:36

CD 13: Verdi: Rigoletto / Act 1
Giuseppe Verdi (1813 - 1901)
Rigoletto
Act 1
Ileana Cotrubas, Olive Fredricks, Walter Gullino, Plácido Domingo, Piero Cappuccilli, Luigi De Corato, Wiener Philharmoniker, Carlo Maria Giulini, Wiener Staatsopernchor
Durée totale de lecture 56:28

CD 14: Verdi: Rigoletto / Act 2 & 3
Giuseppe Verdi (1813 - 1901)
Rigoletto
Ileana Cotrubas, Olive Fredricks, Walter Gullino, Plácido Domingo, Piero Cappuccilli, Luigi De Corato, Wiener Philharmoniker, Carlo Maria Giulini, Wiener Staatsopernchor
Durée totale de lecture 1:03:22

CD 15: von Einem: An die Nachgeborenen, Op.42
Gottfried von Einem (1918 - 1996)
An die Nachgeborenen, Op.42
Julia Hamari, Dietrich Fischer-Dieskau, Wiener Symphoniker, Carlo Maria Giulini, Wiener Singverein
Durée totale de lecture 51:57


Intégrale des cantates (Coffret 56 cd)
Intégrale des cantates (Coffret 56 cd)
Prix : EUR 209,90

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très belle intégrale des cantates bien qu'incomplète, 30 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intégrale des cantates (Coffret 56 cd) (CD)
Il y a de quoi avoir des hésitations à acquérir ce coffret, d'une part parce qui existe déjà l’intégrale de Harnoncourt/Leonhardt, d'autre part parce l'on trouve par ailleurs les enregistrements de Suzuki. Cependant, je me félicite de cet achat. Cette presque intégrale de Gardiner est un enchantement de tous les instants. C'est bien simple, depuis que je l'ai, j' écoute toutes les cantates par le menu. Hélas cela ne va pas bien vite, car si elles sont toutes d'une excellente tenue, d'autres sont carrément fulgurantes et je bloque inlassablement sur certaines cantates en mode replay, comme le sergent !

Alors donc ce que je croyais une version de plus dans le paysage audio, c'est finalement La Version, celle qui mettra tout le monde d'accord. Elle à la candeur de Harnoncourt, la rigueur de Leonhardt et pour couronner le tout, le bonheur communicatif de Suzuki !

Il faut savoir que ces enregistrements, étalés sur une douzaine d'années et principalement 2000, ont été fait dans différents lieux du monde, en gardant toutefois une certaine couleur bien constante dans la prise de son, toujours parfaitement réverbérée d'ailleurs. Elles ont toutes été enregistrées les jours de semaines voulus par le Kantor - détail qui montre le niveau d’interprétation au plus proche de l’œuvre. Les solistes sont souvent excellents, parfois moins bon mais très rarement, heureusement. En revanche la qualité du Monteverdi Choir, elle, reste constamment exceptionnelle. On sent bien le plaisir jubilatoire de Gardiner à diriger cette phalange qui est sienne depuis plus de 30 ans. La fougue du Dixit Dominus des premières prises de son est toujours intacte, un pur bonheur partagé. Que ce soit sur les grands ensembles ou sur les plus petites formations qui accompagnent les voix, Gardiner reste infaillible de justesse et de sensibilité. Je ne dégoiserai pas plus longtemps sur les qualités musicales de ce coffret qui sont innombrables.

Deux Bémol, l'absence de livret pour chaque disque, simplement un unique petit texte inutile faisant le panégyrique de l'objet... et un cd contenant les pdf... certes on économise des arbres, encore eut-il été judicieux d'insérer des traductions française des textes... et regrettons aussi une qualité bien piètre du carton des pochettes d'une fragilité extrême... mais bon tout un chacun aura la bible de Gilles Cantagrel sur son chevet, elle remplacera avantageusement tous les livrets du monde. D'autre part, il manque quelques cantates, les profanes et la 106, qui bizarrement existe par ailleurs

Question présentation, Eh bien ces portraits ornant les pochettes - qui tombaient un peu comme un cheveu sur la soupe sur les albums isolés - prennent ici toute leur valeur. La musique de Bach est sans frontières, Suzuki nous l'avait déjà fait entrevoir par les qualités de ses interprètes venus de l'orient. Ici ce sont les magnifiques portraits de Steve Mc Curry qui illustrent avec panache et variété chacun des disques, montrant - s'il en était besoin - combien cette musique saura être entendue et comprise par tous les gens du monde. Ce n'est pas pour rien que la sonde envoyée dans l'espace à l'usage des martiens contient une partition de JSB.


Get Happy
Get Happy
Prix : EUR 18,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le retour attendu de China Forbes, 22 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Get Happy (CD)
Pink Martini, inégalable dans l'art d’interpréter les standards internationaux avait un peu perdu de sa superbe avec le départ de sa chanteuse attitrée l'immense China Forbes, et bien réjouissez-vous, la revoilà, et en pleine forme.
Toujours excellente dans ses interprétations, chantant dans toutes les langues avec un égal bonheur, elle redonne au groupe son lustre d'antan. Ich dich liebe est parfait en ouverture, plus loin on trouvera un Quizas Quizas Quizas superbe quoiqu'un peu lent à mon gout, mais finalement un éventail de chansons délicieuses, comme cette chanson roumaine Pana cand nu te uibeam, magnifique (justement pas chantée par China mais tout aussi vocalement idéal), Bref un grand cru de Pink Martini que je place juste en dessous de Sympathique
Bien enregistré, préférez la version Dijipac absolument beau, un objet d'art !


Intégrale 2013
Intégrale 2013
Prix : EUR 41,01

27 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une intégrale attendue, 5 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intégrale 2013 (CD)
On sous estime vraiment les qualités de cet immense artiste qui ne se prenait pas pour un autre. ses chansons yéyé sont une chose, mais il y souvent bien plus que cela. Il y a du Prévert dans ces ritournelles, la poésie de nombreuses chansons en fait sinon l’égal du moins un de ses disciples talentueux. Il ne s'agit pas de rabaisser l'homme à ses tubes que sont le Téléphon ou Mirza, non, chaque disque est un véritable ouvrage rempli de pépites. les paroles, au premier abord simplistes sont finalement délicieuses et font de la langue française un grand jeu de mots. Prenez Elle vend des robes par exemple, c'est une liste dessinant un personnage mise en musique. voila un coffret qui permet appréhender la longue maturation de l'artiste jusqu’à Le Sud ou Nathalie. Qu'il ait fini sa vie dans sa belle maison du Lot montre encore une fois toute la fragilité sous-jacente de ses œuvres qui sont un pilier de la chanson française.

Un coffret prioritaire avec les albums sous leurs jaquettes originales dans l'ordre chronologique avec une petit fascicule fort intéressant, Tout ça pour des queues de cerises.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20