Profil de Brigitte > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Brigitte
Classement des meilleurs critiques: 4.041
Votes utiles : 895

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Brigitte "Tequila's Secrets" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Agatha Mistery 01 - Le secret de la déesse
Agatha Mistery 01 - Le secret de la déesse
par Anouk Filippini
Edition : Poche
Prix : EUR 5,00

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très british!, 20 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Agatha Mistery 01 - Le secret de la déesse (Poche)
Agatha et son cousin Larry ont des ressources illimitées, accès à de supers gadgets et un majordome/garde du corps qui veille sur eux lorsqu'ils courent le monde pour résoudre des énigmes. Mon fils de 7 ans et demi a beaucoup aimé! Le petit plus: contrairement au Club des Cinq, la résolution des énigmes a le mérite d'être facilitée par des moyens modernes!

A noter que les deux héros vivent à Londres et que c'est très "British" dans le ton et l'esprit, avec des références intéressantes à la culture britannique (Dickens, Sherlock Holmes etc).


Le Royaume de la Fantaisie
Le Royaume de la Fantaisie
par Geronimo Stilton
Edition : Relié
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 Un page-turner pour enfants!, 20 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume de la Fantaisie (Relié)
Mon fils de 7 ans a bien aimé ce premier tome des aventures fantastiques de Geronimo Stilton.

A noter qu'il s'agit de livres très joliment illustrés, et "qui puent et qui sentent bon". En grattant certaines pages, des odeurs s'en dégagent. Le Dragon sent mauvais, la sirène et les fées sentent bon, mais curieusement, le pied de troll a une odeur supportable.

Mon fils le résume en disant que c'est l'histoire d'un rat, chevalier sans peur et sans reproche, qui doit aller sauver la reine des fées. Il paraît que c'est drôle et que ça fait un peu peur, aussi...


Le Cercle des poètes disparus
Le Cercle des poètes disparus
DVD ~ Robin Williams
Prix : EUR 10,00

16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indémodable... à voir ou revoir., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cercle des poètes disparus (DVD)
Ce film m'avait fait une grande impression à sa sortie, j'avais 16 ans, et je dois dire que j'hésitais à le regarder à nouveau, à tort, parce que c'est vraiment un excellent film. Avec le recul, il y a déjà le plaisir de revoir nombre d'acteurs qui sont aujourd'hui connus avec un paquet d'années de moins... à l'époque où ils étaient encore jeunes et innocents!

L'histoire, c'est celle d'un professeur de littérature, John Keating, merveilleusement interprété par Robin Williams, qui bouleverse le conformisme d'une institution privée pour apprendre à ses élèves à penser par eux-mêmes... et à profiter du jour présent. Carpe Diem. Les conséquences seront tragiques et vont changer à tout jamais la vie de ces adolescents qui découvrent ce qu'est la liberté d'opinion sans pouvoir l'exercer...

Je pense que si l'on faisait un sondage, une grande majorité serait capable de citer ce Carpe Diem qui a réconcilié avec le latin toute une tranche d'âge. Vivre la vie que l'on veut, profiter du temps présent, essayer d'obtenir ce que l'on souhaite même si on doit pour cela prendre le risque de ne pas réussir ... les messages de ce film n'ont pas pris une ride, mais aujourd'hui, en tant que maman, ce qui me touche particulièrement, c'est cette inquiétude de risquer un jour perdre complètement le contact avec mon enfant. Un échec merveilleusement dépeint dans ce film au travers de deux jeunes garçons, l'un qui reçoit deux années de suite le même cadeau pour son anniversaire et l'autre qui veut être acteur et non médecin. Et j'ai évidemment peur qu'un jour nos souhaits d'avenir ne soient plus en phase du tout, qu'ils ne veulent plus devenir pilotes, par exemple mais surtout que l'on arrive plus à communiquer. Quoi de plus terrible que de ne plus être capable de comprendre son enfant, de ne même pas chercher à le comprendre? Quoi de plus terrible que d'avoir uniquement des conversations à sens unique, toutes terminées par un ordre? Quoi de plus terrible que d'interdire à un enfant de réaliser ses désirs, surtout quand il arrive à le faire sans que ce soit au détriment de quoi que ce soit d'autre? Quoi de plus terrible pour un enfant que ses parents ne soient pas fiers de lui? Qu'ils ne le soutiennent pas?

Regardez-le à nouveau... vous ne serez pas déçu.


Jane
Jane
DVD ~ Anne Hathaway
Proposé par S-PION
Prix : EUR 14,00

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très joli film romantique... dans la lignée des adaptations de Jane Austen., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jane (DVD)
Connaissant un petit peu la vie de Jane Austen, je dois avouer que j'avais une certaine appréhension à le regarder... savoir qu'elle est restée célibataire alors qu'elle a écrit 6 des plus belles histoires d'amour de la littérature anglaise, c'est finalement assez triste, et je ne voulais pas voir "ma" Jane se faire briser le cœur par un homme. J'avais donc ce film depuis longtemps, sans oser me résoudre à y jeter un œil.

J'ai donc été très agréablement surprise par ce film, qui ressemble tant aux adaptations faites des œuvres de Jane que cela en est à la fois troublant et fascinant. Les relations entre Jane et sa soeur Cassandra, entre Jane et sa mère, Jane et son père, les bals, les histoires d'amour contrariées par les convenances et la fortune... En voyant ce film, il y a tant de Jane dans les histoires qu'elle écrit que c'est un jeu de recoller les morceaux du puzzle et de retrouver laquelle de ses connaissances a inspiré tel ou tel personnage. Quel événement réel a inspiré un passage de l'un de ses romans. A la différence près que ses fictions ont toutes une fin heureuse...

Jane Austen: C'est l'histoire de la vie d'une jeune femme. De deux jeunes femmes. Qui méritent bien mieux que ce qu'elles ont.
Cassandra Austen: Elles ne sont pas les seules.
Jane Austen: Et de deux jeunes gens qui en revanche ont reçu bien plus qu'ils ne le méritaient... et ils ne sont pas les seuls. Cassandra Austen: Comment commence l'histoire?
Jane Austen: Mal...
Cassandra Austen: Et puis?
Jane Austen: Elle empire... avec de l'humour, du moins j'espère...
Cassandra Austen: Comment ça finit?
Jane Austen: L'épilogue de leur histoire est formidablement heureux.
Cassandra Austen: Deux brillants mariages?
Jane Austen: Deux scintillants mariages... avec des hommes riches...

Je n'oublie pas que ce n'est évidemment qu'un film, et qu'il s'inspire certainement librement et largement des fictions, justement, pour alimenter la biographie. Mais cela ne change rien au fait que c'est très émouvant... et que ça m'a beaucoup plu. Petite précision en passant, d'ailleurs, nul n'est besoin d'être fan de Jane Austen pour regarder avec délice cette jolie histoire d'amour... qui sait, cela vous donnera peut être envie de lire ses livres, ou de regarder les très beaux films -d'amour, encore- tirés de ses œuvres.


Braquage à l'anglaise [Édition Prestige]
Braquage à l'anglaise [Édition Prestige]
DVD ~ Jason Statham
Prix : EUR 12,99

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Idée géniale... mais beaucoup de lenteurs., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Braquage à l'anglaise [Édition Prestige] (DVD)
Je suis toujours très déçue quand je tombe sur un film comme celui-là, dont l'idée de départ est alléchante et les acteurs plutôt bien castés (bon, la bande des Ocean's ... alias Brad Pitt, Matt Damon et George Clooney, ça l'aurait bien fait également). Malgré ces atouts, le film tombe à plat... ce qui est vraiment dommage. Difficile de dire clairement ce qui manque, mais ce qui est sûr, c'est que je l'ai trouvé parfois long et ennuyeux même s'il y a également de très bons moments. Ceci dit, j'ai peut être trop l'habitude des super productions qui ne se perdent pas dans des digressions qui ne font pas avancer le schmilblick.

L'histoire se déroule dans les années 70, c'est celle d'une bande de magouilleurs à la petite semaine qui se voit offrir sur un plateau le casse d'une banque. Qu'ils exécutent presque à la perfection avant de comprendre que l'enjeu les dépasse puisque dans les coffres des particuliers qu'ils ont braqué figure de quoi incriminer à la fois la couronne britannique, des membres éminents du gouvernement, un trafiquant de drogue, un roi du porno et une bonne partie de la police de la ville. Manipulés ou menacés par à peu près tous ceux qu'ils ont compromis, comment s'en sortiront-ils sans y laisser trop de plumes?

Le plus intéressant avec ce film, c'est évidemment que ce soit une histoire vraie... qui laisse sans voix. Encore un scénario que l'on aurait même pas osé écrire si c'était une fiction! Allez, juste un dernier petit mot pour dire que j'apprécie à sa juste valeur le double sens du titre anglais... The Bank Job. La supériorité de la VO n'est encore une fois plus à prouver!


Terminator [Ultimate Edition]
Terminator [Ultimate Edition]
DVD ~ Arnold Schwarzenegger
Proposé par PREMIERE
Prix : EUR 14,99

2 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Monuemental... mais dépassé., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Terminator [Ultimate Edition] (DVD)
Je comprends l'engouement suscité par la Saga et l'histoire en elle-même, qui est intéressante, mais j'ai le sentiment que sauf à être déjà fan, il est un peu tard pour regarder le premier opus, qui a quand même beaucoup vieilli. Une fois que l'on réussit à s'affranchir des brushings bouffants de ces dames, il faut encore passer outre le jeu mécanique de Schwarzenegger (d'un autre côté, il joue super bien puisqu'il interprète un cyborg qui n'a QUE l'apparence d'un humain) et ses répliques cultes (mais rares).

Je ne vais pas dire que le moment le plus intéressant du film c'est l'arrivée de Kyle et du Terminator à notre époque, nus, mais le coeur y est. Déridez-vous, je plaisante, bien sûr! Ceci dit, je n'ai pas réellement vu l'intérêt des séquences du futur, d'autant que pour une bonne moitié, l'on a aucune idée de ce que l'on voit. Les explications de Kyle sont parcimonieuses... je trouve que cela manque grandement d'informations ou d'images sur la manière dont les machines ont pris le contrôle. Remarquez, vu qu'il n'était même pas né, c'est pas franchement étonnant. Je m'étonne aussi de ne pas le voir plus surpris par notre monde, vu celui dans lequel il a grandi... il s'adapte remarquablement bien, sans s'étonner à la vue de quoi que ce soit, ou presque. Au point de trouver lui-même en magasin tout ce qu'il lui faut pour fabriquer ses explosifs... et de conduire beaucoup mieux que dans Renaissance! La seule chose qui le chamboule, c'est quand Sarah lui demande s'il a laissé une femme derrière lui (enfin, dans le futur). D'un coup, le voilà humain.

Nous avons donc John Connor qui décide depuis le futur d'envoyer dans le passé Kyle Reese pour protéger une serveuse ni intelligente, ni futée, ni militante et même pas jolie mais qui va avoir pitié du brave Kyle (conditionné par John pour qu'il soit amoureux avant même de la rencontrer) et lui faire l'amour afin que John, futur leader de la Résistance, puisse voir le jour et gagner contre les machines. Ah non, parce qu'il a déjà gagné, ce n'est pas moi qui le dit, c'est Kyle qui l'explique aux flics. Pour empêcher les machines de gagner dans leur tentative de la dernière chance, donc. Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est comment John peut être ainsi l'artisan de la rencontre de ses parents. Sans le John du futur, ses parents n'auraient jamais pu se rencontrer, mais alors d'où vient le John du futur? J'ai beau tourner le schmilblick dans tous les sens, je ne comprends pas. Ceci dit, les paradoxes temporels, ce n'est pas ma tasse de thé, même si j'ai vu au moins 118 fois les Retour vers le Futur.

Je vais aussi passer rapidement sur le fait que la brave petite serveuse devienne une experte capable d'enregistrer des tas de cassettes pour aider son fiston 40 ans plus tard alors qu'elle a passé à peine 24 heures avec un type qui aurait pu lui expliquer plein de choses s'il n'avait pas été occupé (1) à lui faire l'amour, (2) à lui mettre des baffes -et réciproquement- et (3) à garder la voiture sur la route et/ou tirer sur le Terminator. Mettre un bandeau de guérilla dans ses cheveux n'a jamais transformé personne en guérillero, si?

Au final, si je remets en perspective avec le fait que c'est de la SF qui date de 1985, ce n'est quand même pas si mauvais Je regrette juste n'avoir strictement rien appris de plus que ce que je savais déjà avec Terminator Renaissance.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 5, 2010 3:14 AM MEST


Opération Espadon
Opération Espadon
DVD ~ John Travolta
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 3,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Joli suspense qui s'interroge sur le terrorisme..., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération Espadon (DVD)
Eh bien jeunes gens, celui-là, il était pas mal du tout, c'est même une excellente surprise. Il faut bien dire que j'aime beaucoup Travolta, et que j'étais ravie de le retrouver face à un petit jeune (tout est relatif!) comme Hugh Jackman. Mais bon, le casting c'est une chose, et oui, on admire la plastique de Hale Berry sous toutes ses coutures, pour le plus grand plaisir des hommes, j'imagine, mais il n'y a pas que le casting... C'est un joli suspense bien mené, avec son lot de scènes d'action, de bagarres et de surprises en tous genres. C'est bien écrit, et je me suis laissée prendre sans difficulté par l'histoire, qui n'est pas aussi simple qu'elle n'en a l'air, loin de là.

Stanley, qui vient de boucler deux années de prison pour avoir hacké par idéalisme le réseau du FBI, est donc recruté, bon gré mal gré, par un mystérieux Gabriel qui souhaite récupérer des fonds blanchis par le gouvernement afin de mener une guerre contre le terrorisme... la motivation première de notre chevalier des temps modernes, ce sera la possibilité de soustraire sa fille, qu'il adore, à son ex-femme, actrice remariée à un magnat du porno. C'est un ressort classique, mais j'aime beaucoup le fait que Stanley se batte pour sauver sa fille, c'est très Die Hard sur le principe, et c'est plutôt bien joué, d'autant que la petiote est très crédible dans son rôle.

Je dois avouer qu'il y a des scènes savoureuses, notamment celle pendant laquelle Gabriel donne à Stanley soixante secondes pour cracker un mot de passe. Gabriel qui, non seulement lui colle un revolver sur la tempe, mais confie à une jeune femme une mission bien particulière (Gabriel: Oh she's good isn't she!). C'est très osé... et ça marche particulièrement bien à l'écran -je n'avais d'ailleurs jamais rien vu de tel, j'en suis restée les yeux écarquillés comme des soucoupes!- L'évasion en bus est là encore digne d'un Die Hard, quant à la prise d'otages... certaines images sont très dures, Gabriel ne reculant devant rien pour persuader les autorités de sa détermination, et Travolta joue son rôle à la perfection.

Stanley: How can you justify all this?
Gabriel: You're not looking at the big picture Stan. Here's a scenario. You have the power to cure all the world's diseases but the price for this is that you must kill a single innocent child, could you kill that child Stanley?
Stanley: No.
Gabriel: You disappoint me, it's the greatest good.
Stanley: Well how about 10 innocents?
Gabriel: Now you're gettin' it, how about a hundred - how about a THOUSAND? Not to save the world but to preserve our way of life.
Stanley: No man has the right to make that decision; you're no different from any other terrorist.
Gabriel: No, you're wrong Stanley. Thousands die every day for no reason at all, where's your bleeding heart for them? You give your twenty dollars to Greenpeace every year thinking you're changing the world? What countries will harbor terrorists when they realize the consequences of what I'll do? Did you know that I can buy nuclear warheads in Minsk for forty million each? Hell, I'd buy half a dozen and even get a discount!

Sérieusement, en regardant la date de sortie du film, je comprends pourquoi je suis passée à côté à sa sortie au cinéma (le 12 septembre 2001, le lendemain des attentats aux US), je ne dois pas être la seule, d'ailleurs, et je dois dire que ça place ce film dans une perspective encore différente... j'ai le sentiment qu'il est sorti au plus mauvais moment. Comment aurait-il été reçu quelques mois plus tôt (on ne peut pas vaincre le terrorisme par le terrorisme?)... ou quelques mois plus tard (œil pour œil, dent pour dent?)


Paperback Hero [Import anglais]
Paperback Hero [Import anglais]
DVD ~ Hugh Jackman
Prix : EUR 10,35

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mi-comédie, mi-drame... mais une fin heureuse!, 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paperback Hero [Import anglais] (DVD)
Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas commencer la review par mon impression, mais par vous donner un aperçu de l'histoire, vous allez comprendre pourquoi. Jack est le conducteur d'un train de la route, en plein outback australien. Sur son trajet vers Sydney, il fait systématiquement étape dans une petite ville, à moins que ce ne soit un hameau, dans lequel il a ses habitudes. Il y retrouve Hamish, son copain vétérinaire fiancé à Ruby, qui traite par avion les terres des exploitations voisines. Et quelques autres âmes dont la seule distraction semble être le bar. Je dois avouer que malgré les paysages superbes... le décor a un côté sordide. Seul pendant des journées entières au volant de son camion avec son chien Lance, Jack a donc écrit un roman à l'eau de rose, qu'il a fait publier au nom de Ruby, et qui connaît une célébrité inattendue. Et lorsque l'éditrice débarque pour emmener Ruby faire la promotion de son livre... Ruby accepte de jouer le jeu à la condition que Jack leur paie le beau mariage qu'Hamish ne peut pas lui offrir. Voilà donc Jack et Ruby en route vers Sydney, le premier coachant la seconde, qui découvre au fil des kilomètres et des pages que Jack a mis beaucoup d'eux dans cette histoire...

24 heures après l'avoir vu, je ne sais toujours pas que penser de ce film, dont j'ai beaucoup aimé certains moments, mais qui sombre parfois dans des clichés du genre, certains agréables, et d'autres moins poétiques. La scène inévitable dans laquelle Jack abandonne son short et son marcel de routier pour apparaître en costume à la soirée... où il découvre Ruby, non en combinaison de pilote, mais dans une délicieuse robe rouge, coiffée et maquillée... c'est un classique du genre, toujours savoureux. Je crois même que Hugh Jackman a rejoué quasiment la même avec Nicole Kidman dans Australia. Quant au moment où Jack monte sur scène pour chanter une chanson d'amour (Crying, de Roy Orbison) en duo avec Ruby... c'est une astuce usée et abusée, mais c'est toujours très joli (surtout que Hugh Jackman sait chanter, pas de doutes!). Le type qui pète sans arrêt, par contre, j'aurais pu m'en passer, voyez.

L'écriture est parfois très belle, comme cette jolie métaphore quand Amish rend sa liberté tout en douceur à Ruby en lui expliquant qu'en l'attendant dans le salon de thé l'autre jour, il en a bu six tasses parce qu'il ne savait pas comment dire à la serveuse qu'il n'aimait pas le thé. Ou quand Ruby préfère crasher son avion auquel elle tient pourtant tellement plutôt que de blesser Lance, le chien de Jack.

Le plus difficile, finalement, c'est de ne pas avoir accroché complètement à Ruby, qui m'a souvent laissée perplexe, même si elle est par moments très attendrissante. Je n'ai pas réussi à comprendre pourquoi elle s'était laissée prendre au piège de ce mariage avec Hamish, même si, on l'a bien compris, le fait d'exiger un beau mariage était certainement un appel à l'aide ou une échappatoire. J'aurais bien aimé comprendre pourquoi elle et Jack sont devenus amis plutôt qu'amants, en fait... d'autant que de son côté à lui au moins, il n'y a pas d'ambiguiïté, son "I love you (...) I always have" est on ne peut plus clair. Je n'ai pas non plus été séduite par les personnages secondaires... qui sont certes présents à l'écran, mais ne servent pas à grand chose.

Un dernier bon point tout de même pour la BO... je n'arrive à me sortir de la tête ni Crying, ni I drove all night C'est amusant, Allociné classe ce film en drame et imdb en comédie romantique... c'est p'têt qu'il n'est pas simple à appréhender, ce Paperback Hero...


Blade Runner [Édition Collector]
Blade Runner [Édition Collector]
DVD ~ Harrison Ford
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 9,70

5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une référence... un peu vieillissante., 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blade Runner [Édition Collector] (DVD)
Je me souvenais avoir vu ce film étant jeune, lors d'une diffusion à la télévision, et ne pas y avoir accroché à l'époque. Je ne l'avais jamais revu depuis, et même si je sais que c'est un monument du cinéma de science fiction, je dois avouer que je me suis ennuyée fermement devant. Pour être franche, j'imagine que le fait d'avoir vu l'intégralité de la série Battlestar Galactica n'est pas étrangère à cette impression de déjà-vu-mais-en-mieux.

L'histoire, c'est celle de replicants, des robots à forme humaine, qui viennent sur Terre avec une exigence pour leur créateur, l'allongement de leur espérance de vie, limitée à 4 années... un blade runner, Deckard, est chargé de les retrouver et de les descendre, dans un Los Angeles futuriste et décadent, où les plus beaux immeubles sont à l'abandon sous une pluie diluvienne, et la misère humaine omniprésente.

Le texte d'introduction qui défile sur l'écran au début de l'histoire m'a fait bondir... des replicants ont été créés avec des profils spécifiques (divertissement, armée, main d'oeuvre...) pour accomplir certaines tâches que les hommes ne souhaitaient plus accomplir. Avec le temps, ceux-ci développant des émotions humaines posant problème, ils ont été envoyés sur des colonies et bannis... revenir sur Terre est désormais pour eux synonyme de peine capitale, joliment appelée "retirement" (retraite), de la main des blade runners. Discrètement, pour contrôler plus facilement les futures générations de replicants, des expérimentations ont été faites par leur créateur, Tyrell, visant à leur implanter des souvenirs, afin qu'ils se posent moins de questions à propos d'eux-mêmes et de leur humanité... certains ne savent ainsi même pas qu'ils sont des robots. Et évidemment, tout cela fait très Battlestar Galactica. Surtout avec l'emploi du terme "skinjobs", et avec Edward James Olmos dans le cast.

Ce film est postérieur de 4 années à la première série BSG... une chose est sûre, la seconde série BSG s'est forcément inspirée de Bladerunner... j'y ai vu trop de clins d'œil pour qu'il s'agisse uniquement de coïncidences, y compris la sensualité de Pris, le fait qu'elle se serve de ses charmes pour obtenir la coopération d'un scientifique... ou encore la manière dont Rachael se retourne contre les siens pour l'amour d'un humain, qui ne voit d'abord en elle qu'une machine.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 5, 2010 3:24 AM MEST


Hancock - Edition simple
Hancock - Edition simple
DVD ~ Will Smith
Proposé par Funkingdom
Prix : EUR 8,40

1 internaute sur 6 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Vulgaire et soulant!, 9 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hancock - Edition simple (DVD)
Je n'ai pas été convaincue du tout... Hancock est un solitaire, perpétuellement de mauvaise humeur, bagarreur et grossier, un peu imbibé par l'alcool, et s'il arrête encore les méchants et sauve les gentils, il n'est plus le super-héros de personne tant il cause de dégâts matériels et fait d'erreurs de jugement. Coaché par un expert en relations publiques sur le retour, Hancock reprend du poil de la bête, avant de découvrir qu'il n'est pas le seul à avoir de super pouvoirs...

A part des effets spéciaux qui tiennent la route et deux ou trois dialogues qui prêtent vaguement à sourire (malheureusement perdus au milieu d'énormément de vulgarité), je n'ai pas grand chose de positif à dire sur ce film, et je me demande bien pourquoi Will Smith est allé se fourrer là-dedans, à part pour amuser ses gamins.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11